Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Syrie, une situation explosive

Syrie, une situation explosive

S’il apparaît régulièrement dans la presse internationale que le conflit syrien peut dégénérer en 3ème Guerre mondiale, il est étonnant que les enjeux énergétiques et les intérêts particuliers qui s’y cachent derrière, puissent être si peu développés. La position officielle « Angloricaine » se trouve fort embarrassée, à l’image de Tony Blair, sur ses responsabilités quant à ses collusions avec l’extrémisme sunnite dans cette partie du monde. Alors que depuis la première guerre d’Irak, les Américains ont promis une croisade du bien contre l’axe du Mal en vue d’offrir à l’humanité un nouveau siècle de paix et de prospérité, il est difficile aux gouvernants, impliqués dans les délires mystiques de la famille Bush, de ne pas constater que le monde devient de plus en plus dangereux et misérable. Pire encore, depuis les attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis enjoignent le monde à combattre le diable Ben Laden et son groupe Al-Qaida et condamnent la Russie pour avoir mis de l’ordre dans vingt ans de chaos « Angloricains ».

La Syrie, un nouveau corridor de Dantzig

Les géants de l’énergie semblent abandonner la chimère du pic pétrolier tant l’abondance appuie sur les cours du brut mondial, tandis que l’extraction et l’utilisation du gaz apparaissent comme bien plus lucratifs dans les prochaines décennies et offre également un meilleur alibi écologique. Pendant que l’Arabie Saoudite s’enfonce aveuglément dans une politique de surproduction suicidaire de pétrole, les actuels et futurs acteurs du marché mondial du gaz s’activent pour mettre en place un réseau de gazoducs à l’usage des plus gros clients du monde : l’Europe.

Déjà, le conflit ukrainien a pour but l’affaiblissement économique de la Russie et son soutien aux rebelles de l’Est de l’Ukraine a pour conséquences de dures sanctions européennes et un intérêt croissant vers le gaz de schiste américain au détriment du gaz russe.
Cette alternative temporaire n’est pas viable de par sa faisabilité et son coup de transport. L’Europe a tout misé sur la destitution du président syrien pour favoriser le gaz du Moyen-Orient.

Dans sa boulimie d’investissements/retours sur investissements et ses velléités dominatrices comme premier producteur exportateur mondial de Gaz Naturel Liquéfié (GNL), le Qatar n’a pas hésité à miser plus de 3 milliards de dollars sur le djihadisme takfiriste pour tenter de renverser le président syrien Bashar Al-Assad, seul obstacle à la mise en route du gazoduc Qatar Turquie. La partie turque est déjà prête à recevoir le gaz qatari pour l’acheminer dans toute l’Europe via l’ouest et le gazoduc Nabucco.
Nabucco était en concurrence directe avec le projet Paneuropéen South Stream, un gazoduc qui devrait être construit par le consortium de Gazprom (Russie) et ENI (Italie) en 2015, EDF devait détenir 10% des parts, remarquable perte due à la diplomatie française car ce projet a été remplacé par le Turkish Stream en 2014, signé par Poutine avec la Turquie. Cette dernière, point de passage obligatoire des deux projets, est gagnante dans tous les cas.
De son côté, Israël soigne discrètement les rebelles syriens de tout bord et bombarde de temps en temps le régime de Bachar Al-Assad dans l’espoir de se réserver la part du lion dans les gisements les plus prometteurs : sur le plateau du Golan qu’il occupe en violation des lois Internationales et ainsi que celui du Léviathan au large de la Méditerranée.

Il est hypocrite dans le camp occidental de ne pas condamner le financement du terrorisme en Syrie par le Qatar et l’Arabie saoudite, intéressés également par l’utilisation du gazoduc Nabucco. Quand le mercantilisme est à ce point apparent et nauséabond, toute déclamation libérale et « droit de l’hommesque » est grotesque et malvenue. Il est évident que les ronds de jambe de Manuel Valls et François Hollande dans les monarchies du Golfe relèvent de la même hypocrisie. Toutes les sanctions économiques à l’encontre de la Russie sont ridicules et ses répercussions sur le monde agricole sont infiniment plus graves que celles infligées à Moscou. Si l’intervention de la Russie sauve le pouvoir d’Al-Assad, la diplomatie française aura sacrifié son agriculture sans avoir atteint Moscou qui se retrouvera avec son gaz en position de force face à une Europe obligée de plier devant sa dépendance aux fournitures russes.

Les vérités qu’il ne faut pas dire

La Russie n’est donc pas allée en Syrie sauver le régime de Bachar Al-Asad et sa base navale de Tartous mais pour préparer et confirmer l’avance dans la livraison de gaz à l’Europe par la Turquie, qui est quasi définitive. Le gazoduc Turkish Stream doit entrer en fonction en décembre 2016, sa capacité sera de 63 milliards de mètres cubes par an de gaz nature. Dans tous les cas de figure, la perte de livraison en Europe de l’ouest sera compensée par les nouveaux clients qui ont déjà signés les contrats d’approvisionnement avec Moscou.

Les intérêts économiques supérieurs du Club prévalent sur tout autre considération. Il n’est donc pas surprenant de constater que le Qatar, l’Arabie saoudite et l’Europe « TAFTAienne », servent ces intérêts très particuliers, les désastres humanitaires étant le cadet de leurs soucis. Cette alliance contre-nature implique l’attaque de l’arc chiite (Iran, Syrie, Liban) comme l’avaient décidé le tandem Chirac-Bush, le premier suite à l’assassinat de son ami et conseiller libanais, Rafik Hariri, le second en vertu du pacte de Quincy et de son indéfectible alliance avec Israël. Jusqu’à la 2eme guerre d’Irak pour en finir avec Saddam, la Syrie a travaillé avec l’administration américaine pour contrer la montée d’Al-Qaida. Malgré cette collaboration, George Bush, dans son fumeux discours sur l’état de l’Union en 2003, plaça la Syrie sur la liste de l’axe du Mal. Damas, durant le conflit et pendant cinq ans, reçue à elle-seule entre 1,2 et 1,5 millions d’irakiens sur les 4 millions qui ont fuit la guerre. En remerciement des procédés « angloricains », Bachar Al-Assad renvoya les terroristes d’Al-Qaida à leurs expéditeurs en Irak.

Le fantôme de l’Armée de Syrie Libre (ASL)

Selon la recette éprouvée lors des événements de Libye, où BHL est allé soutenir une opposition libyenne inconnue jusque là, la France et ce dernier, ont inventé le Conseil National Syrien (CNS) composé de Bourhan Ghalioun et Bassma Kodmani, deux universitaires sinistrement inconnus dans leur pays et de Frères Musulmans imposés et soutenus par le Qatar et la Turquie dans cette pantomime de démocratie à la sauce BHL. A peine intronisés par l’entremise d’Alain Juppé au théâtre de l’Odéon en présence de tout le gratin politique et culturel, apparaissait une opposition armée composée de ces islamistes dont tout le monde connaît l’humanisme. Vers ce CNS, afflua de nombreux dons du Qatar et de la Turquie via les Frères Musulmans à quelques conditions sans équivoques : les groupes rebelles devaient avoir une terminologie islamiste et que chaque vendredi, les manifestations devaient revendiquer le djihad, selon Eric Chevallier, ambassadeur en poste à Damas à cette époque.

Rapidement, cette farce nationale syrienne inventée à Paris, ne trompait plus que les dindons qui l’avaient inventé. On assiste aujourd’hui à une réorganisation du Jahbat Al-Nosra – jadis dirigé par un certain Abou Mohammad al-Joulani aujourd’hui passé de vie à trépas mais qui fût dans le cercle intime de Abou Moussab al-Zarqaoui, ancien responsable d’Al-Qaïda en Irak – considéré comme rebelles modérés par les occidentaux et dont Fabius prétend « qu’ils font du bon boulot ». Incroyable ignorance de notre Ministre qui a la fâcheuse coutume d’être responsable, sans jamais être coupable quand on connaît la citation d’un de ces dignitaires qui font la fierté de Fabius, Ibn Abdallah el-Hosni, le 10 Août 2011 :

« Pour que la révolution soit victorieuse, il faut trois conditions. Qu’elle démarre avec quelques jeunes gens naïfs. Ensuite qu’elle se diffuse d’une ville à l’autre, sans avoir un leader . Et enfin que personne ne connaisse ses origines, ni son but. Mais aujourd’hui, nous avons dépassé ce stade. Il faut maintenant placer cette révolution sous l’égide du djihad sunnite, et qu’il soit bien clair qu’il s’agit d’un combat purement religieux contre les chrétiens, les chiites et les alaouites. »

Pour mémoire, la démarcation entre Al-Qaïda et L’Etat islamique se résume simplement à une guerre des chefs entre Ayman al-Zawahiri et Abou Bakr al-Baghdadi. Le but d’Al-Qaïda, comme celui de l’Etat islamique, est de créer un califat mondial. Les deux groupes fondamentalistes sont soutenus par des monarchies pétrolières du golfe mais Al-Nosra et ses soutiens (Arabie saoudite, Qatar et Turquie) désirent aujourd’hui « atténuer » leurs relations qui deviennent trop visibles et trop gênantes également pour nos chers amis américains. Ces derniers aimeraient faire oublier la rencontre entre le sénateur Mc Cain et le chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi et encore plus les propos et les promesses échangées.

Jahbat Al-Nosra, branche officielle d’Al-Qaïda en Syrie, compte désormais 10 000 combattants mais pleure d’être abandonné par leurs chers amis américains et français face aux frappes russes qui semblent n’être pas assez modérées.

La coalition « angloricaine » face à ses contradictions

La lutte de la coalition « angloricaine » contre le terrorisme en Irak perdure depuis de nombreuses années, mais ne trompe plus personne du simple citoyen aux chancelleries les plus éloignées. Plus le temps a passé, plus l’Etat islamique s’est renforcé au nez et à la barbe de ceux qui prétendaient les éradiquer. Même le moins informé des hommes est apte à comprendre qu’un groupe terroriste qui se permet de vendre du pétrole sur le marché international ou de recevoir des milliers de véhicules flambants neufs bénéficient de collusions de la part du Club. Plus personne ne peut déplacer de capitaux de cet ordre là dans le monde sans être repéré et bloqué. De plus, la quantité d’armement livrée à cette organisation ne peut pas se faire sans un certain laxisme douteux de la part de nos chers amis Américains. Le président Obama a retiré ses troupes en 2011 en déclarant : « Nous continuerons à voir comment nous pouvons aider et équiper les forces irakiennes. Les Etats-Unis auront toujours intérêt à un Irak stable, sûr et autonome ». Il semblerait qu’il se soit trompé de camp pour les livraisons d’équipement militaire. Dès son intervention, le président Poutine a mis en déroute toute la logorrhée « obamesque » en deux injonctions : « donnez-nous les cibles que vous considérez à 100% comme terroristes ». Aucune réponse, autre tournure : « où ne faut-il pas frapper ? Toujours pas de réponse ».

Maintenant que l’Irak a officiellement demandé à la Russie d’intervenir, il serait heureux que les américains répondent aux Russes concernant les cibles, au cas où les bombardements tombent malheureusement sur quelques instructeurs ou mercenaires étasuniens se retrouvant par hasard mélangés avec les terroristes de Daesh.

Denissto et David Bonapartian

Article extrait de la Lettre d’Analyses et d’Informations Libre n°7 (Novembre 2015) que vous pouvez vous procurer sur la boutique de l’AIL


Moyenne des avis sur cet article :  4.55/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 23 novembre 2015 08:05

    Les guerres ont toujours eu un sens caché..et celle de Syrie n’y déroge pas...Les politiciens aux commandes de la planète, travaillent pour le grand capital..ne pas l’oublier...


    • @L’auteur :
      .
      Meyssan avance l’hypothèse que la France et Israël vont déplacer leurs opérations terroristes et de déstabilisations vers le nord de la Syrie et de l’Irak en vue de la création d’un État Kurde unifié. Cette fois, je na partage pas l’ analyse de l’excellent Thierry Meyssan.
      .
      Perso, je ne crois pas que cela se réalisera. La France et Israël sont des petits joueurs....sur la scène mondiale . La Russie et les USA (et même la Chine pour d’autres raisons ) vont plutôt opter, a mon sens, pour
      refroidir cette zone.  Les grandes puissances opteront pour un démembrement de l’Arabie Saoudite en trois entités. Non pas pour s’accaparer ou piller les champs pétroliers des saoudiens....mais bien pour contrôler le débit de production de pétrole. 
      .
       La réduction de la sur-production mondiale de pétrole ( et maintenant de gaz) a toujours été l’objectif principal des guerres, déstabilisations et des opérations terroristes sous fausses bannières au Moyen-Orient et ailleurs . Cette fois, les grandes entreprises pétrolières ont décidé que ce sera l’Arabie Saoudite qui se sacrifiera et qui offrira au Monde une réduction de production, un ralentissement de la surproduction.
      .
      Les financiers et l’establisment souhaitent aussi cette réduction , de la surproduction mondiale de pétrole, qui entrainera une hausse significative de l’inflation mondiale. ( La hausse des prix du pétrole
      entrainera une hausse des couts des transports qui se répercuteront dans toute la chaine mondiale de production industrielle ).
      .
      L’establisment , le système financier actuel ne peut survivre a une déflation prolongée, il a un besoin urgent de cette inflation significative . Cette hausse de inflation , sur une période de 10 ans, permettra de réduire la valeur des dettes publiques et privée
      .
      Dans ce sens, les intérêts énergétiques ou stratégiques d’Israël et de la France pèseront peu dans la balance face aux intérêts des grandes puissances. 
      .
      Voici donc le lien de ce dernier article de T. Meyssan : La France et Israël lancent une nouvelle guerre en Irak et en Syrie, par Thierry Meyssan
      .


    • Massada Massada 23 novembre 2015 14:52

      https://www.youtube.com/watch?v=5zwjkfmMwb4&feature=youtu.be écrit :

      « Meyssan avance l’hypothèse que la France et Israël vont déplacer leurs opérations terroristes et de déstabilisations vers le nord de la Syrie »

      Propos anti français d’un traite à la nation.


    • Massada Massada 23 novembre 2015 14:54

      Propos anti français d’un traitre à la nation.


    • @Le p’tit Charles
      .
      Je vous plusse. Concernant le ’’sens caché’’ , j’ai fait un effort pour le dévoiler 2 ou 3 commentaires au dessus. C’est vraiment l’effort maximum que je peux me permettre compte tenu de mes modestes capacités intellectuelles ...et des bouteilles de vino que nous avons ouvertes hier smiley


    • izarn 23 novembre 2015 17:43

      @Massada
      Vous parlez de quelle nation ? Israeliene ?
      Sachant que celle-ci est démocratique, vous parlez pour le FN local ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 2015 08:03

      Excellent article, merci !


    • Lucide bdpif@laposte.net 24 novembre 2015 12:53

      @ TROLLS


      Ha mince, un avion Russe viens de se faire descendre comme une mouche par la Turquie, petit pays sans prétention militaire. 
      Pourtant nos commentateurs nous affirmaient qu’ils étaient indestructibles et qu’ils arriveraient à détruire les USA en 15 Jours sans etre detectés.

      APPAREMENT L ARMEE RUSSE A DES PROBLEMES POUR LOCALISER LES FRONTIERES EN SYRIE ET EN UKRAINE. J AI UN VIEUX GPS DANS MON GRENIER, JE PROPOSE DE L OFFRIR A L AVIATION RUSSE POUR EQUIPER AU MOINS UN AVION DE RECONNAISSANCE.

      FAISONS OEUVRE DE CHARITE, POUR LUTTER CONTRE L EMPIRE OFFRONS NOS VIEUX GPS USAGES A L ARMEE RUSSE.

      EGALEMENT LES VIEUX MOTEURS DE MOBYLETTE OU DE SOLEX POUR LES CHARS ARMADA EN MOTEUR DE SECOURS POUR LES DEFILES MILITAIRES.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 2015 17:45

      @bdpif@laposte.net
      La Turquie vient de faire une grosse erreur. Elle vient de démontrer qu’elle soutient Daesh et pas la lutte CONTRE Daesh. Alors que les pays de l’ OTAN font de la com’ dans tous les sens, pour noyer le poisson, la Turquie vint de se mettre à poil : elle soutient Daesh. Elle soutient aussi le juteux trafic pétrolier des terroristes.


      Le fait que la Russie ait poussé les USA à bombarder les camions qui assuraient le transport du pétrole, a dû lui rester en travers du gosier... L’avion russe ne menaçait en rien la Turquie.

    • Pere Plexe Pere Plexe 24 novembre 2015 22:08

      ...à quelle nation ?


    • Ben Schott 23 novembre 2015 08:11

       
      Merci. Ça change du tombereau de niaiseries qu’on a pu lire ici, à quelques exceptions près.
       


      • jaja jaja 23 novembre 2015 09:38

        L’intervention militaire US en Irak est le point de départ de Daesh. Paul Brenner avait alors commis une faute inimaginable en licenciant prés de 200 000 soldats de Saddam Hussein, laissés sans un sou mais avec leurs armes et une haine colossale des Américains et de l’Occident en général. Une intervention étrangère provoque toujours une résistance et une unification autour du groupe le plus fort. Ce qui fait que l’État islamique en Irak, renforcé des soldats et services de renseignement de Saddam Hussein, est devenu une véritable armée. Surpassant les forces laïques du parti Baas.

        L’intervention militaire des troupes occidentales et russes en Syrie ne peut qu’avoir le même effet en radicalisant les civils syriens victimes des bombardements. Et comme les forces de l’opposition syrienne, notamment de gauche, ne représentent plus grand chose il est clair que le renforcement de l’EI ne fait aucun doute si les bombardements continuent. Il serait grand temps de tirer les leçons désastreuses des interventions militaires occidentales en Afghanistan puis en Irak.

        La seule solution ne peut venir que des peuples de la région. Les forces Kurdes ont fait savoir que les bombardements de Raqa, le fief syrien de l’EI, terrorisaient et touchaient les civils, sans faire grand mal à l’EI, et, surtout, empêchaient leurs troupes de donner l’assaut au sol à la ville, ce qu’elles se disent en capacité de faire si les bombardements occidentaux et Russes cessent.

        De toute façon imaginer que c’est une intervention militaire étrangère qui va résoudre le problème c’est se fourrer le doigt dans l’oeil jusqu’au coude !
        Retrait de toutes les troupes impérialistes de Syrie et de la région !


        • alinea alinea 23 novembre 2015 11:55

          @jaja
          Aussi : cessation immédiate du pourvoi d’armes et de financements, rupture diplomatique et commerciale avec les pourvoyeurs locaux, et de tout commerce ( black) entre l’UE et l’EIL !!


        • roman_garev 23 novembre 2015 12:29

          @jaja

          Vraiment, le poing rouge prend place du cerveau.
          Les Kurdes (lesquels au juste ? Qui a parlé de leur nom ?) ont beau se dire en capacité quelconque, on n’en a eu une moindre preuve jusque-là pendant des années.
          Quant au civils syriens, ils s’engagent déjà par centaines dans les milices populaires, reprenant l’espoir suite au soutien russe efficace de l’armée syrienne.

        • roman_garev 23 novembre 2015 12:33

          @alinea

          D’accord, sauf cet « aussi ».

        • jaja jaja 23 novembre 2015 12:37

          @roman_garev

          @roman_garev

          Plutôt que de t’occuper de mon cerveau occupe toi de tes histoires pour benêts... En ce qui concerne les Kurdes Kobané ça ne te dit rien ?
          Quand aux civils Syriens il t’a échappé qu’ils foutent le camp en masse pour échapper aussi bien à Daesh qu’à la conscription du dictateur et maintenant aux bombardements du judoka de mes deux russe... ?


        • chantecler chantecler 23 novembre 2015 13:15

          @jaja
          Non Jaja .
          Je ne suis pas d’accord !
          Mais je peux faire erreur ...
          Le début du processus terroriste , à mon sens , remonte à plus loin : 1948 ? et avant ,dans cette région .
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Isra%C3%ABl
          avec un Occident soit culpabilisé , soit complice , d’actes qui auraient du être maitrisés (ONU) et qui a laissé faire .
          3 ème guerre mondiale ?
          Bush était un con . ( Mais aucun président américain n’a les pleins pouvoirs).
          N’empêche que l’attaque du 11/11/2001 a déclenché le reste .
          Qui arrangeaient les faucons sionistes .(et leur but le G.I)
          Et ce n’est pas fini .
          Il y a un cancer .
          Et il y a les métastases .


        • jaja jaja 23 novembre 2015 13:36

          @chantecler

          Je n’ai pas parlé du point de départ d’un terrorisme (qu’il faudrait d’ailleurs définir) mais du point de départ de Daesh...

          Le terrorisme israélien (haganah et Irgoun) date des années 30... Les premiers incidents entre juifs et arabes en Palestine ont eu lieu avant la guerre de 14-18...

          Notons que la Guerre du Golfe (1990-1991) voit les armées syriennes d’Hafez al Assad engagées dans le cadre de l’agression militaire « Bouclier du désert » de l’impérialisme US contre l’Irak. La dynastie a une histoire où l’anti-impérialisme est la grande absente... Dès 1976, elle s’engage militairement du côté du camp chrétien contre les « palestino-progressistes ».Pas étonnant que cette dynastie infecte soit vouée aux gémonies par les arabes de la région...
          De plus les Assad n’ont jamais tiré un seul coup de feu depuis 1973 contre Israël qui occupe le Golan syrien et on se demande bien pourquoi les sionistes voudraient s’en débarrasser...


        • alinea alinea 23 novembre 2015 13:40

          @roman_garev
          Pourquoi ? Aussi, veut dire « en plus » ; vous pouvez penser « à la place » ! Je ne saurais me prononcer !! mais sans cet « aussi », c’est se défausser, et quitter le navire qu’on a mis en perdition !


        • chantecler chantecler 23 novembre 2015 14:04

          @jaja
          Parce que la menace terroriste les rapprocherait de nous et nous souderait ?
          Un camp contre l’autre comme pendant « la guerre froide » ?
          Pour le reste d’accord .
          Cdt.
          Cr.


        • roman_garev 23 novembre 2015 14:34

          @jaja


          Sans les frappes russes la Syrie était vouée à l’extermination par l’EI, avec des millions de ses chiites, alaouites, chrétiens, Kurdes et tous les autres que les daeschiens auraient trouvé bon de fusiller, de faire exploser ou d’égorger. Aucun poing rouge brandi en l’air ne les en empêcherait

          Quant aux civils syriens, déjà un million d’eux sont revenus chez eux depuis l’intervention des forces russes. Eux, ils ont du cerveau.


        • leypanou 23 novembre 2015 14:36

          @jaja
          " Les forces Kurdes ont fait savoir que les bombardements de Raqa, le fief syrien de l’EI, ... sans faire grand mal à l’EI, et, surtout, empêchaient leurs troupes de donner l’assaut au sol à la ville, ce qu’elles se disent en capacité de faire si les bombardements occidentaux et Russes cessent. «  : vous croyez vraiment qu’une poignée de Kurdes peut venir à bout ET des Turcs ET d’ISIL/Daesh ?

          Sans l’intervention russe, l’Armée Arabe Syrienne ainsi que ses alliés les milices syriens seraient peut-être déjà complètement défaits, et c’est ce qui a décidé Poutine et l’Iran aidé du Hezbollah à intervenir.

           » Retrait de toutes les troupes impérialistes de Syrie et de la région ! " : vous ne comprendrez jamais rien aux réalités car sans l’aide des Russes que vous mettez dans le lot, Bachar al-Assad n’aurait pas tenu plus de 4 ans et mieux, est en train de reprendre beaucoup de terrain depuis les interventions aériennes.

          Une fois de plus, les Trotskystes sont à coté de la plaque.


        • roman_garev 23 novembre 2015 14:46

          @alinea


          Mille pardon. Si votre « aussi » signifie « à la place » (« au lieu »), j’en conviens parfaitement. Moi j’ai pensé que vous approuviez l’appel absurde de « Retrait de toutes les troupes impérialistes de Syrie et de la région » (car les troupes russes, selon jaja, seraient non moins impérialistes), justement pour ne pas empêcher les égorgeurs de mettre à fin leur « bon boulot ».

        • jaja jaja 23 novembre 2015 15:32

          @Leypanou

          Veuillez à nouveau noter que je ne suis pas trotskiste. Par ailleurs vous êtes en train de me dire, sans honte, que sans l’intervention étrangère russe et iranienne le dictateur serait tombé. Pas mal !!!
          Quid du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes... Je note aussi la grande estime que vous avez pour la lutte du peuple kurde...

          Mais de tout cela vous vous en foutiez dès le début aveuglé par votre « campisme » qui vous amène à soutenir des salauds !

          Ma crainte à l’heure actuelle c’est que des forces de l’opposition armée syrienne rejoignent tout simplement Daesh, ce qui paraît probable... Tout ce qu’auront gagné les va-t-en-guerre de votre acabit c’est un renforcement de ce monstre salafiste...et une guerre qui risque de durer...

          Je suis peut-être à côté de la plaque mais vous feriez bien de vous instruire vous-même sur ce qu’étaient les suites des agressions militaires impérialistes en Afghanistan et Irak qui nous mènent directement à Daesh...

          Plus que jamais retrait de toutes les troupes étrangères de Syrie et du moyen-orient !


        • alinea alinea 23 novembre 2015 16:00

          @jaja
          Ce n’est peut-être ni le lieu ni le moment de te demander ça : as-tu encore des liens directs avec les premiers manifestants syriens ; ceux-ci pensent-ils que n’importe quoi, y compris l’enfer actuel, vaut mieux que le dictateur ; qu’ont-ils souffert, eux-mêmes sous cette dictature ? Qui mérite de s’allier avec l’EIL ? À moins que ceux-là ne soient pas si terribles que l’on dit et que nous soyons quelques-uns, ici, à être victimes d’une propagande ?
          Aidés des terroristes aidés de l’occident, que comptent-ils mettre en place comme gouvernement, en l’état actuel de la Syrie ? Et quelle est la nature de cette haine fanatique qui préfère le chaos infernal à un rassemblement national contre les multiples ennemis extérieurs ?
          J’aimerais que tu nous fasses un article là-dessus, parce que en l’état actuel des choses et compte tenu des infos que j’ai, je ne comprends pas ta position.


        • jaja jaja 23 novembre 2015 17:10

          @Alinea

          Le problème c’est là où tu prends tes infos...
          Les réfugiés syriens sont partout en France et il y en a sûrement à côté de chez toi... et ils sont demandeurs de soutien et de contacts... De même les réfugiés Kurdes sont nombreux... J’ai encore manifesté dans leur cortège samedi à Toulouse...

          Voici en gros ce que dit l’Orient-le-jour de la gauche révolutionnaire que je soutiens et qui tente d’émerger en Syrie... :

          « Les principaux partis arabes de gauche n’ont donc pas répondu présents à l’appel révolutionnaire lancé par une partie du peuple syrien. Le monde arabe a ainsi assisté à l’émergence de nouveaux mouvements de gauche persuadés que seule la chute du régime Assad peut mener à la « libération » du peuple syrien. Ceux-ci se sont dissociés des positionnements de la gauche arabe traditionnelle qu’ils jugent « réactionnaires », mais surtout de l’opposition syrienne « classique » qu’ils considèrent comme s’étant trop « islamisée » et instrumentalisée par des forces extérieures telles les pétromonarchies du Golfe ou d’Arabie saoudite.

          L’Armée syrienne libre (ASL), qui regroupait au début de la militarisation de la révolution syrienne un bloc important de militants de gauche, a été très vite désertée par ces derniers, lui préférant des groupes marxistes, anarchistes ou même nationalistes qui rejettent de manière égale les forces gouvernementales et la rébellion sunnite, tel le Courant de la gauche révolutionnaire en Syrie. Ces groupements populaires s’inscrivent dans une logique trotskiste, s’éloignant ainsi de toute forme de bureaucratisation et d’autoritarisme. Ils focalisent leur action politique sur la promotion de l’autogouvernance, l’organisation horizontale, la coopération, la solidarité et l’entraide mutuelle comme moyens par lesquels les gens s’émanciperaient eux-mêmes de la « tyrannie » du régime syrien.

          D’autres mouvements de gauche ont vu le jour dans le reste des pays arabes, tels les Socialistes révolutionnaires en Égypte, l’Union des communistes en Irak, le courant al-Mounadil au Maroc ou encore le Forum socialiste au Liban. Dans une déclaration commune, en date du 2 septembre 2013, ceux-ci avaient annoncé que « la coalition qui bataille contre le peuple révolté, englobe une multitude de forces sectaires réactionnaires, avec à leur tête l’État iranien mais aussi, fort malheureusement, la force de frappe du Hezbollah, qui se noie aujourd’hui dans le bourbier de la défense d’un régime dictatorial foncièrement corrompu et profondément criminel. Malheureusement aussi, une partie importante de la gauche arabe, traditionnelle, aux racines staliniennes, que ce soit en Syrie même, au Liban ou en Égypte et dans le reste de la région arabe – et même à l’échelle mondiale – a clairement et de façon honteuse pris le parti de cette coalition misérable, accrochée au régime Assad ».

          Mais ces mouvements peinent à trouver un poids politique qui leur permettrait de monter une véritable armée pouvant faire face aux forces gouvernementales syriennes. De plus, les leaders de l’opposition syrienne de gauche, tels Riad el-Turk ou Yassine al-Hajj Saleh, sont aujourd’hui exilés suite à de nombreuses années d’emprisonnement. Ils n’exercent donc plus aucune influence sur le terrain. Ceci accorde aux rebelles islamistes le monopole de l’opposition militarisée et force ces mouvements à se contenter pour le moment d’aides humanitaires aux quartiers bombardés par le régime. »

          Le reste de l’article ici :
          http://www.lorientlejour.com/article/944099/la-revolution-syrienne-et-les-gauches-arabes-entre-indifference-et-mobilisation.html


        • izarn 23 novembre 2015 17:53

          @jaja
          Ouaip, des kurdes sont communistes...Pourquoi pas ?
          Ceci dit le discours ou les ex de Saddam qui fabriquent l’EI....Ouaf hahahhha ! Haooaha ! Mort de rire !
          Arretez vos conneries ! Qu’un crétin de l’armée de Saddam pour un million de dollars ai trahi son chef...On connait ça partout, chez Kadhafi, Ben Ali, Assad....
          Hahhaahhaha !
          Mon pauvre c’est du n’importe quoi bavassé par les Alain Bauer et autres spécialistes de la CIA...
          Je vous signale que Saddam était grand admirateur de Staline....
          Etonnant non ? En fait non, logique !
          PFFF ! Les trotskistes au dessous de tout ! Ils croient meme la CIA !
          Man dieu ! Prolétaires ! Ou allons nous !

          Et je crois à la lutte des classes. Mais pas la votre.


        • izarn 23 novembre 2015 18:23

          @jaja
           ?!? Faut arreter de déconner....Les troupes impérialistes....C’est quoi d’aprés vous ?
          L’Allemagne ?
          Non les USA....
          Qui a attaqué l’Afghanistan ? L’Irak deux fois ?
          Qui a attaqué la Libye ? Sarkosy ? Non Obama.
          Vous prenez Hollande comme un impérialiste ? C’est un laquais.
          Non mais j’en ai marre des cons qui parlent du « Système »...
          C’est quoi le Système ? Washington...Sans son armée, le Système n’existe plus. La preuve ;Poutine et son bombardement non autorisé par le Maitre du Monde ; Obama.
          C’est quoi l’anti-systéme ?
          La Russie, la Chine, l’Inde. Pas de rapport avec le capitalisme. Le marché doit obéir au peuple. Le marché a pris le pouvoir aux USA. Faut le remettre à sa place.
          Par la force, militaire. Poutine s’y emploie, et meme la Chine.
          OK ? Simple non ?
          Etre seul contre tous ?
          C’est toujours la posture des charlatans de la liberté : Anti poutine, anti Obama, et nihilistes.
          Il faut etre opérationnel, pas rever. Surtout que le monde change, de façon, positive !
          Soyons heureux de la force de la Russie, de la Chine, de l’Inde, du Brésil. Oui soyons heureux !
          C’est l’art des charlatans, des gourous, des prohétes de malheur de nous dire l’inverse !
          Il y a des moments ou il faut choisir son camp...
          Mon amitié est à l’est, ou avec les BRICs. Vous l’auriez deviné.
          Ensuite c’est à nous de renverser les cinglés qui sont au pouvoir chez nous.
          Vaste programme !


        • alinea alinea 23 novembre 2015 18:29

          @jaja
          Bon, si j’ai bien compris, ces gens de gauche, qui font partie de « mon secteur » si j’ai bien lu, ne sont plus qu’une poignée perdue dans le merdier général.
          Leurs idéaux et revendications ne te paraissent-elles pas inappropriées au moment ?
          D’un autre côté, je comprends leur impossibilité à se joindre à l’armée Assad pour bouter hors de Syrie tous les intrus de tous bords ; néanmoins je ressens leur lutte vaine pour l’instant, donc, vue de chez nous, la situation est bel et bien telle que je la lis, c’est-à-dire que ce mouvement gauchiste s’abstrait de fait des bagarres qui me paraissent pourtant vitales au pays. Plus de pays, un pantin islamiste de l’occident à la tête de la Syrie, quid de leur sort ? Pire, meilleur ?
          Nous avions déjà parlé de ça, pour chez nous, à propos des mollesses ou des tergiversations de Tsipras, ou de Mélenchon.
          Ma position est que puisque je ne peux vivre dans le monde que je voudrais, anarchiste, je me résigne à accepter le réel et à m’y situer sans trop trahir mes aspirations. C’est là où, la plupart du temps, on ne se rejoint pas ; ceci dit je ne me bats pas, physiquement, contre mes idéaux ; je ne fais que lire, écrire et causer. Sinon, oui, je crois que je ne m’engagerais pas non plus, c’est vrai que je me vois mal rejoindre l’armée de Hollande ! Mais je ne le vis pas, si je le vivais, je serais capable de penser que sauver les meubles c’est déjà pas si mal ! je n’en sais rien, mais je comprends cet impossible.
          Merci pour le lien, et je retiens le site.


        • jaja jaja 23 novembre 2015 18:33

          @izarn

          Visiblement vous êtes spécialiste en géo-conneries smiley

          « Aujourd’hui l’encadrement militaire de l’État islamique est largement assure par d’anciens officiers baasistes irakiens, tandis que son contrôle sur les villes s’appuie sur les administrations en place. »
          Nicolas dessaux
          (Président de l’Association Solidarité Irak)

          Tiens ici un lien d’un des français qui connaît le mieux l’Irak. Le lire vous permettra d’éviter de passer pour un âne auprès des spécialistes du Moyen-Orient..
          Et ce n’est pas un militant de gauche hein, c’est le secrétaire général de l’association Amitiés franco-irakiennes, Gilles Munier :

          « En mars 2003, avant la chute de Bagdad, un membre des moukhabarat irakiens – autrement dit des services secrets - m’a confié «  que la résistance irakienne serait islamique, qu’elle ferait exploser la cocotte-minute proche-orientale maintenue sous pression par les Occidentaux depuis l’effondrement de l’Empire ottoman  ». J’appris peu après que Saddam Hussein avait organisé la lutte armée en front patriotique, nationaliste et islamique. Prenant exemple sur le Prophète Muhammad à Médine, il avait réparti les futurs combattants en trois groupes : les Moudjahidine, composés de patriotes irakiens et de volontaires venus de divers pays musulmans ; les Ansar (Partisans), des baasistes sélectionnés dans les années précédant l’invasion, mais qui avait gardé leur adhésion secrète ; enfin les Muhajirun (Emigrants) regroupant des responsables baasistes connus pour leurs compétences dans les domaines militaire et technique.

          La création de l’Armée d’Al-Qods et des Feddayin de Saddam, des milices populaires qui faisaient sourire les journalistes occidentaux, avait permis de sélectionner des milliers de résistants potentiels. Des officiers des renseignements militaires sortis des meilleures écoles soviétiques, d’Europe de l’Est ou du Vietnam, avaient mis en place des réseaux, des caches d’armes et d’argent. Si bien que dans les mois suivant la chute de Bagdad, les moukhabarat étaient à des degrés divers dans la quarantaine d’organisations revendiquant des actions armées, y compris au sein de Tawhid Wal Djihad (Unité et Djihad) dirigée par le djihadiste jordanien Abou Mussab al-Zarqaoui, embryon de la future Al-Qaïda en Irak (AQI). Fin 2003, Donald Rumsfeld, secrétaire d’Etat américain à la Défense, dut avouer que la guerre serait « longue, dure, difficile, compliquée ». Il ne pouvait pas mieux dire, car en 2015, elle est encore loin d’être terminée. »

          http://www.france-irak-actualite.com/2015/05/le-jour-ou-l-on-reconnaitra-l-etat-islamique.html


        • jaja jaja 23 novembre 2015 18:36

          @Izarn

          J’ai répondu à votre premier post... Votre second est si idiot que je vous le laisse en l’état....


        • jaja jaja 23 novembre 2015 18:54

          @alinea

          Les islamistes de Daesh ont rompu avec l’Arabie saoudite mi 2013 juste avant de s’emparer des 500 millions de dollars de la banque centrale de Mossoul... Il fait maintenant les voir comme une force autonome qui poursuit son propre agenda...

          Par ailleurs les Kurdes du YPG -PKK, soutenus par la gauche révolutionnaire syrienne administrent au Rojava une région de 3 millions de personnes où une charte garantit l’égalité hommes/femmes, la laïcité, la répartition des richesses. C’est la victoire contre Daesh à Kobané qui a permis cela.

          Le Rojava est d’ailleurs soutenu par un collectif anarchiste dont je vous met le site en liens :

          Il est donc faux de dire que la gauche syrienne est totalement impuissante :
          http://rojavasolidarite.noblogs.org/


        • alinea alinea 23 novembre 2015 20:10

          @jaja
          Oui, j’ai lu ça sur les Kurdes ! Ce fut comme un sourire dans une vallée de larmes !
          D’après ce que j’en sais, les Kurdes n’étaient pas si mal lotis en Syrie, je veux dire, comparés à la Turquie !
          Je ne sais pas pas si la gauche est impuissante mais j’ai bien l’impression qu’elle ne fait pas le poids pour la suite des évènements ! Bachar el Assad, ou l’occident armé de l’EIL !! Bon, c’est vrai, je préfère el Assad ! cela n’engage que moi !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 2015 07:27

          @jaja
          Les peuples de la région sont soit réfugiés en Europe, soit dans des camps de réfugiés : 1,5 million au Liban ; 1million en Jordanie ; 2 millions en Turquie ; 300 000 en Irak ; 1,6 million au Pakistan et 800 000 en Iran.


          Dire que « les interventions occidentales et russes vont radicaliser les civils », c’est faire croire que les Russes et la pseudo Coalition occidentale, c’est pareil.
          C’est du même niveau d’analyse que « le ni Daesh, ni Bachar » de Hollande.

          Les populations locales, ou ce qu’il en reste, font parfaitement la différence entre les Russes et les occidentaux, et l’intervention russe a provoqué un immense espoir dans tous ces pays détruits.
          A tel point que les Irakiens sont maintenant associés aux Russes et à l’ armée syrienne.

          « Retrait de toutes les troupes impérialistes de Syrie et de la région ».
          Là encore vous mélangez les torchons et les serviettes.
          La Russie est là, à la demande du gouvernement syrien, et l’armée syrienne avance maintenant rapidement contre les terroristes.

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 2015 08:02

          @jaja
          Les analyses de Meyssan diffèrent largement des vôtres. Il écrit :
          « ils ont réussi à »retourner« le Parti kurde syrien marxiste léniniste YPK, et à l’allier au clan Barzani, agent du Mossad » etc ...
          Si c’est vrai, ils sont mal barrés...

          Meyssan avait déjà parlé d’un Kurdistan israélien en 2014.


        • jaja jaja 24 novembre 2015 09:22

          @Fifi Brind_acier

          Mes sources ne sont pas celles de l’extrême droite de Meyssan ou des divers courants poutinistes....

          Vous vous auto-intoxiquez avec la position « pro-russe » du gouvernement fantoche irakien qui a soldé son pays aux Yankees.... et les Russes ne sont en Syrie que pour défendre leurs intérêts de grande puissance tout comme les autres rapaces US ou même français...

          Pas un pour racheter l’autre ! Les seules forces à soutenir ce sont les peuples en lutte contre leurs bourreaux et pas des camarillas impérialistes !


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 novembre 2015 17:52

          @jaja
          Poutine défend le droit de peuples à disposer deux-mêmes, phrase que je ne vois jamais dans vos commentaires. Bien sûr que Poutine défend les intérêts de son pays, on aimerait bien que ce soit le cas en France ! C’est mieux que de défendre les intérêts de Washington....


        • jaja jaja 24 novembre 2015 20:41

          @Fifi Brind_acier

          « Poutine défend le droit de peuples à disposer deux-mêmes, phrase que je ne vois jamais dans vos commentaires »

          Et pourtant vous m’avez déja fait le reproche de vouloir partout l’application de ce principe que vous vous contestez pour les peuples dont vous n’avez rien à foutre comme les Basques, les Catalans, les Corses, les Irlandais, les Palestiniens, les Kurdes, les Kanaks, les Guadeloupéens et Martiniquais, les Catalans etc.

          Partout, contrairement à vous, je suis pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et donc pour le droit à l’autodétermination...


        • roman_garev 23 novembre 2015 12:21

          Merci pour cet article.

          En Russie on a inventé un autre nom pour les « Angloricains », à savoir les « Naglosaxons » (du mot nagly - наглый, ce qui signifie « insolent »). 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Agence Info Libre

Agence Info Libre
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès