Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tourisme sexuel en Asie. « Si jouissif pour certains ».

Tourisme sexuel en Asie. « Si jouissif pour certains ».

Pendant que certains individus pratiquent un certain tourisme en Thaïlande ou pays limitrophes, laissez moi vous raconter cette histoire qui est malheureusement tirée de faits réels.

Il était des milliers de fois !

Truyen a 13 ans et vit dans une paillotte dans un village du Mékong au Vietnam. Sa famille est très pauvre, aussi quand une femme de passage leur propose que Truyen aille travailler au Cambodge pour un salaire de 50 USD par mois, ses parents s’empressent d’accepter, c’est plus que ce qu’ils gagnent !

Truyen est triste, elle voulait être couturière et elle va se retrouver à s’occuper des travaux domestiques dans une famille aisée de Phnom Penh. Mais tant pis, c’est pour le bien de sa famille et grâce à elle, ses parents, ses deux petits frères et sa petite sœur vivront mieux. « Et puis la dame a l’air gentille et m’a dit que c’était une très belle maison pleine de lumières et que j’y serai très heureuse ».

Truyen part avec la dame après des adieux déchirants. Tout le monde est triste, mais elle n’a pas le choix. Et elle reviendra pour les fêtes du Têt. La route lui paraît longue, elle ne pensait pas que Phnom Penh était si loin. En plus elle est malade, elle n’a jamais fait un si grand voyage, et elle finit par s’endormir d’épuisement.

Elle se réveille dans une pièce sans fenêtre et sans lumière. Elle veut sortir, mais la porte est fermée à clé, toutes ses affaires ont disparu. Deux jours après, un homme entre dans la pièce et se jette sur elle. Il veut la déshabiller, elle se débat, il la frappe. Il lui dit qu’il la frappera tant qu’elle ne se laissera pas faire. Elle pleure, elle crie, elle a mal, il est trop fort, elle ne peut pas fuir. Et durant deux semaines, des hommes vont se succéder, Truyen ne résiste plus.

Enfin un jour elle sort de la pièce. Son cœur se réchauffe car dix autres filles sont là dont plusieurs  Vietnamiennes. Elles sont gentilles et s’occupent tout de suite d’elle. Elle apprend alors qu’elle se trouve  en Thaïlande. Il est impossible de s’enfuir, toutes les issues sont gardées. Il y fait toujours sombre.

Syna a 24 ans, elle est travailleur social à l’ONG AFESIP-Alliance Anti Trafic. Elle part faire sa tournée. Son métier est de rencontrer les prostituées, de parler avec elles, de leur venir en aide le cas échéant. Elle connaît bien le milieu, elle a été elle-même victime du trafic alors qu’elle n’avait que 9 ans jusqu’à ce qu’AFESIP la sauve à 16 ans et la forme à cette profession. C’est le métier qu’elle a choisi parmi les deux cents qu’on lui proposait car elle veut aider les filles à sortir de ce calvaire. En discutant, elle apprend qu’il y a un endroit où des jeunes femmes sont séquestrées, qu’il y a beaucoup de Vietnamiennes mais aussi des Laotiennes et des Birmanes. Et certaines seraient très jeunes. Elle remonte l’information à son directeur qui, depuis 10 ans, a tissé des liens étroits avec les autorités du pays. Grâce à ses relations, il pourra faire intervenir la police.

4 août, 8 heures du soir. Une équipe de la police défonce une porte et rentre dans une maison. Les hommes présents sont neutralisés. Onze jeunes filles sont tapies dans un coin, terrorisées. Sitôt le vacarme passé, Syna et une de ses collègues viennent les rassurer. « Ne vous inquiétez pas, votre cauchemar est fini, on va s’occuper de vous. On vous emmène chez nous ». Truyen n’en croit pas ses oreilles.

5 aout, 6h00 du matin, Truyen est réveillée par la lumière du soleil, la pièce en est inondée. C’est une grande maison, il y a même un jardin. Syna arrive et la prend dans ses bras. « Ce matin tu rencontreras un dame qui est psychologue et cet après-midi nous irons à l’hôpital pour faire des examens, entre-temps tu peux te détendre et faire connaissance avec les autres, elles sont soixante-trois. Ici tu es au centre de transit de AFESIP, il y a des gardiens, mais ils sont là pour te protéger le temps que l’on sache ce que tu veux faire ». Truyen répond « Je veux rentrer chez moi. »Alors Somaly qui vient d’arriver la prend aussi dans ses bras et lui dit « On va s’en occuper, mais il va falloir patienter car tu n’as plus de papiers. Mais en attendant, on va s’amuser, demain c’est journée piscine, après-demain on ira à la mer et il y a des jeux tout le temps ici. »

Ho Chi Minh City, Vietnam, le 15 août. Quyen, Directeur de projet  de Alliance Anti Trafic Vietnam reçoit les éléments concernant Truyen ainsi que  quatre autres Vietnamiennes qui sont hébergées au centre de transit. Lui et son équipe vont pouvoir faire refaire les papiers dans les provinces respectives et aux services de l’immigration. Pour l’une d’entre elles, ce sera plus difficile, car elle ne se rappelle plus où elle habitait. Elle a été enlevée  très jeune et elle est séropositive. Mais il faut d’abord prévenir les familles.

12 octobre 4h00 de l’après midi, Truyen et ses quatre copines sont dans l’avion qui les ramène au Vietnam. C’est la première fois qu’elle prend l’avion, mais ce n’est pas pour ça qu’elle a l’estomac noué : elle a peur de rentrer au village, d’être considérée comme sale (souillée ?) et d’être rejetée !

12 octobre 6h00 de l’après midi. Aux services de l’immigration de l’aéroport, Quyen et Georges, Directeur d’AFESIP Vietnam et d’Alliance Anti Trafic, entourés de policiers, sont venus l’accueillir et régler son rapatriement. Georges lui dit tout de suite dans un Vietnamien parfait. « Ne t’inquiètes pas, ils ne sont pas là pour te mettre en prison, mais pour nous aider ». Truyen est rassurée, tout le monde est très gentil. Georges lui dit ensuite qu’une surprise l’attend dehors mais qu’il y aura aussi la télévision et les journalistes. Il lui promet que son visage ne sera pas visible dans les reportages et qu’ils serviront à mettre en garde les familles du Vietnam afin d’éviter que d’autres subissent son triste sort. Truyen accepte.

12 octobre 7h00, Truyen sort de l’aéroport et n’en croit pas ses yeux. Elle voit devant elle ses parents, ses deux frères et sa petite sœur qu’Alliance Anti Trafic a amenés. Elle se jette dans leurs bras, tout le monde fond en larmes !

13 octobre, centre de réinsertion d’Alliance-Anti Trafic Vietnam. Truyen est heureuse, elle a passé toute la nuit à parler avec sa famille. Quyen vient ensuite leur expliquer le programme de réinsertion du centre. S’ils le souhaitent, elle y sera hébergée, elle recevra une éducation et apprendra le métier qu’elle aura choisi parmi les deux cents qui lui sont proposés. Truyen n’hésite pas « J’ai toujours rêvé de fabriquer de beaux vêtements ». « Tu iras donc en apprentissage chez Fair Fashion Vietnam où l’on te formera à la couture de haute qualité. »

20 octobre, Truyen arrive à Fair Fashion. « C’est magique, il y a plein de lumières, c’est une grande maison et j’ai le droit d’aller partout. Il y a même une petite fontaine dans l’atelier. Nghi, ma responsable de formation est une grande professionnelle, mais toutes les autres couturières m’ont aussi promis de m’aider. Pendant deux ans, je ne travaillerai pas à la production : je ferai mon apprentissage en confectionnant des vêtements pour mes amies du centre ou pour ma famille. Mais j’ai hâte de réaliser de beaux habits ! »

Deux ans plus tard. Ça y est, Truyen a fini sa formation. Elle est maintenant capable de concevoir des vêtements. Elle est rentrée tous les week-ends dans sa famille. Elle a maintenant le choix. Ou rester à Fair Fashion ou aller travailler ailleurs ou monter son propre atelier au village. Fair Fashion financera son installation. Elle choisit de rester. « Le salaire est très intéressant et je me sens bien ici. Avec 200 USD par mois et 44 heures de travail par semaine, 1 mois de congés payés, une couverture sociale, c’est plus de trois fois ce qu’offrent les grandes entreprises étrangères de marques connues installées au Vietnam. Bien logée dans une grande belle maison pleine de lumière et de fenêtres, je pourrai vraiment aider ma famille. Et il me reste encore beaucoup à apprendre avant de pouvoir égaler Nghi, si j’y arrive un jour. J’irai peut-être m’installer plus tard au village car je sais que Fair Fashion m’aidera à le faire. Mais comme je rentre tous les week-ends et que j’ai des vacances, cela ne me dérange pas. »

« Mon rêve s’est réalisé, maintenant je peux vivre heureuse !

 

La fin est heureuse ! mais malheureusement il y a beaucoup plus de cas où ça ne se finit pas aussi bien...

 

Depuis 1996, AFESIP, Alliance Anti Trafic a sauvé plus de 7000 femmes comme Truyen. Fair Fashion a déjà formé plus de 100 couturières et tailleurs de haut niveau.

Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (74 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • sisyphe sisyphe 19 octobre 2009 10:17

    Pour arriver à bander et jouir de la misère de pauvres filles (ou garçons) forcés, livrés pieds et poings liés, il faut vraiment être : soit un frustré pervers, soit d’une indignité absolue, soit les deux.
     On peut être aussi ministre de la culture en sarkozye...


    • bo bo 19 octobre 2009 13:44

      et pour nier la réalité des faits, il faut être un politique ou un média français pourri ..... quand à ceux qui persistent et signent dans leurs affirmations (non OFFICIELLES) ce sont des membres ultra dangereux de la FACHOSPHERE.... Vive la France !!!!!!!


    • Massaliote 19 octobre 2009 10:28

      On peut être aussi cinéaste, ou écrivain. Un certain ministre OSE parler d’Honneur...
      Et celui de la FRANCE !


      • LE CHAT LE CHAT 19 octobre 2009 10:52

        il y a aussi des star du rock déchues  , ça me déchoit beaucoup de lui !

        Truyen a vraiment eu de la chance , malgré un prénom ( trou - yen ) un peu prédestiné .


      • spartacus1 spartacus1 19 octobre 2009 11:56

        @Le chat
        Cette star du rock a fait plus de 3 ans de taule au Vietnam. Sans doute pas assez, encore que, j’imagine que les années de taules vietnamiennes doivent compter double.


      • appoline appoline 19 octobre 2009 13:13

        @ Le Chat,

        Les leaders des gangs se sont plus ce qu’ils étaient. Des épaves voilà ce qu’ils sont. Je pense que si les peines étaient plus dissuasives.......Et puis qu’ils les purgent dans les pays concernés car là, ils ne vont pas se marrer tous les jours, fini la TV couleurs, le lavabo pour 4 et les rations sommes toutes honorables. Et puis, ils connaitront le bénéfice suprême de servir de nana à leurs copains de chambrée. Il y a une certaine forme de justice.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 19 octobre 2009 11:26

        Bonjour,

        « quand une femme de passage leur propose que Truyen aille travailler au Cambodge » ... ...«  Et puis la dame a l’air gentille et m’a dit que c’était une très belle maison pleine de lumières et que j’y serai très heureuse » C’est curieux comme la femme est à l’origine de cette trahison humaine ?

        Et puis quand vous tapez Fashion tv, vous tombez sur une formidable organisation mafieuse de prostitution déguisée juste derrière une belle façade de haute couture, soutenue par une magnifique et tentante campagne de racolage par la parabole, avec des concours dont les prix à gagner sont des voyages en yatch dans les îles ?

        La femme est le plus important facteur, le premier maillon dans la prostitution mondiale avant le papier monnaie, et la dernière à être inquiétée en cas d’arrestation.


        • Ornithorynque Ornithorynque 19 octobre 2009 11:39

          Fashion TV n’a rien a voir avec cet article.


        • joelim joelim 19 octobre 2009 14:55

          La femme est le plus important facteur, le premier maillon dans la prostitution mondiale avant le papier monnaie, et la dernière à être inquiétée en cas d’arrestation. 

          Bien sûr... Et les hommes ne sont que d’innocents godelureaux qui se font mener du bout du nez ! 

        • lillibotte 19 octobre 2009 19:40

          n’importe quoi !


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 octobre 2009 05:12

          @ Joelim : 


          Personne ne dit ça. Linda a raison. Il est bien connu qu’il a normalement une femme qui sert à la fois d’appat pour le maraudage et de soupape de confidences pour calmer l’insoumission des « pensionnaires ». Cela ne veut pas dire que ce ne sopit pas des hommes aux commandes de l’organisation.


          Pierre JC Allard

        • fourminus fourminus 19 octobre 2009 13:07

          Sur le même sujet, un article un peu plus riche d’un sociologue qui a travaillé plusieurs années sur la prostitution en Thaïlande.
          http://contretemps.eu/interviews/penser-tourisme-sexuel
          Hélas, certains lecteurs n’y trouveront pas leur compte : ceux qui aiment les idées simples et les jugements tranchés...


          • bo bo 19 octobre 2009 14:12

            Arrêter la désinformation, ce sociologue écrit ce qu’il veut, il suffit de bien connaître la Thaïlande et l’Asie pour connaître la réalité. C’est mon cas, ne vous en déplaise (j’ai quitté mes fonctions, en 2005 après 40 ans de carrière internationale), et je peux affirmez que nous avons là une des innombrables thèses « de comptoir... »faites par des « compilations » de textes choisies.
            Une thèse bien faite, ne peut être faite que par une personne écrivant, lisant, parlant couramment la langue du pays et ayant vécu plus de 10 ans dans le pays... et en ayant bien compris tous les rouages.....
            Le gouvernement Thaï a pris des mesures qui mettent du temps à bien s’appliquer, mais dans les années 80/90 c’était vraiment pas beau à voir....
            Alors, avoir les « idées simples et des jugements tranchés » sur des problèmes de sociétés est d’abord très sain, ensuite très souvent la vérité. De plus, en matière d’exploitation de la misère humaine c’est INDISPENSABLE, le reste, le soit disant « balancé ni blanc ni noir », est tout simplement misérable et indigne. A cela, il faut ajouter qu’on ne peut jamais soutenir l’insoutenable au nom d’un quelconque engagement politique et que le courage en la matière est d’avoir de la dignité.


          • Traroth Traroth 19 octobre 2009 18:01

            "Depuis quand et pourquoi parle-t-on de tourisme sexuel ? C’est en réalité une catégorie assez récente, née à la fin des années 1970«  : Peut-être parce que c’est un phénomène assez récent ? Vous savez qu’au Moyen-Âge le mot »automobile" ne voulait absolument rien dire ?

            Cet article me parait vraiment étrangement biaisé. La prostitution dans un pays comme la Thaïlande pourrait être un choix, et pourrait de manière essentielle concerner des adultes consentant(e)s ? C’est insinué, mais jamais affirmé, alors que c’est l’idée-clé de l’article.

            Bref, à oublier. Cet article est une imposture. Il l’a soutenue, sa thèse ?


          • Marc Blanchard Marc Blanchard 19 octobre 2009 18:35

            J’espère que vous parlez du lien de fourrminius et du mien...


          • VivreenRussie VivreenRussie 19 octobre 2009 19:05

            @fourminus ou plus direct for minus,
            Sociologue ou touriste ? Je dis cela car s’il faut « plusieurs annees » a votre sociologue pour ecrire son article c’est a se demander s’il ne « consommait » pas et vu la teneur de votre commentaire il ne doit pas etre le seul...


          • Iren-Nao 20 octobre 2009 03:14

            @ Fourminus

            Je vis moi meme a Pattaya depuis quelques annees, et s’il est vrai que ma capacite a parler Thai est fort reduite (c’est un langage fort difficile phonetiquement) j’ai quelques connaissance sur le probleme car apres tout l’une de ces dames est ma femme et mere de notre fils, et je confirme avec force la qualite de la these objet de votre lien qui est fort exactre et realiste.
            Le profil type de la gagneuse Thai est d’etre le plus souvent originaire de I san, d’avoir ete engrossee fort jeune par un petit copain qui s’est debine, et e n charge d’un mopufflet qu’il faut elever, donc on le confie aux parents de la fille, et elle doit aller gagner sa croute et celle du mome. Tres vite elle s’apercoit que meme en bossant dur, aucun salaire ne peut suffire a payer la pension aux parents, alors une copine du coin lui conseille de faire boutique mon cul a pattaya ou ailleurs. La souvent elle arrive a s’en tirer beaucoup mieux financierement, souvent dans une ambiance entre filles assez fraternelle.
            Les parents prennent la monnaie en faisant semblant de ne rien savoir, et de fait sont bien contents de ce revenu supplementaire.
            Les plus malignes ont 2 ou 3 farangs qui les gardent le temps d’un voyage et envoient des sous plus ou moins regulierement.
            Lire a ce sujet le tres excellent Pattaya Beach de F. Poupart, c’est autrement plus exact que les habituels gemissement des differents gemissement des gens qui ne savent rien.
            Cote Homo, c’est le plus souvent par gout pour la chose et appat du fric.
            Quant aux mineurs, il s’en glissent quelques uns dans les bars, mais la police veille tres fort, et la pedophilie qui existe surement reste tres souterraine, pour ma part je n’en ai jamais repere (sauf peut etre une fois).
            En tout cas excellent lien et tres bonne etude.

            Iren-Nao


          • Iren-Nao 20 octobre 2009 03:18

            @ Bo

            Cote these de comptoir, vous me paraissez assez expert Monsieur le dirigeant international expert en Thai.

            Iren-Nao


          • Marc Blanchard Marc Blanchard 19 octobre 2009 13:49

            Je veux bien que l’article soit un peu plus riche. Nous aussi nous avons un sociologue qui travaille depuis plus de 10 ans en Asie du Sud Est et il ne vous dira pas la même chose.
            Pendant ce temps on peut se tourner le doigt dans le ... pendant des années...

            Moi tout ce que je peux vous dire, c’est que je vit en permanence avec au moins 20 de ces femmes. Comme dans le film les « chtis » je pleure au moins deux fois.
            Quand elles arrivent et quand elles repartent.

            Alors les propos de votre sociologue visant à justifier de la normalité du trafic sexuel en Asie ou ailleurs. Je m’en fout !
            C’est probablement un fils à papa qui finira peut être sa thèse à 45 ans.

            Il ne fait qu’observer que c’est un phénomène de société. Mais ce con la, il n’est pas dans la tête des victimes. Il ne sait pas ce qu’elles pensent. Ce qu’elles souffrent...

            Moi tout ce que je peux vous dire, c’est que je n’ai jamais entendu un enfant me dire « Plus tard, je voudrais être pute »


            • bluelight 19 octobre 2009 19:23

              Patrick Besson a donné dans Le Point une preuve de l’hypocrisie de ’people’ qui prescrivent aux autres des normes qu’ils ne s’appliquent pas :
               
              Pascal Bruckner. Il écrivit naguère que la prostitution est un métier comme les autres. J’ai répondu, dans Voici, que dans ce cas-là sa fille pourrait le faire. J’ai décrit une journée dans la vie de Mlle Bruckner en 2020, au cas où elle aurait suivi cette orientation normale. Procès


            • Iren-Nao 20 octobre 2009 03:25

              @ Marc Blanchard

              Seriez vous un de ces « entrepreneurs de morale » ?

              En tout casvous avez vite fait de faire amalgame entre traffic de gosses et prostitution ordinaire, c’est un procede assez courant.

              Il y a la un combat meritoire (pour les gosses).

              Pour le reste le vrai combat serait de lutter contre les proxos en Europe, mais il n’y en a pas en Thailande (sauf Russes pour filles russes..)

              Iren-Nao


            • ykpaiha ykpaiha 19 octobre 2009 14:48


              Compte tenu de l’état général de la France, le tourisme sexuel, se fera en bas de chez eux.
              Economie de temps, pollution moindre, pas de transport...bref que du bon.pour la planete.
              Voila qui rendra nos écolos et le 1er d’entre eux DKB, bienheureux...
              Yes we can.


              • Marc Blanchard Marc Blanchard 19 octobre 2009 15:09

                Merci Razzara.

                Depuis 4 ans je le fait avec mon cœur, mes tripes et bénévolement. Mais le chemin est encore long. Plus de 2 millions de gamines seront encore victimes dans l’année à venir !
                 


              • Ahlen Ahlen 19 octobre 2009 14:58

                L’agression sexuelle d’un enfant par un adulte est un crime contre l’humanité, tourisme ou pas, « consentement » ou pas. Ces agresseurs sont exécrables et quand, en plus, ils s’en vantent en ajoutant tout de go : « Plus de 14 ans c’est dégueulasse », alors-là, ils ne méritent que la culture du mépris !


                • Fergus Fergus 19 octobre 2009 15:45

                  Merci, Marc, pour cette superbe et émouvante narration d’un drame malheureusement ordinaire.
                  Le genre d’article qu’il faudrait coller de force sous les yeux de tous ceux qui, dans la classe politique ou les milieux intellectuels, ont pris la défense de Mitterrand sans se rendre compte de l’insulte et de la nouvelle souillure qu’ils infligeaient aux victimes de ces odieux trafics.


                  • ELCHETORIX 19 octobre 2009 16:42

                    Que dire de plus , sinon que ce serait de « l’exploitation de l’homme par l’homme » , la plus basse et la plus indigne !.
                    Le tourisme sexuel est une calamité pour les pays « pauvres » et dits « émergeants ».


                    • Imhotep Imhotep 19 octobre 2009 17:10

                      En quelques mots il y a l’ombre d’un côté et, grâce à vous et à cette association, pour une petite part de la lumière.


                      • Aleth Aleth 19 octobre 2009 17:55

                        Merci à l’auteur. C’est dur et pourtant c’est la sordide réalité. Des gamin(e)s devenu(e)s des bouts de viande, des enfants-objets dont la vie sera à jamais brisée, avec toutes les séquelles psychologiques et physiques engendrées. Et dire que le ministre censé représenter la culture française dans le Monde (oui j’en remets une couche il le mérite) a avoué avoir fréquenté ces lieux, la bave aux lèvres, le poireau gorgé de sang, consommant et consommant encore, comme on met une pièce dans un flipper ou un baby-foot. Et avec son budget l’overdose n’est pas un luxe.

                        Profiter de la misère humaine à ce point, l’avouer, et venir nous raconter après qu’il tient à son honneur et son amour-propre, ce n’est plus du foutage de gueule, c’est cracher littéralement sur la France et le peuple Français. Et en plus il est soutenu par ses collègues à l’UMP. N’oublions pas que des réseaux pédophiles de ce genre existent en Europe, notamment en France. Informez-vous par exemple sur l’affaire du magistrat Roche. Des « ambassadeurs » de la justice et de nos institutions assouvissent leurs pires fantasmes et perversions sans craindre outre mesure le tribunal ou la prison. Mais chut... Sujet extrêmement sensible dans les hautes sphères...

                        En Sarkozie il faut s’attendre à tout. Les affaires s’enchaînent, ça va crescendo, à croire que le château royal s’obstine à pousser les citoyens à l’insurrection. Si c’est le but visé ne nous gênons pas citoyens, eux ne se gênent pas. La France est devenue la risée du Monde, à cause surtout d’un arriviste, égoïste, capricieux, frustré, mégalomane, menteur, cet agent de la CIA, qui ne cesse de démontrer au fil du temps ses multiples trahisons.

                        Et tous ces ministres restent en place. Hortefeux, Besson, Kouchner, Mitterrand, Bachelot, etc... à qui nous paierons des retraites royales. Bachelot - ainsi que Fillon - a cherché et cherche encore à faire peur à la population afin qu’elle se fasse injecter coûte que coûte la « dose » de vaccin, empoisonnée au mercure et au squalène entre autres. Coûtant plus d’un milliard d’euros aux contribuables, quand la dette est déjà abyssale, et quand cette soit-disant « peste noire » n’a pas encore montré le bout de son nez. Sur ce coup-là le gouvernement passe vraiment pour un nid de traîtres travaillant non pas pour le pays mais pour des multinationales et l’alliance des neo-cons. Chaque jour les consciences s’éveillent un peu plus devant cette scène de théâtre qui dévoile ses « trucs » en permanence.

                        Honte à ces traîtres ! A nous l’insurrection !


                        • Marc Blanchard Marc Blanchard 19 octobre 2009 18:05

                          Je pense que nous pourrions devenir copains !!!


                        • Marc Blanchard Marc Blanchard 19 octobre 2009 18:22

                          Mais je pense aussi que je ne fait que réparer.
                          Le plus important est de prévenir !

                          Les autres cons de la politique. Ils ne font que parler...

                          Des projets comme le notre ils s’en foutent « royalement »

                          L’EPAD est bien plus importante


                        • Dominique TONIN dume 25 octobre 2009 19:51

                          OUI ALeth,
                          J’adhère pleinement à votre analyse et à votre dégoût vis à vis de tous ceux que vous avez cité. Simplement une insurrection ne réglerait pas tout cela de manière efficace et durable. Il y a un autre moyen plus pacifique, plus efficace, sans éffusion de sang, sans rien casser, donc rien à réparer, c’est votre bulletin de vote en 2012. En s’assurant qu’il n’y ait aucune tricherie, c’est le seul moyen démocratique et propre d’éjecter tous ces profiteurs nauséabonds pour certains. Si nous faisons l’insurrection, certes, certaines tomberont dans la sciure, mais d’autres identiques seraient dès le lendemain au pouvoir.
                          Adhérez au « PF » et je vous jure que nous avons suffisamment de temps de matière grise et d’énergie pour faire beaucoup mieux que la majorité de ceux qui nous ont mis dans la « merde » où nous sommes aujourd’hui. Cordialement. Dominique TONIN
                          www.peuplefrancais.fr


                        • Parrison Parrison 19 octobre 2009 18:51

                          M. Blanchard....

                          Merci d’avoir écrit cet article....

                          Bravo pour ce que vous faites... 


                          • lillibotte 19 octobre 2009 19:37

                            Il est urgentissime de rappeler à nos concitoyens que les pervers occidentaux ne vont pas en thaïlande pour se payer des prostitué(e)s de 40 ans, mais bien des enfants, dont la moyenne d’âge oscille entre 7 et 12 ans !
                            Merci Mr Blanchard de rafraichir nos mémoires surchargées d’informations.


                            • Surya Surya 19 octobre 2009 21:44

                              Ce que vivent ces gosses est un vrai cauchemar. Si seulement les familles pouvaient être informées en amont et ne pas croire ce que racontent ces rabatteuses ! Comment peuvent elles faire ça en effet !!

                              « Alors Somaly qui vient d’arriver la prend aussi dans ses bras »
                              Lorsque vous citez « Somaly », faites vous référence à Somaly Mam ?


                              • Marc Blanchard Marc Blanchard 20 octobre 2009 03:56

                                Oui c’est à elle que je fais référence.
                                 Nous travaillons avec Somaly Mam qui a créé l’ONG AFESIP (Agir pour les Femmes en Situation Précaire) en 1996 avec Pierre LEGROS son mari.
                                40% des enfants prostitués au Cambodge sont vietnamiens, c’est pourquoi en 2000 ils ont demandé à mon frère Georges qui a une grande expérience dans l’humanitaire(depuis 17 ans au Vietnam) de créer AFESIP Vietnam
                                Somaly est directrice de AFESIP Cambodge.
                                Nous sommes aussi au Laos en Thailande et en Malaisie.

                                Depuis 2003 nous passons régulièrement sur les médias nationaux vietnamiens ce qui nous permet d’informer les familles et avons fait arrêter des centaines de ces rabatteuse et rabatteurs . Depuis 2008 nos équipes de travailleurs sociaux vont également intervenir dans les écoles. Nous avons aussi créé le premier programme d’éducation sexuelle au Vietnam.

                                Au Vietnam nous sommes 110 personnes sur le projet. 3 blancs et 107 vietnamiens.


                              • Surya Surya 20 octobre 2009 15:01

                                Merci pour votre réponse, et un grand bravo pour les actions que vous menez.


                              • franc 19 octobre 2009 21:45

                                Mr l’auteur ne feriez vous pas de la pub pour votre entreprise Fair Fashion

                                mais direz vous c’est une entreprise humanitaire ,ce à quoi on peut répondre qu’il y a humanitaire et humanitaire ,que le qualificatif d’humanitaire ne garantit pas contre la malhonnêteté surtout par les temps qui courrent (voir dans les actualités les 17 associations humanitaires prises en flagrant délit de détournement de fonds )

                                Mais ne prenez pas cela pour une attaque individuelle ,car en général je n’aime pas trop les associations humanitaires et caritatives laïques ou religieuse ,étant un marxiste pur et dur ,je suis même tout à fait contre ,car c’est à l’Etat de régler tous ces problèmes et non pas de laisser les entreprises privées plus ou moins louches ,plus ou moins honnêtes de s’en occuper pour en fin de compte ne régler rien dans le fond ,au contraire ,laisser les causes intactes et perpétuer les conditions de génération de la misère en même temps que les conditions de subsistence des asssociations parasites qui en vivent -----------------------------------------je regrette de le dire tout de go et qui peut être une offense pour vous ,mais beaucoup d’« humanitaires » ou de « caritatifs » sont pour moi des vautours .Ils en font un métier et vivent grassement sur le dos des donnateurs en jouant sur les sentiments et la sensiblerie pour faire larmoyer les gens en présentant exagérément des tableaux apocalyptiques et terriffiants loin de la vérité et de la réalité quand ce n’est pas eux-mêmes qui créent ou perpétuent ces situations de détresse .-------------------------la charité-bizness ,très peu pour moi . 


                                Quand à la prostitution j’ai un autre point de vue que vous et beaucoup de commentateurs ici , ,non pas que je la considère comme un bien même relatif ,mais comme un mal relatif et néanmoins nécessaire et donc relativement utile étant entendu dans le sens du moindre mal .---------------Certes cela peut participer de l’exploitation de la misère et des faiblesses des autres par des gens riches et dominateurs qui achètent les pauvres et les traitent comme des esclaves sexuels ,et en cela est condamnable,mais cela est loin de recouvrir tous les cas et toute la réalité .Parfois la misère ,la faiblesse et la domination ne sont même pas toujours du côté que l’on pense habituellement car malheureusement il ya aussi des clients pauvres et faibles ,des pauvres bougres handicapés physiquement ,esthétiquement ,socialement ou sociétalement , qui sont dominés,exploités et traités comme des esclaves par de riches et beaux prostitués ou prostituées 

                                Il n’ ya pas que la misère matérielle ,il y a aussi la misère morale et la misère sexuelle 

                                l’idéal c’est qu’il n’existe pas de prostitution et que tout le monde puisse vivre un amour heureux et satisfaire tous ses besoins sexuels dans la gratuité et le don réciproque .Seulement l’idéal parfait n’existe pas dans ce monde réel qui est plein d’imperfections et il faut faire avec ,mais seulement avec intelligence et en choisissant le chemein du moindre mal . Entre le viol et la prostitution ,il faut choisir la prostitution car de deux maux il faut choisir le moindre .

                                Si en interdisant la prostitution on supprime du même coup les besoins sexuels inassouvis et la misère sexuelle ,alors il faut l’interdire sur le champ ;mais malheureusement ,je crois que la réalité soit tout autre et que la misère sexuelle et les besoins sexuels subsisteront malgré tout car on ne peut effacer d’une baguette magique l’imperfection humaine,ses handicaps physiques et pschiques ,innés ou acquis avec la vieillesse .

                                Le marxisme dénonce l’exploitation de l’homme par l’homme d’où qu’elle vienne mais le marxisme dit aussi que les besoins sont en eux-mêmes les raisons dernières de leur satisfaction . 

                                Donc dans le cadre de la société marchande ,le moindre mal est de légaliser la prostitution en institutionalisant le métier d’assistant sexuel comme dans les pays nordiques avancés et cela est même remboursé par la sécurité sociale pour les handicapés 

                                sinon ,et c’est ma préférence ,dans une société non marchande où tout doit être gratuit y compris la satisfaction des besoins sexuels ,faire appel à des volontaires ou des bénévoles pour satisfaires les besoins sexuels des personnes en manque d’amour et incapables par eux-mêmes d’obtenir des partenaires sexuels .

                                Il ya ces dernières années une mode tout à fait sympathique de jeunes gens qui se promènent avec une pancarte inscrivant ces mot si charmants :« free hugs » ,en français câlins gratuits,--------------------------------il peut et il doit y avoir aussi des pancartes disant :sexe gratuit.


                                • ALIS ALIS 19 octobre 2009 23:20

                                  Vous n’avez pas honte ! C’est là tous vos misérables arguments ! Serait à ce point la déchéance de votre rhétorique si bien rodée qui ne prend sur la population pour que vous en veniez à attaquer directement les philantropes de bonne volonté par le sophisme ?

                                  Vous faites parti de ceux qui ont réponse à tout, savent tout sur tout, ces donneurs de leçon arrogants. Restez digne , apprenez l’ humilité ! vous prendrez alors du plomb dans la cervelle.... 


                                • nexus 20 octobre 2009 01:11

                                  Autant de mots pour complètement passer à côté du propos... Il vous aura peut-être échappé qu’on parlait ici non pas de la prostitution mais du viol de mineur(e)s...

                                  La prostitution sur des mineurs, vous voyez le tableau ? Des enfants, qui ont encore droit à l’innocence quelques années encore avant d’affronter la débilité et la méchanceté de certains adultes cinglés qui peuplent cette planète.

                                  Que dit le marxisme de l’exploitation de l’enfant par l’homme ?


                                • Marc Blanchard Marc Blanchard 20 octobre 2009 05:05

                                  Je suis assez d’accord avec vous.
                                  Tous les travailleurs humanitaires ne font pas forcément de l’humanitaire. ou du moins de l’humanitaire pour eux même d’abord. Souvent dans les grosses ONG...
                                  Mais il y a aussi des gens formidables !
                                  Je citerai à Saigon par exemple « Vietnam plus », « Maison Chance » mais ce sont des ONG dont vous n’entendrez jamais parler.

                                  Pour ce qui est de faire de la pub pour ma boite qui n’est pas la mienne, mais celle de toutes les filles qui y travaillent et enregistrée au nom de Phan Thi Nghi - Anh Khoi première entreprise sociale au Vietnam. Je n’en ai pas besoin. Notre carnet de commande est blindé jusque juin de l’année prochaine et je fais aussi travailler 2 autres ateliers qui emploient des femmes handicapées.
                                  Nous produisons pour 12 marques de luxe en Europe, Japon, Canada et Australie.
                                  Nous paraissons sur des journeaux tels que « Word Magazine », « Asia Life » et sommes une adresse recommandée par le « guide du routard ». On produit 12000 vêtements par an. Alors aller glaner des clients sur Agoravox...
                                  Cet article c’est juste pour l’info

                                  Mon rôle à moi c’est le développement, c’est à dire aider de plus en plus de personnes. Depuis 4 ans je le fait bénévolement. Mais j’y trouve de grandes satisfactions sur le plan personnel.

                                  En 2005 le projet Fair Fashion était sur le point d’être abandonné, car pas de clients. Mon frère qui est Directeur de Alliance Anti Trafic et qui a en plus d’avoir sauvé des centaines de femmes, à construit plus de 150 écoles au Vietnam alors que des milliers d’enfants dormaient dans la rue, m’a demandé de venir m’en occuper car j’étais Directeur des Ventes pour de grands groupes internationaux.

                                  Avant 60 000 € par an. maintenant 0. Même moins car j’ai investi pas mal sur mes deniers personnels.

                                  Je n’ai point besoin de me justifier, mais juste pour que vous sachiez, tout marxiste que vous êtes, c’est que tout le monde n’est pas forcément pourri, même si j’en convient il y en a quand même beaucoup.

                                  Pour ce qui est de notre ONG, vous n’avez pas compris que nous ne luttons pas contre la prostitution mais contre le trafic des êtres humains. C’est à dire des personnes contraintes. En ce qui concerne les prostituées, nous les aidons et leur proposons d’autres alternatives, mais si elle veulent rester dans la rue, on ne les embarques pas de force. Nous avons même un counselling ouvert pour elles 24 heures sur 24, 7 jours/7 dans le centre de Saigon avec médecin, psychologue, avocat.

                                  L’autre jour je parle avec l’une d’entre elle dans un bar qui me dit « je sais coudre » je lui dit alors viens chez Fair Fashion. Elle m’a répondu « mais non ici, je m’ammuse bien »
                                  Ce qu’il faut retenir c’est que seulement 25% des personnes impliquées dans le marché du sex le font de leur plein grés. 75 % sont exploités.

                                  C’est auprès de ces personnes que nous intervenons.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès