Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sexe et pouvoir en Turquie

Sexe et pouvoir en Turquie

Les droits des femmes ont considérablement progressé ces dernières années en Turquie, même si dans la pratique de nombreux progrès restent à faire. Le centre de recherche European Stability Initiative a récemment publié un rapport sur la question. Celui-ci analyse les enjeux de la crise politique que traverse actuellement le pays.

Au printemps 2007, quatre grandes manifestations ont eu lieu en Turquie : à Ankara, à Istanbul, à Smyrne et à Samsun. Les groupes qui ont organisé ces manifestations voulaient protester, comme c’est connu, contre la possible accession d’Abdullah Gül, l’actuel ministre des Affaires étrangères, au poste de président. Même l’armée a protesté avec une lettre sur son site Internet dans laquelle elle s’est dite prête à « défendre la laïcité ».

Il existe en Turquie la peur d’une islamisation du système politique et de la société, et un président du parti conservateur-islamique AKP, dont la femme porte le voile, canalise cette peur. Parmi les participants aux manifestations, on retrouvait beaucoup de femmes du camp kémaliste ou laïc, ce qui a poussé le journal libéral Radikal à titrer après les manifestations : « La force des femmes ».

Pour le camp laïc, la libération des femmes était déjà acquise dans les premières années de la République, entre 1924 et 1934 : abolition de la polygamie, introduction du Code civil (modèle suisse) et du Code pénal (traduction en grande partie du Code pénal italien de 1889) et suffrage pour les femmes. Selon eux, la Turquie était légalement moderne, même si la société restait trop conservatrice et liée à la religion pour pouvoir avancer plus loin. Cette interprétation est très répandue en Turquie, mais elle est fort éloignée de la réalité.

Les responsabilités du front laïque

Au cours des dernières années du XXe siècle, la Turquie était en réalité le seul pays d’Europe qui, légalement, traitait les femmes comme inférieures par rapport aux hommes, tant dans le Code civil que dans le Code pénal. Le chef de famille était le mari, la femme avait besoin de sa permission si elle voulait travailler et un homicide commis au nom de l’honneur était puni moins sévèrement qu’un homicide « normal ». Un violeur n’était pas puni s’il se mariait avec la victime ; le viol était un crime contre la société et non contre un individu et il n’existait pas entre époux. Le problème, c’était donc les lois elles-mêmes.

Cette situation a toutefois complètement changé avec l’introduction d’un nouveau Code civil moderne en 2001 et avec l’adoption en 2004 d’un Code pénal qui souligne l’importance d’un pas vers un système post-patriarcal qui s’affranchit des ombres de la tradition, de la charria ou des coutumes du XIXe siècle. Non seulement les lois sont importantes en elles-mêmes, mais aussi le mode dans lequel elles ont été faites : un grand processus de consultation avec l’opposition impliquant aussi la presse et de nombreuses ONG. Une nouvelle qualité de démocratie en Turquie. Une victoire pour les femmes et pour le pays.

En réalité, cependant, si les lois sont changées, les faits parlent encore un vieux langage. Dans une vaste étude du Forum économique mondial de 2006, la Turquie était à la 105e place sur 115 pays en ce qui concerne l’égalité entre les hommes et les femmes. En Europe, la Turquie est le pays ayant le pourcentage le plus faible de femmes au Parlement et sur le marché de travail, ainsi que le taux le plus haut de femmes analphabètes.

Polarisation

Le paradoxe des réformes récentes est qu’elles ont été accomplies en grande partie sous le gouvernement de l’AKP, que les laïcs accusent de vouloir introduire la charria, enfermer les femmes dans les maisons, les forcer à porter le voile, etc. La peur de l’islamisation est restée fort présente dans une partie de la société laïque qui n’a pas confiance dans le changement d’une organisation qui a des racines dans le mouvement islamiste vers un parti musulman-démocratique qui s’engage à effectuer des réformes démocratiques et à prendre un chemin clair vers l’Union européenne. Cependant, avec ces accusations, le camp laïc oublie qu’il n’a pas fait beaucoup pour les droits humains, les droits des femmes, la démocratisation du système politique et la modernisation des lois lorsque c’était lui qui était au pouvoir.

La solution à cette polarisation n’est certainement pas d’appeler l’armée à intervenir, mais de se confronter démocratiquement et de s’habituer à une situation plus pluraliste : se baser sur les faits et pas sur les sentiments. La transposition des lois dans la réalité et l’amélioration de la situation actuelle des femmes dans le domaine de l’éducation, dans le marché de travail et dans la politique, dépend en effet de la poursuite du processus démocratique. Si le processus pourra continuer après les élections du 22 juillet, il est pour l’instant seulement probable. Pas garanti.

Ekrem Eddy Güzeldere*


*Ekrem Eddy Güzeldere est analyste au bureau du centre de recherche European Stability Initiative à Istanbul. Celui-ci a publié en juin 2007 un nouveau rapport sur la situation des femmes en Turquie qui peut être lu sur : http://www.esiweb.org/index.php?lang=de&id=156&document_ID=90
.


Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

151 réactions à cet article    


  • Bouli Bouli 19 juin 2007 11:35

    Merci pour cet éclairage. Comme partout, faire des lois est déjà un grand pas, ça amorce le changement mais le vrai changement, c’est celui des mentalités, et ça prend des années ! Courage à toutes les femmes turques !


    • jakback jakback 19 juin 2007 12:00

      @ l’auteur,

      votre description du camp laïc, me fait penser au PS Français.


      • Tab Tab 19 juin 2007 12:10

        La Turquie n’est PAS un pays européen !!! Ni par la culture, ni par la géographie.

        Mais à part cette erreur à la mode, l’article est intéressant.


        • jako jako 19 juin 2007 16:42

          en 1914 on affirmait exactement le contraire smiley


        • Paradisial Paradisial 19 juin 2007 16:47

          Cher Jacques,

          La roue de l’histoire tourne.

          Quand le centre du monde ira converger vers l’Orient, la Turquie sera dans l’Europe.

          Oups, à propos : comme le démontrait un agoravoxien d’origine turque, géologiquement, l’Europe n’est pas à proprement dire un continent, ce n’est qu’un lopin de terre qui s’échappe de l’Asie.


        • Tab Tab 19 juin 2007 16:56

          Dans ce cas, l’Inde n’est pas en Asie, c’est juste un morceau d’afrique qui a dérivé...

          Confirmation ici : http://www.uwgb.edu/dutchs/platetec/plhist94.htm

          On parle de la géographie actuelle, sinon ça va devenir vraiment compliqué.


        • Paradisial Paradisial 19 juin 2007 17:22

          Tab,

          Je n’ai nullement fait allusion à la tectonique des plaques.

          L’Europe appartient à l’Asie. Ce n’en est qu’une empan dont une grande partie est immergée. L’assimiler à un continent à part est une une ironie géologique.


        • Paradisial Paradisial 19 juin 2007 17:24

          Erratum : un empan.


        • koton 19 juin 2007 19:20

          bravo,mais ne vivons nous pas sur la meme planète ?


        • Tab Tab 19 juin 2007 20:56

          Certes, mais on parle d’une intégration dans l’Union Européenne. Ca n’est donc pas chauvin, dans ce cadre, d’établir des limites géographiques au vieux continent.


        • Paradisial Paradisial 19 juin 2007 21:35

          Snoopy86,

          Justement ce ne serait plutôt pas chauvin d’intégrer la Turquie dans l’Union monétaro-politico-économique en en excluant juste le cadre Schengen. D’ailleurs, quand un pays s’enrichit il n’exporte plus une partie de sa population.

          La Turquie tout en assistant à un réveil de l’Islam moderne en son sein peut parfaitement devenir un modéle politico-économique d’une grande exemplarité.

          Un nouveau géant est en train de naître à l’Est.


        • 65beve 23 juin 2007 17:58

          Papa Charlot disait que l’europe allait de l’Atlantique à l’Oural.


        • erdar 19 juin 2007 12:43

          Selam Ekrem,

          J’ai quelques questions concernant l’article. On parle de changement dans les lois turcs pour les femmes, mais est ce qu’il y au final un changement des mentalités ?

          C’est à dire, y a t’il des femmes dans le parti AKP, lors des prochaines législatives ? J’ai entendu qu’il y a des personnes issuent des minorités (dont une femme non-musulman), qu’en est il des femmes musulmanes dans le fonctionnement de ce parti ?

          Yoksa yanis yerindesin, bu sitede acayip nefret var turklere karsi. Sen bunu bilmelisin, fransizlar turkiye ic istemiyorlar avrupaya olmasini. Cunku hemde fakirler, hemde bir korku var turkiyeye karsi. Bence iki tane soru var, buda musluman oldu icin bir yanda, ve turkiye buyuk bir devlet olursa, fransayin ekonomisi bir parca alir. Ayni bir pasta gibi, turkiye gitikce ve büyerse pastayi buyuk parcayi alir ve bunu istemiyorlar.

          Ade bana müsade

          Erdal


          • jay 19 juin 2007 13:28

            soyez sympa, traduisez le dernier paragraphe smiley ....


          • LE CHAT LE CHAT 19 juin 2007 14:51

            article intéressant ; la turquie se modernise à grand pas et on voit arriver des femmes à des postes de pouvoir importants , comme guler Sabanci , présidente d’un des plus gros holdings industriels turc . Que la Turquie entre ou pas dans l’europe , elle évolue .


            • Paradisial Paradisial 19 juin 2007 16:23

              Amis turcs,

              Quelqu’un parmi vous saurait-il me donner la traduction du titre de cette belle chanson : Donulmez Aksamin Ufkundayim (fichier mp3)

              iyi gunlar


              • Paradisial Paradisial 19 juin 2007 16:42

                Article racoleur, de chez racoleur.


                • L'enfoiré L’enfoiré 19 juin 2007 16:57

                  @Eddy,

                  Est-ce toi qui a sorti l’image de l’article ? Cela m’a fait sourire. Cela m’a rappelé une remarque de mon épouse qui a toujours été étonnée de voir des dames voilées jusqu’au bout des yeux et qui se trouvaient dans les magasins de dessous féminins à la recherche du nec plus ultra dans le domaine. On ne s’embête pas tout le temps, c’est sûr. Simple constatation, absolument pas critique. smiley


                  • Gazi BORAT 20 juin 2007 15:34

                    « Voile et lingerie fine »

                    L’Islam, au contraire du catholicisme, ne condamne pas le plaisir sexuel et certains textes religieux recommandent chez l’homme les préliminaires à l’acte sexuel et insistent sur l’importance du droit de la femme à l’orgasme.

                    Le docte en la matière Paradisial vous trouvera peut-être ce passage où est évoquée l’abeille qui butine..

                    Quant à moi, comme Freud, si je suis relativement puritain à titre personnel, je prône une totale liberté sexuelle comme palliatif à bien des maux en ce monde.

                    gAZi bORAt


                  • Paradisial Paradisial 20 juin 2007 15:54

                    Très cher frère Gazi BORAT,

                    Mais qu’est-ce que tu me prêtes ?!!

                    Je ne suis pas sexologue, ni ne seras jamais un Marquis de Sade. smiley

                    Cher Ami Belge,

                    Avec ou sans voile la femme porte une lingerie intime.

                    Côté naturistes tout s’explique : ils s’embêttent beaucoup. Simple spéculation, absolument pas critique. smiley


                  • Gazi BORAT 20 juin 2007 16:32

                    @ Paradisial

                    Désolé d’avoir pu te froisser.

                    Je tenais cette citation (jolie au demeurant) d’un ami marocain très sérieux mais, dans l’incapacité de la citer exactement de mémoire, je pensais que tu la connaissais..

                    gAZi bORAt


                  • Paradisial Paradisial 20 juin 2007 16:36

                    Gazi Borat,

                    Aucun propos de ta part ne me frusterait très cher frère. N’avais tu pas vu mon sourire : j’en avais plutôt rigolé. smiley

                    Je ne connais pas en effet ladite allusion ; peut-être l’aurais-je oublié.

                    Je suis sollicité. Je pars.

                    Salutations les meilleures.


                  • snoopy86 19 juin 2007 17:30

                    @ Thierry Jacob

                    Attends un peu pour te damner

                    Ce haut bleu, n’est-ce pas la chemise de Demian ?


                  • erdar 19 juin 2007 20:07

                    @Thierry JACOB

                    Au faites l’image, c’est un homme ?!!???

                    Dommage

                    erdal


                  • fouadraiden fouadraiden 19 juin 2007 17:38

                    encore un turc qui mise sur l’ignorance du public occidental en lui racontant des stupidités.


                    • Paradisial Paradisial 19 juin 2007 17:43

                      Cela s’appelle RACOLEUR, smiley d’autant qu’il y introduit vicieusement la femme. smiley


                    • fouadraiden fouadraiden 19 juin 2007 17:56

                      paradi,

                      circonstances atténuantes.quand on aspire à devenir un occidental européen faut commencer par cette voie.qu’elle se révéle fausse n’a auncune espèce d’importance au fond.


                    • koton 19 juin 2007 19:10

                      no comment


                    • koton 19 juin 2007 19:12

                      ouais et y’a du boulot !


                    • koton 19 juin 2007 19:17

                      et toi t’ est pas ignorant ?


                    • 65beve 23 juin 2007 18:04

                      @Paradisial

                      « d’autant qu’il y introduit vicieusement la femme »

                      ..........hummmmm !..............Ahhhhhhhh !


                    • koton 19 juin 2007 19:05

                      quoi ???????????????????


                      • koton 19 juin 2007 19:15

                        pardon,c’était pour fouad et l’autre


                      • A. Nonyme Trash Titi 19 juin 2007 19:07

                        mmmmmm... Quand la Turquie aura dévoilé ses femmes, s’occupera t’elle de supprimer le travail des enfants ?

                        La loi devrait l’y obliger en 2016 je crois, mais quand on aspire à entrer dans l’UE (ce qui me semble quand même assez paradoxal en terme de culture, de géographie et de religion), on se bouge un peu pour accélérer le calendrier sur une particularité pas très reluisante...

                         smiley


                        • koton 19 juin 2007 19:13

                          ouais et y’a du boulot !


                        • Gazi BORAT 20 juin 2007 07:51

                          @ trash

                          La France, l’Angleterre et d’autres pays européens ont bâti leur prospérité sur le travail des enfants durant la période de la révolution industrielle.

                          Une fois un certain niveau économique atteint, ils se sont mis à s’offusquer de telles pratiques.

                          La question du travail féminin dans les mines en Angleterre est plus drôle : celui-ci a été interdit après la publication d’un reportage sur le sujet dont les illustrations dessinées montraient des femmes travaillant torse nu..

                          La Reine Victoria a jugé cela inacceptable et a aussitôt fait interdire le recrutement de femmes dans l’extraction du charbon..

                          Et les vêtements de sport que vous portez, dans quelles conditions ont-ils été fabriqués ?

                          gAZi bORAt


                        • sophie sophie 20 juin 2007 08:42

                          réaction enfantine typique : j’ai fait une bêtise mais toi tu avais fait une autre avant moi, na. c’est toi qui le dit, c’est toi qui y est

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès