Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sibel Edmonds : « Nous avons utilisé Ben Laden jusqu’au 11-Septembre (...)

Sibel Edmonds : « Nous avons utilisé Ben Laden jusqu’au 11-Septembre »

Non, la fameuse Sibel Edmonds ne vient pas nous dire que le 11-Septembre est un "inside job", car elle ne se prononce que sur ce qu'elle connaît de sa propre expérience. Et elle fait bien. Mais elle vient nous dire ce que certains documents classifiés qu'elle a eu entre les mains pourraient prouver : les Etats-Unis n'ont jamais cessé de soutenir Ben Laden jusqu'au 11-Septembre, dans le cadre d'opérations de déstabilisation en Asie Centrale. C'est ce qu'on appelle une bombe médiatique.

L'ancienne traductrice au FBI Sibel Edmonds a fait une révélation fracassante le 24 juin 2009, au micro de Brad Friedman, dans le Mike Malloy Show. Ses propos ont été retranscrits le 31 juillet sur les blogs Let Sibel Edmonds Speak, Against All Enemies et Daily Kos. Ils ont enfin été traduits (une première fois) en français sur le site ReOpen911 le 13 août.
 
Des propos qui rejoignent ceux du journaliste Eric Margolis au micro de Scott Horton, d'abord le 30 novembre 2008, puis le 28 avril 2009 (les Français ont pu apercevoir cet ancien correspondant de guerre, fin connaisseur du Moyen-Orient et de l'Asie Centrale, dans l'émission de Frédéric Taddeï, Ce soir ou jamais sur France 3).
 
Relations intimes... et pérennes
 
Selon Sibel Edmonds, les Etats-Unis ont entretenu des relations très étroites avec Oussama Ben Laden et les Talibans, sans discontinuer jusqu'au 11-Septembre, dans le cadre d'opérations en Asie Centrale, une zone aux ressources énergétiques particulièrement convoitées. Ces relations étaient pourtant censées être rompues depuis la fin de la Guerre froide :
 
"Dire que depuis la chute de l'Union Soviétique, nous avons mis un terme à notre relation intime avec Ben Laden et les Talibans est un mensonge, et il est possible de le prouver très facilement sur la base des informations qui ont été classifiées dans mon affaire. Nous avons entretenu des relations très étroites avec ces gens, au sujet de l'Asie Centrale, et cela jusqu'au 11-Septembre. (...) Nous avons réalisé des opérations en Asie Centrale avec ces groupes, les utilisant comme nous le faisions déjà durant le conflit soviéto-afghan, et nous les avons utilisés jusqu'au 11-Septembre" (à écouter via le 2e lecteur MP3 sur cette page, entre la 6e et la 7e minute, ou à partir de la 6e minute sur la vidéo qui suit).
 
 
Le rôle du tiers
 
Cette "utilisation" se faisait via des intermédiaires, la Turquie (dont Sibel Edmonds est originaire), mais aussi d'autres acteurs provenant du Pakistan, d’Afghanistan et d’Arabie Saoudite. Ben Laden, les Talibans et d’autres groupes servaient ainsi d'armée terroriste par procuration. Les Etats-Unis avaient besoin de cette discrétion afin d'éviter tout risque de révolte populaire en Asie centrale (Ouzbékistan, Azerbaïdjan, Kazakhstan et Turkménistan), mais aussi de fâcheuses répercussions en Chine et en Russie.
 
Sibel Edmonds précisait, en juillet 2008 : "Ceci a commencé il y a plus de dix ans, dans le cadre d’une longue opération illégale et à couvert, menée en Asie centrale par un petit groupe aux États-Unis. Ce groupe avait l’intention de promouvoir l’industrie pétrolière et le complexe militaro-industriel en utilisant les employés turcs, les partenaires saoudiens et les alliés pakistanais, cet objectif étant poursuivi au nom de l’Islam." La stratégie pro-islamiste des Etats-Unis, une longue histoire...
 
L'Afghanistan, un repaire de terroristes ?
 
De son côté, Eric Margolis, s'il affirme aussi que la CIA a supporté Ben Laden jusqu'en 2001, avance encore une idée tout à fait iconoclaste, selon laquelle l'Afghanistan n'a jamais constitué un foyer du terrorisme : "En réalité, quand les Etats-Unis ont envahi l'Afghanistan en 2001, ils ont prétendu qu'il y avait plus de 20 "camps d'entraînement terroristes", comme ils les appelaient, qui entraînaient tous des terroristes devant aller frapper l'Amérique, eh bien, c'était un mensonge absolu. Un parmi tant d'autres." Qu'étaient donc ces camps, s'ils n'entraînaient pas des terroristes ?
 
"Pour 90 % des gens dans les camps d'entraînement, il pouvait s'agir de Cachemiris, entraînés par les services de renseignement pakistanais, l'ISI, au vu et au su des Américains, pour aller se battre au Cachemire contre la loi indienne. C'était le groupe le plus important. Le deuxième plus important regroupait des gens d'Asie Centrale, principalement d'Ouzbékistan, du Kazakhstan et du Tadjikistan, qui étaient organisés et entraînés pour aller combattre ces épouvantables régimes communistes d'Asie Centrale, encore au vu et au su des Américains. Enfin, il y avait un groupe de Ouïghours, ces Chinois musulmans de la province du Xinjiang qui étaient entraînés par Ben Laden pour aller combattre les communistes chinois au Xinjiang, et ce ne n'était pas seulement au vu et au su de la CIA, mais avec son soutien, car elle pensait qu'elle pourrait les utiliser au cas où une guerre éclaterait avec la Chine." Interloqué, l'animateur radio demande à Eric Margolis jusqu'à quand ces pratiques ont eu cours, et le reporter de répondre que cela se passait en 2001...
 
La CIA encourage Ben Laden
 
Lorsqu'il lui demande si Ben Laden "travaillait avec" la CIA, Margolis précise sa pensée : "Je n'irai pas aussi loin. Je dirais qu'ils savaient ce que Ben Laden faisait, et qu'ils l'encourageaient par l'entremise d'un tiers, probablement les Saoudiens..." Et le journaliste de poursuivre : "Vous vous souvenez que Washington versait de l'argent aux Talibans jusque 4 mois avant le 11-Septembre ; la raison était qu'ils pensaient pouvoir ainsi les enrôler pour aller renverser les régimes communistes d'Asie Centrale, et même attaquer la Chine. Mais bien sûr, le 11-Septembre est arrivé, et alors ces sales petits secrets ont été dissimulés, les dossiers ont été brûlés, et quiconque y avaient pris part fut expulsé au purgatoire. (...) Le fait est que l'Afghanistan n'était pas un foyer du terrorisme, il y avait des groupes commando, des groupes de guérilla, entraînés dans des buts précis en Asie Centrale" (à écouter sur cette page, à partir de la 7e minute).
 
Dans une interview plus récente, Eric Margolis précisera que les Ouïghours entraînés en Afghanistan, dont certains bénéficiaient de la "collaboration de Ben Laden", étaient "payés" et "armés" par les Etats-Unis (à écouter sur cette page, à la 13e minute). On ne sait si l'on doit faire un lien entre ces "encouragements" et la visite d'un agent de la CIA à Ben Laden, le 12 juillet 2001, alors que le milliardaire saoudien était soigné à l'hôpital américain de Dubaï...
 
 
Une certaine logique
 
Le Figaro ne se montrera guère étonné par cette rencontre : "Les contacts entre la CIA et Ben Laden remontent à 1979 lorsque, représentant de la société familiale à Istanbul, il commença à enrôler des volontaires du monde arabo-musulman pour la résistance afghane contre l'Armée rouge. Enquêtant sur les attentats d'août 1998 contre les ambassades américaines de Nairobi (Kenya) et de Dares-Salaam (Tanzanie), les enquêteurs du FBI ont découvert que les traces laissées par les charges proviennent d'un explosif militaire de l'armée américaine et que cet explosif a été livré trois ans auparavant à des Afghans arabes, les fameuses brigades internationales de volontaires, engagés au côté d'Oussama ben Laden durant la guerre d'Afghanistan contre l'armée soviétique. Poursuivant ses investigations, le FBI découvre des « montages » que la CIA avait développés avec ses « amis islamistes » depuis des années. La rencontre de Dubaï ne serait donc que la suite logique d'une « certaine politique américaine »."
 
Les propos de Sibel Edmonds et Eric Margolis ne viennent finalement que confirmer, et approfondir, ce qu'Alexandra Richard, pour Le Figaro, et Richard Labévière, pour RFI, laissaient entrevoir dès le 31 octobre 2001 : les relations entre Ben Laden et les Américains n'avaient jamais cessé, malgré les attentats, attribués à Al-Qaïda, contre les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya en 1998, et contre le navire de guerre USS Cole en 2000. Elles n'ont pas même cessé après que les avertissements d'attentats à venir aux Etats-Unis ont commencé à pleuvoir... On n'en déduira rien, si ce n'est qu'amis et ennemis sont notions relatives, contrairement à ce que laisserait croire la rhétorique du combat entre le Bien et le Mal, et que l'intérêt, dans ces affaires, prime sans doute sur toute considération morale. Nul étonnement donc devant de telles relations. Seulement le constat d'une persistante obscurité.
 
Une femme... tenace
 
L'obscurité ne se lèvera pas tant que les documents que Sibel Edmonds (ou Bob Graham...) évoque seront classifiés. Pour avoir voulu lever un coin du voile, la jeune traductrice subit les foudres de l'administration Bush : chargée en effet de traduire, au lendemain du 11-Septembre, des documents liés aux attentats, elle fut renvoyée, dès mars 2002, pour avoir signalé à ses supérieurs certains faits graves, comme l'infiltration du FBI par des espions oeuvrant pour un lobby turc... Peu après son renvoi, elle fit l'objet d'un "gag order", une mesure exceptionnelle l'assignant au silence, lui interdisant de révéler la teneur exacte des faits qu'elle reprochait et de documenter ses propos.
 
Plus tard, elle dénonça les mensonges de Condoleezza Rice, lorsque cette dernière affirma que nul, dans la communauté du renseignement, ne pouvait imaginer les attaques du 11-Septembre. Le 11 février 2004, elle témoigna devant la Commission d'enquête. Mais le rapport final, paru le 22 juillet 2004, et gros de 567 pages, n'en tint pas compte (le nom de Sibel Edmonds n'apparaissant qu'une seule fois, dans une simple note de bas de page). Le 1er août 2004, elle décida donc d'écrire une lettre au Président de la Commission, Thomas Kean, dans laquelle on peut lire qu'en avril 2001, un informateur du FBI avait transmis à l'agence les informations suivantes : « 1) Oussama Ben Laden planifiait une attaque terroriste majeure aux Etats-Unis visant 4 ou 5 villes importantes, 2) l'attaque allait impliquer des avions, 3) certains des individus en charge de porter l'attaque étaient déjà en place aux Etats-Unis, 4) l'attaque allait être portée dans les prochains mois. » Sibel Edmonds ne reçut aucune réponse de la part de Thomas Kean. Ce qui renforça sa hargne et sa détermination.
 
"Marché noir nucléaire entre la Turquie et le Pakistan, néoconservateurs travaillant pour des intérêts turcs et israéliens, multinationales de l'armement et sociétés-écrans, en 6 mois au FBI la petite traductrice de Washington a joué dans la cour des grands" : le documentaire Une Femme à abattre nous fait entrevoir l'incroyable sac de noeuds dans lequel la jeune femme a mis les pieds.
 


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (91 votes)




Réagissez à l'article

102 réactions à cet article    


  • Thucydide Thucydide 15 août 2009 18:51

    Très bon article, qui nous replace dans une perspective cruciale por le monde.
    Ca nous change un peu des combats de yitans entre UMP PS Modem et autres.

    J’ai toujours pensé que les troubles récents au Xin Jiang —provoqués par une juste colère face à la discrimination économique subie par les Ouïghours— devaient avoir été quelque peu boostés par l’entregent de la CIA et si ce n’est plus avec Ben Laden c’est donc avec un autre.

    Regardez une carte et voyez où se place le Xin Jiang : au coeur de l’Asie Centrale, le déjà Centre du Monde.
    Les évènements d’Urumqi gagnent à être décodés à la lumière du subit engouement de l’Occident pour les nouveaux terrains militaro-diplomatiques d’Afghanistan et d’Iran.

    La folie dominatrice des occidentaux, enivrés par le sabordage de l’URSS, ne connaît plus de limite.
    La Passion de nos pays se déroule sous nos yeux, et elle ira jusqu’à son accomplissement.


    • fonzibrain fonzibrain 15 août 2009 19:08

      super nouvelle,mais il faut savoir décoder la fin quand elle dit qu’ils savaient 4 mois avant que ben laden allait utiliser des avions comme arme,il ne faut pas comprendre que ben laden seul voulait faire cela,il faut comprendre que le plan CIA-MOSSAD VIA AL QUAIDA a été éventé et c’est pour cela que l’administration US n’en a tenu compte,puisque c’est certaines personne de l’admiistration qui en ont été les instigateurs


      ils se sont dit : au lieu de déstabiliser l’asie centrale,la chine,pour ensuite intervenir,déstabilisons nous nous même pour pouvoir prendre des décisions inconsidéré et impossible à prendre sans un tel acte.

      et comme cela tout le monde est content,les extrémistes musulmans sont galvanisés et veulent continuer le combat,et les occidentaux ont peur et peuvent déclarer des guerres chez les musulmans.


      il n’y a pas qu’un seul coupable,c’est un ensemble d’interêt convergents et divergent,des complicité malsaine et de la corruption qui ont mené à ce désastre

      mais il y a bien eu un donneur d’ordre,un premier cercle qui a imaginez cette histoire diabolique




      • fonzibrain fonzibrain 15 août 2009 20:50

        george


        tu pense donc que les usa qui utilisé ces gens depuis 20 ans se sont fait berné comme des bleu

        tu penses que si personne n’’a broncher quand on leur a dit que ben laden allait utiliser des avions comme armes,c’est encore de l’incompétence

        comme le jours des attentats ou aucun avions n’a bougé,c’est encore de l’incompétence

        tu penses que c’est le kérozène qui a fait s’éeffondrer 3 tours,(les trois seules aux mondes)




        tu me prend pour un con,hussein,tu sais très bien que ces attaques ont été possible que par des complicité à l’interieur du gouvernement et à l’exterieur également.


      • Philou017 Philou017 15 août 2009 20:57

        Je ne pense pas qu’il y ait eu le moindre complot sérieux de la part de Ben Laden sur le 9/11.

        Personne ne devrait croire à la fable de moujahidines venant passer plusieurs mois aux USA et prenant des leçons de pilotage au vu et au su de tout le monde, alors que certains étaient répertoriés agents d’Al Qaida.

        D’ailleurs les avertissements alarmistes ont abondé, du FBI, de la Cia, du renseignement militaire et j’en passe. Y compris lors d’une réunion d’urgence chez Mme Rice en Juillet 2001, demandée par G Tenet, directeur de la CIA, sur le sujet précisément.

        Mais on arrive à faire croire n’importe quoi en le faisant marteler par les médias.


      • Deneb Deneb 16 août 2009 09:23

        @ george hussein - obamush

        Que les Sauds soient impliqués, jusqu’au plus haut niveau, ça ne fait aucun doute. Les curieux decés de 3 princes saoudiens en dit long. On sait aussi que l’ISI, les services pakistanais, étaient chargés de transfert des fonds. Du coup, j’ai du mal à croire que le Mossad, d’habitude si performant et à la pointe du renseignement, n’était au courant de rien.


      • fonzibrain fonzibrain 16 août 2009 12:19

        ussein pourquoi tu me parles chiites,je ne suis pas musulmans et je suis contre toute division des musulmans,surtout quand on sait qui s’en réjouit


        écoute coco,je connais l’histoire et la géopgaphie comme qui dirait

        tu crois que le mossad n’est pas impliqué dans le 11 septembre

        si c’est pour dire des anneries pareil,ne me parle pas,ça ne sert à rien


        tu es pret à accepter le complot mais pas si le mossd y est lié lui aussi

        t’es vraiment nul,ne me parle pas ça ne sert à rien

      • Nicole 16 août 2009 12:34

        Le Mossad ne peut en aucun n’avoir été au courant de rien. Les agents du Mossad se filmant, c’est une réalité que rien ne peut effacer.

        http://www.haaretz.com/hasen/pages/ShArt.jhtml?itemNo=75266&contrassID=2&subContrassID=1&sbSubContrassID=0&listSrc=Y

        http://www.youtube.com/watch?v=tRfhUezbKLw

        Pareillement l’alerte donnée à Odigo Société isralienne basée à Herliya mais ayant des bureaux à deux blocs des twins existe, la provenance n’a toujours pas fait l’objet de recherche, ou du moins n’a-t-on été infomé du résultat :

        http://www.haaretz.com/hasen/pages/ShArt.jhtml?itemNo=77744&contrassID=/has

        La troisième partie du dernier documentaire dans laquelle intervient notamment Philip Giraldi ancien de la CIA évoque le triangle américano israélo turc.

        Une chose m’étonne dans ce très bon article bien documenté : le lien vers Alexandre del Valle qui est un désinformateur patenté. Il a poursuivi en diffamation Ras l’front, ce qui a occasionné l’arrêt du 12 janvier 2005 de la onzième chambre de la Cour d’Appel de Paris qui énonce notamment que Del Valle (qui n’a pas obtenu gain de cause)« a fréquenté tour à tour les milieux royalistes légitimistes, les milieux intégristes catholiques, les milieux de la droite païenne antisémite, ceux de la droite radicale, ceux du GRECE et dela nouvelle droite, les milieux fascistes identitaire européens, et finalement, lesmilieux sionistes très marqués à droite. La cour note aussi que Del Valle »a participé à de nombreux colloques d’obédience de diverses droites, dont certaines ont une idéologie antisémite particulièrement identifiée« et qu’enfin, il a bien participé à des formations de militats d’extrême droite proche du GUD » (source Guillaume Weill Raynal Les nouveaux désinformateurs p187)

        Dernier point : l’amorce du texte m’étonne : qui a dit que Sibel Edmonds aurait dit que le 9/11 était un inside job ? Je n’ai vu ça nulle part.


      • Taïké Eilée Taïké Eilée 16 août 2009 13:23

        @ Nicole : "Dernier point : l’amorce du texte m’étonne : qui a dit que Sibel Edmonds aurait dit que le 9/11 était un inside job ? Je n’ai vu ça nulle part.« 

        En fait, je me base implicitement sur la question que lui pose l’auditrice dans l’émission de radio à laquelle je renvoie (merci de me permettre de le dire explicitement ici), et qui va appeler sa réponse sur les liens persistants entre Ben Laden et la CIA. L’auditrice lui demande si elle pense que le 9/11 est un »inside job« et Sibel Edmonds dit qu’elle ne parle que de ce qu’elle connaît de première main, qui est à la fois peu mais très important, et donc refuse de se prononcer là-dessus. Répondre à cette question serait »grotesque".

        Voyez la transcription de la question et de la réponse ici :

        http://letsibeledmondsspeak.blogspot.com/2009/07/sibel-edmonds-on-mike-malloy.html

        Elle se contente de rappeler les informations qui avaient été récoltées par les différentes agences avant le 9/11, en évoquant les agents Colleen Rowley et Wright, le Phoenix Memo, le livre de James Bamford qui indique que la NSA suivait deux des terroristes au Yémen... et finit par dire : « Eh bien, si vous mettez bout à bout toutes ces informations qui sont venues de différentes agences, et que vous les regarder, vous vous dites Wow ! »

        Elle rappelle encore l’échec inévitable de la Commission, dont les membres avaient des tas de conflits d’intérêt, et dont le président à l’origine devait être Henry Kissinger... Elle remarque que beaucoup de choses ont été classifiées, et se demande pourquoi tant d’efforts pour cacher un simple « cafouillage bureaucratique ».

        Et elle poursuit : « Encore une fois, ça ne signifie pas qu’il s’agissait d’un inside job, mais ce que ça nous dit, c’est qu’il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas, beaucoup de choses que notre gouvernement ne veut pas que nous sachions ». Et encore : « Donc nous avons tous ces problèmes, et il n’y a pas de réponse simple, mais une réponse simple est que, oui, nous faisons face à de nombreuses dissimulations. Et je veux savoir pourquoi, et je suis sûre que vous voulez aussi le savoir ».

        Concernant Del Valle, l’article auquel je renvoie me paraît intéressant (je peux me tromper).


      • Nicole 16 août 2009 13:29

        Plus de précisions sur l’arrêt Del Valle :

        http://www.raslfront.org/archives/104_36.html

        Et sur Del Valle, à considérer avec beaucoup de recul :

        http://www.mrap.fr/dossiers/doc-94.pdf

        p5

        Les théoriciens de l’arabophobie  :

        Nous traiterons dans ce chapitre de quelques « intellectuels » très représentatifs de la vague arabophobe actuelle.

        1. Alexandre Del Valle

        A. Des racines idéologiques à l’extrême-droite de la pensée politique

        Alexandre Del Valle, présenté comme géopoliticien, est un islamophobe forcené. Ce transfuge de l’extrême-droite, tel que le révèle une étude minutieuse de René Monzat journaliste à Ras l’front, est apparu régulièrement sur les chaînes de télévision au lendemain de l’acte terroriste contre les tours de New-York. Il semble depuis lors, beaucoup moins présent dans l’univers télévisuel, excepté sur la chaîne de télévision TFJ.

        Del Valle a rejoint l’UMP, où sa fraction s’est présentée à la présidence de cette même organisation, avec l’objectif évident de noyauter ce parti autour de thèses ultra-libérales inspirées par les faucons américains et cimentées par le délire du choc des civilisations, ceci dans le but d’infléchir une politique française jugée trop pro-arabe.

        B. Une islamophobie paravent de l’arabophobie

        C’est cette aversion de l’islam et du monde arabo-musulman qui fait de Del Valle la référence idéologique de toute une mouvance extrême, violement hostile à la politique française de droite ou de gauche en ce qui concerne les relations avec le monde arabe. A l’évidence, les développements de l’intéressé sur l’islam relèvent plus de ses liens idéologiques antérieurs, que de la rationalité du chercheur « géopoliticien » spécialiste de l’islam (spécialité semble t’il contestée dans la profession (!).

        Nous découvrirons mieux son arabophobie en le citant  :

        Sous son vrai nom, Marc d’Anna, (il semble multiplier les identités au gré de ses fluctuations politiques (!) Alexandre Del Valle, interview ainsi l’ancien ministre Messmer sur le site ultralibéral « nouvelle liberté »2  :

        MdA : Pensez-vous que la France, en tant que nation historique, est en danger de mort, notamment à cause d’une immigration pléthorique que nous avons du mal à assimiler, voire même à intégrer  ?

        On remarquera le sérieux du chercheur, qui dans sa question, suscite déjà la réponse : il y a immigration pléthorique, de plus celle-ci est difficilement intégrable et porte en elle la « mort de la France ». C’est là un thème permanent de Del Valle qui résonne comme l’écho des déclarations anti-immigrés du FN ou du MNR, mais là n’est pas encore le pire ( !).

        C. Des fréquentations internationales révélatrices : La ligue Lombarde

        Les fréquentations internationales de Del Valle (Marc d’Anna) sont extrêmement significatives de sa sensibilité politique profonde, quand bien même aurait-il revêtu les habits plus présentables de la droite parlementaire...."


      • fonzibrain fonzibrain 16 août 2009 14:28

        merci nicole pour les liens,


      • Cascabel Cascabel 16 août 2009 14:57

        @ Nicole

        Vous attaquez Del Vaille sur la personne et non sur le fond.
        Son livre « islamisme et Etats Unis une alliance contre l’ Europe » est une mine d’informations sur la stratégie géopolitique des USA, héritée du modèle anglo-saxon. Je vous défie d’y trouver des mensonges ou des faux.
        En résumé De Valle dit que les USA ont encouragé l’islam a se développer dans le monde musulman pour laisser celui-ci dans l’arriération et dépendant des technologies américaines. Dans le même ordre d’idées les USA encourageraient selon lui l’islamisation de l’ Europe pour affaiblir un concurrent potentiel.
        Or Nicole les faits sont là. Par exemple lors de la guerre de Tchétchènie ce sont bien les USA qui appuyaient les islamistes contre les Russes. Vous ne pouvez pas dire le contraire. Idem pour la Yougoslavie où les factions musulmanes ont systématiquement reçu l’appui de Washington. Et cela risque de se reproduire chez nous quand d’ici quelques années éclatera un conflit communautaire.
        Alexandre Del Vaille a traversé toutes sortes de courants de droite et effectivement il a osé aller là où l’on n’a pas le droit d’aller. Le conformisme dans lequel nous nous complaisons tous en France a fini par tuer la pensée critique. Pas le droit de dire du mal de personne, pas le droit de critiquer le fond.
        De Vaille a eu le mérité de bousculer un peu le ronron universitaire et de parler franc. Bref, l’attaque de personne que vous faites contre Del Vaille est nulle et non avenue.

        Dites-nous où il se trompe exactement, ce sera plus intéressant que de le diaboliser ou pire de prétendre l’exclure de toute référence.


      • Nicole 16 août 2009 16:12

        Cascabel,

        Je n’ai fait que rapporter des analyses que je connais. Je trouve Guillaume Weill Raynal d’une extrême pertinence, et c’est lui que je cite ; je ne connais pas, et n’ai prétendu à aucun endroit ni connaître ni avoir lu Del Valle.

        Du reste Fonzi l’a clairement perçu, et le manifeste en mes remerçiant pour les liens.

        Je fais entièrement confiance à Weill Raynal, et c’est la raison très précise pour laquelle j’ai communiqué une partie de son propos -bien plus étayé que ça dans le livre- puis cherché d’autres sources en ligne, au moment où l’auteur me répondait. Jepeux vous lire et regarder, mais ça ne changera rien à cette décision de justice qui est un fait de droit. Si on ne peut plus citer une décision de justice, c’est un comble tout de même. Ce que j’en ai déduit, c’est que cet homme avait une éthique quelque peu douteuse puisqu’il attaquait en diffamation un journaliste qui n’avait dit que la plus exacte vérité.


      • Nicole 16 août 2009 16:16

        @ Bois Guibert :

        Quand on manifeste une pathologie aussi grossière que la votre, même dans ce cas, les soins sont possibles. Ca vaudrait mieux que de polluer en injuriant quelqu’un qui rapporte une décision de justice. Ce faisant, vous ne faites que manifester votre gêne évidente. Vous m’agressez, soit. Il ne me viendrait pas à l’idée de vous conseiller d’aller à quelque partouze que ce soit, même si j’observe dans votre commentaire une indéniable perturbation mentale.


      • Nicole 16 août 2009 16:38

        @l’auteur : j’ai lu l’article, et j’avoue rester sur l’étonnement de votre présentation qui par l’amorce « Non, Sibel... » fait penser qu’il y a eu désinformation, là où la question posée est « Caller : ... What are Sibel’s thoughts about 9/11 possibly being an inside job ? »
        autrement dit « que pense Sible de l’éventualité que le 9/11 soit un inside job ? »

        Je trouve qu’on est dans un domaine où la plus extrême vigilance s’impose parce que ce qu’elle répond est clairement qu’on nous cache beaucoup de choses et qu’elle aimerait que ça change. Du fait qu’elle est sous « State Secret Privilege », plus raide que le gag order (avez-vous une référence indiquant qu’il a été levé ?) elle est tenue à réserve, mais encore une fois, je n’ai lu sous aucune plume l’affirmation qu’elle avait dit ça, et l’échange que vous évoquez est des plus modérés, aucunement assertif.

        Ca n’enlève rien à la qualité de l’article, mais ça me semble laisser entendre quelque chose qui n’est pas.


      • Cascabel Cascabel 16 août 2009 18:51

        Nicole

        Vous ne connaissez pas De Vaille ni d’ Eve ni d’ Adam mais vous reprochez à un auteur de le citer ?
        Je ne comprends pas cette démarche.

        Quand à Ras l’ Front que vous prenez comme source de référence vous savez au moins ce que c’est ce machin ? Allez chez eux exposer vos idées sur le sionisme et de votre héros Dieudonné, qu’on se marre un peu.

        Vous serez prévenue :
        http://www.raslfront.org/general/canard.php


      • Cascabel Cascabel 16 août 2009 19:13

        @ Bois Guibert

        Nicole, comme une majorité des Français maintenant, manque de repères et va les chercher là où elle peut. Il en résulte quelques incohérences, forcément.


      • Nicole 16 août 2009 22:02

        Cascabel,

        Savez-vous lire ? Comment pouvez-vous seulement concevoir qu’on ne cite pas la référence d’un auteur d’une aussi rare acuité intellectuelle que Guillaume Weill Raynal (pour parenthèse, il est le frère jumeau de Clément Weill Raynal, président de l’association des journalistes juifs de France, plus sioniste que lui tu meurs...) dès lors qu’on le connaît ? L’avez-vous lu ? Moi, oui, c’est un juif, qui manifeste aimer être juif, et qui croit à la version officielle (ce qui n’est absolument pas mon cas) et est des plus informés sur le conflit israélo-palestinien. Je ne vois aucun mal à le signaler, mais beaucoup plus de votre part à pointer quelque chose que je n’ai aucunement fait. Ca signe une position très évidemment partisane encore renforcée par la réponse que vous me faites.

        Guillaume Weill Raynal brosse un portrait des plus fâcheux de del Valle, qu’il argumente et la réalité indéniable, est que cet homme a attaqué en diffamation avec pour avocat Goldnagel, ce qui est tout de même très éloquent, et qu’il a perdu. Sur des faits. Pas des interprétations. Des faits. Dès lors, il est avéré que cet homme a menti.

        A priori, choisir ses sources fait partie des choses importantes, surtout sur un sujet comme le 9/11.

        Votre réaction, celle de Bois Guibert me portent à douter de vos assertions. Je vous retrouve dans vos posts qui faisaient suite à ceux de lola, et étaient à tout le moins partisans.

        Donc, je maintiens. Cet homme a fait ça, et je regarde ses écrits à travers ce prisme.

        De la même façon, dans un post plus loin l’auteur dit que Sibel Edmonds a dit qu’il serait absurde de parler d’inside job. Je n’ai pas le temps de vérifier le post, mais le mot m’est resté en mémoire : absurde, alors que le ton est des plus modérés. Je ne pense pas pertinent de changer les mots d’une personne que l’on cite en référence. Dire ce qu’on en déduit, oui. Mais jamais lui mettre dans la bouche ce qu’elle n’a pas dit.

        Vous faites l’équivalent avec moi, et insistez. Ce n’est pas Ras l’front que j’ai cité mais Guillaume Weill Raynal.


      • Cascabel Cascabel 16 août 2009 23:25

        Et bien Nicole, vous vous énervez bien vite.

        On s’est éloigné du sujet principal mais qu’importe, le sujet m’amuse.
        Pour commencer Ras l’ Front ou le MRAP ne sont pas des personnes physiques mais des personnes morales. Or vous nous avez clairement renvoyé vers des liens de Ras l’ Front et du MRAP pour défendre votre point de vue. Donc oui, vous vivez une contradiction.
        Concernant la judaité d’un tel ou d’un tel et bien ma foi je m’en contrebalance un peu et cela vaut aussi pour l’islam. Par ailleurs je ne suis pas venu sur Avox pour me faire des amis, c’est trop virtuel pour moi. Je me permets donc une totale liberté de ton et de pensée en me fichant de plaire aux uns ou autres.Certaines personnes sont plus intelligentes ou plus marrantes, c’est tout ce qui m’importe dans les échanges avoxiens.
        Parfois vos interventions me plaisent et parfois non. Concernant Del Vaille vous vous plantez, mais en même temps vous ne pourrez jamais le lire puisque selon vous l’islam est la solution à vos préoccupations.

        En tout cas on ne peut pas jeter la pierre sur un individu sans rien connaitre de lui.

        Quand vous accusez quelqu’un d’être un spécialiste de la désinformation on doit être à même de le prouver, faute de quoi on risque de pratiquer soi même, à son insu en plus, de la désinformation. L’avis de Mr truc chose, dont le frère est président de je sais quel truc juif et bien ça ne pèse pas lourd comme argument. Ou encore les aventures judiciaires, absolument dépourvues d’intérêt. Les procès en justice sont une chose, les écrits une autre.
         Tenez un article de Clément Weill-Raynal qui devrait vous intéresser, puisque vous semblez estimer cet individu :
        http://www.col.fr/article.php3?id_article=401

        Et voici le contenu d’un lien que vous même avez envoyé (page 3) :
        http://www.mrap.fr/dossiers/doc-94.pdf

        Sur certains sites internet l’antisionisme n’est que le paravent de l’antisémitisme et du
        négationnisme.
        Parmi ces sites antisémites signalons :
        · radio-islam et l’aaargh (L’association des Anciens Amateurs de Récits de Guerres et
        d’Holocaustes (!).
        · le parti des Musulmans de France,
        · l’association « la Pierre et l’Olivier de Ginette Skandrani,
        · des idéologues se réclament de l’islam, Monder Sfar, ou Mohamed Latrèche qui
        entretiennent les meilleures relations idéologiques avec les négationnistes historiques
        de la vieille taupe comme Serge Thion.

        A moins que vous ne lisiez pas vos propres liens je ne comprends pas bien votre démarche. Ou peut-être avez-vous déjà changé d’ avis sur Dieudonné et l’anti-sionisme ?
        Le plus probable c’est que vous ayez platement répété un discours convenu en oubliant vos propres évolutions et vos propres adversaires. Mais c’est aussi une des fragilités de votre mouvement, il oscille trop et a du mal a avoir les idées claires.


      • Nicole 17 août 2009 00:46

        J’ai énoncé que DelValle était présenté par Weill Raynal comme un désinformateur de façon très argumentée, et je n’avais pas de lien, donc je suis allée en chercher pour compléter. je n’ai pas trouvé le jugement auquel perso, contrairement à vous, j’attache de l’importance, donc j’ai regardé les liens, j’ai tout à fait vu ce que vous avez mis en gras sur Ginette Skandrani, mais nous vivons en France en 2009, dans un pays couché devant Israël, infoutu de prendre position dans une guerre honteuse, et de fait, quand quelqu’un est accusé d’antisémitisme, il y a une chance sur deux pour que ce soit vrai, puisque c’est un argument largement redondant, il y a une littérature abondante sur le sujet. Par contre, je n’ai vu nulle part d’étude sur l’accusation infondée d’islamophobie, et de ce fait, j’y crois davantage.

        Si vous en trouvez, je vous remercie de me le communiquez. Sinon, sincèrement, sur tout forum il y a des gens plus ou moins intelligents, plus ou moins honnêtes, plus ou moins manipulateurs...c’est le propre d’un forum. Et on est bien d’accord que le propos n’a jamais été de s’y faire des amis, je ne pense pas vous avoir posté un seul message en ce sens.

        De dire à quelqu’un qui vous répond qu’il s’énerve n’a pas de sens.

        Comme de parler de mon mouvement. Je suis foncièrement opposée au sionisme et ai rejoint la liste anti-sioniste à l’occasion des élections. J’ai un blog tout ce qu’il y a de plus constant dans les positions que je prends, et qui existe en lui-même, indépendamment de tout parti.

        Clément Weill Raynal ne m’intéresse pas plus qu’aucun sioniste ne m’intéressera jamais, je l’ai dit mil fois, pour moi, c’est de la pathologie.

        Je trouve néanmoins étonnant de présenter un article sur la négation d’une affirmation qui ne se trouve nulle part et de prendre pour source une personne qui porte plainte pour diffamation alors que les faits sont avérés, et qui se voit déboutée.


      • Cascabel Cascabel 17 août 2009 00:57

        Une phrase a été mal formulée, je corrige :

        Quand vous accusez quelqu’un d’être un spécialiste de la désinformation vous devez être à même de le démontrer, faute de quoi vous risquez de pratiquer vous même, à votre insu en plus, de la désinformation.


      • Cascabel Cascabel 17 août 2009 01:17

        Désolé Nicole mais vous n’avez pas été capable d’argumenter.
        Le mot désinformation a un sens géopolitique précis qui n’a rien à voir avec les déboires judiciaires de Del Vaille.Suffira-t-il à Dieudonné de perdre un jour un procès pour qu’il devienne à vos yeux le roi de la désinformation ?
        Je ne le pense pas.

        Vous dites que l’islamophobie n’est pas un mot très employé. Ca dépend par qui.
        En tout cas le mot « racisme » et « discrimination » le sont très largement et procèdent de la même logique communautaire.


      • Cascabel Cascabel 17 août 2009 02:35

        « Je trouve néanmoins étonnant de présenter un article sur la négation d’une affirmation qui ne se trouve nulle part ( ) »

        Pas compris. Trop alambiqué.


      • Nicole 17 août 2009 09:55

        1 - Faire un procès en diffamation contre quelqu’un qui a énoncé des choses véridiques et vérifiables sur vous procède d’une malhonnêteté intellectuelle notoire. De plus prendre pour avocat le sioniste Goldnagel dont tout le monde connaît la tendance au harcèlement judiciaire est une signature. Ces deux faits sont indéniables, et sont pour moi suffisants à disqualifier une personne.Cela étant, il y a beaucoup plus, et il suffit de lire Weill Raynal pour le savoir.

        Dieudonné n’a jamais rien fait de tel.

        2 - « Non, Sibel Edmonds n’a pas... » présuppose que quelqu’un a affirmé qu’elle a, pour avoir du sens. Or questionné, l’auteur n’a de réponse que par un renvoi sur un entretien où l’auditeur questionne de la façon la plus délicate et la moins assertive possible.

        3 - le principe même de la désinformation consiste à mélanger des vérités et des mensonges ; plus le mensonge est gros, plus il sera entouré de vérités de façon à le camoufler.

        En ce sens, l’intégrité d’un auteur est pour moi un critère fondamental. On peut dire toutes les généralités qu’on veut sur les procédures. Il s’agit d’un cas d’espèce précis où il est patent que l’auteur s’est discrédité avec application, imaginant probablement une collusion qui n’a pas été.

        Vous avez manifestement des critères différents, mais ça n’a rien de nouveau, et n’a pour moi comme impact que de m’inciter à préciser que je trouve votre avis discutable.


      • robin 17 août 2009 11:01

        A GEORGES HUSSEIN :

        Plutôt que Dieudonné , à vous je vous demanderais bien aussi comment va Ben Laden dans sa super forteresse jamesbondienne de Tora Bora et le mollah Omar et sa mobylette supersonique, car à l’origine c’était essentiellement pour ça qu’on était allé en Afghanistan faut-il vous le rappeler ?....lol !


      • Cascabel Cascabel 17 août 2009 11:31

        Vous tournez en rond Nicole.

        J’ai bien compris que vous trouviez l’avis de Del Valle discutable du fait de son procès et de l’avis d’un type très intéressant selon vous car spécialiste juif du conflit israélo-palestinien et frère d’un sioniste notoire.
        Le problème c’est le mot « désinformation » qui n’a rien a voir là dedans. Ce que peut bien raconter un auteur sur sa vie, ou les procès qu’il peut attenter et perdre, n’a aucun rapport avec une opération de désinformation sur un sujet traité.
        Si Alexandre Del Valle écrit un livre sur la Turquie par exemple on ne pourra l’accuser de « désinformation » que si l’on y trouve des omissions importantes et des distorsions de faits conduisant à induire en erreur le lecteur au sujet de la Turquie.
        Del Vaille est connu comme géopoliticien, pas comme romancier sur sa vie. Si vous le traitez de désinformateur cela signifie que vous portez le discrédit sur ses analyses géo-politiques. Et si vous ne n’avez rien lu de lui et n’êtes capable que de vous fier à l’avis d’une autre personne, alors vous même pratiquez de la désinformation contre Alexandre Del Valle.
        Désinformer, consiste plus à mentir par omission qu’à mentir directement. C’est une façon de présenter les faits, or dans votre démarche au sujet de Del Valle vous omettez son oeuvre !

        J’ai réagi vivement sur Del Valle, non seulement car je l’estime en tant qu’ auteur et personne, mais aussi parce qu’il a été lui même un ami de Vladimir Volkov l’inventeur du mot désinformation. Del Valle a travaillé contre la désinformation de la guerre de Yougoslavie avec les pleins soutiens de Volkov et on les retrouvait souvent ensemble en bonne intelligence.
        Bref, quand je lis de quelqu’un qui ne connait pas Del Vaille ni rien lu de lui nous mettre en garde de le lire au motif qu’il serait un désinformateur je ne peux que réagir.

        Ha oui j’oubliais. Pour appuyer vos dires vous vous reposez sur des organismes qui reprochent à Alexandre Del Valle d’avoir fréquenté les infréquentables. Le problème Nicole c’est que votre propre mouvement fait partie des infréquentables selon eux. Et là vous n’êtes pas très logique avec vous même.
        Vous trouvez comme argument qu’en 2009 tout le monde est couché devant Israel, ceci expliquant cela. C’est faux Nicole, parmi les « mauvaises fréquentations » du passé de Del Valle beaucoup ne sont pas couchées à Israël justement. Et vous voilà, vous activiste du PAS, faisant la fine bouche avec vos propres adversaires politiques !
        Je me marre.

        Del Valle en a eu marre du harcellement des ligues de vertue et c’est un peu en désespoir de cause qu’il les a attaqué en justice. Se faire trainer dans la boue au motif qu’on a fréquenté je ne sais qui, je ne sais quand, n’est pas bien chouette.

        Sinon, toujours pas compris ce que vient faire Sibel Edmonds dans mon intervention au sujet Del Valle.

        Ha et aussi vos méfiances perpétuelles...mais qu’est-ce que j’en ai à faire ? !!


      • Cascabel Cascabel 17 août 2009 11:41

        @ Robin

        Pourquoi voulez vous me le rappeler puisque je n’avale pas la VO ?
        Pour moi il ne fait aucun doute que les tours ont été minées, faute de quoi elle n’auraient pas implosé. Je doute que Ben Laden et sa bande de pieds nickelés ait eu les moyens de réaliser une telle opération.


      • Cascabel Cascabel 17 août 2009 11:44

        Robin

        OK, une erreur de ma part. Vous vous adressiez à quelqu’un d’autre, désolé.


      • Nicole 17 août 2009 12:06

        Je vais faire court, parce que vos manipulations flagrantes m’agacent. Vous me postez 3 messages et je réponds dans un seul, donc pour la fin, Sibel Edmonds, ça répond à votre 3° post de 2 heures et des brouettes.

        Quant au reste, j’ai énoncé que Del Valle est un désinformateur patenté et je le confirme : attaquer en diffamation en niant des éléments de son parcours qui sont prouvés, si ça n’est pas désinformer, je ne vois pas ce que c’est.

        Je n’ai pas le temps ni l’envie de vous lire. A quoi bon ? vous allez tenter de me repondre 20 lignes pour démontrer que vous avez raison ? Mais n’importe qui lit et a les yeux ouverts voit que vous n’êtes pas clair. Je vous réponds, et vous remettez le couvert sans prendre en compte la réponse faite. Ca n’a rigoureusement aucun sens.

        Si les personnes qui sont intéressées par cet échange et ma façon de voir les choses veulent vérifier si elles m’estiment crédibles, tout est sur mon blog. Quant au reste, je vous laisse barboter dans votre multipostage non fondé.


      • Cascabel Cascabel 17 août 2009 12:35

        Et vous voilà m’accusant de manipulation. On ne sait pas qui ni comment ni même pourquoi, mais peu importe. L’important c’est de frapper.
        Donc, comme vous mélangez un peu les concepts et comme j’attache de l’importance au sens des mots je vous envoie un lien sur le terme « désinformation » :

        http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9sinformation

        Vous ne pourrez accusez Del Valle de désinformation que sur la base de ses ouvrages. Le reste procède du procès d’intention, du commérage et du hors-sujet.

        Le fond du problème c’est que Del Valle est très critique vis à vis de l’islam. Ayez au moins l’honnêteté de l’attaquer directement sur ce qui vous préoccupe au lieu de frapper à côté dans le seul but de discréditer ce qui ne vous convient pas.

        PS : toujours pas saisi votre histoire de S. Edmonds ni vos reproches sur mes 3 post courts, mais on mettra ça de côté. C’est sans importance.


      • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 15 août 2009 19:08

        Sibel Edmonds est une « Whistleblowers » (dénonciateurs) une ancienne traductrice du FBI qui a constaté bons nombres de « bizarreries » au sein du FBI. Elle rédige des rapports à sa hiérarchie et constate avec stupeur que rien ne se passe. Comme elle est du genre têtue elle insiste... et se fait virer du FBI !! ...Elle balance tout à la presse et constate qu’elle n’est pas la seule à avoir vécu ce genre d’anomalie et fonde la « National Security Whistleblowers Coalition », très combative la petite bougresse. Je pense qu’elle n’a pas le choix, si elle n’est pas en pleine lumière elle risque beaucoup d’avoir un accident, ou de tomber du 58ème étage d’un bulding.

        Bah, petit à petit on va finir par tout savoir sur le 11/09, ses dires confirment ce qu’on savait déjà, que Benny Laden est une « créature » de la CIA, bien pratique la marionnette Benny le meuchant terrrrroristeuuuh...

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Sibel_Edmonds

        http://www.justacitizen.com/KillTheMessenger/KTM_Promo_French.pdf

        http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-affaire-sibel-edmonds-29162

        ect...


        • appoline appoline 15 août 2009 20:11

          C’est le problème quand on trempe dans les secrets d’état, il faut savoir prendre ses précautions quand on est envoyé en exile. Cette femme a beaucoup de courage de divulguer ou d’étayer les thèses que beaucoup pensaient ou disaient à demi mots, elle sait ce qu’elle risque et c’est du lourd.


        • Pyrathome pyralene 15 août 2009 19:12

          La belle Sibel fait du décibel.......article pertinent !!


          • Père Guiberto Père Guiberto 15 août 2009 19:17

            Voir aussi Azerbaidjan et Turquie pour mieux comprendre :

            Fille d’un docteur azerbaïdjanais, Sibel Edmonds est née en 1970 en Iran. Après quelques années elle se rendit en Turquie avant de s’installer aux États-Unis pour y poursuivre ses études.

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Sibel_Edmonds

            Un livre :

            Turkey’s Entente with Israel and Azerbaijan : State Identity and Security in the Middle East and CauscasusSommaire
            1. Turkey Israel and Azerbaijan : The New Type of an Alliance in the post-Cold War era 2. The Blind Men and the Elephant : Identity Politic. Transnationalism and Securit. as Factors in International Relations in the post-Cold War era 3. State Identities as Building Blocs of the Relationshi. 1992-1999 4. The Military- Security Stranglehold : State Agents as Drivers of the Triple Entente 5. Foreign Policy and its Discontents in the Age of Globalisation : Informal Networks and Transnational Levers 6. The Heart of Entente : Security Dimensions of the Relationship 7. Fluctuating Zones of Influence : Involution of the Alignmen. 2000-2005 8. Conclusions

            http://www.lavoisier.fr/notice/frRWO36SLALAWRKO.html


            • fillaam 15 août 2009 19:39

              Bonjour, pour info, je ne savais pas que ça existait chez l’oncle Sam :

              Google and Blogger Shut Down Sibel Edmonds’ Blog

              • Pierre Pierre 15 août 2009 19:58

                Excellent rappel des implications directes ou indirecte de la CIA quand elle fomentait des plans de déstabilisation en Asie avec l’aide de l’Arabie Saoudite et des Salafistes. On peut aussi ajouter que ces Moudjahidines sont allés faire la Guerre Sainte en ex Yougoslavie avec la bénédiction de leurs parrains. Quant-à Ben Laden, il n’était pas un ennemi mortel des Américains. Il exigeait principalement d’eux qu’ils quittent la base militaire qu’ils avaient créée en Arabie Saoudite. Je me souviens d’avoir vu un jounal télévisé où on montrait des extraits d’une cassette vidéo découverte par les Américains en Afghanistan et où on le voyait quand il a appris l’attaque du 9/11. Il n’avait pas du tout l’air d’en être le commanditaire même s’il avait plutôt l’air de s’en réjouir.


                • Philou017 Philou017 15 août 2009 20:50

                  Ben Laden a été un agent de la CIA jusqu’au bout. Jusqu’au 11 Septembre au moins.

                  Nous faire croire que ses « pigmalion » ignoraient qu’il fomentait un attentat de grande envergure est une vaste blague qui n’engage que ceux qui veulent bien y croire.

                  Ces mêmes Pigmalions avaient envoyé les moudjahidines Afghans pour appuyer les brigades islamistes Bosniaques au début des années 90, où ils commirent les pires atrocités.

                  La guerre froide a engendré un appareil de propagande et de manipulation énorme, comprenant les agences de renseignement, les services secrets, les services spéciaux, les spécialistes de la propagande, des assassins, des agences de renseignement anti-terroriste, des fondations pour la « démocratie », etc...

                  Contrairement à l’appareil Russe, assez identique quoique moins puissant, celui-ci n’a pas été démantelé et a engendré le 11 Septembre.


                  • appoline appoline 15 août 2009 21:55


                    Pourtant ils l’ont cherché Oussama, au nord, au sud, à l’est, à l’ouest, Oussama était partout, sur tous les fronts. Habillé pour plusieurs hivers par les médias, ce qui en fait n’est pas un mal compte tenu des rigueurs hivernales en Aghanistan , Oussama a beaucoup voyagé. Quels blaireaux ces américains, acceptant de passer pour des cons, pour une fois, prouvant à la face du monde qu’ils étaient incapables de mettre la main sur le terroriste le plus dangereux de toute la terre entière, à voir même, qui sait plus loin encore car avec Oussama, ils ont raison ces cons de ricains, on ne sait jamais.


                  • Philou017 Philou017 16 août 2009 13:56

                    Un bon exposé sur Ben Laden et le 9/11 :

                    L’EXPLICATION BEN LADEN. QUELLES SONT LES PREUVES ?

                  • fonzibrain fonzibrain 15 août 2009 20:59

                    lisez tous comment le djihad et arrivé en europe de jurgen elsasseur


                    le livre de daniel estulin sur les bilderberg


                    et les livres de villemarest

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Taïké Eilée

Taïké Eilée
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès