Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tian’anmen 1989, transmission d’une mémoire interdite

Tian’anmen 1989, transmission d’une mémoire interdite

Ce matin 4 juin 2011 à Pékin, il fait couvert et lourd, « comme à l'époque », commente un internaute sur le site de micro-blogging Weibo, le "Twitter" chinois. Depuis la veille au soir, la commémoration du massacre de la place Tian'anmen du 4 juin 1989 agite les franges de l’internet du pays (au petit matin du 4 juin 1989, des soldats de la 27e armée chinoise avaient mis fin à l'occupation pendant près d'un mois de la plus grande place de Chine par des étudiants et des ouvriers demandant des réformes politiques. L'intervention avait fait plusieurs milliers de mort). L’ampleur de la transmission de ce sujet interdit est comme toujours difficile à évaluer, une partie importante se perdant dans les limbes de la censure et de l’autocensure. Les “micro-trottoirs” et les approches trop directes ou trop politiques ne donnent pas beaucoup de résultats, ou plutôt feraient volontiers croire que la mémoire de ce traumatisme historique est aujourd’hui perdue dans le matérialisme consumériste des générations des années 80 et 90. Pourtant, en regardant de près sur l’internet chinois, on se rend compte que la censure implacable que subit encore l’évènement contribue paradoxalement à lui donner une aura de romantisme extrême qui fascine les jeunes Chinois.

Les étudiants de 1989 sont aujourd’hui dans leur grande majorité ceux qui sont aux commandes du pays ; ils ont bénéficié à plein de la croissance économique chinoise. Avoir participé aux événements de l’époque leur donne du prestige ; ils sont souvent sollicités en fin de dîner ou de cours par des jeunes curieux qui veulent en savoir plus sur cette affaire qui a failli faire basculer la Chine dans la démocratie. Pour autant, certains sont rongés par la culpabilité, de ne pas avoir fait partie des victimes, ou d’être en position de pouvoir aujourd’hui mais de n’oser rien faire.

Sur le site de micro-blogging Weibo, c’est l’un de ces anciens étudiants qui a ouvert le signal de la commémoration, le 3 juin 2011, un peu avant minuit :


经常有朋友问——那一夜的辞职,你后悔吗?其实,在大时代的面前,我只是遵循了良知,那些真正的英雄,死去,伤残,流放,还有无数至今在底层挣扎的,而 我,现在,过得很好。选择是一件难事,后果真不吓人……不依赖体制,难道我们就不活了?丐帮都能活,没有谁可以威胁我们的善良…

Souvent des amis me demandent si je regrette d’avoir quitté la place cette nuit-là [l'armée avait appelé à l'évacuation ou à "faire face aux conséquences"]. En fait, dans ce moment crucial, j’ai juste suivi mon intuition. Ces vrais héros, ces morts, ces blessés, ces exilés, et toute cette multitude qui se bat encore aujourd’hui pour survivre... alors que moi, maintenant, je vis très bien. Pourtant, si le choix est une chose difficile, ses conséquences ne sont en réalité pas effrayantes... Si l’on choisit de ne pas dépendre du système, va t-on mourir ? Même les mendiants peuvent vivre, personne ne peut menacer notre bonté...

Ce court texte torturé, séditieux mais feutré, est rapidement censuré, probablement parce que le compte de son auteur est particulièrement surveillé. Il ajoute alors sur sa page : “Je vais me coucher maintenant, je suis trop las... vous allez censurer ça aussi ?” Pourtant, déjà, certains de ses contacts ont retransmis le texte, qui se diffuse à présent sans entraves sur plus de 6000 comptes et pages internet, et suscite de nombreux commentaires : “Bravo, personne ne peut menacer la bonté !” “Même un texte aussi crypté se fait censurer ? Il y a vraiment des personnes indécrottables dans ce pays...” “Haha, il a été dupliqué partout, ce texte est sauvé maintenant !”

Le matin du 4 juin, de nombreux internautes s’amusent avec la censure, lançant des “Joyeux anniversaire” ou des “Le temps est couvert, je ne dis rien”, sur les réseaux sociaux. Les initiés comprennent tout de suite, les autres se font rapidement mettre au parfum : “- Ce n’est pas mon anniversaire ! - Réfléchis, 22 ans...” “L’anniversaire qu’on ne peut commémorer mais qu’on ne peut oublier...”

Des images, plus difficile à trouver pour la censure, sont aussi diffusées. Certaines montrent tout simplement des balayeurs en train de nettoyer la place Tian’anmen ou des larmes, d’autres sont de petites énigmes malicieuses, comme celle représentant un badge orné d’une bouteille à l’envers, d’un jeune cerf renversé et d’une légende se lisant “35 mai”. Le 35 mai est une manière existant déjà depuis plusieurs années pour désigner le 4 juin et échapper ainsi à la censure automatique qui empêche l’affichage des commentaires contenant cette date sensible. La bouteille et le jeune cerf mort compose une sorte d’idéogramme qui fait référence au l’affaire du lait infantile contaminé à la mélamine, en 2008. Le nom de la principale entreprise d'Etat incriminée, Sanlu, veut en effet dire “trois cerfs” en chinois. Le lien entre ce scandale immense qui a discrédité le gouvernement chinois dans l’opinion et la commémoration du massacre de Tian’anmen est très signifiant. C’est en effet au moment où il a éclaté que l’opinion consensuelle, selon laquelle le régime avait permis la stabilité et la prospérité du pays (au prix de l'absence de réforme politique), a commencé à s'effriter. Cette image a été diffusée sur un compte Weibo suivi par 13 000 fans, qui a peu après été fermé par la censure, comme des centaines d’autres ce jour-là.

L’écran blanc de la mort Weibo : Nous sommes désolé, le compte que vous consultez n’existe pas

Dans la plupart des cas cependant, seuls les posts les moins cryptés ont été supprimés.

Ce weibo a été supprimé

La plupart des internautes le prennent ironiquement : “Je n’ai jamais eu aujourd’hui autant de notices Weibo sur mon compte, et ce sont toutes des notices de suppression de posts”, “C’est le jackpot pour les 5 décimes [五毛, les agents internet payés pas la propagande] aujourd’hui !” “Venez vite voir ce post avant qu’il ne disparaisse !”

L’année dernière, certains journaux comme les Nouvelles de Pékin (新京报) avaient bravé le régime en publiant à la “une” des images de blessés évacués qui pouvaient faire penser au massacre (officiellement inintentionnellement). Ils s’en étaient tirés sans sanction, utilisant l’excuse “d’erreurs faites par des stagiaires” mais ne pouvaient se permettre de récidiver. Un internaute (un des stagiaires en question ?) s’est souvenu de cette histoire, et eu quelque succès en mettant en ligne sur ses réseaux sociaux un assemblage fait de quatre “unes” parfaitement identiques de quotidiens du Parti faisant figurer le premier ministre en train de bêcher, sous-titré : “grande pluralité de la presse aujourd’hui !”

La sociologie des transmetteurs de cette mémoire est variée. On y trouve beaucoup de membres des générations 80 et 90, qui n’ont pas vécu ces évènements et qui ont pourtant la réputation de n’être intéressés que par leur propre bien-être. On peut dénicher aussi quelques hauts responsables de grands media internet chinois (particulièrement au fait des pratiques de la censure, ils ont un phrasé ambigu et inattaquable, mais n’hésitent pas à utiliser leur véritable identité). Mais celle qui est la plus étonnante est peut-être la fameuse joueuse de tennis Li Na, qui dans un discours étrange suite à sa victoire à Rolland-Garros ce 4 juin 2011 en a profité pour souhaiter l’anniversaire d’une amie... sous les yeux de l’ambassadeur de Chine en France. Rien ne dit qu’il s’agisse véritablement d’une allusion cryptée, et pourtant plusieurs internautes chinois se sont ouvertement posé la question sur Weibo : “Aujourd’hui, il n’y a plus que deux modèles de héros dignes d’être suivis : ceux de cette époque-là [1989], et Li Na.”

Aujourd'hui, le régime n'emprisonne plus pour un simple délit d'opinion en Chine, et la "répression" n'ira normalement pas plus loin que ces suppressions massives de pages internet. Et pourtant, ces lourds efforts de censure sont non seulement impopulaires mais aussi largement inefficaces : beaucoup de témoignages, surtout bien sûr les plus subtils, restent encore aujourd’hui sur l’internet chinois pour montrer que la mémoire des évènements de juin 1989 est vivante et continue à se transmettre. Obsolète dans une société chinoise toujours plus connectée et informée, la censure contribue aussi à l'effet inverse que celui souhaité par le gouvernement : à faire des évènements de juin 1989 un symbole d'héroïsme et de liberté encore actuel.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Gérard Luçon Gerard Lucon 8 juin 2011 11:57

    des millers de morts ... pourquoi pas des millions ? un peu de serieux serait bienvenu ; quand on parle de censure, on devrait ne pas utiliser la desinformation !

    pou le reste yahoo france censure aussi tres tres bien ... et pas besoin du PC chinois pour nous ficher et nous localiser, cher monsieur ! La NSA veille ....


    • Renaud de Spens Renaud de Spens 8 juin 2011 12:54

      Les estimations vont de plus de 200 (gouvernement chinois) à près de 10 000. La Croix Rouge chinoise avait au début avancé le chiffre de 2600. Mais ce n’est pas le sujet de cet article. C’est justement la censure qui empêche de savoir précisément le nombre de victimes.


    • franco-chinois 8 juin 2011 15:51

      Alain Peyrefitte : « La tragédie Chinoise » dans « De La Chine » :

      [Page 104] Or, à ma grande surprise, les observateurs occidentaux demeurés à Pékin – diplomates et journalistes – ainsi qu’Amnesty International, ne démentaient pas la version officielle  : l’armée n’aurait pas tiré sur la place, si ce n’est en l’air, le quadrilatère occupé depuis sept semaines aurait été évacué pacifiquement.

      Voir : http://lhddt.wordpress.com/?s=passionaria


      • Renaud de Spens Renaud de Spens 8 juin 2011 16:55

        L’armée a d’abord lancé un ultimatum, puis a fait avancer ses blindés de transport de troupes appuyés par de l’infanterie sur la place. Il y avait encore plusieurs milliers d’irréductibles. Certains ont tenté de fuir, d’autres de résister. Dans ce chaos nocturne, certains sont morts écrasés (des soldats aussi), d’autres ont bien été touchés par des balles : de nombreux témoignages l’attestent, et les impacts ont longtemps été visibles sur les dalles de la place, avant leur remplacement. Les autorités ont certainement tenté de limiter le nombre de victimes (aussi parce que l’armée était très réticente à tirer, le commandant de la 38e armée avait déjà refusé de faire évacuer la place par la force, et ses troupes avaient fraternisé avec les étudiants, c’est pourquoi c’est la 27e armée, composée de soldats fraichement débarqués de la province pauvre et rurale du Gansu, complètement ignorants du contexte, et commandés par un proche du président Yang qui a été chargée de « nettoyer la place »). Mais on ne peut certainement pas dire que Tian’anmen a été évacuée « pacifiquement ». Quand j’ai commencé mes études de Chinois à Pékin en 1993, mes amis chinois me parlaient de milliers de mort, et c’est cet ordre de grandeur qui reste aujourd’hui dans la mémoire officieuse des faits.


      • franco-chinois 8 juin 2011 18:29

        « Mais on ne peut certainement pas dire que Tian’anmen a été évacuée  »pacifiquement". Quand j’ai commencé mes études de Chinois à Pékin en 1993, mes amis chinois me parlaient de milliers de mort,..."

        Ouïe dire, en sommes.

        Alain Peyrefitte : « La tragédie Chinoise » dans « De La Chine » :

        [Page 1107] Il y a bien eut, semble t-il, quelques coups de feu, mais qui avaient pour cibles les haut-parleurs juchés sur les pylônes. Qui a parlé de morts à Tian An men ? Ceux qui n’y étaient pas. Chai Ling (柴玲), la « passionaria » qui avait prit le commandement du « collectif » après l’élimination de Wuer Kaixi, elle, y était. Elle a raconté par une cassette qui fut presque aussitôt à Honkong, comment, avec le chanteur taiwanais Hou Dejian et deux autres camarades, elle a négocié l’évacuation pacifique de la place. Mais elle a ajouté qu’on lui « aurait dit » que des chars auraient écrasé des étudiants qui dormaient sous les tentes. Cependant, elle ne l’a pas vu elle même.

        Malgré des recherches opiniâtres, je n’ai trouvé de traces d’aucun témoin qui puisse dire qu’il a assisté à une scène aussi horrible

        ...« 

        Par contre, il serait intéressant d’écouter un témoin présent sur la place jusqu’à la dernière minute, Hou Dejian, un chanteur pop taiwannais, dans le film documentaire »Tian An Men« (The gate of heavenly peace, production financée par The National Endowment for the humanities, The ford Foundation, The Rockfeller Foundation, http://tsquare.tv/ , ou, http://www.youtube.com/view_play_list?p=0938BF24000377A1).

        Après la déclaration du »massacre de Tian’anmen" sur les ondes à Hong Kong de Cai Ling, il affirme : Je n’ai rien vu de tout ça.... Avons nous besoin de mensonge pour contrer les mensonges de l’ennemie ?


        • Gérard Luçon Gerard Lucon 11 juin 2011 14:33

          on ne voit qu’une photo, celle du gugusse qui tient tête au char qui ne l’écrase pas ... si à partir de cela on arrive à des milliers de morts, c’est bien que la CIA et ses supplétifs bouddhistes sont passés par là, et les crétins crédules les croient !
          Parce qu’on a même des photos des camps de concrentation, du goulag, mais rien de rien sur Tien An Men , étonnant non ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès