Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Spécial élections USA 2008 : Barack Obama, le self made man

Spécial élections USA 2008 : Barack Obama, le self made man

Barack Hussein Obama est né le 4 août 1961 à Honolulu (Hawaii), d’un père noir, originaire du Kenya et d’une mère blanche originaire du Kansas avec du sang cherokee. Il est l’archétype même du rêve américain, issu d’une famille modeste, il est diplômé de Harvard et avocat de formation, il est élu sénateur de l’Illinois en 2004 avec 70 % des voix. Il devient ainsi le seul sénateur noir et le cinquième de l’histoire américaine.

Barack Obama est la star montante du parti démocrate, parti en manque de leader charismatique et qui s’oriente de plus en plus à droite. Il se positionne en tant que rassembleur, refusant les stéréotypes et en montrant du doigt les défaillances sociales de son pays. En 2004, il impressionne son auditoire avec un discours galvanisant, il déclare : « Il n’y a pas une Amérique rouge des Républicains et une Amérique bleue des Démocrates. On prie aussi dans les États bleus et on a aussi des amis homosexuels dans les États rouges. » Cependant, Obama est loin de faire l’unanimité, même au sein de son propre parti. On lui reproche un manque d’expérience politique, cependant pour beaucoup de spécialistes il reste le premier noir des États-Unis, à avoir un réel potentiel pour les élections présidentielles de 2008.

Son passé est agité, il connaît à peine son père qui l’abandonne à l’âge de 2 ans. Il passe sa jeune enfance en Indonésie, où il étudie dans une école coranique. Sa mère assure son éducation jusqu’à l’âge de 10 ans, puis il s’installe aux États-Unis chez ses grands-parents qui prendront le relais. Il étudie à l’université de Columbia, décroche une bourse et va étudier le droit à Harvard. Ses brillantes études le destinaient à une carrière toute tracée d’avocat d’affaires. Il préfère devenir animateur social à Chicago, où il en profite pour exercer ses talents d’orateurs dans une ville qui connaît 40 % de chômage. Il réunit toutes les communautés américaines, il connaît un succès aussi bien chez les blancs, les noirs, les gays, les cadres, les jeunes des ghettos... On se bouscule pour l’écouter, on lui demande mêmes des autographes qu’il signe avec surprise. Du militantisme de base, ses discours se précisent, il s’oriente de plus en plus vers la politique en prenant même position sur la guerre en Irak : il déclarera qu’il ne « s’oppose pas à toutes les guerres, mais seulement aux guerres idiotes ». Cependant, ses premiers défis politiques à Chicago se soldent par des échecs retentissants, trop blanc pour les noirs et trop noir pour les blancs il a du mal à se positionner. L’électorat noir qui lui faisait défaut se tourne ensuite vers lui, il incarne pour eux parfaitement le dialogue intra-communautaire.

Malgré sa récente élection au poste de sénateur (2004), Obama voit grand et veut devenir président des États-Unis. Il part largement en tête, mais se fait vite rattraper par Hillary Clinton. Celle-ci utilise les médias contre son adversaire et n’hésite pas à pointer ses erreurs politiques et notamment son manque d’expérience sur les grands sujets. Comme une élection présidentielle se gagne aussi (voire même surtout) grâce à l’argent, Obama a réussi à réunir plus de fonds que Mme Clinton. Son budget lui est supérieur de 2,7 millions de dollars, soit un total de 55,7 millions de dollars de dons. Obama a réussi un tour de force, il a su créer et mobiliser ses donateurs, qui s’élèvent aujourd’hui à plus de 250 000 ! D’ici le début des primaires, les deux principaux candidats auront levé chacun environ 100 millions de dollars. Ce qui fait de cette élection présidentielle de 2008, les élections les plus chères qu’ont connues les États-Unis. Apparemment cette manne financière ne suffit pas, l’ancienne First Lady bénéficie du soutien de 33 % des Démocrates, contre 21 % pour le sénateur de l’Illinois.

Voici en bref, un résumé des points forts et faibles du candidat Barack Obama :

Points forts :

  • Utilisation très intelligente de sa mixité.
  • Crédibilité sur les sujets sociaux.
  • Archétype du rêve américain.
  • A su faire basculer l’électorat noir en sa faveur, au détriment d’Hillary Clinton.
  • Selon les sondages actuels, il serait en tête des primaires dans l’Iowa, premier État à voter, un effet boule de neige pourrait jouer en sa faveur.
  • Talent incontesté d’orateur.
  • Un visage neuf, pour une politique américaine qui a du mal à proposer de nouveaux leaders.

Points négatifs :
  • Manque d’expérience, notamment en politique étrangère.
  • Peu de soutiens au sein du parti démocrate, qui favorise H. Clinton.

Aux États-Unis, plus qu’ailleurs, rien n’est gagné dans une élection présidentielle. Tout peut basculer à la dernière seconde, une campagne peut être brisée par le moindre scandale. Le favori peut vite se transformer en outsider en l’espace de quelques mots prononcés trop vite lors d’un discours. La campagne des primaires risque d’être exaltante jusqu’à l’affrontement finale pour le poste de président. Jacques Chirac disait à ce sujet : «  Une élection présidentielle ne relève pas d’une simple arithmétique électorale mais d’une alchimie entre un homme et un peuple. »

Documents joints à cet article

Spécial élections USA 2008 : Barack Obama, le self made man

Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • morice morice 13 novembre 2007 12:57

    Il n’y serait pas arivé sans vendre 3 bouquins larmoyants, et devra surtout se méfier... de sa femme, reine des gaffeuses. http://www.nypost.com/seven/02132007/news/nationalnews/obamas_wife_rips_his _foes_nationalnews_geoff_earle.htm il n’a déjà plus aucune chance face à Clinton.


    • Karymsky 13 novembre 2007 13:28

      Excellent article concis et clair qui nous permet de nous faire une idée sur la personnalité politique de ce candidat plutot « atypique »

      Bravo


      • Jacky 13 novembre 2007 14:22

        Article intéressant ! Néanmoins, les données chiffrées des dons recueillis par les prétendants à l’investiture démocrate sont erronées ! Les chiffres seraient les suivants

        Clinton Hillary $90,935,788

        Obama, Barack $80,256,427

        Plus de détails ici : http://www.opensecrets.org/pres08/index.asp

        et ici les détails donnés par le très sérieux New York Times à la date du 13 novembre 2007 http://politics.nytimes.com/election-guide/2008/finances/index.html


        • tvargentine.com lerma 13 novembre 2007 14:44

          Voila l’exemple type du représentant marketing qui ne fait aucune proposition et qui veut que les electeurs votent pour lui parce qu’il est « black ».

          Un peu comme Soeur Ségolène Royal de la Compassion sociale qui voulait que les français votent pour elle parce qu’elle est une femme.

          Voila le message reducteur du marketing en politique

          Un exemple à ne pas suivre en France


          • Thegrannysmith Thegrannysmith 13 novembre 2007 21:30

            Mouai pas d’accord du tout. Objet de Marketing ? Non. Ayant passé un mois aux USA dans une famille pro démocrate, non il est n’est pas marketé.

            Le seul problème de Hilary et Obbama c’est est ce que les américains pourront voter pour une femme ou un black pour devenir leurs présidents .

            De toute façon, le seul gros souci est MC Cain dans cette hsitoire, et puis les républicains, parler pendant 1 /4 sur la communauté homosexuelle, alors que leurs politiques générales depuis 5 ans sont peut convaicantes ?

            Dans le Jargon on dit « Leaulle » ? smiley


          • TALL 13 novembre 2007 15:21

            Article trop partisan. Dès la 2e ligne :

            parti en manque de leader charismatique ... comme si Hillary manquait de charisme.


            • Azz Azz 13 novembre 2007 15:55

              Pour commencer je suis loin d’être Démocrate... bien loin et je ne pense pas avoir écrit un article partisan. J’ai essayé de décrire le personnage de la façon la plus objective possible, en présentant ses points forts et faibles. Je voulais vous faire découvrir une personne qui me semblait intéressante, surtout dans l’Amérique d’aujourd’hui, même si je ne partage forcément pas ses idées.

              Le charisme ma foi est une notion subjective et totalement discutable je vous l’accorde. H. Clinton est en tête des élections effectivement, mais pas grâce à son charisme ... Je ne voulais pas dire qu’elle en était dépourvue totalement (quoique), mais qu’Obama en a bien plus.

              Par contre Jacky, effectivement mea culpa sur les chiffres, mes sources n’étaient pas à jour. En tout cas j’ai bien noté le lien, je prépare des articles sur tous les candidats de la campagne 2008 ; et là ça sera difficile de me taxer de partisan lol


            • TALL 13 novembre 2007 16:03

              Justement, je me suis dit qu’un républicain aurait pu écrire ça, histoire de diviser le camp adverse.

              On verra vos prochains articles smiley


            • brieli67 13 novembre 2007 22:16

              hillary n’est pas une rivale ! elle n’est de loin pas une oie blanche non plus.

              La presse s’en réjouit déjà. Il y a matières sous le coude. Il suffit de lire les Mémoires de son futur Prince Consort.

              En attendant c’est le chant de cygne pour New-York. La fin annoncée des US « européens ».


            • anny paule 13 novembre 2007 16:32

              « Une élection présidentielle se gagne (...) surtout grâce à l’argent »... C’est ça, la démocratie ? Aux USA comme en France ? Cela a au moins le mérite d’être clair... Les Peuples seront bien représentés !


              • bivipi 13 novembre 2007 23:24

                Il me semble que vous oubliez deux éléments importants charactérisant Barack Obama.

                D’abord, il est un des rares élus à ne pas avoir suivi Bush comme un mouton en 2003. Cela explique en partie pourquoi il est si populaire dans l’aile gauche du parti démocrate. Reste à savoir si cela ne sera pas un handicap s’il est le nominé du parti démocrate.

                Ensuite, il ne s’appelle pas Hillary Clinton, et beaucoup dans le parti démocrate pensent qu’elle est inéligible. Outre le fait qu’elle traine ses huit années de première dame comme un boulet, elle est perçue comme ayant des convictions à géométrie variable.

                Il reste que Obama a un grand charisme, à la JFK. Il lui faudra bien tout cela pour compenser son manque d’expérience.

                Mais après tout, 2008 pourrait n’être qu’un galop d’essai.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès