Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Syrie : quand la Turquie continue le génocide arménien

Syrie : quand la Turquie continue le génocide arménien

Il y a les discours gentillets, simplistes de nos medias, avec les bons et les méchants. Et il y a la réalité. La réalité est souvent dure, parfois cruelle et quelques fois insoutenable.

L'actualité ukrainienne et son cortège de propagande surannée a fait passer au deuxième plan la Syrie, où il se passe aujourd'hui des choses insoutenables sur lesquelles nous n'entendrons pas nos bienpensants.

Retour sur la réalité syrienne. Retour sur les exploits des amis de nos gouvernants qui sévissent là bas, de ces grands démocrates imprégnés des valeurs humanistes européennes, en, premier lieu les Turcs.

A Kessab, petite ville du nord de la Syrie, les combats font rages.

Les masques sont tombés. Il n'est plus question de guerre civile, mais d'une intervention directe d'un pays, en l'occurence la Turquie, contre un état souverain la Syrie.

La Turquie qui nie impunément le génocide arménien a décidé de remettre ça !

Après avoir profanés les églises sur place, et pillé maisons et bâtiments, des mercenaires turcs appuyés par de "sympathiques" défenseurs de la Liberté reconnus désormais par Paris comme le seul gouvernement légal de Syrie, la Turquie vient de procéder à une épuration ethnique dans le village arménien de Kessab, au nord de la Syrie.

Si les amoureux des Droits de l'Homme, les BHL, les Fabius les Hollande les Obama se sont fait remarquer... pour leur silence assourdissant, il n'en va pas de même du gouvernement syrien qui a saisi le Conseil de Sécurité de l'ONU et du gouvernement arménien qui s'est ému de cette situation lors de la conférence de La Haye normalement destiné a appuyer la polique américaine en Syrie.

Kessab, dans la Mémoire Arménienne, ce n'est pas un lieu quelconque, c'est le seul village arménien qui, lors de génocide de 1915 se trouvait au delà de la frontière turque. Ce fut le village arménien de Syrie qui put accueillir les quelques survivant du génocide.

Dans la mémoire arménienne les survivant du génocide arménien à Kessab, c'est un peu comme chez nous, les survivant des Camps de la Morts, sauvés en Europe, in extremis des chambres à gaz par l'arrivée des troupes soviétiques ! Donc russes et même aussi arméniennes savez vous ! Car il y avait des Arméniens nombreux dans l'Armée Soviétique qui nous délivra des nazis !

Aujourd'hui, au Karabagh arménien, territoire qui, comme la Crimée fut donné par l'ex-URSS à un autre état, l'Azerbaidjan, et récupéré in fine par les Arméniens au mépris des frontières artificielles bureaucratiques de l'ex-URSS qui semblent sacrées pour certains occidentaux ! Il est vrai que c'est l'héritage de Staline ! Au Haut Karabagh donc, certains Arméniens demandent l'intervention armée de leur pays ou, à défaut de partir comme volontaires pour cette nouvelle Croisade.

Face à cette situation, la question est simple : l'Occident peut-il continuer, en Syrie comme en Ukraine à faire n'importe quoi ?

Imaginez vous une Allemagne dirigée par un gouvernement négationiste occupé à combattre les Juifs et les Tziganes à l'étranger aux côté des Américains et des Européens ?

Inimiginable ?

Et bien, c'est la situation que vivent aujourd'hui les Arméniens !

Face à celà qu'ont donc à leur dire les Américains ? Ils leur disent une chose capitale : que ce n'est !pas bien de ne pas soutenir les USA en Ukraine !

Mais de qui se moque-t-on ? Quand va enfin cesser ces gesticulations des leaders occidentaux sautant sur les chaises comme des cabris en criant "Droits de l'Homme, Droits de l'Homme" alors qu'ils s'en moquent comme une guigne au nom de petits calculs politiques on ne plus mesquins !

Décidément, de Washington à Paris, de Londres à Berlin, le ridicule le dispute au grotesque !

Malheureusement ce comportement absurde des pays occidentaux n'est pas nouveau et n'est pas limité à l'Arménie. Il est réccurent.

Il y a 35 ans, en 1979 les soldats vietnamiens découvraient les charniers du monstrueux génocides des Khmers Rouges, l'un des pires que l'Histoire ait connu.

Que croyez vous que firent nos gouvernement après celà ? Eux qui s'émeuvent tant qu'on a parfois l'impression qu'ils en sont devenu des professionnels ! des génocides que connus l'Europe lors de la seconde guerre mondiale ?

Que firent-ils ?

Ils soutinrent... les Khmers Rouges. Ils armèrent et financèrent les bourreaux ! Comme aujourd'hui à la frontière turco-syrienne !

Pour des raisons, parait-il politique !

Mais rien ne peut justifier que qui que ce soit ait pu soutenir les criminels Khmers Rouges. Rien, aucune politique ne peut justifier qu'aujourd'hui des états dits civilisés, donneurs de leçons soutiennent les Turcs lorqu'ils continuent le génocide arménien !

Rien !


Moyenne des avis sur cet article :  4.86/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • jako jako 26 mars 2014 10:25

    Merci de votre information qui n’a bien sûr pas été diffusée, j’ai juste entendu un très court passage radio la semaine passée parlant d’un avion Syrien abattu par les forces Turques, c’est peut être lié. Ces horreurs qui ressurgissent sans cesse je me demande bien dans quel chromosome c’est codé.


    • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 24 avril 2014 09:48

      @jako

      Ce génome s’appelle OTAN.

      Il a été inoculé aux Européens et aux Turcs par le premier état raciste de la planète, qui a été construit sur le racisme le plus abject qui soit, et qui, sous prétexte de répandre la démocratie, continue de massacrer allègrement partout et en tout lieu, impunément. Après avoir exterminé la race des Indiens (95%), déporté des millions de noirs...............

      La Turquie est conforme aux idéaux « démocratiques » des USA : ils peuvent donc « légalement » (on appelle cela la légalité internationale), massacrer chrétiens, arméniens, syriens, kurdes...tant qu’ils ne touchent pas aux maîtres sionistes, ils ont les mains libres.

      De Gaulle, en son temps, avait compris, Chirac aussi.

      Sarko puis Hollande-Valls en ont infecté la France.


    • claude-michel claude-michel 26 mars 2014 12:31

      l’UE la veut en son sein et les USA apporte armes et dollars a ce pays..elle est pas belle la démocratie.. ?


      • njama njama 26 mars 2014 13:32

        @ l’auteur
        « La Turquie qui nie impunément le génocide arménien a décidé de remettre ça ! »

        pourquoi cet anachronisme ? vous délirez ou quoi ! c’est du n’importe quoi, vos propos à forte résonance « victimaire » ne peuvent que contribuer à embrouiller les lecteurs. Les Arméniens, ne sont pas plus victimes que d’autres en Syrie La tournure « confessionnelle » du conflit n’existe que dans l’esprit des médias occidentalistes car le Gouvernement syrien est non seulement farouchement laïc, mais les Syriens sont absolument réticents à toute forme de confessionnalisme Quel rapport, à presque ans d’intervalle, entre le génocide arménien et l’attaque sur le poste frontière de Kassab ? menée par les « amis de la Syrie », Kassab, un village quasiment vidé de ses habitants, « Sur les 5 000 habitants des cinq villages du canton, les deux-tiers sont Arméniens et le dernier tiers est alaouite, » l’info est passée il y a 2 jours sur France24, et c’est seulement Fabrice Balanche qui balance ce truc « d’épuration ethnique » !

        « Selon Fabrice Balanche, spécialiste de la Syrie et directeur du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient (GREMMO), l’enjeu dissimulé derrière cette bataille  »officiellement« menée pour s’emparer d’un poste frontière, est tout autre. »

        « Les rebelles n’ont pas besoin de passer par ce poste frontière pour faire venir des armes et des munitions, ils traversent facilement par les collines boisées du Djebel turkmène plus au sud, explique-t-il. La prise du poste frontière n’est qu’un prétexte, nous sommes face à une stratégie d’épuration ethnique à l’égard de la population arménienne de Kassab ».

        En août 2012, le village, protégé par des combattants locaux, accusés d’être à la solde du régime, et les forces gouvernementales, avait déjà repoussé une attaque de la rébellion. À l’époque, dans un article du « Monde » daté du 24 octobre 2012, un rebelle turkmène (syrien d’origine turque) avait lancé un avertissement très clair à la population arménienne de la bourgade. « Je préviens nos frères arméniens à Kassab : qu’ils partent avant l’offensive de l’Armée syrienne libre, sinon ils vont avoir des pertes civiles et encore se plaindre d’un génocide perpétré par des Turcs ».
         
        Un message qui semble avoir été entendu puisque le village s’est vidé de ses habitants. « La population arménienne a été obligée de fuir à Lattaquié devant l’arrivée, via la Turquie, des centaines de combattants islamistes, dirigés par le Front Al-Nosra [la branche d’Al-Qaïda en Syrie, NDLR] tandis que le gros des troupes est composé de Turkmènes de la région », explique Fabrice Balanche.

        La réalité est que c’est la déroute quasi totale dans le Qalamoun parmi les rebelles mercenaires djihadistes, ceux qui font du « bon boulot » comme dit Fabius ! et la frontière libanaise sera totalement sécurisée sous peu par l’Armée Arabe Syrienne.

        J’interprète personnellement cette attaque dirigée vers Lattaquié comme une tentative d’ouvrir un autre front - là où c’est encore possible - à partir de la Turquie, dans cette partie frontalière qui n’est pas sous le contrôle des Kurdes syriens très hostiles à tous ces terroristes islamistes. 
        Voir carte source ActuKurde http://www.actukurde.fr/media/carte-rojava.jpg
        et article du 19 mars : Syrie : violents combats entre Kurdes et ’djihadistes’
        http://www.actukurde.fr/actualites/634/syrie-violents-combats-entre-kurdes-et-djihadistes-.html

        Avec la complicité d’une Turquie membre de l’OTAN qui ferme les yeux sur tous ces terroristes criminels qui attaquent la Syrie, Sur ce point nous sommes d’accord.


        • njama njama 26 mars 2014 13:34

          lire : Quel rapport, à presque 100 ans d’intervalle, ...


        • Aldous Aldous 26 mars 2014 20:08

          Le rapport c’est que le racisme antiarménien institutionnel est toujours le logiciel de l’Etat profond turc.


          Qu’Arménien est toujours une insute en langue turque.

          Qu’il y a quelques années Hrant Dink a été assassiné pour avoir simplement révélé que la fille adoptive de Mustafa Kémal était une orpheline arménienne.

          Qu’entre 1905 et aujourd’hui, il y a eu les pogroms anti-grecs à Istanbul en 1955, l’invasion et la colonisation de Chypre en 1974 et qui perdure.

          Bref, contrairement à la Shoa, il n’y a amais eu après le génocide des Arméniens ni reconnaissance, ni regrets, ni « dénazification » des fascistes turcs.

          Au contraire, ils ont été utilisé comme réseau dormant pas la CIA (Gladio) et continue d’assassiner en toute tranquillité.


        • 65beve 26 mars 2014 21:39

          @Aldous,

          Sans oublier Smyrne en 1922.
          http://www.imprescriptible.fr/documents/smyrne1922.htm

          cdlt


        • njama njama 26 mars 2014 21:58

          Merci Aldous pour toutes vos contributions, mais ... (mis à part l’idée que j’ai que vous « idéalisez » l’orthodoxie chrétienne)

          Hrant Dink (un arménien de Turquie) : « la loi interdisant la négation des génocides est une loi imbécile »

          Propos recueillis par Jean-Michel Demetz et Nukte V. Ortaq, publié le 26/01/2006

          « il n’est pas besoin de traîner les négationnistes devant les tribunaux. Ils méritent tout juste la pitié. »

          « Il est immoral d’instrumentaliser une tragédie historique à des fins politiques. »
          (Qu’ils soient grecs orthodoxes ou grecs arméniens, ou juifs ...)

          « La proposition de loi française est un texte répressif que je place au même rang que la loi turque qui interdit de parler de »génocide« . Si elle était adoptée en France, j’irais chez vous la violer, en niant le génocide, tout en demandant pardon à mes ancêtres. Car ce texte est, comme l’article 301 du Code pénal turc, une loi imbécile. »

          http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/hrant-dink-la-loi-interdisant-la-negation-des-genocides-est-une-loi-imbecile_479689.html


        • njama njama 26 mars 2014 22:19

          @ Aldous

          Meurtre du journaliste turc d’origine arménienne Hrant Dink : A qui profite le crime ?

          Par Grégory & Hayaser (Collectif des Démocrates Arméniens d’Europe - CDAE)

          Hrant Dink était connu pour ses propos très critiques envers les groupuscules nationalistes et marginaux turcs et la position extrémistes des fanatiques de la diaspora arménienne en Europe.

          En Octobre dernier il s’était vivement opposé à la loi de censure arménienne visant à rendre passible de peines de justice tout débat autour du génocide arménien.

          Hrant Dink était devenu la cible des milieux nationalistes français suite à une conférence organisée à Paris où il avait ouvertement critiqué les positions haineuses et anti-turques de la diaspora arménienne et la volonté de censure et de bloquage d’un débat quelconque affichée par les organisations telles le CDCA ou la Dashnaksoutioun (parti social-nationalistes arménien disposant de bureau et une forte visibilité et influence dans les associations arménienne de France) à travers sa représentation en France.
          [...]
          Hrant Dink avait déclaré : « En effet on ne peut que constater la communauté d’esprit entre les projets turc et français visant à limiter la liberté d’expression. Si cette loi [NDLR : française] passe, j’irai moi-même en France et j’y déclarerai publiquement qu’il n’y a pas eu de génocide arménien », pour bien montrer son opposition à une proposition de loi de censure jugée « contre-productive ».

          Suite à cette déclaration, les organisations nationalistes arméniennes de France étaient allés jusqu’à le nommer « traitre à la cause arménienne » et décrété « persona non grata » sur le sol français.

          --------------

          Voilà, désolé du peu, mais Aldous, votre thèse Hrant Dink a été assassiné pour avoir simplement révélé que la fille adoptive de Mustafa Kémal était une orpheline arménienne.

          c’est un scénario d’histoire pour enfants ... un conte à dormir debout !


        • Aldous Aldous 27 mars 2014 10:21

          Le 11 octobre 2007, son fils, Arat Dink, et Serkis Seropyan, respectivement directeur de la rédaction et responsable de l’hebdomadaireAgos, sont reconnus coupables d’avoir « insulté l’identité turque » et, à ce titre, condamnés à un an de prison avec sursis par un tribunal turc, en vertu de l’article 301 du code pénal turc, pour avoir reproduit, au cours de l’été 2007, dans les colonnes d’Agos, une partie des propos de Hrant Dink qui avaient valu à celui-ci les poursuites judiciaires qui ne s’étaient interrompues qu’avec son assassinat3.

          Le 14 septembre 2010, la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la Turquie dans l’affaire de l’assassinat de Hrant Dink. La Cour a jugé que l’absence de protection du journaliste face aux menaces pesant sur lui ainsi que les poursuites pénales pour « dénigrement de la turcité » constituaient une violation du droit à la vie et du droit à la liberté d’expression imputables aux autorités turques4.

          Le 25 juillet 2011, Ogün Samast a été condamné à 22 ans et 10 mois d’emprisonnement5,6,7 pour meurtre avec préméditation et possession illégale d’une arme à feu par la cour criminelle pour enfants d’Istanbul. Il pourra être libéré sur parole en 2021, après avoir purgé une peine correspondant à 2/3 de la condamnation.

          La justice turque poursuit l’enquête sur les commanditaires de l’assassinat de Hrant Dink. Sont en particulier soupçonnés Erhan Tuncel(un ancien informateur de la police) et Yasin Hayal (en)8.


        • njama njama 26 mars 2014 15:11

          le génocide arménien !
          et puisqu’on prend le risque de remuer l’histoire ... accrochez-vous !

          Ovannes Katchaznouni : Premier Ministre de la République d’Arménie en 1918 et 1919.  
          L’un des fondateurs et Président du Parti Dashnaksoutioun. 
          Auteur du livre « Le parti Dachnak n’a plus rien à faire » (Le rapport à la Conférence du Parti en 1923), traduit en français pas Dr Orhan Altan (téléchargeable au format PDF)

           Cet homme, l’un des plus importants hommes politiques arméniens pendant toute les années où le « soit disant » génocide aurait eu lieu, fut membre du Conseil National du parti Dashnaksoutioun en 1917, il était âgé de cinquante ans.
          Ce sont les membres de ce parti qui sont les responsables des massacres des civils turcs sans défenses qui firent environ cent cinquante mille morts. Ce sont encore eux qui ont orchestré le massacre de la Banque Ottomane d’Istanbul le 26 août 1896, qui dégénéra en émeutes à Istanbul qui se terminèrent le 3 septembre, le nombre des victimes fut élevé mais il n’est pas connu exactement, on sait cependant qu’il y eu 120 tués et 25 blessés parmi les soldats. Ils sont également responsables de la plupart des émeutes, des soulèvements, des attentats, et des prélèvements d’impôts révolutionnaire obligatoires qui commencèrent bien avant la première guerre mondiale et qui à ce jour n’ont pas réellement cessés.

          En avril 1923, juste après la fin du « supposé » génocide arménien, Ovanes Katchaznouni lut son rapport en tant que Président du parti à la réunion du parti Dashnaksoutioun à Bucarest devant les membres dirigeants du parti.

          Dans ce rapport il exposa très clairement, avec la minutie d’un horloger suisse, le déroulement des évènements tels qu’ils s’étaient passés, année après année, et il développa son analyse des faits, très complète, très réaliste et sans concession, ni pour lui, ni pour son parti.

           - Il reconnut les massacres des populations civiles turques par les membres de son parti.

          - Il affirma que la création des unités de combats arméniennes qui se sont inféodées à l’Armée Russe pour combattre la Turquie fut une erreur.

          - Il justifia la décision des Turcs de déporter les Arméniens qui ne leur avaient pas laissé d’autre choix.

          - Il reconnut que les activités terroristes des Dashnaks avaient pour but de gagner la faveur de l’opinion occidentale.

          - Il reconnut la totalité des erreurs du parti, ces erreurs furent expliquées, analysées durant des heures et des heures, sa conclusion fut sans appel, il demanda la dissolution du Parti Dashnaksoutioun.

          Voici quelques uns de ses propos : « Oui, je vous propose le suicide ! / Je propose au parti de se suicider. / Il n’y a qu’un moyen, quitter la scène. »

          Voici quelques extraits des conseils qu’il donna ensuite à ses collègues : « Il faut préserver nos relations avec les Turcs. / Si un jour on a besoin de s’entendre avec les Turcs ; il faut mettre d’autres personnes sur la scène qui auront un autre passé (ou pas de passé du tout). / Je dis que le Dashnaksoutioun ne doit pas prendre le pouvoir, j’insiste là-dessus »

          Puis il termina par cette conclusion sans appel pour le parti politique dont il était toujours le président : « Il ne reste plus rien à faire pour l’EDP Dashnaksoutioun, ni aujourd’hui, ni demain. Il doit mettre un terme à son existence. Il est obligé de le faire pour son passé et pour sauver son honneur.

           ***
           Il fallu beaucoup de courage à cet homme pour se livrer à cet exercice devant les membres dirigeants de son parti qui ne l’écoutèrent malheureusement pas. Aujourd’hui le parti Dashnaksoutioun est toujours le parti majoritaire de la République d’Arménie.
          Copyright 2008 Yves Benard. Writer. All Rights Reserved http://www.yvesbenard.fr/ovan.htm
          Commentaires de l’auteur > http://www.yvesbenard.fr/hist.htm


          • cevennevive cevennevive 26 mars 2014 18:16

            njama bonjour,


            Vos commentaires m’intriguent, je m’en vais étudier tout cela dans les prochains jours.

            Il est vrai que, concernant le massacre des Arméniens, j’en suis restée aux considérations classiques et à ce que m’ont raconté quelques Arméniens que je connais bien.

            Une voie (voix ?) différente est toujours la bienvenue. Merci donc.


          • njama njama 26 mars 2014 20:10

            Merci cevennevive
            toujours un plaisir de lire vos si pertinents commentaires

            Trouvant assez « suspect » que les médias comme l’@uteur de cet article nous servent du « génocide arménien », en complément, pour une vision un peu plus « quantique » de la question arménienne (pour nous déniaiser de celle qu’on nous a colportée - les arméniens, des enfants de chœur ! -) , je vous invite à visiter ces deux articles :
             La jalousie maladive des militants arméniens à l’égard des Juifs
            Le Nouvel Observateur, 10 octobre 1986

            L’ASALA et ses sponsors
             C’est l’histoire d’une dérive tragique qui conduit aujourd’hui des jeunes chrétiens d’origine arménienne à demander la mort d’un otage français à des musulmans fanatiques. Un paradoxe cruel et une ruse de l’histoire.
            [...]
            http://armenologie.blogspot.com/2011/12/la-jalousie-maladive-des-militants.html

            Création de l’Asala sur fond de guerre civile libanaise

            L’Armée Secrète arménienne pour la Libération de l’Arménie est apparue pour la première fois en 1975 à Beyrouth. [...]

            l’Asala est fondée en 1975 à Beyrouth, par de jeunes Arméniens de la diaspora installés au Liban et qui ont perdu patience devant l’échec de la Fédération révolutionnaire arménienne (FRA) à faire reconnaître le génocide arménien par la Turquie. L’Asala est, initialement, une dissidence des CJGA instaurés par la FRA pour éliminer les personnalités considérées comme responsables du génocide ou de sa négation4., Cependant, les deux groupes vont très rapidement se lancer dans une féroce lutte d’influence, des règlements de comptes entre la FRA et l’Asala faisant même plusieurs morts (notamment à Beyrouth). Les deux principaux fondateurs de l’Asala sont Hagop Tarakchian et Hagop Hagopian (de son vrai nom Haroutioun Tachikian)5.

            Le passage vers la lutte armée plus radicale se fait avec en toile de fond de la guerre civile libanaise.
            [...]
            La ligne politique en dix points
            Le 10 juillet 1978, dans une déclaration publique (fait très rare pour ce groupe qui cultive le secret et la clandestinité), l’Asala explique sa ligne politique et ses objectifs stratégiques, que l’historien Yves Ternon a synthétisé en dix points6 :

             1. Le seul ennemi de l’Asala est le gouvernement turc.
             2. Les alliés de l’État turc sont les adversaires de l’Asala.
             3. Les mouvements révolutionnaires qui luttent contre la Turquie et l’impérialisme américain sont les amis de l’Asala. Les partis révolutionnaires du peuple turc et du peuple kurde, tous deux opprimés par l’État, sont les seuls alliés officiels de l’Asala.
             4.  Les amis des Arméniens sont ceux qui ont reconnu le génocide ; leurs ennemis, ceux qui s’obstinent à le nier.
            5. Les chefs des partis politiques arméniens n’ont obtenu aucun résultat en soixante ans. Le temps de la FRA est passé.
             6. Tous les Arméniens regardent vers l’Asala car elle est exactement à l’image de leurs désirs.
             7. L’Église arménienne peut être récupérée et ramenée dans le droit chemin.
             8. Le combattant de l’Asala n’est pas un terroriste mais un pur révolutionnaire.
             9. L’Asala est solitaire, indépendante, orgueilleuse et fière.
             10. L’Arménie soviétique est la base unique et irremplaçable du Peuple arménien.

            Conformément à ces principes de base, les activités de l’Asala seront en grande majorité des attentats à la bombe et des assassinats dirigés contre des cibles turques - ou considérées comme soutenant la Turquie (en général ou dans sa politique étatique de négation du génocide arménien).


          • Aldous Aldous 26 mars 2014 20:24

            Si le sujet vous interesse sachez que ce ne sont pas que les populations Armeniennes qui ont été nettoyées.


            Tous les chrétiens ont été victimes de massacres de masse de la part du gouvernement turc. Y compris les Grecs Pontiques et les Chrétiens araméens.

            Ce racisme antichrétien est hystérique en turquie car il fait partie de l’idéologie de l’état profond.

            En 2008, lors de traveaux de reconstruction de l’école du village de Sampsouda, au bord de la mer noire, les ouvriers ont trouvé un amoncellement de squelettes brûlés. Des hommes des femmes et descenfants de tous ages.

            Le gouvernement a ordonné que les restes soient jetés dans une ravin sans autre frle de procès.

            C’était un village Grec Pontique jusqu’en 1921. Les Turcs avaient réuni les villageois dans l’église et mis le feu. Puis construit l’école sur les cendres et repeuplé le village de Turcs. Inutile de faire d’enquęte, tout le monde sait et tout le monde se tait.


          • njama njama 26 mars 2014 22:44

            cennevive, moinssés sans plus d’explications, je pense que nous avons mis le doigt sur un sujet « très sensible » ...

            merci de votre présence, elle me réchauffe le cœur...


          • Jelena XCII 27 mars 2014 10:33

            L’empire ottoman réduisait à l’esclavage les populations qui ne voulaient pas se convertir à l’islam, ensuite il y a eu deux alliances avec les mangeurs de choucroute.... Et aujourd’hui la Turquie est un caniche bien docile au service de l’oncle Sam.

            Quelque soit l’époque, la Turquie a toujours été un fléau pour ses pays voisins.


          • njama njama 26 mars 2014 15:55

            le génocide arménien !
            pourquoi brandir le spectre du passé ? ... si ce n’est que pour empêcher toute réconciliation ...

            et puisque avec ce Gouvernement PS et un Parlement sous influences des groupes de pression arméniens ICI il y a le spectre d’une loi sur le génocide arménien qui plane dans l’air , (17.12.2013 http://www.lemonde.fr/politique/breve/2013/12/17/le-gouvernement-devrait-presenter-un-projet-de-loi-penalisant-la-negation-du-genocide-des-armeniens_4335602_823448.html
            « Le gouvernement devrait présenter dans les prochains mois un projet de loi pénalisant la négation du génocide des Arméniens, conformément à l’engagement pris par François Hollande pendant la campagne présidentielle. [...] L’annonce pourrait en revanche être faite quatre mois plus tard, en mai 2014, ... » )
             profitons de ce qu’il nous reste de liberté d’expression avant la censure :
            voici un autre document historique :

            CE QUE J’AI VU et VÉCU MOI-MÊME
            (Erzurum 1917-1918)
            Lt.Col. TVERDOHLEBOV

            Qui est le Lieutenant Colonel Tverdohlebov ?

            Officier Russe, il fut Gouverneur de la ville d’Erzurum dans l’est de la Turquie en 1917 et 1918 et commandant du deuxième régiment d’artilleurs russo-arménien.

            Commandant du deuxième régiment artilleur russo-arménien à Erzurum à la fin de l’année 1917 et au début de 1918, il se battit contre les Turcs, à la tête d’un régiment composé d’officiers russes et de soldats turcs d’origine arménienne qui avaient déserté l’armée ottomane avec armes et équipements, se rendant ainsi coupables du crime de haute trahison.

            Écœuré par les vols, les viols, et les massacres commis par les soldats arméniens sur les populations civiles turques, à son retour en Russie, il écrivit un livre tiré du journal qu’il avait tenu chaque jour à Erzurum qu’il intitula : « Ce que j’ai vu et vécu moi-même (Erzurum 1917-1918) »

            Dans ce livre, le Lieutenant Colonel Tverdohlebov décrit des scènes d’une violence insoutenable et montre un aspect tout à fait inattendu du déroulement de la tragédie Turco-arménienne, infiniment différent de ce que l’on enseigne dans les cours d’histoire en France dans l’école de la République, et dans lesquels en outre, très souvent, on interdit aux élèves d’origine turque de s’exprimer à ce sujet et de donner leur version des faits. La lecture de ce livre est à conseiller à toutes les personnes désireuses de connaître des versions autres qu’arméniennes dans lesquelles on occulte soigneusement tous les massacres arméniens pour ne parler que des horribles crimes turcs, du calvaire des Arméniens, et d’un génocide au nombre de victimes grossissant de décennies en décennies.

            http://www.turkishpac.org/pdfs/tverdohlebov_french.pdf


            • Aldous Aldous 26 mars 2014 20:42

              Les éventuelles désertions des militaires arméniens ottomans ne justifient en rien l’ignoble génocide des populations civiles perpétrés par le gouvernement Turc.


              D’ailleur l’extermination des chrétiens au sein de l’armée ottomane justifie ces desertions.

              Les recues chrétiennes était utilisés dans des commandos de travail forcé, sous alimentés et dans des conditions sanitaires effroyables. Ces commandos etait la premiére méthode d’extermination par le travail et l’exténuation que les nazis ont reprise plus tart à leur compte, comme le reconnait l’historien juif Raphaël Lemkin.


              L’argument de la prétendue trahison n’est pas nouveau. Ce prétendu pretexte ne fait que montrer le fossé intellectuel entre les Turcs et les autres nations. On n’extermine pas un peuple sans defense par vengeance. Ca s’apelle de la barbarie de plus bas étage. C’est ce que disaient déjà les correspondants de presse contemporains qui ont assisté à cette barbarie :


              «  Je dis donc que cette extension des mesures futl’acte de fanatisme de race le plus infâme, le plus cynique, le plus criminel que l’histoire humaine ait pu enregistrer, que cet acte fut commis uniquement parce que les Turcs se rendaient compte de leur grande infériorité, du point de vue de la capacité économique et de la civilisation, relativement à cet élément non turc, et voulaient rétablir par la force l’équilibre en leur faveur  » 

              Harry Stuermer, correspondant allemand de la Kölner Gazette.


            • njama njama 26 mars 2014 22:31

              ni ne justifient en rien l’ignoble génocide des populations civiles perpétrés par « des » Arméniens nationalistes. (je dis « des » , je ne saurais impliquer tous les Arméniens)
              Le monde n’est pas noir ou blanc Aldous ...les « bons » d’un côté, les « vilains » de l’autre.
              Ne nous endormez, pas avec vos contes de fées ...


            • njama njama 26 mars 2014 23:17

              « On n’extermine pas un peuple sans defense par vengeance. »

              arrêtez de nous intoxiquer Aldous avec les « p’tits anges arméniens » !
              A fabricated Genocide
              Armenian Terror
              YT 1890 – Armenian mob with revolvers starting riots & walking away…

              http://armeniangenocidelies.files.wordpress.com/2012/10/armenian-revolutionary-bandits.jpg


            • Aldous Aldous 27 mars 2014 11:47

              La Turquie cultive une idéologie de la loi du plus fort.


              En fait turc signifie fort en langue turque.

              La culture turque est une culture violente privilégiant le rapport de force au dialogue et rejetant tout ce qui constitue la culture hellénique et chrétienne qu’elle a rencontré à Byzance. 

              Autrui n’est pas un autre soi-même mais un ennemi à soumettre ou à tuer.

              Quand un sultan héritait du trône impérial, il s’empressait de faire assassiner ses propres frères. Alors forcément les dihmmis (chrétiens soumis) on ne prenait pas de gants avec eux. On kidnappait leurs enfants pour en faire de la chair à canon et on massacrait des populations entières pour l’exemple (Par ex totalité de la population de l’ile de Chio en 1820).

              Depuis la sécularisation de la Turquie, la relative protection que l’islam octroyait aux chrétiens dihmmis disparait et aussitôt c’est le génocide général et le nettoyage ethnique. Qui ne s’arrête que là ou les grandes puissance freinent la folie meurtrière des Turcs (statut des grecs de Constantinople garanti par traité). Les autres chrétiens sont liquidés ou fuient le pays. C’est pour cela que Sydney compte plus de Grecs que Thessalonique, la seconde ville de Grèce. (Merci à l’Australie pour sont humanité.)

              Ce frein est contourné en septembre 1955 avec les pogroms organisés par l’État turc qui saccagent le quartier grec puis par l’ultimatum « valises ou cercueil » de 1964.

              La population passe de 200 000 habitants à 4 000.

              Rebelotte avec Chypre en 1974.

              Une fois les chrétiens réduit à rien (mais néanmoins toujours cible par la propagande de haine qui fait que 65% des Turcs détestent les chrétiens alors que dans les pays musulmans voisins 60 à 90% des musulmans les apprécient.) la culture de « l’ennemi de l’intérieur » s’est retournée contre les Alévis et les Kurdes.

              Sans parler des ennemis de l’extérieur, en fait la totalité des pays voisins Jordanie, Iran, Syrie, Albanie, Russie, Chypre, Grèce, Bulgarie... 

              Ses seuls alliés sont le pentagone et Israël, vu qu’ils sont encore plus forts et alors qu’il n’y a aucune affinité particulière entre les Turcs et ces deux puissances.

              Aujourd’hui la population turque rejette massivement l’idéologie de l’Etat profond.

              Ils ne se sentent pas solidaires du génocide des Arméniens et de la terreur politique qui accompagne pour interdire de parler des cadavres dans les placards. De leur coté les Chypriotes turcs osent manifester pour le départ de l’armée turque et du gouverneur turc de la zone occupée. 



            • Hannibal GENSERIC Hannibal GENSERIC 26 mars 2014 16:52

              @L’auteur.
              1- Effectivement, les Turcs profitent de la guerre occidentale contre la Syrie et l’Irak pour pouvoir liquider calmement les Arméniens et les Kurdes.
              Claude Sarraute, s’adressant aux Arméniens de France, leur dit : « regardez, nous les juifs, ce qu’on a réussi à faire avec notre Shoah ! On l’a vendu partout, on est couverts d’argent, on est vraiment plus forts que vous ! » . Elle ajoute : « Ces cons-là (les Arméniens), ils ont vraiment eu la même chose, et tout ce qu’ils trouvent à faire, c’est s’asseoir par terre dans la rue ! ».  Elle reprend tout simplement ce qu’une ministre israélienne a déclaré (voir image et vidéo ci-dessous). http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/01/mythes-semites-la-grande-imposture.html

              2- Les Arméniens ne sont pas juifs, donc ils ne peuvent pas réclamer des dédommagements, tout comme un tas d’autres peuples massacrés allègrement par les Européens en Amérique , Australie, etc...En effet, « génocide » et « nettoyage ethnique » sont des marques déposées juives.

              N’est-il pas écrit dans Exode, 32. 26-28, que trois mille personnes périssent sur l’ordre de Dieu. L’ancien testament justifie l’extermination des habitants de la Palestine, qui s’appelait alors « pays de Canaan », "L’Éternel parla ainsi à Moïse dans les plaines de Moab, près du Jourdain vers Jéricho : (51) "Parle aux enfants d’Israël en ces termes : Comme vous allez passer le Jourdain pour atteindre le pays de Canaan, (52) quand vous aurez chassé devant vous tous les habitants de ce pays, vous anéantirez tous leurs symboles, toutes leurs idoles de métal, et ruinerez tous leurs hauts-lieux. (53) Vous conquerrez ainsi le pays et vous vous y établirez ; car c’est à vous que je le donne à titre de possession. […] (55) Or, si vous ne dépossédez pas à votre profit tous les habitants de ce pays, ceux que vous aurez épargnés seront comme des épines dans vos yeux et comme des aiguillons à vos flancs : ils vous harcèleront sur le territoire que vous occuperez ; (56) et alors, ce que j’ai résolu de leur faire, je le ferai à vous-mêmes." (Nombres 33).
              http://numidia-liberum.blogspot.com/2014/03/le-genocide-est-une-vieille-tradition.html

              Naturellement, ce genre de citation n’est pas bon à rappeler.


              • LADY75 LADY75 26 mars 2014 17:13

                Lady Panam’ remet les pendules à l’heure :

                Que les différents gouvernements de la République nient le génocide arménien malgré l’évidence : OUI.

                Que l’on rattache les évenements qui se sont déroulés au village de Kessab aux évenements de 1915 : NON.

                D’une part, les milices responsables de l’attaque ne représentent pas le gouvernement turc.. D’autre part parce que les Alevis, autres victimes de l’attaque, en toute logique devaient constituer la cible principale, étant liés aux Alaouites, soutiens traditionnels (mais pas tous) de la famille Al Assad.

                Les Arméniens seraient alors victimes co-latérales...

                Bref : l’article est un peu lourd, affirme catégoriquement une version des faits sans étudier d’autres possibilités, et citent des sources dont on peut mettre en doute l’impartialité (des sites activistes arméniens, respectables au demeurant) sans croiser avec des points de vue plus neutres sur la question.

                Bref encore : commentaire de commentaire ne fait pas travail de journalisme..


                • In Bruges In Bruges 26 mars 2014 17:24

                  Lady Paname n’est pas Gaga.
                  Faudrait pas croire.


                • njama njama 26 mars 2014 22:26

                  le sujet de l’@auteur Le Kergoat a au moins le mérite de remettre à plat la question du génocide arménien.

                  Profitons-en à donf, comme je le disais plus haut le temps nous est compté, puisque « Normal I° » prévoit de « normaliser » très bientôt, au plus tard en mai, la pensée nationale sur cette question « hystérique » ...ah, désolé, je voulais dire « historique » smiley


                  • njama njama 26 mars 2014 23:32

                    @ l’@uteur

                    le sujet n’aura pas échappé à la vigilance anti-turc de l’Association réac très anti-turc « Collectif VAN Vigilance Arménienne contre le Négationnisme »
                    http://www.collectifvan.org/

                    Concernant votre article, difficile de faire le lien avec ce qu’il se passe CONTRE la Syrie depuis 3 ans, mais que vous l’ayez voulu ou non (?) votre article est excellent pour débattre avant censure prévisible de l’historique et très fumeuse question du génocide arménien !!!!!!!


                    • njama njama 27 mars 2014 09:31

                      « Il y a les discours gentillets, simplistes de nos medias, avec les bons et les méchants. »

                      il y a un peu de ça dans cet article, comme quelque chose de réducteur sur fond de vieilles querelles turco-arméniennes, une offensive commanditée et épaulée par le gouvernement turc (« arménophobe » par nature d’après certains commentaires ici), et de l’autre côté Kessab village arménien (et alaouite aussi)

                      Ces Syriens arméniens du Kessab sont, hélas pour eux, otages et victimes des agressions guerrières de cette « communauté internationale » liguée contre la république laïque syrienne, et dont la France de Hollande_Fabius_Le Drian fait partie

                      Syrie : Destruction et assassinats financés par des puissances étrangères
                      Discours de Mère Agnès pour l’« Initiative Moussalaha » [Réconciliation] en réponse aux déclarations du Haut commissariat aux réfugiés [UNHCR].
                      (extraits)
                      Des centaines de Syriens ont été tués, juste parce qu’ils étaient Chiites, Alawites, Ismaéliens, Druzes, ou Chrétiens.

                      Des centaines de Syriens sunnites ont été tués parce qu’ils étaient des fonctionnaires de l’État syrien.

                      Et qu’avez-vous fait pour libérer les femmes et les enfants enlevés de leurs villages du Nord de Lattaquié par les terroristes islamistes ? Des femmes et des enfants emmenés après que les terroristes aient tué les hommes du village.

                      Qu’avez-vous fait Madame Navi Pillay pour permettre à ces simples paysans de retrouver leurs villages ?

                      Oui ! Parce qu’ils sont Alaouites, et que les Alaouites n’ont rien à voir avec les intérêts des états du pétrole et du gaz [les États du Golfe] et, qu’en plus, la communauté internationale ne veut rien entendre de leur détresse !

                      Même les Ismaéliens qui étaient des maîtres de l’opposition en Syrie, sont aujourd’hui exposés à une forme de génocide, simplement parce qu’ils sont ismaéliens. Ils ont subi la pire espèce de génocide à Adra. Ils ont souffert d’une attaque terroriste qui a entraîné la mort de personnes innocentes à Alcavat. Et ce fut aussi le cas à Tal Aldoura et à Salamieh.

                      Les Ismaéliens sont une petite minorité en Syrie et dans le monde islamique. Ils n’ont donc pas pu trouver qui les soutenir au niveau des organisations internationales, lesquelles organisations n’ont pas le temps de suivre ou même de prendre acte du fait qu’ils sont entrain d’être exterminés par des groupes terroristes islamistes.

                      La situation des Chrétiens n’est guère meilleure que celle des autres minorités. Ainsi, la ville de « Sadad », ville dont les habitants sont majoritairement des Chrétiens de rite syriaque, a été attaquée l’été dernier par des milices du terrorisme islamiste. Ils ont commis des meurtres, des viols et ont détruit la ville avant de la quitter.

                      Mère Agnès-Mariam de la Croix
                      15/03/2014
                      http://www.mondialisation.ca/syrie-destruction-et-assassinats-finances-par-des-puissances-etrangeres/5375060

                      L’Armée Arabe Syrienne reprend l’initiative face à l’offensive surprise dans la région de Kessab
                      plus de détails sur http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=163260&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=37&s1=1


                      • Gasty Gasty 27 mars 2014 10:39

                        J’apprécie vos commentaires « njama ». Mais une chose m’interpelle lorsque je lis : chiites,alawites, ismaéliens, druzes, chrétiens, sunnites...syriaque, islamiste...

                        Dieu peut-il être laïc ou nié son existence en étant athée ? Aurait-il une part de responsabilité dans tout ça ?


                      • njama njama 27 mars 2014 11:01

                        @ Gasty
                        chiites, alawites, ismaéliens, druzes, chrétiens, sunnites...syriaque, islamiste...

                        aucun de ces mots - y compris les mots « arméniens »et « juifs »  smiley - ne figure ni dans la bible, ni dans le coran supposés nous porter le Verbe de Dieu.

                        Maintenant je ne vais pas préjuger de ce que sait Dieu, ou de ce qu’il ne saurait pas, aussi, je ne saurais dire quelle signification cela pourrait avoir pour Lui ...


                      • LADY75 LADY75 27 mars 2014 11:20

                        Lady Panam’ en rajoute..

                        « Et non des moindres... Z’avez oubliés les Yezidis !!! Honnis par tous et très nombreux en cette région. Pour ceuuses qui s’en souviennent..

                        Un bateau de réfugiés irakiens (c’qu’on disait à l’époque) et en réalité rempli de Kurdes Yezidis (Ce qu’ils reconnaissent aujourd’hui) échoué sur une plage, vers Toulon au début des années 2000.
                        Les Yezidis sont adeptes d’une religion datant de Babylone et s’trainent une image d’adorateurs du Diable qui les obligent à se cacher.. A tel point qu’on les oublie parfois.

                        Comme dirait l’Général : pas facile d’aller avec des idées simples vers l’Orient compliqué. »


                      • Aldous Aldous 27 mars 2014 13:41

                        Le mot Juif ne figurerait pas dans la bible ? Culture zéro.


                        « Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en Jésus-Christ. »

                        Galates 3:28

                      • njama njama 27 mars 2014 15:16

                        Galates 3:28, c’est Paul de Tarse, la Galatie qu’il évangélisa , ce n’est pas Jésus.
                        On ne peut pas mettre les paroles missionnaires de Paul qui ne fût pas même apôtre, sur le même plan que celles messianiques.

                        Jésus parlait-il des « juifs » ?


                      • njama njama 27 mars 2014 15:28

                        regardez comme ils sont mignons adorables les p’tits djihadistes français  qui sévissent dans le coin alaouite-arménien, « le sourire aux lèvres, ils semblent prendre cette guerre sainte comme un jeu. »

                        vidéo 2’16 sur BFMTV
                        http://www.bfmtv.com/societe/document-bfmtv-quotidien-jihadistes-francais-syrie-741671.html


                        • njama njama 27 mars 2014 21:31

                          « AKP-Leaks » !
                          Info très importante ! Les plans terroristes du régime d’Erdogan en Syrie

                          De nouveaux enregistrements fuités cette nuit par les hommes de la Confrérie de Fethullah Gülen, nouveau frère ennemi d’Erdogan, établissent la responsabilité flagrante du régime d’Ankara dans la guerre et le terrorisme en Syrie.

                          Ces « AKP-Leaks » impliquent directement le ministre turc des affaires étrangères Ahmet Davutoglu, le directeur des services secrets de la MIT Hakan Fidan, le conseiller du ministère des affaires étrangères Feridun Sinirlioglu et le chef-ajdoint de l’état-major turc Yasar Güler.

                          L’une de ces conversations compromettantes porte sur l’enclave turque en territoire syrien appelée " Suleyman Shah" où se trouve le mausolée éponyme du grand-père du fondateur de l’empire ottoman Osman Ier.

                          Les quatre conspirateurs invoquent le menace que fait peser le réseau terroriste Daech (EIIL) sur l’enclave comme prétexte à un assaut contre la Syrie. Le chef adjoint de l’état-major Yasar Güler évoque l’option de l’armement de 1000 djihadistes pour mener une opération en territoire syrien.

                          Dans un autre enregistrement, le même Yasar Güler martèle : « Nous avons besoin d’un casus belli ».

                          Mais le directeur du renseignement Hakan Fidan s’inquiète du risque de représailles, avouant que le frontière turco-syrienne échappe à tout contrôle.

                          Cela ne l’empêche pas de proposer une opération sous fausse bannière en territoire syrien : "S’il le faut, je peux envoyer quatre hommes en Syrie. Ces hommes pourraient lancer 8 missiles en direction du territoire turc. J’aurai ainsi suscité un casus belli. Nous pourrions même attaquer le mausolée de Suleyman Shah."

                          Comme nous l’évoquions dans un précédent article, à la veille des municipales prévues ce dimanche 30 mars, Erdogan tente de redorer son blason avec le sang syrien.

                          L’assaut des djihadistes syriens contre le village arménien de Kassab dans le Nord de la Syrie à partir du territoire turc n’est donc pas tombée pas du ciel.

                          La destruction du MIG syrien en territoire syrien par l’aviation turque fait partie d’une stratégie globale orchestrée par Erdogan avec le soutien d’Al Nosra, la branche syrienne d’Al Qaïda, des Turkmènes syriens pro-AKP, des agents turcs comme Selami Aynur abattu lundi par l’armée syrienne et des médias à sa solde comme Habertürk.

                          Cette formidable campagne médiatique, politique et militaire du gouvernement AKP à la veille des élections municipales survient au moment où il se trouve confronté à un scandale de corruption et une fronde populaire sans précédent.
                          -------------------------
                          URGENT
                          D’autres enregistrements vont arriver sous peu. Nous avons besoin de traducteurs turc/français, turc/anglais etc.

                          Pour la paix en Turquie, en Syrie et dans le monde, il faut que la vérité explose à la figure des terroristes en col blanc de l’AKP et des terroristes en uniforme de l’OTAN.

                          Voici les enregistrements [ en turc ] :

                          http://www.youtube.com/watch?v=c-1GooSDwJ8

                          http://www.youtube.com/watch?v=lm7eg0-IjlI


                          • Serge LAURENT Serge LAURENT 28 mars 2014 21:39

                            Bravo à Kergoat pour ce petit rappel, les gentils rebelles poursuivent une tradition de persecution de ceux qui ne sont pas musulmans sunnites. Il est évident que la démocratisation des pays musulmans passe d’abord par le respect des minorités non sunnites ainsi que des différents courants du sunnisme. En s’attaquant aux minorités ainsi qu’aux « mauvais musulmans » les rebelles montrent leur vrai visage : celui des sultans ottomans et des émirs wahabites.

                            Merci aussi de rappeller le soutien de la france aux khmers rouges dans les années 80 contre les libérateurs vietnamiens. C’est un chapitre oublié de l’histoire qui devrait pourtant nous inspirer lorsqu’on fait des analogies entre le présent et le passé. Mais il est sciemment oublié car ceux qui manifestaient contre le « génocide » vietnamien au cambodge sont aujourd’hui ministres ou rédacteur en chefs. Aucun historien sérieux ne se penche sur cette histoire car elle pose trop de question. J’aimerai pourtant relire les journaux de l’époque, toute cette haine contre le vietnam, ces mensonges qui ont fait des centaines de milliers de morts et aboutis au pardon des khmers rouges.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès