Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Silence de l’Occident : La colonisation de la Palestine (...)

Silence de l’Occident : La colonisation de la Palestine continue

« Qui donne ne doit jamais s'en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier. »

Proverbe hébreu

 L’Occident, dit-on, est rivé sur les droits de l'homme qui sont bafoués en Syrie, sur les massacres dont se serait rendu coupable Omar el Bechir contre le Soudan-Sud. De plus, on pousse l'Iran dans ses derniers retranchements. Pendant ce temps, paisiblement, Netanyahu annonce la régularisation de colonies sur le territoire de Cisjordanie réduisant inexorablement la Palestine à un certain nombre de quartiers dans un ensemble totalement juif. « On nous dit que les condamnations internationales pleuvent après l'annonce par Israël de la construction de 1100 logements dans la colonie juive de Gilo à Jérusalem-Est occupé et annexé. Pour les Palestiniens, c'est une provocation de plus, quelques jours après la demande palestinienne pour la reconnaissance d'un Etat à l'ONU. ´´En annonçant ces nouvelles colonies, Israël dit ´´non´´ à la reprise des négociations, à la solution à deux Etats, a déclaré Saeb Erekat, le chef des négociations palestinien, donc les Américains, les Européens, les Russes et l'ONU sont confrontés à 1100 ´´non´´ de la part de Netanyahu : son gouvernement a choisi les colonies et pas la paix.´´ Paris condamne ces nouvelles constructions, Londres appelle Israël à revenir sur sa décision. Les Etats-Unis se sont déclarés « profondément déçus » : le Premier ministre israélien a laissé entendre qu'il n'avait pas l'intention de décréter un nouveau gel de la colonisation pour convaincre les Palestiniens de revenir aux négociations, Mahmoud Abbas a réaffirmé dimanche qu'il ne négocierait pas avec Israël sans un gel ´´complet´´ de la colonisation. (1)

C'était déjà en septembre 2011... Même scénario cette semaine : le gouvernement israélien a annoncé mardi la légalisation de trois colonies en Cisjordanie. Les implantations de Bruchin et Rechelim, dans le nord des Territoires occupés, et celle de Sansana, dans l'extrême Sud, construites dans les années 1990, voient leur statut passer de « colonies sauvages » à celui de « colonies légales », au moins pour la loi israélienne, puisque le droit international considère toutes les colonies comme illégales. L'organisation de gauche israélienne « La Paix maintenant », qui milite contre la colonisation des Territoires palestiniens, a souligné que c'était la première fois depuis 1990 qu'un gouvernement israélien légalisait de nouvelles colonies. » « Le gouvernement israélien actuel montre quelle est sa politique, qui est de construire des colonies plutôt que d'avancer vers la paix », a déclaré Hagit Ofran, une porte-parole du mouvement. Les autorités israéliennes ont expliqué qu'il ne s'agissait que d'une « régularisation », et non d'une création de nouvelles colonies ou d'une extension de colonies existantes. Pour elles, la décision ne change pas la situation sur le terrain. Les gouvernements israéliens successifs se sont régulièrement engagés depuis les années 1990 à ne pas construire de nouvelles colonies, et, depuis la signature en 2003 de la « feuille de route », plan de retour vers la paix, établi sous l'égide américaine, à démanteler les « colonies sauvages » établies par les colons sans autorisation préalable des autorités.

Un camouflet aux Palestiniens

Pendant qu'Israël continue sur sa lancée faisant fi de tous les conseils et des dizaines de résolutions du Conseil de sécurité (compte non tenu des vetos américains) Abbas, dans une fuite en avant pathétique, écrit à son bourreau et le supplie de négocier sur les lingnes de 1967. On lit la double réponse : « Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a reçu mardi 17 avril une lettre du président palestinien Mahmoud Abbas le mettant en demeure de revenir aux bases du processus de paix, lors d'une rencontre à Jérusalem avec deux émissaires palestiniens. Le Premier ministre palestinien, Salam Fayyad, qui devait diriger la délégation palestinienne selon des responsables israéliens et palestiniens, n'a pas pris part à la rencontre. « Israël et l'Autorité palestinienne sont déterminés à parvenir à la paix », a assuré le bref communiqué de M.Netanyahou, en ajoutant que ce dernier transmettrait sa réponse au président Abbas « dans les deux semaines ». Le président palestinien appelle Israël à reprendre les négociations de paix sur la base des lignes d'avant juin 1967, avec des « échanges de territoires mineurs et mutuellement agréés » et du gel total de la colonisation, y compris à Jérusalem-Est. Il demande en outre, pour reprendre les pourparlers, qu'Israël « libère tous les prisonniers palestiniens », en particulier ceux incarcérés avant les accords d'Oslo (1993). La première réponse est donnée par Ehoud Barak. Le ministre de la Défense israélien, Ehoud Barak, a réitéré mardi la position de son gouvernement pour « des négociations sans conditions préalables », rejetant a priori les exigences palestiniennes. (2)

Pourtant, l'un des émissaires a qualifié de « sérieuse » la rencontre, qui a duré une heure dans la résidence du Premier ministre israélien à Jérusalem. « M.Nétanyahou va étudier la lettre sérieusement et donner sa réponse dans les deux semaines », a-t-il confirmé. La deuxième réponse est indirecte, c'est justement l'implantation sauvage de 3 colonies. On sait que Netanyahou, longtemps partisan déclaré de la colonisation, est particulièrement attentif à ne pas mécontenter le puissant lobby des colons. Sa coalition gouvernementale est largement constituée de partisans de la colonisation, qui forment aussi un bloc important au sein de son propre parti, le Likoud. Netanyahou a déjà fait l'expérience de l'influence électorale des colons lors de sa défaite de 1999. Depuis son retour au pouvoir, il louvoie entre les pressions internationales, en particulier américaines, opposées à la colonisation, et celles qui s'exercent en faveur des colons à l'intérieur de son gouvernement. (3)

L'annonce de cette légalisation a été prise comme un camouflet par l'Autorité palestinienne. « Cette décision est la réponse à la lettre de Mahmoud Abbas à Netanyahou », a déclaré le porte-parole du président de l'Autorité palestinienne, Abou Roudeina. Mahmoud Abbas a envoyé la semaine dernière une lettre au Premier ministre israélien, lui demandant une nouvelle fois de geler la colonisation et de s'engager à négocier sur les bases des frontières de 1967. Aux yeux de la communauté internationale, toutes les colonies sont illégales, qu'elles aient ou non été autorisées par le gouvernement israélien. Plus de 340.000 colons israéliens habitent en Cisjordanie et plus de 200 000 dans des quartiers de colonisation à Jérusalem-Est. On se souvient comment le vice-président Joe Biden a été humilié en pleine visite officielle, il venait à Tel-Aviv demander aux Israéliens d'arrêter la colonisation, pendant son séjour le cabinet israélien annonce la construction de 1600 logements. Mieux encore, Israël a refusé d'accueillir une délégation d'experts venus enquêter sur les conséquences de la colonisation dans les territoires occupés. Ban Ki-moon si prompt à dégainer s'agissant des pays faibles est étrangement muet. Pas de plainte, pas de saisine du Conseil de sécurité on ne saura jamais ce qui se passe. Ban Ki-moon nous avait déjà habitués à ce deux poids, deux mesures avec l'enterrement du rapport Goldstone mais aussi en poussant au vote de la résolution 1973 qui a abouti au lynchage de Kadhafi. Des milliers de morts en Libye et pas d'enquête !!

Le problème des prisonniers palestiniens

A toutes les avanies subies par la population palestinienne il faut y ajouter le problème des prisonniers palestiniens qui ne sont pas considérés comme des prisonniers de guerre mais comme des détenus de droit commun. Les Nations unies ont tenu une réunion internationale à Genève, portant sur la question des prisonniers politiques palestiniens dans les prisons et centres de détention israéliens. Le Pr John Dugard a fait une présentation du statut des palestiniens engagés dans la résistance contre l'oppression israélienne. L'ancien Envoyé spécial de la situation des droits de l'homme dans les territoires occupés, le Pr Dugard, a tracé un parallèle entre le traitement des opposants et les militants politiques de l'Afrique du Sud, et mis en évidence les similarités entre les deux régimes.(4)

« Israël ne reconnaît pas les Palestiniens engagés dans les activités résistantes contre la répression israélienne, comme combattants, opposants ou bien prisonniers « politiques ». Afin d'éviter de donner une quelconque légitimité à leur cause, ils sont traités en tant que « terroristes », criminels ordinaires ou bien comme détenus sécuritaires. Le régime sud-africain traita Nelson Mandela ainsi que les autres prisonniers politiques de son genre, de façon similaire. En outre, Israël refuse à ses prisonniers politiques ayant la qualification de combattants, le statut de prisonniers de guerre. Il ne reconnaît même pas qu'il y a un conflit entre l'Etat d'Israël et le peuple palestinien qui exerce son droit à l'autodétermination et à l'indépendance. (4)

« Israël s'identifie à l'apartheid sud-africain en refusant de signer le Premier Protocole des Conventions de Genève. Les clauses du protocole, et les avantages des Conventions de Genève pour l'OLP en tant que mouvement de libération nationale, ne sont donc pas contraignants pour Israël. (...) Ainsi, contrairement à leurs obligations en vertu du droit international conventionnel, les tribunaux israéliens ont rejeté l'argument que les combattants de la résistance palestinienne sont engagés dans une guerre d'autodétermination et peuvent donc prétendre au statut de prisonnier de guerre. En outre, les tribunaux israéliens ont, ces dernières années, utilisé l'excuse que les combattants de la résistance palestinienne ne parviennent pas à se conformer aux lois des conflits armés et n'ont donc pas droit au statut de prisonnier de guerre. (...) La plupart des combattants palestiniens sont jugés par des tribunaux militaires, malgré la préférence du droit international humanitaire pour l'impartialité des tribunaux civils. Ces tribunaux sont dirigés par des juges militaires sans indépendance, et siégeant à des hauteurs inaccessibles, parfois à huis clos, appliquant une loi militaire inaccessible, ayant peu d'égard pour les règles d'une procédure régulière. En général, les militants palestiniens n'ont même pas la possibilité de confronter la puissance occupante, face à une audience publique et devant des juges impartiaux appliquant la loi régulière.(4)

On apprend aussi que pour protester contre le sort inhumain qui leur est fait, les prisonniers palestiniens ont entamé une grève de la faim qui est naturellement ignorée par les médias occidentaux et pour cause. On lit sur le site de Solidarité avec la Palestine » : « Ce 17 avril, 3500 prisonniers ont refusé les plats servis par l'administration pénitentiaire israélienne. 1200 d'entre eux sont entrés dans une grève de la faim illimitée. En ce « Jour des prisonniers » pour la résistance palestinienne, les prisonniers politiques palestiniens demandent la fin de la politique des « rétentions administratives », qui permet à l'occupant de condamner des Palestiniens devant des tribunaux militaires à plusieurs années derrière les barreaux sans aucun motif d'accusation, ainsi que l'arrêt des pratiques d'isolement carcéral et l'autorisation des visites de familles originaires de la bande de Ghaza. Selon la responsable de l'Association de défense des prisonniers palestiniens Addameer, Sahar Francis, il s'agit de « la plus grande grève de la faim jamais enregistrée dans les prisons israéliennes ». (...) Parmi les forces politiques israéliennes, seul le Parti communiste d'Israël a affiché son soutien public à la lutte des prisonniers palestiniens. Il faut rappeler que 4699 Palestiniens se trouvent actuellement dans les prisons de l'occupant israélien, dont 319 en rétention administrative.(5)

Quel est le sort de la Palestine ? 

Faut-il dissoudre l'Autorité palestinienne ? Yossi Belin en est convaincu. Alain Gresh qui rapporte ses propos le présente : « Il a été l'un des artisans de la négociation de ce qui devait s'appeler les Accords d'Oslo. Yossi Beilin fut aussi le signataire, avec Yasser Abdel Rabbo, des Accords de Genève d'octobre 2003, qui proposaient une solution au conflit. La lettre qu'il vient d'envoyer à Mahmoud Abbas est d'autant plus significative. Il appelle le président palestinien à « end this farce » (Foreign Policy, 4 avril 2012) - mettre un terme à cette farce des négociations. « J'avoue que je n'aurais jamais cru que le moment viendrait où il faudrait que je vous écrive ces mots. Je le fais parce que le président américain Barack Obama vous a convaincu de ne pas annoncer maintenant le démantèlement des institutions de l'Autorité palestinienne et de ´´rendre les clés´´ à Israël. Parce qu'il n'y a jamais eu de négociations sérieuses avec le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahou au cours des trois dernières années, C'est une erreur d'accepter la demande d'Obama, et vous pouvez y remédier. » « Vous et moi comprenons que la situation actuelle est une bombe à retardement. (...) Et de nos deux points de vue, l'échec de la solution à deux Etats risque de déboucher sur le retour d'une terrible violence. (...) » (6)

« Déclarer la fin du processus d'Oslo - justifiée par le fait que le chemin vers un accord permanent est bloqué - est la plus raisonnable des options non violentes pour remettre le sujet à l'ordre du jour et relancer les efforts en vue d'un règlement définitif. Dissoudre l'Autorité palestinienne et donner le contrôle des affaires quotidiennes à Israël serait une initiative que personne ne pourrait ignorer. « Après tous ces efforts, cependant, vous avez encore besoin de supplier le gouvernement israélien de débloquer l'argent des revenus de la douane ; il vous faut encore mendier auprès des républicains au Congrès des Etats-Unis le transfert des fonds à l'Autorité palestinienne » (...) « N'hésitez pas un instant ! N'acceptez pas la demande du président Obama, qui veut simplement qu'on le laisse tranquille avant la présidentielle. Ne laissez pas le Premier ministre Netanyahou se cacher derrière la feuille de vigne de l'Autorité palestinienne : imposez-lui, une fois de plus, la responsabilité du sort de 4 millions de Palestiniens. Restez à la tête de l'Organisation de libération de la Palestine, qui vous donnera le pouvoir de diriger les négociations politiques, si et quand elles reprennent. Le processus de paix ouvert à Oslo est mort et enterré. Il serait temps que les responsables européens le reconnaissent et arrêtent de réclamer la reprise de négociations « sans conditions » entre les deux parties. (6)

On le voit, le monde occidental- occupé par ses propres échéances notamment électorales laisse la bride sur le cou à Israël qui poursuit son chemin, la disparition inexorable du peuple palestinien en tant que nation. Il restera des lambeaux de confettis de territoires dans de futurs bantoustans un peu comme les réserves indiennes. Un siècle de combat se solde par la disparition d'une utopie d'une Palestine de tous ses habitants sans distinction de religion.


1.http://fr.euronews.com/2011/09/27/le-monde-s-indigne-face-a-de-nouvelles-constructions-dans-les-colonies-juives/

2. Nétanyahou reçoit une lettre de doléances palestinienne Le Monde avec AFP, 18 04 2012

3.http://www.lefigaro.fr/international/2012/04/24/01003-20120424ARTFIG00643-israel-legalise-des-colonies-sauvages-en-cisjordanie.php

4. Electronic Intifada Traduit de l'anglais par Aladin pour Investig'Action
Cri du Peuple 1871 : http://www.mleray. info/article-la-question-des-prisonniers-politiques-palestiniens-dans-les-prisons-et-centres-de-detentions-israel-103381028.html

5. http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/

6. Alain Gresh - Le Monde Diplomatique. Yossi Beilin : En finir avec « la farce » des négociations de paix Le Monde.fr 16/04/2012

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • justice99 justice99 27 avril 2012 10:53

    Quand on voit ce que les Juifs font de leur pays, et ce que les peuples voisins d’Israël ne font pas des leurs, il y a quand même de quoi se tâter avant de prendre parti, non ?


    De quoi parlez vous ? De l’apartheid ? De la colonisation ? De la détention d’enfant Palestinien ? Du phosphore blanc ?
    Des obus à base d’uranium appauvri ? Ou peut être des assassinats ciblés ?

  • justice99 justice99 27 avril 2012 12:27

    Donc vous préférez des pays avec : industrialisation, cultures, exportations, PIB/hab, IDH du PNUD...


    Et avec : De l’apartheid, de la colonisation, de la détention d’enfant Palestinien,du phosphore blanc, des obus à base d’uranium appauvri, et des assassinats ciblés

    Qu’aux pays voisins d’israel ? Pourquoi n’allez vous pas y voir dans ce pays alors ?

    Votre industrialisations se fait au détriment de la PAIX.

    Je pense qu’il faut être sans coeur et hypocrite pour faire la publicité de ce pays qui pratique l’apartheid, le racisme et ou la loi interdit à un juif d’épouser un non juif.

  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 27 avril 2012 12:38

    Cool Mel, vous savez qu’il s’agit d’un argument typiquement colonial ?

    « Nous apportons les bienfaits de la Civilisation Blanche aux terres arides peuplées de sauvages... »

    Si vous en avez conscience, vous supportez tous les mouvements coloniaux. En revanche, si vous en condamnez certains, vous devez le condamner tous, y compris celui-là.


  • justice99 justice99 27 avril 2012 11:00

    Merci pour cet article qui résume les récentes nouvelles du conflit.


    C’est vrai que Mahmoud Abbas a une sacrée arme entre les mains, il faudrait maintenant qu’il pense à l’utiliser, ou peut être attends t’il le vote de l’ONU pour un état non membre.
    Mais ce vote ne changera pas la situation sur le terrain...



    • latortue latortue 27 avril 2012 11:02

      avec derrière eux les États Unis, et pas mal d’autre pays dont la France, pour les soutenir Israël aurait tord de se priver .il est surarmé et protégé par les plus grand et plus belliqueux pays du monde il n’y a qu’a voir ce qu’on fait la coalition USA EUROPE avec la Libye réduite en cendre et propulsé 100 ans en arrière et l’Irak sans parler des autres pays et des sempiternelles provocations exclusions résolutions etc faite entre autre a l’Iran pays détesté par Israel et a qui on repproche exactement ce qu’on ne reproche pas a Israel La force Nucléaire.
      J’ai toujours dit que les problèmes arriverons par Israel ,il n’y a qu’a regarder l’histoire le moyens orient et certains pays d’afrique dont fait partie la Libye n’ont jamais été aussi incertain et en guerre que depuis l’existence d’Israel .Le sionisme et ses représentants provocateurs fait du mal dans tous les pays du monde


      • Al West 27 avril 2012 13:42

        Salut matsada !

        Je me doutais bien que vous alliez rappliquer ici smiley
        Et je crois que je suis atteint d’un derive du syndrome de Stockholm, je finis par m’attacher a vous et vos interventions, incroyable ? smiley
        En tout cas, le gouvernement syrien a un tout autre avis que le votre, sachons que plusieurs versions existent : http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/184584-syrie-1300-cas-de-violations-de-la-tr%C3%AAve-en-deux-semaines-par-les-rebelles


      • justice99 justice99 27 avril 2012 14:23

        Je vous attendais aussi mastada, je suis aussi atteint de ce syndrome.


        L’histoire sud Africaine se répétera au moyen orient, et plus précisement en israel.

        Si vous voulez la guerre, alors engagez vous, engagez vous dans l’armée de tsahal.

        Shabat salom homme de lumière.

      • Farniente 27 avril 2012 15:11

        En Israël, il n’y a pas d’apartheid

        Ça,c’est l’image d’Épinal que votre propagande nous assène,si vous voulez voir de quoi ça a vraiment l’air la vie d’un Palestinien ou d’un Israélien non juif en Israel,regardez « Checkpoint » de Yoav Shamir
        lien

        S’il est vrai qu’une image vaut mille mots,non avons là assez de mots pour réécrire la Torah


      • justice99 justice99 27 avril 2012 16:00

        Plus personne ne croit à votre propagande, c’est toujours le même discours, ce discours ne nous touche plus et nous intéresse plus.


        Vous êtes un négationniste, vous niez l’histoire du peuple Palestinien ainsi que la réalité sur le terrain.

      • Al West 27 avril 2012 14:47

        Au fait matsada, il commence a y avoir quelques desistements chez Tsahal ?

        http://www.mondialisation.ca/PrintArticle.php?articleId=30307


        • justice99 justice99 27 avril 2012 16:02

           « Je refuse de rejoindre une armée qui, dès ses fondements, s’est engagée à dominer une autre nation, à piller et terroriser une population civile sous sa domination. »


          Alon Gurman, 18 ans, originaire de Tel Aviv, n’avait aucun doute sur son enrôlement jusqu’à qu’il se rende pour la première fois en Cisjordanie. 


        • Bulgroz 27 avril 2012 16:11

          Nous nous devons d’avoir une pensée émue pour ces 350 millions d’arabo musulmans (gentils) encerclés par 7 millions d’Israélites (méchants) dont prés de 5,4 millions de juifs (super méchants).

          La solution est là :

          ’Umar b. al-Khattib a entendu le Messager d’Allah (que la paix soit sur lui) dire : "J’expulserai les Juifs et les Chrétiens de la Péninsule Arabique et ne laisserai personne à part des Musulmans."


          • Al West 27 avril 2012 16:24

            La caricature ne vous sert pas mon cher Bulgroz, on peut defendre la cause palestinienne sans epouser les theses des islamistes radicaux. Vous laissez croire aux lecteurs qu’il n’y a de choix qu’entre deux solutions, ce qui est tout a fait malhonnete.


          • justice99 justice99 27 avril 2012 16:36
            Avis israélien aux randonneurs : En Cisjordanie, promenez-vous armés

            Polémique autour d’un guide distribué par le ministère israélien de la Défense. 



            • Bulgroz 27 avril 2012 17:03

              Israël : PIB moyen par habitant/an : 22 170 USD

              Cisjordanie et Gaza : 1 290 USD

              Un Israélien a un niveau de vie 17 fois supérieur à celui d’un Palestinien, mais, me direz vous, Israël empêche les Palestiniens de se développer, Israël les étouffe. Imaginez 8 millions d’israéliens (dont 2 millions d’arabes) qui encerclent 360 millions d’arabo musulmans. 

              C’est trop cruel. 

              C’est vrai, les Palestiniens auraient pu prétendre au même niveau de vie que la Syrie ou l’Égypte ou la Jordanie ou le Liban, par exemple, les voisins les plus proches.

              Pas de bol.

              Égypte : 1 580 USD
              Syrie : 1 790 USD
              Jordanie : 2 840 USD
              Liban : 5 800 USD
              Iran : 3 540 USD (qu’est ce qu’ils foutent avec leur pétrole ?)

              Mais, m’objecterez vous, ces chiffres ne veulent rien dire, l’argent et ce que cela entraîne,la démocratie, le progrès, la santé, l’éducation, c’est du pipeau.

              L’important dans une société, c’est de ne pas reconnaître l’existence d’Israël. Et surtout y penser tout le temps.


              • Justice larévolté Justice larévolté 27 avril 2012 23:38

                Donc vous voulez nous faire croire matsada que tous les palestiniens recevraient la très belle somme de $682... pourtant selon oxfam, c’est plutôt la HSBC (Hong Kong Singapour Banking Corporation, une des plus belle banque de véreux) qui s’engraisse copieusement

                Et si au lieu d’emmerder Israël comme vous le dites, c’était pour la communauté internationale une manière de s’amender de laisser massacrer les palestiniens, les harceler, les expulser, raser leurs maisons mais j’écris ça en sachant pertinemment que vous continuerez à dire que le gouvernement d’Israël est un gentil gouvernement qui n’a pas de sang sur les mains...

              • Lord WTF ! Lord Franz of the F. in S. 28 avril 2012 01:13

                Il y a bien plus de 200 ONG en Cisjordanie et à Gaza, et 30% du PIB provient l’aide internationale. Les Palestiniens sont parmi les peuples que reçoivent le plus gros montant d’aide internationale dans le monde et l’endroit regorge d’argent.

                 C’est tellement vrai que si on en prend une année au hasard : exemple 2007 : l’aide per capita pour les Palestiniens s’élevait à 504$ : ce qui les plaçait au même niveau que les habitants des îles Salomon, mais très loin derrière ceux des îles Palaos avec eux le double : 1108$, ce qui reste encore très loin des habitants de Mayotte avec 2189$. Et bien entendu ce cher Matsda semble ignorer que le premier récipiendaire mondial d’aide n’est autre que son pays (il suffit de vérifier les données fournies par la World Bank) qui depuis 1949 bénéficie d’une aide continue bien qu’aucune situation humanitaire ne le requiert. C’est d’ailleurs une situation assez unique puisque le principal fondement de l’économie de Zion est l’importation de capital (trois sources principales : diaspora, aide US, et indemnisations pour l’Holocauste).

                 

                 On entretient le problème Palestine artificiellement et uniquement pour emmerder Israël

                Mais c’est un luxe que coûte très cher à L’Europe surendetter, va falloir revoir les priorités.

                 

                Ce cher Matsada se trompe complètement et sur toute la ligne : de fait, la communauté internationale ( qui dans le cas de l’aide aux Palestiniens a pour contributeurs principaux : les états arabes, l’UE, le Japon, l’ONU, les USA) rend un immense service à Israël puisqu’elle prend en charge l’occupation : et oui qui dit contrôle dit responsabilité : ce devrait être à la puissance occupante de casquer pas à la dite communauté internationale.

                 D’ailleurs si ce cher Matsada a un peu de jugeotte (et je suis certain qu’il en a) : il comprendra très facilement pourquoi cet argument typique de la prop-à-gland hasbourique n’est que rarement voir jamais évoqué par les zionistes en chef…dès que l’idée de couper l’aide aux Palestiniens est évoquée par exemple par un Républicain yankee, Bibi ou un autre zioniste en chef s’en va très vite astiquer le zayin du malotru qui a évoqué cette absurde idée et lui tripoter les beitsim histoire qu’il passe très vite à autre chose…

                 Et oui mon cher Matsada, couper l’aide aux Palestiniens serait vraiment la chose qui emmerderait Zion : pas l’inverse…pourquoi ?

                 Et bien d’un, puisque ce serait à Zion de casquer et bon y’en a tout de même quelques millions de ces cafards à keffieh (n’est-ce pas ?) même avec une simple ration quotidienne de flotte et de pain sec : ça se compterait en millions de $ chaque jour et en milliards à la fin de l’année…et quand on pense qu’il y a des assocs US de charité qui collectent des fonds pour aider les conscripts de tsahal qui reçoivent une solde minable, aïe…il est certain que les zionistes en chef seraient les premiers à considérer comme antisémite (voir un acte de guerre contre Zion) la suspension de l’aide aux Palestiniens…

                 

                De deux parce que l’essentiel de la dite aide finit dans les caisses de Zion ( qui rappelons-le peut bloquer ces fonds, voir les ponctionner à l’arrivée quand cela lui chante) : 

                1) parce que Zion dispose avec les territoires palestiniens d’un marché captif : les 3/4 des imports en territoires occupés viennent d’Israël donc de boîtes et compagnies israéliennes, et donc une bonne partie de l’aide internationale destinée à l’achat de biens/produits de consommation finit dans les caisses à qui-qui ? Zion ! 

                2) pour le reste des imports vu que c’est Zion qui a le contrôle de frontières c’est elle aussi qui encaisse les frais de douane (au départ, selon les accords d’Oslo, l’encaissement des frais de douanes côté zioniste avait pour corollaire la possibilité des Palestiniens d’aller travailler en Zion : oublié depuis longtemps) , de plus vu qu’elle contrôle les douanes, Zion décide aussi à qui les Palestiniens ont le droit d’acheter (exemple : ils pourraient importer des produits à des tarifs beaucoup moins chers depuis l’Egypte ou la Jordanie mais la bureaucratie douanière zioniste est tellement bien faite qu’au final les Palestiniens soit donc achètent en Zion comme précisé avant soit à des compagnies internationales ayant reçu le visa casher et cela pour beaucoup plus cher : et donc aussi des taxes douanières plus intéressantes pour Zion à la sortie)

                 3) quant au reste du pognon international non utilisé pour ces achats de biens/produits, va servir aussi à faire tourner l’AP (administration, institution, forces de sécurité, etc…) : et par exemple à qui les Palestiniens doivent-ils payer leurs factures de flotte, d’électricité, etc… et ben Zion ! Zéti pas cool ???

                 

                ConcluZion : l’aide internationale c’est tout bénèf pour Zion : 1) pas à prendre en charge les frais de l’occupation, 2) l’essentiel du pognon finit dans ses caisses, 3) l’économie palestinienne ne peut pas se développer : en effet si je simplife à l’extrême le fonctionnement normal d’une économie : à savoir un système de production, distribution puis consommation : et bien le hic c’est que c’est Zion qui a le contrôle de ce qui forme la base de ce système : terres, eau, électricité, routes, frontières, télécoms et radio, espace aérien, électricité, plus contrôle de l’accès et des mouvements des Palestiniens, et bien entendu impensable pour les Palestiniens de commercer librement avec qui leur chantent.

                 Que reste-t-il à la fin ? Et bien ni production, ni même distribution (puisque pas de production) : ne reste que consommation : morale de l’histoire l’aide internationale permet à Zion de soulager d’une grosse partie de la charge financière pour cause d’occupation et en bonus de disposer d’un marché captif de Palestiniens qui ne peuvent être rien d’autre que consommateurs.

                 So all to say : l’occupation devient au final bénéficiaire (rappelons que les US eux s’assurent de fournir une bonne partie de l’armement) mais attention pas de procés en zantizémitsime ou autre : une bonne partie du peuple israélien se fait aussi bananer : par la clique NEOzioniste au pouvoir ainsi que de ces quelques 18 familles qui contrôlent dans les 60% de l’économie israélienne et qui ont tout a gagné au maintien de l’occupation et de cette combine de l’aide internationale : ils utilisent même la situation actuelle afin de justifier le plafonnement des salaires voir leur diminution (exemple : ce fut l’excuse donnée durant la seconde intifada) et ainsi Zion qui dans les années 60 se plaçait en terme d’égalité sociale entre les Pays-Bas et la Finlande, se retrouve aujourd’hui être l’un des pays développés qui connaît les plus fortes inégalités sociales (plus importantes par exemple que dans un pays comme le Mexique) arrivant juste derrière les Etats-Unis…

                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès