Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tension franco-marocaine ; la position marocaine délibérément escamotée par (...)

Tension franco-marocaine ; la position marocaine délibérément escamotée par la presse française

Une tension secoue actuellement les relations franco-marocaines suite notamment aux plaintes déposées en France contre le chef du contre-espionnage marocain pour « complicité de torture ». Cette affaire cependant a été reliée par les medias de l’hexagone à sens unique

Ainsi les éditions électroniques du  Monde, Le Figaro le Nouvel Obs le Parisien, L'Express entre autres se sont contentés de paraphraser les dépêches de l’AFP à ce sujet lequelles ont escamotées sciemment la position marocaine. Ainsi aucun contact apparemment n’a été pris par ces médias avec les autorités marocaines pour avoir leur point de vue à ce sujet. De ce fait, les lecteurs ont été désinformés au sujet de cette affaire.

Or la position du Maroc à ce sujet a bien été explicitée par l’ambassade du Maroc en France qui a réagi à ce sujet avec un communiqué relié par la presse marocaine. C’est pourquoi je mets donc à la disposition des lecteurs d’Agora les éléments pertinents de ce communiqué largement ignoré par la presse française.

 Ainsi, l'ambassade du Maroc en France a exprimé, vendredi dernier, « son étonnement face à l'absurdité » d'une affaire rapportée récemment par l'agence de presse française AFP, qui a affirmé qu'une association demande l'audition du directeur général de la DGST au sujet d'une prétendue complicité de torture au Maroc. « L'ambassade du Royaume du Maroc à Paris exprime son étonnement face à l'absurdité de cette affaire, aussi bien au niveau de la procédure adoptée qu'au niveau des cas judiciaires évoqués », indique la représentation diplomatique marocaine dans un communiqué. « En effet, s'agissant de la procédure, la rapidité déconcertante avec laquelle cette affaire a été traitée, son mode de médiatisation, la violation des règles et usages diplomatiques universels et le non-respect des conventions entre les deux pays suscitent de nombreuses interrogations sur les motivations réelles de cette affaire et ses véritables commanditaires », souligne la même source.

Ainsi, ajoute-t-on, « c'est par voie de presse que cette ambassade et le DGST ont appris l'existence de cette plainte et que sept policiers s'étaient rendus le même jour à la résidence de l'ambassadeur du Royaume du Maroc pour notifier une convocation émanant d'un juge d'instruction au DGST. « Cette forte présence policière est intervenue curieusement à un moment où le ministre de l'Intérieur du Maroc, en visite officielle en France, était en réunion à la résidence avec plusieurs journalistes », indique l'ambassade pour qui « cette démarche est pour le moins inédite eu égard aux procédures de coopération judiciaires en vigueur entre le Maroc et la France, et couramment appliquées ».

Elle déplore que le recours au canal diplomatique « ait été délibérément ignoré ». « Pour ce qui est des cas évoqués par la même dépêche, ils concernent des affaires dans lesquelles la DGST, conformément à ses attributions, n'a été nullement et de quelque manière que ce soit concernée, note le communiqué, faisant savoir que Adil Lamtalsi, un Franco-Marocain, avait été interpellé dans la région de Tanger le 3 octobre 2008 par la Gendarmerie royale pour avoir commandité une expédition de 1 601 kg de chira et qu'il avait été condamné à 10 ans de prison ferme et transféré le 16 avril 2013 à la prison de Villepinte en France pour purger le reliquat de sa peine.

« Sa ligne de défense, qui reposait sur de prétendus enlèvements et torture, n'a pas été retenue par la justice. Adil Lamtalsi est également poursuivi en Espagne pour une opération de livraison de 500 kg de chira à Huelva en juin 2008 et avait déjà été condamné en France, pour coups et blessures en 1998, à 5 mois de prison », rappelle le communiqué.

Concernant le cas de Ennama Asfari, l'ambassade précise qu'il s'agit d'un citoyen marocain, qui purge actuellement une peine d'emprisonnement de 30 ans « pour son implication majeure dans des faits ayant occasionné, en 2010, l'assassinat de 11 éléments des forces de l'ordre (Gendarmerie royale et Forces auxiliaires), lors du démantèlement pacifique du camp de Gdim Izik près de la ville de Laâyoune, dont certains ont été sauvagement égorgés et leurs dépouilles sujettes à toutes sortes de profanation ». « Cet individu avait été interpellé par la Gendarmerie royale et jugé lors d'un procès public, qui s'est déroulé en présence de nombreux observateurs internationaux, et suivant toutes les garanties du procès équitable », relève le communiqué, notant que lors du traitement judiciaire de son affaire, « il avait reconnu les faits qui lui étaient reprochés et n'a, à aucun moment, fait état devant le juge d'instruction et la cour des prétendus sévices qu'il aurait subis » et que « toutes les étapes de l'instruction de ce dossier ont été menées par le Tribunal militaire ». « L'ambassade du Royaume du Maroc, tout en exposant ces faits à l'opinion publique, affirme sa pleine détermination à faire toute la lumière sur les soubassements de cette affaire. De son côté, le DGST se réserve le droit de recourir à tous les moyens légaux pour lever toute équivoque et réparer tout préjudice qu'il aurait subi », conclut le communiqué.

 Il est à signaler que le président Hollande a téléphoné au Roi la veille et que "A la lumière des clarifications apportées (...), les deux chefs d'Etat ont convenu de poursuivre les contacts durant les prochains jours au niveau des deux gouvernements, et d'œuvrer dans l'esprit des relations d'exception qui lient le Maroc et la France", précise un communiqué du Palais Royal.

Par ailleurs, la presse marocaine paraissant ce jour s’interroge sur les commanditaires de cette détérioration des relations franco-marocaines alors que le Roi est en tournée africaine pour promouvoir à travers des actions concrétes, un nouveau partenariat sud-sud susceptible de faire sortir l’Afrique des séquelles de la Franceafrique.


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Alex Alex 25 février 2014 17:21

    Adil Lamtalsi et Ennama Asfari sont-ils les deux seuls mentionnés dans l’enquête ?

    Il est bon de rapporter le point de vue des autorités marocaines, mais il aurait été intéressant de connaître les procédures judiciaires dans ce cas : le convoqué est-il considéré comme un simple citoyen étranger, ou bien sa position officielle dans le gouvernement marocain implique-t-elle une procédure différente ?
    Je n’en sais rien, mais il est fort possible que ce juge ait décidé d’agir seul, sans en référer à sa hiérarchie.

    Quant aux actions de Sa majesté M6 « susceptibles de faire sortir l’Afrique des séquelles de la Franceafrique, » personne ne saurait mettre en doute leur efficacité, d’autant que le Commandeur des croyants a dû longuement y réfléchir entre un séjour dans son hôtel particulier à Paris, un autre dans son château dans l’Oise, ou un autre à Courchevel...


    • soi même 25 février 2014 18:48

      prison souterraine marocaine !

      Témara, le centre de torture du Maroc Le Maroc nie l’existence d’un centre de détention près de Rabat où la police secrète torture sans limite. Pourtant, témoignages et rapports d’enquête accablants se multiplient. http://www.slateafrique.com/1661/temara-bagne-torture-mohammed-vi

      Vieux dossiers ?


      •  Mohamed Takadoum. M Takadoum alias Bouliq. 25 février 2014 19:46

         Ne croyez surtout pas que je défend une quelconque torture. Ce n’est pas l’objet de cet article qui expose la position marocaine ignorée par la presse française.

        Ce que je sais par contre c’est qu« une loi de 2006 a criminalisé la torture dans le pays.C’est aux juges marocains de faire leur travail pour réprimer au besoin les dépassements. La nouvelle constitution de 2011 dispose d’ailleurs dans son article 22 »..que la pratique de la torture est un crime puni par la loi.
        Pour le centre que vous citez apparemment, il n’éxiste plus depuis 2011.

      • soi même 25 février 2014 19:54

        @ Takadoum ,en évoquant cette information, c’est pour relativisé les positions, en aucun cas, j’émets un jugement !

         


      • Rensk Rensk 25 février 2014 22:47

        - en aucun cas, j’émets un jugement !

        J’ai toutes les peines du « Le Monde » a vous croire !!!

        Quand je lis les interventions des internautes dans ce journal, je me croirait presque en Allemagne entre les deux guerre mondiale...


      • Rensk Rensk 25 février 2014 22:38

        L’AFP...

        L’Agence France-Presse (AFP) est, avec l’américaine Associated Press et la britannique Reuters, l’une des trois agences de presse mondiales et généralistes chargées de collecter, vérifier, recouper et diffuser l’information, sous une forme neutre, fiable, et utilisable directement par tous types de médias (radios, télévision, presse écrite, sites internet) mais aussi par des grandes entreprises et administrations.

        Saviez-vous qu’ils n’ont pas d’actionnaires... mais qu’il ont un conseil d’administration qui est composé majoritairement d’éditeurs de presse ?

        Qui sont les éditeurs de « presse » en France ? (Dans l’ordre financier, du fric quoi)
        Arnaud Lagardère
        Serge Dassault
        Groupe Sipa-Ouest‑France (Société d’investissements et de participations), créée en 2002, est une société civile française active dans le domaine des médias. Elle est détenue à 100 % par une association loi 1901
        Philippe Amaury
        Pierre Bergé, Matthieu Pigasse, Xavier Niel pour « Le Monde » est ses filiales...
        Bertelsmann
        Fininvest S.p.A. (Italie)
        Bayard
        Groupe Sud Ouest dont les actionnaires sont plus caché, 80% = Lemoîne ; Société des journalistes (10 %) et la Société des personnels (10 %)...


        • Ouallonsnous ? 26 février 2014 22:02

          Rensk, ce que vous vous gardez bien de dire est que L’Agence France-Presse (AFP) l’américaine Associated Press et la britannique Reuters, sont les trois agences de presse mondiales et généralistes chargées de diffuser l’information que leur donne le propagada staffel de l’OTAN, information émanant principalement de la Maison Blanche et du cabinet britannique, les gouvernements anglo-franco-germano-israéliens étant en copie, ceci sans vérification ni recoupement d’aucune sorte (on ne remet pas en question la parole des maïtres )  !


        • eric 26 février 2014 09:42

          Connaissant bien les fonctionnement interne des gauches en France, des l’annonce de ce truc, j’ai regarde un peu sur le net et vu les communiques marocains.
          Dans la presse qui relaie ce genre de campagne, assez, vite, le nom du narcotrafiquant avéré a été retiré ou marginalisé dans les articles, la ou au début il était premier.
          J’ai quelques doutes sur des velléité géostratégiques des gens qui manipulent ce genre de trucs. Ils ont rarement des visions aussi larges. C’est plutôt du genre petits complot internes et règlements de compte intra gauche. Au mieux, tenter de détériorer les relations franco marocaines par hostilité aux deux régimes.
          C’est du genre « Léonarda », quelques assoc. et média d’extrême gauche font monter en chantilly un truc vendable médiatiquement et qu’ils ont déterré pour l’occasion. Quand on a tous les éléments du dossiers, la baudruche se dégonfle, mais le mal est déjà fait.. A l’époque cela visait surtout Vals, en tant qu’apparent pilier du gouvernement. Ici, il faudrait entrer dans le détail.
          Une des hypothèses possibles ? Un organisme officiel, état, collectivité socialiste, a été trop rat dans le renouvellement dune subvention. La plus part de ces officines vieillies, manquant de militant bénévoles, vivent avec des professionnels rémunérés. Il ne faut pas toucher a leur subventions, ou elles sont capables de tout...

          On voit surtout un gouvernement incapable de tenir ses supplétifs. Un peu comme récemment a Nantes. On sait grâce a internet que le PS a toujours finance les anti fa, les indignes, etc.. pour faire de l’agitation en queue de manif sous les droites. Il est désormais prouve qu’il ne sait pas vraiment les contrôler ou qu’il a diminue les crédit. Leur indignation serait donc désormais réelle dans cette dernière hypothèse. Le Maroc a raison de protester contre les résultats de cette incompétence sur ses relations avec la France. Il aurait tort de croire qu’il est le premier visé.


          • PrNIC PrNIC 26 février 2014 13:32

            En déposant une plainte contre le patron du contre-espionnage marocain pour des actes de torture, l’Association des Chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) a déclenché la colère des autorités marocaines. Et l’embarras de l’Etat français...

            Allons bon ....si des chrétiens de l’ ACAT sans mélent , il serait bon d’aller les écouter pour éviter l’enfumage des « clebs de garde » !


            • almodis 26 février 2014 16:23

              M Takadoum ,

              sur un autre sujet - qui me tient à cœur - pourriez vous répondre , en toute honnêteté ?

              http://www.cyberacteurs.org/cyberactions/solidarite-victimes-microcredits-ourzazate-740.html

              merci

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès