Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Traitement de la cyberdépendance dans un camp militaire chinois

Traitement de la cyberdépendance dans un camp militaire chinois

Au 20h de TF1 hier soir, un reportage en Chine sur un centre militaire de désintoxication, traitant des victimes atteintes d’un « nouveau mal » : la cyberdépendance.

Ils seraient plus de 2 millions de jeunes "cyberdrogués" en Chine, et le gouvernement a décidé il y a quelques années déjà de remédier à ce problème d’ordre sanitaire. En effet, de plus en plus de jeunes, d’un milieu social aisé toutefois, et ceci, malgré les problèmes de censure apparemment, ne peuvent plus se passer de leur cybernavigation quotidienne, ou de leurs jeux vidéo massivement multijoueurs en ligne.

C’est ainsi que l’on a pu découvrir hier soir, au JT de TF1, que l’armée accueille depuis peu des groupes de jeunes accrocs, en vue de leur réinculquer certaines valeurs fondamentales, et de les aider à renouer avec la nature et les relations sociales.

L’initiative est belle, et les jeunes ont l’air de s’amuser, tandis qu’ils pratiquent une sorte de partie paint-ball opposant deux équipes d’apprentis soldats habillés en uniformes kakis. Ils sont contents de faire du sport, et de découvrir un nouveau loisir, selon leurs propres dires.

Un des militaires encadrant ce groupe nous apprend que ces jeunes ont enfin la chance de découvrir "l’énergie, la stratégie et la coordination [qui] n’existent pas sur Internet". De manière prévisible, l’accent est mis sur le fait que ces jeunes étaient complètement déconnectés de la réalité à cause des jeux. Il est donc sous-entendu qu’un des objectifs de ce "séminaire" est de réparer le cordon ombilical les reliant à la vraie vie.

Il est à noter que le reportage de TF1 est tout à fait consensuel à ce sujet, mais on ne peut ni s’en étonner, ni leur en vouloir. En effet, ces jeunes déviants, qui passent des heures, voire des journées, devant leurs ordinateurs, à jouer - donc, à ne rien faire pour la société - posent problème. Surtout lorsqu’ils évoluent dans une société exerçant de fortes pressions conformistes, et que le système qui permet leur survie dans la communauté veut leur imposer une certaine valeur, voire une morale, du travail. On comprend donc le caractère national et "sanitaire" de ce problème croissant en Chine, et dans les autres pays industrialisés. Cependant, ce phénomène peut se rapprocher de ces jeunes qui s’abrutissent en fumant du cannabis. Faut-il rejeter la faute sur les drogues, ou sur les causes du malaise chez ces jeunes ? (En simplifiant un peu...)

Un deuxième élément du reportage est qu’il semble tout à fait anodin de remédier à ces problèmes par une formation militaire. Ayant évolué dans une école d’ingénieurs pendant quatre ans, je peux certifier que la quasi-totalité des "geeks" que je connais seraient incapables de faire du mal à une mouche, et n’en auraient pas la moindre envie. Le sentiment patriotique est aussi plutôt faible semble-t-il, peut-être grâce à la communauté Internet, et leur fameuse déconnexion de la réalité. Or, le tour de force semble réussi, car les jeunes Chinois du reportage prennent un certain plaisir à se tirer dessus, avec des fusils de paint ball, habillés en uniforme militaire, après avoir suivi un cours sur la stratégie d’une bataille. Pourquoi donc en Finlande, les jeunes informaticiens éprouvent-ils des difficultés lors du service militaire ?

Personnellement, je m’oppose à la solution militaire, car je suis pacifiste, et n’ai pas honte de le dire, en ces temps de fuite en avant vers l’armement et la guerre préventive. Après tout, cela n’est qu’une conviction d’ordre personnel, mais il n’empêche que la formation militaire est totalement injustifiée ici. N’importe quel sport pourrait incarner les valeurs prônées dans le reportage, notamment "l’énergie, la stratégie et la coordination". Les relation sociales peuvent être nouées autrement aussi. Pourquoi la solution militaire ? Malheureusement, cela n’est pas indiqué explicitement.

Enfin, les jeunes sont, selon le journaliste, et les militaires chinois, déconnectés de la réalité avant leur arrivée. Pour les aider, quoi de mieux que de leur mettre entre les mains des vrais-faux fusils, en leur apprenant à se tirer dessus, sans discuter de la finalité de ce geste : le meurtre ? Comment pourrait-on déconnecter de manière plus extrême ces jeunes paumés de la vraie vie et de la vraie mort ?

Tout cela pour dire un grand merci à TF1, pour ce magnifique publi-reportage sur un centre de soins tout à fait dans l’air du temps, et destiné à sauver la jeunesse chinoise. A quand un tel système en France ? Et surtout, à quand la prise au sérieux de ce problème, en le traitant de manière positive et intelligente  ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • José w (---.---.25.142) 27 septembre 2006 11:49

    Excellent article.

    C’est en effet complètement débile de reconnecter des jeunes à la réalité en leur faisant faire des parties de paintball.

    Il aurait plus utile et plus efficace de les envoyer en Irak, au Liban et en Iran, comme le font les néoconservateurs et leurs sbires...

    C’est cela la vraie vie et le vrai principe de réalité !


    • Helcivarg (---.---.55.138) 27 septembre 2006 12:06

      « Et surtout, à quand la prise au sérieux de ce problème, en le traitant de manière positive et intelligente ? »

      Etes vous sur qu’il y a un problème ?


      • GRL (---.---.91.38) 28 septembre 2006 12:03

        Salut Dédé , tu vois , l’article là , c’est un peu la discussion de l’autre jour avec Phil , sans entrer à nouveau dans le détail , il y a bien une espece d’incompatibilité sociale qui apparait , comme toujours dans l’addiction . Bon , là c’est la Chine , çà débouche le truc avec l’armée . Qu’en dire ... mais sur le principe , l’addiction , dans sa forme accaparante , exclusive , finit toujours par opposer le fonctionnement social de base , comment gagner sa croute ( sous regime collectiviste ou purement liberal , disons qu’à service donné , salaire donné , avec tout ce que cela comporte en multiples formes et variations dans le monde ) , à l’immobilisme de ce genre de dématerialisation qui , ma foi , si on ne te nourrit pas , ne te fais pa manger non plus . Ouaip , disons que nous avons pas encore réussi à faire sortir une entrecôte d’un mac ... et le caractere addictif dans ce qu’il a d’exclusif pour l’individu , et en tant que phénomène de masse pour certaines sociétés , possède réellement de quoi déstabiliser un ensemble , de quoi alerter un superorganisme social.

        Mais alors voilà , l’inernet ferait partie des opiacés . Tu l’as dit. C’est pour çà justement que je cherchais à comprendre ce que devient notre physiologie avec la dématerialisation ... nétique . Parce que là , pas d’aide de substances exterieures , mais addiction , donc , sécrétions internes . Le signal est là , si ce genre de dématerialisation , par exemple , vers la peau du héro d’un jeu vidéo , fournit en même temps les flux d’hormones des situations héroïques , c’est quelque chose de tout à fait singulier en matiere de drogue . Comme j’essayais de le dire à Phil l’autre fois , il y a un cerveau , le reptilien , qui dans ce combat virtuel , n’aura pas à gérer de douleur , à accelerer la respiration , équarquiller les yeux , déclencher ( alors y en a t il ? ) une décharge d’adrenaline pour le corps censé combattre . je suis sur qu’il y a un déséquilibre qui vient de la projection qu’on fait des situations dans le jeu , et des hormones que la situation est censée donner au corps , alors que celui ci est inerte , calé dans un fauteuil , et inactif . Le flux est redirigé . Le shoot est certainement autour de ce paradoxe .

        Apres tout , si tu te gaves de sucre , mais que tu ne dépenses pas ce sucre parce que tu ne bouges pas , tu grossis , simple , c’est un effet à l’exces , tu stockes , jusqu’au déreglement de l’ensemble si tu pousses dans l’addiction. Il doit y avoir une voie de recherche , quelque chose à trouver autour de l’addiction aux situations virtuelles . Tres préoccuppant .

        GRL


      • Sceptique (---.---.27.61) 27 septembre 2006 12:37

        Article intéressant. A voir une chose : la notion de cyberdrogué en Chine n’est probablement pas la même qu’en France, et le chiffre de deux millions avancé ne repose certainement pas sur les mêmes critères qu’ici lorsqu’on envoie tel adolescent ou jeune adulte en désintoxication de jeux en ligne. Considérant que les restrictions sur les jeux en ligne tels que WoW sont bien plus sévères là-bas, ainsi que ce qu’est la société chinoise par rapport à la nôtre, il y a fort à parier que la notion d’« excès » est plus facilement atteinte et stigmatisée.

        On n’a pas fini de parler d’une question qui touche un public de plus en plus large et de plus en plus jeune, et dont l’impact est très largement amplifié par sa méconnaissance globale et les préjugés qui en découlent. L’écran continue de faire peur, mais le jeu vidéo en ligne avec le potentiel qu’il représente finira lui aussi par gagner ses lettres de noblesse.


        • Stioupide Bob (---.---.11.49) 27 septembre 2006 16:54

          Y’a aucune restriction chez nous, à part la maintenance qui empêche de jouer le mercredi matin, et les arrêts serveurs. Sceptique, go pvp ?


        • Sceptique (---.---.27.61) 27 septembre 2006 17:55

          Boh, on a quelques procédés pour la forme, genre le contrôle parental toussa. Ou encore, la maintenance du mercredi oui, pour certains c’est une restriction. smiley L’idée était surtout de marquer la différence de traitement avec la Chine et son verrouillage, même si j’aurais effectivement pu trouver une formulation plus adéquate.

          Et inutile d’aller pvp, les grades ne vont pas tarder à reset.


        • Stioupide Bob (---.---.239.26) 28 septembre 2006 10:52

          pfffff serveur down toute la soirée d’hier :( Ca c’est de la restriction :( go reroll ailleurs


        • haina (---.---.21.115) 28 septembre 2006 05:37

          Article intéressant même s’il se situe a la suite d’un visionnage douteux. « merci TF1 » tu nous enfonces encore dans la malcomprehension...

          Les interrogations quant a l’aspect militaire de ce centre de « cure » choquerait moins s’« ils » prenaient la peine de définir le contexte chinois avant de balancer leurs images.

          Il est connu que notre France anti-militaro-paisible, sera toujours bouleversée par l’image de l’uniforme kaki, surtout quand dessous se tiennent des individus en bas âge. Mais il faut savoir que depuis 1989, les étudiants, les écoliers selon le collège ou ils sont inscrits participent a des camps de quelques jours avec les militaires. Le réservoir d’images est inépuisable puisqu’il m’arrive en simple passant de voir des défilés d’enfants d’une dizaine d’années en tenue militaire. En citant la date charnière de cette habitude (1989), je connais bien le relais émotionnel qu’elle declenche chez les français non-informes. Aussi je dois ajouter que les chinois voient d’un bon oeil ces mini-camps qui sont sensés redonner des valeurs sociales aux prochaines générations et aller a l’encontre de l’individualisme ambiant.

          Je suis Français (je n’ai jamais été scout) et j’ose deviner vos réactions...


          • haina (---.---.21.115) 28 septembre 2006 05:49

            La cyber-dependance est un problème réel et vérifié dans ce pays qui compte le plus grand nombre d’internautes. L’Universite de Beijing a vérifié les morts subites de ces etudiants comme relevant d’un etat d’extreme fatigue du a plusieurs jours sans sommeil. Toutes-fois la reaction du gouvernement a cette crise semble limitee a quelques cas. Aussi TF1 faisant relais de la propagande communiste d’un gouvernement qui veut gerer la crise en le diabolisant au passage me semble plus que suspect...Parachutiste et audimat


          • Masta (---.---.0.26) 28 septembre 2006 19:56

            Energie peut-être pas, mais stratégie et coordination sont bien présents dans les jeux en ligne...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès