Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sénégal : Des élèves marchent 20 km pour étudier à un collège (...)

Sénégal : Des élèves marchent 20 km pour étudier à un collège public

Incroyable, mais vrai. Malgré la multiplication des collèges publics d’enseignement moyen (Cem) de proximité au Sénégal, obtenue grâce à l’allocation par l’Etat de 40% de son budget de fonctionnement à l’éducation, des collégiens continuent de faire au moins 20 kilomètres à pied, en aller et retour, avant de bénéficier de l’un de leurs droits fondamentaux : le droit à l’éducation. Cela se passe dans la communauté rurale forestière de Boutoupa Camaracounda, une circonscription administrative située au sud-est de Ziguinchor, principale ville de la partie méridionale du Sénégal.

Le fait reste incroyable ou tout au moins surprenant. Car, dans ce contexte où l’Etat du Sénégal a alloué, selon les informations officielles, 40% de son budget de fonctionnement à l’éducation, on ne peut pas concevoir qu’il existe le moindre recoin du pays de la Téranga (le Sénégal), où les élèves doivent marcher 10 kilomètres, en aller simple, pour étudier. Autrement dit, ces élèves font 20 kilomètres à pied, en aller-retour. En tout cas, l’information a été donnée, mercredi après-midi, par le président du Conseil rural de Boutoupa Camaracounda, une localité forestière frontalière avec la Guinée-Bissau et ayant beaucoup souffert pendant la crise indépendantiste en Casamance, enclenchée en 1982.

Selon M. Lucien Gomis qui nous a accordé un entretien à Ziguinchor, situé à 455 km au sud de Dakar, « le collège le plus proche de Boutoupa Camaracounda est à dix kilomètres ». Le plus proche Cem en question se trouverait, à l’en croire, dans le village de Agnack, situé à environ dix kilomètres au nord du chef lieu de la communauté de Boutoupa Camaracounda. M. Gomis ajoutera que « les gens quittent Camaracounda pour aller à ce collège ».

A titre d’exemple, le patron des élus locaux dira que « l’année dernière, trois élèves sont restés trois mois sans avoir de tuteur à Agnack, parce que le Cem le plus proche est à Agnack. Ils allaient le matin à pied pour revenir le soir ; ils l’ont fait pendant trois mois ». Rappelant leur volonté de maintenir les filles à l’école, le président du Conseil rural de Boutoupa Camaracounda évoquera, par ailleurs, le cas des filles qui « effectuaient cette distance chaque jour ». Découragées par la longueur du trajet, a-t-il ajouté, « beaucoup (d’entre elles) abandonnent ».

A qui la faute ?

A qui la faute relative à ce dérèglement de la carte scolaire dans la région sud du Sénégal ? On ne saurait y répondre avec exactitude. Mais deux choses sont claires. Ce sont d’abord la volonté affichée par Dakar de créer partout où cela est possible des collèges de proximité, mais aussi l’effort abattu par les populations de cette communauté rurale pour alléger la souffrance de leurs enfants. Sur ce, M. Lucien Gomis affirme : « cause pour laquelle l’année dernière, on a construit un collège, mais malheureusement, on a pas eu la chance de l’ouvrir cette année. On a tapé à toutes les portes, mais on nous a dit que nous étions en retard... On aurait dû nous comprendre, parce que, j’ose dire que nous sommes la seule communauté rurale au Sénégal, qui n’a pas de collège d’enseignement. C’est vraiment un handicap pour nous les parents et nos élèves ». En l’occurrence, ce Cem leur aurait été offert par des partenaires privés espagnols.

Rappelons que la carte scolaire de la communauté rurale de Boutoupa Camaracounda, très forestière, a été complètement endommagée à cause de la crise indépendantiste en Casamance. Treize écoles y existaient avant et pendant ce conflit qui a duré près d’un quart de siècle. A cause des affres de celui-ci, huit d’entre elles ont dû fermer. Actuellement la reconstruction des écoles de Laty et Niadiou situées dans la même zone, est en projet.

A retenir aussi que lors d’une réunion d’évaluation de l’année scolaire écoulée au Sénégal (1er octobre 2006 - 31 juillet 2007), présidée par le ministre de l’Education, Pr. Moustapha Sourang, il a été indiqué que la région de Ziguinchor comptait « 77 collèges d’enseignement moyen et 32 privés ». D’autre part, un document publié le même jour, fait état de ce qui suit : « l’enseignement moyen s’est développé dans le monde rural avec la création de collèges de proximité dans les chefs-lieux d’arrondissement et de communauté rurale mais aussi dans certains villages. On en a créé 20 pour cette année. Et nous projetons d’en ouvrir 12 à la rentrée prochaine » dans la région de Ziguinchor (sud du Sénégal).

Cette « rentrée prochaine » a eu lieu le 1er octobre 2007 pour le corps enseignant sénégalais et le 8 octobre 2007 pour les élèves. Mais Boutoupa Camaracounda, selon les termes de M. Lucien Gomis, reste toujours « la seule communauté rurale du Sénégal, qui n’a pas de collège ».

Selon un document officieux publié vendredi par le Syndicat des enseignants libres du Sénégal, authentique (Sels/a), les « 40% du budget de fonctionnement... représentent en chiffres 249 milliards (soit environ 415 millions de dollars US) dont les 106 milliards vont dans les salaires des enseignants et le reste est de 143 milliards : où sont ces 143 milliards qui ne vont pas dans les classes ? Disent-ils dans les investissements, les services de la dette contractée auprès des bailleurs de fonds, la Banque mondiale, le FMI, les dépenses communes à tous les ministères, le matériel d’équipement et autres ».

Boubacar DIASSY


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • FAMA Boubacar DIASSY 29 octobre 2007 23:33

    Merci à Ludo et AB .

    AgoraVox n’est pas un organe français, encore moins européen, mais mondial. Je pense que c’est la raison pour laquelle il a une page internationale.

    Salut à tous les deux.


  • ketum80 30 octobre 2007 04:54

    A celui qui estime que l’article n’a pas d’interet pour les Francais, qu’il se renseigne sur la traduction du mot « Agora vox » ... Petit indice : c’est du latin smiley


  • Sigefroid 30 octobre 2007 16:33

    Note bien, si cela peut avoir un intérêt pour les adeptes d’Agoravox (je me demande si agora n’est pas +tôt du grec si mes souvenir son bons), mon arrière grand-mère faisait 15 km à pied pour se rendre de son village au marché local y acheter des victuailles ... Mais bon ... pour l’Afrique c’est aussi une nouvelle internationale ! smiley


  • FAMA Boubacar DIASSY 30 octobre 2007 18:46

    Ketum80,

    Vous avez vraiment raison.

    Je pense que rien que l’intitulé de cet organe en ligne , AgoraVox, renseigne sur son envergure on ne peut plus internationale.

    Salut à vous.


  • FAMA Boubacar DIASSY 30 octobre 2007 18:51

    Seb59,

    Votre question sur la portée internationale d’un tel article est pertinente. C’est comme si vous demandiez en quoi le naufrage d’un ferry au large du mexique, des indes, ou ailleurs dans le monde, intéresserait-il le français ? Exactement !

    Portez-vous bien.


  • mat 29 octobre 2007 16:27

    On ne comprend pas bien pourquoi ce collège n’existe pas, puisque l’etat semble etre conscient de la necessité de ces etablissements. (« la volonté affichée par Dakar de créer partout où cela est possible des collèges de proximité ») et que la structure existe (l’année dernière, on a construit un collège, mais malheureusement, on a pas eu la chance de l’ouvrir cette année). On ne sait pas qui est ce « on » (on" nous a dit que nous étions en retard).

    @seb59, ou as tu vu qu’Agoravox etait reservé aux français ?


    • FAMA Boubacar DIASSY 29 octobre 2007 23:37

      Mat,

      vous savez, la neutralité, l’objectivité et la fidélité du journaliste aux propos d’autrui, m’interdisent d’en rajouter à ce qu’autrui me dit.

      Raison pour laquelle j’ai rapporté exactement les « on » de celui que j’ai interrogé. Entendez par « on », les autorités étatiques qui ont la charge des constructions scolaires dans la région sud du Sénégal.

      Merci également d’avoir répondu à Seb59 par rapport à la « francité » de AgoraVox.

      Salut


    • Ghirlandaio 29 octobre 2007 20:14

      Je suis ravi d’apprendre que le gouvernement sénégalais est conscient que le développement passe par par l’éducation et pas le Coran.


      • FAMA Boubacar DIASSY 29 octobre 2007 23:41

        Ghirlandaio,

        Vous avez raison, depuis 2000, l’Etat sénégalais fait de son mieux pour résoudre toutes les équations relatives à l’éducation ; même si plein de revendications syndicales sont encore sur la table du ministre de l’éducation.

        Salut.


      • maxim maxim 29 octobre 2007 22:12

        rien d’extraordinaire de faire 20 bornes à pied ,dans les années 40 et 50 ,j’étais scolarisé à la campagne ,et des copains qui habitaient aux cent mille diables faisaient leurs 10 bornes aller et autant au retour .... à l’époque ,pas de ramassage scolaire ,pas de voitures ou très peu et pour les gens aisés ,ni vélos ,ni mobylettes ,à pied ,tous les jours sans en faire une affaire d’état ........et toujours a l’heure .....


        • FAMA Boubacar DIASSY 29 octobre 2007 23:44

          Maxim,

          C’est vraiment regrettable de constater que ce qui aurait dû se passer dans les années 60-70 coïncidant avec la période des indépendances en Afrique, se passe actuellement au Sénégal.

          Votre regret est jueste.

          Salut.


        • Martin Lucas Martin Lucas 1er novembre 2007 08:16

          BIen sûr que ça nous concerne. Aujourd’hui encore, 20 km est chose courante en France. Mais nous les faisons en voiture (pour combien de temps encore ?).

          On comprend vite que le maintien de services de proximité (hôpitaux, écoles, poste etc..), est une question non seulement sociale mais aussi écologique. Traiter l’écologie iséolément des autres questions politiques amène à faire des choix contre-productifs.


          • faxtronic faxtronic 7 novembre 2007 01:04

            mais oui bien sur

            un trajet de cette longueur est courant en france et ayant 33 ans je peux t affirmer aues des amis allaient aux lycee a pied, en courant, et vivant en zone rurale 10 km c est un luxe

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès