Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sociétés clivées, monde divisé, danger !

Sociétés clivées, monde divisé, danger !

Cet été 2016 sera sans doute ressenti de manière pesante par nombre de concitoyens qui ne retrouvent plus l’insouciance des mois d’été d’antan. Il y a des années, les médias diffusaient des images affreuses d’incendies, de catastrophes, et autres faits émotionnels mais ces événements ne nous troublaient guère car nous nous sentions en position de spectateur. Cette année 2016, le carnage de Nice nous place à l’intérieur d’un monde gagné par la terreur et l’instabilité. Un putsch avorté en Turquie. Des JO à Rio marqués par la sécurité, comme l’Euro de foot. D’autres faits vont suivre. Un jeune Afghan a fait quatre blessés. Quel est ce monde qui se dessine ? Un œil attentif saura apprécier le processus de division présent dans nombre de pays. Des divisions plurielles au niveau des rouages de l’Etat autant que parmi les populations. C’est l’occasion d’effectuer une rapide recension de ces phénomènes.

(a) Turquie. Le putsch avorté se place sous la double signature d’une nation mal stabilisée par un Erdogan majoritaire en voix mais dont la politique est ambiguë, autant dans son pays qu’au niveau diplomatique. A l’intérieur du pays de puissantes dissensions sont présentes, entre des citoyens épris d’occidentalisation et des populations conservatrices, sans oublier la question kurde. Ces dissensions sont présentes à l’échelle des institutions et dans les rouages de l’Etat. On le voit apparaître avec la purge qui ne laisse pas de doute sur l’existence d’un fichage des dissidences par le pouvoir. A ces divisions sociales s’ajoute l’influence ambiguë de Fethullah Gulen dont on ne sait pas s’il revendique un Islam politique très différent de celui de Erdogan même s’il paraît plus ouvert. Cette rivalité ressemble à celle de Staline et Trotski avec deux « sensibilités » au sein d’un même fond idéologique. Le putsch de 2016 était attendu par le pouvoir en place qui avec sa politique autoritaire et son fichage a peut-être créé le terrain pour que cet événement se réalise. Il est difficile d’interpréter la situation politique de la Turquie. Mais une chose est certaine, c’est que le pays est divisé et que les élites sont les acteurs de ces divisions avec deux personnalités fortes, Gulen et Erdogan. Et un terrain social favorable à cette division qui maintenant façonne un Etat turque miné de l’intérieur malgré l’apparente reprise en main par Erdogan.

(b) Etats-Unis. L’affrontement entre Donald Trump et Hillary Clinton se prépare avec une violence prévisible dans les débats. Contrairement aux élections précédentes, les deux candidats font l’objet d’une défiance jamais vue de la part d’une population américaine minée par des divisions. De plus en plus d’Américains se méfient de l’Etat alors que Trump est un homme qui divise. Ce qui n’arrange pas les affaires d’un pays aux prises avec une guerre civile à bas bruit comme en atteste le différent entre la police et la population noire, sans oublier les mouvements extrémistes les contrées reculées où les activistes organisent une résistance armée contre l’Etat.

(c) France. Notre pays est lui aussi marqué par les fractures avec un parti qui divise, le FN. Alors que les récents événements de Nice ont montré que des personnalités influentes n’hésitent pas à jouer la dissension en appuyant sur les propos polémiques. Nicolas Sarkozy se présente comme un candidat revanchard qui n’a rien de consensuel, ni dans le pays ni dans son propre parti ; et qui n’hésite pas à jeter de l’huile sur le feu en montant les uns contre les autres. François Hollande plaide pour l’unité mais ses actes se traduisent par une division du pays car le président n’inspire plus confiance. La France fracturée, on l’a constaté lors des manifs pour tous. Néanmoins, une division du pays inquiète ; elle oppose le monde musulman aux franges extrémistes de droite. Le directeur de la DGSI a alerté récemment les pouvoirs publics sur un affrontement des deux camps. Il suffirait de quelques attentats djihadistes de plus, avec des horreurs inédites.

(d) L’Europe. Comme en France ou aux Etats-Unis, les pays européens sont traversés par trois types de divisions. Premièrement entre des élites qui cherchent le pouvoir ; deuxièmement entre les élites et les populations ; troisièmement au sein même des populations. Le Royaume-Uni a montré récemment l’étendue de ces fractures à de multiples niveaux. La plupart des pays européens ont leurs divisions spécifiques liées à la classe politique, à la société, à la culture et à l’histoire.

(e) Le monde. Les divisions se constatent avec des fonds nationalistes, idéologiques ou religieux dans de nombreux pays. Venezuela, Inde, Irak, Syrie, Libye, pays du Golfe, Afrique. Quand les divisions ne sont pas aussi affirmées, c’est souvent le signe d’un Etat fort et efficace. Ou alors d’un consensus populaire, ce qui est rare mais avéré dans quelques pays. Le niveau de l’économie joue aussi dans le consensus.

(f) L’Histoire. Un coup d’œil sur l’Histoire montre que les sociétés, les civilisations, l’ensemble des nations ont toujours été divisées avec des périodes de calme, des intervalles conflictuels et en permanence, des antagonismes et autres dissensions. Finalement, est-ce que les choses ont vraiment changé ? La parenthèse enchantée des années 60 à 80 fait figure de référence. Cette période n’a pas plus été calme qu’actuellement. Néanmoins, quelque chose nous dit que les présidences Kennedy, Carte, Reagan, Giscard, Mitterrand et j’en passe ont été moins clivantes que les présidences du 21ème siècle avec des figures comme Bush, Obama, Sarkozy, Hollande. Je ne mentionne que deux pays que nous connaissons bien, l’un avec les livres, films et reportages, l’autre parce que nous y vivons. Si les années 1970 étaient celles des aspirations et dissensions, alors les années 2010 se présentent sous le ressort des clivages, des replis et de la guerre civile à bas bruit mondialisée.

(g) L’Etat le religieux et la technique. Les clivages contemporains s’articulent autour de trois axes génériques que sont l’Etat, le religieux et le technique. Bien évidemment, le religieux ne se réduit pas aux religions instituée mais traduit l’efficace des ressorts spirituels invisibles mais hautement symboliques qui unissent les membres d’une nation, d’un empire ou d’une communauté. Le sentiment patriotique américain relève du religieux. En France, le religieux peut prendre une forme laïque, sécularisée disent les intellectuels, avec le nationalisme, le républicanisme, l’idéologie post-révolutionnaire axée autour des trois valeurs, égalité, fraternité, liberté. En Russie, le religieux est un mélange d’orthodoxie et de fierté nationaliste adossée à une culture slave. La Turquie a des problèmes parce que le kémalisme qui fut un principe religieux moderne et post-ottoman n’a pas pris racine autant que nécessaire pour réaliser l’unité sociale si bien que l’AKP a façonné un principe religieux qu’on peut qualifier improprement de néo-ottoman. En ce sens, Gulen puis Erdogan (qui rime avec Reagan) n’ont fait que façonner un liant religieux pour répondre aux déficiences spirituelles des idéologies modernistes. Cela dit, Erdogan (comme Reagan) n’a pas fait que proposer du liant religieux, il a géré habilement, avec ses cadres, l’économie du pays d’où sa popularité auprès des franges populaires. Dans un monde devenu complexe et traversé par le numérique, l’Etat est un élément essentiel pour stabiliser les sociétés. Les historiens sauront apprécier l’action des dirigeants occidentaux qui ont déstabilisé trois Etats, l’Irak, la Libye, la Syrie, entre 2003 et 2014.

(h) Métaphysique de la différence. L’identité est du côté de l’être, la différence est du côté du temps. Ainsi pensait Sadrâ Shîrâzî, brillant mais obscur philosophe du 17ème siècle en Islam perse. L’instabilité du monde a comme ressort les désirs, les images, le narcissisme, la propagation des images et paroles. La flèche du temps joue contre nous et alimente le chaos. Mais ce chaos est une crise, avec son Janus composé de danger et d’opportunités. Nous voyons les dangers mais nous ne savons pas déceler les opportunités. De nouvelles résonances et un nouvel âge du religieux à inventer, pour le 21ème siècle.

L’après soviétisme a ouvert le champ pour un nouveau monde dont l’émergence date de la fin des années 1990 et dont les ressorts et traits essentiels n’ont pas encore été pensés. L’impact du numérique s’avère déterminant car les messages et images diffusées atteignent le psychisme et que la multiplication des différences dans la matière est de nature à produire un chaos dont les effets sont plus ou moins maîtrisés. Ce chaos ne peut que renforcer les traits autoritaires, sécuritaires et policiers des Etats. Avec des citoyens en attente de mesures protectrices contre des dangers physiques avérés ou imaginaires. Aux menaces physiques (virus, météo, terrorisme, machines) s’ajoute l’insécurité économique. Ainsi que l’insécurité psychique qui constitue le terreau de prédilection pour les instances religieuses autoritaires qui se greffent habilement sur les âmes en perdition, fragiles, désemparées, névrosées ou même psychotiques. Dans certains pays, le religieux se déplace dans la sphère étatique, dans l’autres pays, l’Etat secrète une forme de religiosité qui prend des formes locales. Chez nous, républicanisme, laïcité et nombres de discours d’élites épousant le style du prêche.

Vous avez de quoi réfléchir. Je ne développe pas plus, ayant largement dépassé la longueur d’un texte adapté à la capacité de concentration moyenne sur le Net. Il y a un essai à rédiger. J’hésite entre la physique quantique et le techno-fascisme. Et j’apprécierais l’avis des éditeurs


Moyenne des avis sur cet article :  3.09/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • julius 1ER 22 juillet 08:33

    . Cette rivalité ressemble à celle de Staline et Trotski avec deux « sensibilités » au sein d’un même fond idéologique.

    @Dugué, 
    là-dessus je crois que vous connaissez très mal les pensées de Trotsky, les conceptions de l’Etat et des partis n’avait rien à voir entre les deux hommes et c’est insulter Trotsky qui a justement été victime du Stalinisme que le rabaisser à un simple jeu d’égos !!!!!!!!!

    • fred.foyn Le p’tit Charles 22 juillet 08:35

      Bizarre, vous ne parlez pas des 50 morts en Syrie a la suite de bombardements des avions de la Raie-Publique.. ?

      La France, dans le grand livre de l’Univers, est dans l’infiniment petit...un point indécelable..qui n’intéresse même pas le plus grand nombre...Nice est déjà une « Parenthèse » dans nos soubresauts... !

      • Alpo47 Alpo47 22 juillet 09:04

        La France divisée, ce n’est pas entre le monde musulman et une frange d’extrème droite, mais entre le monde musulman et ... le reste de la société française.
        Le policier en question -et en service- veut amener à penser que ceux qui commencent à être plus qu’exaspérés par les fanatiques sont des extrémistes. Bonne vielle technique pour marginaliser et culpabiliser ceux qui sont prêts à réagir en les « diabolisant ».
        Cela fonctionne pour l’idée de se retirer de l’euro -il n’y a que le FN qui le propose, donc vous êtes « fasciste »-, cela pourrait encore fonctionner ... quelques temps.


        • howahkan howahkan Hotah 22 juillet 09:19

          (h) Métaphysique de la différence. L’identité est du côté de l’être, la différence est du côté du temps. Ainsi pensait Sadrâ Shîrâzî, brillant mais obscur philosophe du 17ème siècle en Islam perse. L’instabilité du monde a comme ressort les désirs, les images, le narcissisme, la propagation des images et paroles. La flèche du temps joue contre nous et alimente le chaos. Mais ce chaos est une crise, avec son Janus composé de danger et d’opportunités. Nous voyons les dangers mais nous ne savons pas déceler les opportunités. De nouvelles résonances et un nouvel âge du religieux à inventer, pour le 21ème siècle.

          Salut Bernard...et merci. smiley

          division à tous les étages semble t’ il,

          l’incompréhension des humains est totale , fussent t’ils chômeurs ou pseudo roi du monde avec ou sans PHd ...sur l’échelle pyramidale sociale il n’y a plus de niveau quand il s’agit de comprendre la profondeur de la vie...

          Ce chaos est une crise si on a le nez dans le guidon mais aussi en même temps un état permanent fluctuant...si on a le nez qui voit large et loin ,devant comme derrière et comme en soi même...

          Apparemment pour l’humain ce chaos n’est pas lié à lui même, c’est le système......il y aurait deux choses l’humain d’un coté et le chaos de l’autre...plus con tu meurs !! je refuse de me voir moi comme l’origine de mon propre malheur....alors il se perpétue et augmente-baisse par cycles aléatoires..

          cette vision fausse est un effet du peu qu’il nous reste de capacités dans notre cerveau, les plus instruits-géniaux inclus, cerveau ou ne siège plus que la capacité d’analyse à conclusion binaire basée sur des désirs comme moteurs et qui dis « moi je veux ci ou çà...

          le temps ou se trouve la différence évoqué par Sadrâ Shîrâz est justement le fait de cette pensée analytique, appelé pensée, mot qui ne dit rien du tout...le temps(passé futur) est le monde de la pensée, c’est une sorte de bulle isolée du mouvement réel de la vie par nécessité, car sinon je ne peux analyser, pas penser ,pas survivre tout simplement, sans cela pas de vie organique nulle part..

          l’identité du coté de l’être ?...çà nous l’avons clairement perdu en route...reste l’avoir, et son cortège de peurs...car comme c’est la pensée qui gère cela, la pensée n’est relié que à elle même, cet avoir va se faire uniquement par le vol des autres...la pensée ne sait pas coopérer gratuitement, partager, être en paix etc ..mais çà non plus on ne le sait pas..

          Il me semble vair que toute crise est un symptôme d’erreur et un catalyseur de changement radical nécessaire qui des lors n’est plus de l’ordre humain mais de l’ordre Universel qui agit selon ses propres principes qui nous sont inconnus .....

          Nous ne savons pas que crise et souffrance sont avant tout des processus d’éveil nécessaires pour aller au delà de la pensée..

          le mythe volé d’Adam et de Ève, pour moi parle du temps ou nos autres capacités étaient éveillées...

          A ce propos nous » involuons" donc....tout en pensant ,croyant l’exact contraire parce que nos yeux auto ébahis par eux même,voient dans la machine et les calculs complexes vrais ou faux l’occasion de s’ auto glorifier....car c’est toujours ça de prix....

          sans bien sur rien comprendre du pourquoi nous faisons une telle chose déjà que l’on ne sait pas que c’est ce que l’on fait...

          pour moi il n’est pas du tout dit ou écrit que l’humain s’en sorte.....cela dit la possibilité existe,mais elle n’est pas e notre compétence, la seule chose à faire à notre niveau est de vivre ce non sens,cette souffrance.....sans rien en attendre...

          on le voit bien, ceci n’est donc pas prés de se produire, alors le chaos ne ba pas cesser de sitôt ...car pour chacun, l’autre est responsable..

          ceci n’est pas un fait mais une illusion...

          vivre le fait de souffrir sans rien en attendre mais juste vaincu par ...soi même a des propriétés étonnantes....

          celui qui a dit que la vérité est en chacun avait en partie raison, en partie seulement car la vérité dépasse totalement l’humain qui est comme toute chose l’émanation d’un principe Originelle inconnu avec lequel nous ne sommes plus reliés de notre faute...

          remember Adam Et Eve...derrière le mythe, le fait..

          salutations du matin...


          • Jo.Di Jo.Di 22 juillet 09:39

            De ...
             
            « Douce France » , « la grande vadrouille »....
             
            à
             
            « Elle coure la banlieue
             »,
             
            pour finir à
             
            « la haine », « un prophète » ...
             
            Gôôôchiste droitdeléroromane soumis a bien puriné le peuple pour servir son maître le Capital ....


            • Taverne Taverne 22 juillet 09:52

              Bonjour Bernard,

              La citation choisie de Molla Sadrâ Shîrâzî (iranien, 1571 - 1636) est parfaitement obscure et source de multiples interprétations. Je préfère le résumé de sa démarche (extraits choisis sur wikipédia) :

              Pour lui, la philosophie est tout autant et indissolublement perfectionnement de l’âme par le moyen d’exercices spirituels et investigation proprement intellectuelle par argumentation logique.

              La « philosophie » est un mode de vie global, intégrant vertus et réalisation de soi.

              « Le simple est toute chose ». L’être est à la fois un et multiple. À chaque instant du temps, toute existence est nouvelle, et la création est continue.

              De plus, j’y retrouve mes propres items comme : le retour au Simple, le souci de croître dans nos différentes (vraies) dimensions pour mettre fin à l’homme moderne enfermé dans sa dimension unidimensionnelle de l’individualisme, du consumérisme et du mauvais spectacle.


              • pallas 22 juillet 10:48

                Bonjour,

                J’ai écouté l’interview de Julien Dray ce matin, il dit que c’est à cause de la pression populiste, donc du peuple si tout va mal.
                La journaliste lui demande de répondre à ses questions clairement, elle le lui rapelle plusieurs fois, il ne le fait pas, pire, il dit des choses incohérentes, parlant de son père, la guerre d’Algérie, il élude toutes questions.
                Voila ce que sont nos élites, des gens fuyants toute forme de responsabilité, c’est toujours l’autre le coupable, jamais assumer la moindre responsabilité.
                Pendant ce temps, dans le monde.
                Il y a un renforcement majeur des nations dans la construction d’armées de plus en plus importance et de haute technologies.
                La préparation de la troisième guerre est en marche, car c’est l’ensemble des nations qui préparent leurs armées.
                Nous y sommes presque, juste une étincelle et nous y sommes, que cela soit entre l’Inde et le Pakistan ou le Japon contre la Chine, USA envers tout le monde ??!!, L’Iran contre La Turquie, etc etc etc.
                Finalement nous y sommes dans le résultat du joyeux monde de l’idéologie Néo Libéralisme, encore Bravo La Génération 68 du monde Parfait que vous laissez.

                Salut


                • Neymare Neymare 22 juillet 11:30

                  « Sociétés clivées, monde divisé, danger  »

                  Danger de quoi ? que cette civilisation s’effondre ? ça serait vraiment un mal ?

                  Pourquoi toujours classer les évènements entre bon et mauvais ? des évènements se produisent dans ce monde et ils obéissent à une logique. La nature agit comme ça : elle détruit puis reconstruit, c’est comme ça qu’elle évolue.

                  Le biais de l’esprit de l’homme est de ranger la destruction (ou la mort) dans le mal et la construction (ou la naissance/renaissance) dans le bien alors qu’il s’agit du meme processus

                  Tout le monde se plaint de ce monde pourri et personne ne veut changer ni ne veut le changement

                  Voyez les évènements de ce monde simplement comme des évènements sans y porter de jugement, l’univers a évolué durant des milliards d’années sans l’homme et il continue de meme, l’homme n’est pas responsable de ce qu’il se passe dans ce monde, c’est lui donner plus de pouvoir qu’il n’en a de le tenir responsable de tout ça


                  • Taverne Taverne 22 juillet 12:22

                    @Neymare

                    Je crois que dans la thèse de l’auteur (sans prétendre parler à sa place) , il y a un peu l’idée qu’en ce moment l’élan vital se réduit à sa simple expression : l’instinct de survie. Et, là, on peut dire qu’il y a réel danger : de réduction, de repli, de simplisme, d’antagonismes renforcés, de renoncement à nous déployer. Or, ce qu’il faut, c’est vivre avec l’autre, et pas simplement à côté, ni surtout pas contre les autres.


                  • Taverne Taverne 22 juillet 12:29

                    Devons-nous nous résoudre à n’exister que dans la dimension réduite de nos existences, à ne jouir que de la portion congrue de la vie ? Je pense qu’une vraie confiance, autrement dit une force qui nous unirait et qui serait assurée par les institutions nous prémunirait de cette tendance funeste.


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 juillet 13:45

                    @Taverne

                    Il n’y a aucun rapport avec l’élan vital dans mon texte. A lire les commentaires, personne n’a compris le texte et c’est ma foi désolant. Je ne sais plus quoi penser de ces gens qui au lieu d’essayer de s’élever se complaisent dans leur univers phantasmatique


                  • ZenZoe ZenZoe 23 juillet 15:29

                    @Neymare
                    Danger de quoi ? Danger à cause de la casse pardi ! Dans tout processus de transition, il y a des gagnants et des perdants. Certains sont sans arrêt perdants d’ailleurs, les plus pauvres. Quant aux autres, un peu moins pauvres, ils sont peur de dégringoler parmi les plus pauvres.
                    Danger aussi probablement à cause du monde qui va advenir et qui ne sera peut-être pas mieux que celui d’aujourd’hui. Comme l’Histoire est faite de cycles, je pronostique un retour du modèle moyennâgeux à l’échelle planétaire : seigneurs, servage, obscurantisme, inquisitions, invasions, massacres, fortifications, instabilité partout...
                    Le plus inquiétant au fond, c’est que l’espoir d’une vie meilleure ailleurs disparaitra peut-être. Avant, on rêvait d’émigrer, on le faisait quelquefois même. Il reste encore aujourd’hui quelques pays épargnés, mais pour combien de temps encore ? Le danger, c’est que l’espoir finisse par mourir tout à fait.
                    Allez, j’arrête, tout le monde est parti en vacances et Agoravox se met au ralenti...


                  • Crab2 22 juillet 13:20

                    Nice, "Je ne suis pas Charlie", dixit Lahouaiej-Bouhlel  ; piqûre de rappel, dans les pays dominés par les musulmans les athées sont assassinés ou emprisonnés au nom de l’islam ou du prophèteSelon les informations dont dispose le Procureur  : " Lahouaiej-Bouhlel semble avoir

                    Suites : IN-CULTURE

                    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/07/in-culture.html

                    ou sur :

                    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2016/07/22/in-culture-5829037.html


                    • mmbbb 22 juillet 17:12

                      un arcticle de bon intellectuel Je releve un parti qui divise le FN Qu il aille faire un tour en banlieue ce cher auteur, qui aille se frotter a la réalité du terrain. au « vouloir vivre ensemble » . Qu il aille mener des enquêtes auprès de ceux qui sont le terrain : pompier policier et les corps specialises comme la BAC La France est un pays eclaté depuis fort longtemps. ce sont les médias et les faiseurs d’opinion qui entretiennent cette illusion d’optique. Cela me rappelle de ce discours lénifiant de ce journaliste Philippe Besson, sur le meme sujet sauf qu il a oublie de dire, cette doucerette que dans certaines banlieues il aurait du mal a vivre son homosexualité . A Marseille elle n’ est pas la vie a coup de kala Alors chantons la chanson des bisounours


                      • soi même 22 juillet 22:39

                        @ Bernard Dugué , il est temps que vous siroté du jus de cassis.... !

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais (Consulter la Charte de bonne conduite).

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté si vous n'êtes pas connecté.

Pour repérer rapidement l'auteur de l'article, son pseudo s'affiche en rouge.

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès