Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Très chers tremblements de terre...

Très chers tremblements de terre...

La tenue du G8 la semaine dernière sur la scène du désastre de L’Aquila nous rappelle, de manière un peu abrupte, que les catastrophes peuvent occasionner un très important bénéfice politique et économique ; au point que certains les attendent parfois avec impatience… A L’Aquila en effet, comme dans de nombreuses autres villes italiennes, l’ampleur de la catastrophe s’explique plus par un système particulier de gestion urbaine, que par le séisme lui-même.

Les Abruzzes sont connus depuis longtemps pour être l’une des zones les plus à risque sismique de la péninsule ; des séismes de magnitude égale à 6,7 sur l’échelle ouverte de Richter ont frappé L’Aquila par le passé, tandis que les séismes de violence moyenne sont fréquents, d’après l’Institut National italien de Vulcanologie et de Géophysique (INGV). Le séisme du 6 avril 2009 était d’une magnitude de 5,8 sur l’échelle de Richter : forte, mais loin d’être exceptionnelle. Des règles strictes de construction sont connues depuis très longtemps dans la région, le respect de normes proprement parasismiques y est obligatoire depuis 1974, et ces dernières ont déjà été renforcées plusieurs fois.

Pourtant, le séisme a fait 300 victimes et détruit une grande partie de la ville, laissant 50 000 personnes sans domicile. Le nombre de victimes et les dégâts matériels sont démesurés par rapport à la violence moyenne du tremblement de terre. On peut comparer ici avec l’exemple japonais, où des séismes de cette magnitude, pourtant plus fréquents et dans des zones très peuplées, font incomparablement moins de dégâts (comme lors d’une série de violents séismes en 2005).

L’hôpital de L’Aquila, en particulier, est devenu le symbole tragique de malfaçons et de mauvaise gestion du risque sismique. La mise aux normes parasismiques des structures hospitalières est pourtant le principe le plus fondamental de toute gestion du risque sismique, puisque l’hôpital est le lieu de soin le plus important en cas de catastrophe. L’hôpital de L’Aquila était neuf, inauguré en 2000. Or il s’est effondré : ses piliers n’étaient pas aux normes parasismiques. Une enquête a été ouverte par le procureur de L’Aquila, suite à la découverte de ces malfaçons dans les constructions.

La situation témoigne de l’insuffisance des contrôles sur les réalisations des chantiers de construction et de réparation. C’est ici le maillon le plus faible de la chaîne de responsabilité. Dans certaines régions italiennes, moins de 10 % des chantiers sont contrôlés, et encore cette statistique ne concerne que la construction légale.

Dans la région de L’Aquila, de nombreux édifices monumentaux s’étaient déjà écroulés et avaient été reconstruits. La cathédrale, entre autres, s’était déjà effondrée plusieurs fois, et le bâtiment actuel est une œuvre reconstruite. Mais dans bien des cas, les travaux de restauration privilégient la rénovation de façade plutôt que la réparation et la consolidation de la structure, ce qui revient en fait à fragiliser l’édifice face au risque sismique.

Défauts de construction non réparés, consolidations parasismiques non effectuées, restaurations mal réalisées, alertes non écoutées : ces facteurs de risque sont récurrents, voire systématiques. La catastrophe était prévisible mais n’a pas été prévenue, et a même été accélérée par une gestion inappropriée.

En réalité, certains acteurs politiques et économiques y trouvent leur compte. Bien entendu, qu’une tragédie soit exploitée à des fins politiques ou lucratives n’est pas une invention récente. Mais les catastrophes naturelles et les situations de crise sont une occasion pour le pouvoir de s’affirmer de façon nettement plus efficace que lors de la mise en place de politiques de prévention. La prévention implique de réglementer, d’interdire des constructions, d’imposer des coûts supplémentaires à des électeurs dans des objectifs abstraits, pour un risque théorique, considéré comme lointain. A l’inverse, la gestion de l’urgence est extrêmement rentable politiquement, car les autorités peuvent déplorer la catastrophe « naturelle » aux côtés des victimes et annoncer des aides d’urgence. La réaction rapide des responsables politiques et leur présence sur les lieux d’une catastrophe sont souvent très médiatisées, comme l’a montré la tenue du G8 à L’Aquila en juillet.

Au plan économique, la fréquence irrégulière et l’intensité non prévisible des séismes sont de fait compensées par un système qui augmente la vulnérabilité des bâtiments et concentre les moyens sur un petit nombre d’édifices : de sorte que, si les séismes sont rares ou irréguliers, les dégâts causés sont, eux, beaucoup plus fréquents et réguliers ; les marchés de la reconstruction sont stabilisés, moins dépendants des variations des aléas naturels. La reconstruction du Frioul après 1976 a coûté près de 10 milliards d’euros à l’Etat italien ; celle de la région de Naples après le séisme de 1980 a coûté 30 milliards d’euros ; celle de la région d’Assise après 1997, déjà plus de 8 milliards d’euros. Après le séisme de L’Aquila, le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni a estimé les dégâts à 12 milliards d’euros. Ainsi les marchés de la reconstruction sont non seulement lucratifs, mais stabilisés.

Cet afflux massif et régulier d’argent engendre des craintes quant à son utilisation, craintes étayées par la fréquence des malfaçons et renforcées par la rareté des contrôles sur les constructions. A L’Aquila, à peine l’argent de la reconstruction commence-t-il à être distribué, que la polémique sur son utilisation apparaît. Dans un premier temps, le maire Massimo Cialente avait nommé comme délégué à la reconstruction Pierluigi Tancredi, un conseiller communal déjà condamné plusieurs fois par la justice pour sa gestion frauduleuse de l’argent public. Les protestations des habitants ont poussé ce conseiller à démissionner de cette charge. Mais la polémique n’est pas close, car l’homme que le maire a désigné pour le remplacer, Mario di Gregorio, a également été condamné à de la prison pour prise illégale d’intérêts.

Un autre facteur, le tourisme, intervient pour consolider ce système, en accentuant la différence de traitement entre bâtiments patrimoniaux et habitations.

Pour la reconstruction, les habitations ne sont pas considérées comme prioritaires par rapport aux édifices patrimoniaux. Certes, les motivations identitaires et culturelles sont très importantes, et l’histoire justifie l’attention portée aux monuments. Mais le contraste entre patrimoine monumental et habitations est croissant, et parfois choquant. Par exemple, à Assise, après le séisme de 1997, d’immenses moyens ont afflué du monde entier pour restaurer la basilique de Saint-François et d’autres monuments, en urgence, avant le grand jubilé de l’an 2000. Pendant ce temps, la population locale n’a pas eu droit aux mêmes égards : douze ans après le séisme, plus de 500 personnes sont encore logées dans des préfabriqués. La dynamique touristique est essentielle, puisque le séisme de 1997 avait causé une baisse de plus de 33 % de la fréquentation touristique à Assise l’année suivante.

Or, on reconstruit de plus en plus à l’identique le patrimoine monumental détruit, type de reconstruction qui coûte extrêmement cher ; par exemple, la reconstruction à l’identique de la cathédrale de Noto (Sicile), qui s’était effondrée en 1996, a coûté plus de 40 millions d’euros. A l’inverse, on ne reconstruit jamais à l’identique les maisons détruites, dont l’importance collective est jugée moindre. Les maisons déstabilisées par un séisme sont donc le plus souvent rasées, et les habitants sont évacués. Le problème est qu’en Italie, cette reconstruction, contrairement aux discours politiques convenus, prend des années, voire des décennies. Depuis le séisme du Molise en 2002, un millier de personnes vivent encore dans les préfabriqués. Les sans-abri du séisme du Belice, en 1968, ont habité des baraquements jusqu’en 2006. Plus de 4000 personnes habitent encore dans les baraquements construits après le séisme de Marsica en 1915 ! Après le séisme de Messine en 1908, des baraquements avaient été installés : 10 000 personnes, descendants des victimes, logent encore dans plus de 3300 de ces baraquements (mais la cathédrale de Messine, elle, avait été reconstruite à l’identique)…

En outre, quand la reconstruction est effective, elle modifie considérablement la façon de vivre la ville. Gémone, petite ville du nord de l’Italie, presque entièrement détruite par un violent séisme en 1976, illustre bien cette tendance. La cathédrale et quelques autres monuments ont été reconstruits à l’identique. Le reste de la ville a été reconstruit rapidement, mais les habitants du centre ont changé leurs habitudes et leur lieu d’habitation. La vie est descendue dans la plaine : le cœur historique ancien ne bat plus ; il tente une reconversion touristique. Juste à côté, le village de Venzone a, lui, été entièrement reconstruit à l’identique. Il est devenu une destination touristique, un village musée que ses habitants ont quitté.

A L’Aquila, les milliers de personnes logées sous les tentes savent que leur « week-end en camping » (expression employée par Silvio Berlusconi lors de la mise en place des campements d’urgence) risque de durer plusieurs années. Mais le centre historique, lui, sera reconstruit rapidement ; et probablement à l’identique. En attendant le prochain tremblement de terre ? Antoine le Blanc est Maître de Conférences en géographie à l’Université du Littoral Côte d’Opale, auteur de Les politiques de conservation du patrimoine urbain comme outils de gestion du risque sismique. Trois exemples en Italie : Noto, Assise, Gémone, thèse de doctorat, Aix-en-Provence, 2006.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 17 juillet 2009 09:57

    Trés utile rappel , surtout ce passage (cela m’avait scandalisé à l’époque) :
    -Il est vrai qu’on est en Italie, où tout ne se passe pas tout à fait comme ailleurs-

    "Pour la reconstruction, les habitations ne sont pas considérées comme prioritaires par rapport aux édifices patrimoniaux. Certes, les motivations identitaires et culturelles sont très importantes, et l’histoire justifie l’attention portée aux monuments. Mais le contraste entre patrimoine monumental et habitations est croissant, et parfois choquant. Par exemple, à Assise, après le séisme de 1997, d’immenses moyens ont afflué du monde entier pour restaurer la basilique de Saint-François et d’autres monuments, en urgence, avant le grand jubilé de l’an 2000. Pendant ce temps, la population locale n’a pas eu droit aux mêmes égards : douze ans après le séisme, plus de 500 personnes sont encore logées dans des préfabriqués. La dynamique touristique est essentielle, puisque le séisme de 1997 avait causé une baisse de plus de 33 % de la fréquentation touristique à Assise l’année suivante.« 

    Et dire que les reconstructions entrent dans le PIB !...
    Destruction créatrice ?

    On ne commande pas les tremblements de terre , mais une »bonne guerre" ?...


    • la truie qui file 28 juillet 2009 20:23

      Des tremblement de citoyens qui rapportent pas assez cher à des chers fabricants de séismes

      Il existe maintenant des machines à fabriquer des séismes exactement comme des procédés pour controler le climat ...
      Pour commencer le controle du monde , on s’intereresse en général plutot au debut au tremblement de citoyens , et là c’est tres au point , mais en cas de défaillance passagère du tremblement chronique , il faut faire des piqures de rappels avec quelques bijoux technologiques .

      Regarder ces merveilles de la technique au service des homos sismicus ( une nouvelle sorte d’agité est tres en vogue en ce moment ...)
      notamment les generateurs de pavlovski derivée d’une arme concue par le célebre prix nobel Sakhrov  :

      http://www.jp-petit.org/Divers/Armes_sismiques/Armes_sismiques1.htm

      Et evidemment cela donne un petit souvenir tres apprecié de la ville rose Toulouse et de ce grand mécene de leur population « AZF » ,et tiens il y a eu notamment deux petits seismes enregistrés par l’observatoire du pic du midi , mais heureusement des personnes bien informées qui savent arreter les radiations au frontières de l’hexagone n’ont hélas pas la sensiblite de la princesse au petit pois et nous rassurent il ne s’est rien passé :

      http://lesnews.org/documentation/SISMOLOGIE.html

      Et par ailleurs il faudrait tout de meme se poser la question s’il n’y a pas eu une poursuite de certaines activitée comment dire « souteraines » en matiere de tirs nucleaires sur le territoire
      notamment jusqu’en 2003 dans les mines de Gardanne :
      http://depris.cephes.free.fr/presscom/2002/081-02.htm

      Et naturellement les responsables de l’ecole des mines de Gardanne n’on rien entendu d’autres que les aimables invitations de la SFEN ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

aleblanc


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès