Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tragi-comédie en Côte d’Ivoire

Tragi-comédie en Côte d’Ivoire

Un pays, deux présidents, deux gouvernements, deux armées, deux territoires et deux fois plus de problèmes pour les ivoiriens. Cela ne pouvait sans doute arriver qu’en Côte d’Ivoire, pays où l’on ne prend pas grand-chose au sérieux et où même cette situation puante amuse certains. Mais ceux qui sont conscients ont compris que quelque chose s’était cassé dans ce peuple et que cette tragi-comédie que nous vivons ne fait que montrer à la face du monde ceux que pressentaient beaucoup de personnes. Mais plus inquiétant quelque chose de tragique et d’atroce est sans aucun doute en train de se jouer là.

Les origines de la crise actuelle sont anciennes (1) car notre histoire est assez tumultueuse (2). Certains y voient des problèmes ethniques ou plus grave ethnico-religieux, nous nous voyons la soif de pouvoir de deux hommes Laurent Gbagbo et Alassane Dramane Ouattara. Plusieurs ivoiriens diraient un combat entre l’autoproclamé patriote Laurent Gbagbo et l’agent des étrangers Alassane Dramane Ouattara. Bien que Bédié ait une part non négligeable dans la crise actuelle, le fait qu’il ait su s’effacer en 1999, en 2000 et en 2010 nous pousse à croire qu’il sait renoncer au pouvoir pour éviter que le sang ne coule. Bien que nous soulignerons son rôle dans la crise, nous pensons que d’une certaine manière dans l’histoire de Côte d’Ivoire il sortira grandi. Ces deux-là, Gbagbo et ADO ont une histoire pleine de rebondissements depuis près de 20 ans, précisément quand Monsieur Ouattara fut nommé premier ministre. A cette époque déjà le parti de Monsieur Gbagbo arguait que ADO était un étranger plus précisément un burkinabé. Déjà il faut comprendre que les burkinabés sont perçus dans l’imaginaire des ivoiriens comme des personnes occupant des postes tels que gardiens, domestiques mais aucunement des postes de commandement. Alors pour certains ivoiriens voire un étranger et de surcroît un burkinabé occupé un poste pareil c’est inadmissible. Le président Houphouët a malgré toutes les jérémiades de l’opposition imposé Ouattara comme premier ministre car celui-ci lui a vraisemblablement été imposé par les organisations de Bretton Woods. Durant le passage de Ouattara au poste de premier ministre il eut maille à partir avec Gbagbo qu’il avait notamment fait arrêté en 1992 suite à une marche que l’on avait appelé à l’époque l’assaut final. Il se dit à Abidjan qu’à cette occasion Madame Gbagbo aurait été humiliée et que depuis lors elle crie vengeance. En 1993 à la mort d’Houphouët-Boigny des tensions entre l’héritier désigné d’Houphouët-Boigny à savoir Bédié, président de l’assemblée nationale à l’époque et Ouattara poussèrent ce dernier à démissionner de son poste de premier ministre. Il se mit plus tard en quête de pouvoir tout comme Laurent Gbagbo. Les deux furent un temps allié dans ce que l’on appelle le front républicain qui avait plus pour but d’emmerder et d’affaiblir Bédié que de véritablement prendre le pouvoir. Et ceux dans le PDCI qui avaient défendu mordicus le fait que Ouattara était ivoirien disaient à présent pour des raisons politiciennes évidentes que Ouattara était étranger (3). Cela a même envoyé récemment une boutade amusante qui est la suivante à savoir que les jours pairs Ouattara est ivoirien et les jours impairs il est étranger. Ouattara cependant a donné du grain à moudre à ses ennemis en disant en 1995 que la constitution dans sa configuration d’alors ne lui permettait pas de se présenter. Nous pensions alors qu’il aurait eu l’intelligence et la cohérence de se retirer et de ne plus se mêler du jeu politique en Côte d’Ivoire. Mais en 1999 il remit ça à notre grande surprise. 1999 fut une année particulièrement tendue qui vit notamment le coup d’état contre Bédié en décembre et ce à la grande joie de Ouattara et de Gbagbo. Le premier disant devant des médias étranger que ce n’était pas un coup d’état le second disant que c’était un coup d’état salutaire pour la démocratie. A la bonne heure ! Sans doute Ouattara pensait-il que ce coup d’état que l’on attribua au général Guéï allait lui permettre de se présenter aux élections présidentielles, erreur fatale. Car le président du conseil constitutionnel Tia Koné écarta des élections les deux poids lourds que sont Bédié et Ouattara. Par contre comme adversaire sérieux le général-président Guéï garda Gbagbo Laurent (4). La suite est connue et tragique car Guéï essaya de se proclamer président et Gbagbo lança ses jeunes dans la rue. Les corps habillés par finir rejoignirent Gbagbo et celui-ci fut président. Ouattara à ce moment là dit à ses partisans que le pouvoir était dans la rue et il les lança aussi, il s’en suivit un horrible bain de sang. Il fut découvert un horrible charnier par la suite que certains attribuèrent à l’armée de Gbagbo (5). Il serait intéressant selon nous qu’une enquête sérieuse et indépendante détermine l’origine de ce charnier si cela est toutefois encore possible. Par la suite il y eut notamment un forum sur la réconciliation auquel participèrent le quatuor de poids lourds de la politique ivoirienne à savoir le général Robert Guéï, l’ex président Henry Konan Bédié, l’ex premier ministre Alassane Dramane Ouattara et le président élu Laurent Gbagbo. Ce forum si l’on en croit ce qui s’est passé après a accouché d’une souris. Ce qui devait arriver, arriva donc, une tentative de coup d’état qui se transforma en rébellion armée en septembre 2002. Nous pensons qu’une des principales raisons du chaos actuel est simple. Nous croyons en effet qu’elle vient de cette guerre politique que se sont livrés inlassablement 3 poids lourds de la politique que d’aucun appelle BOG à savoir Bédié, Ouattara et Gbagbo. Les 3 ont commis de tragiques erreurs et ont rendu nauséabonde l’atmosphère politique en Côte d’Ivoire. Bédié s’est pratiquement retiré et a su à chaque fois le faire finalement quand la situation l’exigeait. Mais il n’empêche qu’il a lancé une bombe avec le concept d’ivoirité. Quant au duo de politicards que sont Gbagbo et Ouattara, il est probable qu’ils ne céderont pas et iront jusqu’au bout de leur logique dut-elle avoir pour conséquence la destruction de la Côte d’Ivoire.

Gbagbo a été élu dans des conditions calamiteuses certes, mais il a tout de même été élu. Peut-être que les élections de 2000 auraient du être reprises mais nous ne savons si cela aurait amélioré la situation politique en Côte d’Ivoire. Le fait que Bédié et Ouattara aient été écartés a sans doute ravivé certaines tensions. Il faudra que l’on réponde aussi à cette question de savoir si Ouattara est éligible ou pas même si le fait qu’il ait été autorisé à se présenter à l’élection présidentielle de 2010 règle sans doute la question. Evidemment sa popularité est telle à présent que l’écarter est sans doute risqué, mais si tant est qu’il aime ce pays et qu’il sait que sa candidature est source de tension il aurait pu s’écarter de lui-même. Il est à présent clair que trop de sang à couler à cause de lui et si jamais il veut se retirer il pourrait se faire tuer par ceux qui l’ont soutenu et qui le soutiennent jusqu’à présent. Monsieur Gbagbo lui paie un peu aussi sa réputation de roublard et d’homme qui ne tient pas sa parole, car c’est un politicien pur et dur. Ce qui est amusant est le point de vue qu’il avait en 1997 l’ivoirité (6). Il a plusieurs fois affirmé qu’il ne savait faire que la politique. Je laisse aux futurs historiens le soin de déterminer s’il œuvrait véritablement pour le bien de son pays et qu’il a été brisé dans son élan par cette rébellion qui a ébranlé notre mère-patrie. Il se réfugie derrière la guerre pour justifier la gabegie actuelle même dans le sud quand nous nous pensons qu’elle a une autre source. Comme plusieurs de nos amis nous pensons que cette rébellion aurait du être l’occasion pour les ivoiriens de montrer qu’ils sont un grand peuple et qu’ils sont des patriotes. Nous appelons patriote une personne qui aime son pays et qui est prête à se sacrifier dans le bon sens du terme pour lui. Quand on voit les policiers, gendarmes et militaires faire du racket nous savons que ce sont des traîtres à la patrie. Quand nous voyons dans les hôpitaux des membres des corps médical et paramédical profiter de la souffrance d’autrui nous savons que ce sont des traîtres à la patrie. Quand nous voyons des gens faire payer pour entrer dans les écoles d’élite comme l’ENA nous savons que ce sont des traitres à la patrie. Et les exemples de trahison à la patrie sont légion. L’état n’existe d’ailleurs plus et personne n’est responsable de rien. Il n’y a normalement pas de meilleur moment qu’un moment difficile pour montrer son vrai visage car c’est au pied du mur que l’on voit ce qu’il y a dans les hommes. Nous n’observons quasiment que des actes de malveillance que ce soit des enseignants corrompus jusqu’à la moelle, des corps habillés qui ont pourtant un salaire assuré et de multiples avantages, de ministres de tout bord politique, de membres de l’administration etc etc etc… Dans un tel contexte de pourriture certains ivoiriens veulent se réfugier dans la religion et nous avons vu des églises pousser comme des champignons. Des églises qui s’apparentent à des sectes où l’on soutire de l’argent à des gens désemparés qui pensent que les prières du pasteur/gourou résoudront leurs problèmes. Bref la société ivoirienne est en pleine déliquescence et les lieux de pourriture en tout genre se sont multipliés ad nauséam. Assez des manipulations politiques il est temps que nous regardions la vérité en face et que qui que nous soyons nous fassions notre méa culpa. Oui tous autant que nous sommes, mais nous ne faisons pas d’illusions, les politiciens étant ce qu’ils sont nous les voyons mal faire leur méa culpa.

Il faudra dans tous les cas pour que les esprits s’apaisent que l’on détermine avec précision et que les coupables soient jugés :

· Qui est vraiment derrière le coup d’état de 1999 ?

· Qui est responsable du charnier de Yopougon en 2000 ?

· Qui a armé et financé cette rébellion dans le nord car beaucoup ont du mal à croire que ce soit Guillaume Soro qui en fut vraiment le chef.

· Qui est responsable de l’entrée des déchets toxiques en Côte d’Ivoire en 2004, qu’ils soient clairement identifiés et jugés. 

· Que s’est-il passé vraiment en Côte d’Ivoire en Novembre 2004 ? Il nous faut un avis objectif loin des versions partisanes.

· Faire une enquête et déterminer quelle est la source de la fortune de certaines personnes liées à la politique quelque soit leur bord politique durant ces temps difficiles.

· Qui sont ces fameux escadrons de la mort qui sillonnent nuitamment les rues d’Abidjan ?

Nous craignons qu’avec cette situation le clan Gbagbo ne se radicalise et qu’on en vienne effectivement à une dictature. Nous craignons que dans cette situation cet homme acquiert un trop grand pouvoir qui posera problème s’il lui arrive quelque chose. Il serait naïf de ne pas croire que cette situation arrange Gbagbo et dessert la Côte d’Ivoire. Certains de nos amis pensent que ce qui se passe en Côte d’Ivoire est une expérience grandeur nature. Ont-ils raison, ont-ils tort ? Nous n’en savons rien. Il est clair que l’acharnement des puissances étrangères sur le cas ivoirien est plus que suspect. Nous ne serions pas surpris que la « stratégie du choc » telle que décrite par Naomi Klein soit appliquée en Côte d’Ivoire. Il s’agit à notre connaissance des premières élections qui devaient être validées par l’ONU ce qui signifie que l’on a remis en cause la souveraineté de la Côte d’Ivoire. Mais pour être plus cohérent, cette souveraineté avait déjà été ébranlée par la rébellion. Voilà pourquoi nous jugeons important que soit déterminée les vrais instigateurs de cette rébellion. Loin de nous l’idée de dire que Gbagbo est un saint, ce n’est qu’un politicien qui comme toutes les personnes de son engeance joue avec les mots en minimisant leur poids et leur portée de plus il est d’un narcissisme repoussant. Mais à ce à quoi abouti cette rébellion actuellement nous intrigue fortement et vu que plusieurs des membres de cette rébellion étaient déjà des personnes qui avaient participé au coup d’état de 1999, nous pouvons nous poser la question de savoir s’il existe des forces qui ont pour but de déstabiliser la Côte d’Ivoire quand celle-ci ne marche pas droit selon les critères de ces forces. Certains iront jusqu’à dire que ces forces ont écarté Bédié du pouvoir en 1999 et ont tenté d’écarter Gbagbo du pouvoir en 2002. Et le fait que les puissances de ce monde soutiennent avec force Ouattara pourrait laisser à penser que le point focal de ces forces en Côte d’Ivoire est Alassane Dramane Ouattara un ancien serviteur de la maison FMI. Certains voient dans cette affaire l’occasion pour les mondialistes zélés de détruire la souveraineté ivoirienne pour de bon en jouant notamment sur la fibre ethnique. Ces mêmes mondialistes qui ont agi de la sorte avec le Kossovo par exemple. Une partie de ceux qui supportent Gbagbo font partie de ces ivoiriens qui ont peur d’une certaine manière de disparaître si Alassane Ouattara est président. La Côte d’Ivoire est bien en danger à cause de ses défauts, de son histoire mais aussi sans aucun doute parce que certains en ont décidé ainsi. La suite des évènements nous donnera plus d’indications et nous donnera sans aucun doute l’occasion d’intervenir encore.

(1) Vous pourrez consulter les documents suivants : http://www.recherches-africaines.net/document.php?id=236 mais aussi celui-ci : http://www.reseau-ipam.org/spip.php?article795

(2) Un aperçu de notre histoire : http://www.afrique-express.com/afrique/cotedivoire/chat-noir.html

(3)  Bédié avait dit ceci dans son livre autobiographique « les chemins de ma vie « qui date de 1999 : « de toute façon, il était Burkinabé par son père et il possédait toujours une nationalité du Burkina-Faso, il n'avait pas à se mêler de nos affaires de succession (Bédié, 1999, 147) » et ici un aperçu du règne de Bédié : http://www.afrique-express.com/afrique/cotedivoire/chat-noir2.html

(4) Un aperçu règne du général Guéï : http://www.afrique-express.com/afrique/cotedivoire/chat-noir3.html 

(5) Le début du mandat de Gbagbo fut vraisemblablement sanglant : http://www.afrique-express.com/afrique/cotedivoire/chat-noir4.html

(6) Gbagbo dans un article datant du 21 octobre 1997 du magazine panafricain « l’autre Afrique » avait dit ceci sur l’ivoirité : « L`ivoirité" est une aberration, proche des thèses de l`extrême droite. Je me bats pour que cela ne soit jamais une idéologie populaire en Côte d`Ivoire. Là où l`être humain est né, là est sa première terre. Il décidé ensuite d`être Ivoirien ou Français. Il décide après. Cela fait partie des choses que nous voulons établir si nous sommes au pouvoir. Il y a des Burkinabé qui sont en Côte d`Ivoire depuis bien avant ma naissance et qui n`ont pas la nationalité ivoirienne. Nombre d`entre eux sont nés en Côte d`Ivoire mais on conteste cette nationalité. »

Des ivoiriens qui s’interrogent


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • morice morice 30 décembre 2010 14:43

    Gbagbo a été élu dans des conditions calamiteuses certes, mais il a tout de même été élu. 


    comme Bush en 2000 : c’est un comité qui l’a déclaré élu, pas les urnes....

    Ouattara est le jouet de la CIA, ce n’est guère mieux !


    « Mais à ce à quoi abouti cette rébellion actuellement nous intrigue fortement et vu que plusieurs des membres de cette rébellion étaient déjà des personnes qui avaient participé au coup d’état de 1999, nous pouvons nous poser la question de savoir s’il existe des forces qui ont pour but de déstabiliser la Côte d’Ivoire quand celle-ci ne marche pas droit selon les critères de ces forces. Certains iront jusqu’à dire que ces forces ont écarté Bédié du pouvoir en 1999 et ont tenté d’écarter Gbagbo du pouvoir en 2002. Et le fait que les puissances de ce monde soutiennent avec force Ouattara pourrait laisser à penser que le point focal de ces forces en Côte d’Ivoire est Alassane Dramane Ouattara un ancien serviteur de la maison FMI. »

    entièrement d’accord là : Gbagbo est une sinistre ordure qui a dilapidé le pays et mis son argent au frais, et l’autre ne vaut guère mieux... les Etats-Unis jouent aux dominos avec les Chinois en Afrique, voilà qui promet d’autres Viet-Nams en perspective.... 

    • 2102kcnarF 31 décembre 2010 11:41

      Oui la lutte pour les matières premières sera sanglante ou ne sera pas.
       
      .... mais comment la rendre acceptable aux consciences occidentales : Le combat pour la démocratie.

      Ce fut le cas en Irak, c’est le cas en Afghanistan, ce sera le cas en Afrique.


    • Gérard Luçon Gerard Lucon 3 mars 2011 16:56

      @Morice,
      Gbagbo a eu seulement entre 49 et 54% des voix ... c’est pas suffisant pour la democratie europeenne

      chez nous il faut 95% pour valider ces grosses merdes de moubarak benali et khadafi, les accueillir en chefs d’Etat, leur vendre des armes, leur sucer le gland si necessaire

      pas de honte, les banquiers ordonnent a nos « dirigeants »

      mais ce povre Gbagbo, avec maximum de 54% il n’est pas credible, c’est trop peu comme tricherie

      MONSIEUR LAURENT GBAGBO VOUS ETES LE PRESIDENT DE LA COTE D’IVOIRE, alors virez les merdes qui vous envahissent !


    • 2102kcnarF 31 décembre 2010 11:42

      Merci pour le lien. La situation commence à s’éclairer. Je comprenais mal ce nouveau Combat pour la démocratie !  smiley


    • Ceddo 30 décembre 2010 18:30

      Admirez les milices de Gbagbo :

      .youtube.com/watch ?v=CIz5WcioaJw&feature=related
      .youtube.com/watch ?v=kmi49mdoPfo&feature=related
      .youtube.com/watch ?v=7yuvLry5y20&feature=related


      • 2102kcnarF 31 décembre 2010 11:43

        Faites nous admirer les milices Ouattariennes maintenant !  smiley


      • Axel de Saint Mauxe Nico 31 décembre 2010 10:08

        Merci pour cet article sensé.


        • 2102kcnarF 31 décembre 2010 11:47

          Oui : « Certains voient dans cette affaire l’occasion pour les mondialistes zélés de détruire la souveraineté ivoirienne pour de bon en jouant notamment sur la fibre ethnique. Ces mêmes mondialistes qui ont agi de la sorte avec le Kossovo par exemple. »

          C’est le même modus operandi ....


          • Gérard Luçon Gerard Lucon 3 mars 2011 16:57

            obama, c’est pas l’abruti qui a recu le nobel de la paix ? excellent choix ...non ?


          • Gérard Luçon Gerard Lucon 4 mars 2011 14:49

            pour preuve ce commentaire du perdant a la présidentielle de Roumanie en 2009, on a perdu parce qu’on a moins bien triché ....


          • André 1er janvier 2011 05:26

            C’est bien parler des investigations du passé, et sans doute cela devrait se passer.

            Mais le fait est que Ouattara a clairement gagné l’élection, et l’ex président Gbagbo devrait avoir le gré démocratique de céder le pouvoir au président élu Ouattara.
            Avec Ouattara, la chance que de telles investigations se passe est beaucoup plus probable, à mon avis.
            Aussi bien que la probabilité que la corruption endémique en Côte d’Ivoire soit mâté.

            On peut parler de ce canard — s’il n’était pas si triste — de la déclaration du Conseil constitutionnel faisant de Gbagbo le gagnant.
            C’est si évidemment illégale selon la constitution, aussi bien qu’une distorsion évident de la volonté de l’électorat ivoirien, qu’il n’a aucune force légale ou morale.
            Il serait plus honnête pour Gbagbo de simplement déclarer ouvertement un coup d’état.


            • André 1er janvier 2011 05:57

              Malheureusement, Gbagbo n’était pas élu.
              Tout deux la CEI de Côte d’Ivoire, et l’ONUCI qui l’a certifié par analyse indépendant, ont déclaré que Ouattara était élu par une marge claire.
              La déclaration du Commission constitutionel était basé sur les résultats de la CEI, après déqualifier la vote dans des départements du nord qui ont fortement soutenu Ouattara.
              Bien que l’ONUCI, aussi bien qu’observateurs de plusieurs autres groupes, ont constaté beaucoup plus d’irrégularités dans l’ouest en régions qui ont (officiellement) voté en majorité pour Gbagbo.
              Alors, une claire tentative de fraude électoral par le Conseil constitutionel.
              En plus, la loi ivoirienne ne permet pas le Conseil constitutionnel de déclarer un candidat gagnant sur la base des votes déqualifiés. Plutôt, s’il y a des irrégularités qui peuvent entâcher les résultats finaux, il doit arranger des élections de remplacement.
              Notez que, considérant que les résultats du premier tour, non contesté, ont donné à peu près les mêmes résultats, c’est peu probable qu’une reprise de l’élection dans les départements déqualifié peuvent changer le résultat global. Même si 100% des voteurs qui n’ont pas voté voteraient tous pour Gbagbo, il serait loin derrière Ouattara globalement à travers le pays.


              • tiendur 11 janvier 2011 18:57

                Quelques explications sur le déroulement de ces élections présidentielles :

                1/ Deux zones en Côte d’Ivoire avec une évolution différente entre le 1er et le 2nd tour :

                Au sud, la zone gouvernementale : au 2nd tour la participation baisse de 5 à 10 % mais le nombre de suffrages de chacun des deux candidats progresse. C’est normal, 12 candidats ont disparus.

                 Au nord, la zone des « forces nouvelles » qui n’ont pas désarmé malgré l’engagement signé à Ouagadougou en 2007 : là, la participation augmente de 5 à 10%, tout au profit d’Alassane tandis que les voix de Gbagbo stagnent ou même reculent. C’est plus que surprenant, mais vous pouvez vérifier les chiffres : http://www.abidjan.net/elections201...

                2/ La CEI, commission électorale « indépendante » n’est pas indépendante des partis politiques mais indépendante du pouvoir présidentiel. Dans la pratique, seul un quart des membres y était favorable à Gbagbo tandis que trois quarts étaient pro-Alassane. Si l’on accuse le Conseil Constitutionnel d’être à la solde de Gbagbo, on ne peut pas faire l’impasse sur le fait que la CEI était à la solde d’Alassane Ouattara. Pour bien le vérifier, voici quelques bonnes questions :

                * Pourquoi, et sur quels critères, la CEI a-t-elle invalidé la totalité des votes des Ivoiriens de France au 1er comme au 2nd tour, alors que le scrutin s’était déroulé normalement dans de nombreux bureaux et que les résultats étaient favorables à Gbagbo ?

                * Pourquoi la CEI annonçait-elle une participation électorale de 70 % au surlendemain du 2nd tour :

                http://www.france24.com/fr/20101129...

                Ensuite, dans les résultats annoncés par Mr Bakayoko, président de la CEI, cette participation bondit brutalement à 81 %. Ce n’est pas sérieux, et encore moins crédible !

                3/ Le 2nd tour, au Nord et au Centre tout particulièrement, a vu de nombreuses violences, dont les observateurs internationaux ont été témoins et aussi victimes ! Pourquoi les observateurs de l’UE ont-ils changé de discours au lendemain du 2nd tour des élections comme s’ils avaient été sommés de se taire par leur hiérarchie ? Les faits :

                - L’actualité récente et sulfureuse relatée par France-Soir  :

                http://www.francesoir.fr/etranger/c...

                - Christian Preda, chef des observateurs de l’UE, le 27 novembre 2010, veille du 2nd tour, à la suite de menaces de mort sur ses observateurs à Yamoussoukro, les obligeant à se sauver :

                http://www.jeuneafrique.com/Article...

                Finalement, vérifiez les résultats de Yamoussoukro : 22% pour Gbagbo. Il ne faut pas être sorcier pour découvrir à qui cela a profité et qui a bien pu menacer de mort les observateurs et les empêcher de contrôler les résultats ?

                 En conclusion, il faut avoir le courage de le reconnaître, Mr CHOI s’est beaucoup trop précipité pour certifier les résultats de cette élection. L’honnêteté voudrait que l’on sépare les Procès Verbaux qui ont été signés par les deux camps de ceux qui ont été signés par un seul camp ou signés sous la contrainte, et qui ont fait l’objet d’une contestation. Cela ne prendrait que quelques jours à une commission internationale pour apporter un verdict : tel ou tel est élu de façon indiscutable, ou bien, il faut reprendre le 2nd tour...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès