Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Syrie - Propagande et média-mensonges, autant en emporte le (...)

Syrie - Propagande et média-mensonges, autant en emporte le vent...

JPEG - 51.7 ko
DAMAS, Siège du Parti Baath - 21 novembre 2011 © photo Maha MAHFOUD

Guerre de l’information, propagande et média-mensonges : la Syrie est plus que jamais le terrain d’un journalisme à géométrie variable.

Depuis le début des troubles qui ont éclaté en Syrie dans le contexte du « Printemps arabe », l’information, la ré-information et la désinformation s’affrontent sur ce terrain que rendent particulièrement mouvant les intérêts multiples des différentes communautés et confessions qui y cohabitent, mais aussi les rôles ambigus de plusieurs acteurs internationaux et, notamment, ceux de la Turquie et de l’Arabie saoudite, comme celui du Qatar et de sa chaîne de télévision de plus en plus controversée, Al-Jazeera.

Face à cette situation critique, le gouvernement baathiste avait opté pour une politique d’opacité, la fermeture des frontières et l’interdiction des journalistes et autres observateurs.

Vérifier la fiabilité des informations qui parvenaient de Syrie était dès lors souvent très difficile. Mais pas impossible : en juillet, j’avais obtenu un visa et l’autorisation de me déplacer librement à travers tout le pays, de Deraa à Alep et de Latakieh à Der-ez Zor –et je n’étais pas le seul sur place : François Janne d’Othée, Alain Gresh du Monde diplomatique, ou encore Gaëtan Vannay de la Radio suisse romande.

J’avais observé la situation à Homs, où les manifestants « pacifiques » munis d’armes à feu s’en étaient pris à l’armée, et, le vendredi 15 juillet, à Hama, dont les quelques milliers de manifestants que j’avais pu y dénombrer s’étaient miraculeusement démultipliés en 500.000 opposants dans les dépêches de l’AFP, « information » benoîtement reprise par Euronews, France 24 et la plupart des journaux « mainstreams » ; seul Le Monde faisait exception, renchérissant avec l’annonce de 600.000 manifestants (Hama compte à peine plus de 340.000 habitants).

Cette politique d’opacité s’est ainsi rapidement révélée contreproductive pour le gouvernement syrien, dans la mesure où l’opposition a peu à peu diffusé des rapports fallacieux, grossissant l’importance des mouvements de contestation dans des proportions colossales : concernant le nombre des morts et celui des manifestants, la bataille des chiffres a atteint des degrés confinant à l’absurde, comme l’illustre bien l’exemple évoqué, relatif à la mobilisation de l’opposition à Hama.

Absents du terrain et manifestement peu enclins à critiquer leurs sources, les médias occidentaux n’ont en effet pas soupçonné les « informations » qu’ils recevaient par les canaux de l’opposition, rejetant en revanche les communications du gouvernement syrien, considérées comme propagandistes ; entre autres cas d’école, aucun doute n’a jamais été émis à propos des vidéos transmises par l’opposition et supposées témoigner d’une Syrie à feu et à sang, de manifestations de dizaines ou centaines de milliers de participants, alors que, systématiquement, les images diffusées étaient constituées de gros-plans présentant quelques centaines de personnes seulement. Et les rares observateurs qui ont pu entrer en Syrie et faire part de leurs constatations ont généralement été désavoués et discrédités, comme des affabulateurs ou des supporters de la dictature.

Parmi les sources principales des médias, on trouve l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme (OSDH), presque toujours cité en référence par les journalistes et qui domine largement « l’information » sur la Syrie (c’est cette organisation, basée à Londres, qui avait annoncé le nombre de 500.000 manifestants à Hama, le 15 juillet 2011).

Or, il n’est pas très difficile de se renseigner sur l’identité de l’OSDH et des personnes qui se cachent derrière ce label aux apparences honorables, à commencer par son président, Rami Abdel Rahmane, un opposant de longue date au régime baathiste, très connu en Syrie comme étroitement associé aux Frères musulmans, organisation islamiste radicale dont l’influence grandissante sur le mouvement de contestation en Syrie laisse entrevoir de plus en plus clairement l’ambition de ce groupe que d’aucun croyait presqu’éteint, du fait de son interdiction par le régime, mais qui couvait dans la clandestinité.

Le 17 novembre, les Frères musulmans sont sortis du bois : alors que plusieurs observateurs estimaient le mouvement exsangue et sans plus aucun poids, le porte-parole des Frères, Mohammad Riad Shakfait, en exil en Turquie, s’exprimant au nom du « peuple syrien », a annoncé qu’une « intervention était acceptable pour protéger la population civile  ». Il en a précisé les contours : l’intervention serait mieux reçue si elle venait de la Turquie plutôt que des puissances occidentales (la Turquie, gouvernée par un parti islamiste qualifié de « modéré », l’AKP).

En juillet, j’avais également pu constater l’implication grandissante des Frères musulmans dans les mouvements de contestation, à tel point que les minorités communautaires (Chrétiens, Druzes, Kurdes, Chiites… outre les Alaouites et une partie de la bourgeoisie sunnite) s’en étaient désolidarisées et revendiquaient même leur soutien au régime, par crainte de la montée en puissance des islamistes syriens, dont les intentions sont sans équivoque : l’instauration en Syrie d’une république islamique.

Plus encore, les Frères musulmans, membres du Conseil national syrien (CNS), qui rassemble les principaux courants de l’opposition, très hétéroclites et aux objectifs divergents, et se présente comme une alternative au gouvernement de Bashar al-Assad, ont entamé au nom de ce CNS des négociations avec la Turquie, mais aussi avec des gouvernements occidentaux, pour l’établissement en Syrie d’une zone d’exclusion aérienne pour protéger les civils, alors que la ligne du CNS avait été, jusqu’à présent, de refuser toute ingérence étrangère. Il ressort clairement de ces événements que les islamistes ont pris une influence non négligeable sur l’ensemble de l’opposition et de ses structures exécutives.

En d’autres termes, il apparaît sans ambiguïté que, durant ces derniers mois, les médias occidentaux ont été « informés » par les Frères musulmans syriens via l’OSDH et ont, complaisamment ou non, servi leur agenda pour la Syrie.

Conscient de la nécessité de contrer efficacement la propagande de l’opposition, et ce de manière crédible et imparable (c’est-à-dire autrement que par des démentis officiels), le gouvernement syrien a semble-t-il décidé, depuis plus d’une semaine, de laisser à nouveau entrer sur son territoire des observateurs étrangers, et ce dans un contexte de plus en plus tendu : la Ligue arabe a sévèrement critiqué la Syrie, motivée par l’Arabie Saoudite et le Qatar, très impliqué dans le soutien aux mouvements islamistes libyens, tunisiens et syriens ; Israël, silencieuse depuis le début des événements, a accepté de recevoir les représentants du CNS et d’entamer avec eux des négociations ; la Russie, pourtant alliée historique du régime syrien, a fait de même (tout en déployant toutefois sa marine de guerre dans les ports syriens, message très clair à ceux qui envisagent, à Ankara ou ailleurs, une intervention militaire sur le sol syrien) ; enfin, la militarisation de la contestation en Syrie : l’opposition semble avoir décidé de passer à l’offensive et de plus en plus d’attaques ont lieu contre les forces armées gouvernementales syriennes, dont certaines à l’arme lourde, dont aussi des tirs de snipers sur les policiers, des enlèvements et des assassinats, et une « Armée syrienne libre », constituée de « déserteurs », a commencé la lutte contre le gouvernement et demandé au CNS de la recevoir sous son commandement (un doute subsiste cependant quant à la constitution de cette Armée syrienne libre, dont le gros des forces pourrait être en réalité composé d’éléments étrangers ayant revêtu l’uniforme syrien, majoritairement islamistes et armés par le Qatar).

Si certains médias ont commencé de changer leur point de vue sur les événements en Syrie (voir, par exemple, l’article de Christophe Lamfalussy publié par La Libre Belgique ce 19 novembre ou le reportage de la RTBF, encore timide cela dit, diffusé lundi 21, qui confirment à présent les propos des « affabulateurs » de juillet), cette ouverture n’a cependant pas réussi à enrayer la guerre de propagande hostile au régime baathiste, qui n’a pas seulement pour moteur l’organisation des Frères musulmans et les divers courants de l’opposition regroupés dans le CNS.

Déjà très impliqué dans le renversement du gouvernement de Libye, où, suite à un accord bilatéral avec la France, il a armé plusieurs mouvements islamistes, le Qatar utilise désormais son bras médiatique, Al-Jazeera, pour soutenir la contestation en Syrie, comme il l’avait fait en Tunisie, contre Zine Abidine Ben Ali (au Maroc, en revanche, Al-Jazeera avait abandonné à leur sort les manifestants qui dénonçaient la monarchie ; même silence d’Al-Jazeera sur le massacre des protestataires au Bahreïn, qui furent écrasés par les chars, appuyés par des troupes saoudiennes envoyées en renfort).

Ainsi en témoigne ce tout récent exemple d’un média-mensonge « made in Qatar » : ce dimanche 20 novembre, Al-Jazeera (et Al-Arabia : Dubaï – Émirats arabes unis) a diffusé un reportage annonçant l’attaque du siège du parti Baath, à Damas.

Selon Al-Jazeera, deux hommes en moto ont tiré deux roquettes au moins sur le bâtiment, qui s’est embrasé ; et l’attentat a été revendiqué par l’Armée syrienne libre, qui a ciblé ce symbole du pouvoir, dans le centre de Damas, la capitale, jusqu’alors totalement épargnée par ces neuf mois de contestation.

Le régime de Bashar Al-Assad, touché en plein cœur et pour la première fois à Damas, serait-il au bord du gouffre ?

À nouveau, à l’appui de cette « information », concoctée par Al-Jazeera cette fois, la caution de l’Observatoire syrien des Droits de l’Homme, qui a même apporté des précisions : deux roquettes supplémentaires ont encore été tirées, mais ont manqué leur cible…

Euronews roquettes part baath

 Comme d’ordinaire, « l’information » a été reprise en chœur par tous les médias « mainstreams ».

Ce même dimanche au soir, un de mes contacts à Damas m’a téléphoné : « ma famille habite tout près du siège du parti Baath ; le bâtiment est intact ; c’est un mensonge ».

Lundi 21, j’ai demandé à une amie qui habite également Damas de vérifier pour moi l’information et de prendre une photographie du siège du Baath, en présentant à l’avant-plan l’édition du jour d’un journal occidental connu, de telle sorte qu’il ne puisse y avoir le moindre doute quant à la date à laquelle cette photographie a été prise.

Résultat : le bâtiment du siège du parti Baath à Damas est effectivement intact ; aucune roquette n’a frappé ni incendié l’immeuble.

L’Armée syrienne libre, après avoir revendiqué dimanche l’attentat sur sa page Facebook, a supprimé lundi sa revendication.

Entre désinformation organisée par une opposition islamiste, qui a reçu l’appui des monarchies du Golfe et des médias arabes dominants, et l’incompétence politiquement correcte des médias occidentaux, Damas peut toujours rouvrir ses frontières…

 

 Lien(s) utile(s) : Investig'Action.

Cet article est disponible en arabe : الصحفي البلجيكي بيير بيكسينين بعد زيارته سورية :سورية تتعرض لحملة إعلامية ظالمة جوهرها الخداع.

Lire aussi :

- SYRIE – Mensonges et manipulations.

SYRIE – Vicissitudes et réalités du « Printemps arabe ».

Euronews - 20 novembre 2011

© Cet article peut être librement reproduit, sous condition d'en mentionner la source (www.pierrepiccinin.eu).


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • Hieronymus Hieronymus 26 novembre 2011 04:05

    « quelques milliers de manifestants .. s’étaient miraculeusement démultipliés en 500.000 opposants dans les dépêches de l’AFP »
    AFP, agence francaise de presse
    cette officine de la desinformation
    elle appartient a qui ? est controlee par qui ?


    • Valas Valas 26 novembre 2011 15:10

      Par le ministère de la Défense, tout comme Reuters d’ailleurs... Demandez à Gérard Longuet....


    • bigglop bigglop 26 novembre 2011 23:57

      Bonsoir à tous,
      Merci M Piccinin pour votre travail d’investigation.
      Je ne résiste pas à coller ce lien savoureux sur Sarkozy-Takkiedine et en fin avec Bachar el Assad, pétrole, pétrole, Total, Total...

      http://www.da-esterel.fr/article-les-documents-qui-prouvent-le-lien-entre-sarkozy-et-takieddine-85351394.html


    • Hieronymus Hieronymus 28 novembre 2011 03:28

      finalement l’AFP cela fait partie des choses dont l’on entend parler tous les jours et presque personne ne sait exactement ce que c’est
      de ce qu’il me semble, c’est une sorte d’organisme para-public donc a coloration gouvernementale, donc infeode au systeme, donc « bien pensant »
      P.P. (l’auteur) ne devrait pas hesiter a intervenir sur les fils de ses articles, hmm ?


    • le moine du côté obscur 26 novembre 2011 08:55

      Évidemment il y a encore certaines personnes pour croire béatement les média-mensonges des va-t-en guerre et leurs affidés ! Certains semblent avoir du mal à accepter l’idée que tout n’est pas « blanc ou noir » mais faites de nuances de gris. Le président syrien n’est pas un saint cela parait évident mais croire tout ce qu’on dit de mal sur lui, sans preuves concrètes à part les dires d’obscurs témoins ou d’étranges officines qui vivent à l’étranger me parait stupide. Et puis qu’est-ce qu’une guerre va apporter de bon au peuple syrien ? Encore une guerre pour cette farce hypocrite appelée démocratie qui n’existe que dans la « Bush » de mythomanes patentés et d’idéalistes qui feraient mieux de grandir un peu en acceptant que tout le monde n’adhère au même modèle et au même paradigme. Assad ne me semble pas pire que tous les présidents « démoncratiquement » élus qui l’accusent de tous les maux mais ferment les yeux sur les horreurs dans d’autres pays alliés. Encore une sordide affaire qui donnera des maux de tête aux gens qui espèrent qu’un peu de bon sens et d’humanité viendront habiter les esprits des dirigeants de l’autoproclamée communauté internationale. 


      • Rensk Rensk 26 novembre 2011 12:08

        Assez incroyable ; les gens viennent avec l’argument du nombre vu comme « résultats » de recherche sur Google... Cette personne les a toutes lue avant de venir nous dire que la propagande le « tranquillise » ?

        Chef... il ne faut jamais oublié ce que le Qatar a fait par l’intermédiaire de sa chaîne TV dite « d’informations » en Libye... Un faux à la hollywoodienne (donc avec plein d’erreurs) !

        PS : augmenter le nombre de morts à 4’000 est la preuve de votre désinformation car même l’ONU n’ose pas aller plus loin que 3’500... ONU qui avait parlé de 6’000 morts en Libye alors que HRW parle de maximum 300...


      • Mor Aucon Mor Aucon 26 novembre 2011 12:56

        De quel faux hollywoodien parlez-vous ? Des images de la rébellion fêtant l’entrée à Tripoli sur la place Verte ? La manipulation est justement dans le camp opposé. Les images étaient originales et sans retouches ni décors cinématographiques. Ce sont justement les analyses des russes, iraniens et autres réseaux voltairiens et investig’actionnaires qui constituent une des tentatives de désinformation les plus grossières de ces derniers temps.


      • mortelune mortelune 26 novembre 2011 13:05

        @Tipol ! 

        Quel intérêt avez-vous d’écrire ce mini torchon ? Préoccupez-vous de notre pays et de nos dirigeants car nous subissons une dictature nous aussi. La notre a quelque chose d’étrange car nous ne savons pas mettre un visage sur le monarque qui nous gouverne comme beaucoup d’autres pays occidentaux du reste. 
        Même un imbécile ne pourrait pas écrire ce que vous pensez au sujet de la Syrie


      • Valas Valas 26 novembre 2011 15:13

        TI POL,

        Etes vous un agent au service des troupes de Sarkoland ou un bênet ? Certainement les 2 d’ailleurs...


      • bluebeer bluebeer 26 novembre 2011 18:01

        Pour Moraucon, qui n’en rate pas une :

        http://www.dailymotion.com/video/xkpj15_cnt-moustapha-abdeljalil-avoue-le-mensonge-mediatique-de-la-fausse-chute-de-tripoli-tournee-au-qatar_news

        Eh oui, mise en scène au Qatar, et simple ruse de guerre d’après Abdeljalil lui-même.

        Évidemment, jamais de démenti dans la presse occidentale. Un, ce n’est pas important puisque Khadafi était un dictateur sanguinaire et que nous sommes allé libérer son peuple par amour de la démocratie. Deux, les journalistes pourraient passer pour des cons sur ce coup là - et mériter la mort, si j’en juge par votre nom de guerre !

        Entre aller youtouber ou se faire entuber, je préfère aller youtouber. Vous devriez essayer, vous aimeriez peut-être aussi.


      • Mor Aucon Mor Aucon 26 novembre 2011 18:51

        Malheureusement pour vous et tous ceux qui aimeraient bien que ce soit du vrai carton-pâte, toutes ces élucubrations, ne sont que ça, des désirs pris pour des réalités. Les images montrent bel et bien la place Verte ( et non pas des décors maladroits ) et M. Abdeljalil n’a jamais dit ce que l’on veut lui faire dire. Cette entrevue est coupée puis remontée dans le but de faire croire à un aveu. Il est extrêmement facile de démontrer ces deux points ou d’en trouver les démonstrations. Si vous ne le faites pas, cela veut tout simplement dire que vous préférez vous faire youtuber plutôt que de raisonner. Chacun ses goûts.


      • Mor Aucon Mor Aucon 26 novembre 2011 19:01

        Tenez, si ça peut vous aider à retrouver la mémoire : http://info.france2.fr/revolutions-arabes/la-guerre-mediatique-vue-par-la-tele-russe-70175107.html

        Notez comme le coup du jeu des 7 erreurs, technique inaugurée par le mal faisan iranien lors de la commission de son effroyable mensonge, a fait école chez les russes.


      • bluebeer bluebeer 26 novembre 2011 20:27

        Effectivement, Moraucon, je ne me suis pas rendu sur place. Ni vous, je crois, sinon vous nous en auriez informés. Donc nous sommes obligés de nous fier à des sources.

        Je prends Piccinin.


      • Mor Aucon Mor Aucon 26 novembre 2011 20:29

        Exact. Cela ne change plus grand-chose puisque, comme dit l’adage, calomnions quelque chose restera, et selon toutes les évidences, pour un bon nombre de lobotomisés, quelque chose est resté. Vous le savez et vous en félicitez, comme toute la mouvance islamiste d’ailleurs. Aujourd’hui, l’ancien grand jeu du temps du rideau de fer est devenu le misérable petit jeu des théocrates appuyés par de bien bizarres combattants pour les libertés. Vous le savez très bien, vous qui utilisez n’importe quoi pour en faire un soi-disant symbole des contradictions de la démocratie. Le voile, le porc (pourquoi pas le vin ?), la prière, l’humour, etc... Vous êtes de biens tristes sires, vous, le Faisan, ancien militant pour les droits des homosexuels recyclé à propagandiste, le Couillon, maquillant sa lâcheté d’un courage filmé en plan resserré et bien dans la ligne d’un Boudarel tout comme le Faisan, les Mollah, leur pion Ahmadinejad, et le reste de la clique des adorateurs du mensonge.


      • bluebeer bluebeer 26 novembre 2011 20:31

        WOW !

        C’est de l’Afghan ?


      • Mor Aucon Mor Aucon 26 novembre 2011 20:42

        Décidément, laissez tomber la bière bleue, ça esquinte...


      • Mor Aucon Mor Aucon 27 novembre 2011 01:21

        Puisque vous prenez Piccinin, lisez ceci http://www.hamodia.fr/article.php?id=2689 , publié il y a trois jours, puis essayez d’expliquer comment deux roquettes de RPG pourraient embraser un édifice tel que celui que l’on voit sur la photo. Là est la manipulation du pisse si bien sa copie. Il demande aux possibles témoins : le bâtiment est-il en flammes ? Alors bien sûr, il a la réponse qu’il veut. Or deux roquettes RPG ne vont qu’à peine égratigner un immeuble pareil. De qui se moque cet apprenti-manipulateur ?


      • Mor Aucon Mor Aucon 27 novembre 2011 13:10

        Il est plus facile de moinsser que d’argumenter, n’est-ce pas ? Et Piccinin, ne pourrait-il pas se fendre d’une explication au sujet des ces deux roquettes de RPG ? Ou va-t-il dire, lui aussi, que de toutes façons ça n’a plus d’importance ?


      • Mor Aucon Mor Aucon 27 novembre 2011 16:21

        Une question aux partisans du complot des roquettes RPG ( encore un, décidément, notre époque est vraiment formidable ) : d’où lanceriez-vous ces roquettes et quelle en serait la cible précise ?

        La réponse semble assez simple si on tient en compte certains facteurs comme l’impossibilité de se promener à pied face à un bâtiment symbolisant le pouvoir du parti Baas, le retour de flamme du RPG, mortel pour le tireur, si la mise à feu s’effectue depuis un habitacle exigu et fermé, l’inefficacité de telles roquettes lancées contre la façade et non contre une ouverture, la plus belle ouverture d’un immeuble est toujours son entrée, etc....

        Mince ! La porte de l’édifice est masquée par le journal que tient le photographe...


      • Alef Alef 26 novembre 2011 09:19

        Il suffit de taper sur Google : massacre Syrie pour avoir 1.780.000 résultats (0,14 secondes)

        alors votre article de propagande fait pale figure à coté de tous ces témoignages et vidéos des horreurs perpétrés par l’opticien fou de Damas.


        • vasionensis 26 novembre 2011 12:17

          Merci de la recette :
          - répandez un bobard par la presse dominante
          - répétez-le journellement, en proposant chaque fois une anecdote (« ça ne s’invente pas » diront les idiots)
          - comptabilisez les « quelle horreur ma bonne dame »
          - tapez "alors votre article de propagande fait pale figure à coté de tous ces témoignages et vidéos des horreurs perpétrés par l’opticien fou de Damas." et envoyez

           La clé de la recette est dans la première opération : si on vous laisse la faire, on ne va pas vous gâcher l’exécution du reste.



        • flesh flesh 26 novembre 2011 12:43

          Non, pas 1.780.000 mais 903.000, mais c’est pas mal quand même. Merci Alef

          Pour info :

          massacre palestine : 10 300 000 résultats

          9/11 inside job : 40 300 000 résultats

          etcetera

        • mortelune mortelune 26 novembre 2011 13:20

          Quand je vois votre logo Alef je comprend votre discours crapuleux. L’alliance sioniste est votre raison de vivre. Dommage que vous fassiez l’impasse sur la vie des autres, vraiment dommage. 

          Au fait comment pouvez-vous expliquer que les juifs puissent se rallier au monde Chrétien alors que ces derniers reconnaissent Jésus comme étant le messi (point commun avec musulmans) et pas les juifs ? Si ce n’est pas la religion qui les unit c’est sans doute la finance. Avez-vous à ce point beaucoup d’argent pour expliquer cette union contre nature ou est-ce un accident ?
          Si vous êtes croyant alors vous devriez y réfléchir deux minutes 

        • Valas Valas 26 novembre 2011 15:16

          Alef est très certainement « payé » pour mettre ses commentaires, un parmis le millier d’emplois fictifs crées par Sarko pour servir ses intérêts et donc les intérêts de ceux qui l’ont aidé à se mettre en place, notamment la CIA, le Mossad et j’en passe...


        • baska 26 novembre 2011 17:05

          La hasbara n’a pu dépêcher aujourd’hui que les énergumènes alef alias mcm le mytho et tipol le simplet jacob, finie la horde hystérique habituelle la crise est passée par là !


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 novembre 2011 10:03

          Merci pour cet article.

          Je m’étais également étonné après la diffusion d’un reportage sur ARTE « Syrie, dans l’enfer de la répression », où l’on voit la journaliste aller et venir librement de Damas à Homs en passant par Hama, et franchir apparemment sans trop de contrôle des barrages de l’armée qui sont positionnés à l’entrée des 2 dernières villes.

          Alors que, selon les infos officielles, on a l’impression qu’il se produit depuis 6 mois de véritables massacres dans ces villes.
          Idem pour le nombre de manifestants, qui se compte en qlq milliers plutôt qu’en centaines de milliers. Le coup des 800 000 manifestants pour une ville de 500 000 était à lui seul déjà bien gros !

          Après, bien entendu, si on critique un régime autoritaire, on risque sa vie, et les cas de tortures et de violences doivent être rééels tout de même.


          • pissefroid pissefroid 26 novembre 2011 11:44

            En france, c’est une coutume de dire que pour se débarrasser de son chien il faut le déclarer atteint par la rage.

            La syrie massacre des manifestants.

            Mais sont-ce des manifestants ou des syriens manipulés par les états-unis d’amérique pour déstabiliser ce pays ?

            L’égypte est un exemple d’école, l’occident a applaudi aux événements du caire.

            L’occident a laissé en place le régime militaire.

            Donc rien de changé.


            • mortelune mortelune 26 novembre 2011 13:30

              @TIPOL 

              Changez votre logo s’il vous plait il salit les gens de couleur par votre manque de discernement. L’Egypte et la Tunisie sont en rien comparables à la Libye et à la Syrie. Vous êtes d’une naïveté incroyable en ne voyant pas le rôle des mondialistes à la botte d’une poignée de milliardaires. 
              Quand vous payez vos impôts savez vous à qui vous les donnez ? Et oui, à ces gens là....

            • kot begemot kot begemot 26 novembre 2011 12:15

              La situation en Syrie est dangereuse, car en ce moment des bâtiments de guerre d’US et de la Russie (par le demande de la Syrie) se sont placés devant la Syrie. (lu à la une de la presse Russe)


              • Rensk Rensk 26 novembre 2011 12:37

                Dit clairement :

                - “Les 6 navires de guerre russes qui ont atteints les eaux syriennes ces derniers jours transportaient entr’autre, des conseillers techniques russes qui ont aidé les Syriens à installer tout un réseau de missiles S-300 que Damas avaient reçu ces dernières semaines".

                - Le système est regardé comme étant un des systèmes de défense anti-aériennes les plus puissants au monde ayant la capacité de détecter et de suivre plus de 100 cibles et d’en engager 12 simultanément.

                - Les missiles S-300, qui d’après le rapport seront utilisés pour “contrer une attaque possible par l’OTAN ou par les Etats-Unis et l’Union Européenne”, sont des missiles à longue portée sol-air développées en Russie en 1979 dans le but de protéger les bases industrielles et militaires d’une attaque ennemie par voie aérienne ou par missiles de croisière.


              • garisamui garisamui 26 novembre 2011 16:39

                @rensk

                tout à fait.

                les mêmes S 300 que les russes n’ont jamais livré à l’Iran, mais qui y sont arrivés quand même ?!

                « Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre ?! »

                Donc les russes ont bien livré l’Iran et bien d’autres choses encore, notamment des bateaux de guerre très perfectionnés et la liste est longue.

                Pour les Russes, la Tchétchènie, la Syrie, l’ Iran on touche pas, point barre !
                Et pourtant le Mossad y a mis des millions de dollars pour avoir des hommes à eux pour mettre le feu aux poudres, depuis longtemps avec l’aimable autorisation des USA.

                L’affaire n’ est pas finie et démontre plus loin que pour l’Iran cela sera beaucoup, beaucoup plus compliqué.


              • paoum 26 novembre 2011 12:55

                mais encore ?

                vous n’apportez rien d’autre que des mots pour étayer votre jugement qui se trouve par là-même vide de sens et caduc...

                la photo en haut de l’article n’existe-t-elle pas ?

                était-ce oui ou non un mensonge scandaleux de la part des médias ?

                vos incantations ne font pas une vérité...navré.

                j’ajouterai que l’attaque personnelle est le dernier refuge de celui qui n’a pas d’arguments...

                cordialement.


              • Rensk Rensk 26 novembre 2011 13:05


                - il est loin d’en maîtriser les enjeux politiques.

                Et vous donc...


              • paoum 26 novembre 2011 14:08

                certes, mais là n’était pas mon propos.

                éclairez-donc notre lanterne, vous affirmez, vous affirmez....mais vous ne nous dites rien en substance, expliquez-nous ce que vous entendez de la problématique syrienne, qu’on apprenne quelque chose, on est là pour ça, non ?
                en ce qui me concerne, je n’affirme rien sur ce sujet qu’effectivement je ne maîtrise pas...

                ce que j’affirme c’est que votre intervention ne fait rien avancer, faites-nous partager votre science ou cessez vos incantations, je me répète.

                cordialement,


              • contresubversion 26 novembre 2011 14:29

                @Kinini Abdelatif, ce que vous décrivez s’appelle le fascisme. Nous avons eu les mêmes auteurs et commentateurs que ceux d’Agoravox, usant du même messages, préjugés et mots-clés (stimuli), pour servir les mêmes maîtres ; il y a 7 décénies. Un commentaire de Mor Aucon plus haut est très explicite concernant les relais collaborationnistes de Pierre Piccinin.


              • Valas Valas 26 novembre 2011 16:12

                Mr Abdelllatif,

                Vous avez la science infuse ? Trop fort !

                Par contre, je ne pense pas que vous maitrisiez les enjeux politiques autant que moi, eh oui désolé, car si cela avait été le cas vous n’auriez pas mis un commentaire tel que celui là !

                Le vocabulaire que vous utilisez montre par contre votre aptitude à la manipulation des lecteurs, par contre je suppose que vous n’avez pas de famille ou êtes un égoïste, comme de nombreux humains, sinon vous vous inquièteriez plus de la main machiavélique occidentale que de tous ces pauvres gens d’Afrique et du Moyen-Orient qui en sont la cible pour une raison simple : LE POUVOIR !


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 26 novembre 2011 12:49

                « Lundi 21, j’ai demandé à une amie qui habite également Damas de vérifier pour moi l’information et de prendre une photographie du siège du Baath, en présentant à l’avant-plan l’édition du jour d’un journal occidental connu, de telle sorte qu’il ne puisse y avoir le moindre doute quant à la date à laquelle cette photographie a été prise.Résultat : le bâtiment du siège du parti Baath à Damas est effectivement intact ; aucune roquette n’a frappé ni incendié l’immeuble. » : 


                La manipulation est facile des deux côtés. Les médias parlent « d’un des bâtiments »...

                De plus, on ne voit qu’une des façades sur les quatre. Comment être sûr que la partie abimée ne se trouvait pas de l’autre coté ?


                • flesh flesh 26 novembre 2011 13:01

                  Je déteste être d’accord avec vous, mais là je dois admettre que ça se tient...


                • Rensk Rensk 26 novembre 2011 13:12

                  Bon, c’est vrai qu’on a envahi l’Irak, la Libye avec bien moins de preuve que ça...

                  Vous demandez aux gens honnête de prouver leurs honnêteté alors que les gens malhonnête osent prétendre « protéger des civils » alors que dans les faits ils ont en tués bien plus que le gouvernement qui était en place...

                  Question manipulation, le Qatar qui tente de copier Hollywood fait les mêmes erreurs que ces derniers...


                • paoum 26 novembre 2011 14:16

                  bonne remarque,
                  ceci dit,ben, je suis pas spécialiste bien sûr, mais deux roquettes...ça fait des dégats, des explosions, l’immeuble n’a pas l’air si large, un incendie ainsi provoqué ne se verrait-il pas sur la façade ?

                  la meilleure solution serait que l’amie de l’auteur retourne prendre des photos du bâtiment sous toutes ses coutures, le doute serait ainsi évacué, ça doit pas être trop difficile à réaliser...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès