Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Si la bagarre est inévitable, il faut frapper le premier

Si la bagarre est inévitable, il faut frapper le premier

POUTINE EST À PRENDRE AU SÉRIEUX

Ce serait une grave erreur pour l’Occident et ses dirigeants de ne pas prendre au sérieux ce que dit Poutine. Il n’est pas du genre à parler pour ne rien dire. Ce qu’il a à dire, il le dit sans élever le ton et sans effet oratoire. Les mots sont pesés, les pensées sont claires et ses intentions sont sans équivoque. On se souviendra de son intervention, l’an dernier, à la rencontre de Valdaï, où il avait précisé les défis à relever de la part des puissances qui conditionnent les destinées de ce monde.

« …le monde s'est engagé dans une époque de changements et de mutations profondes, époque où nous devons tous faire preuve d'un degré élevé de prudence et d'une capacité à éviter les démarches irréfléchies".

Cette année, à l’occasion de sa rencontre avec les experts internationaux, réunis à Sotchi pour la XIIe édition du club de discussion de Valdaï, il a de nouveau pris la parole dans un contexte où les problèmes semblent s’accentuer plutôt que de diminuer. Le conflit en Ukraine n’est toujours pas résolu. En Syrie, le droit international de l’État syrien est toujours bafoué par la coalition occidentale qui ignore la souveraineté et l’indépendance du peuple syrien. Elle recrute, forme, arme et finance une soi-disant armée de libération syrienne (ALS) pour lutter contre l’armée syrienne et le gouvernement de Bachar Al-Assad. Pendant ce temps, les terroristes de l’État islamique étendent leur influence et leur domination sur le territoire syrien et, au lieu de disparaître sous les frappes de la coalition occidentale, ils se sont renforcés. Ce fut à tout le moins le cas jusqu’à ce que la Russie intervienne en réponse à l’appel du président Bachar Al-Assad.

« Les États-Unis possèdent un grand potentiel militaire, mais il est toujours difficile de mener un double jeu : lutter contre les terroristes et en même temps en utiliser certains pour poser des pions sur le damier du Moyen-Orient dans leur propre intérêt. Il est impossible de vaincre le terrorisme si l’on utilise une partie des terroristes comme un bélier pour renverser des régimes que l’on n’aime pas. On ne peut pas ensuite se débarrasser de ces terroristes. C’est une illusion de croire qu’on pourra les chasser du pouvoir. Le meilleur exemple nous est donné par la situation en Libye. On espère que le nouveau gouvernement pourra stabiliser la situation, mais ce n’est pas le cas pour l’instant ».

Ce double jeu des États-Unis et de ses alliés agace d’autant plus Vladimir Poutine qu’il rend pratiquement impossible toute action concertée pour se libérer de l’État islamique et du terrorisme, quelle que soit la forme qu’il prend. Il n’y a pas, comme il le dit dans une autre partie de son intervention, un terrorisme modéré et un terrorisme cruel. Dans les deux cas on tue et l’on assassine, faisant fi de tout droit et de toute loi.

« Il ne faut pas diviser les terroristes entre modérés et non-modérés. On voudrait savoir la différence. Les experts disent que les terroristes « modérés » décapitent les gens de façon modérée ou tendre »

Deux conflits majeurs permettent de cerner avec précision ce qui sépare l’approche de la Russie de celle des États-Unis et de L’Europe.

En Ukraine, la Russie a toujours soutenu que le conflit en est un entre le Donbass et le gouvernement central de Kiev. Il appartient donc au gouvernement de Kiev de reconfigurer la constitution en concertation avec les gouvernements du Donbass (Donetsk et Lougansk) de manière à respecter leurs particularités culturelles et leur autonomie comme peuples. C’est d’ailleurs la conclusion à laquelle en est arrivé Minks2. À ce jour Kiev se résiste à cette concertation assurant un statut particulier pour cette région du sud-est de l’Ukraine.

Les États-Unis, n’ayant pas participé directement à ces négociations de Mink2 n’en continue pas moins à apporter leur soutien au gouvernement central de Kiev en lui fournissant des armes et en formant des soldats pour lutter contre les populations du Donbass.

En Syrie, la Russie reconnaît la légitimité de l’État syrien ainsi que celle de son président, Bachar Al-Assad. C’est d’ailleurs à l’invitation de ce dernier que la qu’elle intervient pour lutter contre les terroristes de l’État islamique qui n’ont rien à voir, comme tel, avec le peuple syrien. Par contre, les groupes armés, d’une soi-disant opposition syrienne, profitent de la présence de l’État islamique pour accentuer leurs actions contre l’armée régulière et le gouvernement de Bachar Al-Assad. À plusieurs reprises, la Russie a demandé aux États-Unis qui l’accusent de bombarder cette armée de l’opposition qu’ils soutiennent en armements, en formation et en argent de leur fournir la liste des positions de l’ALS. Tout ceci pour éviter de les prendre pour cibles. Cette requête est demeurée sans réponse. Pour la Russie, Il appartiendra à l’armée régulière syrienne de les combattre ou aux responsables politiques des deux groupes en litige de résoudre entre eux, leurs différents. Pour Moscou, ce sera toujours le peuple syrien qui devra avoir le dernier mot concernant le choix de ses dirigeants et le régime politique de l’État.

Quant aux États-Unis et ses alliés, ils ne reconnaissent pas la légitimité du gouvernement dirigé par Bachar Al-Assad et n’en tiennent aucunement compte dans leurs interventions en Syrie. Ils recrutent des mercenaires d’un peu partout à travers le monde pour grossir les rangs de l’ASL. Cette opposition armée n’est en rien comparable avec les combattants du Donbass, en Ukraine. Dans ce dernier cas, ce sont les populations locales, soutenues par leurs gouvernements régionaux, qui réclament un statut spécial qui respecte leur particularité culturelle et ethnique.

Il est évident que les approches ne sont pas du tout les mêmes et que les fondements qui les soutiennent ne répondent pas aux mêmes principes.

Pour la Russie, il est prioritaire de respecter le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et de celui des États à jouir pleinement de leur indépendance et souveraineté.

Pour les États-Unis et ses alliés européens, le principe qui sous-tend tous les autres est celui de la subordination des régimes politiques et économiques à leurs intérêts. La gouvernance mondiale recherchée nivelle le principe des nations et, avec ce dernier, celui de leurs droits.

La rencontre de Vienne 

Cette rencontre sur trois jours des principaux acteurs concernés dans cette guerre en Syrie n’a malheureusement pas donné les résultats escomptés. Les États-Unis ont décidé d’envoyer des militaires en Syrie pour soutenir l’armée d’opposition syrienne et poursuivre ainsi leurs actions contre le gouvernement syrien. Cette décision prend la forme d’une véritable provocation contre l’intervention russe en Russie. Sous des dehors de promoteur de la paix en Syrie, John Kerry se moque éperdument de la Russie et de son ministre des relations internationales, Serguei Lavrov. Il parle et agit comme si les États-Unis avaient toujours bien en main le leadership de la lutte contre le terrorisme et des voies à suivre pour rétablir la paix en Syrie.

Cette intervention du secrétaire d’État, John Kerry, ne prend aucunement en compte l’approche russe de la lutte contre l’État islamique pas plus d’ailleurs que celle de la reconnaissance légitime du Gouvernement syrien. Plus tôt, le chef de la diplomatie russe s’était prononcé pour un règlement politique du conflit syrien impliquant la participation du président Bachar Al-Assad et la participation de l’ensemble de l’opposition syrienne non armée.

Il faut dire que les provocations des États-Unis contre la Russie ne manquent pas. Tout est mis en œuvre pour discréditer ses interventions en Syrie et minimiser ses succès. Sur la scène européenne, l’étau se resserre autour de la Russie. Sur ce dernier point, la Russie a servi un sérieux avertissement à l’OTAN.

"Il s'agit du rapprochement de l'OTAN et de ses infrastructures militaires vers nos frontières, ce qui constitue un phénomène que nous considérons comme indésirable et dont nous expliquons depuis longtemps les potentielles conséquences dangereuses", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov à la question de commenter les informations parues dans le WSJ.

Que va conclure Vladimir Poutine de tout cela ?

Il est certain qu'il a décodé depuis un bon bout de temps la stratégie et les objectifs des États-Unis. Les comportements de ses "partenaires" occidentaux, comme il les appelle, lui confirment le fait qu'ils ne démordent pas de leur grand projet de s'asservir les nations et les peuples. La confrontation est de plus en plus plausible. Sur ce dernier point, John Kerry qui se dit optimiste quant à la non intervention de la Russie peut très bien se tromper. Il devrait plutôt prendre très au sérieux ces propos tenus par Vladimir Poutine à la tribune de Valdaï.

“Il y a 50 ans, à Saint-Pétersbourg, la rue m’a appris une règle : si la bagarre est inévitable, il faut frapper le premier.”

 L'Occident risque beaucoup à ne pas prendre au sérieux Vladimir Poutine. 

Oscar Fortin

Le 31 octobre 2015

http://humanisme.blogspot.com


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (62 votes)




Réagissez à l'article

175 réactions à cet article    


  • elmango elmango 31 octobre 2015 13:53

    Parfaitement en accord avec cet article . Le déploiement de soldats américains au sol est clairement une provocation à l’égard de la Russie . Ces yankees seront un bouclier humain destiné à empêcher la Russie de frapper les terroristes . On entre dans une phase très dangereuse du jeu . D’autant plus que les dirigeants européens ne sont pas prêts de faire preuve d’indépendance dans cette affaire et sont plus prompts à souffler sur les braises .


    • colere48 colere48 31 octobre 2015 14:30

      @elmango

      Je pense que se « déploiement » n’est qu’une mesure d’urgence pour sauver (si possible) ces forces « spéciales » qui sont probablement depuis longtemps sur le terrain .

      « Incognito » jusque là elles pouvaient être frappées sans « risques » par les Russes.
      Désormais identifiées comme soldats US, c’est plus compliqué, reste les « bavures »

      Mais d’accord avec vous, cela devient très dangereux, d’autant que les « ricains » sont nerveux , ils n’ont plus l’initiative.
      Et nous nous faisons rimer « follower » avec « loser » ....


    • lsga lsga 31 octobre 2015 14:47

      @elmango
      en réalité, la Syrie est une diversion destinée à détourner les troupes russes de la zone de débarquement. Les déploiements de forces spéciales, c’est par ici que ça se passe


      Il faut dire, ce problème là n’a fait qu’empirer, et il est temps pour la Chine de faire payer aux Russes les humiliations militaires du 19ème et 20ème siècle.
       
      Bref, Poutine est sur le point de se retrouver vraiment totalement isolé au niveau international, et la finance chinoise va s’occuper de prendre le contrôle de l’économie russe (enfin, ce qu’il en reste). 

    • Rensk Rensk 31 octobre 2015 15:46

      @colere48

      Là vous faites erreur ; les USA n’ont pas voulu que tous sauvent tous les pilotes éventuellement descendu par l’EI, c’est chacun pour soi alors que la rapidité du sauvetage a son importance (pilote jordanien décapité)...

      Comme ces dernier (USA) n’ont pas demandé l’autorisation d’intervenir au sol (où dans les air) ils sont considéré comme des illégaux se cachant et de part-là, aucune responsabilité de la part des parties travaillant dans la légalité de l’ONU.

      Des morts US ? Plainte juridique impossible, les plaintes des pleureuses par contre dans toutes les une d’Europe pour sûr !


    • HELIOS HELIOS 31 octobre 2015 15:51

      @lsga
      ... ne prendriez vous pas les Russes, les Américains et certains européens pour des idiots ?


      Que certaines réactions vous paraissent décalées voire irresponsables, c’est tout simplement que vous ne mesurez pas le pouvoir de certains groupes plus ou moins internationaux qui gèrent leurs propres intérêts en dehors des états, mais globalement les structures dirigeantes des grands pays ne sont ni aveugles, ni sourdes... savent lire et ont des objectifs accessibles.

      Le jours où ces objectifs deviennent vraiment dangereux pour les autres, cela fini par dégénérer en conflit, mais pour cela il faut que toutes les forces, au moins une majorité de forces, se joignent pour arrêter les irresponsables.

      La paix globale dont nous bénéficions, n’est pas due a un phénomène pacifique, mais a la superpositions de forces nationales et de forces économiques, les unes limitant les ambitions des autres. 

      En clair nous sommes et nous tentons toujours de rester dans l’oeil du cyclone.

      La Syrie est, hélas pour eux, et pour nous européens, la cours d’école, le bac a sable de quelques unes de ces forces. Pas la peine de chercher plus loin, il faut juste savoir jusqu’a quel point certains opportunismes peuvent influencer la partie principale du jeux... mais dans tous les cas, la limite sera toujours surveillée a l’aune des intérêts de tous.


    • trobador 31 octobre 2015 18:05

      @lsga

      193 états à l’ONU. Cette semaine 191 états ont voté pour l’arrêt du blocus économique de Cuba tandis que la communauté internationale (c.à.d. USA + Israël) ont voté contre.
      La communauté internationale semble rétrécir comme peau de chagrin...


    • COVADONGA722 COVADONGA722 31 octobre 2015 18:32

      @elmango
       bonjour , il est prévu une offensive des forces kurdes sur daesch province d ’hassaké ; ils ont besoin d’un appui au sol ça tombe bien les usa viennent de stationner juste a la frontière turque des A10 c thunderbolt 

      qui font merveille dans ce type d’attaque , sauf qu’il faut une équipe au sol pour contrôler et guider 
      ces attaques aux sol ça s’appelle joint atack terminal controlers équipe 5/6 hommes donc dix teams .Comme ces gus seront quasiment au contact les chance de casse existe d’ou l’obligation d’Obama d’annoncer la couleur.
      je sais ça cadre pas avec la plupart des délires mais russes ou américains il y toujours d’abord une explication technique après on peu supputer ......

    • Samson Samson 31 octobre 2015 21:36

      @lsga
      Ici la terre !
      Isqa, sur quelle planète êtes-vous ?
      Transmettez-nous d’urgence vos coordonnées et nous vous enverrons une équipe !
      Et surtout tenez bon ! smiley


    • elmango elmango 31 octobre 2015 21:45

      @COVADONGA722 bonjour , je connais bien les thunderbolt car j’en vois une fois ou deux par an qui tournent en rond autour de mon village à 100 m du sol . Il y a un simulateur de cible électronique à 5 km de chez moi .


    • @elmango
      Euh....concernant les 50 membres des forces spéciales qu’Obama a autorisé a entrer illégalement en Syrie  ; cela est une intox : 
      .
      Ces 50 ’’ membres des forces spéciales’’ sont en fait des instructeurs qui sont déjà sur le sol syrien depuis plusieurs années. Obama, ou si vous préférez Barry Soetoro, veut simplement
      protéger ses agents sur le terrain en leurs fournissant des alibis leur permettant de bénéficier d’une certaine protection .......bref, il pourra réclamer leur retour au bercail après leurs arrestations par l’armée syrienne et le Hezbollah.
      .
      Obama et ses généraux voient l’arrivée vers le nord de la vraie coalition anti-terroristes Russo-irano-Syro-Libanaise comme une menace  : l’arrestation d’instructeurs-terroristes US, non déclarés, sur le sol Syrien, par le Hezbollah, poserait des problèmes politiques et d’images difficilement contrôlables. 

      Obama veut bien laisser Poutine nettoyer les dégâts au Moyen-Orient (voir retrait des PATRIOTS de Turquie et retrait du USS Roosevelt du Golfe Persique ) ....mais il ne peut pas se mettre a dos
      ses forces spéciales en sacrifiant certains d’entre-deux. Les survivants pourraient éventuellement user de mesures ...drastiques.  Obama veut bien aider Poutine a nettoyer les dégâts des néo-cons et des sionistes , mais il n’est tout de même pas suicidaire  !


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 1er novembre 2015 09:18

      @lsga

      POUTIN ENCORE POUTINE !

      poutine isolé !!!!! il n’a jamais eu autant d’amis dans le monde arabe

      autrement IL EST AUSSI DANGEREUX QUE DAESH TOUS FOUS A LIER :: :: :: :: :: :

      faisons les sauter  !!!!!! sinon notre civilisation est FOUTUE !!!!!!!!!!!!!!!


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 novembre 2015 09:41

      @elmango

      tres marrants les complotistes ANTI US !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      Les russes envoyent des troupes en crimée en ukraine en syrie avec des missiles abattent quelques avions de ligne lors d’exercices ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ;; ENTRAINEMENT 600 MORTS CIVILS AVEC ENFANTS !!

      et les US n’auraient pas le droit d’envoyer 1OO conseillers militaires ?????

      les complotistes sont donc aussi c... QUE LES FACHOS OU SONT ILS ALLIES ??????


    • lsga lsga 31 octobre 2015 13:58

      Rappelons que Poutine test des missiles nucléaires au dessus du Nord de l’Europe dans l’indifférence générale 



      • roman_garev 31 octobre 2015 14:03

        @lsga

        D’accord, et alors ?

      • lsga lsga 31 octobre 2015 14:08

        @roman_garev
        oui aucun problème tu as raison... 

        les poutinolatres sont pires que les fan de polpots des années 60.

      • Ben Schott 31 octobre 2015 14:21

        @lsga
         
        « les poutinolatres sont pires que les fan de polpots des années 60. »
         
        Pol Pot... années 60...
         


      • Rensk Rensk 31 octobre 2015 15:58

        @lsga

        Bof, la France l’a fait aussi en 2015 dans les Landes (30.09.15)
        Le lancement d’un M51, missile destiné à porter une charge nucléaire, au large du littoral du Nord des Landes, a eu lieu ce mercredi matin. Un « succès », comme l’a annoncé le ministère de la Défense dans un communiqué.

        Puis l’OTAN viens de le faire lors de son exercice actuel (un navire US)


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 octobre 2015 20:19

        @lsga
        Poutine teste de missiles nucléaires au dessus de l’Europe et vous oubliez qu’il mange des petits enfants au déjeuner...


      • @Fifi Brind_acier
        Je vous crois , certainement  ! Dieudonné nous avait prévenu aussi que Jean-Marie Lepen éventrait des chats dans son jardin le Dimanche !  smiley


      • wesson wesson 1er novembre 2015 12:36

        @lsga
        « les poutinolatres sont pires que les fan de polpots des années 60. »


        ben oui, les fans de Pol Pot en 1960 c’était quelque chose ... 15 ans avant l’arrivée au pouvoir des Khmers rouges (en 1975).

        Au passage, l’idéologie « officielle » des Khmers Rouge (abolition de la famille, de la propriété privée, de la monnaie, de la religion, ...) est ce qui se fait de plus proche des thèses révolutionnaires dont vous nous abreuvez régulièrement.

        Et surtout, lorsque on évoque Pol Pot, tout le monde vous racontera comment ils ont massacré 20% de leur propre population, mais personne pour vous dire pourquoi cette même population les avaient préférés aux Américains ? 

        Les Khmers Rouge qui avaient donné d’emblée la mesure de ce qu’ils étaient réellement dans les territoires qu’ils avaient déjà conquis ont malgré tout été accueillis en libérateurs Lorsqu’ils arrivèrent à Phnom Penh. Même si il est vrai que après, ça a très très vite déchanté !


      • wesson wesson 1er novembre 2015 12:51

        @wesson
        et d’ailleurs puisque on en est à revenir un peu sur l’histoire, ce furent encore les Russes (en fait les soviétiques) qui aideront le Vietnam - pays qu’ils soutenaient - à venir siffler la fin de la récré au Cambodge en 1979. 


        La raison officielle fut les prétentions territoriales des Khmers Rouges sur le Vietnam, qui fournirent un prétexte tout à fait légitime au Vietnamiens.

        Et dans les soutiens remarqués du régime de Pol Pot en fuite, on y trouvera entre autre la Chine, la Thaïlande et ... les Etats Unis

        Quand à Pol Pot, arrêté en 1997, il eu le bon gout de tomber malade à peu près à ce moment là, et à mourir l’année suivante avant même que on ai pu lui poser la moindre question. Il fut incinéré immédiatement sur un tas de vieux pneus, sans qu’une autopsie ne fut pratiquée. 

      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 8 novembre 2015 09:47

        @lsga

        bien dit bien écrit  !!!!!!!!!!!!!!!!


      • roman_garev 31 octobre 2015 14:01

        Merci Oscar pour cet article clair et exhaustif. Le titre, en surplus, en est fort bien choisi smiley

        À bon entendeur salut.

        • oscar fortin oscar fortin 31 octobre 2015 16:30

          @roman_garev : merci


        • sarcastelle 31 octobre 2015 14:23

          Quels sont ces événements survenus il y a 50 ans dans les rues à Léningrad et qui auraient enseigné à Poutine qu’il faut taper le premier ? Il me semble qu’au bon vieux temps de l’Union Soviétique la rue était plutôt tranquille ? 


          • Samson Samson 31 octobre 2015 17:30

            @sarcastelle
            Le siège de Leningrad - dont Vladimir Poutine est originaire - par les forces nazies du 8 septembre 1941 au 27 janvier 1944 : il a fait plus d’1 million 800.000 morts soviétiques, pour une grande part du fait de la famine.


          • roman_garev 31 octobre 2015 17:49

            @sarcastelle


            Pas du tout, ne vous faites pas d’illusion.

          • fred.foyn Le p’tit Charles 31 octobre 2015 14:39

            +++++

            Tout est dit...et bien dit..ça change de la voix du ministère des affaires étrangères qui intoxique les pensées des plus faibles...C’est même criminel...


            • chapoutier 31 octobre 2015 15:23
              Etat islamique en Egypte
              revendique la destruction de l’ Airbus A321 de Kogalymavia
              Si les boites noires confirment cette info, Poutine va poursuivre les tueurs de daech jusqu’au fond des chiottes.

              • chapoutier 31 octobre 2015 15:47

                @Laissebéton

                donc d’après le gros nul en béton , les ricains n’ont pas les moyens ni la technologie ni la possibilité d’en fournir à leur troupes sous fausses bannières


              • chapoutier 31 octobre 2015 17:04

                @Laissebéton
                sur un airbus civil ??? gros naze !!!

                va donc bouffer le Q à tes potes de daech et à tes maitres suniens


              • Samson Samson 31 octobre 2015 17:34

                @chapoutier
                La seule possibilité qu’ils en aient eue aurait été de saboter l’avion avant son départ.
                Jusqu’à preuve du contraire, je penche plutôt pour les rodomontades habituelles.


              • roman_garev 31 octobre 2015 17:57

                @chapoutier


                Ils saisissent toute occasion pour se montrer forts.
                En fait, j’en suis presque sûr, ce serait l’état technique lamentable de cette vieille ferraille exploitée (après avoir servi au Liban et quelque part ailleurs) par une « compagnie russe » à trois propriétaires (personnes aux noms caucasiens) ne possédant que cinq (maintenant quatre) bords pareils (mais celui-ci était le plus vieux). Une honte pour la Russie.

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 octobre 2015 20:10

                @roman_garev
                Vous en savez des choses... Les 2 boîtes noires ont été retrouvées, attendons les résultats, non ?


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 octobre 2015 20:21

                @chapoutier
                Mais l’ Etat Islamique, ce sont NOS mercenaires, c’est la Coalition France + USA + Israël + les Monarchies du Golfe + la Turquie etc


              • Croa Croa 31 octobre 2015 22:54

                À Fifi Brind_acier « Mais l’ Etat Islamique, ce sont NOS mercenaires »
                *
                Plutôt c’était non ? smiley


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er novembre 2015 09:04

                @Croa
                Il est peu probable qu’ils soient tous éradiqués..., ils vont se regrouper ailleurs, en Jordanie, en Turquie, au Pakistan, en Tunisie, en Libye ou ailleurs ...


              • Croa Croa 1er novembre 2015 12:01

                @Fifi Brind_acier
                « c’était » ne veut pas dire ici qu’ils aient disparus mais qu’ils ne nous ’’appartiennent’’ plus... qu’ils se sont émancipés... que nous n’avons plus de contrôle sur ces gens.... Lesquels agissent aujourd’hui contre leurs anciens maîtres ! (Ça devait arriver vu que le djihadiste moyen n’a pas conscience d’agir pour l’occident et que les chefs ont des ambitions personnelles.) 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès