Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sharkuterie fine : une affaire de prédateurs ?

Sharkuterie fine : une affaire de prédateurs ?

Nouvelle attaque mortelle de requin en Australie (plage du Phare de Ballinga le 8 mars 2008).

Dernière victime en date, un jeune body-boarder australien de 16 ans, dont le corps inanimé a été retrouvé flottant dans l’eau par une équipe de secouristes, parvenue trop tard sur les lieux.

Le jeune homme qui présentait de profondes lacérations à une jambe a succombé à une perte de sang massive. L’espèce n’a pu être identifiée. Encore une fois, n’en doutons pas, le grand requin blanc sera montré du doigt.

Les Australiens accusent le coup, eux qui ne comptaient que onze attaques fatales en cinquante ans. Or, sur les côtes australiennes, il s’est produit en 2007 douze charges de requin contre sept l’année précédente. Et 2008 pourrait amplifier la sinistre tendance avec quatre attaques déjà recensées, dont cette dernière... malheureusement fatale.

Un chiffre étonnant, dans la mesure où, par exemple, jusqu’en 2005, leur fréquence tendait à baisser significativement, suivant peut-être en cela la courbe de raréfaction de l’espèce.

Très récemment, une surf-skieuse échappait de justesse à l’emprise mortelle d’un grand requin blanc en lui assénant de grands coups de pagaie. Un miracle qu’elle s’en soit trouvée une à portée de main et qu’elle ait eu la présence d’esprit de s’en servir pour éloigner le prédateur.

Les spécialistes s’alertent de ce regain de frénésie meurtrière, dans la mesure où l’attaque de requin reste un événement rare, bien que notre imaginaire nous laisserait échafauder le contraire.

Aux yeux de ses plus ardents défenseurs, le coupable serait un autre prédateur dans son genre : le touriste.

Premières victimes des requins : les surfeurs, les wind-surfeurs et les body-boardeurs.

En voulant profiter d’un milieu qui n’est pas le leur, les surfeurs inconscients s’exposent aux attaques d’une espèce vivante, tout aussi imprévisible que dangereuse.

Pourtant, l’attaque de requin est un événement évitable aux dires des spécialistes, sous réserve d’observer quelques règles de bon sens.

Dans cette affaire, il s’avère que trois de ces règles, et non des moindres, n’auraient pas été respectées. Le jeune surfeur évoluait en effet seul, en eau sombre et turbide, et à proximité d’une rivière. Trois facteurs susceptibles d’accroître sensiblement les risques.

Et, bien que les enquêtes aient largement démontré que le squale est susceptible de confondre ses victimes avec ses proies naturelles, il est facile d’imaginer qu’un autre prédateur ne va pas manquer d’exploiter la situation à son profit : le pêcheur de squales.

En effet, chaque année, c’est environ 100 millions de requins qui sont tués à travers le monde. La technique, dénoncée depuis peu du finning, qui consiste à couper les ailerons sur un requin encore vivant, est encore vivace dans certaines zones de pêche. Le mammifère, rejeté ensuite à la mer, agonise dans d’atroces souffrances, pour finir par s’échouer au fond et pourrir lentement...


Cet accident de Ballinga Beach est une bien mauvaise publicité pour les associations de protection du requin, une espèce sérieusement menacée par la surpêche et l’exploitation éhontée du commerce des ailerons, un mets que l’on sait fort prisé sur le continent asiatique.

Il est à craindre en effet que ce genre de drame vienne provisoirement relancer les captures, en déculpabilisant un peu plus un pêcheur qui sait désormais ce qu’il doit au tourisme sportif, tout autant qu’au requin.


Moyenne des avis sur cet article :  4.16/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 9 avril 2008 10:25

    Merci pour cet article qui sort du TSS des articles sur AGORAVOX

     


    • Zalka Zalka 9 avril 2008 10:58

      Si les opinions des opposants à Sarkosy te déplaisent tant, barre toi, et va lire et écrire sur pravda.com .


    • JoëlP JoëlP 10 avril 2008 08:37

      J’avais lu "Sarkoterie fine : une affaire de prédateurs." je me suis dis : chouette encore du TSS mais il s’agissait en fait d’une autre sorte de requin Désolé lerma


    • bamboo 9 avril 2008 10:36

      "Le mammifère, rejeté ensuite à la mer..." Moi on m’a dit que c’était des poissons


      • roOl roOl 9 avril 2008 11:14

        On voit la maitrise du sujet...


      • geko 9 avril 2008 10:39

        "Aux yeux de ses plus ardents défenseurs, le coupable serait un autre prédateur dans son genre : le touriste."

        Pourquoi ?

        Peut être qu’à force de pourrir les océans, les vider par une exploitation intensive des ressources, le requin est acculé à manger de l’humain !


        • Yohan Yohan 9 avril 2008 10:44

          @bamboo

          ce n’est pas un mammifère marin, mais bien un poisson. Heureusement, que je n’ai pas écrit mollusque


          • srobyl mascarpone58 9 avril 2008 18:14

            J’ai bien aimé votre article, Yoann. Laissez dire les puristes qui vous reprennent sur l’appartenance zoologique des requins. J’ai entendu la même erreur de la part de Mme Laborde récemment .. (et je suis prêt à parier qu’elle est mieux rétribuée que vous), et bien d’autres encore : les sansgsues "vers nématodes" selon C. Sérillon !..Tout ça n’a pas d’importance. Ce qui compte, c’est d’avoir mis l’accent sur "le massacre toujours justifié".

            Par contre, il y a une chose que je ne comprends pas : vous incriminez "la pollution" toujours plus grande des eaux océaniques ce ne peut être alors que par effet indirect : c’est à dire par diminution de la population de poissons-proies dont se nourrissent les requins en question (je pense qu’alors les effets d’une pêche excessive seraient davantage à prendre en compte à ce sujet)

            En tous cas, il est fort peu probable que la pollution agisse directement, car alors, l’eau étant davantage polluée en milieu littoral et dans les embouchures, les requins, qui aiment l’eau pure aux dires des spécialistes auraient plutôt tendance à s’en éloigner, comme ils le font en Méditerranée. Dans les eaux côtières, très polluées donc moins oxygénées, on n’y a (pour l’instant) jamais signalé d’incursions de requins en quête de chair humaine...La présence de plusieurs espèces de requins est pourtant attestée en Méditerranée, y compris celle du requin blanc (prises dans les filets de pêche)


          • srobyl mascarpone58 9 avril 2008 18:29

            Mais où j’ai bien pu pêcher cette histoire de pollution marine ? Mille excuses..


          • tvargentine.com lerma 9 avril 2008 11:26

            @ Zalka

            Pourquoi est tu aussi extrémiste dans tout tes propos ?

            Pourquoi ne pas reconnaitre tout simplement la réalité

            De plus,votre manière de vouloir "exclure" tout ceux qui ne pensent pas comme vous,est une dérive inquiétante et sectaire

            Je continurais à m’exprimer ici et à voter pour ce type d’articles car ils méritent des diffusions face à des articles vraiment débiles du TSS

             


            • Zalka Zalka 9 avril 2008 11:39

              Extrèmiste ? La bonne blague ! Je prend ca comme un compliment de la part du crétin qui pense que le vote à bulletin secret est une atteinte à la démocratie (je fais ici référence à tes spams de demande pour connaître les votes sur les articles proposés).

              C’est toi le putain d’extrèmiste qui conchie tous ceux qui ne se prosterne pas devant Sarkosy. Tu t’imagines démocrate, en réalité, ton modèle de démocratie, c’est la corée du nord.

              Arrête de spammer et retourner bosser, feignasse.

               


            • Spookimouk 9 avril 2008 13:30

              Zalka, on peut penser ce qu’on veut de Lerma, votre réaction est complètement disproportionnée.


            • Foudebassan Foudebassan 9 avril 2008 20:09

              Eh ben, le Zalka, y va aller se reprendre une p’tite bière !!


            • Argo Argo 9 avril 2008 11:35

              Salut Yohan,

              Je profite de ton billet pour signaler l’excellent film documentaire du photographe animalier canadien Rob Stewart, sur les écrans aujourd’hui " Les seigneurs de la mer ". Il est consacré aux requins et à la dénonciaton de leur massacre (on estime entre 40 et 100 millions le nombre de squales tués par an dans le monde pour leurs ailerons).

              Et ça rapporte. A Hong Kong, plaque tournante du commerce d’ailerons, dans le quartier de Sai Yun Pun (sur l’île), au détail l’aileron se paye plus de 600 dollars le kilo. Un seul aileron du rare requin pélerin peut atteindre 20 000 dollars.

              La Chine est le premier importateur et consommateurs mondial. La première utilisation est la soupe (compter 150 dollars le bol, sans fioritures) symbole de richesse en Chine, dont certains toxycologues déconseillent la consommation, compte tenu des taux élevés de mercure concentré dans les ailerons.

              Dans un business estimé à 1.2 milliards de dollars annuels, on suspecte depuis longtemps l’implication des mafias asiatiques et autres triades.

              Bref, allez voir le film, et consolons nous, car chez nous en Sharkozie, on jouit encore d’une espèce qui n’est pas du tout en voie de disparition : le "requin financier".


              • Yohan Yohan 9 avril 2008 11:58

                @Merci Argo

                Par un effet de hasard de l’actualité, j’ai aussi, pour la 1ère fois, entendu parler ce matin de ce film, peu après avoir posté l’article. Dans ma représentation mentale, je vois une autre façon d’écrire la chose : "les saigneurs de la mer"


              • Castor 9 avril 2008 11:40

                Salut Yohann,

                un petit coucou en passant, pas le temps de boire un coup ni d’écouter un morceau...

                une autre fois !


                • Yohan Yohan 9 avril 2008 15:17

                  @ castor,

                  Un Castor digne de ce nom a toujours des branches à scier. Dis, tu ne serais pas parti faire du petit bois chez Momo par hasard ?


                • maxim maxim 9 avril 2008 11:53

                  une belle mère encombrante ,une femme dont vous avez marre ,la grand mère ou la grand tante à héritage qui pète la santé ?

                  une seule formule la plage de Ballinga.....

                  pour votre femme " viens ma cherie ,nous allons faire un tour à la plage ,il fait beau ,mets ton petit deux pièces qui te va si bien ......on va faire trempette ,ça nous fera du bien ....."

                  la veille vous aurez amorçé avec des la viande pour attirer les requins ,vous aurez une chance de devenir voeuf ,et libre de retrouver votre petite amie en paix .....

                  pour la belle mère ,idem ..."tiens belle maman ,nous vous invitons à aller à la plage de Ballinga ,apportez votre maillot ,on fera trempette en famille ...une fois sur place ....."venez elle est vachement bonne ( l’eau ...) !

                  si vous avez amorçé la veille ,il y aura bien quelques requins pour faire le boulot ...

                  pour la grand mère ou grand tante à héritage " venez mamie ,elle est vachement bonne ! ( l’eau ) venez n’hesitez pas on est là ,on y va tous ensembles !......."

                  vous aurez bien entendu préalablement amorçé la veille ....

                  si les requins font leur boulot ,à vous le pactole ...

                  l’idéal ce serait d’emmener tout le monde en même temps ,femme ,belle mère ,grand mère ,organiser une baignade familliale ......mais si les requins bouffaient tout le monde d’un seul coup ,ça serait louche .....

                  pour moi pas de pot ,la seule plage dont je dispose ,c’est la bord de Seine ,à part les brochets ,et les silures ( y’en à de 2 mètres ...) je suis coincé pour mettre mes macabres projets au point .....

                  je n’ai pas de grand mère à héritage ,j’aime ma femme ,et ma belle mère est super cool !


                  • Yohan Yohan 9 avril 2008 12:01

                    @ salut Maxim

                    Le bar est ouvert. Les amis sont invités à venir s’épancher et délirer sur cette requinade du jour


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 avril 2008 12:58

                    Maxim ,

                     

                    Faut faire connaître ce bout de plage à l’ ami Morice....


                  • maxim maxim 9 avril 2008 13:00

                    salut Yohan......

                    sur Europe 1 à midi il y eu un article qui reprenait le tien dans les grandes lignes ,en ce qui concerne une pêche intensive au requin pour couper les ailerons et abandonner la bête mutilée ......

                    on attend tous nos amis ,le bar est ouvert ,retrouvons nous entre nous !

                     


                  • maxim maxim 9 avril 2008 13:02

                    salut Capitaine ...

                    en nous cotisant à tous ,on aura bien de quoi lui offrir le voyage ,surtout que ce sera un aller simple !


                  • TALL 9 avril 2008 13:17

                    Faudra encore qu’ils veuillent le bouffer. Faudra bien le saucer d’abord pour que ça passe...


                  • snoopy86 9 avril 2008 13:39

                    comme sauce pour le momo, je recommande la harissa...

                    cuisiné à l’américaine ça n’a aucun goût...


                  • maxim maxim 9 avril 2008 13:47

                    ah ça fait plaisir de revenir au Zozoland ...

                    pour le Momo ,afin d’affûter le goût des squales ,faut introduire des gouses d’ail par le croupion ,on les épluchera pas ,on met les bulbes entiers !


                  • TALL 9 avril 2008 16:45

                    Ah oui, c’est pas mal ça ...

                    Avec les harissa et les gousse d’ail on pourra même les tracer en suivant les bulles après...


                  • rocla (haddock) rocla (haddock) 9 avril 2008 16:53

                    un peu de persil dans le groin ...


                  • pallas 9 avril 2008 12:12

                    Le probleme du requin, c’est un predateur des oceans, qui mange du poisson, l’homme est arrivé et il est devenu le roi des predateurs, dans se monde il n’y a pas de place pour plusieurs super predateurs, c’est une question de survie. Les requins ne contribue pas a la productivité en mangeant des poissons, les oceans sont le garde manger de l’etre humain, les requins ont perdu dans la course a l’evolution, la seule maniere de concerver l’espece, se sont les zoo marines, je ne voi pas le probleme dans la disparition des requins, l’eco systeme n’en sera que plus stable assuré d’une stabilité des population marine de toutes les especes par notre biai, les requins peuvent faire pencher la balance dans le mauvais sens et contribuer a la destruction de la faune oceanique. Si les requins disparaissent des oceans c’est un gain productif augmenter, c’est plutot bon pour la croissance mondial, avec l’augmentation du nombre d’humain sur la planete, il nous faudra encore plus de nourriture. Si vous voulez sauvegarder les requins et les autres predateurs de la planete, il faut etre clair, il faut divisé par 6 notre population mondial et etre a 1 milliard d’ame au lieu de 6,5 milliard, et sa, des maintenant, voila.


                    • Spookimouk 9 avril 2008 13:25

                      Je ne suis pas sur que votre commentaire soit sérieux ou ironique. Si c’est sérieux, permettez moi de vous dire que c’est du grand n’importe quoi.

                      Les requins ont un rôle de charognard, ils s’attaquent aux proies les plus faibles, les animaux malades, ceux qui ont des déficiences génétiques, éliminent les cadavres... Ils sont un élément clé de l’écosysteme marin. Ils régulent aussi quelques populations comme celles des lamentins. La faune des océans se portera moins bien si on les extermine.

                      A un échelon en dessous, le thon rouge, gros prédateur marin est lui aussi menacé d’extinction. En suivant votre raisonnement, une fois qu’on aura tué tous les poissons qui mangent d’autres poissons, il nous restera.. du plancton. MIAM !

                       

                       


                    • Yohan Yohan 9 avril 2008 20:37

                      j’adhère. Merci Spokimook


                    • Dame Jessica Dame Jessica 10 avril 2008 09:36

                      @ Pallas

                      Je crois que vous ignorer que la nature à une sainte horreur du vide et se formalise lorsque l’on supprime une espèce pour la remplacer par...rien ! La chaîne alimentaire est une mécanique extrémement complexe dont les rouages vous échappent sans doute : l’éco système ne pourra pas être plus stable aprés la disparition des requins, au contraire. Le Squale ne se contente pas de dévorer ce qui passe à sa portée (instinct quand tu nous tiens !) il joue également un rôle majeur dans la régulation des autres espèces marines...Croyez vous que la nature ne connait pas son boulot ? Contrairement à nous, elle sait parfaitement ce qu’elle fait et le rôle dévolu à chacun ici bas n’est pas le fruit du hasard, même pour les requins...


                    • fb 9 avril 2008 12:33

                      Bravo ! Alors que le film « Les seigneurs de la Mer » sort aujourd’hui vous nous balancez un article bourré de clichés simplistes démontrant votre méconnaissance du sujet.

                      En moyenne, par an, selon le Shark International Attack File, il y a cinq décès imputables à des attaques non provoquées de requins dans le monde. De là vous arrivez quand même à extrapoler sur des tendances, ce qui est un véritable exploit en matière de statistique ; pourquoi ne pas faire la même chose avec la mortalité liée aux morsures de cobras en Inde, là l’échantillon est un petit peu plus significatif mais c’est moins vendeur.

                      En Australie, alors que trois des espèces de requin considérées comme dangereuses (requin blanc, requin bouledogue et requin tigre) sont présentes et que la population côtière est considérable et les activités nautiques développées, il y a trois cent fois plus de « chance » de mourir noyé que du fait d’un requin, cela permet de relativiser un petit peu.

                      Lire, par exemple, le début de l’article de Wikipédia sur les requins vous aurait évité d’écrire une monstruosité  : « Les requins (R@ke /) sont des poissons cartilagineux ... ».

                      Encore un article qui surfe sur les requins à leur détriment.


                      • Yohan Yohan 9 avril 2008 12:52

                        @fb

                        Vous avez parcouru au pas de charge cet article il me semble, car je ne dis pas le contraire. Je précise qu’il n’y a en fait que peu d’attaques mortelles et qu’elles étaient justement en regression avant 2007. Maintenant mes sources sont sérieuses, sinon à qui se fier, qui montrent une élévation de ce chiffre en 2007 (cf le lien sur l’institu australien) . Comme pour d’autres dangers, on sait que la vigilance baisse quand les accidents baissent et quand les appétits touristiques mettent de plus en plus de surfeurs sur l’eau alors que le poisson se fait rare aussi pour les requins .

                        Vous faites le fanfaron, alors que vous devriez comprendre que le but de mon article n’est pas de digresser sur les chiffres mais de poser la question des responsabilités des "prédateurs" en question. Quant à mon erreur, j’ai fait mea culpa plus haut. Heureusement qu’il y a des spécialistes comme vous pour redresser le niveau 


                        • fb 9 avril 2008 14:20

                          On prend les chiffres officiels[1] mondiaux :

                          2000 : 11 attaques fatales sur 79 attaques

                          2001 : 4 attaques fatales sur 68

                          2002 : 3 attaques fatales sur 62

                          2003 : 4 attaques fatales sur 57

                          2004 : 7 attaques fatales sur 65

                          2005 : 4 attaques fatales sur 61

                          2006 : 4 attaques fatales sur 63

                          2007 : 1 attaque fatale sur 70

                          Seules constatations possibles et factuelles :

                          le nombre d’attaque (non provoquée) est très faible en regard du nombre de personnes pouvant être potentiellement en contact avec un requin et est vraisemblablement très en deça du seuil d’acceptabilité d’un risque (une chance sur un million),

                          le nombre d’attaque fatale rapporté aux attaques ne dépasse que rarement 10 %

                          l’évolution du nombre d’attaque et du nombre d’attaque fatale n’est pas significatif d’une année à l’autre

                          Je vous cite : « Je précise qu’il n’y a en fait que peu d’attaques mortelles et qu’elles étaient justement en regression avant 2007. »

                          Ce qui n’a aucun sens au vu des données ci-dessus et de plus le caractère fatal d’une attaque n’est pas reliée statistiquement qu’au requin mais également au lieu et aux conditions de l’attaque ; la cause de mortalité la plus fréquente étant l’absence de secours à proximité du lieu de l’attaque.

                          Je préfère ne pas m’apesentir sur le  : « Les spécialistes s’alertent de ce regain de frénésie meurtrière [...] » mais j’aimerais bien connaître le nom de ces « spécialistes ».

                          Comme par hasard il est toujours plus facile d’articuler un article sur un fait divers, de digresser sur des chiffres qui n’ont pas de sens que d’aborder vraiment le fond. Alors je vais compléter votre article avec deux nombres : 99 et 50.

                          99 c’est le pourcentage de réduction de la population du Carcharhinus longimanus (requin océanique) dans le Golfe du Mexique[2].

                          50 c’est le nombre d’années sur la période 1950 - 2000 qu’il a fallu à l’homme pour perprétrer ce massacre[2].

                           

                          [1] http://www.flmnh.ufl.edu/fish/sharks/statistics/statsw.htm

                          [2] Shifting baselines and the decline of pelagic sharks in the Gulf of Mexico


                        • Yohan Yohan 9 avril 2008 14:43

                          Fd

                          Je ne veux pas me lancer dans une querelle de chiffres qui repose sur les éléments que vous avez trouvé sur des sites, tout comme moi. Alors, cet Institut australien ne saurait pas compter car rien qu’en 2004, il fait état de 4 attaques fatales uniquement sur les côtes australiennes, tasmaniennes et Nouvelle Zélandaises : http://www.shark.org.au/stats.html

                          Contrairement à vous, moi, je n’ai pas de certitudes et je ne suis pas "Monsieur Je sais tout", n’étant pas spécialiste de ces petites bêtes et puis ce n’est pas que le sujet. Donc, je ne m’arrête là si vous le voulez bien.

                           

                          Fd

                           


                        • Yohan Yohan 9 avril 2008 14:48

                          @ salut Haddock, Snoopy, Sandro, maxim

                          S"’il n’y avait que des requins, j’ai aussi une sangsue aux basques (voir le spécialiste statisticien en requinade plus haut).

                          Heureusement que j’ai Lerma aujourd’hui pour me défendre


                        • SANDRO FERRETTI SANDRO 9 avril 2008 16:28

                          T’inquiète pas Yohan.

                          "Quand Lerma faché, lui toujours faire ainsi"...

                          Bon à part ca , j’ai une idée.

                          Si on dressait ces grands requins blancs, qui ne sont pas marteau (ou citrons, mais ca donne soif), pour attaquer, à la place de nos commandos de marine, les filbustiers du bateau d’Argo de l’autre jour (celui qui est piraté en Somalie).

                          Pas une bonne idée, ca ?

                          Y a des jours, je me demande si je ne vais pas finir Ministre de l’Intérieur.....


                        • Argo Argo 9 avril 2008 18:32

                          @Sandro,

                          Faire attaquer mon rafiot par des requins citrons ? Non mais t’as fumé du chichon ou quoi Sandro ? Moi qui te croyais mon pote. Tu me mets dans le même sac à vomi que les pirates de Somalie ? Tiens y sont où ces cons ? Ils font durer ? Ils profitent de la croisière ?

                          Moi, à part les femmes (et encore pas souvent) que veux tu que je sois capable d’aborder ? Et quand ça arrive, j’suis pas le GIGN... Je fais dans le sobre, le bar du Concorde Lafayette, le soyeux, le salon de thé du Mutécia... Le chic, le classieux, quoi !

                          Tiens. La dernière fois que j’ai essayé de sauter sur un gonzesse d’hélicoptère à la sortie de chez Castel avec des grapins et des lunettes de vision nocturne, j’ai fini au poste. J’’étais fin beurré. J’ai eu beau gueuler que je m’entrainais à la lutte anti-piraterie rue Princesse, ils m’ont gardé une nuit les cognes.

                          C’est là que j’ai connu des mecs qui faisaient le contraire des pirates. Au lieu de détourner un bateau avec des blacks, eux, ils détournaient des blacks avec un bateau. L’arche de Zoé qu’il s’appelait leur canot. Un jour, je te raconterai...


                        • Yohan Yohan 9 avril 2008 18:45

                          @ Argo

                          Des fois que l’on découvre qu’ils l’ont payé sur le forfait, cette attaque de pirates, on aurait l’air malin . Elle n’aurait pas commencé un 1er avril cette attaque de requins à pèze ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès