Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sénégal : Bush nomme son Monsieur Casamance

Sénégal : Bush nomme son Monsieur Casamance

La Casamance, cette région naturelle du sud du Sénégal, ayant une frontière commune avec la Gambie, la Guinée-Bissau et la République de Guinée, a désormais un spécialiste dans le dispositif de Georges W. Bush. En effet, Washington vient de nommer un « officiel américain » dont la mission sera de s’occuper quasi exclusivement de toutes les questions relatives à cette partie du Sénégal. Il en sera, en quelque sorte, « le point focal ».

L’information a été donnée, lundi matin à Ziguinchor, localité située à 455 km au sud de Dakar, par la conseillère aux affaires publiques, à l’ambassade des Etats-Unis à Dakar. Mme Robin Diallo qui avait rendu une visite de courtoisie aux journalistes de cette partie du Sénégal, a annoncé ceci : « je pense qu’il est arrivé aujourd’hui (lundi) à Dakar. On aura quelqu’un de l’ambassade qui est chargé seulement de la Casamance ». Mme Diallo n’a pas révélé le nom de celui-là qu’on pourrait dorénavant surnommé le « Monsieur Casamance des Etats-Unis ». Elle ajoutera, toutefois, que ce dernier, à défaut de résider à Ziguinchor, sera très fréquent en Casamance.

 
Le « Media specialist » de l’ambassade des Etats-Unis à Dakar, M. Oumar Watt, a confirmé cette information. Selon lui, « il a été récemment décidé d’envoyer un officiel américain qui va séjourner ici en Casamance. Il sera certainement basé à Dakar ou à Ziguinchor ». En somme, poursuit M. Watt, c’est le « Point focal qui sera chargé de la Casamance, au niveau de la mission américaine au Sénégal ».

 
A la question à savoir quelle sera effectivement la mission de ce « Monsieur Casamance » du pays de Georges W. Bush, le « Media specialist » d’expliquer le caractère polyvalent de son cahier des charges. Si l’on en croit Oumar Watt, le « Point focal » dont on n’ignore encore le nom et la qualification, s’occupera des questions relatives à « la situation en Casamance : développement, processus de paix, accompagnement du processus de paix ; il sera le point focal. Il est déjà arrivé ».

 
La coopération sénégalo-américaine date de plusieurs décennies, maintenant. Elle a toujours été au beau fixe. Au point que certains présidents américains n’hésitent pas à rendre des visites de courtoisie et/ou de travail à leurs homologues sénégalais. En mars 1998, Bill et Hillary Clinton se sont rendus au Sénégal, pour 48 heures. C’était durant le magistère de l’ex-président Abdou Diouf actuellement secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie. En juillet 2003, Georges Bush a rendu visite à Me Wade.

 
Que cherche le pays de Georges W. Bush et pourquoi s’intéresse-t-il à la Casamance, au point de nommer une personne chargée quasi exclusivement de cette partie du Sénégal en crise irrédentiste depuis décembre 1982 ? L’on ne saurait répondre à cette interrogation, sans risque de se tromper. Mais une chose est sûre, depuis l’accession au pouvoir de l’actuel président de la République Me Abdoulaye Wade, le 19 mars 2000, la coopération entre Dakar et Washington a été comme redynamisée. La région de Casamance a eu à bénéficier d’un minimum de 15 millions de dollars entre 2000 et 2007. Ce geste entre dans le cadre d’accompagnement du processus de paix en cours en Casamance. Un processus qui a reçu, le 30 décembre 2004, un coup de fouet à Ziguinchor, avec la signature entre le gouvernement du Sénégal et le MFDC (rébellion casamançaise) un protocole d’accords de paix.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • grangeoisi 17 octobre 2007 10:29

    Et le pétrole ? Des fois qu’il y en aurait ?


    • FAMA Boubacar DIASSY 17 octobre 2007 11:45

      Salut, Grangeoisi et juche girl,

      Voulez-vous être un peu plus précis dans votre commentaire, SVP ?


    • grangeoisi 17 octobre 2007 12:13

      Bonjour Boubacar,

      Je n’ai guère de talent ni pour l’écrit ni pour le dessin mais ici, Agoravox permet à de bons manieurs de plume de s’exprimer et d’apporter des éclairages différents sur des sujets divers et d’accepter des commentaires de plus de six mots je crois (sourire). Permets moi de m’étonner de ton article...les USA seraient-ils devenus philantropiques soudainement... quel est le but de ton article ? Veux-tu faire exprimer par d’autres des questions sur de si belles pluies de dollars ? Ou doit-on toujours recevoir de pays riches quelques mannes ? Saisons des pluies pour les mangues ?

      Bien sûr que l’on se place en géo-politique... toujours toujours et en fonction des intérêts immédiats ou futurs.N’y aurait-il rien en Casamance ?


      • FAMA Boubacar DIASSY 17 octobre 2007 12:43

        Salut à nouveau,

        comme je l’ai dit dans mon article, les USA entretiennent de bonnes relations avec le Sénégal. Et cela ne date pas d’aujourd’hui.

        Vous avez fait allusion à du pétrole. Mais il faut dire qu’aucune étude récente ou ancienne n’a fait état, de manière explicite, de l’existence de pétrole dans le sous-sol du sud du Sénégal. Il y a maitenant plusieurs années, l’on parlait d’un gisement qui existerait entre la Guinée Bissau et le Sénégal, mais cette question a été très vite oubliée par les deux Etats.

        Quant à mon article proprement dit, je l’ai écrit juste pour informer, et rien d’autre.


      • pierre séne 17 octobre 2007 21:35

        Monsieur Boubacar dire « qu’aucune étude récente ou ancienne n’a fait état, de manière explicite, de l’existence de pétrole dans le sous-sol du sud du Sénégal » c’est soit un manque de criard d’informations ou bien vous faites preuve d’une mauvaise foi extraordinaire. taper juste les mots « casamance » et « petrole » sur google et vous verrez. la question du petrole du casamance a été réglé depuis, le seul probléme pour son exploitation était jusque là sa rentabilité. C’est du off shore lourd ce qui demandait beaucoup d’investissement qui ne garantissait pas dans le temps sa rentabilité. Mais aujourd’hui avec le cours du pétrole qui ne cesse de monter ( 89 dollars le baril aujourd’hui 17 octobre 2007), on peut raisonnablement se poser la question de sa rentabilité si l’on sait que latendance du prix du baril ne risque pas de redescendre de sitôt et peut être même plus jamais. ET c’est à travers justement cette éventualité d’une exploitation rentable du petrole offshor de casamance qu’il faut essayer de comprendre le nouveau intéret américain pour cette partie sud du sénégal. la casamance est secouée par une rebéllion depuis plus de 25 ans et jamais je n’ai entendu parler d’une implication des états unis dans le réglement de e conflit. Si aujourd’hui bouche nomme un monsieur casamance de sa diplomatie, je ne vois que deux raisons, soit il s’interresse de plus en plus à l’exploitation rentable du pétrole, exploitation qui ne pourrait se faire sans le réglement du conflit, ou bien il veut mettre des battons dans les roues de wade qui fait preuve d’antidemocratie de plus en plus et à tendance à se rapprocher de plus en plus avec les monarchies sans foi ni loi du golf. ET puis ce que vous ne dites pas c’est qu’il y a du flou même dans cette nomination de monsieur casamance par les américains, prenez la peine de lire cette nouvelle mise au point faite par l’ambassade des états unis aujourd’hui : http://www.lequotidien.sn/articles/article.CFM?article_id=47746


      • FAMA Boubacar DIASSY 18 octobre 2007 00:29

        Salut, Pierre.

        Merci pour le coup de gueule. Mais ce que vous avez perdu de vue dans ma réponse, c’est l’expresion « de manière explicite ». A l’Etat actuel des choses, on en est à des suppositions, pour ce qui concerne la Casamance en tant que région naturelle. Dans les années 80, ces mêmes suppositions sur l’existence d’offshore en Casamance, avaient conduit à des recherches à Kafountine, dans le département de Bignona. En vain.

        Et puis, j’ai écrit qu’on parlait de l’existence d’un gisement entre la Sénégal et la Guinée-Bissau, donc forcément entre la région de Ziguinchor (Casamance) et ce pays. En son temps, cela avait fait l’objet de beaucoup de bruit avant que la houle ne s’estompât. c’est pour cela que j’ai parlé de « très vite oublié par les deux Etats ».

        Parlant de l’article du journal « le quotidien », je puis vous demander de lire attentivement le chapeau (l’introduction) de ce papier, qui parle de :« l’Ambassade du pays de l’Oncle Sam à Dakar est revenue sur les déclarations de certains de ses membres faisant état de cette nomination pour préciser qu’il n’en est rien ».

        Pour le reste, donnez-moi votre E-adress dans mon blog affiché sous ce commentaire, je vous enverrai le son (original) de ceux-là qui ont fait les déclarations, à mon propre micro.

        Salut et prenez soin de vous.


      • moebius 17 octobre 2007 22:48

        ..sous les pieds d’un « officiel » envoyé par Bush il y a forcément du petrole. Il suffit de creuser. Je vais en inviter un pour mon prochain barbecul ensuite j’entreprendrais des forages dans mon jardin

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès