Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tirer les bonnes leçons du drame de Lampedusa

Tirer les bonnes leçons du drame de Lampedusa

Mardi soir, j’étais invité par France 24 pour parler du drame de Lampedusa et des conséquences à en tirer. Un débat extrêmement révélateur de l’incompréhension qui existe entre certaines élites et le peuple, et où la fermeté des principes est essentielle pour ne pas être piégé par l’émotion.

Comment éviter de tels drames ?
 
Bien sûr, la mort de trois cent personnes qui cherchaient à rejoindre l’Europe en bateau est un drame et il aurait fallu pouvoir l’éviter. Il faut penser aux victimes et à ceux qui les ont perdus. Comment éviter de telles tragédies, sachant que la traversée de la Méditerranée aurait fait plus de vingt mille morts ? Deux volets me semblent nécessaires. Il faut tout autant aider l’Afrique à se développer et lutter contre la pauvreté (les gains réalisés depuis vingt ans sont concentrés en Asie, et notamment en Chine), mais aussi, cela peut paraître paradoxal, mieux contrôler (et fermer) nos frontières.
 
D’abord, il faut aider l’Afrique à se développer. NDA a très justement parlé de faire un plan Marshall pour ce continent, comme les Etats-Unis l’avaient fait avec l’Europe. Il a raison. Aujourd’hui, nous la laissons se faire ballotter par la mondialisation et exploité par une Chine avide en matières premières, au point d’acheter les terres agricoles dont ellea pourtant bien besoin… Il faut aussi lui permettre de se protéger pour assurer le développement de son agriculture et de son industrie, comme le soutient Joseph Stiglitz dans « La grande désillusion  » où il rapportait son expérience dans le domaine.
 
Le deuxième volet, que j’ai essayé d’expliquer, est un renforcement des contrôles aux frontières, y compris en mer. En effet, si nous surveillons mieux nos frontières, avec plus de gardes, outre leur mission de contrôle des frontières, ils pourront sauver la vie des victimes d’un tel accident. Mais surtout, en indiquant clairement que nous souhaitons accueillir moins d’immigrés (y compris en renvoyant plus systématiquement les immigrés clandestins) et que les frontières seront mieux contrôlées, alors, moins de personnes tenteront la traversée et il y aura donc moins de victimes (et moins d’immigrés).
 
Les angles morts du débat

Le débat était très intéressant puisque tous mes interlocuteurs, réflexe humain, oulaient tendre la main aux réfugiés. Ils soulignaient que certains étaient des réfugiés politiques, qu’en accepter quelques milliers n’était pas une grosse affaire pour les pays européens. Mais si cette générosité est humaine, elle aurait toutes les chances d’être contreproductives. En effet, si nous indiquons aux immigrés potentiels qu’ils seront les bienvenus, davantage de bateaux clandestins partiront, et il y aura davantage d’accidents et de morts. La solidarité peut, ici, provoquer l’exact inverse de l’effet recherché.

Et il y a un paradoxe à demander à des peuples essorés par trois ans et demi d’austérité, d’impôts et de coupes de prestations, d’accepter plus d’immigrés. Inconsciemment, la député des Verts fait de la publicité pour Geert Wilders. Pire, elle demande un meilleur accès au marché européen pour les produits africains. En clair, elle demande à ses concitoyens de mettre en danger leur emploi tout en payant pour les réfugiés. Et après, on s’étonne que l’extrême-droite progresse ! De plus, il faut bien noter que les pays européens ont du mal à intégrer les immigrés, ce qui plaide pour une pause dans l’immigration.
 
Enfin, certains, comme le Monde, affirment que la solution serait « plus d’Europe  » mais que « cette vérité-là est plus impopulaire que jamais  ». Le « réflexe souverainiste  » aurait abouti « au drame de ces radeaux de la mort ». Rien que cela. En quoi le fait d’avoir une politique commune de l’asile aurait poussé les victimes à ne pas venir ? Et demander des moyens renforcés de contrôle est assez paradoxal de la part d’un journal qui soutient l’austérité néolibérale et monétariste. Enfin, la difficulté à se mettre d’accord à 28 montre au contraire qu’il vaut se baser sur les Etats avec des coopérations ponctuelles.
 
L’émotion est naturelle, mais il ne faut pas se laisser dicter des réactions sous son influence. Bien sûr, il s’agit d’une horrible tragédie et il faut agir pour en éviter d’autres, mais ce ne serait pas aider l’Afrique que d’ouvrir davantage nos frontières. Bien au contraire, plus de contrôles est la solution.

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • cedricx cedricx 10 octobre 2013 20:59

    Les meilleurs marchés et débouchés pour les produits africains sont les consommateurs africains eux mêmes qui manquent de tout, aidons les à créer des industries dans ce sens et cessons de soutenir ces clowns au pouvoir de père en fils...


    • foufouille foufouille 10 octobre 2013 23:13

      un européiste ne voit qu’en rêve


    • bluerage 11 octobre 2013 14:00

      Soleil, por qué no te callas gilipollas ?


    • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 10 octobre 2013 22:51

      « ce ne serait pas aider l’Afrique que d’ouvrir davantage nos frontières. Bien au contraire, plus de contrôles est la solution. »
      Vous avez certainement raison, mais en attendant, on pourrait aussi couler les boat people au large pour soulager un peu Lampedusa.
      Merci de votre humanitaire contribution au bien-être de peuples et à la fraternité entre ceux-ci. Puissent-ils vous le revaloir un jour.


      • rugueux 10 octobre 2013 23:03

        La seule leçon à tirer de cette lamentable affaire c’est qu’il est fortement déconseille de mettre le feu au bateau sur lequel on navigue....Pour faire cela fallait vraiment en tenir une sacrée couche !


        • Ruut Ruut 11 octobre 2013 16:31

          Il faudrait peut être leur donner des cours de natation avant de monter sur des bateaux car 100 m du bord, a la nage c’est atteignable.


        • K2017 Kxyz 11 octobre 2013 10:14


          c ’est le néo colonialisme qui est une des causes de ce drame supportable..
          l Afrique crève de ces multinationales qui imposent ces dictateurs pour mieux servir leurs intérêts vous savez la France à Fric ..pour ce qui nous concerne.notre Chère France
          Bien sûr qu’ on ne peut pas accueillir toute la misère du monde mais le lock out total n ’ est que démagogique et électoraliste..


          • agent orange agent orange 11 octobre 2013 14:34

            Les africains paient (et les européens indirectement par une immigration incontrôlée) le prix des assassinats de leaders comme Lumumba, Ben Barka, Sankara, Kaddhafi, qui avaient une vision pour leur continent.
            Leur perte se traduit aujourd’hui par le pillage en coupe réglée du continent noir par les multinationales qui agissent de concert avec des marionnettes despotiques locales incompétentes et corrompues, ainsi que l’exacerbation de son appauvrissement par les mesures de réajustement structurels imposées par le FMI et la Banque Mondiale.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès