Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Séisme à Jeykundo au Tibet : les Tibétains souhaitent la visite du (...)

Séisme à Jeykundo au Tibet : les Tibétains souhaitent la visite du Dalaï-lama

Le séisme qui a touché la Chine le 14 avril 2010 a principalement affecté la ville tibétaine de Jyekundo (Yushu), détruite à plus de 80 %. Plusieurs milliers de Tibétains y ont trouvé la mort. Les Tibétains de la région souhaitaient la venue du Dalaï-lama, afin que ses prières aident les morts et réconfortent les survivants. Le Dalaï-lama a immédiatement demandé aux autorités chinoises de l’autoriser à venir dans cette région. Il y a peu de chance que Pékin lui accorde un Visa : lors du séisme au Sichuan en 2008, l’ambassade de Chine en Inde avait même refusé l’aide financière que proposait le Dalaï-lama, alors, qu’une visite soit accordée est encore plus improbable. L’an dernier, après le passage d’un cyclone dévastateur à Taiwan, le gouvernement de Taipeh avait pourtant accepté une visite du chef tibétain dans l’île. Si les autorités chinoises ont l’intention de répondre aux aspirations tibétaines, elles feraient preuve d’un courage politique par un geste semblable à celui de la République de Chine et pour lequel les Tibétains lui seraient reconnaissant.

Les photos et reportages vidéo des agences officielles chinoises montrent que morts ou vivants, les victimes sont en majorité tibétaines. Les images en disent aussi long sur la misère des Tibétains du Kham. Des écoles se sont effondrées, tuant des classes entières d’enfants, une réalité qui rappelle le tremblement de terre du Sichuan en 2008. Des témoignages nous parviennent disant la détresse des survivants, et la solidarité qui s’organise, avec les moines des monastères environnants, dont celui de Surmang, monastère de la jeune réincarnation de Chogyam Trungpa Rinpoché et ceux du monastères de Jeykundo. Un autre monastère de la région, celui de Thrangu est quant-à-lui totalement détruit, ainsi que deux villages qui lui sont proches. Les moines venus à la rescousse des sinistrés aide parfois à mains nues les survivants à déblayer les corps. Les moines ont effectué les rites funéraires devant un grand nombre de cadavres qui ont été incinérés, selon la tradition bouddhiste.

Au-delà de la catastrophe, certains s’interrogent sur les effets de l’exploitation des mines et la construction de barrages sur les grandes rivières de la région. Des interrogations qui soulèvent des questions dérangeantes sur la responsabilité et sur l’avenir des nombreux barrages construits ou en prévision. Des associations internationales réclament un moratoire sur ces chantiers pour lesquels on ne consulte ni les populations locales, ni celles des plaines de Chine et d’autres pays traversées par les fleuves concernées. Le temps semble être venu d’ouvrir les yeux sur les risques liés à la construction de ces barrages, et à leur effondrement possible lors de prochains séismes.

Concordance de temps, le dimanche 25 avril 2010 est l’anniversaire du jeune Panchen-lama, en résidence surveillée depuis 15 ans. Considéré comme l’un des plus grands maîtres du bouddhisme au Tibet, personne n’a été autorisé à lui rendre visite depuis son enlèvement par les autorités chinoises en 1995 alors qu’il avait 6 ans. La Communauté tibétaine en France appelle à un rassemblement à 15h au Trocadéro à Paris pour sa libération. Nul doute que cet évènement sera aussi l’occasion de faire le point sur le séisme de Jeykundo.

Voir notamment http://www.tibetan.fr/?Dimanche-25-avril-un-rassemblement


Moyenne des avis sur cet article :  2.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Emile Red Emile Red 22 avril 2010 11:20

    Vous ne désarmez pas.

    On n’ose se demander si le Tibet était resté cet état féodal du début du XXème, combien de victimes auraient été sauvées par vos prières et celles de vos maîtres.

    Vous n’avez que peu de respect, votre aveuglement est une insulte aux survivants qui demandent non pas des curés mais un toit et de quoi se nourrir.

    Le dérisoire étant l’ennemi de la raison, il n’est pas étonnant de lire votre seule inquiétude au sujet d’un vieillard milliardaire quand tout un peuple se mobilise pour sauver ceux qui peuvent encore l’être, au mépris de toutes les mesquineries que vous vous plaisez à attiser.

    Savez vous ce qu’est la dignité ?


    • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 22 avril 2010 21:47

      Pure désinformation que vos propos. D’une part, le Tibet n’était pas féodal au début du XXième siècle, selon des analyses historiques. En quoi est-ce une insulte de dire ici ce que demande les survivants, à savoir la venue du Dalaï lama ? Quand à vos propos propagandiste sur le statut de milliardaire du Dalaï-lama, il vaut mieux en rire. Savez vous seulement qu’il vit dans un modest bungalow en Inde du nord ? 
      Rappelons aussi qu’il est moine, il n’a pas le train de vie de milliardaire que vous lui prêtez dans votre amalgame. 
      en ce qui concerne la dignité, je ne l’ai pas perdu, merci. Pouvez vous en dire autant ? 


    • HanKuang HanKuang 22 avril 2010 22:20

      « Savez vous ce qu’est la dignité ? »

      Si l’auteur de cet article en avait eu, il nous aurait épargné la lecture d’un texte aussi médiocre !

      Il s’agit, vraisemblablement, d’une personne pour qui, seuls les « Tibétains » comptent et, au profit de qui, le nettoyage ethnique au détriment des autres habitants doit être accompli dans les meilleurs délais.


    • Emile Red Emile Red 23 avril 2010 08:31

      «  le Tibet n’était pas féodal au début du XXième siècle, selon des analyses historiques »

      « des » est un article indéfini, vous affirmez sans cesse dans vos article, mais jamais n’apportez de preuves à vos allégations,
      Je ne me sers pas d’analyses historiques pour dire que le concensus général est de reconnaître qu’un pays sous la coupe d’un monarque, d’autant plus de droit divin, et où le contexte social est totalement figé dans un modèle suzerain/inféodés au profit exclusif d’une classe détenant tous les pouvoirs s’appelle un système féodal.

      D’autre part votre justification des richesses du Lama est risible, il n’est pas nécessaire de loger dans un palace pour détenir de confortables revenus. Pour voyager comme il le fait, s’entourer d’une cours relativement importante et ne rien faire qui soit rémunérable à longueur d’année, je ne connaît que la rente (ou l’impôt volontaire ou non ce qui nous ramène à la féodalité....).


    • Woods Woods 22 avril 2010 12:32

      Ce tremblement de terre est une malchance pour cette région déjà très pauvre et reculée. La politisation par le Dalai Lama est malsaine, au lieu de parler des victimes et des dégats on va parler du refus de visite pour le Dalai Lama et relancer la polemique sur le Tibet.

      Vous etes malheureusement tombé dans le panneau.

      Woods

      • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 22 avril 2010 21:50

        Il n’y a pas de politique dans cette histoire : les Tibétains de la région espère une visite du Dalaï-lama, qu’il considère comme tous les Tibétains comme le Bouddha de la Compassion. Ce n’est qu’une réaction humaine d’en appeler à sa foi.


      • Surya Surya 22 avril 2010 14:57

        Il n’est évidemment pas question ici de tergiverser sur l’ethnie d’appartenance des victimes. Ce sont toutes des victimes. Toutes doivent être secourues, aidées matériellement, mais également soutenues psychologiquement .

        Tant mieux si le gouvernement chinois apporte une aide civile et militaire efficace. Pas comme la junte militaire face aux sinistrés de Birmanie.
        Je vois mal en effet un gouvernement élu par le peuple et pour le peuple, maltraiter et brimer le peuple en retour. Ce serait une aberration totale...

        Cependant, concernant les victimes tibétaines, je trouverais vraiment sympa que, pour une fois, le gouvernement chinois autorise cette visite du Dalai Lama, que les Tibétains eux mêmes réclament. Face à des personnes traumatisées par une telle catastrophe, accablées par le deuil, et ressentant le besoin, pour retrouver espoir et soulager leur douleur, de procéder à des rituels accomplis par celui qu’ils considèrent toujours comme leur chef religieux, ce serait un beau geste d’humanité. Sous quel prétexte va-t-on leur refuser cela ?

        Si la Chine ne veut pas du Dalai Lama comme chef politique, elle peut toujours l’autoriser à rester au Tibet, ou au moins à y venir de temps en temps, en tant que chef religieux. Je ne vois pas de contre indication à cela. Je ne vois pas non plus de quoi ils ont si peur.


        • luojie 22 avril 2010 16:05

          « Je ne vois pas non plus de quoi ils ont si peur. ».
          Qui vous a dit que la Chine a peur ?
          « les Tibétains souhaitent la visite du Dalaï-lama ».
          Qui a dit que les Tibétains souhaitent la visite du Dalaï-lama ? (à part Dalai)


        • Surya Surya 22 avril 2010 19:57

          Qui a dit que les Tibétains ne souhaitent pas la visite du Dalai Lama ?

          J’ai écrit que les Tibétains réclament la visite du Dalai Lama, pas qu’ils la souhaitent. Vous avez raison, je n’aurais pas dû employer le mot « réclamer », ils ne peuvent rien réclamer dans la situation où ils se trouvent. Ils peuvent juste témoigner de temps en temps, quand l’occasion leur est donnée de le faire.

          Si la Chine n’a pas peur du Dalai Lama, alors elle ne lui refusera pas une courte visite temporaire pour aller apaiser la souffrance des victimes tibétaines, qui souhaitent sa venue.

          (Vous remarquerez la virgule que j’ai intentionnellement placée entre « victimes tibétaines » et « qui souhaitent ». Elle signifie que toutes les victimes tibétaines souhaitent cette venue. Evidemment ce n’est que mon opinion, n’ayant pas interviewé la totalité des victimes tibétaines du séisme.

          Sans virgule : « les victimes tibétaines qui souhaitent sa venue », ça aurait voulu dire : "parmi les victimes tibétaines, celles (et seulement celles) qui souhaitent sa venue.)

          Il n’y a aucune raison que la Chine refuse au Dalai Lama une visite temporaire pour aller soulager la souffrance morale de victimes d’un séisme. Elle se discréditerait complètement en refusant à toutes ces personnes en détresse ce geste tout simple d’humanité...


        • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 23 avril 2010 00:00

          Il y aussi cette lettre écrite par les victimes du tremblement de terre, ou ils expliquent qu’ils ont besoin du Dalaï lama pour les soulager dans cette épreuve, ils expliquent que leur motivation est d’ordre spirituel : 

          http://www.tibetan.fr/?A-letter-from-the-victims-of-the


        • luojie 23 avril 2010 00:42

          « Si la Chine n’a pas peur du Dalai Lama, alors elle ne lui refusera pas »
          il y a plein d’autres raisons (autres que la peur) qui peuvent conduire à un refus. vous les connaissez aussi bien que moi.
          ps1 : je ne me rappelle plus si Dalai Lama avait exprimé la demande d’aller dans le Sichuan il y a 2 ans.
          ps2 : quel est le montant des dons (en Euro) faits par votre association pour soulager les habitants du Qinhai ?


        • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 23 avril 2010 01:05


          Concernant les appels aux dons pour Jeykundo, plusieurs associations en France ont lancé des appels : Appel aux dons, séisme Tibet.
          La Communauté Tibétaine de France lance un appel à don après le puissant tremblement de terre. Selon le bilan provisoire, environ mille personnes ont péri et plus de 10.000 personnes sont blessées. 90% des habitations en bois et en terre sont détruites et 100.000 personnes se trouvent sans abri avec une température de moins 10 degrés Celsius. L’épicentre du séisme est habité par une population à 98% Tibétaine, par conséquent presque toutes les victimes sont des Tibétains. La Communauté Tibétaine dans la diaspora, s’organise pour venir en aide aux victimes, dans la phase d’urgence, sans oublier la reconstruction de la ville de Yushu. Vous pouvez payer par internet : www.tibetan.fr soit par chèque à l’ordre de « la Communauté Tibétaine de France » 28, rue Sorbier 75020 Paris. Nous vous adresserons un reçu. Bureau de la Communauté Tibétaine de France et ses Amis.

          L’association Tharjay

          Intervient au TIBET dans cette région très pauvre et très isolée du TIBET.

          Des habitations, des écoles, des cliniques, des hôpitaux ont été détruits. Très peu de moyens médicaux sont disponibles immédiatement aussi les médecins et chirurgiens sur place sont contraints d’amputer sommairement sous tente.
          Vous pouvez envoyer vos dons :
          http://www.tharjay.org


          L’association Rokpa France

          Organisation active au Tibet, créée en 1980 et reconnue d’utilité publique. Dons avec mention« victimes de Yushu » à Rokpa France, 11 Rue des Boulangers, 75005 Paris. Responsable France Françoise Prudhomme, O1 43 54 14 32 // francoise.prudhomme2@aliceadsl.fr // www.rokpa-france.org.

          Association Norlha
           
          Aide aux Tibétains <info@norlha.org>
          Objet : Secours d’urgence aux sinistrés du tremblement de terre au Qinghai – Tibet (Chine occidentale)
          Une association en mesure d’agir directement sur place auprès des sinistrés de YUSHU car depuis 2006 elle y a réalisé divers projets
          dont la Clinique de Sershul Gompa. 
          Norlha est aussi en coordination avec les autres ONG européennes présentes sur place, pour agir de manière efficace.
           
          VERSEMENT en SUISSE FRANCE :  Association Norlha France
           Caisse d’Epargne LDA St-Etienne
           numéro IBAN : FR76 1426 5006 0000 0256 7034 162
          Identifiant de l’établ. bancaire (Swift) CEPAFRPP426 

           VERSEMENT en SUISSE
          Compte CCP : 17-304328-9
           IBAN : CH92 0900 0000 1730 4328 9 //
          Code Swift / BIC : POFICHBE
          Association recommandée par OBJECTIF TIBET
           BP46 - 74140 SCIEZ France
           
          objectif-tibet@orange.fr
           http://objectif-tibet.blogspot.com/


        • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 23 avril 2010 17:45

          Bureau du Tibet

          Un Comité pour venir en aide aux victimes de Yushu 

          Circulaire – Tremblement de terre à Yushu (Tibet)

          Un violent tremblement de terre, d’une amplitude de 6,9 sur l’échelle de Richter, a frappé la région de Kyejudo (Yushu) dans la province de l’Amdo le 14 avril dernier.

          A ce jour, les autorités dénombrent environ 2 000 décès, 300 disparitions et plus de 12 000 blessés graves. Plusieurs milliers de personnes se trouvent dans une situation extrêmement critique, beaucoup de bâtiments ayant été détruits.

          Via la Circulaire du Cabinet (Kashag) n° Kh86 (61 10)-11 du Gouvernement tibétain en exil, un Comité pour venir en aide aux victimes de Yushu a été créé. Tous les dons financiers seront les bienvenus. Le Bureau du Tibet est habilité à les percevoir  ; ils seront regroupés et envoyés à ce comité basé à Dharamsala qui se chargera de les répercuter.

          Merci infiniment de faire largement circuler cette information au plus grand nombre possible. Pour des raisons pratiques, n’oubliez pas d’accompagner vos chèques d’une petite note mentionnant la destination de votre donation.

          Nous vous remercions de votre solidarité ainsi que la Communauté tibétaine en France (www.tibetan.fr) et toutes les Associations qui ont déjà pris l’initiative d’œuvrer dans le même sens. Wangpo Bashi

          BUREAU DU TIBET 84 bd Adolphe Pinard

          75014 PARIS

          Tél : (1) 46 56 54 53 < Fax : (1) 41 17 00 14 < Email : tibetoffice@orange.fr

          www.tibet.net // www.tibet-info.net


        • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 23 avril 2010 00:27

          Vous semblez réécrire les choses. A l’origine de cette histoire, il s’agit d’un séisme dévastateur, avec des milliers de morts. Certains des habitants de Jeykundo ont exprimé leur souhait que le Dalaï-lama viennent (voir la lettre ci-dessus). Le Dalaï-lama a répondu qu’il souhaite venir. C’est une réaction de solidarité. Le Karmapa, à l’issue de cérémonies pour les vicitimes s’est aussi exprimé en faveur d’une visite du Dalaï-lama ou d’un émissaire, expliquant que cela aiderait les habitants à dépasser le traumatisme. On peut le comprendre : des milliers des morts, les chiffres définitifs ne sont pas encore connus, et une ville détruite à 80%. La balle est maintenant dans le camp du gouvernement chinois : soit il accèpte le principe d’une visite, soit il refuse. On est loin des guignols de l’info.
           ;


        • Mammon 22 avril 2010 20:55

          @ l’auteur :

          L’intention de SS le Dalaï Lama de se rendre au Qinghai pour soulager moralement les victimes (tibétaines) du séisme est louable, mais elle risque de paraître inopportune.

          Vous semblez trop souvent oublier que les Chinois le perçoivent, à tort ou à raison, comme une menace pour la stabilité de leur pays, et ce ne sont pas ses discours qui risquent de changer grand-chose pour le moment.

          Mettez-vous un peu à leur place : des émeutes ont éclaté à Lhassa en pleine année des J.O., faisant plusieurs victimes tibétaines ET Han/Hui, la répression qui s’en est suivie a été d’une férocité inouïe (et souvent injustifiée), mais le calme est revenu.

          Cependant, les braises sont encore chaudes, les rancoeurs subsistent, ce qui fait que de nombreuses régions à fortes minorités tibétaines sont restées bouclées pendant des mois après les émeutes (Sichuan, Gansu, Yunnan...)

          Même si SS le Dalai Lama n’est pas directement à l’origine de ces violences, beaucoup des émeutiers se sont réclamés de lui.

          Du coup, sa visite risque de provoquer à nouveau des troubles, même s’il ne les soutient pas. Et le Qinghai dévasté n’en a pas besoin en ce moment.

          Cependant, il existe une solution pour que SS le Dalai Lama puisse un jour revenir en Chine : qu’il abandonne toute fonction politique pour se consacrer uniquement à la religion.

          C’est ce mélange des genres politique/religion, et je dirais même ethno-nationalisme tibétain/religion, qui constitue le véritable point de blocage entre lui et les autorités chinoises.
          Tant que cette ambigüité ne sera pas levée, il y a fort peu de chance que la situation évolue favorablement pour les tibétains en exil.

          Souvenez-vous que la Chine se méfie comme de la peste des leaders religieux qui se mettent à faire de la politique. Entre les Turbans Jaunes, le Lotus Blanc, les Tai Ping et les Boxers, elle a à chaque fois payé au prix fort (20 millions de morts pour la seule révolte des Tai Ping) les soulèvements provoqués par ces illuminés. La répression du Falun Gong est l’illustration la plus récente de cette crainte millénaire. Idem pour son obsession à désigner ou contrôler les futurs Panchen ou Dalai Lama...

          Tant que vous ne prenez pas la peine de connaître vos interlocuteurs et surtout leur mentalité, leur histoire (et leurs blessures) et leur façon de penser, vous ne pourrez malheureusement pas défendre efficacement votre cause.

          Ceci est un conseil amical d’un amoureux des cultures chinoises ET tibétaines.


          • HanKuang HanKuang 22 avril 2010 22:31

            SS le Dalai Lama a effectivement bien retenu les leçons de son précepteur SA, devenu après la Nuit des Long Couteaux SS, Heinrich Harrer à propos de ce que l’on appelle maintenant la « communication politique », c’est-à-dire la propagande, un « art » où excellait le Reichsminister für Volksaufklärung und Propaganda Joseph Goebbels.


          • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 23 avril 2010 00:36

            Mammon, vous faite un amalgame incompréhensible entre des événements et des époques sans relation. Les choses sont beaucoup plus simple : soit le gouvernement ychinois accèpte la visite, et il gagne la sympathie d’une population lourdement touchée, soit il refuse, et il lui faudra ne commettre aucune erreur dans la réparation des dégats liées au séisme, telle est mon analyse de politique.
            Concernant la visite du Dalaï-lama, elle n’a pour tout objectif qu’un objectif d’aide spirituelle à ses co-religionaires. Pour l’info sur le Karmapa, voici le lien : http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=27170&article=Dalai+Lama%e2%80%99s+visit+can+help+people+overcome+disaster+in+Kyegudo%3a+Karmapa


          • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 23 avril 2010 07:32

            PS : le terme d’emeute que vous utilisez pour qualifier les manifestations bien souvent pacifiques qui se sont produites dans l’ensemble des régions tibétaines démontre une intention propagandiste de votre part. Pour votre information, il a été écrit que Jeykundo n’a pas manifesté en 2008.


          • Mammon 23 avril 2010 11:34

            @ l’auteur

            Navré de vous contredire, mais les choses ne sont pas aussi simples que vous le prétendez.

            Ma propre analyse sur le silence des autorités chinoises quant à la demande de SS le Dalai Lama est la suivante :

            - soit les autorités chinoises opposent un refus catégorique, alors qu’il y a une catastrophe naturelle, et c’est leur image de marque auprès de l’opinion internationale qui en prend en coup = perte de face
            - soit elles acceptent, et du coup c’est leur image de fermeté, vis-à-vis de leur propre opinion publique, qui en prend un coup = perte de face

            Bref, cette demande place dans tous les cas les autorités chinoises en porte-à-faux, elle n’avait donc aucune chance d’aboutir, même si les raisons (soutien spirituel aux sinistrés) sont louables.

            C’est cette approche simpliste et manichéenne que vous devriez abandonner si vous voulez réellement défendre la culture tibétaine, au Tibet ou ailleurs, et vous ne pourrez le faire qu’AVEC le concours des Chinois, pas CONTRE eux.

            Encore une fois, il ne s’agit pas de nier le(s) drame(s) qu’a (ont) traversé(s) le peuple tibétain depuis 1959 jusqu’à celui des derniers jours, mais se focaliser sur les seuls tibétains et faire l’impasse sur ce qu’ont traversé leurs compatriotes Han ou autres durant toute cette même période ressemble fort à ce qui irrite beaucoup d’intervenants ici : l’indignation sélective.

            C’est toute la stratégie qu’il faut revoir. Un bon conseil : mettez-vous en relation et entretenez un dialogue étroit et permanent avec toutes les associations chinoises ou de sinophiles : congrégations bouddhistes chinoises, associations des droits de l’homme en Chine, étudiants chinois, associations culturelles, personnels des ambassades...et la défense de la culture tibétaine passera beaucoup mieux qu’à coup de déclarations fracassantes.

            Bonne réflexion.


          • realityman 23 avril 2010 17:14


            a france-tibetPS : le terme manifestation pacifique que vous utilisez sont bien souvent plus des lynchage contre la population han ! Les ( rare ) touristes occidentaux qui étaient présent lors de l’emeuthe 2008 ont postés des videos sur internet qui prouvent bien la réel violence des mannifestantsvous trouverez facilement les video sur youtube
            En passant, les médias nous on affirmés il y a 2 ans que les tibettants ne sont plus majoritaire dans leur propre territoire a cause d’un flux d’immigration forcé des hans. Pourtant, ce sont les memes médias qui nous disent aujourd’hui que, le territoire oû a eu lieu le seisme, est occupé par 90% de tibetaint !Dernier point, il faut savoir qu’au tibet, il existe plusieur école de penser bouddhiste ! Ledalai lama ne fait parti que d’un de ces courrants religieux ! Et donc qu’il est loin d’etre reconnu par tout les tibetants comme le chef religieux !

          • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 23 avril 2010 17:52

            Votre analyse est peut être juste en ce qui concerne les 2 risques de perdre la face. Cependant, il y a une voie possible, elle est suggéré par le Karmapa : « It is His Holiness the Dalai Lama’s wish to visit the quack-hit areas to comfort the victims. And it is my hope and confidence that a visit by His Holiness or, by an emissary of His Holiness can truly help in easing the suffering of the Kyegudo people » (lien ci-dessus)
            Il n’y a pas le risque que vous avez suggéré avec les émissaires du Dalaï-lama, puisqu’ils se rendent régulièrement en Chine, et parfois au Tibet pour des discussions au sujet de la question tibétaine, et cela depuis 8 ans, l’opinion intérieur en Chine en est vraisemblablement informé. 


          • Emile Red Emile Red 23 avril 2010 09:00

            L’auteur,

            Vous n’avez pas l’air de comprendre plusieurs points qui heurtent l’ensemble des intervenants vous critiquant.
            D’abord, vos propos sont essentiellement tournés vers la venue du Lama, ce qui semble à tout humain normalement constitué comme une abbération quand le peuple touché, dans son ensemble, a besoin de nourriture, de soins, de toits.

            Ensuite découlant du premier point, votre demande évacue toute la population qui n’a aucun rapport de près ou de loin avec le Lama, qui ne demande rien à son propos et qui a d’autres chiens à fouetter, ainsi vos propos semblent beaucoup plus animés d’un ethnocentrisme extrème plutôt que d’un appel humanitaire.

            En dernier lieu, l’ensemble de votre prose cherche à induire que les populations sont laissées en totale désérance par les autorités et le voisinage. Or, tous les reportages, les journalistes et les témoins du désastre s’accordent à décrire l’importance des moyens techniques et humains mis en oeuvre, démontrant que le gouvernement Chinois a déployé le maximum de ressources en faveur des populations locales et sans discrimination.

            Maintenant vous pouvez accuser de désinformation quiconque vous contredit, mais les faits sont tétus et votre confusion entre l’action humanitaire et la défense partiale et orientée d’un seul groupe de victimes ne plaide pas en votre faveur et au delà démontre votre position partisane, d’autant plus que ce ne sont pas tous les Tibétains que vous soutenez mais uniquement les Tibétains religieux.


            • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 23 avril 2010 17:56

              Vous delirez, relisez donc l’article.


            • Mammon 26 avril 2010 12:20

              Bonjour Hengxi

              Si vous me le permettez, je vais tenter de répondre à ces quelques petites questions à sa place :

              - les commandos tibétains : je suppose que vous voulez parler du « Special Frontier Force », créé en 1962 par le gouvernement Nehru suite à la guerre sino-indienne qui a vu la Chine s’approprier la région himalayenne d’Aksai Chin (toujours revendiquée à ce jour par l’Inde).
              Ce commando a été composé de tibétains ethniques (de l’ethnie Khampa ou Golok si je me souviens bien), recrutés dans les camps de réfugiés et effectivement entraînés par la CIA, à l’époque activement opposé, tout comme l’Inde, à la Chine.
              Les relations américano-indiennes se refroidissant par la suite, avec le rapprochement américano-pakistanais, le S.F.F. est passé ensuite exclusivement sous contrôle indien.
              Le but du S.F.F. est clair : mener des opérations d’espionnage et de guérilla sur le haut plateau tibétain en cas de guerre avec la Chine. Les tibétains ethniques qui le composent font donc partie de l’armée indienne.
              Il n’est absolument pas prouvé que le Dalai Lama ait le contrôle, ni même quelconque influence sur cette unité d’élite (et bien anti-chinoise) mais ses membres peuvent, à titre individuel, éprouver de l’égard pour lui.

              - les riches tibétains exilés en Suisse : les riches s’exilent toujours dans les pays où il fait bon vivre, ce n’est pas une exclusivité tibétaine. Quant aux pauvres, ils marchent ou prennent le bateau pour le pays d’à côté. On peut faire le parallèle avec les riches (et moins riches) chinois Han qui ont fui la Chine continentale pour Hong Kong, Taiwan, l’Australie ou les Etats-Unis. Vous aurez noté que pendant que les Tibétains subissaient l’invasion chinoise et la destruction de leurs 6000 monastères, le reste de la Chine subissait le Grand Bond en Avant et la Révolution Culturelle, exactement à la même période...tout le monde était alors dans la même galère, donc ceux qui le pouvaient, tibétains ou Han, fuyaient.

              - Heinrich Harrer : puisque c’est de lui dont vous parlez, a connu le Dalai Lama pendant 7 ans, de 1944 à 1951. Il était membre du parti Nazi. Cependant, rien n’indique qu’il ait « inoculé » des idées nazies au jeune homme, et on en retrouve aucun élément dans ses discours. Il ne faut pas oublier qu’à cette époque, la guerre était finie (depuis 1945), le nazisme et les anciens nazis traqués partout dans le monde, donc Harrer n’avait aucun intérêt, pour sa propre survie, à rappeler ce fait troublant de jeunesse. Donc faire l’amalgame Dalai Lama = nazi est de la propagande grossière d’ultra-nationalistes chinois mono-neuronaux, vous savez, ceux qui se br...ent à longueur de journée devant des cartes de la Grande Chine... Absolument sans aucun intérêt pour vous, donc.

              - Shoko Asahara : alias le « gazeur ». Je ne connais pas cette photo mais il faudrait m’en donner la date et vérifier si elle a été prise avant l’attentat du métro de Tokyo en 1995... Ceci dit, comme tous les gourous, Asahara possède deux choses : 1) du fric, il n’est donc pas exclu qu’il en ait donné par la cause tibétaine, pour l’image (aider un Prix Nobel de la Paix, c’est « in »)
              2) du charisme, donc il aurait tout à fait pu convaincre le Dalai Lama combien sa secte Aum Tinrikyo était pacifique et bouddhique comme il faut, alors qu’en même temps il préparait de sombre projets... En tout cas, une simple photo ne prouve absolument pas que le Dalai Lama soit derrière les attentats de Tokyo, c’est réducteur et bon pour les abrutis ultra-nationalistes chinois bas de plafond. Ne mangez pas de ce pain ou plutôt de ce riz-là....
              D’ailleurs, Mère Térésa a bien accepté de l’argent de Castro, ça n’en fait pas une pasionaria communiste pour autant.

              - Pinochet : arrêté à Londres en 1998 et objet d’une demande d’extradition vers l’Espagne pour tous les crimes (3000 morts, 25000 torturés) pendant sa dictature. Il faut rappeler que la transition du Chili de la dictature vers la démocratie s’est faite relativement pacifiquement et que aussi déplaisant que ça puisse paraître, Pinochet bénéficiait du soutien d’une large frange de la population chilienne. Le Dalai Lama a du estimer qu’une telle extradition, 10 ans à peine après la fin de la dictature, aurait pu plonger le pays dans des troubles interminables et l’empêcher d’aller de l’avant. Il ne s’agit pas de nier les méfaits de la dictature, mais il a du estimer que le moment n’était peut-être pas opportun.
              On pourrait appliquer ce raisonnement à la Chine : pensez-vous qu’au jour d’aujourd’hui, vous qui vivez en Chine, la Chine soit prête à faire le procès des erreurs et crimes du maoïsme et ses victimes en droit de réclamer des réparations à l’Etat ? Un jour peut-être, mais probablement pas aujourd’hui...

              Je prends un peu la défense de l’auteur mais je n’adhère pas à toutes ses idées. Cependant, les réactions des ultra-nationalistes chinois, dont vous reprenez malheureusement certains raccourcis, et qui, eux, sont tout aussi racistes que ceux qui se livrent au « chinese bashing » sur les forums pro-tibétains, m’irritent quelque peu.

              Ce que je reproche en fait au défenseurs de la Cause Tibétaine, c’est d’avoir recherché leurs soutiens dans le monde entier tout en négligeant d’en chercher là où ils en avaient le plus besoin pour le propre bien de leur peuple : en Chine même et parmi tous les chinois d’outre-mers ou amoureux de la Chine. De fait, leur rhétorique stigmatise tous les Chinois, quel qu’ils soient, et alimente à rebours un ultra-nationalisme chinois/Han agressif dont on se passerait fort bien.
              Cordialement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès