Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sketch à Kiev : mais qui est le plus grand voleur et qui est le vrai (...)

Sketch à Kiev : mais qui est le plus grand voleur et qui est le vrai Ukrainien ?

Kiev, le 14 décembre, la session du Conseil national de réformes.

L’action se déroule en russe (« langue d’occupant » non reconnue en tant qu’officielle en Ukraine et prohibée pour la population, mais réservée au gouvernement ukrainien, en majorité écrasante ne comprenant pas un seul mot en langue officielle du pays).

Filmé par le service de presse présidentiel et chargé sur Youtube par Arsène Avakov. Non censuré !

Personnages :

Pétro Porochenko, le roi chocolatier cumulant la présidence du pays (et de la session présente), protégé de Frau Merkel et de Monsieur Hollande (Barack Obama feignant de ne pas même l’apercevoir à Paris lors de la COP-21) ;

Arséniy Iatsenuk, le premier ministre, protégé de Mister Joe Biden (accouru à Kiev il y a une semaine pour prévenir sa démission qui semblait imminente) ;

Arsène Avakov, ministre de l’intérieur, protégé du premier ministre ;

Mikhaïl Saakachvili, le gouverneur d’Odessa nommé par le président du pays (et du même coup devenu citoyen de l’Ukraine), l’ex-président de la Géorgie et à ce propos l’ex-protegé de Barack Obama, récemment devenu l’ex-citoyen de la Géorgie.

 

 

 

Transcription :

Avakov (à Saakachvili, calmement) : Je réagis à ce que vous venez de dire. J’ai écouté attentivement votre résumé de ce qui s’était passé à votre forum anti-corruption à Odessa. À présent vous vous exprimez de loin plus délicatement. Je ne comprends pas. Là-bas vous aviez dit que le cabinet était à la tête de la corruption. Vous l’aviez affirmé sans preuve, d’une façon claire et explicite…

Saakachvili (lui coupant la parole) : Des preuves, j’en ai plein.

Avakov : Laissez-moi parler, vous parlerez après.

Saakachvili (lui coupant la parole) : Bien plein de preuves (deux fois). Et je vais le prouver davantage, je vais en informer le grand public…

Avakov (à Porochenko) : Monsieur le Président, il faudrait l’appeler à l’ordre…

Saakachvili : Je n’ai pas peur de vous. Qu’est-ce que ça veut dire, m’exprimer délicatement ? (Plus fort.) Oui, votre ami Martynenko est un bandit…

Avakov : Vous parlez comment dans les cas pareils ? B-b-ba-ba-ba (imitant le bégaiement), c’est comme ça que vous parlez ?

Saakashvili : Mais qu’est-ce que ça signifie ? (En sursautant.) Pe-pe-pe-pe, personne ne m’a jamais parlé de la sorte…

Avakov : Moi, je vous parlerai de la sorte…

Saakachvili : (En frappant sur la table.) Je m’en fiche de la manière dont vous me parlerez !

Avakov : Sortez d’ici, c’est alors que vous pourrez vous en ficher !

Porochenko (en l’interrompant) : Arsène Borissovitch, je…

Saakachvili (en l’interrompant, à Avakov) : Je vous invite à la politesse.

Avakov : Taisez-vous…

Saakachvili (en l’interrompant) : Millions ou milliards, je n’en ai nulle part…

Avakov : Ce n’est pas à votre intention que je me produis ici. Vos milliards, vous en répondrez ailleurs.

Saakachvili : Mes milliards ?! La Russie, elle les avait déjà cherchés, donc cherchez-les comme il faut ! Je n’ai pas à parler à un ministre corrompu !

Porochenko : (En frappant sur la table.) Une minute. Arrêtez-vous tous !

Avakov : Ferme-là, gouverneur corrompu !

Saakachvili : Quoi ?!

Porochenko : Mikhaïl Nikolosovitch…

Avakov : Bien ça. Espèce de voleur, m… !

Porochenko : Arsène Borissovitch, peut-on sans grossièretés ?

Avakov : Il n’y en avait pas.

Porochenko : Si, il y en avait. (À Iatsenuk, à voix basse.) Arséniy Pétrovitch, je vous prie…

Avakov (en l’interrompant) : Je tiens à terminer.

Porochenko : Alors, je vous prie, parlez sur l’ordre du jour. Et pas sur des commentaires…

Avakov : Alors on revient à ce qui était dit plus haut. Bien sûr, la privatisation. La privatisation intégrale. Y compris l’usine de port d’Odessa. Y compris de jeter pleinement un jour sur sa privatisation et la privatiser toute entière. Ici j’ai une question. Monsieur Saakachvili, votre activité à vous entrave-t-elle la privatisation de cette usine ou non ?

Saakachvili : Après ce que vous avez dit je ne tiens pas à discuter avec vous quoi que ce soit. Toute discussion ne sera que publique, je prouverai que vous, vous en personne, vous êtes voleur, je prouverai que le cabinet est réellement à la tête de la corruption, je... je ne permettrai jamais… contrairement à vous, je n’ai pas d’argent, mais en revanche j’ai la conscience et la réputation. Je ne permettrai pas à un certain Avakov, un voleur notoire, à propos duquel tout le monde sait qu’il dirige des schèmes gris, parle avec Saakachvili d’un ton pareil. Je n’ai rien sauf ma réputation. Je ne permettrai pas à un délinquant à propos duquel tout le pays sait de quoi il s’occupe…

Avakov : (Sans mot dire, s’empare du verre plein d’eau, le jette dans la direction de son opposant et se met debout.)

Porochenko : Arsène !!

Avakov (à Porochenko) : Si je le frappe, hein ?

Porochenko : Je clos la session.

Avakov (à Saakachvili) : Canaille ! Vile créature !

Saakachvili : Voleur ! Tu seras en prison ! (deux fois).

Avakov : Oui, voleur. (Après quelques phrases indistinctes, en haussant la voix.) Tu as déjà poussé ton pays à toi à l’extrême ! Va-t-en au diable de mon pays à moi ! Sale type !

Saakachvili (en revenant vers la table) : De ton pays à toi ?! Mais je suis dans mon pays, je suis Ukrainien.

Avakov : Toi ? C’est moi l’Ukrainien. Et toi, tu es clabaud ! Artiste du cirque, salaud !

Iatsenuk : Oiseau de passage ! Blagueur et oiseau de passage !

Avakov : Emmerdeur…

Iatsenuk : On t’a invité au pays pour travailler, et pas pour t’occuper d’affairisme (sic !) politique ! Blagueur !

Saakachvili : M’est avis que vous insultez le pays, vous insultez les parlementaires, vous insultez le peuple de l’Ukraine, vous insultez le Président, et vous répondrez de tout cela.

Porochenko : (En criant.) C’est tout ! On quitte la salle !


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • leypanou 18 décembre 2015 15:56

    Voilà ce qui arrive quand l’empire arrive à détruire un pays : un ministre jette un verre d’eau au visage d’un gouverneur de province devant le président.

    J’ai aussi bien ri quand le Premier Ministre ukrainien avec un bouquet de fleurs a été soulevé par un député de la Rada pour l’empêcher de continuer à parler, un premier ministre qui a été « sélectionné » par l’etats-unienne Victoria Nuland.

    Comme Porochenko a le droit de naturaliser n’importe qui, dont les mercenaires qui se battent pour l’Ukraine : l’Ukraine ne sera plus jamais un état stable, quoi qu’il arrive.
    Bref, un Irak en Europe.

    NB N’oublions pas que les sanctions contre la Russie sont soutenues par la France, pour des soi-disants soutiens russes dans le Donbass et Lugansk.


    • MAIBORODA MAIBORODA 18 décembre 2015 18:08

      Triste Ukraine ! Pauvre Ukraine ! Qu’ont-ils fait de toi !


      PS : mon patronyme est ...... ukrainien.


      • Pchetchkov Pchetchkov 18 décembre 2015 18:24

        Rire ou pleurer ?

        Quel spectacle affligeant, et quel malheur pour l’Ukraine et la Russie !

        Il reste à espérer que tôt ou tard se produise dans le pays une réaction populaire de réconciliation et d’unanimité pour chasser les responsables, et mettre un terme à cette tragédie absurde.

        La seule chose qu’il nous est possible de faire est de faire connaître la réalité des choses, et d’informer les lecteurs d’Agoravox de ce que la presse occidentale dissimule soigneusement. Merci à Roman Garev pour sa contribution à ce devoir d’information. 


        • Pierre Pierre 19 décembre 2015 08:25

          Merci pour cette transcription. Personnellement, je n’avais pas tout compris... je ne suis pas habitué au langage ordurier en russe.

          Un Conseil des ministres ? On dirait plutôt une réunion du syndicat du crime ! Le gâteau à se partager devient plus petit... alors il y a du rififi chez les mafieux.
          Il parait que la clique au pouvoir n’a pas l’intention de rembourser sa dette à la Russie. L’espère que la prochaine équipe gouvernementale ukrainienne ne remboursera pas sa dette au FMI, ce serait équitable.
          L’Ukraine est dans une impasse et, depuis deux ans, je ne vois pas où est la porte de sortie. 
          Pourtant, je connais bien l’Ukraine.

          • roman_garev 19 décembre 2015 10:06

            @Pierre

            Bonjour Pierre et merci.
            Ce n’était pas un conseil des ministres, mais la session du Conseil national de réformes, un organe consultatif auprès du Président créé en 2014 :
            http://www.unian.net/politics/942864-poroshenko-sozdal-natsionalnyiy-sovet-reform.html
            Iatsenuk vient de décréter (le 18 décembre) le moratoire sur la dette ukrainienne à la Russie (qui comprend 3 075 millions de dollars de dette souveraine, justement reconnue telle par le FMI, mais aussi 507 millions de dette de deux entreprises d’État) :
            La Russie se propose de s’adresser au tribunal international, une fois le terme du paiement expiré plus 10 jours (c’est-à-dire le 31 décembre). Ce qui signifiera officiellement le défaut de l’Ukraine.

          • wesson wesson 19 décembre 2015 13:44

            @Pierre
            bonjour pierre, je partage hélas votre pessimisme.


            d’un coté, lorsque le pouvoir fait interdire le parti communiste au terme d’une pantalonnade procédurière, cela montre clairement que le pouvoir actuel compte détruire toute alternative ou même toute alternance démocratique.

            et de l’autre coté, j’interprète cette vidéo comme un avertissement sans frais d’Avakov, qui dit aux Americains et Europeens « ne croyez pas que c’est vous qui allez faire la loi ici ».

            Bref, je pense de plus en plus que l’Ukraine file tout droit vers une période d’anarchie, à laquelle seule la Russie pourra mettre bon ordre si toutefois on accepte de regarder ailleurs sur le sort de quelques oligarques.

            Une dernière chose : l’Europe semble vouloir supprimer les visas pour des séjours de courte durée, pour 3 pays : Kosovo, Géorgie et Ukraine. 

            Si cela est mis en place, c’est par millions que nous aurons des « réfugiés ».

          • Dom66 Dom66 19 décembre 2015 15:34

            Merci roman pour l’article, perso je l’ai vu il y a quelques jours et je n’avais rien compri en direct mais il y avait la traduction en Français en texte,  sur ? RT, ou  Sputnil, ou Novorossia ?? Je ne me souvient plus je pratique les trois, et.cela montre une bien triste image de l’Ukraine.

            Ce « macache vili » est une ordure les autre ne valent pas mieux.

            Pauvre Ukraine

            Tiens dernière nouvelle

            Ce porc de Porochenko veut décorer le pilote turc !!

             

            http://novorossia.today/porochenko-veut-decorer-le-pilote-turc/

             

            Amic’


            • roman_garev 19 décembre 2015 16:40

              @Dom66

              Bonjour Dom66.


              Cette vidéo sous-titrée en français est sur AgoraVox TV.

              Porochenko est ce qu’il est, mais pas - encore - assez idiot pour le faire. Le titre de l’article est pervers, il ne s’agit que d’une pétition des « patriotes » parue sur le site du Président où n’importe quel Ukrainien peut en enregistrer une et la soumettre au vote. Une fois une pétition ayant cueilli 25 000 votes en sa faveur, elle devrait être considérée par le gouvernement. Rien qu’une issue pour la population.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

roman_garev


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès