Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Super Tuesday !

Super Tuesday !

Le coude à coude au sein du Parti démocrate devient de plus en plus serré, le dernier sondage donne Hillary Clinton à 44 % et Barack Obama à 48 %. Mac Cain semble, de son côté, marquer définitivement l’avantage sur ses concurrents (Rommey et Huckabee), d’autant plus que les républicains ont opté dans le cadre de ces primaires pour le système "Winner takes all", ce qui signifie que le gagnant rafle la totalité des délégués. Chez les démocrates, les délégués se répartissent conformément aux pourcentages obtenus par chaque candidat.

Ce sont donc vingt-deux Etats, parmi les plus peuplés (la Californie, bien sûr, New York, le Massachusetts, le New Jersey, l’Illinois, la Géorgie...) qui vont sans doute donner une nette indication sur le choix des électeurs démocrates et républicains. Rappelons en quelques mots, pour les non-initiés, le principe du « Caucus ». Il s’agit d’une assemblée d’électeurs, membres locaux d’un parti politique qui se réunissent dans une salle. Chaque clan se regroupe dans une partie de la salle, les indécis se mettent à part et sont sollicités par des membres de chaque clan jusqu’à ce qu’ils rejoignent, en fonction des arguments des uns et des autres, les clans proclamés. A ce moment précis, le décompte est fait, en attribuant en fonction de celui-ci, le nombre de délégués.

Au cours de cette super-journée, ce sont 1 689 délégués démocrates qui seront désignées et 957 côté républicain sur un total au final de 4 049 délégués.

Il faut noter un singularisme de plus : cette nuit seront désignés 392 « super-délégués » dont la particularité est de ne pas être liés jusqu’à la Convention à aucun candidat. Les informations confidentielles qui circulent donne largement Hillary Clinton en tête de ce groupe de super-délégués, de quoi maintenir jusqu’à la convention démocrate le suspense si le Super Tuesday ne départage pas clairement les deux favoris.

Le principe de ce temps fort de la désignation des deux challengers à la Maison-Blanche remonte à 1988. Cette année-là, le Parti démocrate avait décidé de regrouper sur une même journée les désignations dans neuf Etats du Sud. Depuis, les républicains se sont ralliés à ce principe et le nombre d’Etats n’a pas cessé de croître

C’est une expérience amusante à suivre... si différente de nos propres mœurs politiques. Cette année, on a remarqué une nette participation en hausse des populations les plus jeunes au cours des premières primaires organisées dans le Nevada, l’Iowa, la Floride, la Caroline du Sud, le Maine, le Michigan et le Massachusetts.

La nouveauté venue du camp démocrate en proposant deux finalistes d’exception, une femme et un Noir, n’est pas sans influence sur cet intérêt porté aux primaires par une population peu investie jusqu’alors dans la politique.

La convention de désignation des démocrates aura lieu à Denver (Colorado) du 25 au 29 août 2008 (35 000 personnes sont attendues pendant ces journées au Pepsy center) et la convention républicaine à Minneapolis - Saint-Paul (Minnesota) du 1er au 4 septembre 2008 (45 000 personnes attendues au Xcel Energy Center). L’élection présidentielle se tiendra le 4 novembre et l’investiture du ou de la nouvelle présidente le 20 janvier 2009.

Enfin, afin de mieux « sentir » le particularisme américain qui en a désarmé plus d’un lors des deux dernières élections de Georges Bush, il faut rappeler comment se passe l’élection proprement dite du président (ou de la présidente) américain.

Le 4 novembre, les électeurs se rendent aux urnes dans chaque Etat, mais, en fait, ils désignent le nombre de grands électeurs par Etat, ce nombre variant en fonction de la population de chaque Etat. Il varie de 3 à 55 et, pour être élu, il faut que le candidat réunisse au moins 270 grands électeurs sur son nom.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • pallas 6 février 2008 12:46

    Ce que je trouve formidable aux USA, c’est que pour la premiere fois, il y a un homme noir et une femme qui se presentent aux elections, ils sont tous 2 populaires, je n’est pas de choix particulier, sa montre que ce pays passe d’un extreme a un autre, Bush qui est plutot fascisant aux 2 autres candidats qui sont plutot sociaux, c’est une situation etrange, ce pays est un paradoxe.


    • La Taverne des Poètes 6 février 2008 12:50

      Mac Cain a la frite et Barack casse la baraque (à frites) !

      Quoi pas drôle ma blague ? Pourtant il a ri, Clinton !


      • TALL 6 février 2008 12:51

        Détails des résultats de cette nuit

        Intéressant de cliquer sur "exit polls" pour chaque état : on y relève les stats détaillées des votes en fonction de : sexe, âge, religion, race, fric ...


        • TALL 6 février 2008 12:55

          On y relève par exemple qu’Hillary a eu la grosse cote en Californie chez les latinos, les cathos et les femmes, l’âge n’ayant pas joué de rôle. Et c’est la santé et l’économie qui motive son électorat et non l’Irak.


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 février 2008 18:20

          @tall,

           

          exact, tout à fait interressant de regarder les votes de très près.... nous ne saurons rien jusqu’à la convention démocrate ... le suspens va être total et du coup passionner les américains ... et nous !!!

          il faut dire que "l’originalité" des candidats est une vériatble première qui ne peut nous laisser indifférent, car ce ne sera pas sans consèquence sur l’Europe, donc la France. (quoiqu’en pense les pourfendeurs du garnd Satan amèricain)

           

          bien à toi.

           


        • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 février 2008 22:47

          non ce n’est pas comme les sénatoriales en France, ce sont les grands électeurs qui élisent les sénateurs mais ceux-ci ne sont pas désignés par les électeurs, ce sont les conseillers généraux, municipaux , les délèguès des communes désignés par les maires au prorata du nombre d’habitants.

          j’ai été grand électeur à Paris aux dernières sénatoriales, mais c’est le maire de mon arrondissement qui m’a désigné comme grand électeur pas les militantssocialistes de mon arrondissement.


        • Krokodilo Krokodilo 6 février 2008 16:33

          Quelqu’un saurait-il pourquoi nos médias suivent d’aussi près les primaires américaines ? Au point de tout nous apprendre sur le super-mardi, le test de l’Iowa, et autres subtilités totalement inutiles pour nous mais qu’on nous assène tous les soirs ? Franchement, suivre le second tour, la vraie élection, ne serait-ce pas suffisant ? Par contre, sur les élections européennes, si on a le dixième de ces explications, ce sera Noël !


          • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 février 2008 18:17

            @krokolido,

            tu ne crois pas que l’élection de Bush plutot que Kery aurait changé la guerre en Irak, que celle-ci a eu une incidence sur notre économie, le pouvoir d’achat etc ....

            Bref la politqiue américaine, première puissance économique et militaire au monde ne peut nous laisser indiférent

            Moi je trouve que les médias français ont été peu présent sur ce coup cette nuit il valait mieux parler anglais pour suivre les résultats, car aucune chaine française (même celles du câble n’ont fait l’effort d’une soirée spéciale !)

             

            bien à toi.

             


          • TALL 6 février 2008 19:09

            Et surtout l’élection serrée et controversée de Bush contre Al Gore en 2000... celle-là, elle a vraiment changé la face du monde. Autre exemple : en 1930, si Hoover n’avait pas été élu, la crise de 1929 qui a plongé le monde dans la ruine et la famne n’aurait jamais duré 4 ans.


          • Krokodilo Krokodilo 7 février 2008 10:17

            Bien sûr, mais je parlais uniquement des primaires et de tous les détails qu’on nous inflige sur le pourquoi du comment. Suivre les élections proprement dites entre les deux candidats ne serait-il pas suffisant ?


          • frédéric lyon 6 février 2008 17:09

            La situation au Parti Démocrate devient préoccupante et les clivages qui apparaissent aujourd’hui seront difficile à résorber demain.

            En attendant McCain semble prendre un avantage définitif dans la course à l’investiture Républicaine et les sondages le donnent gagnant à l’élection présidentielle, contre Hillary Clinton et, plus largement encore, contre Barack Obama.

            Il y a donc dès à présent une forte probabilité de nouvelle victoire Républicaine, après deux mandats successifs du Président Bush.

            Dernière nouvelle : Nouvelles élections générales en Italie, après la démission de Prodi et la dissolution des chambres. Berlusconi donné gagnant dans les sondages, avec une avance confortable sur la gauche italienne.


            • Pelletier Jean Pelletier Jean 6 février 2008 22:49

              @frédérique,

               

              il ya encore de la marge d’ici le vote en novembre.... les américains ne sont pas prêts à redonner la Maison Blanche aux républicains, amis le sont-il pour admettre une femme dans le bureau ovale... c’est un véritable challenge qui se joue


            • slashbin 7 février 2008 08:55

              En quoi la situation au Parti Démocrate est-elle préocuppante ? Beaucoup d’électeurs démocrates apprécient tant Clinton qu’Obama, et nombres des sondés ont répondus qu’ils ont longtemps hésité entre les deux, mais qu’au final, ils seront satisfait quelques soit le candidat final. La mobilisation des démocrates est très forte, et si cette tendance reste, l’important ne sera pas tant de savoir qui sera le candidat démocrate, car l’un comme l’autre ont la cote pour l’élection présidentielle.

              A l’inverse, chez les Républicains, McCain est présenté comme vainqueur par défaut, mais qui ne fédère pas les conservateurs, car la branche la plus conservatrice le trouve trop tiède, trop libéral.

              Bref, il faut regarder derrière les chiffres, et la situation républicaine est bien plus préoccupante que la situation démocrate.

              Je n’ai pas entendu parlé des sondages qui donnerait McCain gagnant au final (source ???), mais deux points à mettre en perspective selon moi...

              1. McCain n’est pas Bush... être républicain ne signifie pas forcément suivre une politique aussi catastrophique que celle qui s’achève.

              2. La mobilisation démocrate risque d’être bien plus forte que la mobilisation républicaine (surtout chez les jeunes : on observe des records de participation dans ces primaires). Les sondages tiennent-ils compte du taux de participation ? Jusqu’à présent, dans ces primaires et caucus, plus d’un sondage s’est trompé, et de plus, la course jusque novembre est encore longue, très longue. Bref, quel crédit accorder aujourd’hui à ces sondages ? Je pense qu’il faut encore attendre. (Mais personnellement, je parierais plus sur une victoire démocrate au final...)


            • armand armand 6 février 2008 23:08

              Il est un fait qu’après les élections françaises entre Peste et Choléra, les trois candidats U.S. qui se détachent du lot en ce moment sont tous des personnages assez extraordinaires. C’est putôt Hillary qui déchaine les passions : soit on est à fond pour elle, soit on la déteste. Les deux autres sont plus consensuels. C’est assez curieux de constater que beaucoup de personnes disent qu’elles voteront pour Obama contre McCain... mais pour McCain contre Clinton.

              Soit di en passant, Obama, quel beau symbole : après les Africains emmenés en esclavage, voici un immigré kenyan dont le fils peut devenir Président. Mais n’oublions pas aussi qu’il a été élevé par sa mère, femme blanche du Kansas, et qu’il a passé son enfance en Asie, ce qui en fait un des hommes politiques U.S. les mieux informés sur le monde.


              • Ricky972 7 février 2008 15:05

                Slashbin, c’est la vision très franco-française de voir les démocrates gagner. Je ne dis pas que cela n’arrivera pas mais que cela sera plus difficile qu’on le croit. D’abord, quand les Français choisissent un candidat, il perd la grande majorité du temps aux Etats-Unis. Au passage, il est inadmissible que Kouchner se permette de dire qu’il préfère les démocrates aux républicains. Il n’a pas d’avis à donner car il est membre du gouvernement et non américain. Il doit par conséquent fermer sa gueule, de même que Royal doit le faire. Qu’est-ce que c’est que cette mentalité française qui se croit apte à donner des conseils à tout le monde. Les Amérciains sont libres d’élire qui ils veulent et cela ne regarde qu’eux.

                Pour en revenir à l’élection de novembre prochain, la situation des démocrates est plus préoccupante que celle de républicains. Car pendant que les démocrates batailleront pour savoir qui de Obama ou Clinton les représentera, les républicains pourront commencer à s’unir autour de McCain. De plus, Obama et Clinton sont des personnalités très clivantes et mobilisatrices pour les républicains. Les conservateurs ont beau ne pas aimer McCain, leur détestation de Clinton et Obama est bien plus forte que leur non amour pour McCain.

                Si on ajoute à cela que le candidat démocrate commencera à unir son parti à la Convention démocrate, le candidat républicain sera déjà en marche et lancera sa dynamique en septembre...

                Alors un démocrate peut gagner car rien n’est impossible. Mais pour l’instant, l’avantage est plus du côté républicain que démocrate !


                • slashbin 7 février 2008 15:53

                  Peut-être as-tu raison ; nous ne le saurons qu’en novembre. Ta réponse est néanmoins un peu ironique à mes yeux, car je ne suis pas français, et j’ai envoyé mon commentaire depuis l’Amérique du Nord. Certes pas des Etats-Unis, mais néanmoins, je n’étais pas au courant de la réaction de Kouschner... mes sources principales d’information ne sont pas les médias français. Cela ne veut pas dire qu’elles soient impartiales, et que j’analyse correctement la situation,... mais je crois au moins pouvoir réfuter être victime de la vision franco-française


                • Bruno 8 février 2008 05:43

                  Salut Jean !

                  Merci pour ton analyse fine et documentee smiley

                  J’ajouterai un commentaire toutefois en vue de la finale... a prendre avec des pincettes bien sur car a 9 mois du scrutin fiinal tout est possible : cote republicain, Mc Cain est franchement deteste par la frange la plus reac de son parti et de ses electeurs. Pas assez conservateur pour leur gout intolerant ! La mobilisation de ces electeurs autour de 20%, ne lui est donc pas acquise sauf...si c’est Hillary qui se trouve ne face car les memes reacs la detestent encore plus et partant risquent de se mobiliser tout de meme pour parer ce qui est a leurs yeux un plus grand danger. En revanche si c’etait Obama, le candidat metisse, il se peut que les memes reacs republicains preferent laisser passer... Cette donnee risque de peser plus fort au fil des semaines et mois a venir... en faveur d’Obama. A suivre

                   

                   

                   


                  • Pelletier Jean Pelletier Jean 10 février 2008 22:38

                    Bruno,

                     

                    Oui à 9 mois du vote tout cela n’est guère vérifiable, ce que je crois par contre c’est que la résistance à accepter une femme à la Présidence est encore très forte aux USA, et malgrè la grande expérience politique politique d’Hillarry cela pourrait jouer contre elle...

                     

                    pour autant cela vaut la peine d’être essayer car si elle arrivait à se faire élire ce serait un peu plus qu’interessant.

                     

                    bien à toi.

                     

                    Jean

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès