Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Sommet EUROMED de Barcelone, retour sur un échec

Sommet EUROMED de Barcelone, retour sur un échec

Le bilan du sommet euroméditerranéen de Barcelone, qui s’est terminé le 28 novembre, est à presque tous les points de vue un échec. Ce partenariat ambitieux, lancé il y a dix ans, se présente comme un des fers de lance d’une diplomatie européenne encore balbutiante. Mais son avenir demeure très ouvert, à l’image d’une région instable où il est difficile de dire de quoi demain sera fait...

EUROMED, mal en point, n’est pas condamné

Le sommet euro-méditerranéen, qui s’est tenu à Barcelone les 27 et 28 novembre derniers, avait mal commencé. L’absence de la plupart des chefs d’État et de gouvernement des pays arabes n’était pas de bon augure pour une véritable relance du partenariat, objectif avoué de ce dixième anniversaire d’Euromed. Alors que l’ensemble des dirigeants des 25 étaient présents, seuls deux chefs d’État sur les dix partenaires ont répondu à l’appel : le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, et le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, seul dirigeant arabe présent. Il faut dire que le contexte politique du moment n’a probablement pas favorisé les avancées majeures : la récente médiatisation du problème de l’immigration clandestine, l’enlisement du conflit israélo-palestinien, et l’approche de la tenue d’élections en Israël ont constitué autant de raisons pour passer à côté d’un traitement de fond des relations entre voisins méditerranéens.


Quel était l’enjeu du sommet, dix ans après la naissance du partenariat euroméditerranéen ?

Concrètement, trois points principaux figuraient à l’agenda des délégations de diplomates :
  • l’adoption d’une déclaration commune visant à relancer le partenariat Euromed et ses trois volets constitutifs (politique, économique et culturel)
  • la mise sur pied d’un plan d’action, pour cinq années, traitant du problème de l’immigration illégale
  • et la signature d’un code de conduite antiterroriste.
La déclaration, ou « vision commune » censée être adoptée par les trente-cinq participants, ne l’a finalement pas été, se transformant en une malheureuse déclaration unilatérale de la présidence de l’Union. Selon les dires d’un diplomate belge ayant fait le déplacement à Barcelone, Israël s’est opposé au texte, en raison d’une référence faite à « l’autodétermination » concernant les territoires palestiniens (Ariel Sharon ne pouvant, dans le contexte politique israélien actuel, prendre le risque de se voir accusé de céder sur quoi que ce soit). Les pays arabes, quant à eux, auraient refusé l’adoption de la déclaration en raison de l’absence de distinction faite entre les notions de «  terrorisme » et de « droit de résistance légitime ». Un plan d’action sur cinq ans a néanmoins obtenu l’aval des trente-cinq délégations, celui-ci consistant principalement en une tentative de régulation de l’immigration clandestine. On peut affirmer qu’il s’agit là de l’unique percée significative réalisée le week-end dernier dans la capitale catalane. En effet, bien que le code de conduite antiterroriste condamnant toute action terroriste ait été accepté par les pays arabes, celui-ci perd de sa substance dès lors qu’on sait qu’aucun compromis n’a été trouvé autour de la définition de la notion de « terrorisme » elle-même. Cet obstacle sémantique était déjà à l’origine, on l’a dit plus haut, du rejet de la déclaration commune.

Cependant, s’il est vrai que le sommet de Barcelone est un échec, il ne constitue en aucun cas l’acte de décès du partenariat Euromed. Sa relance n’est pas un succès, et des adaptations futures seront nécessaires, notamment au sujet de la politique européenne de voisinage, mais les mécanismes (économiques et commerciaux surtout) mis en place en 1995 font leurs preuves, et l’établissement d’une zone de libre-échange à l’horizon 2010 reste à l’ordre du jour. L’initiative européenne visant à «  l’établissement d’une zone commune de paix et de prospérité dans le bassin méditerranéen », par l’intermédiaire du partenariat Euromed, est de première importance pour la visibilité de l’action extérieure de l’UE, et renforce l’affirmation que le « Soft Power » de l’Union peut constituer une alternative aux projets américains de Grand Moyen-Orient, et de démocratisation par la force.

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Khalifa Chater Khalifa Chater 7 décembre 2005 16:48

    L’échec de Barcelone s’expliquer par trois raisons majeures :

    1)Occultation par les partenaires européens des dimensions de co-développement au profit exclusif de l’ouverture des marchés aux produits européens. Ce qui réconforte les ralations économiques asymétriques dominantes.

    2)Volonté européenne de limiter le champ du partenariat au discours pieux et engagement de l’U.E. dans la politique de « voisinage », faisant valoir des relations bilatérales. Pis encore unilatérale puisque l’Europe impose ses normes, ses vues et ses exigences.

    3)Formulation unilatérales des postulats européens par une culpabilisation de l’émigration et de la résistance contre l’occupation.

    4) Ignorance totale des attentes des pays du Sud, considérés comme des junior partnairs.

    Ne parlant pas le même langage, les partenaires ne peuvent que constater que la fracture méditerranéenne s’approfondit du fait de politiciens soucieux de répondre aux enchères électorales.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès