Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Total en Iran : qui va à la chasse perd sa place !

Total en Iran : qui va à la chasse perd sa place !

Total vient de faire officiellement part de sa décision de suspendre son implication dans la mise en exploitation du gigantesque gisement gazier iranien de Pars. La raison officielle avancée en est l’incertitude politique extrême dans ce pays qui rend risqués des investissements de cet ordre de grandeur dans ce pays.

Total était également en porte-à-faux par rapport à la décision américaine de ne pas vouloir que les pétroliers américains soient impliquées en quoi que ce soit avec l’Iran. En principe, Total n’étant pas une société américaine n’est pas soumis à ces restrictions, à ceci près qu’elle y possède des intérêts importants. Par ailleurs, ses collègues et néanmoins adversaires commerciaux ne doivent pas manquer de se plaindre de son implantation, à leurs dépens en quelque sorte, dans ce pays.

Le grand soucis néanmoins des pétroliers et également des politiques dans les relations avec l’Iran est (était ?) de voir la Russie s’y implanter en leur lieu et place, comme ils le font dans le nucléaire avec la construction de la centrale de Bouscher.

Ça n’a pas manqué, à peine Total avait-il rendu publique sa décision de report que le géant gazier russe Gazprom annonçait la sienne de chausser ses chaussures. Un avertissement clair de l’Iran à l’Occident qu’ils peuvent se passer de lui.

Or, Gazprom est déjà le fournisseur majeur de l’Union européenne en gaz. La Russie de Poutine a mis la main adroitement sur le pétrole et le gaz du Turkménistan et de l’Ouzbekistan. Si vous y rajoutez un contrôle de certaines ressources gazières iraniennes, vous vous rendez compte que l’économie de l’Union est entre les mains de Vladimir Poutine et de la Russie.

A quand des mesures de précaution vis-à-vis de cette domination ? Les seules possibles sont une diversification des fournisseurs de gaz ou des sources d’énergie disponibles. Pour les fournisseurs de gaz où le choix est très réduit. L’Algérie a de bons rapports avec Poutine. Pour les autres fournisseurs dont le Qatar, cela passe par des ports et des terminaux gaziers de regaséification dont nous manquons. Quant à une diversification vers d’autres sources d’énergie, cela repose le problème du nucléaire... et ne peut être qu’à long terme compte tenu des temps de construction de la moindre centrale.


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • morice morice 18 juillet 2008 14:20

     En Irak les contrats ont été signés par l’équipe Bush... et ça pose problème....

    There was suspicion among many in the Arab world and among parts of the American public that the United States had gone to war in Iraq precisely to secure the oil wealth these contracts seek to extract. The Bush administration has said that the war was necessary to combat terrorism. It is not clear what role the United States played in awarding the contracts ; there are still American advisers to Iraq’s Oil Ministry.

    A total of 46 companies, including the leading oil companies of China, India and Russia, had memorandums of understanding with the Oil Ministry, yet were not awarded contracts.



    The exception is the West Qurna field in southern Iraq, outside Basra. There, the Russian company Lukoil, which claims a Hussein-era contract for the field, had been providing free training to Iraqi engineers, but a consortium of Chevron and Total, a French company, was offered the contract. A spokesman for Lukoil declined to comment.

    Bush la pris  main dans le sac :

    Bush administration officials knew that a Texas oil company with close ties to President Bush was planning to sign an oil deal with the regional Kurdistan government that ran counter to American policy and undercut Iraq’s central government, a Congressional committee has concluded.

    The company, Hunt Oil of Dallas, signed the deal with Kurdistan’s semiautonomous government last September. Its chief executive, Ray L. Hunt, a close political ally of President Bush, briefed an advisory board to Mr. Bush on his contacts with Kurdish officials before the deal was signed.

    In an e-mail message released by the Congressional committee, a State Department official in Washington, briefed by a colleague about the impending deal with the Kurdistan Regional Government, wrote : “Many thanks for the heads up ; getting an American company to sign a deal with the K.R.G. will make big news back here. Please keep us posted.”



    • Lino Pralino La Praline 18 juillet 2008 14:26

       Pour M.-de Margerie, les gouvernements occidentaux sont frappés d’une forme de schizophrénie entre leurs desseins géopolitiques et leurs exigences économiques. Ils perturbent l’activité des grands pays pétroliers – l’Iran et l’Irak réunis détiennent 20 % des réserves mondiales de pétrole et 17% de réserves de gaz – tout en réclamant une hausse de la production, notamment des pays de l’OPEP. "Qu’ils ne  viennent pas ensuite se plaindre qu’il n’y a pas assez d’offre sur le marché et que les prix montent", confie, agacé, le patron de Total.

      http://www.lemonde.fr/economie/article/2008/07/10/total-n-investira-plus-en-iran_1068375_3234.html



      • JL JL 18 juillet 2008 14:35

        Excusez moi si je suis hors sujet, mais ne peut-on voir aussi dans cette implantation soviétique en Iran un avertissement à Israël concernant ses projets d’attaque contre l’Iran ? Comment réagiraient les sociétiques en cas de bombardement d’une nation où ils ont de tels intérêts économique ? J’ai cru percevoir un apaisement des bruits de bottes que l’on entendait jusqu’ici sur cette affaire d’attaque de sites nucléaires. Je me trompe ?


        • Traroth Traroth 18 juillet 2008 16:41

          "soviétique" ? Vous n’avez pas un peu de retard ?


        • JL JL 18 juillet 2008 19:51

          Eh oui, c’est le syndrome "jeu des mille francs".

          A part ça, en remplaçant Soviétiques par Russes, qu’en dites-vous ?


        • Claude Marseille Claude Marseille 18 juillet 2008 14:42

          Article intéressant, qui met en évidence qu’il ne sera pas facile à l’administration Bush de lancer une attaque sur l’Iran !
          Pour le reste, par pitié : cessons de voir dans le nucléaire la solution à tous nos problèmes énergétiques !
          Je vous invite à consulter l’article que j’ai publié aujourd’hui même sur la question : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=42343.


          • Mr.K (generation-volée) generation-volée 18 juillet 2008 23:09

            Les dirigeants de Total sont sages concernant l’Iran , octobre 2008 sera peut etre noir mais tres certainement rouge aussi au moyen orient .



            • Forest Ent Forest Ent 19 juillet 2008 01:11

              Ce n’est pas nouveau. Fin 19ème et début 20ème siècles, l’Iran était un co-protectorat anglo-russe. Ca ne gêne pas fondamentalement les occidentaux que les russes y aient leur part. Je pense que ça les gênerait plus si c’était les chinois.


              • John T. Jean TAFAZZOLI 7 août 2008 05:08

                L’Iran n’a jamais été colonisé. Le protectort ne concernait que le port de Bandar Abbas, au sud du pays.


              • John T. Jean TAFAZZOLI 7 août 2008 05:13

                Allons, ne pleurons pas. Grâce à Sarkozy & Co., la France va vendre du nucléaire à la Libye dictatoriale, mais Total va perdre des contrats de 30 milliards d’euros ou plus en Iran.

                Cela fait déjà un moment que je vois le centre névralgique du monde se déplacer d’Ouest en Est, vers l’Asie.


              • enzoM enzoM 19 juillet 2008 12:11

                Très simplement pour l’auteur, un article bon clair et concis, comme je voudrais en voir souvent. ()


                • Iren-Nao 21 juillet 2008 04:54

                  Amusant, a l’origine le contrat de South Pars dont le gros morceau etait l’usine de Assalouyeh (du tres tres gros je vous dit) etait alle a Amoco (ou Conoco, je ne sais plus) je me rappelle avoir fete ca avec leur dirlo sur place, et 2 jours plus tard POTUS (Pdt of US) interdisait au susdit adjudicataire d’aller bosser dans le satanique Iran.
                  Le susdit dirlo a salement rote son champagne et a ete lourde, et en bon Iranien s’est remis a la vodka.
                  Peu de temps apres, Total entrait dans la danse.
                  Les USA en on beaucoup voulu a la France. Que le cul leur pele.
                  Je ne crois pas que le danger soit plus grand aujourdhui.
                  De Margerie serait il vendu aux Russes ? je le sens pas, je pere plexe.
                  Mieux vaut apres tout que ca passe par les russkofs que par les ricains.

                  Shalom

                  Iren-Nao

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès