Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Témoignages – Famine – et si c’était mon enfant

Témoignages – Famine – et si c’était mon enfant

Un recueil de témoignages poignants que AvisLibre vous a concocté montrant la gravité de la situation dans le corne de l'Afrique. La famine tue encore dans ce 21ème siècle. Agissons vite.

« Les camps d'urgence mis sur pied dans l'est de l'Afrique sont saturés et des femmes doivent abandonner leur enfant mort ou mourant le long des routes à cause de la famine » rapportent lundi des organisations humanitaires.

La directrice du Programme alimentaire mondial (PAM) Josette Sheeran, qui revient d'une tournée dans la région, notamment dans les camps de réfugiés somaliens, a dit avoir rencontré des femmes "qui ont dû laisser leurs bébés sur la route, et faire le choix horrible de sauver le plus fort au détriment du plus faible", d'autres qui "ont vu leurs enfants mourir dans leurs bras".

« La majorité des nouveaux arrivants ont fui parce qu'ils n'avaient plus rien à manger et pas seulement parce que leur pays est en guerre depuis des décennies » raconte Anita Sackl, membre de Médecins sans frontière.

Mahmoud, arrivé avec sa femme, ses cinq enfants et sa mère il y a quelques jours le confirme : « En Somalie, nous étions des éleveurs mais tout le cheptel est mort avec la sécheresse. Il n'y avait pas de combat dans notre village, mais un groupe armé a exigé que nous leur payions des taxes. Je ne pouvais pas payer, alors on a décidé de s'en aller ».

« La plus grave crise alimentaire en Afrique » en vingt ans. Selon la FAO, 12 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire d'urgence dans l'ensemble de la Corne d'Afrique.

« La situation se détériore depuis plusieurs semaines, avec des dizaines de milliers de morts. Si rien n'est fait, il faut s'attendre à autant de morts dans les semaines et les mois à venir », a estimé Jens Oppermann, chef de mission pour ACF en Somalie

"Dans certaines zones du sud du pays, le taux de malnutrition des enfants de moins de 5 ans dépasse les 50%" déclarait l'ONU

Bashir Hassan, 4 ans, et sa famille, des Somaliens qui sont arrivés au camp de Dadaab, au Kenya, il y a 11 jours, attendent l'autobus pour les amener au centre où ils pourront s'enregistrer, ce qui leur permettra de recevoir des rations de nourriture.

Famine1.jpg

L'UNICEF précise que plus de 2 millions d'enfants de la région souffrent de malnutrition, ce qui risque de nuire à leur développement physique et mental, voire de menacer leur survie.

Un enfant souffrant de malnutrition sévère est étendu sur le sol d'un hôpital de Mogadiscio. Ces deux dernières semaines, des milliers de Somaliens ont convergé vers la capitale en raison de la sécheresse. La Presse Canadienne /AP/Farah Abdi Warsameh

Il faut sauver des vies et réagir, a ajouté M. Diouf, selon lesquels 1,6 milliard de dollars sont nécessaires dans les 12 mois et 300 millions dans les deux mois qui viennent.

Le sud de la Somalie est actuellement touché par une grande famine, la « plus grave crise alimentaire en Afrique » en vingt ans selon l'ONU.

En tout, près d'un million de réfugiés somaliens ont fui la sécheresse du sud de la Somalie. Ici dans un camp de déplacés à Mogadiscio, capitale somalienne au nord du pays. SIPA

Dans ce camp kenyan, un homme prie au-dessus de la dépouille d'un enfant réfugié somalien de trois ans, mort de famine. Des gens y meurent tous les jours de malnutrition. SIPA

Selon Action contre la faim, environ huit enfants sur dix qui se présentent dans ses centres de soin souffrent de malnutrition aiguë

A la mi-juin, MSF a procédé à une rapide évaluation nutritionnelle auprès de 500 enfants entre 6 mois et 5 ans. Les résultats ont dépassé les pires craintes. 37,7% d'entre eux souffraient de malnutrition aigüe globale, dont 17,5% étaient sévèrement atteints avec un risque élevé de décès. Les enfants jusqu'à dix ans présentaient aussi des taux de malnutrition importants.

Un Somalien de deux ans souffrant de malnutrition est soutenu par sa mère dans un hôpital de Mogadiscio, le 13 juillet 2011. Farah Abdi Warsameh/AP/SIPA

Famine2.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 juillet 2011 12:25

    Ces malheureuses gens ne meurent pas de famine mais de l’incompétence de leurs gouvernants !

    Effectivement, la famine comme conséquence de la sécheresse s’explique parfaitement, hélas, par l’incompétence des gouvernants africains renforcée par celle des pays bailleurs de fonds d’Aide Publique au Développement (APD) (Économique ?), tous incapables d’anticipation des crises alimentaires (malgré les très coûteux et inutiles Stocks Nationaux de Sécurité) et qui, chaque année, gaspillent l’APD dans des programmes et des projets de Sécurité Alimentaire parfaitement ineptes.

    Herman van Rompuy, José-Manuel Barroso, Andris Piebalgs et leurs subordonnés sont incompétents ! ! !...


    = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

    Exemple d’incompétence & de manque d’esprit d’anticipation :


    Quote
    Nairobi, 21 février 2011 (IRIN)
     – (Extraits) 
    Depuis novembre, les pays d’Afrique de l’est ont enregistré des conditions de sécheresse sévère, qui vont probablement empirer durant les prochains mois. Selon des données publiées récemment par l’Organisation météorologique mondiale (OMM), les répercussions météorologiques de La Niña en sont largement responsables. (…)
    Unquote

    La catastrophe humanitaire (famine) qui se profile dans la Corne de l’Afrique a pour origine une sécheresse, qui peut durer plusieurs années, provoquée par le phénomène climatique « La Niña ».

    Cette sécheresse détruit les récoltes de produits vivriers et le bétail.

    Les agriculteurs et les éleveurs se trouvent donc en situation de sinistrés économiques et doivent être secourus en tant que tels par la solidarité nationale ou/et internationale si la première est défaillante. Ces secours doivent inclure une aide alimentaire conjoncturelle gratuite ainsi qu’une aide structurelle, également gratuite, pour reconstruire leur outil de production sinistré (semences, intrants, bétail, etc.).

    Selon le credo des bailleurs de fonds d’aide au développement, normalement, les autorités politiques des pays sinistrés doivent détenir des Stocks Nationaux de Sécurité constitués de céréales ou/et de fonds financiers disponibles pour importer, en urgence, les produits alimentaires nécessaires aux distributions gratuites d’aliments en faveur des agriculteurs et éleveurs sinistrés avant que ne se déclare la famine.

    Si l’on peut comprendre que cela ne fonctionne pas en Somalie du fait de la guerre civile, il est plus difficile de comprendre l’impéritie des gouvernements du Kénya et d’Éthiopie.

    Bien évidemment, les secours aux sinistrés économiques doivent être mis en oeuvre en anticipation des dégâts provoqués par le phénomène climatique.

    Ce n’est manifestement pas le cas puisque ces dégâts sont « déjà » évidents en la personne des enfants fortement malnutris.

    Qui est donc responsable de cette carence, de cette incapacité d’anticipation de la crise ?...



    • xray 27 juillet 2011 15:24


      Qu’elle soit matérielle ou cérébrale, la misère est le fondement de la société de l’argent ! 

      Les curés sont optimistes ! Ils affirment que 20 milliards d’habitants sur la planète, c’est possible. (Les curés vivent de la misère qu’ils produisent.) 

      L’hypocrisie religieuse
       
      http://echo-athees.over-blog.com/ 

      DEPUIS 5 000 ANS ! QUOI DE NEUF ? 
      http://echo-agnostiques.over-blog.com/article-depuis-5-000-ans-quoi-de-neuf-55838469.html 



    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 27 juillet 2011 12:25


      Quand le ridicule et l’incompétence le disputent au tragique et au pathétique au Togo :

      Acheter pour augmenter le stock de sécurité au moment où les prix sont élevés sur le marché (période de « soudure ») consiste à « accroître la pénurie » et à faire augmenter les prix !
      Bel exemple de régulation de marché et de gestion de la Sécurité Alimentaire ! ! !

      Quote :

      Renforcement du stock de sécurité des produits céréaliers au Togo : L’ANSAT lance une campagne spéciale d’achat de 3440 tonnes de céréales

      http://africabusiness.com/2011/06/07/renforcement-du-stock-de-securite-des-produits-cerealiers-au-togo-l%E2%80%99ansat-lance-une-campagne-speciale-d%E2%80%99achat-de-3440-tonnes-de-cereales/


      L’Agence Nationale de Sécurité Alimentaire au Togo (en sigle ANSAT) a lors d’une rencontre à Lomé, lancé officiellement le samedi 4 juin 2011, une campagne spéciale d’achat de 3.440 tonnes de céréales (notamment le mais, le sorgho et le riz blanc localement produit), en vue de renforcer le stock de sécurité de ces produits au Togo.

      Cette action est à saluer dans la mesure où elle constitue une réplique des autorités togolaises à la flambée des prix des céréales ressentie sur le marché togolais depuis déjà près de deux semaines.

      À Lomé, le prix des céréales à la veille de cette campagne qui vient d’être déclenchée fluctuait entre 500f CFA et 575f CFA voire 600fcfa avec une tendance à la hausse selon des sources dignes de foi.

      A l’intérieur du pays, ces prix variaient entre 400f CFA et 475f CFA avec également une tendance à la hausse, selon ces mêmes sources.

      Pour cette campagne qui a démarré automatiquement dès son lancement pour une durée de 3 semaines, c’est un budget total de 800 millions de FCFA qui ont été accordés par le gouvernement togolais à l’ANSAT.

      Il faut tout de même souligner que l’aggravation des prix des produits céréaliers au Togo a surpris plus d’un surtout quand on sait que le pays avait réalisé un excédent céréalier dans l’ordre de 76 000 tonnes au cours de la campagne agricole 2010-2011.

      ‘’Mais cette augmentation des prix est une conjonction de plusieurs facteurs’’, a expliqué le lieutenant-colonel AGADAZI directeur général de l’ANSAT .Il s’agit des facteurs relatifs à la production des céréales, à la disponibilité des stocks en temps réel, ainsi qu’à l’accessibilité des zones de production.
      Unquote

      Addendum :
      Cela va sans dire, mais cela va mieux en le disant, au Togo, au lieu d’acheter des céréales pour augmenter le stock de sécurité, il faudrait 
      vendre d’urgence partie de ce stock de sécurité pour accroître l’offre et réduire la tension sur les prix.

      Mais, tout cela a déjà été dit et écrit au tyran qui sévissait au Togo dès 1986...


      • jluc 27 juillet 2011 12:28

        ces gens la, n’auront jamais un centime à placer en banque : que voulez-vous que la communauté internationale fasse pour eux ? smiley


        • kéké02360 27 juillet 2011 15:24

          Oui c’est vrai !!! ils ont même pas les moyens de s’acheter un canot à moteur smiley

          http://www.youtube.com/watch_popup?v=x3Bf0WhvsNk&vq=medium#t=6 


        • beneolentia beneolentia 27 juillet 2011 16:35

          ils sont complétement fous ces poisons, ils pourraient blesser quelqu’un :(


        • kitamissa kitamissa 27 juillet 2011 12:45

          Leurs gouvernants ? ce sont souvent de grands enfants incapables ,pas plus ,gouverner c’est prévoir ,pas jouer au joli coeur avec de belle bagnoles et des bagues en or à tous les doigts,et entouré de salopes ,le tout financé par l’aide internationale ..


          alors qu’il aurait fallu depuis longtemps éduquer les populations à réagir en temps de crise et chercher par tous les moyens à capter l’eau des sous sols ,travailler la terre, etc...

          tous les ans c’est pareil depuis toujours,des gens crèvent la dalle par ignorance !

          il faut avoir le courage de virer les fantoches de ces gouvernements,et mettre ces pays en tutelle le temps nécessaire de responsabiliser les populations et en faire des citoyens adultes capables de se prendre en main ,y compris ne pas faire de gosses à la pelle pour les voir crever de faim chaque année !

          seulement il faut le courage politique pour arriver à ça !

          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 27 juillet 2011 12:50

            Vous proposez ni plus ni moins de recoloniser l’Afrique !


          • kitamissa kitamissa 27 juillet 2011 13:33

            pas du tout,...


            mais nommer à l’ONU un organisme responsable se rendant sur place pour guider les élus de ces pays retardés à mettre leur pays sur les rails ,et le temps nécessaire pour obtenir des résultats durables !


          • Carl 27 juillet 2011 18:18

            « Les gouvernements en question sont placés sous tutelle de l’ONU ».

            Vous croyez sincèrement que l’ONU soit la solution ?

          • Numero 19 Numero 19 27 juillet 2011 13:09

            « et si c’était mon enfant »

            Lol, non. Je ne serai pas du genre à avoir 5 enfants à faire crever de faim, mais plutôt 2 à nourrir et à envoyer à l’école.

            Si famine il y a, ça ne sera pas pour mon enfant.

            Envoyez leur de l’argent, ça les encouragera à avoir plus de gosses. Et dans quelques années, re-famine parce que ces enfants n’auront pas été éduqués correctement.


            • Hadj Ahmed 27 juillet 2011 13:37

              Et du riz plutôt que de l’argent, pas bon non plus ?

              Je suis toujours sidéré de voir ceux qui ne veulent rien donner mais alors rien du tout, donner quand même de leur temps, de leur énergie, de leurs capacités d’analyse hors du commun, en un mot payer de leur personne et militer activement, rien que pour convaincre les autres aussi, de ne pas donner.

              Mais pourquoi faites-vous ça au lieu de simplement vous taire et de trouver une meilleure occupation, genre compter la fortune que vous allez prendre avec vous le jour où vous mourrez.

              Les pauvres méritent-ils ce que vous leur donnez ? Début de réponse : http://abderraouf.canalblog.com/archives/2010/07/23/18652806.html


            • kitamissa kitamissa 27 juillet 2011 14:39

              Ouais ,sauf que si il faut donner du riz,c’est pas qu’une fois mais tous les jours !


              alors le mieux,c’est d’apprendre aux gens à le cultiver plutôt que le leur fournir !

              et ce n’est pas en larmoyant de temps à autre pour jour les bons Samaritains qu’on va sortir les gens de la misère et de la famine !

              si on commence à nourrir tous les crèves la faim,c’est tout les jours que les gens mangent ! 

              alors qui va aller distribuer des repas 365 jours par ans multipliés par XXX années ,les gens continueront à faire des gosses,qui auront faim,et ainsi de suite !

              alors c’est pas en larmoyant de temps en temps qu’on fait avancer les choses ! il faut être pragmatique ,c’est tout ! 

            • z0ush 27 juillet 2011 15:00

              Super réaction....

              Ca se voit que tu n’es jamais allé en Afrique...
              Car c’est sur que là-bas ils ont suffisamment d’argent pour utiliser des moyens contraceptifs... C’est sur, c’est sur..


              Reste dans ton ignorance... !!!!! 

            • z0ush 27 juillet 2011 15:01

              Super réaction....

              Ca se voit que tu n’es jamais allé en Afrique...
              Car c’est sur que là-bas ils ont suffisamment d’argent pour utiliser des moyens contraceptifs... C’est sur, c’est sur..


              Reste dans ton ignorance... !!!!! 

            • kitamissa kitamissa 27 juillet 2011 15:04

              En Afrique ? ça ne veut rien dire... c’est vague ,c’est un continent ! 


              si,je suis déjà allé en Afrique durant deux années .

            • Laratapinhata 27 juillet 2011 15:34

              @ Hadj Ahmed : c’est juste le contraire... On demande rien, mais on est en permanence harcelé par des gens qui essayent de nous soutirer du fric, et qui ont fait du Charity bizness, leur fond de commerce... on proteste et ça vous dérange ? tant mieux !
              Et je parle même pas des cours d’Instruction Civique, dans un pays où l’Etat rackette 52% du PIB : on insiste pour que les mômes intègrent qu’en plus de payer des impôts, des prélèvements obligatoires divers et gérés n’importe comment, ils devront assumer tout ce que l’Etat « ne peut pas faire ».... avec un budget qui est plus de la moitié de la richesse annuelle du pays...
              Ben non, si les religions peuvent enseigner la charité à leurs ouiailles, l’Etat ne peut pas nous faire gober sa pseudo-solidarité ...

              Pour l’Afrique, ses famines perpétuelles, ses huit enfants par femme, sa non-solidarité continentale, ses guerres tribales... on en a marre.
              La prétendue colonisation de l’Afrique responsable de touts ces maux ? peut-être, mais c’est même pas sûr... et de toute façon moi j’y ai pas participé... la colonisation ailleurs et en d’autres temps a été un facteur d’évolution et de civilisation (je pense, entre autre, aux Gallo-romains), ben en Afrique ça n’a pas marché. Point.


            • Amelia Amelia 27 juillet 2011 16:02

              « alors le mieux,c’est d’apprendre aux gens à le cultiver plutôt que le leur fournir ! » 


              Vous avez déjà essayé de cultiver du riz ou du blé sans eau ? 
              Hier, une femme racontait que pendant les 6 dernières années il n’était pas tombé suffisamment d’eau pour pouvoir semer leurs champs. Des champs qu’ils cultivaient autrefois... avec un tracteur... 
              Si les paysans français ne pouvaient pas semer de blé pendant 6 années, faute de précipitations, il n’y aurait plus de baguettes chez votre boulanger... Sauf si des pays avec une pluviométrie normale fournissaient du blé à la France. 
              Mais il y aurait certainement des abrutis pour dire que les paysans français n’ont qu’à apprendre à cultiver le blé...
               

            • foufouille foufouille 27 juillet 2011 16:12

              et faire pousser des roses , the et cafe sans eau ?
              en chine les chevres ont devaste toute une region
              l’etat est intervenu et a limite les exploitations
              les paysans ont recu une maison ailleurs avec un terrain a cultiver


            • Zord Zord 27 juillet 2011 16:41

              "Hier, une femme racontait que pendant les 6 dernières années il n’était pas tombé suffisamment d’eau pour pouvoir semer leurs champs."

              Cela pose un autre problème, ces zones de la planète ne devraient-elles pas être définitivement abandonnées car impropres à la vie humaine ?


            • kitamissa kitamissa 27 juillet 2011 17:24

              mais qu’est ce qu’on en a à glander qu’ils n’ont plus d’eau ? c’est nôtre faute ? 


              on peu très bien transformer des zones arides en oasis, les Juifs l’ont fait en Palestine quand ils sont arrivés là bas...

              les Français l’ont fait en Afrique du Nord ,seulement il faut bosser,chercher la flotte sous terre,il y en a partout de l’eau ! c’est pas en attendant la pluie comme des cons que ça va venir,ni en faisant des incantations avec le sorcier en égorgeant un poulet !

              il faut bosser,apprendre à bosser aux indigènes des pays laissés à l’abandon !

              donner à bouffer comme ça ,quand la famine devient médiatique alors que l’on sait que des peuplades vivent avec 500 ans de retard,et qu’ils n’ont rien à se foutre sur le cul et dans l’estomac .....

              ça a commencé à être médiatisé avec le Biaffra dans les années 60 ,alors de bonnes âmes nous disent « mettez la main à la poche pour aider les malheureux qui meurent de faim » ..

              ça dure un ou deux mois le temps de faire chialer dans les chaumières et chez les bisounours..les gens comme des cons filent du fric qui n’arrivera jamais à destination ...( souvenez vous de l’ ARC avec Croze Marie pour le cancer, le mec il s’en est foutu plein les fouilles pendant plusieurs années ! ) 

              alors maintenant,nous,toute la misère du monde et les crève la dalle,désolé,mais raz le bol !



            • foufouille foufouille 27 juillet 2011 17:30

              ca depend quelles actions de societes tu achetes
              d’ou vient ton cafe


            • oncle archibald 27 juillet 2011 18:11

              « Si famine il y a, ça ne sera pas pour mon enfant » Que sais tu de l’avenir de tes enfants espèce d’âne ! Bouffi de suffisance et d’orgueil !


            • Amelia Amelia 27 juillet 2011 19:04

              Les Juifs d’Israël transforment les zones arides en oasis ? 

              Un savoir faire qu’ils partagent volontiers pour aider des pays qui subissent des sécheresses comme la Somalie ? 
               

            • djyne djyne 28 juillet 2011 02:37

              le riz ! mais vous ne vous souvenez pas de la quête du riz en FRANCE par la CROIX ROUGE - des tonnes de riz sont restées ici et non parvenues à destination - ils en ont fait quoi ???? JE Ne peux l’écrire tant que cela me répugne


            • NeverMore 27 juillet 2011 13:14

              Et Haiti, et le Zimbabwe, et le Darfour, et ... et ... qu’est ce que vous en faites ?


              • foufouille foufouille 27 juillet 2011 14:15

                "

                Action Contre la Faim est une association internationale créée en novembre 1979 sous le nom d’Action Internationale Contre la Faim (AICF) sous l’égide d’intellectuels atlantistes dont Françoise Giroud, Guy Sorman, Jacques Attali et Bernard-Henry Lévy. Il s’agissait à l’époque de nourrir au Pakistan les islamistes afghans fuyant l’Armée rouge.
                Quatre mois après sa fondation, en février 1980, AICF participe à un évènement médiatique : « la marche pour la survie ». A l’appel de Médecins sans frontières, des célébrités escortent un convoi humanitaire qui est arrêté à la frontière cambodgienne. S’en suivent des images déchirantes où Bernard Henry-Lévy et Elie Wiesel supplient les troupes communistes vietnamiennes de laisser passer l’aide humanitaire destinée aux Khmers rouges, qu’ils viennent de renverser et laisseraient mourir de faim. La marche a été organisée en sous-main par la CIA avec l’aide de Claude Malhuret [6]. Il s’avérera ultérieurement qu’il n’y a pas eu de famine dans les camps de réfugiés Khmers rouges.

                La création de l’association aurait été financée par Michel David-Weill, alors président de la banque franco-américaine Lazard et politiquement engagé dans la croisade anti-soviétique. Jean Guyot, qui lui est entré en 1955 chez Lazard, sera le fondateur et le premier président de l’ONG CARE France.
                Guy Sorman explique : « David-Weill voulait nous faire ce chèque. Mais à l’époque, celle du contrôle des changes, c’était compliqué de transférer des fonds entre les Etats-Unis et la France. Nous avons donc décidé de créer une filiale américaine » [7]."


                • LE CHAT LE CHAT 27 juillet 2011 15:03

                  Ethiopie , Somalie , Erythrée états fantoches et fantômes rongés par les guerres tribales , Kenya guère mieux où l’on se massacrait à coups de machette lors des élections il y a peu ,
                  on aura du mal à nous faire croire que l’occident est seul responsable de cet état de fait !
                  la mauvaise gouvernance et les tyrans avides et corrompus sont les pires plaies de la corne de l’Afrique


                  • oncle archibald 27 juillet 2011 18:35

                    C’est vrai le minou, mais pour autant les habitants subissent ces dirigeants corrompus qui les laissent mourir à petit feu faute de pouvoir se nourrir. L’urgence c’est bien d’amener de quoi bouffer à ces malheureux et pour le reste on verra plus tard. 

                    Il est clair que l’organisation d’une autosufisance alimentaire à l’échelle de régions permettant de créer ces ressources serait la bonne solution, techniquement cela n’a rien d’utopique ... 

                    Pour l’instant les européens font pousser des roses au Kenya et les importent à vil prix sur le marché aux fleurs d’Amsterdam, d’autres pillent le lac Rodolphe et ont organisé l’élevage et le commerce de la perche du Nil, qui a ruiné la pêche artisanale locale, la perche étant un carnassier redoutable qui a bouffé à peu près toutes les autres espèces .. 

                  • LE CHAT LE CHAT 27 juillet 2011 22:05

                    @oncle archibald

                    le problème est qu’il n’y a m^me plus de structures étatiques et que les humanitaires risqueraient leur vie ou l’enlevement contre rançon dans ces pays pourris !
                    il n’y plus que le parachutage par hélicoptères tellement c’est dangereux !
                    que font les rois du pétrole pourtant bien plus riches et plus proches que nous pour aider leurs frères musulmans ???

                    et les States qui ont installé un bouffon qui se dit président alors qu’il ne contrôle que quelques hectares ( si on enlève le Somaliland , le Puntland , les zones contrÖlées par les pirates , les seigneurs de la guerre et les shebabs )  ? où est l’aide de uncle Sam ?

                    Celle des russes et des chinois , ou autres bric ? Rien !

                    y’en a marre de la mendicité permanente ! mais quand retrousseront t ils les manches ?


                    • zany 27 juillet 2011 22:04

                      Yacouba est né au Burkina Faso, dans la région semi-désertique du Sahel, où l’agriculture semble impossible.

                      Il décide de stopper l’avancée du désert et de rendre le sol fertile pour permettre à la population qui a fui la famine de revenir.

                      Patient et persévérant malgré la méfiance des villageois, Yacouba cultive sa terre en améliorant une ancienne technique nommée Zaï : il retient l’eau de pluie et utilise les termites pour enrichir la terre...

                      Sa existe les africain qui font des prouesses, ils sont trop rare c’est tous, l’afrique connais la famine, si ils commençais a arrêter d’utiliser les terres cultivable pour des roses vendue en europe certifier made in holland et favorisé les cultures vivrière cela serais un bon début.

                      A ceux qui disent ho sa coût cher de trouver de l’eau en afrique (les us notamment qui dépense des fortune), faut leurs dire que sa existe encore les sourciers qui te trouve l’eau avec un baton

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Sourcier

                      C’est difficile à trouver car tous le monde n’a pas le don.


                      • loco 27 juillet 2011 22:09

                         Bonsoir,

                         Content de n’être pas croyant, car devant l’horrible indifférence (dans le meilleur cas) ou l’abjecte invective (kita), je n’aurais plus qu’à attendre le châtiment divin.

                         Salauds !!!


                        • zany 27 juillet 2011 22:51

                          Salauds oui, mais terriblement réaliste, si ont y met les moyen, du bon sens, quitte à fouler aux pieds certaine croyance c’est possible, ont ne rend pas une terre fertile en 1 ans, il faut compter 20 ans au moins, cela comprend la création de foret, rationalisation, voir expropriation pour mené une politique agricole digne de ce nom.

                          Ces paysans là connaisse leurs terre mieux que quinconce, donne leurs des moyens d’assurer leurs récoltes et c’est fini la famine .

                          faire poussé des roses (rentable) et laisser crevé sont peuple c’est criminel, envoyer un sac de riz c’est bien sa donne bonne conscience quand ont vas chercher un bouquet de rose à sa femme ont favorise cette famine.

                          du frique il en ont mais c’est accaparé par les compagnie pétrolière

                          Cette économie repose sur l’agriculture et en complément sur l’exploitation des mines de sel. Le pétrole est convoité par de grandes compagnies qui négocient avec les gouvernements en place.
                          Cette économie est assistée par l’aide internationale et les rentrées de devises de la diaspora, rentrées évaluées à plus de 60% du PIB en 2007

                          http://wikistrike.over-blog.com/article-comment-on-fabrique-la-famine-en-somalie-80291415.html

                          Traité les causes et atténuer les effets, la Somalie c’est le terrain de jeux des compagnie pétrolière, les guerre sont favorisé par elle car un gouvernement pourrais avoir la mauvaise idée de tous nationaliser.


                        • storm storm 27 juillet 2011 22:37

                          salut,

                          hé bien désolé d’avoir l’air de ne pas être concerné par ce problème mais, selon mes sources, la famine est organisée, pour des raisons politiques et économiques

                          je ne parle même pas des tocks de nourriture qu’on jette chez nous

                          donner du pognon pour alimenter une grosse pompe à frique, non merci,
                          dans mon enfance, on avait l’habitude de montrer des éthiopiens victimes de malnutrition en images, et 30 ans après , rien n’a changé.

                          (Je pourrais dire la même chose du problème plaestino-israëlien)

                          A quoi servent toutes ces grosses machines qui brassent des milliards (genre ONU) ?
                          (Ils en veulent encore pour ne rien faire ?)

                          A quoi servent les hauts fonctionnaires, experts et spécialistes ?

                          Et après quand un conspirationniste dit que les problèmes sont volontairement entretenus (voire créés...), on lui rit au nez ?

                          Notre monde est un film, un décor de cârton pâte ou, pour reprendre l’image du film ’brazil’, une route bordée de souriants panneaux publicitaires qui cachent la désolation d’un immense terrain vague ; merci et BONNE SOIREE


                          • djyne djyne 28 juillet 2011 02:43

                            oui organisée pour des raisons économiques et du coup politique, pour nous donner à manger à nous, il faut que des peuples crèvent de faim - il n’y a pas assez sur la planète pour fournir à tout le monde - aussi dans l’avenir se sera pire, et l’on nous demandera de ne pas faire d’enfants ou d’en limiter le nombre (comme en CHINE) ici tout le monde était outré ! mais que faire devant un tel fléau il faut bien limiter à un moment - à cogiter !


                          • Laratapinhata 28 juillet 2011 04:13

                            Là vous affabulez...
                            En France on maltraite nos paysans, mais il faut reconnaître qu’ils pourraient assurer notre auto-suffisance alimentaire...
                            Si on importe, c’est pour casser les prix des denrées, parce que la grande distribution tient le marché, parce que les Français ne veulent plus dépenser que le minimum pour la bouffe =11% de leur budget, environ... quand il y a quarante ans ils y consacraient 30 à 40 %...


                          • kitamissa kitamissa 28 juillet 2011 10:10

                            ouais,mais vu la bouffe de merde qu’on nous propose, ça me ferait chier de foutre 40% du budget dans la tortore ,compte tenu de l’endroit où ça finit une fois la digestion terminée !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès