Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tchad : au nom du péril national, mais attention au revers ! Partie (...)

Tchad : au nom du péril national, mais attention au revers ! Partie 2/3

Faut-il bâtir la sécurité en termes de défense des citoyens contre le terrorisme ou de guerre contre le terrorisme ? fut une des questions posées dans la première partie de l'analyse.

Les faiblesses de la guerre contre Boko Haram 

La formule de la guerre contre le terrorisme a montré ses limites partout où elle a été appliquée : en Irak, Afghanistan, Yémen, Mali, Somalie, Syrie, Libye,…C'est cette recette déficiente que le Cameroun, le Nigeria, le Niger et le Tchad ont adoptée. 

Si la guerre contre le terrorisme avait été efficace, nous ne serions pas aujourd’hui en train de combattre les terroristes dans nos cours, bureaux et nos marchés ; nous ne marcherions pas dans nos rues la peur au ventre, suspectant toute personne inconnue et sursautant au moindre Allahou Akbar.

Aucune coalition militaire n’a réussi à vaincre le terrorisme, ni hier ni aujourd'hui. Voilà un témoignage irrécusable du passé et du présent. Une première faiblesse connue.

La deuxième faiblesse vient du fait que la solution de la militarisation traine un paradoxe : la militarisation est autant une menace pour le terrorisme (sur certains aspects) que pour la liberté. L’érection de la coercition comme une réponse totale contre le terrorisme qui, lui-même, promeut la contrainte, l’interdit et la privation n'est pas une réponse viable.

Une troisième faiblesse se constate sur le terrain : sur le théâtre des opérations guerrières, les balles sont efficaces ; sur les terrains socio-économiques et éducatifs, elles se liquéfient ou sont sans effets réellement bénéfiques.

Boko Haram, c’est comme le sida. Pour le neutraliser ou le contrôler en le ramenant à un niveau de risque sécuritaire gérable ou acceptable, il lui faut des traitements à plusieurs principes actifs agissant différemment, mais complémentairement.

Pourquoi des réponses à plusieurs dimensions ? Parce que Boko Haram a plusieurs géniteurs : vides politiques, effondrement de la Libye, faiblesses et cynisme des états centraux sous-régionaux, manques de services à la population, déficits des droits, extrémisme, criminalité, rébellion, exclusion, etc. Au nom de quoi la militarisation comblerait, à elle seule, tous ces vides et déficits ?

Proposer une réponse unidimensionnelle (essentiellement militaire) est donc une simplification et une limitation irresponsable des possibilités. 

L'outil militaire est comme une chaine qui permet d’immobiliser un possédé sur une chaise, en attendant l'exorcisme ; le social, l’éducatif, le politique et le terrain économique sont des formules de prières qui permettent d’exorciser et de délivrer véritablement le possédé des énergies qui l’animent. Sans prières, l’exorcisme est voué à l’échec, malgré les bons outils employés. Pensez-y, décideurs.

Pour ne pas publier un papier trop long, j'ai décidé de diviser l'analyse en trois parties au lieu de deux prévues initialement. Je présenterai l’approche de la défense des citoyens contre le terrorisme dans une troisième et dernière partie de la série.

Joe Al Kongarena


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 26 août 2015 12:54

    Bonjour,
    «  Aucune coalition militaire n’a réussi à vaincre le terrorisme » un journaliste belge qui s’est enfoncé en Libye jusqu’au sud, pour approfondir son sujet, a témoigné de la méthode utilisée par la coalition censée protéger le pays contre son tyran : ils ont effectué des largués d’armes en vrac dans une zone déserte comprise entre deux tribus rivales...après cet acte, la coalition n’a même pas besoin de déclarer aucune guerre, elle a juste à attendre que le cancer ne gagne...
    Dans ces conditions cautionnées par l’ONUSA que voulez vous faire ?


    • zygzornifle zygzornifle 26 août 2015 20:35

      ça ne sert plus a rien dans peu de temps il n’y aura plus un Africain en Afrique ni un Arabe au Magrehb , ni un Afghan , ils seront tous a Calais .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès