Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Se faire la valise !

Se faire la valise !

Au large de la Sicile
 

Le drame des exilés …

Ils ont fui la misère, la peur et l'horreur. Chez eux, comment se sentir encore chez soi quand plus rien ne tient debout, que des fous se réclament d'un Dieu pour imposer un ordre inique, un état monstrueux, une chape de plomb et de haine ? Ils n'ont plus ni place ni espoir. Alors, la fuite est leur ultime issue, la porte de salut ou bien de sortie.

Ils ont mis tout ce qu'ils pouvaient emporter dans une malheureuse valise : un pauvre réceptacle à détresse, un contenant dérisoire pour un continent qu'ils fuient sans savoir vraiment où ils iront. Quelques effets, des vêtements d'un pays chaud pour aller vers ce nord dont ils ne savent rien. Il n'y a place ni pour les jeux, ni pour les souvenirs, ni même simplement pour le nécessaire.

La valise est là, fermée sur un sort qui n'est pas encore scellé. Pauvre objet dérisoire qu'il faudra porter à se tordre le dos, des heures durant, dans l'angoisse interminable des chemins incertains, cahotants, poussiéreux de sable brûlant. Objet du départ, cette valise finira éventrée, écornée, malmenée ou bien envolée. Il faut pourtant, jusqu'au bout, s'y accrocher comme à une bouée de secours.

Une famille pour une seule valise, une malle qu'il faut porter à la force du poignée. Elle n'est pas de ces monstres occidentaux qui roulent à la suite des voyageurs repus. Celle-ci pèse le poids des rêves qu'on y a glissés, des illusions qui vont se perdre dans les périls multiples, les réseaux honteux des bandits de tous les destins.

Planche de salut, la valise signifie la décision prise : ce départ, préférable à la mort sur place, pourtant prometteur de la mort plus loin. Ils le savent : elle est aussi ce tombeau qui emporte pour le dernier voyage les quelques souvenirs qui ont pu fuir. Qui donc un jour l'ouvrira enfin pour la vider ? Un détrousseur d'exilés, un douanier tatillon, un enquêteur pour identification des victimes ? Il est peu probable que les fugitifs connaissent un jour ce bonheur de remettre dans une penderie ces quelques hardes disparates !

Les filières se succèdent. La valise suit les péripéties et les attentes. Elle est d'un précieux secours : elle sert de siège quand le temps s'étire dans des haltes qui n'en finissent pas. Elle est devenue le dernier luxe qu'ils peuvent s'offrir. Toutes leurs richesses ont été ponctionnées par les marchands du passage ; ce qui leur reste est là, dans cette pauvre valise de cuir.

Puis c'est le dernier saut : le plus terrible, le plus risqué. Ils montent tous les quatre dans un navire, un rafiot plus précisément. Un bateau au bout de sa vie, de rouille et de misère. Ils savent qu'ils remettent leur pauvre existence entre les mains de matelots qui peuvent les abandonner au milieu de cette mer, vaste tombe silencieuse.

Pourtant, ils n'ont pas le choix. Les dés sont jetés, ils fuient cette Afrique qui est, elle aussi, un navire en détresse, un continent à la dérive. La vie, si elle doit continuer, ne peut s'imaginer que de l'autre côté, dans cette Europe de la prospérité supposée. L'enjeu vaut ce coup du sort, ce jeu de roulette russe. La vie ou les abysses …

Ils prennent la mer, reverront-ils un jour une terre ? Ils s'arqueboutent tous les quatre, se serrent contre leur valise. Ils voient un elle ce foyer ultime qui fait encore d'eux une famille. Les deux enfants comprennent-ils vraiment les silences de leurs parents, ce voyage qui se déroule sans un mot ? Ils perçoivent la gravité du moment, eux aussi se taisent, dans l'attente du pire.

Et il finit par arriver. Des hommes, ou plutôt des monstres, les jettent à l'eau. C'est la fin du voyage, la fin d'une existence qui ne valait sans doute pas la peine d'être vécue. Pourtant le père s'est accroché à la valise, ultime défi, dernier sursaut de l'énergie du désespoir. La mère a agrippé ses enfants, elle ne veut pas périr loin d'eux …

Et le miracle a lieu : la valise devient un frêle esquif. La famille a pu trouver refuge sur ce radeau incertain. Elle a deux rames, cadeau miracle de la divine providence, cette illusion qui fait croire aux autres, tous ceux qui sombrent pour toujours, que ce qui leur arrive, c'est Dieu qui l'a voulu au nom d'un dessein qu'il serait seul à maîtriser. Les naufragés vont dériver au gré des courants et des vagues, de la faim et de la soif. La valise les conduira au bout du voyage, là où personne ne les attend, où nul ne les désire, où aucune main ne se tendra …

Il faudra continuer à se cacher, traîner la valise, l'ailleurs est encore plus loin, l'espoir toujours recommencé et finalement si vain. Ils sont exilés, apatrides, fuyards, survivants, rejetés, étrangers, ignorés … Ils ont, depuis bien longtemps, depuis leur départ, quitté la fraternité des humains. Ils sont bêtes traquées, toujours sur le qui-vive, jamais en sûreté tandis que nous, nous vivons le confort de notre indifférence sereine.

Valisement leur.

 

Illustration NAGY


Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • C'est Nabum C’est Nabum 22 avril 2015 12:02

     

    Au large de la Sicile



    Que tous les gens de mer et rivière

    Se souviennent des exilés de l’enfer

    Pauvres gens abandonnés au destin

    Entassés sur des vieux rafiots malsains


    Leur première aventure marine

    Les conduira bien vite à la ruine

    Au bout de ce terrible voyage

    La peur, la honte ou le naufrage …


    Des bateaux sans aucune confiance

    Des épaves laissées là en partance

    Leur promettent des périples trompeurs

    Pour qui n’est pas navigateur

    *

    Des marchands de rêves et de beaux songes

    Leur ont vendu cet affreux mensonge

    Partir pour changer de destinée

    Survivre et pouvoir espérer


    Des pirates les jettent à la mer

    Début d’une affreuse galère

    Ces hommes au bout de leur chemin

    Espèrent qu’on leur tende une main

    Que tous les gens de mer et rivière

    Se souviennent des exilés de l’enfer

    Pauvres gens abandonnés au destin

    Entassés sur des vieux rafiots malsains



    Les premières victimes, des enfants

    Expirent dans les bras de leurs mamans

    Les plus faibles finiront la route

    Agonisant au fond de la soute


    C’est au large de la belle Sicile

    Que la pauvre humanité vacille

    La mer vaste tombeau silencieux

    Pour tous ces peuples miséreux



    Que tous les gens de mer et rivière

    Se souviennent des exilés de l’enfer

    Pauvres gens abandonnés au destin

    Entassés sur des vieux rafiots malsains




    • cevennevive cevennevive 22 avril 2015 13:06

      Bonjour C’est Nabum,


      A propos de valise et de désir d’immigrer, cela me fait penser à la nouvelle « le long voyage » dans « LA MER COULEUR DE VIN » de Léonardo Sciascia. Mais là, ce sont des Siciliens qui désirent émigrer aux US... Et c’était il y a longtemps.

      Un extrait : « Ils étaient là avec leurs valises de carton et leurs balluchons, sur un bout de plage caillouteuse... Ils étaient arrivés à la brune... » 

      Il leur arrive une drôle de mésaventure. Le passeur leur prend toutes leurs économies, les installe dans un esquif de fortune, les balades inconfortablement durant des heures et des heures dans les embruns.

      Arrivé « à destination », les malheureux se croyant aux US se disent, très heureux, que là-bas, c’est « comme chez eux », qu’on y parle l’italien, et qu’ils vont être bien.

      Hélas, ils ont atterri sur une côte de Sicile...

      Et ce n’est pas un conte. Le père de mon compagnon a eu la même mésaventure. C’était en 1947. Finalement, il est entré en France pour travailler dans les mines de charbon, officiellement et sans passeur !

      Le triste sort de ces pauvres hères voulant quitter un pays où ils n’ont plus rien à faire nous interpelle maintenant. Mais il y en eut tant et tant depuis des décennies. Pourquoi aujourd’hui ? A cause des médias qui nous en parlent ? Sans pour autant proposer la moindre solution, juste des larmes de crocodiles. Certainement.


      • C'est Nabum C’est Nabum 22 avril 2015 13:38

        @cevennevive

        Les références littéraires nous sauvent de l’effroi


      • marmor 22 avril 2015 13:17

        Moi, ma famille a fait le voyage en sens inverse : de la Sicile vers la Tunisie, où il pensaient trouver du travail et de l’argent. Quelques années, puis nouveau départ vers le Maroc, paradis selon les autres immigrés faisant office d’agence de tourisme.
        L’histoire des pauvres est un éternel renouvellement....


        • C'est Nabum C’est Nabum 22 avril 2015 13:38

          @marmor

          Une terrible errance en tout cas


        • zygzornifle zygzornifle 22 avril 2015 18:12

          Haaaaa notre gouvernement serait tellement content de voir tous les chômeurs et ceux qui sont au RSA quitter notre pays pour tenter leur chance ailleurs, je crois même qu’il mettrai des moyens de transport gratuit ......


          • C'est Nabum C’est Nabum 22 avril 2015 20:07

            @zygzornifle

            Parfois la dérision tombe à plat, ici c’est vous qui vous noyez à vouloir faire de l’humour mal venu Le sujet mérite autre chose. Désolé !


          • zygzornifle zygzornifle 23 avril 2015 17:09

            @C’est Nabum
            pour moi ce n’est pas de l’humour vu la présidence actuelle et la précédente ....


          • OMAR 22 avril 2015 18:27

            Omar147

            Bonjour Nabum  : "...quand plus rien ne tient debout, que des fous se réclament d’un Dieu pour imposer un ordre inique....« .

            C’est vraiment trop gros...

            Comme si les »boats-people" n’ont existé qu’après l’avènement de ces hordes barbares de Daesh ou de Boko Haram....
            http://fr.wikipedia.org/wiki/Boat-people

            Déjà oublies, le pillage de l’Afrique par l’Occident, la colonisation, l’invasion de l’Afghanistan par les soviétiques puis par les ricains, l’invasion et la destruction de l’Irak,basées sur le mensonge et la haine, le meurtre de Kaddafi et le coup d’état de Laurent Gbagpo et le chaos qui en découlèrent en Cote-d’Ivoire et en Libye, etc, etc....

            Mais c’est connu : PLUS LE MENSONGE EST GROS, PLUS IL PASSE.....


            • Samchant Samchant 22 avril 2015 18:34

              @OMAR
              Voilà qui fait du bien de voir quelqu’un remettre les pendules à l’heure !! Au fait pourquoi votre message n’a pas de « plus/moins » ?

              Voilà mon vote : +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++


            • OMAR 22 avril 2015 19:55

              Omar147

              Salut @Samchant

              J’aime bien lire Nabum, surtout quand il bonimente sur la Loire...

              Mais c’est la mode aujourd’hui que d’étaler son anti-islam au grand jour...

              Il n’y a aucun risque ni de loi Gayssot pour craindre quoi que ce soit.

              Alors, il étale, il étale, peut-être que la Loire l’amènera à BFMTV ou chez E. Zemmour...


            • C'est Nabum C’est Nabum 22 avril 2015 20:08

              @OMAR

              Dieu est ici instrumentalisé
              Je me devais de le mettre en scène ne vous en déplaise


            • C'est Nabum C’est Nabum 22 avril 2015 20:09

              @OMAR

              Vous me blessez

              Je n’évoque pas l’Islam mais Dieu, celui qui est mis en avant par des fous qui n’ont rien à voir avec votre foi


            • OMAR 22 avril 2015 23:27

              Omar147

              @Nabum

              Quel intérêt ai-je à vous blesser ?

              Par contre j’ai dénoncé le raccourci utilisé pour incriminer de façon insidieuse l’Islam à travers ceux qui effectivement, vocifèrent « Allah Akbar » mais qui n’ont dans la tête et le cœur que le dollar, le sexe et le sang d’autrui...

              Et qui a créé ces barbares, si ce n’est l’Occident...


            • C'est Nabum C’est Nabum 23 avril 2015 07:03

              @OMAR

              L’occident et surtout la culture américaine
              Je vous l’accorde

              Le problème est trop sérieux pour rentrer dans leur jeu et se déchirer


            • Philippe Stephan Slipenfer 22 avril 2015 22:07

              Moi je pense aux personnes qui on été passées par dessus bord pour
              leurs différences.
              le malheur dans le malheur.
              difficile de faire de l’humour

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès