Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sénégal : L’orphelinat de Diabire se meurt !

Sénégal : L’orphelinat de Diabire se meurt !

L’orphelinat de Diabire, localité située à près de quatre cent soixante (460) Kilomètres au sud de Dakar, dans la banlieue de Ziguinchor, principale ville de la Casamance, traverse des difficultés que nul n’aurait imaginées en ce vingt-et-unième siècle. Ce centre jeté dans la forêt avec ses presque deux cents (200) pensionnaires dont 70 % d’orphelins du bateau le « Joola », manque de tout, à commencer par l’électricité et une voie d’accès digne de ce nom.

Après de plus de quatre (4) années de souffrances et de végétation, les responsables de l’orphelinat de Diabire ont fini par sortir de leur mutisme. Ils ont fait face aux journalistes, mercredi, pour étaler les difficultés auxquelles eux-mêmes et les enfants qu’ils nourrissent et encadrent douze mois sur douze, sont confrontés. Selon l’Imam Mouhamadou Sow, responsable religieux ayant participé à la mise sur les fonts baptismaux de l’orphelinat de Diabire, « nos préoccupations sont de deux ordres : d’abord le manque d’électricité et puis l’inexistence de voie d’accès à notre bâtisse ».

En effet, les orphelins vivant sur les lieux, dorment, tant qu’ils sont, sous l’électricité obtenue grâce à un générateur à essence, communément appelé au Sénégal « groupe électrogène ». Un groupe qui, non seulement serait en mauvais état et tomberait sempiternellement en panne, mais aussi manquerait régulièrement de carburant. Et le cas échéant, indique l’Imam Sow, « les orphelins sont habités par une peur bleue, ils ne dorment pas jusqu’à l’aube, imaginez alors les conditions d’existence dans lesquelles ils vivent ».

Pour mettre une fin à toute cette souffrance qui n’a que trop duré, les responsables de l’orphelinat de Diabire, en collaboration avec leurs homologues d’une Ong africaine qui se donne peu ou prou pour l’amélioration des conditions de vie des enfants, ont monté un projet d’électrification des locaux. Mais selon toute vraisemblance, ce projet a une chance infinitésimale de voir le jour de sitôt. En effet, si l’on en croit M. Sow, « rien que le devis établi par la Senelec (Société nationale d’électrification du Sénégal), est estimé à 30 millions de FCFA », soit environ 50 000 Euros.

Le Président Wade et son épouse invités à intervenir

A ce sujet, le responsable de l’orphelinat s’est voulu clair, à juste raison : « si nous avions cette forte somme, nous l’aurions utilisée dans l’achat de la nourriture et des habits des pensionnaires du centre ». N’empêche, ils ont fait des pieds et des mains pour « décrocher » sinon le financement de leur projet par des bonnes volontés et des institutions caritatives à travers le Sénégal et le monde, du moins sa prise en charge par les autorités Sénégalaises. En vain ! Lors du point de presse, ils ont réitéré leur cri du coeur en direction du Président Wade et de son épouse Mme Viviane Wade, sans oublier la fondation dirigée par cette dernière.

Selon l’Imam Sow, ils ont contacté le secrétaire général de la Présidence de la République du Sénégal et la Ministre d’Etat, ministre de la fonction publique tous deux originaires de la région de Casamance, toujours sans succès. Cette dernière aurait également contacté à son tour, son collègue de l’énergie via la présidence de la République, toujours sans succès.

Ne pouvant plus endurer leurs souffrances et ne sachant à quel saint se vouer, les responsables de l’orphelinat de Diabire et les orphelins, qui, toutefois, ne comptent pas capituler et baisser les bras pour ne pas dire mettre la clé sous le paillasson, projettent de battre le macadam le Mercredi 4 Février prochain. Ils ont déjà déposé une demande d’autorisation de marche à la préfecture de Ziguinchor (455 Km au sud de Dakar). Ce jour-là, aussi bien les occupants du centre de Diabire, que leurs sympathisants, veulent marcher sur plusieurs kilomètres avant de déposer un mémorandum entre les mains du Gouverneur de région, M. Léopold Wade, pour transmission à qui de droit.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • FAMA FAMA 15 janvier 2009 12:00

    Et donc. C’est juste de l’info.


    • M a n u 15 janvier 2009 15:43

      Je viens à l’instant de lire aussi sur Walf Fadjri de : Ziguinchor : Les orphelins du Joola menacent de descendre dans la rue

      Des enfants arpentant les rues de Ziguinchor avec des pancartes sur lesquelles sont inscrites des doléances, c’est à ce scénario que les Ziguinchorois risquent d’assister dans les prochaines semaines. A moins que les autorités prennent en charge les doléances de ces orphelins qui dénoncent l’oubli dans lequel les ont confinés les autorités du pays.

      Fin mai 2009, nous nous rendons en Casamance pour visiter cette région.
      Ce n’est qu’un petit grain sable mais ... que peux-t’on faire pour aider l’orphelinat ?


      • FAMA FAMA 15 janvier 2009 17:03

        Pour les aider, c’est simple. Prenez l’attache de la Gouvernance de Ziguinchor, elle vous mettra en contact avec eux.
        Merci pour votre post.


        • Annie 15 janvier 2009 19:35

          Je ne peux que vous recommander de contacter le plus grand nombre d’ONG possible, surtout celles spécialisées dans le développement. Oxfam a un siège à Dakar ; Terre des Hommes seraient peut-être sensibles à votre sort. Dans cette situation d’urgence, utilisez la radio et tous les médias. Ce genre d’intervention n’est malheureusement plus tellement à la mode, mais tellement nécessaire.


          • FAMA FAMA 16 janvier 2009 02:05

            Annie 								. Merci pour ce conseil de premier plan. Je leur en rendrai compte.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès