Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tibet : condamnations à mort de Tibétains par la justice chinoise

Tibet : condamnations à mort de Tibétains par la justice chinoise

C’est un contexte de tension au Tibet, et alors que la région est toujours fermé aux étrangers, que l’on apprend la condamnation à mort de Tibétains qui seraient responsables d’incendies lors des manifestations au Tibet en 2008.

On a appris fin mars 2009 la disparition de Tashi Sangpo, un moine tibétain qui s’est jeté dans le fleuve Jaune le 21 mars 2009 pour échapper à la police chinoise, alors qu’il venait d’être arrêté et accusé d’avoir déployé le drapeau du Tibet sur le toit du monastère de Rabgya, situé dans l’ancienne province tibétaine de l’Amdo au Tibet.
 
Cette disparition entraîna une manifestation qui opposa plusieurs milliers de Tibétains à la police entraînant l’arrestation d’une centaine de personnes. A peu près à la même date, le 20 mars 2009, le gouvernement tibétain en exil a diffusé une vidéo où l’on voit des manifestants affrontant les forces de l’ordre être ensuite roués de coups. La vidéo montre un jeune tibétain qui a été torturé, puis relâché sans avoir reçu de soins médicaux, et qui est mort le 19 juin 2008. Des "funérailles célestes" de la tradition tibétaine organisé pour le défunt ont montré que le jeune homme a été brûlé, battu avec une matraque électrique et un clou a été planté dans son talon droit, avant qu’il soit relâché.
 
La vidéo montre aussi des troupes chinoises quadrillant Lhassa actuellement. Comme pour confirmer les soupçons de mauvais traitements, on apprend le 30 mars par une association basée à Dharamsala (Tibetan Center for Human Rights and Democracy, TCHRD) que Phuntsok Rabten, un moine du monastère de Draggo, situé dans la région tibétaine du Kham, avait été battu à mort par la police après avoir distribué des tracts appelant à ne pas semer de champs en signe de désobéissance. C’est dans ce contexte particulièrement lourd, que la justice chinoise fait savoir qu’elle a prononcé les premières condamnations à mort suite aux troubles au Tibet en 2008. Ainsi, le tribunal de Lhassa annonce avoir condamné à mort deux Tibétains accusées d’avoir déclenché des incendies meurtriers pendant les manifestations de 2008.
 
Les manifestations avaient débuté pacifiquement le 10 mars 2008 à Lhassa, jour anniversaire du soulèvement tibétain de 1959. Le 14 mars, la manifestation avait dégénéré, et l’on est encore étonné que les autorités chinoises aient laissé la situation s’envenimer, alors que depuis 1989, toutes les manifestations sont immédiatement et systématiquement réprimées à Lhassa où le nombre de militaires et de policiers présents sur place est particulièrement important. Ainsi, Losang Gyaltse a été condamné à la peine capitale, et aurait avoué avoir mis le feu à deux magasins de vêtements à Lhassa le 14 mars 2008, provoquant la mort d’un des propriétaires. Loyar, Gangtsu, et Dawa Sangpo auraient incendié le 15 mars un commerce de motos près de Lhassa, et 5 personnes, y auraient trouvé la mort. Loyar a été condamné à mort, tandis que Gangtsu a été condamné à la peine capitale avec un sursis de deux ans et Dawa Sangpo à la prison à perpétuité. Enfin Tenzin Phuntsog a été condamné à mort avec un sursis de deux ans également pour avoir incendié un magasin de vêtements à Lhassa le 14 mars, causant un mort. Matt Whitticase, de l’association Free-Tibet Campaign, s’inquiète car l’on a assisté à : « une série de procès et de jugements ces derniers mois qui se sont déroulés hors des cadres légaux et sans un processus légal juste ».
 
Selon les autorités chinoises, les troubles de Lhassa en mars 2008 ont entraîné la mort de 18 civils et un policier. Selon le gouvernement tibétain en exil, au moins 203 Tibétains ont trouvé la mort à Lhassa et lors de la répression des troubles qui s’étaient propagés dans les régions à population tibétaine environnantes, dans l’ouest de la Chine. Le TCHRD déclare que ce verdict : « souligne le niveau actuel de répression au Tibet où les agences d’état bafouent librement les droits de l’Homme des Tibétains en toute impunité ». L’association s’inquiète aussi des conséquences quant aux ressentiments dans la population tibétaine. Il est évident que la politique chinoise au Tibet est de nature à entraîner une polarisation entre les Tibétains et les Chinois, et d’exacerber un sentiment nationaliste de part et d’autre, sentiment dont on sait qu’il est souvent le fondement de guerres civiles.

Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 10 avril 2009 10:12

    Ces gens ont tout de même provoqué des incendies ayant entrainé la mort de leurs compatriotes ! les corses font exploser des bâtiments sans faire de victimes , alors le fait d’être incendiaire volontaire sans avoir vérifié qu’il n’y avait personne est un crime , et dans un pays qui pratique la peine de mort à tour de bras , c’était vraiment de l’inconscience ! la connerie ne pardonne pas !


    • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 10 avril 2009 14:17

      Quelques éléments de réponse :

       

      Les troubles du 14 mars auraient fait suite au passage à tabac de deux moines bouddhistes par les forces de l’ordre (cf http://autodeterminationtibet.unblog.fr/tibet-libre/la-semaine-qui-ebranla-le-tibet/ ), information qui s’était propagé à Lhassa, expliquant les émeutes. 

       

      Seul le gouvernement chinois et l’ « agence Chine nouvelle » (agence de propagande du parti communiste chinois) avaient affirmé que des personnes seraient mortes brûlées vives et victimes d’incendies.

       

      Cependant, à cette même date, « Radio Free Asia » rapporte que les policiers et militaires chinois « ont tiré sur les manifestants alors que ceux-ci ont incendié des boutiques », http://www.phayul.com/news/article.aspx?id=19643&t=1&c=1

       

      Qui peut affirmer que les personnes ne sont pas mortes de ces coups de feux ? 

       

      Il est en effet très rare que des personnes meurent dans un incendie en pleine journée. C’est plutôt dans les cas d’incendie survenant de nuit, quand les personnes sont endormies, que les décès sont les plus fréquents.

       

      D’autre part, concernant les aveux des accusés, on peut avoir des doutes, car malheureusement la torture est une pratique systématique dans les prisons chinoises, et les aveux de prisonniers torturés en Chine n’ont donc aucune valeur juridique.

       

      Par ailleurs, même si on ne peut que regretter la violence incendiaire, il est évident que l’intention n’était pas de provoquer la mort.

       

      Pour information, Amnesty International vient de condamner les peines de mort prononcées au motif que les accusés n’ont pas bénéficié de procès équitables. http://www.amnesty.org.uk/news_details.asp?NewsID=18149


    • Cobalt-59 10 avril 2009 10:35

      Des chinois condamnés par le gouvernement chinois ?
      Mais quelle honte !


      • DACH 10 avril 2009 13:41

        Au Technicien de service : votez oui augmente le pourcentage du non !!!!! Comme sur d’autres articles. Réveillez-vous pour corriger ce bug absurde. Cordialement. Namaste. DACh


        • alizée 10 avril 2009 15:07

          Bonjour,
          merci pour cet article très intéressant et qui nous ouvre les yeux sur la réalité au tibet : une catastrophe humaine et culturelle.
          On ne peut qu’être révolté face à ces actions de torture de la part de ces chinois intolérants et dictatoriaux surtout lorsque l’on vit dans un pays démocratique comme le nôtre (il y a des nuances à apporter, j’en concois).
          Il faut continuer à soutenir les oganismes qui aident le tibet et se battent contre ces pratiques inhumaines.
          C’est si simple pour les chinois de s’attaquer aux plus faibles,à vrai dire pour n’importe qui en fait..
          Cdt,
          lili


          • Haina 15 avril 2009 20:33

            « Qui peut affirmer que les personnes ne sont pas mortes de ces coups de feux ? »

            C’est dangereux ce jeu auquel vous jouez !

            Il existe des centaines de reportages, de témoignages qui viennent dépeindre ces terribles incendies. Certains parents de ces victimes, qui propriétaire, qui simples employées, témoignent vous en faites quoi ? Ce triste témoignage de cette « grande soeur » qui recommande aux autres de ne pas bouger alors qu’elle prend le risque de se sauver pour chercher de l’aide. Et qui quand elle revient doit bien comprendre que ses « petites soeurs » n’ont pas bougé, définitivement, ça vous laisse de glace ?

            En chinois, l’horreur est décrite avec un caractère inéluctable. Lisez donc ces témoignages qui disent clairement que la chasse aux Chinois d’éthnie non-tibétaine condamnait quiconque avait l’audace de sortir dans la rue. Les corps ont été retrouvés aux étages, ce qui montre que la sortie par la porte représentait un risque plus élevé encore que l’incendie dans l’imaginaire des victimes. Comprenez que même si des coups de feu ont pu être tirés, il est inconcevable qu’ils atteignent des non-tibétains acculés dans les étages de ces endroits en proie aux incendies. Voyez comme quelques Tibétains lucides ont ouvert leur demeure pour y réfugiez les victimes des émeutiers. Voyez enfin la violence réelle d’alors et arrêtez de faire l’autruche en vous cachant derrière votre credo du « Tibétain non-violent ».

            Les victimes ne sont pas toutes tibétaines (en fait la grande majorité ne l’est pas) et cette théorie fumeuse selon laquelle elles seraient mortes par balles est indéfendable.

            Je dois avouer que vous êtes le premier à aller aussi loin dans le déni de la réalité factuelle qu’il m’est permis de lire. C’est à vomir...

            Je peux affirmer, et je pense que quiconque s’intéresse à cet événement peut affirmer, « que les personnes ne sont pas mortes de ces coups de feux ».

            Je vois que vous êtes abonné à tibetlibre et phayul, je comprends par là même que je perds mon temps à vous signaler votre aveuglement. Dites voir, les vidéos divulguées par la presse chinoise, prises par des caméras de surveillance, réalisées plus tard par des journalistes, celles qui montrent une partie de ces témoignages, celles qui montre la violence des émeutiers, jeunes et vieux, civils et moines, celles qui montrent les blessures béantes des victimes, celles qui proposent un états des lieux calcinés...sont-elles diffusées sur ces sites qui prétendent apporter la vérité sur le Tibet - phayul et tous les tibet doc com net etc ?

            Vous ne me répondrez pas. Je le sais.

            Mais je vous le répète, c’est dangereux.


            • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 16 avril 2009 17:05

              Je vous remercie de votre réponse. Vous ne donnez pas les liens vers les vidéos (traduites ?) dont vous parlez. Il est donc malheureusement impossible de vérifier vos dires. Ce que vous décrivez montre qu’il y aurait eu une réaction de panique chez certains commerçants qui se seraient crus plus en danger en sortant qu’en restant dans leur boutique en flamme. On a du mal à croire cela. Mais admettons que ce soit le cas. Cela montre qu’une conjonction d’éléments a entraîné la mort, et cela va plutôt dans le sens de l’absence de volonté de tuer chez les incendiaires. Entendons nous bien, l’acte d’incendier est criminel, mais il n’implique pas la volonté de tuer. Excuser moi, mais il semblait plus logique de sortir, de même qu’il aurait été logique que les forces de l’ordre interviennent plus tôt lors des troubles (le délai fait d’ailleurs penser à une volonté de laisser les choses empirer pour mieux réprimer). En tout cas, la peine de mort semble disproportionnée. Si l’on ajoute à cela les doutes quand à la culpabilité (la torture des prisonniers est systématique en Chine), on ne peut que se poser des questions sur l’équité du verdict. Par ailleurs, la peine de mort n’est pas l’apanage d’une société apaisée et harmonieuse. Elle ne rendra pas la vie aux personnes décédées, et ne consolera pas les survivants de n’avoir pas su donner les bons conseils ni pris les bonnes décisions pour éviter ce qui s’est passé. Cela ne fera qu’aggraver la faille qui semble se creuser entre les Tibétains et les Chinois, et ne rendra que plus difficile la future et décidemment indispensable réconciliation. Surtout quand on lit que vous affirmez que la plupart des victimes n’étaient pas tibétaines, quand on sait qu’il y a au moins 210 morts tibétains connus, et que le gouvernement chinois ne reconnaît que 21 morts, victimes selon lui, des manifestants.


              • Haina 16 avril 2009 18:36

                Et ceux qui frappaient à coups de pierre, qui tailladaient à coups de machettes, ils n’avaient que la volonté de blesser alors ???

                On vous a lavé le cerveau à vous, c’est incroyable !

                Vous croyez toujours que les guérillas dirigées par les frères du dalai lama, sponsorisées par lui-même, via des donations soit-disant pour produire une chaise en or, en plus des subventions américaines et taiwanaises, ces guerres sournoises, vous croyez qu’elles sont pacifiques ?

                Les armes parachutées c’était seulement pour produire du son, pour donner un accent chinois au Losar en imitant les pétards du nouvel an chinois ?

                Les combattants tibétains entraînés par des marines enseignaient en fait la non-violences à ceux-ci ? C’est ça ?

                Vous sortez du pays de Candy, ou alors vous arrêtez tout de suite cette mauvaise foi indigeste.

                Vous savez très bien ce qui crée la faille entre les Chinois d’éthnie han et ceux d’éthnie tibétaine. C’est votre propagande prémachée et redistribuée. Le TYC a fait savoir je crois que c’est un objectif atteignable, et quand vous reprenez du Phayul ou toute autre antenne des séparatistes du GET, vous ne faites que contribuer à une scission programmée et voulue. Ne me dites pas que vous ne le saviez pas.

                Ne me dites pas que vous ne saviez pas que ce chiffre de 210 morts Tibétains est sujet à controverse et nullement « connu »(avec votre verbe savoir conjugué avec « on », on lit facilement « reconnu »). D’ailleurs la liste des noms demandée par le gouvernement chinois et publiée partiellement semble montrer qu’effectivement il s’agit de désinformation. Aucun nom ne correspond à une personne identifiable...

                Je vous suis sur les considérations quant à la peine de mort, ayant moi-même une culture française, mais je ne crois pas que la justice chinoise doit se plier comme elle le fait devant la « menace » indépendantiste tibétaine. En effet vous n’êtes pas sans savoir ce que signifie en général le sursis accordé (une prochaine mutation). Il se trouve qu’au Xinjiang cela soit plus expéditif. Peut-être les juges avaient les mêmes suspicions que vous quant aux intentions des incendiaires, allez savoir...

                Une dernière chose, si la torture est systématique dans les prisons chinoises, le même type d’assertions devient plus vrai quand je dis que ce qui émane du Gouvernement en exil est systématiquement un mensonge...

                Car les cas de tortures n’ont pu être démontrés qu’en petits nombres inconséquents, mais que les mensonges révélés eux, ne se comptent plus.

                Quant aux événements du 14 mars à Lhassa, il n’y avait qu’un seul journaliste étranger sur place, plusieurs touristes et des traductions en français existent qui relatent leurs récits. Votre non-compréhension de la langue chinoise ou tibétaine, votre doute (je l’imagine comme votre dernier rempart ) quant aux affirmations faites par des Chinois ne sauraient vous excuser. Faites une recherche et trouvez !

                Bon réveil si toutefois votre sommeil n’est pas feint.


              • Tibet Libre France-Tibet Ile-de-France 16 avril 2009 22:26

                Haina, votre propos s’analysent ainsi : attaque en régle contre les Tibétains et le Occidentaux, et désinformation, vous sortez la totale, les armes envoyées (sans mentionner qu’il s’agit de fait historique connu remontant à la fin des années 50, et qu’il mette en cause une politique critiquée de la CIA qui visait à utiliser la résistance tibétaine à des fins d’information, je pense que vous savez tout cela). Pas un seul mot sur l’invasion de l’Armée populaire de libération, ni sur la Révolution culturelle.
                 Puis, vous joué les droits de l’hommiste, défendant enfin l’abolition de la peine de mort. Vous devez bien savoir que 2 des condamnations sont sans sursis. Et qu’un sursis n’empêche pas toujours une exécution.


              • Haina 16 avril 2009 18:50

                Une recherche rapide sur google : entrez
                tibet riots et le tour est joué.

                À cette adresse : http://www.cctv.com/english/20080320/101288.shtml

                Vous accèderez à d’autres archives de la propagande chinoise (en fait la TV d’État, en langue anglaise). Bonne lecture !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès