Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Somalie : 3.000 km de côtes poissonneuses pillées

Somalie : 3.000 km de côtes poissonneuses pillées

DES PIRATES DE LA MER AFFAMENT LA SOMALIE : CE SONT LES BATEAUX DE PECHE ETRANGERS QUI PILLENT LES EAUX SOMALIENNES

En SOMALIE les pêcheurs ne peuvent plus pêcher depuis des années car les eaux territoriales sont pillés par des bateaux étrangers. Paull Watson, le grand sauveur des baleines - estime que les pêcheurs ont fini par devenir des pirates ... mais les vrais pirates sont les navires usines qui pillent les eaux somaliennes. Il propose des moyens concrets pour remédier à cette situation.

Des pays comme le Maroc, la Mauritanie, le Sénégal, tirent de la mer une part de leurs ressources alimentaires ; et les pêcheries constituent des sources de devises. Après quelques recherches sur le net, et une cause de la famine en Somalie pourrait être la ruine des activités de pêche de ce pays.

Selon PAUL WATSON (1) interviewé par l'Express (2), la Somalie a 3.300 km de côtes qui sont parmi les plus poissonneuses du globe mais qui ne peuvent plus être pêchées par les pêcheurs somaliens. Du fait de la guerre civile, la Somalie ne protège plus ses eaux territoriales et les bateaux-usines étrangers viennent piller les poissons sans limite : thons, espadons, homards, requins, etc.. Pour l'année 2008, la pêche étrangère a été estimée à plus de 300 millions de dollars.

La côte somalienne serait aussi devenue un dépotoir de l'Europe depuis 1990, pour immerger des déchets radioactifs, de plomb, de métaux lourds, d'hôpitaux, etc.

P. Watson pratique avec Sea Sheperd la non violence et il ne cautionne PAS l'utilisation d'armes qui est faite par les anciens pêcheurs somaliens lorsqu'ils s'attaquent aux bateaux étrangers qui pêchent dans leurs eaux ( et je crois à d'autres navires également ). Mais il nous avertit que si le problème n'est pas pris à la racine, en Somalie, ce mal s'étendra à d'autres pays africains (Afrique de l'Ouest).

Les Nations unies ont autorisé, en 2008, les navires étrangers qui sont attaqués par d'anciens pêcheurs somaliens à mener contre eux des raids militaires de représailles  : selon P. Watson l'origine de ces attaques serait le désespoir des pêcheurs ruinés.

Pour remédier à la famine, une mesure simple est d'assurer à la place des Somaliens leur souveraineté sur ses zônes de pêche, pour redonner aux pêcheurs somaliens la possibilité de travailler. Il revient aux nations étrangères d'interdire à leurs propres pêcheurs d'aller piller les eaux maritimes de ce pays. Ceci serait possible immédiatement.

Effectivement, c'est de souveraineté nationale dont ce pays a besoin pour manger : après l'indépendance sous protectorat de l'ONU, la Somalie connut une longue influence des Etats Unis qui ne lui réussit pas finalement puisqu'à la fin Clinton retira les troupes lorsque « Restore Hope » fit 19 morts chez les soldats américains ; on voit les dégâts causés par la poursuite de la guerre civile ... Laissons de côté la gestion lamentable par l'ONU : la guerre civile se poursuit en Somalie.

P. Watson apporte donc un éclairage particulier pour appréhender cette question de la faim : on voit que ce n'est pas uniquement une question de dons pour acheter de la nourriture ; il donne les moyens d'y remédier indépendamment de la guerre civile, au moins sur mer : les pays étrangers concernés pourraient s'interdire de piller les zônes somaliennes, et ils ont les moyens de faire respecter cette intervention.C'est simple.

Si le problême n'est pas traité à la racine comme le préconise P. Watson, les Somaliens ne sont pas près de manger à leur faim car Sea Sheperd ne pourra pas intervenir dans les eaux somaliennes. Sait on jamais, son exemple pourrait être repris par d'autres, à plus grande échelle …

Pourrait on espérer que la France joue un rôle moteur dans une telle action ? oui - rêvons - ce serait mieux que de bombarder la Libye. Ce serait notre intérêt aussi car nous avons l'un des plus grand territoire maritime du monde, qui risque, lui aussi d'être exploité sauvagement par d'autres.

--------- ( 1 ) Fondateur de SEA SHEPERD, Paul WATSON lutte depuis 30 ans contre les baleiniers : les Norvégiens pour nourrir les saumons et les Japonais qui font un carnage ; il a basé son action sur la Charte mondiale pour la nature des Nations unies pour faire respecter les lois de protection des océans ; il estime avoir un devoir d'ingérence pour faire respecter les lois bafouées par ceux qui détruisent des espèces maritimes.

SEA SHEPERD http://www.seashepherd.org/ et http://www.seashepherd.fr/&nbsp ; n'est pas très connue en France malgré ses actions téméraires comme aborder des baleiniers japonais afin d'interrompre une pêche illicite, ou couler dans leur port des baleiniers norvégiens ! Elle sauva aussi les bébé-phoques avec notre BB nationale ! Sea Sheperd agit toujours en toute légalité, prouvant que les navires de pêche visés sont hors du droit maritime, des règles et des conventions de pêche internationales. Sans publicité, sans soutien d'institution comme la fondation Rockfeller qui finance Greenpeace, Sea Sherperd est plus efficace en matière de protection de la faune maritime. On a pu voir récemment sur YouTube un bateau de Sea Sheperd abordé par un navire usine japonais en mer, puis couler.

---------( 2 ) http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/qui-sont-les-vrais-pirates-en-somalie_962359.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Gargantua 11 août 2011 10:38

    On oublie généreusement se problème, et l’on préféré nous parlez de ses méchants Somaliens qui se transforme en Pirate qui inflige une piqure de moustique au grand bazar.


    • bnosec bnosec 11 août 2011 13:12

      Ah bah non M.Davis, et comment on fait pour continuer notre autoflagellation nous maintenant, hein ?
      Vous nous gachez notre plaisir là !

      Toute la misère du monde est de ma faute à moi, et rien qu’à moi, salaud d’occidental, un point, c’est tout !


    • sparte sparte 11 août 2011 13:33

      Bonjour Christian,

      Vous ne m’avez pas bien lu : les navires usines étrangers pêchent à l’intérieur des eaux somaliennes - dans les eaux territoriales - précisément parce que la Somalie n’assure plus la protection de ses eaux territoriales ... la guerre civile faisant qu’il n’y a plus ces garde-côtes comme dans les pays que vous citez. CQFD

      Paul Watson est allé sur place ; et comme je suis depuis 20 ans je sais que s’il dit cela c’est qu’il a étudié la question et qu’elle se pose comme il en fait part car il est d ’une intégrité parfaite.

      Par contre si vous avez des informations justifiant de l’utilisation de bombes par les pêcheurs vous pourriez lui en faire part, par la voie du site de Sea Sheperd.

      Mais quel intérêt pour des pêcheurs traditionnels de détruire 9 poissons pour en récupérer 1 seul ? Généralement les pêcheurs artisans sont respectueux des bancs de poissons dont ils savent qu’ils assurent leur travail depuis des générations ? D’autant que pêcher en mer avec des obus ça doit couter bonbons en munitions ... Franchement j’ai du mal à le croire.
       


    • bnosec bnosec 11 août 2011 13:35

      Qui croire, qui ne pas croire, à quelle information se fier ?
      Finalement (et on est tous pareil) on croit ce qu’on veut bien croire...


    • sparte sparte 11 août 2011 16:41

      Christian,

      Je vous demande à nouveau si vous pouvez citer vos sources sur cette soi-disant pêche à la grenade de la part des véritables (anciens) pêcheurs somaliens ? J’écris ancien puisqu’effectivement - comme c’est expliqué dans l’article de l’Express - ils sont devenus des ... pirates .

      Quant à P. Watson, je suis - comme je suis Brigitte Bardo - leurs combats parallèles depuis 20 années : elle était une star qui s’est consacrée aux animaux, et lui un capitaine au long cours qui s’est consacré aux baleines.

      Tous deux ont sauvés les « bébébs phoques » ... et vous voulez le faire passer pour un repris de justice ?

      vous savez comment cela s’appelle en droit ? Cela s’appelle de la diffamation et la liberté qui existe sur ce site d’info ne vous permet pas de porter atteinte à cet homme, simplement par vos quelques lignes assassines.

      Effectivement il se présente comme un « pirate » et il aborde le drapeau noir mais c’est pour faire peur aux véritables pirates qui ont assassiné les baleines par milliers. SANS LUI il n’y aurait plus de baleine : grâce à lui, la Norvège puis le Japon ont renoncé officiellement à la chasse aux baleines.

      Cet homme a engagé sa vie pour une cause, de façon pacifique sur mer. Je pense qu’il est vachement intelligent pour durer si longtemps ... Récemment il a échappé à un tir à balle d’une arme depuis un baleinier ; il a du la vie grâce aux protège-balles que portaient tout son équipage. Vous pouvez voir des photos sur les sites de SS
       
      Ne vous étonnez pas que des états veulent le faire passer pour un terroriste c’est classique ...

      La stratégie de SEA SHEPHERD ( BERGER DE L A MER ) est celle du droit et de la non violence. Et ça marche grâce aux bénévoles qui s’embarquent dans l’ aventure depuis trente ans et grâce aux généreux donateurs.

      Lisons ce témoignage lorsque lui et son équipage tirent tête pendant une journée entière à un navire de guerre qui voulu s’emparer de leur navire pour les empêcher de sauver la faune maritime. Devant les tentatives de bloquer leur hélice par un filin, puis les tirs de semonce ils ont tenu bon ! CHAPEAU BAS !

      Sur ce coup, vous vous trompez, je vous assure !

       il n’a pas non plus été viré de chez Greenpeace comme vous l’écrivez à tort , il a été un des co-fondateurs de GRP et il a quitté Green peace dès qu’elle devenait une ONG plus médiatique qu’efficace ;. Et à la différence de GP , depuis trente ans qu’il sillonne les mers il n’a jamais eu à déplorer aucune victime ... ( Accessoirement je vous signale que G P reçoit des fonds de Rockfeller ... )

      et d’où tenez vous que P WATSON aurait été poursuivi «  » pour meurtre «  » au Costa Rica ?
      et il n’est nullement un «  » repris de justice «  » ! enfin être un écoterroriste serait plutôt une qualité dès lors qu’on n’a tué ni blessé personne, mais nuit à des bandits qui tuent la faune et la flore maritime ! 

      prenez le temps de vérifier vos sources ; ou bien donnez les car vous portez à tort discrédit à un type remarquable. C’est tout à fait regrettable.

      de la même façon vous n’avez toujours pas prouvé que les Somaliens pêchent à la grenade ! ... .

      Personnellement je suis allé dans ces eaux en 1971 et je n’ai vu que de beaux bateaux de pêches comme ceux qu’on voit au maroc, en mauritanie, et au sénégal.
      comme ici : http://www.thetimelessride.com/FR/Africa/Western-Africa/Mauritania.130.htm
      je suis aussi allé au maroc, en mauritabnie, en côte d’ivoire et j’ai jamais vu de pêcheurs pêcher à la grenade ou à la dynamite . Et vous , avez vous des photos, des débuts de preuves ... ?

      J’aime bien avoir des faits sous les yeux , là vous avez le témoignage d’un homme qui fait ses preuves, d’un journaliste écologistes et de citations de rapports des Nations Unis 

      Et justement P Watson nous avertit que si rien n’est fait pour redonner aux pêcheurs somaliens la souveraineté sur leurs eaux il se passera la même choses dans l’ouest africain, car les industriels tuent la pêche dans le monde entier. en méditerranée il est actuellemnt soutenu par les pêcheurs tunisiens qui eux aussi voient des navires étrangers venir dévaster les bancs de thons ! Ici :

      Franchement, vos propos sont inacceptables contre envers cet homme qui est exceptionnel alors que les sites de Sea Shepherd, et les livres de P. Watson vu permettraient de vous faire une idée qui est celle que je tente de montrer ici. Je n’ai rien à y gagner, ni aucun intérêt en cela ! 

        
       


    • sparte sparte 11 août 2011 18:51

      Christian,

      C’est ça vos « sources » : Wikipédia ? ... j’hallucine

      Une source c’est une source, pas un réservoir ou un égoût, car Wikipédia c’est plein d’inexactitudes voire d’âneries, tout le monde sait cela voyons .

      Non : allez aux sources :

      exact SEA SHEPHERD a coulé un baleinier norvégien, deux militants bénévoles l’ont fait, en nageant jusqu’aux bateaux dans leur port privé d’attache, en montant à bord et bateaux en desserrant les écrous qui permettent de vidanger les cales, en cale sèche. Mission accomplie ils ont mis les voiles. Bravooooo !

      P Watson a assumé ses responsabilités , et un mandat fut lancé contre lui évidemment.
      Croyez vous que ces industriels n’ont pas le bras long dans le gouvernement norvégien ?

      c’est un terroriste comme les autorités nomment les faucheurs de champs d’OGM

      Ces bateaux appartenaient à une entreprise capitaliste - pas à des vrais pêcheurs - qui pratiquaient la chasse aux baleines pour en faire de la poudre viande pour nourrir les saumons d’élevage, si dangereux pour notre santé - un peu comme de la «  » vache folle «  ».
      Grâce à lui les medias norvégiens ont relayé l’affaire et l’opinion publique a connu l’affaire ; finalement des années après les baleiniers pirates ( car ils dépassaient les QUOTAS et Sea shepherd suivait les baleiniers pour compter les baleines tuées ) ont arrêté leur tuerie : plus assez rentable car les norvégiens ne voulaient plus manger des saumons ayant mangé de la viande de baleine ( mammifère ) ; depuis ils ont des petits poissons ou de la poudre de poisson.

      Idem quand S S aborda un baleinier pirate dans un port portugais et le coupa pour ainsi dire en deux ; le baleinier fut réparé et ensuite il sauta sur une mine

      au fait vous avez vu comment un baleinier japonais voulu tuer l’équipage d’un petit bateau de S S  c’est ici  : http://www.seashepherd.fr/matilda/video.html

      Antarctic Whale Defense Campaign January 6, 2010
      Japanese Whalers Ram Sea Shepherd Ship Ady Gil

      au final vous êtes resté en dehors du sujet, c’est parce que une insulte inacceptable est faite à P. Watson sur AGORAVOX que je ne pouvais pas ne pas réagir. Sinon il y a diffamation,
      mais nous vous faites perdre un temps fou c’est lamentable !

    • sparte sparte 11 août 2011 14:02

      Bnosec, vous avez écrit : « à quelle information se fier ? » et vous avez bien raison ( on voit la manipulation actuelle sur les bourses par désinformations quotidiennes de part des Maîtres du Monde qui font passer leurs messages via leur médias : et je te décote les EUA, et oui la france mérite son triple A, et puis : peut être que la France va le perdre etc. etc. tous ce qu’on entend est généralement faux )

      Par contre là c’est clair : PAUL WATSON EST ALLE SUR PLACE , il a vu :

      «  » Quand les médias dénoncent l’attaque subie par un thonier français au large de la Somalie, Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, pose la question de savoir ce que faisait ce thonier dans les eaux territoriales d’un des pays les plus pauvres... «  »

      Si vous en avez envie vous pouvez aller sur les sites de SS et vous verrez que c’est pas des tocards ( voir les risques qu’ils ont pris en NAMIBIE ) . D’ailleurs cette question sera suivi par SS et des photos et vidéos seront certainement ramenées , plus tard, par un des 2 navires de haute mer plus le bateau de course ( le « Brigitte Bardot » ) de SS, sinon cette alarme n’aurait pas été lancée par P Watson

       Pour le moment il lance un appel aux gouvernements des pays responsables, et leurs navires sont en méditerranée pour traquer les pirates de la pêche aux thons ( qui disparaissent ) et aux Iles Féroé où il y a des massacres annuels d’orques  :

      à suivre


      • bnosec bnosec 11 août 2011 14:15

        Je ne dis pas que ce que vous disiez était faux. Par contre ce que M.Davis dit n’a pas l’air faux non plus. Peut-être l’a-t-il vu de ses propres yeux aussi. D’où mon indécision...

        Quand au « qui croire », tout à fait d’accord avec vous.
        J’ai pris pour habitude de me méfier des informateurs « officiels » en général. Impossible de savoir la vérité, même en recoupant ses sources vu que la source de départ est uniuqe.
        Le journalisme n’est pas objectif et est le lèche botte du libéralisme, de la globalisation et du multiculturalisme. Comment croire ces gens là ?


      • Redrogers 11 août 2011 14:06

        Merci de rappeler ce scandale, aggravé par l’envoi de militaires occidentaux pour protéger les bateaux usines !


        Ceci dit, vu que le « business » des pirates est vite devenu rentable, les pêcheurs ont vite fait place à de véritables gangsters qui n’ont rien à voir avec le sujet d’origine...

        • joelim joelim 11 août 2011 14:17

          La côte somalienne serait aussi devenue un dépotoir de l’Europe depuis 1990, pour immerger des déchets radioactifs, de plomb, de métaux lourds, d’hôpitaux, etc.

          Ce serait intéressant d’avoir des liens/sources pour étayer ça, ne croyez-vous pas ? 

          • sparte sparte 11 août 2011 17:07

            Joelim,

            Ben oui ... les sources sont citées par le journaliste de l’Express
            http://www.seashepherd.fr/
            puis en bas de la page de S S France :
            http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/qui-sont-les-vrais-pirates-en-somalie_962359.html&nbsp ; :
            Ainsi, dès 2005, Nick Nuttall, porte-parole du Programme des Nations unies pour l’environnement déclarait  : « Depuis les années 1990, les eaux au large de la Somalie ont été utilisées comme décharge tout au long de la guerre civile qui a frappé ce pays. On y a immergé des fûts de déchets radioactifs, d’uranium, de plomb, de métaux lourds, de déchets d’hôpitaux, etc. Les compagnies européennes estimaient que c’était très bon marché de s’en débarrasser au prix ridicule de 2,50 dollars la tonne, alors que les dépôts de déchets en Europe réclament des montants de l’ordre de 1000 dollars la tonne ».
            En décembre 2008, les Nations unies
            autorisent pourtant les pays dont les navires sont attaqués au large de la Somalie à mener des raids militaires de représailles sur terre, en mer et dans les airs contre des pirates qui risqueraient de nuire au bon déroulement des échanges commerciaux dans cette zone. Ce sera donc l’unique réponse du monde à ces anciens pêcheurs ruinés, spoliés et humiliés, devenus «  pirates ». 

            NB : Je me suis abstenu de dire que l’empire ( les EUA ) pourrait avoir intérêt que la corne de l’afrique soit une zône effrayante, ce serait pratique pour débarquer un de ces quat’ les armées de l’ORAN , mais je n’ai pas d’info à ce sujet et j’aI voulu rester sur le point du lien de cause à effet entre l’absence de protection des pêcheurs et la famine ( et la mer ; cf. les décharges de déchets ) ; ce n’est pas pour rien que nos navires de guerre escortent nos pêcheurs qui vont à la morue.

            La France n’aurait elle pas intérêt à prendre l’initiative de rétablir la souveraineté des eaux somaliennes ?
            Car nous avons un patrimoine maritime mondial ( je ne sais combien de milliers de km de côtes par le monde ) , et donc intérêt à protéger aussi celui celui des autres si on veut pas voir un jour des pirates-industriels venir des quatre coins de la planête pour piller des richesses dont nos enfants auraient bien besoin pour payer la dette publique française.
            De toute façon la protection de la faune maritime et de l’éco système marin ne devrait elle pas être un des premiers devoirs de l’Homme envers cette terre ?

            L’exemple de P Watson a valeur d’espoir : parti de RIEN, il parvient à sauver :
            http://www.seashepherd.fr/images/stories/home-campaigns/home_campaign_whales.jpg
            http://www.seashepherd.fr/images/stories/home-campaigns/home_campaign_seals.jpg
            http://www.seashepherd.fr/images/stories/home-campaigns/home_campaign_sharks.jpg
            http://www.seashepherd.fr/images/stories/home-campaigns/home_campaign_galapagos.jpg
            http://www.seashepherd.fr/images/stories/home-campaigns/home_campaign_dolphins.jpg
            si cet article permet à plusieurs d’entre nous de trouver motif à espérer plutôt qu’à désespérer alors je n’aurais pas perdu mon temps !
            ... merci AGORAVOX


          • jef88 jef88 11 août 2011 14:53

            Et si on réglait le VRAI problème : la guerre civile.....

            Que deviendrait la famine ?


            • Cug Cug 11 août 2011 15:54

              En 50 ans la population somalienne est passée de 3 millions à 10 millions ...

              Imaginer la France passant de 50 à 150 millions, sur un territoire qui n’augmente pas et avec en gros les même ressources !


              • sparte sparte 11 août 2011 18:03

                Bnosec ,
                re - ...

                C’est parce que je suis P. Watson et son oeuvre depuis très longtemps que je crois à ce qu’il dit  : un type qui a monté un telle organisation, pris des risques sans jamais de victimes , à donf’ dans la défense de la faune des mers, des pêcheurs, et des mers ( ses propos contre l’administration Obama lors du désastre du golfe du mexique) n’est pas un faiseur : quand il lance une alerte, il faut le croire.
                Ce n’est pas le journaliste qui est allé sur place c’est P. Watson lui même et son organisation. Pour en savoir plus il faudrait s’adresser à S S France qui est citée dans
                l’article. 

                Par contre le clown qui portait des sacs de riz, ou l’autre qui a créé une taxe sur les billets d’avion ...  ceux là, il ne faut pas les croire

                Bonjour Cug
                Je crois que beaucoup de pays où même de simples infirmeries avec des antibio, et des mesures d’asepsie comme de la chlorazone pour aseptiser l’eau, ont été apportées ont vu leurs population croitre de la sorte sur 50 ans ?

                C’est la guerre qui est responsable pas la croissance de la population.

                Rien que la France a créé 4 ou 5 CHU en Afrique qui ont eu une grande renommée et c’est certainement encore le cas. A Djibouti, l’hôpital militaire a fait un sacré boulot dans ce pays de la corne d’Afrique, les spécialistes médecins étaient de très hauts niveaux lorsque j’y suis passé ( j’ai vu des morts ramassés dans les rues le matin à la brouette ). J’espère qu’il existe toujours malgré notre départ de cette zône.

                Ensuite ces pays ont formé leurs propres cadres de santé qui sont excellents des cadres de santé : c’est un grand malheur pour les peuples africains qu’ils se barrent vers d’autres continents pour faire plus de monnaie.

                Une solution pourrait être que des organismes internationaux leur paient un sur-salaire si le pays est trop pauvre pour se les payer tout seul ?
                Nourrir la planète n’est pas un problême, si on s’y prend bien en mangeant moins de viande d’élevage et plus de protéines végétales, comme aux Indes : pas de famine là bas. Non le problême n’est pas là. Voir le site extraordnaire de kokopelli.

                Par contre les Maîtres Du monde planifierait de réduire la population du monde à 500 millions ? par contraception, famine, inoculation de maladies par vaccination, affaiblissement des défenses immunitaires par les chemtrails et le Codex Alimentarius, c’est le cas en Allemagne, Russie, Chine, Japon, etc. c’est un autre débat et je crois que j’apprends rien sur ces sujets .

                Watson a le mérite de souligner qu’il faut permettre aux pêcheurs de pêcher ; sur terre ça doit être la même chose : permettre aux familles de cultiver leur terre et d’avoir une vache, comme aux Indes : une vache par famille fournit le lait, donc le beurre ...  ? 

                les Indes siont exportateurs de nourriture ( riz ) encore un cliché .... beaucoup croient qu’on y crève de faim n’est ce pas ?

                Ah que j’ai aimé les INDES ! VOILA UN CONTINENT QUI EMMERDE PERSONNE , où les trains roulent 24 heures sur 24, et où les autocars ont 2 ou 3 grands écrans en couleur pour passer des films ! ( En france les autocars n’ont pas le droit de rallier les villes because monopole du rail de la SNCF ! ) et ou les femmes sont belles
                merci de m’avoir fait rappeler les INDES ! 

                 


                • Laratapinhata 11 août 2011 23:47

                  Combien de navires de pêche français dans ces eaux somaliennes ? 


                  Après les attaques de pirates contre des yatchs de plaisance, il ne doit pas y en avoir des masses... alors stop... assez de propagande culpabilisante. 

                  • sparte sparte 12 août 2011 01:55

                    REDROGERS : merci pour l’encouragement, c’est mon 1er article sur AGORAVOX, je suis pas un journaliste poro mais je tiens la prmesse de mon prfil ... du moins j’essaie. ?J’étais sur de moi car je connais P. Watson.

                    JOELIM  : je vous mets les liens dans le prochain message ; la prochaine fois, quelque soit le rédacteur, ... aidez nous à en chercher par vous même merci ! c’est vrai ça on est des bénévoles et ça prend un temps fou et on est pas plus malin que vous .. en tout cas moi je reste modeste ! 

                    TARATAPINHATA  : votre question est intéressante ; il faudra contacter S S FRANCE et s’ils ont dit des c*nneries à PAUL WATSON ils vont se faire tirer les cloches ; je n’ai trouvé que la mention de pêcheurs illégaux ESPAGNOLS, mais s’ il est question de pêcheurs de la communauté européenne. Voulez vous contacter SEA SHEPHERD France ( par mail ) ?

                    ENCORE UNE FOIS BRAVO A P. WATSON pour avoir fait passer cette info en France sinon quedallemeszig !!! et comme vous dites on nous culpabilise ... mais avec la famine alors que c’est + gravos que cela !

                    Donc j’ai pas trouvé Combien de navires de pêche français dans ces eaux de Somalie mais voici quelques infos. faisant le tour de la question, du moins sur internet :

                    - le pillage des poissons a atteint une dimension qui est effectivement énorme
                    - beaucoup de pays sont des pillards : italiens, coréens, espagnols, japonais, grecs et égyptiens ....
                    - le largage de containers de déchets atteint un niveau effrayant
                    - l’aide humanitaire apporte richesse aux personnes fortunées en Somalie
                    - les pêcheurs sont chassés par des chalutiers pêchant illégalement

                    - les pêcheurs se saisissent de ces bateaux étrangers et exigent des rançons
                    - l’ONU ignore les demandes somaliennes pour faire arrêter la dévastation et la décharge des déchets ( note de sparte : pas étonnant ... )
                    -de simples pêcheurs somaliens ont pris leur canot à moteur pour dissuader les bateaux qui déchargeaient leurs déchets et pêchaient à la traîne ... Ils s’étaient eux-mêmes donnés le titre de « Gardes-côtes volontaires de Somalie.
                     plus de 40 navires de guerre dont 10 asiatiques, arabes et africains, et les autres e l’ORTAN et de l’union européenne chasse les pêcheuers pirates somaliens
                    -
                    La Marine indienne avait indiqué la semaine dernière qu’elle avait coulé un « navire mère » des pirates somaliens... Il s’agissait en fait d’un chalutier thaïlandais, rectifie ce mercredi le Bureau maritime international.

                    Voilà, je vous mettrai les liens de ce que j’ai trouvé de plus intéressant avec les commentaires les plus signifiants :

                    En conclusion tout ce que disait WATSON au journal français est recoupé avec de nombreuses sources donc avéré exact.

                    http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2011/08/somalie-famine-piraterie-peche-produits.htmlcette vidéo est particulièrement intéressAnte, généraliste sur la Somalie. Superbe guitare ...no abla espanol mais c’est sous titré en français muchas gracias

                    Liens et résumés suivront

                    @+ 

                    P S : l’info la moins intéressante est de green peace, qui ne semble pas faire grand chose là bas



                    • sparte sparte 12 août 2011 15:00

                      Les liens avec les commentaires sur le pillage des eaux poissonneuses somaliennes et le largage de déchets par des bateaux non somaliens ... sous protection de l’ONU !

                      En conclusion tout ce que disait WATSON au journal français l’EXPRESS est recoupé avec de nombreuses sources :

                      http://aquaculture-aquablog.blogspot.com/2011/08/somalie-famine-piraterie-peche-produits.html avec une très intéresante vidéo sur la somalie -( note de sparte )

                      Lorsqu’on a dépouillé et infesté les eaux somaliennes, que leur a-t-on donné en compensation ou substitution ? Telle est la question à laquelle les ‘grandes puissances’ devront répondre dans les années à venir, dans tous ces pays qui sont dépouillés et que l’on abandonne lorsqu’on n y trouve plus son compte.


                      http://www.asclme.org/fr/somalia.html

                      profondeurs de l’Océan Indien du Nord, la côte de la Somalie est reconnue comme ayant l’un des stocks les plus productifs au monde. La pêche joue un rôle important pour les communautés côtières,

                      Les eaux somaliennes ne sont pas contrôlées par une entité politique unique. Chaque région côtière dispose de sa milice qui contrôle sa propre région. Certaines milices passent des accords de pêche avec des pays étrangers. Ceux-ci se sont souvent prêté à controverse. Les milices se déclarant gardes-côtes ont été impliqués dans des rapts violents, des confiscations de navires et des demandes de rançons aux navires navigant dans les eaux somaliennes.

                      • La pêche industrielle est dominée par plusieurs sociétés de pêche étrangères qui se sont vues délivrer des permis leur permettant de pêcher dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) somalienne. Les bénéficiaires de ces licences ont été des bateaux italiens, coréens, espagnols, japonais, grecs et égyptiens. On estime qu’il existe environ 700 bateaux étrangers pratiquant la pêche sans licence sans les eaux somaliennes. Ce qui entraîne des problèmes pour les pêcheurs somaliens légitimes et rend difficile la surveillance, le contrôle et l’étude de la ZEE somalienne.

                      • Si l’état des ressources en poissons n’est pas confirmé, on estime que les ressources maritimes côtières, ciblées pour l’essentiel par les pêcheurs artisanaux, sont peu exploitées. On estime que les stocks qui se trouvent au large, ciblés par les secteurs artisanaux et industriels, ont connu un déclin considérable au cours des quelques dernières années.


                      http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-2650.html

                      J’ai été contacté par une ONG qui voulait monter un projet de développement de la pêche pour nourrir ceux qui mourraient de faim dans les camps de réfugiés. Les personnes qui avaient eu cette idée ne savaient pas comment s’y prendre, et n’y connaissaient pas grand chose en matière de pêche Lors de la deuxième mission que j’avais préparée moi-même, j’avais embarqué des radios pour être en contact avec d’autres ONG et c’est ce qui nous a sauvé la vie quand on a été attaqué La Croix Rouge louait en brousse des maisons à 4500$ par mois et payait 100 gardes du corps à 100$ par mois. C’est le système obligatoire pour travailler là-bas. L’aide humanitaire a apporté une grande richesse aux personnes qui étaient déjà fortunées en Somalie." A mon retour, je suis allé à Bruxelles pour dire au bailleur de fonds que ce n’était pas possible de travailler là-bas, qu’il fallait arrêter tous les projets en Somalie, que c’était un gouffre financier, que ça ne servait à rien et que les Somaliens concernés par le projet de développement de la pêche nous voyaient seulement comme une tirelire.

                      greenpeace.org/fr/nos-oceans/peche-pirate

                      L’ONU estime que la Somalie perd chaque année 300 millions de dollars US au profit des braconniers des mer

                      http://www.peche-dev.org/spip.php?article591

                      Plus de 2 ans après l’annonce officielle de plans de régulation de la pêche dans les eaux somaliennes, des chalutiers continuent de pêcher illégalement et les pêcheurs de souffrir de leurs attaques et de la baisse de leurs ressources. "On n’est pas seulement privés de poisson, mais nos vies elles-mêmes sont en danger". Les pêcheurs ne peuvent pas lutter contre les chalutiers pêchant illégalement, ou les bateaux déversant des déchets toxiques ou nucléaires, sans être taxés de pirates par les forces militaires qui patrouillent dans leurs eaux.

                      http://inde.aujourdhuilemonde.com/un-bateau-de-peche-indien-saisi-par-des-pirates-somaliens Un bateau de pêche indien saisi par des pirates somaliens 13/01/2011 | AFP. Des pirates somaliens ont saisi un navire indien transportant 14 pêcheurs au large des côtes d’Oman, a annoncé mercredi un porte-parole de la marine indienne. Ce porte-parole, P.B.S. Satish, a précisé à l’AFP que le petit voilier Al Musa, qui avait appareillé de la côte de l’Etat de Gujarat à destination du Golfe, a été saisi par des pirates dimanche.

                      http://www.dailymotion.com/video/xa3nom_somalie-zone-de-peche-illegale-et-p_news séries de vidéos

                      http://www.mecanopolis.org/?p=22093

                      UN DES SITES LES PLUS INTERESSANTS

                      Lorsque le gouvernement somalien s’effondra, en 1991, les intérêts étrangers saisirent l’occasion pour entreprendre le pillage des richesses alimentaires marines de la nation et faire de ses eaux échappant à toute surveillance la décharge des déchets nucléaires et toxiques.

                      Selon le Groupe de travail en haute mer (HSTF, sigle en anglais), en 2005, plus de huit cent bateaux de pêche [IUU] opéraient dans les eaux somaliennes, tirant profit de l’incapacité dans laquelle se trouvait le pays de surveiller ses eaux et ses zones de pêche. Les bateaux IUU puisent chaque année dans les eaux somaliennes des fruits de mer et des poissons pour une valeur globale de 450 millions de dollars : ils privent ainsi la population somalienne, l’une des plus pauvres du monde, d’une source inestimable de protéines et ruinent les pêcheurs, privés de leur gagne-pain.

                      Dès le début des années 90, on enregistrait des réclamations concernant le largage de déchets toxiques et la pêche illégale, mais il a fallu que le tsunami dévaste le pays, en 2004, pour qu’apparaissent les pièces à conviction [1]. Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) a signalé que le tsunami a poussé des conteneurs oxydés, pleins de déchets toxiques, jusqu’aux terres du Puntland, dans le nord de la Somalie.

                      L’ONU a trahi ses propres principes et fait la sourde oreille aux demandes somaliennes et internationales pour mettre un terme à la dévastation ininterrompue des ressources marines somaliennes et à la décharge de déchets toxiques. Ces violations ont également été ignorées par les autorités maritimes de la région.

                      Tel est le contexte dans lequel ont surgi ceux qu’on a appelés les « pirates »

                      On s’accorde à dire que dans un premier temps, ce sont de simples pêcheurs somaliens qui ont pris leur canot à moteur pour tenter de dissuader les incursions de bateaux qui déchargeaient leurs déchets et pêchaient à la traîne, ou au moins leur faire payer un « impôt ». Ils s’étaient eux-mêmes donnés le titre de « Gardes-côtes volontaires de Somalie »

                      Un des leaders des pirates, Sugule Ali, a expliqué pour sa part qu’il se proposait de «  mettre fin à la pêche illégale et au largage de déchets dans nos eaux…

                      Nous ne nous considérons pas comme des bandits de la mer. Nous considérons que les bandits, ce sont eux, ceux qui pêchent, déversent des déchets illégalement et portent des armes dans nos eaux nationales. »

                      Les voix des pays exigeant en chœur le durcissement de l’action internationale ont obtenu que des forces navales multinationales et unilatérales se hâtent d’envahir les eaux somaliennes et prennent le contrôle. Le Conseil de sécurité de l’ONU (certains de ses membres pourraient fort bien avoir des motifs cachés pour protéger indirectement leurs flottes de pêches illégales en eaux somaliennes) a approuvé les résolutions 1816, en juin 2008, et 1868, en octobre 2008, qui «  invitent les Etats favorables à la sécurité des activités maritimes à participer activement à la lutte contre la piraterie en haute mer, au large de la Somalie, notamment en déployant leurs bateaux de guerre et leur aviation militaire… »

                      L’OTAN et l’Union européenne ont également donné des ordres en ce sens. La Russie, le Japon, l’Inde, la Malaisie, Égypte et le Yémen se sont joints à la bataille, aux côtés d’un nombre croissant de pays.

                      Les marines de guerre du monde —plus de 40 navires de guerre dont dix asiatiques, arabes et africains, et les autres de nations de l’OTAN et de l’Union européenne— livrent une véritable chasse aux pêcheurs-pirates somaliens et ne se soucient guère de savoir si leurs cibles repérées en eaux somaliennes pratiquent la pêche, tout simplement, ou la piraterie. Les diverses réunions du Groupe international de contact pour la Somalie (ICGS, sigle en anglais) sont continuellement l’occasion de stigmatiser les pêcheurs somaliens et d’inviter ses membres à lancer des expéditions punitives, sans qu’il y soit jamais question des violations commises par leurs propres flottes.

                      Tandis que ces pays se réunissaient à nouveau à Rome, le 10 juin 2009, la communauté de la ville côtière somalienne de Las Khorey a retenu une barge italienne et deux bateaux égyptiens pleins à craquer de poisson capturé illégalement en eaux somaliennes. La barge acheminait deux énormes réservoirs dont on soupçonne qu’ils contenaient des déchets toxiques ou nucléaires. La communauté de Las Khorey a invité les experts internationaux à venir enquêter sur place, mais n’ont toujours pas reçu de réponse. La Marine indienne a coulé un bateau de pêche par erreur

                      Par AFP, publié le 26/11/2008 à 10:31

                      http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/la-marine-indienne-a-coule-un-bateau-de-peche-par-erreur_712047.html La Marine indienne avait indiqué la semaine dernière qu’elle avait coulé un « navire mère » des pirates somaliens... Il s’agissait en fait d’un chalutier thaïlandais, rectifie ce mercredi le Bureau maritime international.

                      Le Bureau maritime international (BMI) a concédé mercredi qu’une frégate indienne avait coulé par erreur un bateau de pêche thaïlandais, l’ayant confondu avec un « navire mère » des pirates somaliens.

                      Le navire détruit était en fait un bateau de pêche thaïlandais capturé par des pirates au large du Yémen le 18 novembre, a indiqué Noël Choong, directeur du Centre d’observation de la piraterie du BMI basé à Kuala Lumpur.


                      http://www.lesnouvelles.org/P10_magazine/12_depeche10/12505_selection-de-news.html

                      Sélection de news régionales
                      Les nouvelles d’Addis
                      8 octobre 2010


                      Somalie  : Transformer les pirates en pêcheurs, c’est le projet espagnol pour la Somalie

                      En clôture de la réunion à Madrid du Groupe international de contact pour la Somalie, soutenu par l’ONU, le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos, a annoncé que son pays souhaitait soutenir le développement de la pêche en Somalie afin de réduire la piraterie qui y sévit.

                      Les nouvelles d’Addis COLETTE DELSOL Paris, 8 octobre 2010

                      L’Espagne, forte de sa tradition de pêche, va apporter son soutien en matière de formation et verser trois millions d’euros à la Somalie pour la restauration de ce secteur autrefois très important pour l’économie somalienne.

                      On peut estimer que ce ne serait que justice que les grandes puissances de pêche apportent leur soutien à la pêche somalienne. En effet, nombreux sont les Somaliens à estimer que si la piraterie s’est développée au large de leurs côtes, cela est précisément dû au pillage des ressources halieutiques de la Somalie par les navires-usines des pays occidentaux qui a anéanti la pêche artisanale somalienne.

                      Reste à savoir si d’hypothétiques revenus de la pêche pourront faire oublier aux pirates les rançons astronomiques qu’ils obtiennent des propriétaires des navires détournés.

                      Les compagnies d’assurance n’ont pas de doute à ce sujet, puisqu’elles envisagent de créer des flottes privées pour assurer la sécurité des navires qui croisent au large des côtes somaliennes ; un complément à la déjà très conséquente armada internationale dédiée à la lutte contre la piraterie somalienne. Restera-t-il encore des zones de pêche sûres pour les futurs (anciens ?) pêcheurs somaliens ? - CD

                      Ouf 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès