Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tibet, Chine et JO : tordre le cou aux idées reçues

Tibet, Chine et JO : tordre le cou aux idées reçues

L’appel au boycottage des JO de Pékin fait couler un flot d’encre. Sur ce flot, surfent certaines idées fausses à la vie dure. Ecrit en réaction d’un chat publié récemment en ligne dans le quotidien Le Monde, cet article tente de tordre le cou à certaines d’entre elles.

Le Tibet, suite à son soulèvement voire son insurrection, suscite pléthore de réactions et de commentaires. Certaines idées fausses ont la vie dure et il est navrant de les entendre dans la bouche de personnes dites autorisées.

Un tout récent exemple nous est fourni par un certain Pascal Boniface, au titre ronflant directeur de l’Institut des relations internationales et stratégiques. Excusez du peu. Dans un chat du quotidien Le Monde, l’expert, car qui saurait douter qu’il fût un expert, s’exprime le lundi 31 mars. Bonne occasion de tordre le cou à quelques poncifs ressortis pour l’occasion.

Premièrement au sujet de la tarte à la crème du boycott olympique : « un pays qui prendrait l’initiative du boycott... en paierait un prix économique et commercial très lourd  ». Comme le reconnaît lui-même l’auteur de ce jugement hâtif, « un boycott, pour être efficace, ne peut pas se faire de façon individuelle, il doit être fait de façon collective ». Voilà le bon sens même.

A l’aune de ce bons sens qui tombe sous l’évidence, que pourrait faire Pékin face à un boycott en règle ourdi de conserve par certains de ses principaux partenaires commerciaux ? Au hasard, les Etats-Unis, le Japon, l’Allemagne. La Chine a-t-elle les moyens, même devenue 4e puissance économique mondiale, de faire « payer » un « prix » commercial quel qu’il soit à ces trois grandes puissances réunies ? Mieux, la Chine aurait-elle un quelconque avenir en tournant le dos de manière ou d’autre à ces trois majors de l’économie, du commerce et de la technologie ?

Quant au boycott d’un seul pays, serait-ce l’Amérique ou l’Allemagne, sa portée se verrait réduite à une bien inutile peau de chagrin.

En conclusion, boycottons en cœur !

Où l’écueil se situe-t-il néanmoins ? L’écueil réside dans le fait que les 4 autres grands membres permanents du Conseil de Sécurité, Amérique, Russie, Grande-Bretagne et France, se voient contraints de jouer d’une diplomatie molle de peur que Pékin ne joue, lui, de son droit de veto à l’ONU.

Tout est là. Et sans l’aval de ces 4 Grands, le Japon, l’Allemagne, le Canada ou autres risquent-ils de se mouiller seuls ? En résumé, le problème revient à dire « on y va tous ensemble ou bien on n’y va pas ».

Le hic, c’est le droit de veto de la Chine au Conseil de Sécurité de l’ONU, pas d’improbables sanctions commerciales.

Deuxièmement, « je n’entends encore personne proposer un boycott économique de la Chine », s’étonne benoîtement Pascal Boniface. La patrie de Mao étant devenue un acteur majeur sur la scène économique mondiale, vouloir la boycotter reviendrait à vouloir boycotter économiquement l’Amérique, le Japon ou l’Allemagne. Inconcevable sur le plan pratique. De plus, boycotter les produits « made in Chine » relève de l’utopie, comme d’ailleurs il en serait de même pour des produits « made in Japan » sachant que les entrepreneurs occidentaux et asiatiques se bousculent pour délocaliser dans l’Empire du Milieu.

Le boycott ne peut donc être que civil et/ou politique.

Troisièmement, plus grave, sur l’indépendance du Tibet, l’expert maintient que « les Tibétains ne la demandent pas », confondant la position officielle, politique et tactique, du Dalaï-Lama avec les aspirations légitimes de son peuple. Pire, pour cet analyste auquel Le Monde donne la parole, « la majorité des Tibétains ne demandent pas l’indépendance : quelques éléments isolés peuvent la réclamer ».

Là, manifestement, une grossière erreur s’est immiscée dans le discours policé de l’orateur.

Si Lhassa et le « Grand Tibet » jusqu’au Gansu, au Si Chan et au Yunnan se sont récemment soulevés dans un mouvement quasi insurrectionnel, c’est bien pour clamer des revendications viscérales qui dépassent la seule « autonomie » que les Tibétains savent d’ailleurs être un leurre.

Que ce soit au Tibet, en Chine, au Népal, en Inde ou dans les grandes capitales de la planète, les Tibétains ont brandi bien haut le symbole de leur identité et de leur indépendance nationale, le drapeau tibétain forgé par le XIIIe Dalaï-Lama au début des années 1910 au moment où il proclamait l’indépendance de son pays face aux velléités d’agression et d’invasion des Anglais, d’un côté, et des Chinois, de l’autre.

Qui plus est, le parti d’opposition démocratique réuni dans la diaspora tibétaine autour du Tibetan Youth Congress sis à Dharamsala en Inde milite résolument en faveur de l’indépendance du Tibet.

Et le Dalaï-Lama a publiquement reconnu auprès des médias internationaux qu’il ne pouvait les faire changer d’avis et respectait leur position sans pour autant y adhérer.

Les éléments qui demandent l’indépendance du Tibet ne sont donc pas isolés, mais bel et bien organisés et identifiés. C’est eux qui organisent les manifestations à Dharamsala et partout en Inde ou au Népal. C’est eux qui inspirent les Tibétains du Tibet et de Chine comme de toute la diaspora, tout en étant inspirés par les aspirations légitimes des mêmes à la liberté et l’indépendance de leur pays souverain lors de l’invasion et de l’annexion chinoise au début des années 1950.

Là où le directeur de l’Institut des relations internationales et stratégiques ne se trompe guère, c’est en affirmant que « Rêver que la Chine respecte définitivement les droits de l’homme à court ou long terme sur injonction des pays occidentaux relève de l’illusion ». Certes, mais fallait-il ajouter, toute évolution positive ne se fera que sous la pression conjuguée des populations chinoises, l’intérieur, et de la Communauté internationale, à l’extérieur comme l’a très bien vu et dit le dissident chinois Wei Jingsheng.

Le Dragon chinois vit dans la crispation permanente d’un régime dictatorial monolithique dont les autocrates restent rivés sur leurs objectifs expansionnistes, colonialistes et hégémonistes.

Les jeux Olympiques ne sont pour eux qu’un outil de propagande, un outil offert sur un plateau par le Comité international olympique avec la complicité de la Communauté internationale qui, depuis, plus d’un demi-siècle déjà, ferme les yeux complaisamment sur le « génocide culturel » perpétré au Tibet.

Cf. Pascal Boniface dans Le Monde le 31 mars 2008.

Rangzen avec Libre opinion.


Moyenne des avis sur cet article :  3.49/5   (69 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 14 avril 2008 12:26

    "Eviter les dérives émotionnelles" titrait un article récent

    Eviter le manichéisme simplificateur

     

    Le Tibet, enjeu de luttes internationales

    L’enjeu tibétain au XIXe siècle :

    "...Le Tibet fut donc une des pièces importantes de la géostratégie asiatique du XIXe siècle. Surtout, les conséquences de cette course au Toit du monde furent capitales pour le pays, puisque cet enjeu le fit entrer dans le droit international avec le statut de pays vassal de la Chine. La responsabilité n’en revient pas aux seuls Britanniques, en quelque sorte vainqueurs, qui jugèrent plus simple de traiter de la question tibétaine avec la Chine. Elle échoit aussi aux Tibétains, qui persistèrent dans leur volonté de rester en dehors de tout contact avec le reste du monde. Dans les années 1910, le XIIIe dalaï-lama comprit que pour exister pleinement il fallait que le Tibet entretînt des échanges diplomatiques avec les puissances, mais sa volonté se heurta à des siècles d’autarcie. Sur le long terme, l’invasion communiste chinoise de 1950-1959 et la complète intégration du pays à la Chine en qualité de Région autonome (1965) furent des conséquences de l’enjeu du XIXe siècle : le Tibet, replié sur lui-même, était resté, selon le droit, tel qu’il avait été défini en 1890-1893, un État vassal de la Chine et la quasi-absence de relations étrangères fit que la communauté internationale ne réagit pas, ou trop peu à cette invasion."


    — ".. le Tibet fait partie de l’espace chinois au plan historique , géographique et aussi culturel....les allers et retours ont été fréquents comme les interpénétrations ....au point que la puissance politico militaire venant à faiblir en Chine le Tibet s’est répandu au nord et à l’Est dans un espace qui lui était familier mais pas du tout au sud vers le Népal ni l’Inde...." (Le Furtif)


    - Une réalité moins simple que les schémas médiatiques :A quelques mois des JO, pourquoi le Tibet se révolte

    Tibet : éviter la dérive émotionnelle

    YouTube - Tibet : Inferno under Dalai Lama & aristoric rule


    • claude claude 14 avril 2008 14:58

      merci à l’auteur pour cet article.

      puis-je vous poser une question : quelles sont les richesses minières du tibet ? car si celui-ci n’avait été qu’un plateau aride, je doute que les chinois s’en soient emparé et l’aient ainsi colonisé.

      zen, votre dernier lien ne marche pas car, pour question de copyright, il a été retiré.


      • Le péripate Le péripate 14 avril 2008 15:26

        Vous pouvez en compter une, et d’importance. Le Tibet est la source des principaux fleuves chinois. De ce point de vue, il existe une continuité geographique entre les hautes terres et les plaines. C’est un argument qui vaut ce qu’il vaut, mais il est largement employé ailleurs (exemple le Golan israélien). Ce concept est aussi internationalement utilisé dans la définition politique des plate-forme continentales. Par exemple, les Russes essayent de prouver que le pole Nord est sur une plate-forme reliée à la Russie.

        Ces questions sont d’importance, comme dans le cas du Cachemire, dont l’Inde tient le Laddak, source de l’Indus, qui finit sa course au Pakistan.


      • Mon Moulin 14 avril 2008 15:53

         Liens qui fonctionnent pour le documentaire du National Geographic sur le Tibet :, Tibet : Inferno under Dalai Lama & aristoric rule


        http://www.youtube.com/watch?v=Nu2I2qpDglI

         

        http://www.youtube.com/watch?v=VtfKbL5F3nc

         


      • Relka Wuyilu 14 avril 2008 17:31

        Par ailleurs, notamment dans le Kham, la montagne sacrée tibétaine (il y en a neuf en tout dans l’ensemble des régions tibétaines dont la principale est le mont Kalash) Alta est un important gisement de zinc et de cuivre.

        @ L’auteur

        De toutes façons, Pascal Boniface est spécialiste de tout et s’exprime ainsi sur tous les sujets, y compris le football...

        Quand aux rétorsions économiques, un pays comme la Chine dont plus de 30 % des travailleurs oeuvrent pour l’exportation vers l’Europe, les USA et le Japon n’a que peu d’intérêt à créer une crise économique dans ces pays.... Sacré Boniface.


      • Mon Moulin 14 avril 2008 17:50

         Ce n’est certes pas pour les beaux yeux des tibétains que la CIA avait organisé le soulèvement Khampa en 1955-1956.. !


      • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 17:26

        Exact. Voyez mon article intitulé "Le Tibet : la guerre de l’eau aura-t-elle lieu ?" dont le lien est donné ici en référence.


      • olivierchen 21 avril 2008 15:34

        Bonjour Claude :

        Apparement vous etes sinologue ....

        J`aimerais vous poser des questions sur la chine au sujet du colonialisme de l`europe sur la france et les britaniques surtout ...

        Savez vous que la chine as perdu les territoires les plus precieux qui contiennent les plus grandes reserves de petroles au Sud de Heilongqiang qund la russie as annexe et rafle tous les territoires +la Montgolie

        Savez vous que le japon as tue 20 millions de morts et 15 morts de blesses lors du genocide de la seconde guerre mondiale colonise la taiwan avant meme la constitution du parti ciommuniste aujourd`hui il ya des grand litiges au niveau des reserves de petroles se trrouvant au sud de la mer de chine ...

        je suis d`origine chinoise je suis anticommuniste contre le Mao mais fier d`etre chinois je ne peux pas renier mes origines

        J`aimerais debattre en toute honnetete avec vous pour avancer dans le debat la chine sur les 200 dernieres annes avec ses guerres internes le communiste le genocide le colonialisme les chinois ont ete humilies ...

        Vous etes un intellectuel parler de la chine quand elle fut le gateau partage par l`occident, la russie le japon....

        J`ai repte a maintes reprises ds agoravox l`ennemi ds l`histoire ce n`est pas l`amerique mais le japon et la russie qui ont fait le plus de tort..

         


      • claude claude 14 avril 2008 18:30

        excusez-moi, mais je ne possède pas assez l’anglais pour comprendre le commentaire des vidéos.

        quoiqu’il en soit, en 1950, l’actuel dalaï lama avait 15 ans, et n’était pas responsable du système mis en place.

        si le tibet était un pays où le servage n’avait pas été aboli, en chine, cela n’était guère plus reluisant : les seigneurs de guerre dominaient la société et la paysannerie, et si ceux-ci n’étaient pas esclaves, leurs vies ne valaient guère mieux.

         les romans de pearl buck, décrivent très bien la société chinoise du XIX° et du début du XX°.

        de même dans les années 50, les peuples que nous avions colonisés n’étaient pas en état d’esclavage, mais quel était leur statuts ?

        aujourd’hui, la condition du paysan chinois a peu évolué,encore aujourd’hui il est celui à qui la société chinoise n’a toujours pas fait de cadeaux :

        rien n’est simple dans notre monde moderne, où en 50 ans la société a plus changé qu’en plusieurs siècles.

        si l’actualité fait que le tibet et la chine soient sur le devant de la scène et par là même donne à la diaspora tibétaine, l’occasion de s’exprimer, cela ne veut pas dire que le darfour ou la dictature en birmanie soient oubliés. mais il est diffcile de parler de tous les problèmes à la fois..

         


        • ZEN ZEN 14 avril 2008 18:46

          @ Claude, bonsoir

          Dans ce débat assez circonstanciel et non dénué parfois de manipulation, j’aime lire le point de vue nuancé du journaliste israëlien suivant. Cela relativise..Qu’en pensez-vous ?

           

          Deux poids , deux mesures... ?
          Pourquoi Le Tibet ? seulement le Tibet ? et aujourd’hui ?

          Le point de vue d’un Israëlien :

          Uri Avnery : géométries variables du droit à l’indépendance
          "Comme tout un chacun, je soutiens le droit du peuple tibétain à l’indépendance, ou au moins à l’autonomie. Comme tout le monde, je condamne les exactions que le gouvernement chinois y commet. Mais contrairement aux autres, je ne suis pas prêt à me joindre aux manifestations. Pourquoi ? Parce que j’ai le sentiment désagréable qu’on me soumet à un lavage de cerveau, que tout cela est de l’hypocrisie..
          ...Je proposerais un principe moral pragmatique : chaque population qui habite un territoire défini et a des spécificités nationales claires a le droit à son indépendance. Un Etat qui veut garder une telle population en son sein doit faire en sorte qu’elle s’y sente bien, qu’elle bénéficie de ses pleins droits, qu’elle jouisse de traitements égalitaires et qu’elle ait une autonomie qui satisfasse ses aspirations. En bref : qu’elle n’ait pas de raisons de désirer la séparation.Cela s’applique aux Français du Canada, aux Ecossais de Grande Bretagne, aux Kurdes de Turquie et d’ailleurs, aux différents groupes ethniques d’Afrique, aux peuples indigènes d’Amérique Latine, aux Tamouls du Sri Lanka et à beaucoup d’autres. Chacun a le droit de choisir entre la pleine égalité,l’autonomie et l’indépendance..."

          Chine et occident : la comédie des apparences

          "Réduisant la Chine à son appareil de pouvoir, nous faisons abstraction de cette réalité, et ignorons du même coup ce peuple et ses sentiments, en lui attribuant évidemment les nôtres, comment pourrait-il en être autrement, puisque nous agissons au nom d’un bien supérieur ?
          Nous oublions ainsi que cette nation, qui compte parmi les plus anciennes du monde, fière de ses traditions de haute culture et de son histoire immémoriale, n’a perdu son autonomie que durant une centaine d’années lorsque ce sont singulièrement l’occident et les puissances rivales régionales qui l’ont envahie, dépecée, humiliée... croyant peser sur le régime, ce sont les chinois dans leur ensemble que nous humilions, et ceci d’autant plus quand on sait le rôle que jouent dans cette culture, le respect des formes, l’obligation de ne pas « perdre la face. » Au lieu de fêter des retrouvailles, de voir là l’occasion d’entamer le dialogue, d’installer la confiance qui permettrait sans doute de critiquer et d’influer sur le cours des choses - au Tibet et au-delà - notre attitude de diabolisation sans nuance ne peut que susciter méfiance et repli nationaliste dans une population désarçonnée par ces volées de bois vert qu’elle estime imméritées..."


          • claude claude 14 avril 2008 20:28

            merci zen

            pour ces 2 articles humanistes auxquels j’adhère entièrement.

            mais comment faire ?

            plusieurs maisons brûlent dans notre village... laquelle éteindre en premier ?

             


          • claude claude 15 avril 2008 12:33

            que ce fil est agréable !

            chacun y exprime son opinion calmement sans invectiver ceux dont l’avis n’est pas le même.

            on peut ainsi apprendre les uns des autres...


          • Traroth Traroth 14 avril 2008 19:11

            Mouais... Je la trouve un peu bizarre, cette histoire de véto au Conseil de Sécurité, et pour plusieurs raisons :

            -On a du mal à imaginer que la Chine s’abstienne d’en user quand ses intérêts sont engagés

            -C’est un jeu qui peut se jouer à 5, et la Chine peut très bien avoir besoin un jour que les autres pays n’opposent pas leur véto

            -Il faut raison garder : les commentaires récents liés aux JO donnent l’impression que l’évènement a une telle ampleur que les différentes parties en présence seraient prêtes à se faire la guerre à cause de ça. Il faut ramener les choses à leur juste proportion : les JO ne sont qu’une manifestation sportive, c’est à dire un évènement sans importance intrinsèque, dont la seule portée est la portée qu’on lui accorde. Croire que la Chine va mécontenter les autres membres du Conseil de Sécurité pour ça, ça me parait carrément excessif. Et ça ne peut que se terminer par la fin du fonctionnement de celui-ci tel qu’on le connait, puisque, en gros plus *aucune* résolution ne passerait sans véto : les propositions de la Chine finiraient par être bloquées par les autres membres, et celles des autres membres par la Chine. Ca serait un joli spectacle. Pour une cour de maternelle...


            • ZEN ZEN 14 avril 2008 19:32

              @ Claude

              Ou bien cet avis de Domenach, bon connaisseur de la Chine , disant :

              "...Je suis scandalisé par la niaiserie démagogique de certains commentateurs français sur la question. Un pays comme la Chine ne passe pas du totalitarisme à la démocratie en un tour de main. Il est un fait que la presse en Chine est très contrôlée et que 30 journalistes chinois sont en prison, souvent pour des raisons non politiques d’ailleurs, mais il faut aussi rappeler qu’il y a en Chine 550 000 journalistes. Idem pour les 80 à 100 internautes poursuivis sur les 210 millions d’internautes que compte ce pays ! Autre exemple : celui de la peine de mort. Depuis que les jugements doivent être confirmés par la Cour suprême, les exécutions capitales ont diminué de 25 à 30 % l’an dernier. On continue à exécuter en Chine plus de monde que partout ailleurs, mais les progrès sont indéniables. Enfin, je crois, pour en avoir parlé avec eux pendant cinq ans, que les Chinois n’ont pas envie de recevoir des leçons de notre part. Ils perçoivent notre démocratie comme étant en crise avec toutes sortes de phénomènes qui les laissent sceptiques : des banlieues qui brûlent, un président sortant qui à affaire à la justice, ou un traité européen qui, après avoir été refusé démocratiquement, sera quand même appliqué.F. J. Nos exhortations sont vaines si nous ne voyons pas que les droits de l’homme ne sont pas une notion d’emblée universelle, mais relèvent d’une histoire singulière qui est celle de l’Europe. Cette notion a mûri avec la modernité et la montée en puissance de l’individu ainsi que de l’idée du contrat social. Pour autant, il ne s’agit pas de relativiser les droits de l’homme, mais de dissocier en eux deux versants : l’un positif et l’autre « négatif ». Le versant positif est lié à un certain mode de vie, qui va de pair avec notre conception occidentale du bonheur et de l’individu, conception dont je ne vois pas pourquoi nous l’imposerions aux autres cultures. Car je suis obligé de constater que, dans d’autres cultures, cette notion d’affranchissement de l’individu ne s’est pas développée ; une autre a prévalu qui est, à l’inverse, fondée sur l’intégration de l’individu, depuis la famille jusqu’au niveau cosmique . Il suffit d’aller en Inde pour s’en rendre compte. En revanche, il est une dimension « négative » ou protestataire des droits de l’homme qui consiste à dire non à l’oppression, et que l’on peut considérer comme universelle. Ce sont ces droits du refus qu’il faut tenir pour absolus. Leur intérêt est de faire affleurer de l’inconditionné dans toute condition historique. Si, parce qu’un père a volé une pomme, on punit de mort son enfant, cela fait jaillir, où que ce soit, un même cri de révolte face à l’intolérable..."


              Jean-Luc Domenach : La Chine peut-elle s’ouvrir au monde


              • Yannick Harrel Yannick Harrel 14 avril 2008 23:16

                Bonjour Zen,

                Si je me suis déjà exprimé sur le sujet et si notre vision du rôle des médias occidentaux est la même, je me permets juste d’ajouter que nous considérons fort mal à propos la Chine en la traitant comme une enfant à éduquer avec nos Droits de l’Homme. C’est oublier un peu rapidement que si ces droits fondamentaux existent depuis 1789, la Chine est une civilisation fort ancienne avec une philosophie très aboutie (Confucius ; Lao Tseu ; Sun Tsu ou encore Xun Zi). La condescendance à laquelle nous assistons de la part de nos propres médias est assez dangereuse et risque à terme de nous porter préjudice : commercialement et diplomatiquement.

                Je reste sur ma position de penser que toute cette agitation a été orchestrée de main de maître et qu’elle n’est pas fortuite. La question du Tibet est instrumentalisée et derrière elle, c’est la question de savoir qui sera le maître de cette région plus riche qu’on ne le croit habituellement.

                Cordialement


              • ZEN ZEN 15 avril 2008 10:20

                @ Yannick

                Bonjour,

                Je vous approuve tout à fait

                Cordialement


              • claude claude 15 avril 2008 12:59

                bonjour yannick,

                merci pour votre post avec lequel je suis d’accord.

                pourquoi vouloir absolument occidentaliser le monde entier ? nous avons tant à apprendre les uns des autres.

                quand on relit attentivement la déclaration universelle des droits de l’homme, il est bien souligné que chaque homme a droit au respect de ses traditions tant spirituelles que matérielles, à partir du moment où il a le libre choix de le faire..www.un.org/french/aboutun/dudh.htm

                merci à zen aussi, pour les liens intéressants que vous nous avez fournis et qui aident à la reflexion.

                bonne journée


              • Yannick Harrel Yannick Harrel 15 avril 2008 17:02

                @Zen,

                Merci.

                Au fait, vous qui avez effectué un article des plus intéressants sur les relations sino-américaines, en exclu je puis déjà vous annoncer que je suis en train d’en rédiger un sur les relations sino-russes. Le lien avec le Tibet ? Je pense que vous le devinez déjà, et le rôle de l’occident ne joue pas peu dans ce rapprochement...

                @Claude,

                Merci aussi.


              • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 17:13

                Le Généralissime Tchiang Kai-shek, fer de lance nationaliste en Chine, avait été formé à Moscou. Et c’est Moscou qui a soutenu Mao. Les Américains ne furent pas en reste envers l’un comme l’autre. A bientôt de vous lire !


              • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 17:16

                Le Généralissime Tchiang Kai-shek, fer de lance nationaliste en Chine avait été formé à Moscou et c’est Moscou qui soutint le communiste Mao. Les Américains ne furent pas en reste envers l’un comme l’autre. A bientôt de vous lire !


              • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 17:23

                Les Droits de l’Homme, c’est la Déclaration universelle de 1948 à l’ONU. La Chine (nationaliste) est présente dans l’institution onusienne depuis l’origine. La Chine (nationaliste) fait partie des Alliés face aux puissances de l’Axe. La Chine (nationaliste) respecte les Droits de l’Homme et la Démocratie à Taiwan. Il n’y pas de raison que la Chine (communiste) n’en fasse pas autant à Pékin et sur le reste du Continent !


              • moebius 14 avril 2008 22:47

                 la plupart des associations qui soutiennent financiérement la diaspora tibétaine ne militent pas dans leurs association pour l’indépendance du Tibet. La diaspora tibétaine en est parfaitement consciente.


                • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 17:10

                  International Campaign for Tibet et Students for a Free Tibet sont beaucoup plus radicales. Voyez aussi en France, Tibet libre et France Tibet. Il y a également "Rangzen" dans la région toulousaine qui milite avec détermination en compagnie d’autres associations locales de soutien.


                • judel.66 14 avril 2008 23:05

                   

                  Claude......

                  au tibet il y aurait du minerai d’uranium (entre autres) c’est ce qui se dit.....

                  autrequestion.......les USA ont leur plus grande base européenne au kosovo......il semblerait qu’ils ont renoncé a en créer une autre en Ousbéquistan mais par contre ,, dans le cadre de leur prospective , il semblerait aussi , que la cia a été tres active au tibet dont l’indépendance les interresserait beaucoup .....


                  • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 17:07

                    Voyez mon blogue sur 20 mn.fr pour plus d’informations. Référence ci-dessous. Le Tibet regorge de richesses naturelles dont le pétrole et ... l’eau. Le Tibet contient le quatrième plus important réservoir d’eau douce de la planète, une eau indispensable pour l’agriculture et l’industrie. Si Pékin a pris position militairement à Lhassa et a annexé tout le Tibet, c’est bien pour les faramineuses ressources de son sol et de son sous-sol. Et aussi pour dominer la région géostratégiquement. Lisez "Le Tibet" dans la collection Que Sais-je ? PUF qui vient de sortir (8 euros seulement) et vous comprendrez mieux.


                  • Philou017 Philou017 15 avril 2008 00:25

                    Article simpliste et réducteur, à mon avis.

                    "Si Lhassa et le « Grand Tibet » jusqu’au Gansu, au Si Chan et au Yunnan se sont récemment soulevés dans un mouvement quasi insurrectionnel," Tout le Tibet s’est soulevé ? je n’ai entendu parler que de Lhassa. Vous pouvez donner des précisions ?

                    C’est eux (tibétains exilés)qui inspirent les Tibétains du Tibet et de Chine comme de toute la diaspora,

                    Vraiment ? tous les Tibétains ? il y a des millions de Tibétains qui n’habitent pas au Tibet, mais d’autres régions de Chine. Sur quoi vous appuyez vous pour dire tous les Tibétains sont inspirés par les exilés ?

                    Quand à s’associer aux USA pour boycotter les jeux, quel toupet ! Je rappelle que les US détiennent et torturent des prisonniers sans la moindre légalité, apres les avoir enlevé au mepris du droit international, qu’ils ont légalisé la torture, qu’ils ont déclenché deux guerres injustifiées, dont celle d’Irak qui a fait 650.000 morts au minimum, 4 millions de déplacés, 2 millions d’exilés. Et je ne parle pas d’Abou grahib ou des mercenaires de Blackwater qui canardent dans le tas.

                    S’il y a un pays qu’il faudrait boycotter, c’est bien les uSA.

                    Quand à nous, avec nos prisons lamentablers montrées du doigt par l’Europe, nos quotas d’immigrés expulsés, nos referendums désavoués par un parlement aux ordres, nos médias au service des pouvoirs en place, nos cohortes de mendiants dans les rues, nous ferions mieux de regarder chez nous avant d’oser donner des leçons aux autres.


                    • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 17:00

                      Oui, c’est vrai la situation n’est pas parfois brillante tant aux USA qu’en France. Mais la différence avec la Chine, c’est qu’en France ou aux USA, les citoyens peuvent protester librement face aux exactions. Aux USA, les Démocrates sont contre la guerre en Irak. L’Administration Bush ne les met pas au cachot pour autant. En France, les violations des droits de l’homme, notamment de la Convention européenne ad hoc, valent à notre pays une foule de condamnations devant la Cour européenne. Et une foultitude d’associations peuvent prendre fait et cause pour les victimes présumées de violations. En Chine, c’est impossible. Or la Chine est membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU, quatrième puissance économique mondiale, pays le plus peuplé au monde et plus ancienne civilisation encore vivante de l’histoire de l’humanité. Est-il concevable que la Chine ne se plie pas aux normes internationales en vigueur ?

                      Par ailleurs, si vous voulez avoir des informations plus complètes sur les événements récents dans le Grand Tibet, voyez le Tibetan Center for Human Rights and Democracy : http://www.tchrd.org/ tout est là dans le moindre détail, photos à l’appui. Bonne lecture. Sinon http://www.tibet-info.net et voyez mon bloque "Le Tibet : un enjeu pour toute la planète" ici donné en référence.


                    • Falkland 15 avril 2008 01:38

                      "Les jeux Olympiques ne sont pour eux qu’un outil de propagande, un outil offert sur un plateau par le Comité international olympique avec la complicité de la Communauté internationale qui, depuis, plus d’un demi-siècle déjà, ferme les yeux complaisamment sur le « génocide culturel » perpétré au Tibet"

                      Oui de la "complaisance" et tout le monde sais pourquoi, si on s’en prend à la chine , de quelques façon qu ce soit, gare à l’effet boomerang.


                      • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 16:47

                        Le boomerang sera de peu d’effet si les 27 pays de l’Union européenne parlent d’une seule et même voix. Déjà Gordon Brown en Angleterre et Angela Merkel en Allemagne ont décidé le boycottage de la cérémonie d’ouverture des J.O. à Pékin. Apparemment, nulle crainte d’effet boomerang de leur part. C’est un début, alors continuons le combat  !

                         


                      • Jean-Paul Doguet 15 avril 2008 10:07

                        Vous avez raison libre-op. Mais il faut s’entendre sur le genre de "boycottage" à mettre en oeuvre pour ce qui est des Européens. A 27 nous sommes forts et il serait inconcevable que la Chine ose la moindre réprésaille contre un partenaire aussi important que l’UE.

                        Je pense que l’idéal serait d’envoyer un message positif et un message négatif (ce qui n’est nullement contradictoire). Il faut participer aux Jeux pour dire aux Chinois que nous respectons leur peuple et admirons leur développement, mais en même temps adresser un "mais" qui concerne la démocratie et la répression néo-impériale des aspirations des Tibétains et d’ailleurs aussi des Ouigours, car il s’agit de cela. Ce deuxième message serait plutôt destiné aux dirigeants. Ce qu’il faut éviter c’est d’apparaître confondre la société et ses dirigeants, ou d’adresser un message critique aux dirigeants qui serait perçu par les Chinois comme dénigrant leur peuple. Il y a une susceptibilité chinoise née de l’humiliation par les impérialismes occidentaux au XIXe siècle, qu’il ne faut pas irriter. Mais il faut aussi éviter que les dirigeants de Pékin ne la détournent à leur profit comme leurs prédécesseurs impériaux au XIXe. 

                        Le boycottage coordonné par tous les chefs d’Etat et de gouvernement européens de la seule cérémonie d’ouverture des jeux, sans boycotter les jeux eux-mêmes, serait justement le meilleur moyen d’envoyer ces deux messages complémentaires. Et je pense que les Européens pourraient s’entendre pour le faire tous ensemble.

                         


                        • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 16:43

                          Voilà qui est raisonnablement pensé. La réaction vis-à-vis de la Chine doit être pondérée, ce qui ne veut pas dire qu’elle doit manquer de vigueur. Il y a la Chine des Chinois et il y a la Chine des aparatchiks communistes, cela n’est pas la même chose. Le dalaï-lama a toujours été en faveur d’une entente cordiale avec les Chinois et nul doute que les Chinois dans leur vaste majorité seraient disposés à une telle entente si ce n’était l’intransigeance despotique, et il faut bien le dire maladive, des autocrates de Pékin qui ont fait de la Chine la plus grande dictature du monde et un empire colonial, expansionniste et hégémoniste dans l’âme.


                        • jps jps 16 avril 2008 12:53

                          Le Dalaï-Lama est un démocrate. " En effet, à peine le Dalaï-Lama s’est-il réfugié en Inde, avec plusieurs dizaines de milliers de ses compatriotes, qu’il a voulu organiser cette communauté tibétaine en exil sur la base de principes démocratiques. Dès 1961, il promulgue une Constitution provisoire qui proclame la séparation des pouvoirs et dont les fondements sont ceux de toute démocratie : égalité des citoyens devant la loi, élections libres et pluralisme politique. " avec une Administration responsable devant le Parlement. (groupe d’information sur le Tibet du Sénat) Dans cet esprit, le Dalaï-Lama a rendu publiques dès 1992 des " lignes directrices de la politique du futur Tibet ".

                           plus de précisions sur http://poly-tics.over-blog.com/article-18647847.html

                          notamment des faits historiques

                           


                          • Libr'Op Libr’Op 18 avril 2008 16:37

                            C’est exact. Et toutes ces affirmations gratuites sur une pseudo restauration de la "Théocratie" au Tibet ne sont que billevesées ! Le Tibet en exil compte une Assemblé élue démocratiquement et les Institutions politiques sont dégagées de toute emprise de la hiérarchie cléricale bouddhiste. Le dalaï-lama n’a cessé d’affirmer que s’il retournait au Tibet il n’y exercerait aucun fonction politique.


                          • Cadmos 19 avril 2008 18:44

                             Il me semble que les demandes de boycott venant des tenants de l’indépendance du Tibet viennent un peu tard. C’est au moment de l’attribution des Jeux à la Chine qu’il aurait fallu, éventuellement faire qquechose, bien que je sois opposé à ce boycott. Le faire maintenant est une insulte au peuple chinois. 

                            Sur la pertinence de cette indépendance prétendument acquise en 1910, il faudrait m’expliquer pourquoi aucun pays n’a reconnu cette "indépendance". 


                            • que sais-je 20 avril 2008 02:36

                              Gordon Brown n’a jamais prévu d’aller à la cérémonie d’ouverture, mais à la cérémonie de cloture - donc pas question de boycott. Merkel est dans le même cas.

                              Voyez comment vous détournez les informations !


                              • que sais-je 20 avril 2008 02:47

                                  "Libr’Op (IP:xxx.x2.5.121) le 18 avril 2008 à 17H23  :

                                 
                                Les Droits de l’Homme, c’est la Déclaration universelle de 1948 à l’ONU. La Chine (nationaliste) est présente dans l’institution onusienne depuis l’origine. La Chine (nationaliste) fait partie des Alliés face aux puissances de l’Axe. La Chine (nationaliste) respecte les Droits de l’Homme et la Démocratie à Taiwan. Il n’y pas de raison que la Chine (communiste) n’en fasse pas autant à Pékin et sur le reste du Continent !"

                                Attention, les premiers nationalistes (en 1948) en arrivant à Taiwan, avaient bien mis en place la lois martiale pendant presque 40 ans ! La démocratie est arrivée vers la fin des années 1980. Et rassurez-vous, quelque soit le régime, si les nationalistes étaient restés en Chine, le Tibet serait également une province chinoise, puisque c’était ainsi depuis la dynastie des Qing. L’histoire est faite comme ça.


                              • hans lefebvre hans lefebvre 12 mai 2008 15:00

                                Loin de vouloir jeter l’anathème sur le peuple chinois, notre mouvement propose à chaque citoyen responsable de boycotter la retransmission télévisuelle des épreuves olympiques, tout autant pour soutenir un peuple colonisé, les tibétains, qu’un peuple soumis, les chinois. Parfaitement conscient de la fierté des Chinois d’organiser cette manifestation aux idéo sois-disant humanistes (il suffit de se souvenir des propos plein de bêtise du Baron P.de Coubertin pour là aussi condamner ce rassemblement d’ego nationalisant), mais force est de constater que leur enthousiasme est certainement proportionnel à la propagande du régime. En outre, nous n’oublions aucunement que la prospérité galopante de l’empire masque une réalité socio-économique beaucoup plus contrastée.

                                Enfin, comme je le disais il y a déjà plus de 20 ans, et sans en mesurer la portée, LA CHINE, C’EST L’OCEAN QUI VA FAIRE DEBORDER LE VASE ! Notre modèle doit changer, et changera qu’on le veuille ou non, la Chine nous y aidera malgré elle....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès