Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Srebrenica n’en finit pas

Srebrenica n’en finit pas

Un nouveau charnier vient d’être découvert à Kamenica. Plus de 500 corps exhumés, enième réminiscence du massacre de Srebrenica, plus grande tuerie que l’Europe ait connue depuis la dernière guerre mondiale. Comme si cette tâche sombre, symbole de l’échec européen et occidental, n’en finissait pas de se rappeller au bon souvenir de ceux, nombreux, qui voudraient qu’elle n’ait pas existé...

Du 11 au 16 juilet 1995, les Serbes de Bosnie investissent cette petite enclave à majorité musulmane "défendue" par 500 Casques bleus hollandais. Ces derniers, en l’absence de soutien aérien et de directives claires, laisseront faire le macabre tri femmes-enfants/hommes.
8 000 personnes seront ainsi éliminées méticuleusement. Une cinquantaine de charniers ont depuis été recensés...
On espère que Srebrenica n’en finit pas de hanter les nuits de ceux, militaires et politiques, qui laissèrent faire.
Les responsables ?
Les Serbes de Bosnie d’abord bien sûr autour de Ratko Mladic et de son chef politique Radovan Karadzic. Leur projet ethnique était clair et peut être considéré comme atteint puisqu’aujourd’hui la ville est serbe. Tous deux sont toujours en fuite, c’est dire la maîtrise de ce dossier par les hautes autorités judiciaires... C’est dire peut-être également le peu d’empressement de beaucoup à ce qu’ils s’expriment.
L’ONU ensuite.
Car résister, intervenir, en plus de juste s’interposer, c’était possible comme déjà en 1993 le général Morillon avait tenté de le faire vraiment.
Sa synthèse de l’événement deviendra avec le temps un témoignage à charge  : "je suis convaincu que la population de Srebrenica est tombée victime de la raison d’Etat, mais d’une raison d’Etat qui se situait à Sarajevo et à New York, et certainement pas à Paris."
Sarajevo et New York, deux capitales en pleine discussion à l’époque des faits font parties du réquisitoire.
Car dénoncer le départ et l’inactivité des Casques bleus hollandais ne doit pas faire oublier que, sur ordre de la présidence bosniaque, les forces de Bosnie avaient déserté Srebrenica avant l’assaut serbe. La prise de position de la communauté internationale aux côtés des musulmans devait être déclenchée par un fait majeur. Srebrenica fut celui-là.
Les Etats-Unis, soucieux de reprendre la main sur ce terrain au détriment de l’ONU, promirent l’intervention de l’Otan si survenait un fait majeur. Srebrenica fut celui-là.
Les gouvernements occidentaux enfin, qui manièrent la gloriole et l’à-peu-près sans jamais vouloir mesurer l’antériorité de ce conflit (des siècles) et sa haine emmagasinée. Qui se sont satisfaits d’un dispositif onusien minimaliste et bien sûr insuffisant et qui vendirent à leur opinion publique le principe de la guerre propre. Dans la continuité de la guerre du Golfe et ses célèbres frappes chirurgicales, les Occidentaux se sont engagées en Bosnie avec cette drôle d’ambition : "0 mort".
Pas de mort, pas de responsabilité, pas d’engagement, notre nihilisme politique n’est-il pas finalement notre pire ennemi ? Nous le masquons en multipliant les sujets d’intérêt, les actions de communication pour mieux amener l’opinion politique à zapper inlassablement. Qui se soucie de la Bosnie et de Sebrenica aujourd’hui ?
Pourtant, Sebrenica en termes de morts civils, c’est plus de dix Oradour-sur-Glane, plus de deux fois le 11-Septembre new-yorkais, plus de cent fois les attentats de Londres... Le tout à 1 h 30 de Paris, mais nous ne vivons pas au rythme du relativisme et des chiffres réels, juste au rythme de l’impression et de la sensation.
Nous le paierons sûrement un jour en Iran ou ailleurs quand notre aventurisme désuet et calculateur se heurtera au froid réalisme d’un adversaire déterminé.
Notre confort quotidien et notre grandiloquence seront mis à mal. Que serons-nous alors capables de faire ?
Qui veut mourir pour Sarajevo ? Personne me répondait-on jadis et c’était vrai. Quoique, des soldats français y sont morts avec courage et bravoure, il reste donc quelques enclaves de valeurs en France, saurons-nous mieux les protéger que Srebrenica ?

Mourir en combattant, c’est la mort détruisant la mort. Mourir en tremblant, c’est payer servilement à la mort le tribut de sa vie. Shakespeare


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Fuchinran Fuchinran 28 novembre 2007 12:57

    Quel message politiquement correct : on ne peut pas parler d’Ex-Yougoslavie en étant simplificateur.


    • Iren-Nao 10 décembre 2007 08:13

      Mon pauvre Itty

      Comme vous le constatez, le flot navrant d’intervention (1 !!) a votre article montre bien a quel point on sait parfois oublier les choses qui fachent par chez nous.

      Srebenica fut il aussi fait pour arranger certaine intervention, je ne sais.

      Une preuve de plus que meme a 1h30 (en avion )de Paris le communautarisme mene droit au nettoyage etnique, meme si Kouchner et BHL s’en melent (ou surtout ?)

      Pas impossible a 1h30 de Paris, mais a pied....

      Cordialement

      Iren Nao


      • armand armand 10 décembre 2007 09:10

        Les motivations plus ou moins secrètes des capitales peuvent se discuter à l’infini. Il n’empêche, abandonnés ou non par leur armée nationale, des milliers de civils ont été massacrés. Et cinq cents soldats, même sans appui aérien, étaient à même de résister contre les miliciens de Mladic. Ils ne l’ont pas fait. Car être soldat dans certains pays c’est un boulot comme crémier, informaticien, employé de banque. Le commandant hollandais aurait donné l’ordre de se battre peut-être même qu’il n’y aurait pas eu de combat. Et lui et ses hommes n’auraient pas perdu leur honneur tout en sauvant des milliers de vies.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès