Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Syrie, sarin et sérieux

Syrie, sarin et sérieux

Alors que les Etas-Unis, la France et la Grande-Bretagne sont dans les starting-blocks, pour aller exterminer le régime syrien, avant même tout autorisation de l’ONU, il serait bon d’aller s’informer ailleurs que chez nos medias qui nous conditionnent à la haine envers ceux qu’ils ont choisi de diaboliser.

Désolé, messieurs les journaleux, mais ce que vous proposez, ce n’est pas de l’information, mais de la propagande.

Des experts de l’ONU sont en train d’enquêter sur place pour voir s’il y a bien eu utilisation de gaz sarin. Mon dieu, que cet acte est utile ! Bien sur que oui, il y a eu utilisation d’armes chimiques et de gaz sarin. Mais les grands experts de l’ONU vont ils nous dire QUI les a utilisés ? Parce que la vrai question, elle est là !

Et les actualités sur le terrain syrien, s’entrecroisent tellement que le scénario monté de toute pièce par ceux-là même qui condamnent, crève les yeux, et ne peut que se retourner contre eux, au regard de toute personne un tant soit peu censée (mais aussi, hélas, informée, et c’est sur ce terrain là que les mediamensonges ont toujours gagné jusqu’à présent).

Donc, chronologie :
- les nations occidentales ont affirmé, il y a quelques mois qu’elles n’interviendraient en Syrie, que si Bachar El Assad utilisait des armes chimiques contre son peuple.
- Le même Bachar El Assad a affirmé à son tour qu’il n’aurait jamais recours à ça ; sauf en cas d’intervention étrangère.

Actualité :
- « Le Figaro" affirme que, le 17 août, un groupe de 300 rebelles syriens a franchi la frontière jordano-syrienne dans la région de Deraa, épaulés par des commandos israéliens et jordaniens, mais aussi par des hommes de la CIA. Il s'agirait du premier contingent de combattants de l'Armée syrienne libre (ASL) formé à la guérilla pendant plusieurs mois par des Américains dans un camp d'entraînement en Jordanie. Un second contingent aurait également franchi la frontière le 19 août, poursuit le quotidien. »
- « Ce serait cette pression militaire qui pourrait expliquer le recours aux armes chimiques par le président syrien, avance le quotidien. En juillet dernier, le porte-parole de Bachar al-Assad avait publiquement affirmé que le régime n'utiliserait pas ce type d'armes "sauf en cas d'agression extérieure". "L'intrusion d'agents étrangers dans le sud du pays, par exemple…", note le Figaro ».
- « L'opposition syrienne a accusé mercredi le régime de Bachar al-Assad d'avoir tué plus de 1.300 personnes à l'aide d'armes chimiques près de Damas »

Bravo, le scénario est bien rôdé : on fait entrer de l’étranger des « commandos de la mort », et de plus entrainés par la CIA (ho les vilains !).
Et comme promis Bachar utilise les armes chimiques.
Et donc comme promis l’occident peut aller l’exterminer.

Sauf que, outre le fait que Bachar n’est pas assez stupide pour balancer du gaz sarin, alors que les forces et les experts de l’ONU sont déjà sur place à n’attendre que ça, nos journalistes véreux ont oublié de lire ailleurs, d’autres sources, déjà plus anciennes, et émanant de personnes plus que crédibles.

Lire autre chose :
- Les rebelles syriens ont utilisé du gaz sarin, selon Carla Del Ponte (Le Monde.fr avec Reuters | 06.05.2013)
Des enquêteurs des Nations unies ont réuni des témoignages selon lesquels des insurgés syriens se sont servis de gaz sarin, un agent neurotoxique interdit par le droit international, a déclaré dimanche 5 mai la magistrate suisse Carla Del Ponte. Interrogée par la télévision helvète, la membre de la commission d'enquête indépendante de l'ONU sur les violences en Syrie a précisé que les investigations menées jusque-là ne permettaient pas de conclure que les forces gouvernementales syriennes avaient elles aussi employé des armes chimiques.
"Selon les témoignages que nous avons recueillis, les rebelles ont utilisé des armes chimiques, faisant usage de gaz sarin", a déclaré Mme Del Ponte, qui est également l'ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie. "Nos enquêtes devront encore être approfondies, vérifiées et confirmées à travers de nouveaux témoignages, mais selon ce que nous avons pu établir jusqu'à présent, pour le moment ce sont les opposants au régime qui ont utilisé le gaz sarin", a-t-elle ajouté. La magistrate n'a pas donné de détails sur les circonstances dans lesquelles le neurotoxique aurait été employé et a expliqué que les recherches de la commission d'enquête de l'ONU, qui doit présenter ses observations aux prochaines sessions du Conseil des droits de l'homme de l'ONU en juin, étaient loin d'être terminées.

- La police turque a trouvé du gaz sarin chez les terroristes d’Al Nosra. (1 juin 2013 / Zaman Gündem)
Hier matin, à l'aube, la Direction générale de la Sécurité (Emniyet Genel Müdürlügü) a mené une opération à Adana, dans la Sud de la Turquie, contre des cellules de l'organisation terroriste Jabhat Al Nosra, fer de lance de l'insurrection en Syrie.
 Après avoir saisi plusieurs plans d'attentats, les unités antiterroristes de la police turque ont mené des perquisitions à douze adresses différentes et procédé à des contrôles routiers à divers points d'accès vers la ville.
La police turque a découvert 2 kg de gaz sarin.
Au cours de leur interrogatoire, les terroristes auraient avoué vouloir acheminer le gaz sarin vers les zones de combat en Syrie.
La police enquête actuellement sur les pistes qui ont permis aux terroristes de se procurer cette arme chimique.

Mais comment peut-on se laisser berner aussi souvent, par les mêmes ?
Allez donc taper dans google : Nicaragua, Salvador, Chili, Vietnam, Iran, Koweit, Irak, Afghanistan, Lybie, etc, etc …
Et tout ça sans parler de l’Afrique, dont je cause ailleurs (Dossier L'Afrique spoliée)...

NON A L'INGERENCE ! (qui n'est qu'un prétexte à la colonisation ou au pillage de ressources)

L'article chez lui : Syrie, sarin et sérieux


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • alinea Alinea 30 août 2013 13:45

    Ben oui ! ne dit-on pas qu’on accuse son chien de la rage quand il commence à nous gêner ?
    L’Occident se discrédite, l’Occident se vautre sans plus de complexe, et il y en a encore pour dire que si on le dénonce, c’est de la haine de soi !  smiley


    • philippe913 30 août 2013 14:13

      y’a des ressources à prendre en Syrie ?


      • alinea Alinea 30 août 2013 15:03

        Vous êtes sérieux ?


      • philippe913 30 août 2013 15:39

        ben... à part le pétrole y’a du sable, et du pétrole, y’en a pas bcp...

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_production_de_pétrole


      • Bilou32 Bilou32 31 août 2013 11:25

        Il semblerait qu’il y ait beaucoup de gaz (naturel, pas sarin...) et la Syrie est un pas de plus vers l’ Iran...


      • dominique 30 août 2013 15:25

        S’il fallait y aller en Syrie je propose de mettre en première ligne notre valereux général Flamby avec ces deux aides de camps Fabius et BHL. Mais quand je dis en première ligne c’est bien tout devant afin que eux connaissent aussi les malheurs de la guerre. Comme il est facile pour eux d’envoyer les autres au casse pipe bien installés dans leurs fauteuils. Dommage que Boris Vian ne soit plus de ce monde je pense que sa chanson, vous voyez de laquelle je parle, deviendrai l’hyme national


          • exocet exocet 31 août 2013 00:39

            J’ai reçu hier mon avis à payer pour les impôts.

            A tous ceux qui s’opposent à cette nième guerre injuste, absurde et déséquilibrée, peut-être pourrions nous organiser un boycott du paiement de nos impôts.
             Afin qu’ils ne servent pas encore à financer des bombardements sur des gens qui ne nous ont pas fait de mal, en notre nom et avec notre argent.

            J’avais lu quelque part qu’on peut légalement retenir l’argent quelques temps, à condition de le verser sur un compte bloqué.

            Est-ce que quelqu’un en sait plus sur cette méthode ?


            • COLLIN 31 août 2013 02:38

              Les merdias corrompus dans la ligne de la propagande déversent leur fiel « va-t-en-guerre » criminel,et parmi eux MEDIAPART ne fait pas exception,avec Caroline Donati et Thomas Cantaloube,qui y défèquent régulièrement leurs secrétions belliqueuses... !!!

              De plus,ce site,en bon MERDIA,censure quasi tout commentaire s’écartant de ligne ,ou franchement (et à juste titre) accusateur...

              J’avais été assez naïf pour croire que ce journal pouvait s’émanciper et garder une liberté éditoriale,mais les faits sont cruels,et j’ai donc résilié mon abonnement...Je me suis ensuite abonné à DEDEFENSA...Et je fais un don immédiatement à AGORAVOX,qui reste une des derniers espaces d’expression libre...


              • davidjustice 31 août 2013 09:18

                ATTENTION on ne doit pas prendre l’entrée en guerre de la france avec legereté, hollande nous mene tous droit vers une cascade de conflit dangereux pour le bien de la france.

                Oui messieurs les journalistes pourquoi vous posez pas les vrais questions, que cette attaque sur la syrie pourrait bien finir EN 3 GUERRE MONDIALE ;
                 
                Agissez avant que c’est trop tard, car y’aura des millions de vies en jeu dans les prochains jours qui vont suivre, la syrie ne se laissera pas faire, et on peut également prédire que la russie et la chine ne laisseront pas cet affront impuni.

                la france n’a rien a faire dans se pays, comment il peut regler les problemes des autres pays quand il ne peut pas regler les problemes de notre propre pays. c’est a la ligue arabe de regler ce conflit qui progresse au moyen orient.

                Monsieur Hollande est totalement inconscient d’agir ainsi pour les beaux yeux de l’oncle sam, il va declencher un processus qu’il ne pourrait pas stopper en mettant la vie des millions de français qui sont contre l’entrée en guerre de la france.


                • DACH 31 août 2013 10:39

                  Ceux qui sont sur le terrain savent : les rebelles syriens n’ont pas la capacité de produire des armes chimiques, ni les vecteurs ni le savoir faire pour rendre armes des composéschimiques séparés. Les troupes d’Assad sont les détenteurs de telles armes et du savoir faire associé, grâce aux ex soviétiques.
                  L es propos qui nient cela sont des contes de frées pour mieux cacher d’autres inhtentions.
                  Ci-dessous un article venu du Liban, qui détient les preuves de l’implication du régime syrien dans les attentats à la voiture piégée.....

                  Ziyad Makhoul | 31/08/2013

                  En dents de scie Trente-cinquième semaine de 2013.
                  Voici l’axiome : le gang Assad est le pire fléau qu’ont dû subir et que continuent de subir, plus pour longtemps pourtant, la Syrie, ses sunnites, ses chrétiens et ses alaouites. Et, bien sûr, le Liban. Quel(s) que soi(en)t le(s) successeur(s), ce sera, en comparaison, comme un ultradoux goût de barazeks à peine sortis d’un four damascène.
                  Voici le théorème : l’attaque au gaz chimique qui a anéanti des centaines et des centaines de Syriens n’a pu être conçue, commanditée et exécutée que par ce gang Assad. Ce n’est pas que les autres, intellectuels ou cannibales, soient des saintes nitouches, loin de là ; mais si ces rebelles possédaient ou avaient volé des armes chimiques, Walid Moallem en personne se serait fait un plaisir fou à le hurler une bonne douzaine de fois par heure et par jour. Quant à Bachar el-Assad, il est suffisamment déconnecté désormais, suffisamment adolfisé, pour se refuser quelques petits et pervers plaisirs. Comme, par exemple, lancer ses sarin et ses moutarde sous les narines mêmes des experts onusiens.
                  Voici le problème : comment exercer cet urgent droit d’ingérence, cette incontournable assistance à peuple en danger en limitant au maximum les dommages, directs soient-ils ou collatéraux ? Comment empêcher le monstre de recommencer et aider les rebelles autant que faire se peut sans reproduire les catastrophiques scenarii irakien et afghan ?
                  Le monde serait tellement plus fascinant s’il n’était régi que par la mathématique. Aujourd’hui, le manque de coordination, de préparation, de sérieux et de professionnalisme de la part des Occidentaux et de leurs alliés musulmans qui veulent punir Bachar el-Assad est tellement hénaurme qu’on pourrait penser que cela est fait exprès. Que cela est un épisode-clé dans cette préguerre psychologique. Dans tous les cas, c’en est navrant.
                  Sauf qu’on arrive encore à trouver dans ce maelström abscons de sympathiques petites compensations. De grands moments. Barack Obama en Alfred Hitchcock jeune, black, hipster et furieusement Ubu-roi qui répète à intervalles tellement réguliers qu’on dirait Big Ben qu’il n’a pas encore pris sa décision. David Cameron qui est autant fait pour le 10 Downing Street qu’Angela Merkel pour chanter en duo avec Lady Gaga. François Hollande qui depuis le Mali se rase tous les matins habillé de la combinaison anthracite-SM de Batman juste pour en voir les reflets dans la glace. Vladimir Poutine en pseudo-tsarévitch grotesque qui ne sait plus quoi inventer et dans quels marécages s’embourber pour ressembler à Ivan le Terrible. Recep Tayyip Erdogan qui donnerait un rein pour ressusciter la Sublime Porte et anschlusser la Syrie, la Jordanie, l’Irak et le Liban. Abdallah ben Abdel Aziz qui signe des chèques et des virements pharaoniques des deux mains. Ali Khamenei qui multiplie les petits livres verts pour expliquer aux pasdarans comment envoyer des missiles de Damas sur Tel-Aviv et aux hezbollahis comment mieux mourir pour autrui. Benjamin Netanyahu qui a compris l’erreur fatale d’un État hébreu persuadé que seul l’alaouite peut être son allié et qui se mord les doigts jusqu’à la clavicule en suppliant ces démocrates qu’il abhorre de frapper, refrapper et frapper encore le régime syrien.
                  Enfin, ultime pied de nez de cette gueuse d’histoire, il y a la naissance, comme Aphrodite née de l’écume de la Méditerranée, ce nouveau couple un peu Burton-Taylor, un peu Je t’aime moi non plus, Paris et Washington, Washington et Paris, seuls au monde ou presque, en lune de miel au large des côtes syriennes, dix ans exactement après l’épisode irakien où les Français se faisaient traiter de singes capitulards bouffeurs de fromage et où Dominique de Villepin entrait dans l’histoire en se faisant applaudir au Palais de Verre par le chœur des nations devant un Colin Powell déconfit, terreux, pas dupe et triste. Paris et Washington qui vont tirer. Qui vont punir.
                  Les paris sont ouverts : une baffe ? Une claque ? Une fessée ? Une curée ? Peu importe. Toute la planète ne serait pas mécontente de voir la guerre syrienne durer des lustres, mais arrivera bien un moment où il faudra en finir. Virer le gang Assad. Laisser la nature reprendre ses droits. Un moment où le maintien au poste de l’ex-ophtalmologue sera infiniment plus dangereux que son départ. Quelle que soit son intensité, l’attaque franco-américaine, imminente, sera un prologue. Le chapitre I tardera probablement à être écrit, mais il arrive(ra). Et puis les Syriens se débrouilleront – à l’égyptienne, à la libyenne, à la tunisienne, peu importe.
                  En attendant, le nombre de morts doublera ou triplera en Syrie, celui des réfugiés syriens aussi, Barack Obama et François Hollande concrétiseront leur nouvelle relation spéciale en partageant leurs vacances communes entre les Hamptons et le Lubéron, le Liban sera toujours sans gouvernement, les voitures piégées fleuriront aux quatre coins de ces 10 452km2, et Michel Sleiman continuera de recevoir le chef du bloc parlementaire du Hezbollah Mohammad Raad jusqu’à ce que tous les cadres de la milice soient en train de combattre aux côtés de leurs collègues chabbiha en Syrie.

                  P.S.  : cette farce est une honte. La communauté internationale aurait dû, dès son baptême du feu et ses premiers massacres aux armes conventionnelles, faire de Bachar el-Assad le Slobodan Milosević du Proche-Orient. Une honte et une immense, une gargantuesque ânerie.


                  • Agafia Agafia 1er septembre 2013 01:03

                     les rebelles syriens n’ont pas la capacité de produire des armes chimiques

                    Ouaip ptêt bien, mais ils peuvent avoir mis la main sur des stocks et apprendre à s’en servir grâce à leurs potes de la CIA et à l’entrainement que celle-ci leur octroie.

                    Les vilains Bachar et Slobodan avaient ce point commun de ne pas s’inscrire dans la ligne des US et C° mais ne sont pas pires criminels qu’eux. Combien de victimes les US ont-ils sur la conscience ? On me répondra que ces morts là sont pour la bonne cause, que ce sont les oeufs de l’omelette démocratique.
                    Et honte à la France de jouer le toutou docile lécheur des US.


                  • DACH 31 août 2013 11:46

                    Un petit témoignage....

                    Loin de la fureur des bombardements dans leur pays, des dizaines de blessés syriens sont soignés au calme d’un petit hôpital du nord d’Israël, oubliant pour quelques jours le conflit qui oppose les deux pays.
                    Fatima a été blessée dans le bombardement de sa ville natale de Deraa, dans le sud de la Syrie. Admise fin juillet à l’hôpital Ziv de Safed, elle ne tarit pas d’éloges sur le personnel médical israélien. « Ils font preuve de beaucoup de respect à notre égard. Que Dieu les protège », dit-elle, assise sur son lit, a deux pas de celui de sa fille âgée de 8 ans, elle aussi blessée.
                    Mais cette mère de neuf enfants, âgée de 41 ans, ne parvient pas toujours à cacher sa nervosité à l’idée d’être associée avec Israël, un pays techniquement en guerre avec la Syrie depuis les conflits de 1967 et 1973. Craintive, elle a demandé à ce que des pseudonymes remplacent son nom et celui de sa fille pour qu’elles ne puissent être identifiées.
                    Fatima fait partie des plus de 100 Syriens hospitalisés en Israël, la plupart dans les hôpitaux de Safed et de Nahariya. Selon le directeur adjoint de l’hôpital de Safed, Calin Shapira, environ un million de dollars ont été alloués par le gouvernement israélien pour le traitement des blessés syriens. Fatima dit ne pas savoir comment elle est arrivée en Israël ; elle vaquait à ses occupations quotidiennes à Deraa lorsqu’un obus de mortier a touché sa maison, la blessant ainsi que sa fille « Zahra ». « Je me souviens juste que des gens m’ont aidée à me relever et après je me suis retrouvée ici, dans un hôpital israélien », explique-t-elle.


                    • antyreac 31 août 2013 16:37

                      Comme quoi 

                      ne sont pas barbares les peuples décrit par les internautes d’AV
                      voyez plus haut

                    • Lion Of Judah 31 août 2013 23:34

                      surtout pas intervenir

                      laissons assad se frotter aux sunnites
                      jusqu’au derniers des derniers
                      et la syrie reculer de 50 ans

                      Bisoux de Tel Aviv

                      et shana Tova à tous
                      et surtout bonne santé

                      car sans la santé
                      on n’est rien

                      • Lion Of Judah 1er septembre 2013 12:21

                        je le repete : ne pas intervenir

                        laisser faire
                        laisser la syrie retourner où elle etait
                        cest à dire nulle part
                        lIran sepuiser et le Hezb en profiter

                        et bien sur, bonne chance aux 2 camps

                        Shana Tova à Tous
                        je vous embrasse fort

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Chien Guevara

Chien Guevara
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès