Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tremblez centrales nucléaires

Tremblez centrales nucléaires

Il était une fois une grosse centrale nucléaire, au Japon, posée sur une faille sismique et qui était sûre de résister au moindre tremblement.

Et le 16 juillet une secousse de force 6,8 a secoué le site atomique de Kashiwasaki Kariwa, au Japon : l’épicentre se trouvait à 9 kilomètres de la centrale.

Or, cette centrale est la plus importante du monde, avec ses 7 réacteurs pour une puissance de 8 212 MW.

Le monde entier s’en est inquiété, mais le Japon a tout de suite tenté de nous rassurer en affirmant que tout était sous contrôle, et qu’il n’y avait rien, ou presque à redouter.

Autant les lobby du nucléaire savent communiquer pour nous convaincre de la fiabilité de leurs installation, autant lorsqu’un accident se produit, ils se font extrêmement discrets, et tentent de dédramatiser l’accident, minimisant les conséquences, ou carrément faisant de la rétention d’information.

C’est ce qui se passe au Japon, ou depuis des mois une chape de plomb en guise de silence s’est posée sur l’accident du 16 juillet dernier.

Mais la pugnacité des militants commence à mettre au grand jour la cruelle vérité.

C’est ainsi que Michel Bernard, dans le journal Silence, (n° 349, septembre 2007) nous apprend que le tremblement de terre en question a provoqué l’effondrement d’un millier de bâtiments, et tué 11 personnes, faisant plus d’un millier de blessés.

La centrale nucléaire a subi elle aussi des dommages, car l’incendie a provoqué un affaissement du sol de 50 cm, et à certains endroits l’affaissement atteint 1,60 mètres.

Des fûts de déchets radioactifs se sont ouverts, les sept piscines de stockage ont débordé, au total 67 incidents simultanés ont été relevés dont 15 dans les parties nucléaires.

Des sols et des murs sont fissurés. Une ligne haute tension interne s’est effondrée.

La compagnie nucléaire japonaise a reconnu le 16 juillet, des rejets radioactifs de 60 000 becquerels, et le lendemain elle en admettait 90 000.

Les cheminées brisées ont laissé échapper de la radioactivité pendant trois jours, libérant un nuage radioactif estimé à 400 millions de becquerels.

Mais on est peut-être loin de la vérité, car cette firme a été condamnée en 2002 pour avoir menti 29 fois dans des rapports remis aux autorités.

Depuis, plus de 200 nouvelles falsifications ont été mise au jour.

La centrale a donc été fermée le 18 juillet, et elle assurait 6 % de l’électricité du Japon.

En France, nous ne sommes pas mieux lotis, car de nombreuses centrales nucléaires sont situées sur des zones sismiques, et l’exploitant se refuse à faire les travaux pour garantir le risque sismique.

Bien sûr, il y en aurait pour plusieurs milliards d’euros, ce qui explique pas mal de choses.

Souvenons-nous de la centrale de Creys Malville, appelée a tort « superphénix », de triste mémoire : elle etait située sur une faille sismique, et le regretté Haroun Tazieff avait signalé bruyamment ce problème. Il n’avait pas été écouté.

Il y a tant de paramètres qui permettent de douter du risque zéro pour ce genre d’installation qu’il semblerait sage de choisir au moins une zone à l’abri des secousses sismiques.

Ce qui n’empêcherait pas, dans ces temps agités de menaces terrorristes, qu’un avion vienne percuter un jour un site nucléaire, avec les conséquences que l’on peut facilement imaginer.

Plus grave, EDF désobéit au ministre, lequel a demandé la fermeture du site de Cadarache qui est situé sur une faille sismique.

Le plus cocasse c’est que c’est sur ce site que la France veut construire son premier réacteur expérimental à fusion nucléaire, et que la France a emporté ce marché face au malheureux candidat japonais.


Moyenne des avis sur cet article :  2.54/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • thirqual 13 septembre 2007 13:25

    Dans une centrale nucléaire, en France et au Japon, une ampoule qui claque dans une zone sensible compte pour un incident.

    L’unité « becquerel » correspond à un nombre de désintégrations par secondes. Des rejets en nombre de becquerel, c’est compréhensible mais douteux, un nuage de 400 millions de becquerel, ça ne veut rien dire.

    Pour information, l’activité d’un (1) gramme de granite de Bretagne est de 6 becquerel (source Nuisances radioactives, unités de mesure et sécurité, Georges Charpak). Une tonne de granite (c’est à dire une plaque de 35 cm d’épaisseur, 1 mètre de largeur et de longuer) a donc une activité de 6 millions de becquerels.

    Autre extrait : « Le potassium 40, qui est un des composants du potassium naturel, a une vie moyenne de 1,3 milliard d’années. Il imprègne les organismes vivants, et un être humain de 70 kg lui doit une radioactivité d’environ 6 000 becquerels, c’est-à-dire qu’à chaque seconde 6000 atomes radioactifs de potassium se désintègrent dans son corps. »

    Bon sang, on pourrait fustiger les pouvoirs publics japonais qui ont eu la connerie de pas écouter les sismologues et sismotectoniciens avant de placer cette centrale là, mais non.

    Ah, et en France la longueur des failles limite la magnitude maximale des séismes à 6,5 sur l’échelle de Richter. Ce qui permet de dimensionner les structures. Alors qu’au Japon, ils ont à craindre du 7,5, voire du 8.


    • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 13:54

      en france ou au japon, un irradié a les memes souffrances.

      si j’ai bien compris, voila les stratèges défenseurs aveugles de la cause nucléaire qui rappliquent au galop dès qu’on touche au sacré saint sujet.

      savez vous que vous pourriez etre condamné pour désinformation, et donc mise en danger de la vie d’autrui volontaire ?

      quand a la « fable » du granit (au passage, pas de « e » a la fin de granit), elle est tellement ressassée que je serais tenté de sourire si la chose n’était pas si grave.

      il y a une énorme différence entre la radio-activité naturelle prisonnière d’une roche, aussi granitique soit-elle, et le rejet dans l’athmosphère, et éventuellement dans vos poumons , de la radio-activité.

      alors , s’il vous plait, un peu de sérieux.

      ce genre d’argument est tellement fallacieux, et si peu cohérent, qu’il serait souhaitable de ne plus lire de pareilles énormités, éthiquement insupportables.


    • thirqual 13 septembre 2007 15:20

      Remarque à l’auteur : la radioactivité n’est pas plus prisonnière dans un nuage que dans une roche. Puisque ce qu’on mesure, ce sont les particules émises en sortie. Autre chose, la mesure du taux de radon, gaz produit par décroissance radioactive de l’uranium (entre autres), en particulier en Bretagne, c’est pas un rêve.

      La fable du granite... vous êtes d’une mauvaise foi incroyable tout de même. Et vous osez me menacez de poursuite, ce qui est encore plus fort. Vous êtes un nullard en sciences qui se donne des airs en citant des chiffres auquels il ne comprend rien.

      Les principaux arguments à l’encontre du nucléaire sont et resteront :
      - la limite du stock d’uranium
      - les déchets, toujours les déchets
      - l’irresponsabilité crasse des pouvoirs publics dans certains pays

      Le nucléaire par fission est une voie morte-née, et heureusement vu les conséquences de son utilisation. Malheureusement, ce ne sont pas des articles stupides dans ce genre qui vont faire avancer le schmilblick.


    • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 15:28

      bon si on en passe aux insultes, je ne suis pas sur que cela fasse avancer votre crédibilité « scientifique ».

      je n’ai jamais prétendu etre un scientifique, seulement quelqu’un de curieux, et qui s’instruit tous les jours.

      à la différence que je n’avale pas les « bobards ».

      le radon contenu dans le granit doit etre réduit en poussière pour devenir reellement dangereux.

      les poussières radioactives relachées pendant trois jours par la centrale japonaise sont d’un tout autre danger.

      j’ai une mauvaise nouvelle pour vous : le nucléaire est en train de décliner. en 1974 l’AIEA estimait qu’en 2000 il y aurait 4450 GW installés dans le monde.

      la réalité est heureusement différente : il y en a douze fois moins.

      et j’espère qu’il y aura plus de sagesse chez nos gouvernants, et qu’ils arreteront d’utiliser cette énergie dangereuse le plus vite possible.


    • thirqual 13 septembre 2007 15:43

      Le radon est un gaz. Qui s’échappe du granite et est respiré. Et qui est dangereux. Vous vous permettez de menacer les gens ici pour faire valoir vos thèses fumeuses. Je me moque très bien des prévisions de puissance des années 70. Les centrales nucléaires sont dangereuses, ça tombe bien l’uranium est en quantité limitée donc on devra arrêter à un moment ou à un autre. Mais véhiculer des bêtises comme vous le faites n’aide en rien.

      Pour la crédibilité, c’est pareil, vous repasserez. Granite prend bien un e quand on parle de la roche et pas de sculpture.


    • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 16:07

      le risque du nucléaire, c’est surtout l’accident que l’on ne maitrise pas. et dieu sait s’il y en a eu.

      souvent peu médiatisés, c’est vrai.

      le radon est une roche imbibée de ce gaz, évidemment l’érrosion libere ce gaz, depuis 5 milliards d’années, et la quantité se libere progressivement, au compte goutte, si on peut dire.

      cela ne représente pas un danger comparable a celui que nous font vivre les installations nucléaires. et vous le savez bien.

      ce radon qui se libère « doucement », par infimes quantités en Bretagne n’a rien avoir avec les poussieres radioactives libérees dans un milieu neutre, au japon, ou ailleurs, et en grande quantité dans un minimum de temps.

      c’est pas le minerais en tant que tel présent dans la nature, c’est le fait de le travailler qui pose problème, lorsqu’on en fait un élément énergétique.

      la roche radioactive est statique, mais que se passe-t-il lorsqu’on commence à la travailler, la réduire en poussière pour s’en servir comme source d’énergie, ou pour faire des bombes...

      pourriez vous répondre à cette question : si on prenait tout le granit (avec ou sans e, puisque les deux orthographes sont possibles) de bretagne et qu’on le réduise en poussière en quelques semaines, que se passerait-il ? présenterait-il beaucoup plus de danger qu’aujourd’hui ?

      à mon avis , oui.

      mais j’attend votre réponse d’expert.(?)


    • thirqual 13 septembre 2007 16:57

      Le radon est produit continuellement par les roches contenant de l’uranium, dont les granites en Bretagne, Corse, Massif Central. Ce gaz est plus lourd que l’air et ne réagit avec presque rien (c’est un gaz dit rare, non par son abondance, mais par sa similitude avec l’helium, le neon, l’argon et le krypton). Il s’accumule dans les caves, les habitations mal ventilées, et se dissout dans l’eau. Son temps de demi-vie est d’un peu plus de 3 jours (j’ai pas le chiffre exact en tête, milles excuses). Ce gaz cause (entre autres) des cancers du poumon.

      Le granite (avec e pour la roche dont on parle, et qui contient du potassium dans deux de ses trois minéraux principaux, à savoir le feldspath et le mica) serait évidemment plus dangereux en poudre, vu qu’il provoquerait de multiples lésions dans les poumons des habitants, du fait du volume de poussières anguleuses que cela représenterait. Au niveau radioactivité, je n’ai jamais eu d’écho de cancers chez les quarriers, mais ça peut valoir une recherche, il se de toute évidence plus exposés que ceux qui se contentent d’habiter dans des maisons du même matériau. Quand on parle du granite de Bretagne, on parle quand même d’un volume qui se mesure en dizaines de kilomètres cube. Un mètre cube faisant en gros 3 tonnes, un kilomètre cube contenant un milliard de mètre cubes, on parle donc de dizaines de milliards de tonnes. Moui, je pense que ce serait plus dangereux, l’émission d’un milliard de tonnes de poussières par jour en Bretagne, radioactive ou pas, pourrait fort bien causer des troubles respiratoires dans le nord de la France. Un peu de sérieux bon sang !

      Les matériaux radioactifs, toutes choses étant égales par ailleurs, sont toujours plus dangereux quand il est travaillé, à cause de la formation de poussière et des possibilités d’absorption par l’organisme. Toutes choses étant égales par ailleurs signifiant dans ce cas par rapport à la même quantité, à la même distance, pendant le même temps.


    • thirqual 13 septembre 2007 17:31

      « il se de toute évidence plus exposés » Lire ils seront, désolé.


    • Clad Clad 14 septembre 2007 01:10

      Merci d’avoir remis à sa place cet obscurantiste : quelle patience. D’autant que c’est inutile, pour un article contré, il en repoussera 100. Et bien souvent à des endroits où les commentaires ne permettront pas de désamorcer la désinformation : vous avez pu remarqué à la virulence des réponses de l’auteur qu’il ne goûte pas la contradiction.

      Ils sont chaque jour plus nombreux ces homo passéus, à hurler « back to the trees », défendre leur « ancien ordre mondial », et s’opposer à tout ce qui ressemble de près ou de loin à du progrès. Et plus ils sont nombreux, plus ils génerent de désinformation sensationalisante, et plus ils augmentent encore leur nombre.

      Aujourd’hui, la mode est à la méprise de la connaissance, elle peut être tellement avantageusement remplacée par la foi aveugle en un dogme simple : « le progrès est nocif ». Même plus besoin de reflechir, même plus besoin de s’interroger sur la fiabilité des sources et la véracité des faits, n’est ce pas merveilleux ?


    • LE CHAT LE CHAT 13 septembre 2007 14:20

      on nous cache tout , on nous dit rien ......

      Surtout dans le nucléaire , demandes au Panda qui est passé en juillet devant la centrale de tricastin ce mois de juillet alors qu’il y avait un incendie ! des nouvelles dans les médias ! que nenni ! smiley

      tiens vlà un bon lien http://www.monde-solidaire.org/spip/article.php3?id_article=2548

      bien à toi


      • sedna 13 septembre 2007 14:33

        Je plussoie thirqual. Ton argumentaire ne tient pas debout. C’est bien beau de se dire écologiste et de taper sur le nucléaire à tout bout de champs mais il faudrait au moins en connaitre un minimum son sujet. Les remarques de thirqual sont tout à fait justes. Et apparement tu n’as pas vraiment compris ce que signifiait le becquerel. Enorme erreur également quand tu dis qu’une fissure dans une cheminé a laissé échapper des éléments radioactif. Ces dernieres servent à refroidir le réacteur et ne sont en aucun cas en contact avec des substances radioactives. Enfin je terminerais sur ta remarque sur le projet Iter qui va se faire en France. Si tu avais approndis le sujet, tu aurais découvert que la fusion nucléaire ne rejette aucun dechet radioactif contrairement à la fission et que cela serait une grande avancée pour l’environnement (faire une recherche sur la fusion du deuterium et du tritium, tu veras). Et arretez avec vos histoire de « on vous cache tout » « c’est qu’une histoire de fric », c’est pas comme ça qu’on va faire avancer les choses. Je suis aussi inquiété par tous les problemes environnementaux actuels, mais ce n’est pas en trollant sur le sujet qu’on va faire avancer les choses...


        • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 14:58

          bon,

          des précisions,

          les cheminées se sont déboitées rendant inopérant les filtres à poussières radioactives, et la cheminée du réacteur n°7 est restée ouverte pendant trois jours libérant au passage un nuage radioactif estimé a 400 millions de becquerels (ce qui est beaucoup, et peu à la fois si on compare a celui de tchernobyl, qui en a libéré 70 millions de millards).

          mais comme disait jean Rostand, le célèbre scientifique, lorsqu’on me demande quelle dose de radioactivité est admissible par l’homme, c’est un peu comme si on me demandait quelle quantité de poison je peux mettre dans le biberon d’un bébé.

          quand à la fable du nucléaire propre de notre pays, elle a cessé de m’amuser depuis qu’on a voulu nous faire croire que la pollution de tchernobyl s’était arrete a la frontière.

          je crois que c’est vous qui devriez approfondir, comme vous dites, le sujet.


        • thirqual 13 septembre 2007 15:24

          En oubliant le post répétant une information stupide, vu que dépourvue de sens, je dois dire que ta remarque n’est pas exacte sedna : la fusion nucléaire n’est sans déchets que si l’on arrive à utiliser une réaction de fusion aneutronique. Or les réactions les plus faciles à atteindre ne le sont pas, ce qui signifie que les éléments entourant la chambre où se produit la réaction seront à traiter.

          Le but de la fusion est bien évidemment de dépasser ces problèmes, mais c’est pas encore gagné.


        • sedna 13 septembre 2007 15:46

          Exact thirqual , je me suis un peu emporté en disant que la fusion était totalement propre .Mais le fait est que cette derniere produit bien moins de déchets radioactifs que la fission, c’était ma pensée premiere.


        • martoni 13 septembre 2007 22:15

          « on » nous a menti en nous disant que le nuage c’était arrêté à la frontière. Mais qui est donc ce « on », bin les médias pardi :

          http://www.ecolo.org/documents/documents_in_french/Tchernobyl-Schmitt-04.htm


        • baobab 13 septembre 2007 14:36

          « Il y a une énorme différence entre la radio-activité naturelle prisonnière d’une roche, aussi granitique soit-elle, et le rejet dans l’athmosphère, et éventuellement dans vos poumons , de la radio-activité. »

          bah non, il rayonnement beta qu’il soit d’une roche naturel ou d’une centrale nucléaire est exactement la même chose, par contre le rejet d’isotope radioactif ( capable d’émission radioactive) dans l’atmosphère c’est autre chose (possibilité pénétration a l’intérieur du corps) mais c’est vous qui avez amené cette confusion en parlant de becquerel.


          • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 15:00

            permettez moi de vous dire que ce n’est pas honnete de présenter les choses comme vous le faites.*

            une roche granitique est un tout, et a moins de la réduire en poussière, elle ne représente pas le meme danger qu’une radio-activité libérée dans l’athmosphère et que n’importe qui, y compris vous, allez malheureusement inhaler un jour.

            les mensonges ont la peau dure.


          • thirqual 13 septembre 2007 15:32

            Bah si. Tout est affaire de quantité. Vivre sur un sol un granite soumet tous les jours à un rayonnement, comme le fait d’avoir inhalé une poussière radioactive. La différence d’échelle est que la poussière représente quelques microgrammes, le granite des dizaines de tonnes sous les pieds, autour de nous, voire au-dessus dans certaines maisons. La radioactivité, c’est le fait de particules projetées. Qu’on ait une source dans le corps ou une source externe, pour la même puissance reçue l’effet sera le même.


          • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 16:11

            oui, mais.

            les milliers de tonnes de granit (avec ou sans e, le choix existe)contenant du radon laissent échapper ce gaz très lentement. depuis 5 milliards d’années.

            et heureusement, sinon nos amis bretons auraient du souci a se faire.

            ces doses infinitésimales n’ont rien de comparables avec les poussières radio actives rejetées en grande quantité par la centrale japonaise en trois jours.

            et vous le savez très bien.


          • Vincent 13 septembre 2007 14:37

            (au passage, pas de « e » a la fin de granit),

            Alors juste ne passant aussi : sacrO-saint, pas sacré, c’est tout....

            http://fr.wiktionary.org/wiki/sacro-saint


            • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 15:00

              un partout.

              balle au centre.


            • thirqual 13 septembre 2007 15:37

              Correction :
              - le granit sans e est une roche utilisée en sculpture et qui est dure et grenue.
              - le granite est une roche plutonique qui contient du quartz, des feldspath et des micas. Et elle peut être utilisée en tant que granit smiley

              Autres granits : le gneiss, des conglomérats, des calcaires, même des grès.


            • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 16:22

              GRANIT ou GRANITE de l’italien granito= grenu.

              roche dure formée de cristaux de feldspath, de quartz, et de mica ou d’amphibiole.

              le granit, roche magmatique, cristalline, à texture grenue se présente en massif, en filon.

              c’est le petit Robert qui dit çà.

              maintenant si vous voulez continue le débat en ergotant sur un mot, adressez vous au petit Robert.

              moi, ce qui m’interesse c’est de montrer du doigt le danger effectif et prouvé de l’énergie nucléaire.

              la terre a mis des milliards d’années a se débarasser de la radio-activité, et nous venons en quelques dizaines d’années de constituer un formidable stock de plutonium et autre « cochonneries » radio-actives au nom du sacro-saint progrès.

              pour information le Plutonium a une période de 24000 ans.

              non merci.

              je crois l’homme assez intelligent pour s’en rendre compte à temps, même si le délai devient de plus en plus court.


            • thirqual 13 septembre 2007 17:13

              Je préfère m’adresser à un précis de géologie quand je parle de roches. Ou à mes cours de pétrologie (ça ne parle pas de pétrole, mais de roches). Ce ne sera ni la première, ni la dernière erreur du petit Robert. Un conglomérat ne contenant pas de mica pourra être qualifié de granit s’il est grenu et s’il est utilisé en sculpture. Universalis confirme d’ailleurs (ainsi que wikipedia).

              J’ergote parce que si on veut parler d’exposition à la radiactivité naturelle, dont un tiers est due au potassium 40 (les deux autres étant dus à l’uranium 238 et au thorium 232, celui-ci ayant un temps de demie-vie de 13 milliards d’années), il faut savoir de quelle roche on parle. Il n’y a pas ou peu de potassium dans les craies, les calcaires, les grès et dans beaucoup de gneiss. Par contre dans les micas et les feldspath, il y en a.

              La Terre est très loin de s’être débarassée de la radioactivité naturelle, celle-ci n’a été divisée que par 4 depuis sa création (celle de la Terre hein).

              Au fait, 40K, 238U et 232Th sont trois isotopes avec des temps de demie-vie supérieur au milliard d’années.


            • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 18:18

              laissons là toutes ces considérations qui vont faire fuir le lecteur, mais donnons leur plutot des informations qui pourraient les interesser :

              le nucléaire francais n’est pas propre, et n’est pas à l’abri d’un accident : j’en veux pour preuve l’incendie qui s’est produit dans la centrale du Blayais, accident qui, même s’il s’est produit dans la partie non nucléaire de l’installation, aurait très bien pu, par effet de « domino » se propager dans la partie nucléaire. accident dont pas grand monde n’a entendu parler.

              quand a l’insécurité dans les centrales française, elle est tellement évidente que l’autorité de sureté nucléaire, apres plusieurs inspection a déploré les manques importants dans la plupart des installations.

              délais d’interventions trop lent,

              pas d’eau pour éteindre l’incendie,

              une équipe devant intervenir dans un lieu reconnaissant qu’elle ne le connaissait pas,

              45 minutes apres le déclenchement de l’alarme, l’équipe prévue n’était toujours pas opérationnelle,

              a Cadarache, les piscines ou sont entreposées les matériaux irradiés, ne possèdent pas de systèmes de détection d’incendie

              j’arrete la, la liste est si longue.

              alors vous savez, le granit avec un E ou sans E, sans m’en touche une sans faire bouger l’autre comme disait notre ex président.


            • Thoriolis 13 septembre 2007 14:39

              D’autant plus que l’auteur à du pédaler fort pour écrire cet article, le pauvre. A moins qu’il ait utilsé une Triumph ou une plume d’oie et un pigeon voyageur pour l’envoyer à Agoravox.


              • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 15:03

                vous etes en train de faire la publicité , et d’une façon directe pour une marque de voiture, et je ne suis pas sur que cette façon d’envisager le débat soit très constructive.

                et vous ?


              • sedna 13 septembre 2007 15:33

                Petite question a l’auteur, etes vous capable de faire la différence entre la fusion et la fission nucléaire ?


                • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 16:47

                  Fusion ou fission ?

                  comme vous y allez !

                  Tout dépend ce que vous mettez dans fusion ! Vous etes un peu réducteur.

                  Car vous n’etes pas sans savoir qu’il y a fusion et fusion. La fusion par confinement magnétique, Ou la fusion froide, Ou même la fusion par confinement inertiel.

                  comme chacun sait.

                  au fait, vous le saviez ?

                  Quand a la fission, vous etes aussi un peu réducteur.

                  Il y a deux types de fission : La fission spontanée et la fission induite. Comme vous le savez ( ?) la fission spontanée c’est lorsque le noyau se désintègre en plusieurs fragments sans absorption préalable d’une particule.

                  Alors que la Fission induite, c’est lorsqu’un noyau lourd capture une autre particule, le plus souvent un neutron, et que le noyau ainsi formé se désintègre en plusieurs fragments.

                  bon, vous voyez la différence ?

                  Mais la seule chose qui interesse le lecteur

                  c’est de savoir que le nucléaire est une cochonnerie sans nom, et qui doit vite retourner dans le placard dont il n’aurait jamais du sortir.

                  et çà je le sais aussi.


                • thirqual 13 septembre 2007 17:26

                  Pour la gouverne de nombreux lecteurs, la nature n’a pas attendu l’homme pour se mettre au nucléaire. A Oklo au Gabon, dans un gisement d’uranium, l’infiltration d’eau et une teneur initiale en uranium 235 proche de 3% a permis la création d’un réacteur nucléaire naturel, qui a « brûlé » plusieurs tonnes d’uranium. Une très faible quantité de plutonium a été créée lors de ce processus d’ailleurs.

                  Pour l’auteur : pour la création de plutonium, allez cogner sur les militaires que ça arrangeait bien pour leurs bombinettes. Les stocks seraient bien plus faibles car le plutonium est revalorisable dans les centrales. Autre chose, ce charmant plutonium est bien moins nocif que le radium à poids égal...

                  Amusant aussi, jamais l’auteur n’a parlé des types de rayonnement ou de leur énergie pour argumenter sur la dangerosité des matières radioactives. Non, c’est radioactif et faits par l’homme, donc c’est dangereux. C’est si simple.


                • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 18:21

                  « le plutonium est revalorisable dans les centrales nucléaires » dites vous !

                  demandez aux ingénieurs de l’ex centrale de creys malville qui devait justement fonctionner comme çà, et qui a été un échec retentissant, que nous continuons de payer aujourd’hui.

                  mais restons sur nos chaises a discuter du sexe des anges, c’est surement çà qui va sauver la planète.


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 14 septembre 2007 03:27

                  @ olivier cabanel

                  Je pense que thirqual veut parler du MOX et non de super phénix

                  Le MOX vous connaissez ????


                • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2007 10:15

                  oui je connais le mox

                  et je connais aussi les limites de la bétise, et de la provocation.

                  elles n’empecheront pas la lutte contre le danger nucléaire, et contre tous les technocrates aveugles qui continuent de défendre l’indéfendable.


                • Thoriolis 13 septembre 2007 17:52

                  @ l’auteur

                  Je ne fais de publicité pour une voiture cher ami . En atendant continuez donc à pédaler pour produire votre propre électricité. A moins que... non ne me dîtes pas que vous utilisez l’électricité nucléaire ?


                  • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 18:31

                    non, je ne pédale pas pour produire ma propre électricité,

                    mais je suis l’un des trois membres fondateurs de la première centrale photovoltaique raccordée au réseau en France.

                    j’ai été le premier à donner un concert solaire en utilisant l’electricité produite par la lumière pour faire fonctionner la sonorisation.

                    j’ai (avec ma petite association) fait fermer une usine d’incinération a Pont de Beauvoisin, (isère) usine qui rejettait depuis des années dioxines et compagnie.

                    j’organise depuis dix huit ans un salon de l’écologie a la tour du pin.

                    j’ai l’honneur d’etre un ami de jean marie Pelt.

                    j’ai travaillé avec la CRIIRAD pour faire eclater la vérité sur la pollution que tchernobyl a laissé dans nos corps et sur notre sol.

                    j’ai fait condamner une entreprise de vidange de fosses septiques qui deversait sa merde dans une foret au prétexte que la foret lui appartenait.

                    pendant que d’autres pédalent dans la choucroute,

                    assis sur leur certitudes

                    et manie l’arrogance comme d’autre font des moulinets.

                    en étalant une pseudo culture scientifique comme d’autres étalent la confiture sur le pain de leur déconfiture.


                  • thirqual 13 septembre 2007 19:19

                    Et il sait pas à quoi correspond un becquerel. Ca fait peur tout de même.


                  • olivier cabanel olivier cabanel 13 septembre 2007 21:15

                    Becquerels

                    j’ai bien connu sa soeur, elle tenait un couvent à l’entrée d’un bordel. ou juste le contraire

                    dites au fond, becquerels, le connaitre ou pas ? celui qui meurt d’un cancer nucléaire n’a pas besoin de savoir comment s’écrit le mot « cancer »

                    il peut réussir à mourir quand meme.


                  • Thoriolis 13 septembre 2007 23:40

                    Mais n’empêche que j’ai raison, tu utilises l’énergie nucléaire alors que tu pourrais pédaler pour produire de l’energie propre. De plus en utilisant un ordinateur tu pollues, comme tout le monde.


                    • Dégueuloir Dégueuloir 14 septembre 2007 01:37

                      c’est plutôt le cynisme de tes commentaires qui nous pollue,tu bosses chez areva ,à l’edf ?je pense malheureusement que l’accident de la centrale nipponne n’a pas été assez grave,il faudra encore un accident majeur pour que les états comprennent,mais le mal sera fait.....il n’y a aucun avenir serein avec le nucléaire comme énergie....


                    • olivier cabanel olivier cabanel 14 septembre 2007 10:04

                      vous ne vous etes meme pas posé une question : « et si j’utilisais une centrale photovoltaique solaire pour produire mon énergie ? » vous faites honte a l’humanité.

                      celle qui n’accepte pas tout, la tete dans un sac, faisant confiance aveuglement aux scientifiques.

                      vous croyez que seuls les scientifiques et autres éventuels ingénieurs soient qualifiés pour comprendre, et débattre énergie nucléaire.

                      mais vous savez, le monde change.

                      il y a longtemps que les citoyens se sont emparés de ce débat, et sont tout a fait aptes a comprendre.

                      depuis qu’ils ont découvert le mensonge nucléaire. d’ailleurs grace à un internaute, je vous livre ci dessous un extrait du témoignage de mr Schmitt, ex directeur de la centrale de creys malville de sinistre mémoire.

                      « Communiqué de presse du Ministère de l’Agriculture (86/cab/010/RR)  » Le territoire français, en raison de son éloignement, a été totalement épargné par les retombées de radionucléides consécutives à l’accident de la centrale de Tchernobyl. A aucun moment les hausses observées de radioactivité n’ont posé le moindre problème d’hygiène publique. Le Ministère de l’Agriculture dispose des résultats recueillis par le SCPRI qui dépend du Ministère des Affaires Sociales et de l’Emploi. Selon le SCPRI les débits de doses maximales de radioactivité atmosphérique sont toujours restés tout à fait négligeables. La France a demandé à la Communauté Economique Européenne de mettre au point le plus rapidement possible une procédure uniforme de contrôle applicable par tous les Etats membres à l’égard des pays tiers en s’inspirant des recommandations de la Commisssion Internationale de Radioprotection. Ces mesures ne devront en aucun cas entraver les échanges intra-communautaires. D‘autre part, nous avons demandé que chaque Etat membre tienne informé ses partenaires des contrôles qu’il effectue et de leurs résultats. Une surveillance particulière a été mise en place par certains Etats membres à l’égard des produits français. Ces dispositions ne sont aucunement justifiées. Le Ministère de l’Agriculture s’attache à ce que, dans les plus brefs délais, la libre circulation de tous les produits français soit rétablie en direction de ces pays. Les préoccupations du Ministère sont claires, répondre (stupidement !) à certaines mesures d’embargos prises au sein de la Communauté Européenne, mesures parfois plus dictées par l’opportunité ainsi que par des considérations de politique interne et de protection des marchés que par le réel souci de protéger les populations. (sur ce point voir ci-après, et sur ce thème, les très édifiants articles de Libération des 7 et 8 mai sur l’Allemagne, l’Italie et la Grèce) Premier communiqué du SCPRI " 1) Confirmation du retour de la radioactivité de l’air à un niveau pratiquement équivalent à celui qui précédait l’accident russe (sauf dans le sud-est où elle reste encore pour le moment légèrement plus élevée). Ainsi en région parisienne la radioactivité de l’air en iode 131 est-elle devenue environ 100 fois plus faible que le maximum relevé le 2 mai. 2) Dans le lait, diminution amorcée de l’activité en iode 131, compte tenu de la courte période de ce radioélément, son activité tend maintenant à devenir inférieure à celle du césium 137 dont le SCPRI suit particulièrement l’évolution (le 5 mai, jusqu’à 3 nanocuries par litre [environ 100Bq/litre]). A noter que les normes pour le césium 137 sont, compte tenu de son métabolisme, encore moins sévères que pour l’iode 131. 3) Pour les thyroïdes de bovins, qui servent d’indicateur, situation comparable à celle du 5 mai. 4) Enfin, la baisse générale de la radioactivité est confirmée par la diminution importante des activités notamment en iode 131, tellure 132 et césium 137 relevées sur les avions de ligne européens."

                      merci encore a cet internaute (il y a trente sept pages de ce témoignage accablant d’un ancien directeur nucléaire et je vous en conseille vivement la lecture).

                      votre partisianisme aveugle pour l’énergie nucléaire est pitoyable.

                      mais nous arreterons le nucléaire sans vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès