• jeudi 17 avril 2014
  • Agoravox France Agoravox Italia Agoravox TV Naturavox
  • Agoravox en page d'accueil
  • Newsletter
  • Contact
AgoraVox le média citoyen
  Accueil du site > Actualités > International > Système de la dette en Afrique : crime contre l’humanité ou miracle (...)
12%
D'accord avec l'article ?
 
88%
(9 votes) Votez cet article

Système de la dette en Afrique : crime contre l’humanité ou miracle économique ?

Cet article a pour but de lancer un débat sur les effets de la mondialisation dans le Tiers-Monde, en étudiant les cas le cas le plus significatif : l'Afrique. En matière de pauvreté, peut-on dire que cette mondialisation perpétrée par le FMI et la Banque Mondiale a été favorable à un continent frappé par la famine, l'analphabétisme et la misère comme l'Afrique ?

Par mondialisation, il faut surtout entendre le problème de la dette africaine, et des politiques (Plans d'Ajustement Structurels) qui ont eu lieu pour la rembourser, sous l'injonction du FMI.

Les premiers endettements ont lieu dans les années 60-70. Quelle est la genèse de la dette des pays africains ? C'est une longue et complexe histoire, mais il suffit de la regarder de loin pour se rendre compte qu'en aucun cas les peuples n'ont accepté d'être endetté (est-ce le cas dans un seul pays du monde ?), et que les dirigeants eux-mêmes ne devaient pas être au courant de tous les termes du contrat. écoutons Thomas Sankara :

"La dette, c’est encore les néocolonialistes ou les colonisateurs qui se sont transformés en assistants techniques. En fait, nous devrions dire qui se sont transformés en assassins techniques. Et ce sont eux qui nous ont proposé des sources de financement, des bailleurs de fonds (...) Ces bailleurs de fonds nous ont été conseillés, recommandés. On nous a présenté des montages financiers alléchants, des dossiers. Nous nous sommes endettés pour cinquante ans, soixante ans et même plus. C’est-à-dire que l’on nous a amenés à compromettre nos peuples pendant cinquante ans et plus."

Vous connaissez tous le principe de la dette : le pays A doit 100 millions de $ à la banque B. Sous la pression de la banque B, la banque C lui prête 100 millions de $ à 10% d'intérêts, pour que le pays A puisse rembourser la banque B. Il reste au pays A à rembourser...110 millions $ à la banque B. Conclusion : on passe d'une dette de 100 millions à 110 millions de $ (c'est ce qu'a fait la Grèce pendant plusieurs semaines récemment.). Ce système artificiel a conduit la majorité des pays à un point où il a fallu accélérer le remboursement de toutes les dettes contractées par des moyens plus efficaces. Ces moyens plus efficaces se nomment Plans d'Ajustement Structurels. En quoi consistent-ils ?

-Privatisation d'une partie des services publics : santé, éducation...afin que l'argent qui servait à financer ces services serve désormais à rembourser la dette. Par exemple, l'Etat du Ghana, en 2000, consacrait 4% de son PIB à l'éducation, et 28% pour la dette, et rien pour la santé, devenue intégralement payante pour tous les habitants.

-Dans le même ordre d'idées, ce que le FMI nomme la récupération des coûts : les produits de première nécessité fournis par l'Etat deviennent désormais payants : toujours au Ghana, l'eau, fournie gratuitement par le gouvernement, est devenue payante, à tel point qu'une partie des habitants a été forcée de s'abreuver des eaux insalubres des marécages. (Vous devez connaître l'épisode nommé Guerre de l'eau en Bolivie ? C'est la même chose).

-De même, la majorité des assurances, des allocations, etc...sont allégées, ou supprimées.

-Les barrières douanières des pays sont effacées : des produits provenant des pays riches peuvent alors y être vendus. (On remarquera que cette décision aboutit souvent à un système d'économie néo-coloniale : les pays africains reçoivent les denrées de première nécessité venues des pays riches (les Etats-Unis vendaient du riz au Ghana), tandis que ceux-ci reçoivent des matières premières de luxe (l'or, entre autres) ou plus superflues (le cacao) des pays africains).

-Les entreprises en général sont privatisées, et la réglementation du travail assouplie : les salaires baissent, l'âge de la retraite (si elle existe) augmente, le temps de travail augmente : ainsi, les investisseurs étrangers peuvent venir et faire travailler cette main d'oeuvre.

Voilà en quoi consiste ces Plans d'Ajustement Structurels. Je crois que l'on peut parler de colonialisme et de néo-esclavagisme des nations et des travailleurs sans crainte d'usurper ou d'exagérer les termes. Présentés comme tels, ces Plans d'Ajustement Structurels, qui consistent, il faut s'en rendre compte, à priver d'eau, d'électricité, de droit à la santé et à l'éducation, des populations déjà appauvries, ressemblent à de véritables crimes contre l'humanité.

Quelles ont été les conséquences de ces PAM des années 70 à aujourd'hui ?

Je tire mes conclusions presque exclusivement de ce graphique, qui justement prête à controverse.

Du milieu des années 75 aux années 2000, on constate une constante augmentation de la pauvreté, le taux de personnes touchant moins de un dollar (les variations de la valeur du dollar ont été prises en compte) par jour passant de 35% de la population à 45%. Vu le contenu des plans d'ajustement structurels, c'était prévisible.

Après les années 2000, en revanche, la pauvreté semble diminuer en Afrique. Les libéraux, libertariens, mondialistes, bref, les capitalistes de toutes sortes se sont servis de ce graphique partout sur le net pour faire l'apologie de leur système, tentant de prouver qu'à terme, le capitalisme est parvenu à faire diminuer la pauvreté. Que s'est -il passé ? J'avoue que mes connaissances sont assez faibles sur le sujet, et toutes les infos que je trouve, éparses et contradictoires. Je vous laisse le soin de compléter cette interrogation. Quelques pistes de réflexion :

-En 1996 a été initiée par le FMI et la Banque Mondiale l'Initiative pour Pays Pauvres Endettés, qui consistait à alléger certains pays du Tiers Monde de leurs dettes. Cet allègement était somme toute assez ridicule, puisque seule 10% de la dette totale des pays du Tiers Monde a été annulée.

-Certains leaders africains ont pu résister aux politiques néolibérales et promouvoir l'accès à l'eau, à la santé, à un salaire permettant de vivre. Je pense à l'arrivée au pouvoir de Gbagbo, en 2000, qui se réclamait d'une doctrine anti-colonialiste. La promotion de nouveaux services publics ont-ils permis de faire diminuer de manière plutôt impressionnante la pauvreté ?

-Il faut prendre en compte la déterioration des services publics : gagner mieux sa vie ne sert pas à grand chose si l'eau, la santé, l'éducation restent payantes : le réel graphique qu'il faudrait trouver serait celui de la mortalité par la famine en Afrique ; malheureusement je ne trouve rien sur internet.

 

Qu'en est-il ?




par Vincent O lundi 11 mars 2013 - 4 réactions
12%
D'accord avec l'article ?
 
88%
(9 votes) Votez cet article

Les réactions les plus appréciées

  • Par leypanou (---.---.222.158) 11 mars 2013 12:03

    S’ils ont été « élus », c’est que justement ils ont été incompétents ou/et corruptibles, très souvent aussi repérés dès leurs études dans les pays « parrains » ou encore après leurs nominations dans des postes au FMI ou la Banque Mondiale où leur capacité de laquais a été prouvée (certainement pas directeur général). Les rares dirigeants qui ont vraiment cherché à améliorer le sort de la majorité ont été chassés du pouvoir d’une manière ou d’une autre : coup d’état, déstabilisation, calomnies, etc, etc.

Réactions à cet article

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


Faites un don

Les thématiques de l'article

Palmarès

Agoravox utilise les technologies du logiciel libre : SPIP, Apache, Debian, PHP, Mysql, FckEditor.


Site hébergé par la Fondation Agoravox

Mentions légales Charte de modération