Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sénégal : Quand la beauté charnelle ne départage plus les miss

Sénégal : Quand la beauté charnelle ne départage plus les miss

La semaine prochaine se déroule à Ziguinchor, 455 km au sud de Dakar, une élection miss hors du commun. Cela s’appelle le concours « Reine de Casamance », du nom de la région naturelle méridionale du Sénégal. Là, les candidates ne seront départagées ni par la beauté charnelle ni par leurs déhanchements, et encore moins par leur intellect.

L’élection « Reine de Casamance » aura lieu le 15 août dans la capitale sud du Sénégal, Ziguinchor. Première édition du genre, cette élection regroupera douze candidates originaires des six départements de la partie méridionale du Sénégal. Elles iront défendre non plus leur beauté corporelle, ni leur éloquence, ni leurs déhanchements et encore moins leur intelligence. Si l’on en croit le patron de « Casa Culture », l’association initiatrice de cet événement atypique au Sénégal, et presque en Afrique de l’Ouest, « les candidates défendront plutôt la culture de leurs différentes localités d’origine ».

Selon M. Kéba Dabo, les douze candidates s’habilleront en tenues traditionnelles de leurs contrées et ce, de manière très originale et très originelle. Originelle, parce que les habits et les parures qu’elles mettront relèveront des temps immémoriaux. Autrement dit, les futures « reines » seront déguisées en femmes du temps des rois et empereurs de Casamance. Les membres du jury seront des « experts » en cultures traditionnelles africaines, maîtrisant toutes les différences et les expressions culturelles. Ce sont eux qui introniseront « la Reine de Casamance » édition 2008. Celle-ci serait alors considérée comme « l’ambassadrice des cultures de la Casamance », de Gouloumbou, au sud-est de Dakar, à Diogué, situé au sud-ouest.

D’ores et déjà, les équipes de « Casa Culture » ont effectué des tournées de présélection dans les six départements de Casamance. Au finish, deux « princesses » ont été choisies par département. Ce sont elles qui viendront défendre leur tradition et leurs accoutrements. Lors de ladite tournée, le critère « beauté » n’a pas été retenu. Si bien que selon M. Dabo, « si la fille est belle, c’est très bien, mais ce n’est pas cela qui retiendra l’attention du jury ». A l’en croire, « c’est la tenue culturelle qui sera mise en valeur ». Ainsi les candidates feront seulement deux passages devant les membres du jury. L’objectif visé à travers le premier passage sera la présentation des candidates. « Au deuxième passage, elles seront méconnaissables » a conclu le président de « Casa Culture ».

Boubacar DIASSY


Moyenne des avis sur cet article :  4.26/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • FAMA Boubacar DIASSY 6 août 2008 14:11

    Salut Calmos,

    Merci pour ce commentaire. Les Africains doivent pouvoir se prendre en charge et prendre en charge les leurs.

    Portez-vous bien.


  • MagicBuster 6 août 2008 13:58

    Merci pour votre article boubacar.


    • FAMA Boubacar DIASSY 6 août 2008 14:12

      Bonjour Magic Buster,

      Merci à vous aussi. C’est vraiment gentil à vous.


    • delicemetis 6 août 2008 14:16

      Très interressant Mr Diassy.
      Si vous y assistez, postez les photos.


      • FAMA Boubacar DIASSY 6 août 2008 15:19

        Salut delicemetis,

        Je m’en charge...

        Merci pour tout.


      • ecophonie ecophonie 6 août 2008 14:40

        Moi j’aime bien votre article, pour une fois que ça parle d’afrique sans les mots famine et guerre, ça change.
        Et le fait de mettre en valeur la culture ancestrale prouve l’emmergence d’une conscience historique en Afrique.


        • FAMA Boubacar DIASSY 6 août 2008 15:25

          Bonjour Ecophonie,

          Merci...Vous savez l’Afrique est riche...C’est l’autre vision de ce continent qui le diabolise...

          Salut à vous.


        • ecophonie ecophonie 6 août 2008 17:24

          Je n’en doute pas une seconde Boubakar.

          Je suis par contre très déçu par les commentaires des charognards qui réclament de la viande froide à tout va, un article vaut ce qu’il vaut si celui-ci ne parle pas des problèmes de ce continent prenez votre mal en patience ou volez vers d’autres cieux. 


        • FAMA Boubacar DIASSY 7 août 2008 16:46

          Ecophonie,

          Vous savez, ça ne manque jamais, les insatisfaits. L’important pour le journaliste que je suis, c’est de relater la vérité, rien que la vérité. Ensuite, les commentaires sont libres. Je vous prie de ne pas suivre les "insulteurs" dans leur train. C’est un train qui entre en gare.

          Salut et merci pour tout.


        • Alpo47 Alpo47 6 août 2008 14:46

          Les Sénégalais font ce qu’ils veulent chez eux, et s’ils veulent définir d’autres critères de sélection de leurs beautés locales, c’est leur affaire.
          Nos sélections de "bimbos" locales, le plus souvent idiotes, ne sont pas forcément exportables partout .

          Ceci dit, dans un monde en décomposition, avec la famine qui s’installe partout et la paupérisation de la majorité, on peut , effectivement, s’intéresser à d’autres sujets.


          • FAMA Boubacar DIASSY 7 août 2008 19:49

            Alpo47,

            A chacun sa manière de voir le monde....

            Salut.


          • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 6 août 2008 15:28

            Pour une fois (qui ne sera pas coutume) je suis d’accord avec Calmos, les Sénégalais et en particulier les Casamançais souffrent énormément de l’impuissance de leur gouvernement présidé par A Wade (et peut être bientôt son fils Karim) à améliorer leurs existences après des promesses non tenues, seuls les opportunistes sans scrupule ont prospéré dans ce pays. 

            Dans leur ensemble ils sont désespérés de ne pas avoir de travail et de ne pas entrevoir un avenir qui leur permet l’espoir du plein emploi.

            Je crois aussi que les jeunes Casamançaises préfèreraient que l’on offre un emploi rémunéré plutôt qu’un concours bidon de miss. (J’ai connu une jeune fille de Ziguinchor qui faisait la bonne pour des militaires pour 7,50€ , 5000 frs CFA, par mois à plein temps...)

            Ces concours de miss sont déjà chez nous une plaie, seuls les beaufs sont clients, les exporter est lamentable, après avoir exporté les tendances mafieuses françaises c’est le bouquet.

            Quand on connait la coutume du droit de cuissage là-bas, on sait ce que se cache derrière ce genre d’initiative...

             


            • FAMA Boubacar DIASSY 7 août 2008 19:47

              Marcel,

              Vous avez raison quand vous dites que mes soeurs Sénégalaises de Casamance souffrent. Elles, qui ont dû endurer des années de conflit fratricide dans cette belle et jadis joyeuse région du sud du Sénégal. Mais je crois que cela ne justifie pas le fait que vous vous attaquiez à Me wade et à son fils.

              Revaloriser les us et coutumes d’Afrique, est une partie intégrante de l’art d’éduquer des africains. Peut-être qu’avec cette élection "Reine de Casamance", mes soeurs enclines à copier systématiquement tout (y compris les tares) de l’autre, changeraient de façon de voir le monde.

              Salut et portez-vous bien. 


            • Lisa SION 2 Lisa SION 6 août 2008 16:18

               Monsieur Boubacar, Je vous remercie pour cette belle leçon de valeur. 

              Pendant que chez nous, nous nous évertuons à protéger nos plus belles fleurs contre le voyeurisme indécent, contre la loupe grossissante de l’obsession visuelle des scrutateurs de chaire fraiche, avide de grosses focales, alors qu’une fleur n’est ravissante qu’ornée de ses soyeux pétales. Là où la vision focale de ses étamines en gros plan n’apporte aucune propriété particulière, votre article démontre combien, sans pudeur excessive, ni photo suggestive, la femme africaine est, douée de prestance et parée de sa dignité. En effet, sans aucun besoin de la déshabiller, mais simplement la montrant, rentrant du marché, son ballot imposant figé sur sa tête, comme elle est belle et bien dans sa peau, ondulant prestement même sur une aire accidentée, cette femme n’a rien à démontrer. Même couverte jusqu’aux pieds, sous le soleil de plomb du plus chaud des déserts, son seul sourire et ses yeux vifs, laisse deviner bien plus de facultés qu’une potiche en maillot de bain, raide comme un porte manteau.  

              Une scène magnifique d’un film de Coluche, « le fou de guerre » où le médecin du camp de base est appelé à ausculter la femme du chef de l’oasis, témoigne de cette élan caché. En trois minutes, il tombe résolument amoureux d’elle...Plus loin, dans les tribus, quand une femme est à marier, une cérémonie est organisée et tout le canton se donne rendez-vous dans un large cercle d’hommes, les femmes se donnent à des spectacles tout à fait révélateurs. Après avoir choisi leurs élus potentiels, elles se livrent à eux dans une danse où elle dévoilent quelques secondes leur intimité tout en fixant l’homme du regard. Elles n’offriront leur coeur, qu’à celui...qui n’aura pas baissé les yeux et pas quitté leur regard pourtant clairement invitateur. Celui qui n’aura pas cédé à la tentation de baisser les yeux jusqu’à l’organe ainsi offert, aura fait preuve d’intérêt pour le coeur de l’épouse...plus que pour son corps voire simplement sa fleur. Il est deux fois vainqueur, car il a su se dominer, ne pas céder à une basse tentation, et a emporté la confiance de la plus belle des promesses...

              Encore merci pour cette belle leçon de valeur africaine.
               


              • FAMA Boubacar DIASSY 7 août 2008 19:38

                Salut Lisa SION,

                Merci pour tout. Je reste sensible à vos remerciements.

                Portez-vous bien.


              • Olga Olga 6 août 2008 19:27

                Je ne sais plus si je vous ai déjà parlé de ma victoire à l’élection de Miss camping 2007, aux flots bleus. Il me semble avoir déja évoqué cet événement, malheureusement passé complètement inaperçu : pas un seul article sur AgoraVox... Après mûre réflexion, j’ai décidé de ne pas remettre mon titre en jeu cette année. Il faut que je trouve un concours plus prestigieux. Reine de Casamance c’est tout de suite plus impressionnant sur un CV. Mais n’est pas reine qui veut. Je ne suis que princesse...

                Olga, Princesse de Kiev.


                • FAMA Boubacar DIASSY 7 août 2008 16:41

                  Salut Olga,
                  c’est intéressant votre commentaire. Et félicitations pour votre titre. Je crois qu’il ne faudrais pas se décourager. Quant à la "Reine de Casamance", elle aura la chance d’être médiatisée. Vous savez, en Afrique les journalistes s’intéressent à tout ce qui se rapporte à leurs us et coutumes.

                  Merci pour ce commentaire et prenez soin de vous.


                • Daerel Daerel 10 août 2008 13:26

                  J’ai beaucoup aimé votre article.

                  Je trouve certains commentaires assez étroits d’esprit. Oui, l’Afrique a des soucis (alimentaires d’abord) mais de deux choses :

                  - Ces pays ont besoin de nourriture physique mais aussi spirituelles. Si le pays mange à sa faim mais qu’il a perdu sa culture et ses traditions, ces gens seront-ils toujours une composante unique de l’humanité ou rejoindront-ils tout simplement le melting-pot sous-culturel que nous promet la mondialisation ?

                  - Même au coeur de l’horreur, les choses belles illuminent le monde. Une pièce de théâtre au coeur des combats, un clown dans un hôpital, un concours de fierté culturelle dans un pays luttant contre la famine...

                  En tout cas, merci pour cette vision colorée de l’Afrique (qui n’est pas que le continent des enfants soldats, de la famine, des génocides et du tribalisme mais aussi celui des griots, des marchés colorés, de la musique... :)).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès