Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Scènes d’apocalypse au Venezuela : « D’innombrables blessés » (...)

Scènes d’apocalypse au Venezuela : « D’innombrables blessés » après que 5000 personnes eurent dévalisé un supermarché à la recherche de nourriture

Au cours des dernières années, nous avons documenté avec la régularité d'une horloge l'effondrement du Venezuela jusqu’à un statut d'État en faillite, ce qui a été cimenté il y a quelques semaines, quand la nouvelle est tombée que « le Venezuela était officiellement à court d'argent pour imprimer de nouveaux fonds ». À ce moment-là, la meilleure chose qu’ils pouvaient faire était simplement de prendre du recul et de regarder la société locale comme une civilisation tournée sur elle-même, déclenchant ce qui allait se transformer en triste apocalypse du Venezuela lui-même.

Hier soir, nous avons montré à quoi Caracas, ressemblait cette semaine :

Comme nous l'écrivions alors, ce sont tout simplement les Venezuéliens affamés qui protestaient que leurs enfants étaient en train de mourir d'un manque de nourriture et de médicaments, et qu'ils ne possédaient pas suffisamment d'eau ou d'électricité. Comme l’a ajouté AgainstCronyCapitalism, c'est un pays avec plus de pétrole que l'Arabie Saoudite et le gouvernement qui a volé tout l'argent, et maintenant ils encerclent des manifestants pacifiques et les menacent avec des bombes (ou de les mettre en prison pour les torturer).

Un pur désespoir a pris place, le crime devient inévitable. Un homme accusé d'agression de personnes dans les rues de Caracas a été entouré par une foule de spectateurs, battu et brûlé vif, une vidéo pixélisée, mais qui reste un élément graphique a été publiée de l'homme brûlant vif alors que maintenant la justice populaire est l'arbitre suprême de qui vit et qui meurt :

« Roberto Fuentes Bernal, 42 ans, aurait été surpris en train d’agresser des passants dans la capitale venezuélienne, et avant que la police arrive sur les lieux, la foule a fait sa propre loi avec ses propres mains. » La vidéo peut être vue ici.

Maintenant, dans le dernier développement choquant, le Venezuela a vu une nouvelle vague de pillage cette semaine qui a entraîné au moins deux morts, un nombre incalculable de blessés, et des millions de dollars de pertes et de dommages.

Selon Panampost, mercredi matin, une foule a pillé le marché de gros de Maracay dans la région centrale du Venezuela. Selon les témoignages des marchands, les files d’attente sans fin que les Venezuéliens affrontaient pour se procurer des produits d'épicerie ne pouvaient pas être organisées ce jour-là.

 

Au fil du temps, les Venezuéliens désespérés sont devenus de plus en plus anxieux de ne pas pouvoir acheter de la nourriture. Ensuite, ils ont commencé à sauter par-dessus les portes et ont pris d'assaut le supermarché.

« Ils ont pris le lait, les pâtes, la farine, l'huile et le lait en poudre. Il y avait 5000 personnes » a déclaré un témoin à la sortie du Venezuela El Estímulo.

Des gens venant de partout dans l'État tout entier sont venus au supermarché parce qu'il y avait des rumeurs que certains produits ne se trouvant nulle part ailleurs y auraient été vendus.

En raison de la foule massive, les autorités ont été incapables de maintenir l’ordre. « Il y avait 250 personnes pour chaque officier de la Garde nationale ... beaucoup de gens et quelques soldats. Au moins un policier a été battu parce qu'il a essayé d'arrêter la foule », a déclaré une autre source à El Estímulo.

Les autres dispensaires alimentaires gérés par le gouvernement ont également été pillés par le peuple.

Loin du paradis socialiste promis, alors que la foule massive se déplaçait, une porte d'entrée s’est effondrée sous le poids des gens, faisant plusieurs blessés.

L'image ci-dessous montre une ruée humaine sur le riz.

Au cours des deux dernières semaines, plusieurs provinces ont accueilli des scènes de pillage dans les pharmacies, les centres commerciaux, les supermarchés et les camions de livraison de nourriture. Dans plusieurs marchés, les cris de « nous avons faim ! » ont fait écho . Le 27 avril, la Chambre venezuélienne des aliments (CAVIDEA) a rapporté que les producteurs de denrées alimentaires du pays avaient seulement 15 jours de réserve d'inventaire.

PanamPost ajoute que les pillages sont des événements de plus en plus courants au Venezuela, alors que la pénurie alimentaire du pays a donné lieu à un autre incident violent dans un supermarché - cette fois dans le Luvebras Automarket situé dans la province de La Florida de Caracas.

Les Venezuéliens ont perdu le contrôle cette semaine quand ils ont donné de petites portions

Les Vidéos postées sur les médias sociaux ont montré des gens désespérés tombant les uns sur les autres en essayant d'obtenir des sacs de riz. Un utilisateur a indiqué que le pillage avait eu lieu parce qu'il est difficile d'obtenir des céréales, et donc les gens « ont cassé les portes et endommagé les infrastructures » 

Dans la province centrale de Carabobo, les résidents ont pillé un entrepôt de maïs situé dans la ville côtière de Puerto Cabello. Ils auraient cassé la porte parce que les employés ont donné de petites portions.

« Il n'y a pas de riz, pas de pâtes, pas de farine », a déclaré le résident Glerimar Yohan à La Costa, « seulement la faim. »

* * *

L’effondrement social est inévitable

Avec la mort de l'économie, la seule chose qui reste est de regarder comment la société implose. À cette fin, Oscar Meza, directeur du Centre de documentation pour l'analyse sociale (Cendas-FVM), a déclaré que les mesures de la rareté et de l'inflation en mai vont être les pires à ce jour. « Nous avons officiellement déclaré que le mois de mai était celui où la faim a commencé à se répandre au Venezuela », a déclaré Web Noticias Venezuela... « Quant à Mars, il y a eu une augmentation des prix annuels en raison de l' inflation - une augmentation de 582,9 pour cent pour la nourriture, alors que le niveau de la rareté des produits de base reste à 41,37 pour cent. »

« Nous avons officiellement déclaré que le mois de mai était celui où la faim a commencé à se répandre
au Venezuela », a dit une ONG qui mesure l' inflation et la pénurie

Meza a déclaré que le déclenchement de la crise est dû au manque de pain et d'autres aliments dérivés du blé.

« Les prix sont si élevés que vous ne pouvez pas acheter quoi que ce soit, comme les gens ne peuvent pas acheter du pain, ils ne peuvent pas acheter de la farine. Et vous obtenez un porridge, vous voyez le prix du poulet monter et les familles luttent ... le déjeuner coûte environ 1500 bolivars... Les gens doivent prendre de la nourriture à la maison pour aller travailler, mais maintenant vous ne pouvez plus parce que vous n'avez plus de nourriture à la maison. »

C’est pourquoi, Español Ramón Muchacho, maire de Chacao à Caracas, a déclaré que les rues de la capitale du Venezuela sont remplies de gens qui tuent des animaux pour les manger. Muchacho a rapporté qu'au Venezuela, c’est une « réalité douloureuse » que les gens « chassent les chats, les chiens et les pigeons « pour soulager leur faim. »

Par conséquent, Muchacho a averti que les îles des Caraïbes et la Colombie pourraient subir un afflux de réfugiés en provenance du Venezuela, si les pénuries alimentaires continuent dans le pays.

« Comme la faim se répand, nous avons pu voir de plus en plus de Venezuéliens fuyant par terre ou par mer vers les îles », a dit Muchacho.

Et voilà comment toutes les utopies socialistes finissent toujours.

* * *

Pendant ce temps, alors que la guerre civile semble inévitable, comme signalé précédemment, il y a des factions en lice pour évincer Maduro, même si nous sommes persuadés que le dictateur se heurtera sur la vie chère (littéralement) et forcera sa population à supporter plus de ce cauchemar socialiste. On ne peut qu'espérer que ces scènes choquantes restent reléguées dans les rues des paradis socialistes perdus en mer, bien que les Américains devraient toujours se préparer au pire dans le cas où ils auraient finalement réussi à se frayer un chemin dans le pays.

 

Source(s) : Crashdebug.fr via Zerohedge.com sur la piste du Contributeur anonyme

Traduction : folamour 
Corrections :  doudou (ma femme) 

Information complémentaire :

Crashdebug.fr :


Moyenne des avis sur cet article :  2.46/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • leypanou 17 mai 15:01

    Et voilà comment toutes les utopies socialistes finissent toujours. : qu’est ce que cela a à voir avec le socialisme ?

    Combien de gens savent qu’en Inde, qui n’est pas un pays socialiste, des tonnes de riz pourrissent par manque de logistique alors que des millions de personnes ne mangent pas à leur faim ?

    Pour le Vénézuela, en plus de l’incompétence de N Maduro et son équipe -avec la corruption en plus-, il ne faut jamais sous-estimer les actions de déstabilisation de l’empire et de ses laquais locaux : combien savent par exemple que des profiteurs, les bachaqueros, achètent des produits subventionnés à 19 bolivars et les revendent 200 ou même 300 bolivars ?

    Et cette déstabilisation entraîne une pénurie organisée, une véritable aubaine pour les profiteurs.

    Pour ceux qui veulent en savoir un peu plus sur le Vénézuela et les erreurs de H Chavez et N Maduro.


    • Ouallonsnous ? 17 mai 20:10

      @leypanou

      Ignoble attitude des posteurs sur cet ignoble article !

      Vous êtes payés par le propaganda staffel anglo-yankee pour écrire de telles saloperies !


    • Milla (---.---.210.118) 17 mai 21:43

      @leypanou


      Excellent ! 

    • leypanou 17 mai 22:37

      @Ouallonsnous ?
      Les déstabilisations de l’empire et de ses laquais locaux n’absolvent pas Chavez et Maduro de leurs erreurs.

      Si le PSUV a perdu la majorité lors des dernières élections, ce n’est pas sans raison. Quant à mon avis sur l’empire et ses laquais, lisez mes posts.

      Sachez aussi si Dilma Roussef au Brésil a des « ennuis », c’est parce qu’elle a donné à l’empire des opportunités pour la déstabiliser, même si ceux qui sont au pouvoir temporairement actuellement sont au moins aussi corrompus.


    • Encabane Encabane 17 mai 23:14

      @leypanou L’Inde EST un pays socialiste. La pénurie est le produit du socialisme comme la pomme est le produit du pommier. Partout où on le met en pratique, la pénurie apparaît. On l’a vu en URSS, en Chine, au Vietnam, en Europe de l’est, à Cuba, partout avec les mêmes résultats.

      Pas la peine d’aller au Venezuela pour en constater : en France, nous ne voyons les premiers effets. Pénurie de logement. Pénurie de médecins. Pénurie d’emplois. Pénurie de transports. Bien sûr, on peut continuer à porter des oeillères en se disant que « depuis 4 ans la France va mieux », la réalité est cruelle. On ne manque pas encore de nourriture, car nous sommes toujours un grand pays agricole, ni d’énergie, grâce aux centrales nucléaires que Hollande veut d’ailleurs fermer. Mais on n’est pas à l’abri que la prochaine équipe dirigeante soit encore plus conne.


    • Mowgli 18 mai 01:04

      @leypanou
      « Les déstabilisations de l’empire et de ses laquais locaux n’absolvent pas Chavez et Maduro de leurs erreurs. »

      Attention camarade, attention !

      Clémentine Autain et son pendant Jean-Luc Mélenchon ne nous disaient-ils pas « c’est quelqu’un comme Chávez qu’il nous faudrait » ?

      On a raté le bonheur ineffable du paradis bolivarien, pauvres de nous !


    • Ouallonsnous ? 18 mai 10:54

      @Encabane

      Pour vous aider à sortir de la confusion et vous donner un repére fiable dans l’océan de propagande désinformatrice que nous subissons, rappelez vous que « le socialisme et son expression aboutie, le communisme, sont les modes de gouvernement qui font le plus grand nombre de choses positives pour le plus grand nombre de gens ! »

      Ou en voyez vous actuellement dans les gouvernements dont il faut nous débarasser sans tarder ?

      Concluez vous même ; ces gouvernements , incarnés par des « potiches » aux ordres de l’étranger sont à la botte de l’oligarchie financière anglo-yankee et internationale, c’est à dire à la botte du plus petit nombre !

      Fassent que ces lignes vous permettent d’enlever vos oeillières personnelles !


    • Ouallonsnous ? 18 mai 10:58

      @leypanou

      D’ou l’importance de mettre en pratique une campagne BDS contre les anglo-siono-yankees, suivi d’un cordons sanitaire mondial entre eux et le reste du monde !


    • César Castique César Castique 18 mai 12:00

      @Ouallonsnous ?

      « « le socialisme et son expression aboutie, le communisme, sont les modes de gouvernement qui font le plus grand nombre de choses positives pour le plus grand nombre de gens ! »



      Ça, c’est la théorie. Pour la mise en pratique, il faut se reporter à Georges Orwell, pas celui de »1984« , celui de »La ferme des animaux« , dont le sous-titre pourrait être »Ou le retour en fanfare de la nature...humaine".


      La plupart des gens ont compris, d’ailleurs, sinon pourquoi le plus grand nombre voterait autre chose que communiste ?

    • Ouallonsnous ? 18 mai 14:16

      @César Castique

      Faîtes la part des choses, ne confondez pas la doxa mainstream avec la réalité !

      Pourquoi le plus grand nombre votent autre choses que communistes ?

      Tout simplement parce que le vote communiste est discrédité et non proposé par l’oligarchie qui se garde bien de pluralisme, jouer franc jeux leur est inconnu !


    • César Castique César Castique 18 mai 15:17

      @Ouallonsnous ?


      "Tout simplement parce que le vote communiste est discrédité..."


      C’est le communisme qui s’est discrédité lui-même à l’usage et qui s’est sabordé en s’accrochant à un discours qui n’a pas été adapté à des réalités humaines n’ayant plus rien de commun avec le XIXe siècle qui l’a vu naître.


      Quand un Gastaud, secrétaire national du Pôle de renaissance communiste en France (PRCF), nous parle ici même d’un monde fraternel et pacifié où « le développement de chacun serait la clé du développement de tous » (Marx-Engels) ou, pour le dire autrement, d’une Cité réconciliée où l’homme, « régi par la raison » et mû par la « recherche de l’utile commun », deviendrait enfin pour de bon « un dieu pour l’homme » (Spinoza). », ça fait sourire.


      Avec une pointe d’attendrissement, pour la naïveté du prolo d’autrefois et ses rêves d’avenir paradisiaque.


    • Ouallonsnous ? 18 mai 22:32

      @César Castique

      Pour qu’il se soit discrédité, il eut fallu qu’il puisse avoir été mis en oeuvre sans entraves et suffisamment longtemps pour pouvoir produire ses effets !

      Or rien de cela n’a pu se faire, les puissances capitalistes s’étant employées dés les premières tentatives d’application, à le mettre en échec exactement comme ils le font à propos des pays en voie d’émergence actuellement (Afghanistan, Serbie, Irak, Libye, Syrie, les Brics, etc....).

      D’autres parts, ce discours que vous prétendez inadapté aux réalités humaines n’est il pas celui du partage ? Ou est donc l’inadaptation que vous avancez ?

      J’ai souvenance que le discours d’une autre doctrine, beaucoup plus ancienne est le même, elle y ajoute même l’amour, cela ne vous rappelle t’il rien ?


    • César Castique César Castique 18 mai 23:27

      @Ouallonsnous ?


      « Ou est donc l’inadaptation que vous avancez ? »

       

      L’inadaptation, elle est dans l’évolution du niveau et du mode de vie des gens. Marx ne connaît qu’un prolo vivant dans un logement insalubre, moisi, enfumé et mal chauffé, sans eau courante, mangeant de la viande cinq fois par an, crachant ses poumons à partir de 45 ans et mourant à 50, comptant sur le salaire de ses gosses de huit ans pour boucler médiocrement des fins de mois, qui commençaient aux alentours du 15, 50 % de ses revenus étant, au demeurant, destinés à l’alimentation

       

      Aujourd’hui, le même ne consacre que 15 à 20 % de son salaire à la nourriture de sa famille, il dispose d’une bagnole, et parfois sa damnée de la terre d’épouse aussi. S’il ne peut pas passer trois semaines au bord de la Méditerranée en été, et dix jours à la neige en hiver, c’est parce qu’il doit finir de payer son appartement en PPE ou sa villa « Ca m’suffit », dans la banlieue d’une grande ville ou dans la campagne avoisinante.

       

      Le gamin ne travaille pas avant 18 ou 20 ans, parfois davantage, ce qui ne l’empêche nullement d’avoir des Nike, une console Playstation, un MP3, un téléphone portable et une tablette tactile, ainsi que dans sa chambre, parce qu’il a une chambre pour lui tout seul, un ordinateur et une télévision.

       

      Et c’est à ces gens que vous allez parler d’esclavage, d’aliénation, d’émancipation, de propriété collective des moyens de production, dont ils n’ont rien à foutre, parce qu’ils se rendent bien compte qu’en passant d’un système à l’autre, leur condition reste rigoureusement la même (métro-boulot-dodo), peut-être bien avec un rab’ de bien-être, lié à la consommation, dans le premier cas de figure.

       

      « J’ai souvenance que le discours d’une autre doctrine, beaucoup plus ancienne est le même, elle y ajoute même l’amour, cela ne vous rappelle t’il rien ? »


      Si, si, mais je n’en suis pas non plus.


    • Ouallonsnous ? 19 mai 16:15

      @César Castique

      J’eusse aimé que vous répondiez à la totalité de la question ;
       "D’autres parts, ce discours que vous prétendez inadapté aux réalités humaines n’est il pas celui du partage ? Ou est donc l’inadaptation que vous avancez ?"
      et non pas partiellement en propagandiste d’une vision parcellaire de l’état du monde, ce que vous décrivez est la société occidentale dite avançée qui est justement l’instigatrice de ce non partage des richesses qui est la cause des disparitées entre pays dèvellopés et ceux à qui le colomialisme ne l’a pas permis.

      Le temps est venu d’un changement de paradigme, nous n’en sommes plus au temps de la Doctrine (chrétienne) de la Découverte et de la Bulle1493 “Inter Coetera (sic), en tant que source de droit international. !


    • César Castique César Castique 20 mai 11:57

      @Ouallonsnous ?

      « D’autres parts, ce discours que vous prétendez inadapté aux réalités humaines n’est il pas celui du partage ? »

       

      Désolé, si vous traduisez le marxisme-léninisme et ses multiples avatars, plus ou moins déviants, ses centaines de théoriciens, ses milliers de livres consacrés à l’analyse de la doctrine, à son application, à ses développements et ses perspectives, en un simple discours sur le partage, nous ne jouons dans la même catégorie.


      « …ce que vous décrivez est la société occidentale dite avançé… »

      C’est normal, c’est la mienne. Et c’est la mienne pour ce motif tout bête que ce fut, avant moi, celle de mes ancêtres. Ce sont eux qui l’ont édifiée, qui l’ont conservée génération après génération, et qui nous l’ont transmise, à charge pour nous de la transmettre aux générations futures.

       

      « …qui est la cause des disparitées entre pays dèvellopés et ceux à qui le colomialisme ne l’a pas permis. »


      C’est une façon de voir les choses. La mienne est sensiblement différente. Quand les navigateurs portugais entreprennent l’exploration des côtes de l’Afrique, ils utilisent des caravelles pour aller à la rencontre de peuples qui ne connaissent que la pirogue, qui sont armés de sagaies, de coupe-coupe et qui se protègent avec des boucliers en bois et en cuir. Les Portugais, eux, ont des armures, des canons, des épées, des couleuvrines à mains, et bientôt des arquebuses.


      Alors que les rois africains vivent dans des cases en brique crue, recouvertes de chaume, les souverains des pays d’origine des navigateurs habitent des palais somptueux, et si les marins n’y ont pas accès, ils connaissent la somptuosité des églises, des basiliques et des cathédrales. On pourrait parler des costumes, des arts, de l’imprimerie, de la nourriture et de quantités d’autres choses montrant que, depuis des siècles avant la colonisation, deux mondes ont vécu leur propre développement dans des directions, non pas opposées, mais complètement différentes.


      De ce fait, au moment de leur rencontre, l’un d’eux a atteint un stade qui le prédispose à parcourir la planète en tous sens et à s’approprier de nouvelles terres, tandis que l’autre se satisfait de la connaissance et de la disposition du territoire qui l’entoure. Le premier a donc la capacité de dominer le second, le second n’a que des moyens dérisoires pour tenter s’y opposer, si tant est qu’il en ait réellement envie. 


      Par exemple, les tribus qui capturent leurs semblables d’autres tribus, pour les vendre aux Arabes depuis le VIIIe siècle et aux Européens depuis le XVe, ne vont pas se révolter contre le trafic d’esclaves du moment que leurs propres besoins en « instruments humains » ne sont pas menacés.


      « Le temps est venu d’un changement de paradigme… »


      C’est votre avis, c’est donc à vous de faire ce qui vous paraît juste et bien… Moi, de mon côté, je continuerai aussi à faire ce qui me paraît juste et bien, en privilégiant le juste, lorsqu’il est en conflit avec le bien.


    • izarn 22 mai 15:58

      @Encabane
      Vous n’avez qu’a aller dans un bon pays capitaliste, libéré du socialisme : L’Ukraine nazie.
      Allez-y prendre vos congés.
      Faites un tour dans les pays libérés de l’affreux totalitarisme social : La Libye, l’Irak.
      Ne parlons pas de l’Afrique, continuellement dans la misère aprés l’assassinat de tout ses dirigeants socialistes. (Enfin pas SFIO, nuance)
      Remarquez la Chine de Mao, extrememnt pauvre, industrie aénantie, derniere puissance économique mondiale. Une horreur quoi...
      Meme que le premier ministre va ramper comme une merde devant son homologue chinois pour vendre quelques airbus et autres peugeots...


    • Ouallonsnous ? 22 mai 19:19

      @César Castique

      Personne ne vous a parlé du marxiste léninisme, vous vous prenez les pieds dans votre propagande, d’autre part, quel long texte pour répondre à l’évocation de quelque chose de si simple que le partage !

      Tenter de noyer le poisson ne mène à rien César, à moins que ce soit ce que vous recherchez ?


    • Oceane 22 mai 22:17

      @César Castique

      Arabes et Européens étaient donc obligés d’acheter les Noirs capturés par d’autres Noirs ou alors leur intérêt était bien plus important et primait ? Quels traités les obligeaient à se livrer à cette abomination ? Et la logistique, qui en étaient les détenteurs, les Africains esclavagistes ou les Européens et les Arabes ? Toi-même tu le dis : pirogues en bois contre caravelles sans oublier les armes à feu contre les sagaies. Les amateurs étaient donc Africains ? Un peu de logique et de bon sens ne feraient pas de mal ! Il faut réellement considérer les Africains comme des moins que rien, des sous-hommes pour les imaginer se déposséder de leur plein gré leurs forces vives - les négriers arabes et européens ne veulent pas de vieux, recherchant plutôt des jeunes pour leur force de travail - et quasiment suicider.

      La négrophobie est une maladie qui se soigne, tu l’ignorais ? Non, tu ne l’ignore pas mais le négrophobe que tu es a besoin de justifier sa prétendue « supériorité ». Alors il doit se trouver des « inférieurs » et au passage manipuler l’histoire en faisant des Africains les seuls responsables de leur situation de dominés exemplaires. Or quiconque prend un peu la peine de regarder l’Afrique observe qu’elle passe de la traite à la colonisation et de celle-ci à la néocolonisation, qui est la periode actuelle. Conclusion logique, donc, l’Occident soumet les Africains depuis 6 siècles. Qui dit soumission dit absence de souveraineté, de liberté. L’Afrique en réalité ne décide plus pour elle-même depuis des siècles. Ce sont des êtres « superieurs » comme toi qui décident pour elle. Tu auras beau le nier, mais la réalité, la vérité.

      La roue de l’Histoire tourne et le temps de l’Occident s’achève.


    • covadonga*722 covadonga*722 22 mai 22:36

      La roue de l’Histoire tourne et le temps de l’Occident s’achève.


      yep , pas d’affolement dans la mesure ou celui de l’Afrique n’a pas commencé.
      Et il n’est pas prés de commencer vus que pendant que les roitelets élus vendent l’Afrique a la découpe aux chinois.Les éduqués Africains se barrent quasi tous pour vivre dans la géhenne occidentale ou il est manifestement plus confortable de chouiner au colonialisme pendant que les frères et sœurs les plus pauvres se démerde pour survivre au bled .

    • Oceane 23 mai 10:29

      @covadonga*722

      La roue tourne, comme je l’ai dit. Prendre ou ne pas en prendre acte ? C’est à chacun de voir. Je dis aussi que l’Europe reçoit comme un boomerang ses turpitudes en Afrique. Que celle-ci doit renseigner l’Europe sur ce qui l’attend. L’Afrique vend l’Afrique aux Chinois et non plus à l’Europe ? Ceci est faux et ressemble plutôt aux pleurnicheries de l’amant qui se sent progressivement délaissé. Par ailleurs, n’est-ce pas ces mêmes « éduqués » africains par l’Europe qui vendent l’Afrique à la Chine ? Tu parles des « roitelets » comme Ouattara et ses devanciers et pas de Kadhafi certainement. Ces « roitelets » qui permettent que « La France domine l’édition des manuels scolaires en Afrique »francophone«  » et dans bien d’autres domaines. Que cela te plaise ou non, la France aime les « roitelets » qu’elle frabrique, installe et soutien. Bolloré peut en témoigner.

      On parle ici de changement de paradigme, de partage entre les peuples au lieu de la confrontation entre eux. Il est question ici que les peuples produisent leur propre nourriture et ne laissent plus les agro-industriels avoir la prétention de « nourrir la planète ». Il est question ici que les peuples se réapproprient leur souveraineté et cela concerne aussi bien les Africains que les Européens. Tu es très drôle, vraiment ! L’Europe est vendue à la découpe ou non ? Les Européens ne sont pas des « roitelets », mais vendent tout de même leur continent « à la découpe ». A la Chine aussi ? S’abaisserait-elle au niveau de ses « roitelets » africains ?

      Je le redis : boomerang.


    • César Castique César Castique 23 mai 17:48

      @Ouallonsnous ?



      « Personne ne vous a parlé du marxiste léninisme... »¨

       

       

      Je croyais qu’on parlait de socialisme et de communisme, qui ne sont pas des idées en l’air, mais l’expression de doctrines élaborées par des idéologues, donc parler de marxisme-léninisme et de leurs multiples avatars se situe dans le même sujet. D’autant plus qu’on affuble souvent les communistes et assimilés du sobriquet ironique « partageux », désignant ceux qui partagent des biens qui ne leur appartiennent pas.

       

       

       

       

      « ...d’autre part, quel long texte pour répondre à l’évocation de quelque chose de si simple que le partage ! »

       

       

      Le partage en soi, c’est une question individuelle et personnelle, du moment que vous partagez quelque chose qui vous appartient en propre. Mais si vous contraignez quelqu’un à partager, c’est de la spoliation.



      Vous pouvez partagez votre appartement avec un sdf, voire avec une famille de Syriens, vous n’avez aucun droit de partager mon appartement avec un sdf et encore moins avec une famille de Syriens.

       

       

      Quant à la longueur : 1. je n’écris pas que pour vous, mais d’abord pour ceux dont je pourrais éventuellement renforcer les convictions ; 2. je conserve mes textes, dont je pense avoir, ultérieurement, l’usage, en totalité ou en partie : 3 je recherche systématiquement les objections pertinentes qui peuvent m’être faites, soit pour modifier l’éclairage de mon propos, soit pour en améliorer et en préciser la formulation... 



      Dans le cas particulier, vous ne m’avez été d’aucun secours.


    • César Castique César Castique 23 mai 17:52

      @Oceane

      « Arabes et Européens étaient donc obligés d’acheter les Noirs capturés par d’autres Noirs ou alors leur intérêt était bien plus important et primait ? Quels traités les obligeaient à se livrer à cette abomination ? »


      Affirmer que l’esclavage est une abomination est un anachronisme. Il fait partie des réalités de l’époque et les chrétiens de race blanche en sont tout pareillement victimes.


      Deux ordres, les Trinitaires (Ordre de la Sainte Trinité des captifs, 1194) et les Mercédaires (Ordre de Notre-Dame de la Merci, 1218), par exemple, sont fondés au XIIe et XIIIe siècles, dans le but de racheter des chrétiens réduits en esclavage par les musulmans.


      Et cette perdure des siècles plus tard. Miguel de Cervantes Saavedra (1547-1616), qui écrira L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, sera racheté, avec d’autres Espagnols en 1580, dont son frère Rodrigo, après cinq années d’esclavage à Alger.


      Quant au mot « esclave », son origine n’a rien à voir avec l’Afrique. Il nous vient du latin médiéval « sclavus », qui signifie « slave ». Comme je sens que le sujet te… captive, je te recommande la lecture d’un ouvrage paru en 2010, La Traite des Slaves : l’esclavage des Blancs du VIIIe au XVIIIe siècle, d’Alexandre Skirda, Ed. de Paris Max Chaleil.

       

      « Il faut réellement considérer les Africains comme des moins que rien, des sous-hommes pour les imaginer se déposséder de leur plein gré leurs forces vives - les négriers arabes et européens ne veulent pas de vieux, recherchant plutôt des jeunes pour leur force de travail - et quasiment suicider. »


      Et les Slaves aussi, par voie de connaissance. D’ailleurs, Hitler le fera. Ce qui ne l’empêchera pas, va comprendre, d’intégrer des Slaves dans la Wehrmacht, et Himmler d’en faire autant dans la Waffen SS. Mais là, nous sortons du sujet.


      « L’Afrique en réalité ne décide plus pour elle-même depuis des siècles. Ce sont des êtres « superieurs » comme toi qui décident pour elle. »


      T’inventes là, moi, je te le dis ! A partir de clichés venus de je ne sais où, et je m’en fous. Il reste que je fais partie de ceux qui pensent que tout ce qui a été décidé pour l’Afrique, depuis le milieu du XIXe siècle - a été une longue suite de conneries aux conséquences catastrophiques. Et ça continue


      « Tu auras beau le nier, mais la réalité, la vérité. »


      Nier quoi, au vu de ce qui précède ? smiley


      « La roue de l’Histoire tourne et le temps de l’Occident s’achève. »


      C’est possible. Il semble qu’il ait perdu l’instinct de conservation. Et ce n’est pas Cioran qui prétendrait le contraire, lui qui a écrit de la tolérance – une des fameuses valeurs à la mode – que c’est une « coquetterie d’agonisant »… 


      Mais ce n’est pas une raison pour arrêter de se battre. Tant qu’on n’est pas définitivement vaincu, on peut faire souffrir l’ennemi, et ainsi sauver l’honneur.


    • Ouallonsnous ? 25 mai 17:42

      @César Castique

      Je vois à vous lire que vous ne vous remettez pas en question et encore moins la doxa que vous nous servez, dommage !


    • Ratatouille Zoblard le terrible 17 mai 15:02

      "le dictateur se heurtera sur la vie chère (littéralement) et forcera sa population à supporter plus de ce cauchemar socialiste. "

      C’est un dictateur socialiste le boss... ?
      .---------------------------------------------------------
      Une révolution en marche on dirait.vite on envoie Isga  smiley
      ----------------------------------------------------------


      • folamour folamour 17 mai 17:38

        @Zoblard le terrible salut zoblard désolé j’ai traduit tel quel, je pense vue la phrase ils veulent dire « le nouveau dictateur » qui prendras le relais, je suis désolé si ça heurte dans les chaumières j’ai rien contre les socialistes j’ai même voté hollande, (enfin ça c’était avant...) mais j’ai traduit le billet pour montrer à quel point les choses peuvent vite déraper....

        amitiés,

        f.
         


      • tf1Groupie 17 mai 15:26

        Certains vous diront ici que ces incidents sont anecdotiques et qu’il se passe la même chose aux Etats-Unis.

        Alors peut-être que vous en faites trop et que vous êtes payé par la CIA ou Georges Soros.


        • Habana Habana 17 mai 15:26

          Hollande / Maduro !

          Blanc bonnet et bonnet blanc.
          Quand on les regarde dans les yeux, on voit juste le papier peint qui est derrière !
          Que voulez-vous, quand y’a un « cave » aux commandes, les « sans dents » se rebiffent !

          • Camille37 (---.---.34.156) 17 mai 15:55

            Voilà exactement ce qui finira par arriver ici même, la dette gonflant, la situation économique empirant, les faillites d’entreprises et personnelles étant toujours plus nombreuses... On pourrait arranger temporairement la situation en appliquant la loi et en ouvrant l’assurance maladie à la concurrence officiellement, mais l’automatisation et le chômage allant, ça ne ferait que repousser l’inévitable.

            Si vous souhaitez survivre à ce qui viendra dans les années et décennies prochaines, trouvez vous un loppin de terre, cultivez votre nourriture en abondance (permaculture & forêt nourricière), bâtissez votre maisonnette sur roue hors-sol (Tiny House), récupérez vous même l’eau (pluie, sols) et l’énergie vous étant nécessaire pour vivre (à la limite, complétez avec un compteur EDF pour ne pas raquer une batterie dans l’immédiat), ne faites pas d’économies en argent papier/numérique mais mettez de l’or de côté bien caché, préparez de quoi vous défendre en cas de soucis, et installez vous à plusieurs, formez une communauté soudée qui vit de ce qu’elle a et ce qu’elle produit, et peut s’en sortir un tant soit peu, autosuffisante, sans pour autant refuser les échanges extérieurs.


            • knail knail 17 mai 19:14

              @Camille37

              Bonjour,
              Je tombe un peu par hasard sur votre commentaire, qui en rejoint un certain nombre d’autres de même principes, auxquels ma sensibilité me rapproche un peu. Un ami avec qui je partageais sur ces questions me fit judicieusement cette remarque : Ecoute Laurent, si tout se dépenaille à ce point, qui protégera ton potager et ton petit domicile de sauvegarde ? Les premières choses pillées seront les potagers, les systèmes de production d’énergie alternatifs, les stock d’énergie disponibles etc... Quand c’est le chaos, c’est le chaos.
              Donc à votre commentaire, rajoutez : les palissades, les fossés, les miradors, les projectiles et les objets contondants de toute nature... Si vous pilotez tout cela avec succès vous serez le nouveau seigneur du lieu et pourrez dans les générations qui suivent ajouter un petit « de » à votre patronyme : retour aux origines de la féodalité. C’est bien pour protéger les champs et les cultures que les châteaux forts se sont édifiés partout. La chevalerie et la noblesse d’épée avaient le devoir avant tout autre chose de protéger les potagistes de l’époque. C’est de cela que vous rêvez ? Je ne le pense pas ! De toute urgence il faut trouver d’autres voies collectivement. Le repliement sur soi, séduisant à première vue, est une régression, et mène au chaos.

              Bon courage en tout cas !

              Knail


            • Camille37 (---.---.34.156) 18 mai 12:14

              @knail

              Loin de moi l’idée de se replier sur soit même, mais à terme, je pense que ceux qui veulent être tranquille et ne pas subir le rouleau-compresseur d’une machine économique devenant totalement dingue et inhumaine, devront en passer par un retour à la terre, et ce, collectivement, au moins pour leur assurer eux même de quoi se nourrir, mais également pour nouer des échanges extérieurs, tout en profitant des connaissances modernes pour réduire leur charge de travail (permaculture, forêt nourricière, etc...), le temps gagné pouvant être mis à profit pour des activités personnelles, collectives, loisirs, artisanat, apprendre à bricoler, etc...
              Et évidemment, ça nécessite un retour aux sources, la campagnes, des « villages », la voie d’une vie plus simple, avec plus d’essentiel et moins de superficiel, plus de courses à la consommation et du « j’ai une plus grosse maison/voiture/crédit » que les autres... La course au matérialisme et au consumérisme, on l’a bien vu, ça ne fonctionne pas, contrairement à ce que nous placardent les publicitaires, tout avoir ne rend pas heureux.


            • knail knail 19 mai 10:29

              @Camille37

              Bien sûr, un potager et quelques bêtes cela peut amortir les (petits et moyens) chocs. La preuve en est, dans les régions d’Europe moins privilégiées (je suis plusieurs mois par an dans l’est de la Pologne à la frontière biélorusse) s’il est possible d’y bien vivre et de ne manquer de rien de vraiment essentiel c’est grâce à ce type d’organisation. Ceci dit, si le système subit des perturbations plus importantes ou violentes, les paysans sont parmi les premiers à trinquer : Ils sont sans défenses. En Pologne dans le petit village où je séjourne, et partout aux alentours des familles entières ont été raflées et déportées, en Allemagne, en Russie (et je ne vous parle pas des communautés juives qui n’existent même plus à ce jour) etc.. Les rangs de cornichons n’en mènent pas large face à une seule mitraillette, même si les gens se sont courageusement battus dans les moindres recoins de campagne. On n’a là bas toujours pas oublié les villages incendiés pour faire déguerpir les gens. C’est une donnée essentielle de la culture locale, la réalité de la population durant des siècles.
              Durant des millénaires les hommes, pour la plupart paysans ont été confrontés à ce type d’horreurs. C’est l’organisation sociale plus complexe qui a permis d’éloigner ce type de périls, en créant d’autres travers j’en conviens, mais l’histoire de l’humanité est en perpétuelle gestation. Ce que j’en retiens en tous cas c’est que nous avons besoins de structure collectives pour nous protéger collectivement. Dans une société telle que la nôtre nous n’avons pas d’autre choix que de porter notre intérêt et notre secours à ces structures menacées afin de les sauvegarder et de les améliorer si nous ne voulons pas voir nos potager piétinés, nos maisons brûlées et nos enfants déportés.
              Si ces principes sont sauvegardés il appartient à chacun de vivre comme il le souhaite, avec potager, sans, à la campagne ou en ville. C’est tout de même autrement plus satisfaisant et rassurant que le mirage d’une autonomie qui pour ainsi dire n’existe pas.

              Bien cordialement

              Knail.


            • Oceane 22 mai 22:32

              @Camille37

              Consommer ce qui est produit localement. Les Vénézueliens et tous les peuples doivent recommencer à apprendre à produire leur propre nourriture au lieu de consommer ce qui est produit à des milliers de kilomètres. Ils veulent du pain, des pâtes, du riz ? Qu’ils produisent du blé et cultivent du riz. Etc etc.


            • Hermes Hermes 17 mai 16:53

              Derrière les faits :

              http://www.capital.fr/bourse/actualites/10-chiffres-pour-comprendre-l-effondrement-du-venezuela-1103569

              Autres informations de contexte :

              20 aout 2014 : Le Venezuela est une économie pétrolière rentière, importe au moins 80% des produits alimentaires, principalement en provenance de la Colombie.

              Le vers était dans le fruit,et les relations exécrables avec la Colombie ont généré des traffics frontaliers menés par des groupes paramilitaires.de contrebande, nourritiure dans un sens, pétrole à bas prix dans l’autre sens.

              Diificile d’éviter cette crise, dans un contexte de chute des prix du pétrole, où les US ne pardonnant pas au régime d’avoir voulu garder les fruits de l’or noir... et le régime restant campé sur ses positions.

              Bonne soirée.


              • Gandalf Gandalf 22 mai 11:15

                @Hermes


                Ou enfin, les fruits de l’or noir, on sait comment cela se termine : 9/11 ou Lybie.

              • JP94 17 mai 18:13

                C’est bizarre que vous ne nous ayez pas tenu informés des appels au meurtres d’agents de l’Etat, de meurtres, d’attentats. 

                Précisons que ce qui se passe actuellement se passe alors que la Droite a gagné les dernières élections ! 

                On voit où ça mène !

                Et ses lois d’amnistie incroyables pour des meurtres de policiers , pour des crimes économiques ( le Venezuela est le pays au Monde où la fraude à l’exportation de capitaux est la plus élevée , c’est dire son énormité ! 

                Donc soit vous appuyez le coup d’Etat et tout le sabotage économique , soit si vous êtes réellement choqué - ce dont je doute fort - condamnez les vrais responsables ! 

                Mais je vous dis une chose, je connais beaucoup de Latinos, et la droite ultra qui dirige la Colombie et prône le crime et la violence ( qui est le fait des couches très aisées ) contre la Police et les militants de gauche - le crime étant légitimé, cette droite, ils le connaissent et la propagande mensongère aussi .

                Vous pompez vos infos dans les médias fachos du Vénézuela pour les reverser sur un média libre, ça suffit la provocation ! 

                Allez dénoncer les 320 000 assassinés de Colombie par le régime depuis toutes ces années ...là ah bizarre, là vous êtes muet ! pourtant, 4 600 000 Colombiens sont déplacés, les para militaires y assassinent en pagaille des jeunes piégés par des annonces d’emploi ... la voilà la droite en action par le crime !

                • lsga lsga 17 mai 18:14

                  viiiite ! viiiite !

                  des théories du complot !!!!
                  viiiiiiiiite !!!!!!!



                  • Pyrathome Pyrathome 18 mai 23:12

                    @lsga
                    T’es un com plot à toi tout seul  :))smiley


                  • baron 17 mai 18:32

                    Sur ce genre de sujet, il faut regarder les faits.

                    Avant Chavez, l’argent n’arrivait pas jusqu’au peuple, il regnait la corruption. Lorsque Chavez prend le pouvoir il s’empresse de permettre l’accès à la santé, a l’éducation et il met ennplace des systèmes sociaux., La corruption et les traffics continuent cependant les travaux d’infrastructures et le developpement économique sont restés au point mort.
                    Ce pays ne disposant pas d’autosuffisance alilentaire et aucune autre ressource que le pétrole, il arriva ce qui devait arriver (pas facile a prévoir, il faut le reconnaitre) dés que l’argent du pétrole n’est plus rentré. Il y a certainement eut quelques manoeuvres pour precipiter tout le système par terre, le pétrole rend fou.
                    C’est une situation complexe mais passagère le prix du pétrole remonte et il est solvable, il est donc difficile d’expliquer toutes ces pénuries, a mettre en parallèle avec les évènement au Brésil.

                    • César Castique César Castique 18 mai 08:42

                      @baron


                      « ...le prix du pétrole remonte et il est solvable... »


                      Mais, en attendant, il n’y a toujours pas d’électricité si la pluie n’a pas rempli pas les barrages, la corruption et les trafics continuent*, tandis que les travaux d’infrastructures et le développement économiquement restent au point mort, pour cette raison toute simple que le pays et la population ne sont en rien préparés à relever ce genre de défis.


                      * La criminalité aussi, dont on omet de dire qu’elle fait, depuis des années, du Venezuela l’un des pays les plus criminogènes du monde en terme d’homicides au prorata de la population (10 x plus qu’aux Etats-Unis, 26 x plus qu’en France).

                    • Laurent 47 18 mai 20:02

                      @baron
                      Je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe au Venezuela !
                      Ce n’est pas un pays désertique, donc l’agriculture devrait avoir un certain poids économique.
                      La majorité de la population vit à la campagne, et les champs ne sont pas sur l’Altiplano, à 4000 m. d’altitude, donc la campagne devrait pouvoir nourrir sans problème ses habitants.
                      C’est vrai que le prix du baril de brut a chuté, mais on se nourrit rarement en buvant du pétrole !
                      Pour moi, l’erreur de Hugo Chavez a été de ne pas diversifier les sources de revenus, et Nicolas Maduro lui a emboîté le pas ! Mais ça n’aurait dû avoir aucune incidence pour les vénézuéliens.
                      Donc, les véritables causes du désespoir de la population sont à chercher ailleurs.
                      A titre indicatif, 80% des russes sont propriétaires de leur résidence, et propriétaires de leur datcha, et ne comptent pas sur l’état pour se nourrir : ils cultivent fruits et légumes et élèvent leur volaille !
                      On devrait théoriquement pouvoir en faire autant au Venezuela.
                      Mais les stratèges de Washington sont-ils d’accord ? Eux qui mieux que personne savent organiser des coups fourrés, genre Maïdan, Libye, Syrie, e.t.c.
                      Le Venezuela a un immense tort : il fréquente Poutine d’un peu trop près, et lorgne sur les BRICS !
                      Et ça, pour les fascistes américains, c’est tout simplement intolérable !

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès