Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Trafic d’enfants au Tchad : ce qu’on n’ose (...)

Trafic d’enfants au Tchad : ce qu’on n’ose dire...

L’affaire de l’Arche de Zoé et son traitement médiatique révèle, si on accepte de voir les choses dans leur contexte historique et géopolitique, des pans entiers et peu reluisants de notre vision néocolonialiste et plus généralement du mépris considérable que nous portons à l’Afrique. Grossissons le trait au risque de choquer : après les trafics d’armes et de matières premières dont le Tchad est l’une des plaques tournantes, vient maintenant le trafic d’enfants. Les ambiguïtés de l’action humanitaire ne sont pas un phénomène nouveau, je renvoie à la lecture de Brauman, très instructive à ce sujet.

Oui, bien sûr, les gens emprisonnés actuellement à N’djamena sont des gens comme nous. Cet engagement dans une action qui s’autoproclame humanitaire force le respect. Ils pourraient être nos frères, nos cousins. Nous aimons nous identifier à eux. L’illégalité de leur action (apparemment assumé) est mise au service d’une noble cause. Mais est-ce si simple ? Ils me font penser à ces touristes occidentaux dans le Kérala indien qui, croyant bien faire, donnaient 50 dollars à un jeune enfant pour un menu service, participant ainsi à la destruction du fragile artisanat local à base de feuilles de cocotiers. Pourquoi travailler et envoyer les enfants à l’école quand la mendicité peut rapporter plus ! Leur aveuglement n’avait d’égal que leur bonne conscience.

L’enquête judiciaire autour de cette affaire n’est pas ici mon propos. Je questionne juste notre regard sur ces gens-là, sur les enfants tchadiens et leurs familles et plus généralement sur le peuple africain.

C’est peu de dire que les bons sentiments affichés de part et d’autres empêchent toute tentative de compréhension de ce qui est en jeu derrière cette affaire. La charité, cette fausse vertu héritée de notre histoire judéo-chrétienne, est mère de nombreux vices comme le paternalisme et la condescendance. Ceux-ci sont les mamelles du racisme contemporain, ce racisme bien-pensant, altruiste (que Gaston Kelman a bien illustré), éminemment insidieux et destructeur car il nie à autrui la capacité à se tenir droit et dignement sans le concours et l’aide de l’ « homme blanc ». Honnêtement, combien d’entre nous n’ont pas pensé que ces enfants tchadiens pauvres avaient une chance inouïe de pouvoir être adoptés ? Mais alors quid du droit des parents ? En effet il faut le dire avec force : c’est le peuple tchadien qui est la première victime de ce trafic. C’est une humiliation, une de plus. Pensez donc, outre une situation de guerre civile larvée (voir les récents bombardements français sur les colonnes « rebelles »), les expropriations et spoliations dues à l’exploitation des matières premières (construction du gazoduc Doba-Kribi), on leur vole les cerveaux (immigration choisie !) et maintenant les enfants dont on sait que peu étaient réellement orphelins. C’est peu de dire que les Tchadiens n’ont pas la parole dans les médias français. Ils ne l’ont nulle part. Celle-ci est plutôt donnée aux membres de Children Rescue, volontiers présentés comme les vraies victimes de cette affaire, animés bien entendu des meilleures intentions du monde. Imaginez un seul instant que la situation soit inversée. Des enfants occidentaux sont enlevés à destination de l’Afrique par un réseau qui les jugent maltraités (consumérisme, obésité, stress excessif, éclatement de la cellule familiale et j’en passe...). Imaginez le tollé !!! Absurde ? Pourquoi ? Les enfants français sont les plus heureux au monde ? Parce que l’Afrique est considérée comme un vrai merdier ? La question sous-jacente n’est-elle pas : les droits inaliénables des enfants et des parents sont-ils solubles dans la pauvreté ?

Maintenant les questions géopolitiques. Y en a-t-il un seul parmi vous pour penser que Idriss Déby a libéré les journalistes français pour les Ray Ban de Sarkozy (sa femme n’étant plus là, c’est à lui de mouiller sa chemise) ? Prise d’otages ? Plutôt un moyen de pression. N’étant pas dans les petits papiers de la cellule africaine de l’Elysée, je ne saurais dire l’enjeu des tractations mais il est clair qu’il y a eu des négociations. Après la Libye, espérons que ce ne soit pas une nouvelle centrale nucléaire... Restons sérieux, les enjeux économiques et stratégiques du Tchad sont de premier ordre.

L’autre jour j’ai bondi quand un député réclamait que l’on aille sensibiliser le chef d’Etat tchadien à la présomption d’innocence. D’abord, après Outreau et de nombreuses autres affaires, je doute que la France soit la mieux placée pour donner des leçons dans ce domaine. Cette attitude, tout empreinte de paternalisme post-colonial, me donnerait la nausée si elle n’était pas d’abord l’illustration d’un aveuglement et d’une naïveté surprenante vis-à-vis du régime de Ndjamena.

Beaucoup parlent du droit des Etats bafoués dans cette affaire de trafic d’enfants. Le problème est que le Tchad n’est pas un Etat de droit. Je m’excuse auprès des quelques magistrats tchadiens qui l’ont pensé un instant. Ils ont été vite limogés. C’est d’ailleurs à mon sens la meilleure ligne de défense pour les accusés (dans le cas probable où ils seraient jugés en France) que de souligner que le contexte tchadien pousse à l’illégalité. Le Tchad n’est pas même un Etat tout court au sens où nous l’entendons généralement, les institutions (écrites par les Français) n’étant là que pour donner le change, adoucir la dictature et servir de trompe-l’œil au chaos qui y règne. Ce pays est d’abord une plate-forme militaire (la deuxième après Djibouti) censée garantir la stabilité du pré-carré françafricain et la chasse gardée de consortiums pétroliers. Citons Loïc Le Floch Prigent (Express du 12/12/1996) : « Les tâches administratives qui me sont confiées en Afrique [...] sont de m’intéresser à la présence française au Cameroun et au Tchad. C’est la raison pour laquelle Elf entre dans le consortium pétrolier tchadien aux côtés d’Exxon. »

« La France a confiance en l’Etat tchadien et en la justice tchadienne », a assuré le chef de l’Etat. « La justice tchadienne a ses procédures et ses calendriers et la France les respecte », a-t-il encore ajouté. Surtout ne pas faire de vagues... Ne rien faire qui puisse mettre en question les relations franco-tchadiennes...

D’ailleurs, c’est tout de même curieux que personne ne s’interroge sur un Etat qui, par des accords de coopération (de 1976, Foccart n’étant pas allé aussi loin !), délègue à un autre Etat le droit de juger des crimes commis sur son sol. Un Etat où l’armée française va où bon lui semble et dont les agissements locaux sont loin d’être irréprochables. En 92, des coopérants français ont été promptement renvoyés en métropole pour avoir dénoncé le soutien de la France au régime criminel d’alors. L’affaire a été étouffée. Depuis Déby a pris le pouvoir en 96 et avec la découverte des gisements pétroliers dans la région de Doba, la situation sociale et économique du pays n’a cessé de se dégrader. Mais tant que le pétrole coule...

Aucun grand média à ma connaissance n’a brossé un portrait sérieux du seigneur de guerre Idriss Déby. Aucun mot des déportations, des exactions sur les populations civiles, des pillages, de la fraude électorale systématique... On a beau jeu alors de faire l’éloge de la nécessaire mais ambivalente action humanitaire dans un pays que nous occupons militairement depuis 1900 et avons largement contribué à délabrer. Et si avant d’aider... on se contentait de ne pas nuire ? De ne pas soutenir un régime de prédation indéfendable ? De cesser de mépriser les peuples ? Et de poser enfin un regard lucide sur les relations franco-africaines dans leur réalité, hors du double langage habituel.


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (65 votes)




Réagissez à l'article

106 réactions à cet article    


  • Webes Webes 6 novembre 2007 18:39

    Bravo, en quelques lignes t as tout resume


  • Dr Rached Trimèche Dr Rached Trimèche 6 novembre 2007 18:44

    @Seb59 Je partage ton avis ! Ce rapt d’enfants...pour « gagner des sous » est indigne ! L’enjeu des minerais du Tchad est immense Le déplacement de Sarko est théatral


  • Vincent Frédéric Stéphane 6 novembre 2007 10:36

    Je souscris à ce point de vue qui change des réactions de nos politiques. Au nom de quoi un Hollande par exemple se réjouit-il de la remise en liberté des journalistes et hôtesses de l’air ? Au nom de quoi exige-t-il que les autres acteurs soient jugés en France ? Si des valeurs de gauche motivent ces prises de positions, que ne les exprime-t-il pas ? Mais ce n’est évidemment pas le cas, ses ressorts sont ceux de Guy Mollet.

    La France traîne son passé colonisateur et ne l’a pas dépassé. Pour coloniser un peuple, il faut convaincre le sien propre qu’il lui est supérieur. Et l’on peut tarder plusieurs générations à se guérir de ce complexe de supériorité. L’on peut aussi en sortir instantanément, par simple empathie.


    • fouadraiden fouadraiden 6 novembre 2007 13:39

      pour une raison assez simple ,les valeurs de gauche ne concernent pas les Noirs quand l’intérêt de ressortisants français est en jeu.


    • faxtronic faxtronic 6 novembre 2007 13:47

      pas noirs, tchadien. Depuis quand noir et francais sont antonyme ?


    • tvargentine.com lerma 6 novembre 2007 11:04

      Les neuf Français impliqués au Tchad dans l’affaire de l’ONG « L’Arche de Zoé » ont été inculpés d’« enlèvement de mineurs tendant à compromettre leur état civil et escroquerie », confirme le ministre tchadien des Communications, Hourmadji Moussa Doumgor.

      http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20071030/tts-tchad-france-ca02f96_4.html

      Ils semblent évident pour les autorités que la démarche de cette association n’était pas humanitaire.

      http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/international/afrique/20071030.OB S2164/chronologie_de_laffairede_larche_de_zoe.html

      La question se pose aujourd’hui de savoir si ces 103 enfants tchadiens qu’on avait présenté au début comme provenant du Darfour ont bien des parents tchadiens. Il existe un moyen simple,le test ADN.

      Ce fameux test ADN qui vient d’etre si contesté en France par des opposants que nous retrouvons bien souvent dans ce type de mouvement associatives ,qui instrumentalisent les problèmes de l’immigration non contrôlée en France,par la compassion des médias touchant aux problèmes des enfants,pour mieux en tirer un bénéfice,sous la forme d’une reconnaissance médiatique ou pécunière en faisant ensuite appel à la générosité des plus naifs.

      Ce test ADN sur les 103 enfants permettra de démontrer la culpabilité ou l’innocence des membres de cette association qui pretendaient s’occuper d’enfants orphelins.

      Sont-ils vraiment orphelins ?

      Aujourd’hui,les pires crimes contre l’humanité se produisent dans le berceau de l’humanité : l’Afrique.

      Aujourd’hui,des criminels vendent des armes et vendent des enfants en Afrique pour en tirer un bénéfice dans l’inpunité totale

      La question que nous pouvons nous poser envers les opposants aux tests ADN est la suivante :

      Irez vous rejoindre le comité de soutien du journaliste qui accompagnait curieusement ces personnages inquiétants ? http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/medias/

      Demanderez vous le test ADN pour obtenir la vérité ?

      Le débat est lancé ici sur Agoravox

      fin de l’article non publié ------------------

      AU 05 novembre,les journalistes ont été ramené en France,mais nous pouvons nous poser la question du mélange des genres entre l’information et le publi-reportage de ces « journalistes indépendants » qui prétendent faire leur travail alors qu’ils n’ont rien faient pour dénoncer ce scandale.

      Voulaient-ils en faire un bizness avec un reportage accrocheur ou tout simplement un publi-reportage visant à attirer la compassion des futurs donneurs d’argents et bénéficier d’un pourcentage sur les sommes collectées ?


      • Le péripate Le péripate 6 novembre 2007 12:53

        Vous posez une question aux opposants au test ADN, en utilisant, je veux dire en détournant cette affaire.

        Je vais vous répondre.

        Un ministre tchadien a rappelé que le statut d’orphelin n’existe pas au Tchad, en ce qu’il relève d’une conception occidentale de la famille. Les anthropologues ne cessent de nous rappeler que les systèmes culturels de parenté africains ont prévu des modalités locales de prise en charge des enfants dont les parents sont morts : le rôle de la famille élargie (oncles, tantes, etc.) est fondamental dans l’accueil des orphelins. D’ailleurs, dans de nombreuses cultures, un enfant qui est accueilli chez sa tante ou son oncle n’est pas considéré comme un orphelin ! Doit-on rappeler qu’actuellement, le principal obstacle au fonctionnement de cette solidarité familiale est la misère économique dans laquelle se trouvent les familles africaines.

        C’est donc bien parce que la famille n’a pas un sens unique que vos tests ne valent rien.

        A moins que vous ne jugiez que votre conception de la famille soit à ce point supérieure qu’il faille l’imposer partout.


      • faxtronic faxtronic 6 novembre 2007 13:48

        non pas partout, mais en France oui !


      • Le péripate Le péripate 6 novembre 2007 15:20

        @ faxtronic Puisque que c’est votre conception de la famille, faites vérifier si vos enfants sont bien de vous, et si vous êtes bien le fils de votre père smiley


      • tiptop 6 novembre 2007 20:39

        Absolument !!! Vous êtes très pertinent quand vous soulignez les differences de conception de la famille en Afrique. Je connais bien le problème car ma belle famille est africaine ! Certains humanitaires ne voit les choses sur le terrain qu’à travers le prisme de leurs propres représentations et plus grave sont persuadés que celle-ci sont universelles !

        C’est tout le problème de l’action humanitaire. Sur quelles bases aidons-nous les autres ? Suis je capable de prendre en compte les réalités locales et me décentrer par rapport à mon identité (qu’il ne s’agit pas de renier pour autant !)


      • ddacoudre ddacoudre 10 novembre 2007 19:50

        Bonjour péripate.

        Merci pour cette précision lumineuse, preuve de notre colonialisme culturel que nous avons exporté par évangélisation chrétienne en même temps que les échanges commerciaux, au point de croire détenir une quelconque vérité opposable de fait aux autres.

        Par exemple les Nuers peuple du Sud du Soudan à l’organisation politique égalitaire et éleveur nomade, dans les régions marécageuses du Nil, pratique le « mariage fantôme », la femme est épousée au non d’un mort par un de ses parents.

        Ainsi se crée une famille dont le mari légal est mort, et les enfants du mari substitutif sont socialement et légalement ceux du mort.

        Cela est possible parce que le partenaire sexuel de l’épousée a pu prélever sur le bétail du défunt le montant de la « dot » qu’il a versé en son nom.

        Un homme peut ainsi épouser des femmes au nom d’un oncle, d’un frère, et même d’une sœur stérile décédée.

        L’enfant se réfère à la ligné patrilinéaire du mort, et traite son géniteur comme un oncle ou un frère.

        Une veuve peut dans certaines circonstances épouser une femme au nom de son mari.

        Cet exemple parmi d’autre montre que ni le sexe, ni la paternité physiologique n’ont d’importance à eux seuls, s’il n’y a pas un consensus culturel qui se formalise autour de la légalité du mariage reconnu par un « droit », qu’il soit coutumier, « dit naturel » ou positif.

        Cordialement.


      • Serpico Serpico 16 novembre 2007 11:17

        Lerma :

        Le test, c’est une bonne idée quoique...il faut vous rappeler que c’est un texte français qui s’applique en France pour les candidats à l’immigration.

        Toujours la même vision raciste et méprisante : vous voulez sans même réfléchir deux secondes appliquer un texte français au Tchad comme s’il s’agissait d’un département français.

        Mais vous soulevez quand même un fameux lièvre : comment peut-on invoquer une (loi (?) qui vise à limiter l’immigration pour favoriser l’immigration ?

        Comment peut-on avoir le culot de dire qu’on veut favoriser le sauvetage et l’installation en France d’enfants africains quand Hortefeux fait tout pour faire expulser d’autres africains ?

        La France devient schizo.


      • JL JL 6 novembre 2007 11:07

        Le mécontentement de la population tchadienne aura surtout pour conséquence de faire monter les enchères et la facture qu’Idriss Déby présentera à la France en cas de ’succès’ des négociations.

        On aimerait que le prix à payer par la France serve les intérêts des populations tchadiennes, et non pas celles de ses dirigeants, ou plutôt, de ses oppresseurs.

        On pourrait dire à Sarkozy : Vous avez changé de camp ? Vous êtes du coté des délinquants maintenant ? Non ? alors, laissez la justice tchadienne suivre son cours. Il n’est pas sûr que les responsables y seraient aussi mal traités qu’on le dit. Et le seraient-ils qu’ils ne feraient que grossir imperceptiblement le nombre de victimes collatérales de ces guerres pour le territoire, le pétrole, les matières premières et autres ressources planétaires.


        • haddock 6 novembre 2007 11:08

          Il faut minimum être fou-furieux pour aller en Afrique et organiser des rapts d’ enfants , prendre les parents de ces enfants pour des demeurés , faire des mises en scène médicales pour accréditer le malheur .

          Ici en France il y a des manifestations de soutien à cette bande d’ aliénés ...


          • Saï 6 novembre 2007 11:32

            C’est de l’inconscience totale provenant de l’initiative d’un doux illuminé... imprégné de la vision néocolonialiste que stigmatise l’auteur à juste titre.

            Mais quand on voit le traitement et la montée en épingle de cette information dans nos média, comment s’en étonner ?

            Tant qu’on laisse la possibilité aux gens d’être « pour » ou « contre »...


          • Internaute Internaute 6 novembre 2007 11:19

            Je suis d’accord avec les trois-quart de votre article.

            Il existe en France un trés mauvais état d’esprit, porté par la bien-pensance ambiante, qui définit notre mode de vie comme la référence absolue et indiscutable de ce qui est bien, qui considère qu’en vertu de cela les autres pays qui ne vivent pas pareil ne méritent pas leurs dirigeants et que le droit d’ingérence est de fait un devoir pour toute personne vertueuse. De la vie privée à la vie publique cette attitude conduit aux pires excès.

            Les reportages montrent clairement des enfants en bonne santé et gais. Ils ne sont pas receuillis sur un champ de bataille avec une jambe en moins et déshydratés depuis trois jours. Je ne vois pas au nom de quelle morale on irait les enlever (c’est quoi ce terme « exfiltré », c’est pour masquer le crime ?) pour les déporter en France où en plus ils n’ont rien à faire.

            Les politiques d’ingérence promues par les néocons américains, Madeleine Albright en tête, conduisent automatiquement à ces dérives.

            Les bien-pensants ne comprennent pas qu’on puisse être heureux en étant privé du JT tous les soirs à 20h, des embouteillages et du RMI. Il y a pourtant d’autres modes de vie que le nôtre où la population s’épanouït.

            Il est curieux que les familles d’accueil dont la plupart ont simplement acheté un petit nègre qu’on leur a vendu enrobé dans un langage humanitaire ne soient pas inculpées pour traite d’enfant. Peu importe les intentions, ce sont les actes qui comptes. Elles achètent un nègre comme d’autres achètent un chien ; avec amour bien-entendu et en ayant tout préparé à la maison pour sa venue.

            Notre civilisation recule. Que ce soit par le droit d’ingérence ou par les techniques de fécondations, le commerce des enfants des autres devient une réalité. Les uns vont les enlever au Tchad, les autres vont louer des femmes californiennes prêtes à vendre leur progéniture. Il faut dire stop une fois pour toutes. Personne n’y gagne rien à par la petite satisfaction égoïste de quelques femmes psychopathes.

            La charité n’est pas la mamelle du racisme ou en tout cas sûrement pas la mamelle déterminante. Les esclavagistes arabes sillonaient l’Afrique à la chasse aux esclaves pour les revendre aux commerçants européens. Pensez-vous que les arabes faisaient celà par charité ? Pourtant, le vrai racisme est bien là et non pas dans la condescendance que peut induire l’acte de charité.

            Quand au vol des cerveau et des matières premières je ne vous suis pas du tout. C’est du commerce et plutôt bien payé pour les vendeurs.


            • Dr Rached Trimèche Dr Rached Trimèche 6 novembre 2007 18:48

              @Internaute

              Bravo T’as tout dit et bien dit


            • ddacoudre ddacoudre 10 novembre 2007 20:46

              Bonjour internaute.

              Un bon commentaire, lit le commentaire que j’ai écrit à « péripate ».

              Nous avons une véritable perte d’un certains nombres de repères qui justifient amplement ta remarque.

              Celui que tu soulignes étant la charité spectacle dans laquelle se lance en toute bonne fois certains, détruisant des processus de solidarités local de pratique culturelle autres. Ce n’est pas leur intention qui est nuisible c’est leur ignorance, leur méconnaissance du terrain sur lequel ils s’aventurent.

              Tu as certainement forcé le trait sur les familles d’accueils pour soulever l’analogie que tu mets en parallèle, pour bien souligner cette régression de la réflexion ou absence de réflexion plus poussé, car il est exact que l’initiative individuelle concerté est important, tout commence toujours par là, mais suivant les domaines où l’on intervient ce n’est pas du spectacle qu’il faut donner, ce qui paraissait être aussi un axe de cette association.

              J’ai connu des associations qui apportaient des motopompes et rendez leurs utilisateurs dépendant de leur source d’énergie, d’autres sur le même sujet leurs apprenaient à creuser des puits pour atteindre l’eau douce.

              Les premiers étaient de sympathiques citoyens d’une municipalité animée des meilleures intentions, les autres, une association d’ingénieurs retraités des pétroles.

              Ton observation sur la procréation « dites artificielle » recouvre bien toutes les dérives produit de maux « que ne qualifie pas » qui laisse croire qu’au non de la science sur les gènes, qui ouvrent toutes les voies, l’on peut, sans distinction et sans réflexion autre que la satisfaction d’un désir induit, jouer à la poupée avec le vivant.

              Ceci, plus parce que nous avons aussi des scientifiques qui n’ont jamais entendu parler de philo ou de littérature, et encore moins de condition humaine si elle ne ressemble pas à un dollar. Naturellement le risque zéro n’existe pas, et il est de plus en plus mal espéré par les hommes, donnant lieu à des polémiques sur les responsabilités, parce que les hommes se sont illusionnés autour du progrès technique et scientifique croyant que grâce à lui tous les problèmes peuvent être évités, encouragés en cela par leurs promoteurs économiques et politiques, conforté par notre sournois désir latent de ne pas vouloir mourir.

              C’est pour cela que l’usage de certaines découvertes de la science ne peut être laissé au seul domaine marchant même, si le contrôle citoyen n’est pas une garantie en soi, du fait de leurs compétences limitées et d’une espérance parfois obscurantiste.

              Cela peut paraître excessif, pourtant, si nous n’y prenons garde, nous achèterons un jour le droit de vivre sur catalogue dans l’entreprise X. C’est le risque du clonage humain, des cliniques et hôpitaux privés, je ne veux pas nier par-là qu’il y a des hommes de haute conscience humaine pour gérer de tels organismes, ce que je veux dire c’est que la comptabilisation actuelle ne conduit pas à cela. Imaginer avoir un monde dupliqué, c’est le conduire à l’extinction car la vie naît de l’interaction et du mélange. L’arrêter serait se suicider, car le clonage d’humain n’est qu’une multiplication végétative , d’autant plus que nous avons, par de meilleures conditions de vie, modifiée depuis longtemps la sélection « naturelle » permettant au plus faible de vivre, de se multiplier ou de se bonifier au hasard des croisements génétiques.

              Nous suspendons de plus en plus nos existences à notre technicité, à notre savoir, à nos connaissances, de manière que tout recul, ou retour en arrière serait dramatique. Il faudra bien un jour que nous envisagions de revoir la manière dont nous comptabilisons notre activité humaine, pour ne pas le subir.

              Cordialement.


            • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 6 novembre 2007 12:02

              Reste un problème qu’a mis à jour cette affaire.

              A ton le droit d’aller prendre des enfants dans des pays dit pauvre pour combler le manque d’affection de parents français, blanc et chrétien ?


              • fouadraiden fouadraiden 6 novembre 2007 12:02

                ou l’ avantage d’être un blanc parmi des Nègres.

                Quand des Occidentaux dérobent des enfants noirs, ce sont des idéalistes.

                imaginons des Noirs dérobant des petits Ôccidentaux, comment les aurait-on qualifiés ces voleurs d’enfants noirs ?


                • Vilain petit canard Vilain petit canard 6 novembre 2007 12:31

                  On n’ose pas non plus dire que tout le monde était au courant des projets de l’Arche de Zoé. Ils avaient été reçus par le Ministère en juillet, l’agence Capa avait envoyé un journaliste les suivre, et ils ont été transportés par des avions français.

                  Et surtout, une très troublante vérité : depuis le début de la « crise », on n’a pas entendu Bernard Kouchner. Lui, l’homme du corridor humanitaire au Darfour (encore dans les limbes), celui qui prône l’ingérence humanitaire, l’indigné perpétuel, qui nourrit les pauvres Somaliens à coup de sacs de riz. On l’a connu plus prompt à brandir son indignation soucieuse. Et ce silence est révélateur de toute cette affaire.

                  Oui, pourquoi ce silence ? Tout simplement parce que les « zozos » de l’Arche de Zoé (quel nom !) ont tout simplement appliqué les méthodes du bon docteur Kouchner, mais en moins médiatique. Ils se sont dit : oh la la des petits nenfants malades, ils seront mieux chez nous, allez hop on va les sauver, on a le droit, c’est de l’ingérence humanitaire. Notre charité nous protègera des infractions, nous avons le bon droit pour nous.

                  Et l’Etat a laissé faire, non parce que « personne ne se doutait », mais parce qu’on a regardé avec bienveillance cette expédition si sympathique (on pourrait la récupérer ?).

                  Et Idriss Deby a laissé faire, en attendant de faire comme son « grand frère » Khadafi, qui venait d’humilier publiquement l’Occident avec ses infirmières bulgares. Il savait que notre Sarko ne résisterait pas à une conférence de presse d’autoglorification à N’djamena (soyons honnêtes, il n’avait peut-être pas prévu le départ de la Grande Négociatrice, qui depuis fait ses courses au supermarché avec ses enfants).

                  Et le jour où il avait suffisamment de matériel pour déclencher l’affaire, il a frappé.

                  Et tout a suivi. Comme sur du papier millimétré. On a même eu en prime Khadafi se posant comme médiateur, fallait oser.

                  Voilà pourquoi on n’ose pas tout dire.


                  • Yannick Harrel Yannick Harrel 6 novembre 2007 22:36

                    Bonjour,

                    Je suis ravi de constater que nos interrogations se rejoignent. Et le voyage récent sur place de notre cher Président et son retour en fanfare a encore démontré (si besoin était...) combien il demeurait prisonnier de son narcissisme insatiable smiley

                    Cordialement


                  • Vilain petit canard Vilain petit canard 7 novembre 2007 14:42

                    Eh oui, quand on est prévisible, on devient manipulable. Sarkozy se retrouve maintenant devant un cas de conscience :

                    Soit les zozo-zoés ont fait quelque chose de répréhensible, et il a l’air d’une andouille, il ne s’en est même pas rendu compte. Il a déjà demandé qu’ils soient jugés en France, et Deby a immédiatement poussé des clameurs de pucelle violée (hier soir). Bon courage pour la suite. Les détails croustillants sur l’implication française dans l’aventure des zozo-zoés vont émerger bientôt, Deby a eu le temps de bien les préparer.

                    Soit ils n’ont rien fait de mal, et pourquoi ne les a-t-il pas ramenés avec les journalistes ? Pour s’offrir deux conférences de presse à N’djamena ?

                    Et avec l’aventure lybienne où il a clamé partout qu’il avait tout fait lui-même tout seul avec Cecilia, bon courage pour demander un coup de main à l’Union européenne.


                  • gloagf 6 novembre 2007 12:34

                    Vous me direz peut-etre que je vais a contre courant des autres commentaires, mais je tiens a placer une hola a cette avalanche de critiques :

                    - il n’a ete nulle part dit que l’association les a enleves ces gosses (ni par sarko, ni par le gouvernement tchadien) : en clair, l’association les a trouves seul, desempares, sans aide. C’est apres coup qu’on a appris qu’ils avaient en majorite des parents. Mais non de dieu, que faisaient des gosses de 1 a 10 ans seuls !!!!

                    - je ne sais pas si vous savez, mais aux tchad, les gosses de14ans soldats bourres aux cracs, c’est une realite ! Alors que certains disent, « c’est horrible ce que cette association a fait !!!! Imaginez ce qu’on penserait si on enlever des gosses blancs en europe... » Moi je vous dit une chose absolument certaine : sur ces 103 gosses, il y en a combie qui seront heureux la-bas ? Ca n’a rien a voir avec du rascisme (mes petits cousins sont noirs et je les aime autant que mes autres petits cousins blancs), c’est du realisme ! C’est pas comme s’ils aller debarquer en France sans rien, ils etaient deja avec une famille d’acceuil pour les attendre ! A mon sens, pour beaucoup d’entre eux (la majorite), on vient de leur enlever la chance de leur vie smiley

                    - Quant-a-comparer cela a la traite des negres : ridicule !! Avez-vous bien regarder les prix par gosse !!!??? Sur l’ensemble, a peine de quoi rembourser une telle operation, pas de benefice !!! Vous voulez de vrai chiffres : aux states, pour acheter un gosse, c’est plusieurs centaine de millier de dollards... 1000 a 6000 euros, faites-moi rire avec votre traite ! Combien ca coute d’affreter un avion, les hotesses, la bouffe et les soins pour les gosses, le pilote, corrompre a droite et a gauche pour les laisser passer (pas suffisamment donne vu le fiasko !) ? Reponse : tres cher ! A mon humble avis, la balance s’equilibre, et l’operation n’avait pas pour but de faire du fric !


                    • haddock 6 novembre 2007 13:23

                      @ gloagf

                      Vous appelez la chance de leur vie de se faire kidnapper dans leur pays pour combler une stérilité chez une pauvre européenne en manque d’ amour ?

                      Vous parlez du prix d’ un gosse , mais vous rendez-vous compte de ce que vous dites ?

                      D’ où sortez-vous pour parler ainsi ?

                      Si j’ envisageais de vous enlever vos moyens de subsistance sous prétexte qu’ils seraient mieux utilisés ailleurs , que dirirez-vous ?


                    • Le péripate Le péripate 6 novembre 2007 13:44

                      Ah bon, alors, si c’était pour faire de la traite à but non lucratif, ça change du tout au tout !!!


                    • Internaute Internaute 6 novembre 2007 13:48

                      « Mais non de dieu, que faisaient des gosses de 1 a 10 ans seuls !!!! »

                      La même chose que nos « djeunes » dans nos banlieues.


                    • Vincent Frédéric Stéphane 6 novembre 2007 14:04

                      Quand on les mettra sur orbite... tu seras volontaire ?


                    • faxtronic faxtronic 6 novembre 2007 14:18

                      Oh ta gueule haddock ! Ces gamins, certes ils sont avec leurs parents, mais ils vont crever d’ici peu, car c’est leur lot. Ils seront soldats ou creve-la-faim ! Quand aux tarés qui disent qie c’est de l’immgration choisie, en disant qu’il y a peut etre un eisntein dans le lot, mais c’est de la merde en boite comme raisonnement. Il n’y jamais eu d’einstein en Afrique, car les enfants y crevent. Strturellement ce n’est pas possible. meme si le gamin est intelligent, de toute facin il va crever ou devenir soldat, tu parle d’un destin.

                      Etre eisntein, bien sur qu’un africain peut le devenir, mais seulement eu europe ou aux USA.


                    • haddock 6 novembre 2007 15:52

                      Faxtronic,

                      Quand , si tu as des enfants , un illuminé genre archiconnard de Zoé viendra enlever et vendre ton enfant au descendants des Raéliens tu viendras nous dire tes premières impressions .


                    • ka 6 novembre 2007 16:13

                      @ gloagf

                      Les enfants Tchadiens qui ont été remis à l’association n’étaient pas seuls. Des chefs de village ont été les chercher chez eux, d’après les parents des enfants, et on a dit à ces parents qu’ont les emmenaient ailleurs pour qu’ils puissent aller à l’école grâce à l’association. Pour les parents il n’a jamais été question de les emmener en France que ce soit pour être accueillis ou pour être adoptés.

                      @ haddock

                      Concernant les parents qui attendaient ces enfants en France, on ne peut pas parler d’eux comme s’il s’agissait d’un caprice, c’est un réel désir, que ce désir soit exprimé par des parents qui n’ont pas la possibilité d’enfanter ou que ce soit par des parents qui veulent prendre soin d’un enfant et lui donner de l’amour et des moyens pour s’épanouir de façon convenable. Les parents qui attendaient des enfants, dans cette histoire sont aussi victimes. Leur espoir est tombé à l’eau, on leur a menti, on a abusé de leur confiance et on a profité de leur détresse, et c’est pas rien !


                    • ka 6 novembre 2007 16:32

                      @ faxtronic

                      Dans ce cas-là faudrait envoyer des commandos humanitaires qui enlèveraient tous les enfants du monde qui pourraient mourir de faim un de ces quatre. De quel droit ? Déjà qu’ils ont eu le malheur de naître pauvre dans un coin pauvre où c’est la merde, en plus ils devraient risquer d’être séparés de leur famille, c’est dur quand même comme traitement !

                      Bien sûr ils ont moins de chances de réussir ou pas de chances du tout et moins de chances de survivre aux guerres, aux famines et aux maladies là-bas mais ça ne nous donne pas pour autant le droit de les arracher à leurs familles quand elles existent et quand elles luttent pour qu’ils puissent survivre, c’est leur faire affront que de leur balancer leur impuissance et leur malheur en pleine figure alors qu’ils se battent pour leurs gosses.


                    • haddock 6 novembre 2007 17:28

                      Ka ,

                      En effet les parents qui ont été abusés sont dans la détresse et comme vous dites ce n’ est pas rien ( dans le cas où leur bonne foi serait prouvée )

                      Quant à savoir que toute cette opération a fonctionné sur un trucage , une manipulation et embrouilles diverses montre un dérive de ces personnes relevant du psy spécialisé .

                      De quoi se mêlent ces gens ailleurs que chez eux ?


                    • Gzorg 6 novembre 2007 17:28

                      « il n’a ete nulle part dit que l’association les a enleves ces gosses (ni par sarko, ni par le gouvernement tchadien) : en clair, l’association les a trouves seul, desempares, sans aide. »

                      Et toi qu’est ce que tu en sait que ces enfants étaient seuls et désemparés ?

                      Qu’est ce que tu connais de la culture de ce pays pour juger selon tes propres préjugés de la sorte ?

                      Tu crois que des gamins de 8 ans ne se baladent pas seul dans les villages en France, t’as jamais dut foutre les pieds à la campagne toi...

                      Un enlèvement d’enfant est un enlèvement, point à la ligne.

                      15 ans de bagnes au Tchad pour une centaine d’enfants enlevés ne serait pas de trop !


                    • ka 6 novembre 2007 17:53

                      @ haddock

                      "Quant à savoir que toute cette opération a fonctionné sur un trucage , une manipulation et embrouilles diverses montre un dérive de ces personnes relevant du psy spécialisé .

                      De quoi se mêlent ces gens ailleurs que chez eux ?"

                      C’est vrai, on est en droit de se poser des questions. J’ai regardé le repotage qui passait dimanche sur M6 et j’hallucinais en entendant les membres de l’association défendre coûte que coûte leur projet illégal et les hésitations de l’infirmière et sa gêne quand le journaliste a parlé d’une « prise d’otage des enfants » et le fait qu’elle trouvait cette mission irréaliste. Ca suffisait amplement pour déciser de laisser tomber cette opération.

                      Je trouve aussi hallucinant qu’un médecin puisse maquiller des enfants pour faire croire qu’il s’agissait de blessés de guerre.

                      Et le mépris qu’ils ont pour les Soudanais qui les ont aidé en leur annonçant au dernier moment leeurs réels plans sachant qu’ils les mettraient en danger eux aussi.

                      C’est difficile de croire que des personnes qui sont censées secourir d’autres personnes, les soigner et les aider puissent autant leur manquer de respect.


                    • docdory docdory 7 novembre 2007 09:49

                      @ Gloagf

                      « L’association les a trouvé seuls , désemparés ,sans aide » , dites vous ? C’est ce qu’elle prétend , il n’y a aucune raison de la croire !


                    • Serpico Serpico 16 novembre 2007 11:27

                      gloagf : « on vient de leur enlever la chance de leur vie »

                      *********************

                      Ben voyons...

                      Même en supposant que ces gosses traînaient seuls dans les rues (alors que même les abrutis de l’association ont dit et répété qu’ils avaient fait des « recoupements » et qu’ils avaient passé des accords avec les parents - il faut être de mauvaise foi ou complètement démuni de neurones pour soutenir qu’on n’a « jamais lu » quelque chose), même en supposant cela, de quel droit (divin) se permettrait-on de prendre ses gosses ?

                      Du droit que vous n’arrivez même pas à expliquer parce qu’il vous paraît « naturel » ?


                    • Rapetout 6 novembre 2007 12:52

                      internaute : « Les reportages montrent clairement des enfants en bonne santé et gais. Ils ne sont pas receuillis sur un champ de bataille avec une jambe en moins et déshydratés depuis trois jours. »

                      Essayez de trouver preneurs à 4000 euros pour un moutard unijambiste déshydraté de trois jours. Oui, certes, on est prêts à parader notre charité et notre amour bisounours du prochain rien que pour vous faire honte, mais il y a des limites. Faudrait voir à ne pas nous prendre pour des andouilles tout de même !


                      • manusan 6 novembre 2007 13:18

                        fini l’Afrique à papa, avant on pouvait vendre des armes et faire un peu d’humanitaire, maintenant on n’aura le droit QUE de vendre des armes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès