Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Trump l’onde de choc populiste, le livre de Marie-Cécile (...)

Trump l’onde de choc populiste, le livre de Marie-Cécile Naves

Enfin un livre sur le candidat Donald Trump écrit par quelqu’un d’intelligent.

Voici un homme dont l’establishment se moquait au point de reléguer le début de sa campagne dans les pages divertissement des journaux.

Et le voilà qui met KO leur candidat, Jeb Bush, puis celui de leur plan B, Ted Cruz, qui venait pourtant d'une tendance qu'on supposait proche de la sienne : le Tea Party.

Dans ce livre, la politique est l’objet d’une analyse et d’un diagnostic, d’une étude sérieuse et argumentée.

On est loin de ce que l’on entend habituellement dans les critiques méprisantes basées sur des attaques ad hominem.

Derrière l’écran de fumée d’un populiste, se cache des forces politiques qui tiraillent les Etats-Unis et qui vont rebattre les cartes dans les années et les scrutins à venir.

Axé sur trois chapitre :

- le fantome de Ronald Reagan et de « W »

- un milliardaire contre les élites

- le porte-parole d’une Amérique blanche qui risque de disparaître

le livre passe en revue le Tea Party qui déborde sur sa droite le parti républicain incapable de trouver un consensus. Il décrit l’outsider si éloigné des cadres et des codes de Washington, si mal soutenu par son camp, mais qui a compris son pays et qui s'est fait le porte-parole d’une Amérique Blanche apeurée à l'idée de disparaître, menacée par les Hispaniques dans ses emplois et son identité, et inquiétée par un islam devenu son nouvel ennemi intérieur.

Une citation : « Il a bien compris les déceptions et les attentes de la petite classe moyenne qui n’a pas bénéficié de la reprise économique ».

Le succès de Trump s'appuie sur la division du parti, l'éloignement des élites et de la base, la mise en scène de l'identité nationale, le tout amplifié par sa maitrise des médias dont il est un "bon client".

La division du parti depuis 2008, année de l'élection d'Obama, s'est rendu visible avec le nombre de candidats (17), les divergences entre le Big Business et le Small Business, les politiques énergétique et migratoire.

L'éloignement des élites et de la base est souvent passé sous silence en France, et pourtant depuis la crise de 2008, la petite classe moyenne blanche n'a pas pofité de la reprise économique et, au moins pour une partie, elle s'est même appauvrie.

La mise en scène de l'identité nationale s'appuie sur un slogan « Make America Great Again », qui rappelle celui de Ronald Reagan. Elle veut redonner son honneur et sa fierté à l'Amérique blanche, quitte à se refermer sur elle-même et à ne plus être le gendarme du monde.

D'habitude, c'est le candidat qui a reçu le plus d'aides financières qui est élu.

Pour mémoire, voici, le 21 octobre, ce que l'on savait des dons et des dépenses des deux principaux candidats. La candidate démocrate devrait écraser son adversaire, le livre explique pourquoi son challenger a autant de supporters et que l'écart des sondages est loin de l'écart des finances.

Hillary Clinton est largement en tête avec plus de 529 millions de dollars récoltés par son comité de campagne (386 millions de dollars) et des groupes extérieurs (143 millions de dollars). Pour Trump, la somme récoltée est bien inférieure puisqu'elle s'élève à 209 millions de dollars selon les derniers chiffres mis en ligne.

Côté dépenses, le candidat républicain est loin derrière avec 147 millions de dollars contre 420 millions de dollars pour l'ancienne secrétaire d'Etat.

Cf http://www.latribune.fr/economie/international/presidentielle-americaine-qui-depense-le-plus-609442.html

A lire, même longtemps après la clôture du scrutin de 2016.
 

JPEG - 16.2 ko
Trump l’onde de choc populiste, le livre de Marie-Cécile Naves

Editeur : FYP éditions

Parution : août 2016

Format : Grand Format

Dimensions:19 x 12,2 x 1,2 cm

Pages:144 pages

EAN13:9782364051416

 

C'était l'outsider. Personne ne croyait qu'un non professionnel de la politique, bâtisseur de casinos, organisateur du concours de Miss Univers et coutumier d'outrances populistes, sexistes et xénophobes, pouvait être présidentiable.

Mais ce stratège de la communication, ce disrupteur de la représentation politique traditionnelle a bousculé les règles du jeu et su profiter des divisions pour éliminer tous ses rivaux.

Ce livre raconte le parcours et la stratégie de Donald Trump, showman doté d'un remarquable talent oratoire, d'une confiance absolue en son destin et d'une absence totale de vergogne.

Ce magnat de l'immobilier, animateur de télé-réalité a compris l'exaspération de "ceux à qui plus personne ne parle" pour se poser en rempart contre les menaces extérieures et intérieures de l'Amérique, face au chaos réel ou fantasmé.

La promesse du milliardaire est celle du retour vers un passé idéalisé, une nation fermée sur elle-même, mais rendue à son peuple.

Trump est le révélateur et le bénéficiaire d'une Amérique prisonnière des lobbies et des calculs politiciens, de la défiance vis-à-vis des élites et de la peur de la disparition de l'"Amérique blanche". Marie-Cécile Naves dévoile les implications pour le futur d'une prise de pouvoir par Trump et montre que cette vague populiste et identitaire risque de se répandre comme une onde de choc en Occident et dans le monde.

 

L'auteur

Marie-Cécile Naves est politologue, docteure en science politique de l'université Paris-Dauphine, chercheure associée à l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et vice-présidente du think tank Sport et Citoyenneté. Spécialiste des Etats-Unis, elle a publié de nombreux ouvrages et elle intervient fréquemment dans les médias audiovisuels sur l'actualité américaine.


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • rogal 22 octobre 12:16

    « une Amérique prisonnière des lobbies ». Qu’est-ce à dire ?


    • Saltz Saltz 22 octobre 20:17

      @rogal

      Désolé de ne pas pouvoir vous répondre tout de suite.
      Je recherche les références à des éléments factuels que j’ai en tête.
      A bientot


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 09:06

      @rogal
      Cela veut dire qu’aux USA, ce n’est pas le Président qui gouverne, mais l’ Etat profond américain : les lobbies pétroliers, financiers et militaro industriels.


      Livre de Peter Dale Scott : « L’État profond américain »

    • Saltz Saltz 23 octobre 09:40

      @Fifi Brind_acier

      Le président américain a effectivement beaucoup moins de pouvoir que le président français.


    • Jeekes Jeekes 22 octobre 16:26

      OK, je vais être, un peu, hors-sujet. Mais... 


      « Marie-Cécile Naves est politologue, docteure en science politique de l’université Paris-Dauphine, chercheure associée à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris) et vice-présidente du think tank Sport et Citoyenneté. Spécialiste des Etats-Unis, elle a publié de nombreux ouvrages et elle intervient fréquemment dans les médias audiovisuels sur l’actualité américaine. »
       
      Bon rien que ça suffit à me rendre particulièrement méfiant sur la donzelle.

      Après, le truc qui m’énerve, c’est de lire et de relire l’emploi péjoratif du terme populiste.
      Ch’sais pas, on dirait que ça vous fait chier d’être « populiste ».
      Pourquoi, parce qu’on tente de prendre en compte les désirs, la fatigue, le dégoût du « peuple » ?

      Hey, les gars, sortez un peu de votre petit nid douillet, en bas y’a des sans dents qui en chient et qui en ont plein le cul ! 

      • Saltz Saltz 22 octobre 20:20

        @Jeekes

        Je vous comprends, mais l’auteur me parait différente de ses confrères.

        Pour l’emploi du terme « populiste », accordez-moi un peu plus de temps pour vous répondre.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 08:57

        @Jeekes
        Populiste ne veut pas dire démocrate, ni intéressé par les besoins du peuple.
        Les populistes flattent le peuple, dénoncent le parlementarisme, pour mettre à la place une dictature, (armée, police et milices), toujours dirigée contre les acquis sociaux, contre les syndicats, et au service des puissants.


        C’est ce qui c’est passé dans l’ Italie de Mussolini.
        Et en France avec Pétain, le 10 juillet 1940, dont une des premières décisions a été de démettre le Sénat et les Conseillers Généraux.

      • izarn 23 octobre 14:03

        @Jeekes
        « coutumier d’outrances populistes, sexistes et xénophobes »
        Déja des accusations ridicules, sur un personnage qui ne faisait pas de politique.
        Ca commence bien...
        Et aprés « populiste ».
        Ensuite « petit blanc qui n’a pas su profiter du redemarrage économique »...Bref un gros con.

        Premièrement il n’y pas de redémarrage de l’économique réel depuis 2008. Voir le BDI :
        http://investmenttools.com/futures/bdi_baltic_dry_index.htm

        Ensuite inutile de lire un bouquin qui ne parle meme pas de la véritable situation des USA avec une dette astronomique : l’http://www.usdebtclock.org/
        et l’incapacité de la Fed a remonter les taux, sauf à amener la faillite de l’Etat fédéral et de la plupart des fonds de pension de retraite...
        http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/olivier-delamarche-vs-marc-touati-22-banques-centrales-que-faudrait-il-reellement-faire-pour-relancer-la-croissance-1209-856915.html

        Ce qu’a dit parfaitement Trump devant la Klingon.
        Alors c’est populiste de dire la réalité devant le peuple ?
        Sans blague ?

        N’achetez pas ce bouquin, c’est du fric foutu en l’air.
        Regardez au contraire l’excellent émission de Tepa :
        http://meta.tv/maurice-gendre-sur-trump-et-les-elections-americaines
        Vous en saurez bien plus sur Trump !
        Et sur la Klingon.


      • Jeekes Jeekes 23 octobre 18:58

        @Fifi Brind_acier
         

        Mais bien sur ! 
        Comme tout le monde, sans aucune exception... 

        Et, hââââ dictature, démocratie !
        Merci pour ce bon moment de rigolade... 

        Mais j’y pense, seriez-vous fatiguée ma bonne dame ?
        Vous avez oublié de me dire :
        1) sauf l’UPR
        2) y’a qu’assilineau qu’est bien/bon/gentil/honnête/propre sur lui etc... 

        Tsss ! Tsss ! 
        Va falloir dormir un peu plus. 


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 19:39

        @Jeekes
        Asselineau n’a aucune casserole judiciaire aux fesses... Occupez vous plutôt du procès du FN avec son micro Parti Jeanne..., pour escroquerie présumée au dépend de l’ Etat. 


      • epicure 22 octobre 21:57

        J’avais entendu ou lu une analyse qui disait que trump c’était le symptôme d’une Amérique qui était en train de disparaitre, des WASP qui ont peur , alors que Sanders, enfin son électorat , représente l’Amérique du futur, une Amérique qui remettait en cause tout ce qui s’était fait ces dernières décennies, dont bien sûr l’enrichissement impudique des 1%.


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 09:00

          @epicure
          On ne saura jamais ce qu’aurait fait Sanders, puisque la mafia de Killary lui a savonné la planche...
          Comme elle se prépare à tricher aux élections, pour faire perdre Trump...
          Et c’est ça qu’on nous donne en exemple de « démocratie qui éclaire le monde ».... !!


        • Furax Furax 22 octobre 23:55

          Transposé en France, c’est un peu comme un choix entre Sarkozy eu Cyril Hanouna au deuxiéme tour d’une présidentielle.
          Pas simple !
           smiley


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 23 octobre 09:01

            @Furax
            Vous pouvez les aligner tous, et pas seulement ces deux là....
            Ils sont tous euro-atlantistes pur jus.


          • Saltz Saltz 23 octobre 09:32

            Je vous conseille la lecture du Figaro http://www.lefigaro.fr/elections-americaines/2016/03/15/01040-20160315ARTFIG00353-presidentielle-americaine-tout-comprendre-sur-le-financement-des-candidats.php
            qui a été publiée le 15/03/2016 à 20:05

            Comment un président peut-il refuser des faveurs à des entreprises ou à des particuliers qui l’ont aidé à être élu en lui donnant autant de millions lors de sa campagne ?

            La dépendance du monde politique vis à vis du monde économique, et surtout financier, laisse craindre des décisions prises non pas pour le bien du pays mais pour celui de quelques uns au détriment du pays.


            • doctorix doctorix 23 octobre 15:19

              @Saltz

              On remarque que près de 80% des donateurs de Trump ont donné moins de 200 dollars, et près de 80% des donateurs de Clinton plus de 200 dollars : on voit pour qui elle roule.
              Malheureusement pour elle, il y a bien plus de pauvres que de riches aux USA : elle sera donc battue.

            • Saltz Saltz 23 octobre 16:00

              @doctorix

              Vous avez raison :

              Et pour Mme Clintion

            • Saltz Saltz 9 novembre 11:11

              Trump élu, je persiste à dire que « Trump l’onde de choc populiste, le livre de Marie-Cécile Naves » est l’ouvrage le plus pertinent que j’ai lu.

              Le lire une fois l’élection passée permet de comprendre ce que les médias occultaient.


              • Saltz Saltz 9 novembre 11:17

                En France, le mur Mexique-Etats-Unis semble une aberration
                mais il existe déjà

                • Longue de 1 300 km, cette barrière, dont la construction commença en 2006, aurait limité de 25 % l’immigration mexicaine. Depuis l’automne 2006, des travaux d’extension du mur sont en cours. 455 km de barrière furent élevés en 2007. À terme, la nouvelle clôture devrait atteindre plus 1 120 km de long entre la Californie et le Texas, soit un peu plus d’un tiers de la longueur totale de frontière qui compte 3 141 km.

                • et un sondage national publié le 29 juillet 2010 a révélé qu’une grande majorité des Américains sont à cette date pour la construction d’une clôture le long de la frontière américaine avec le Mexique, avec 68 % en faveur et 21 % contre (marge d’erreur : + / - 3 points de pourcentage).

                • https://fr.wikipedia.org/wiki/Barri%C3%A8re_%C3%89tats-Unis-Mexique

                • Saltz Saltz 9 novembre 15:02

                   
                  Une intelligence artificielle développée par un startup indienne avait vu Donald Trump triompher en analysant les données des plateformes publiques et des réseaux sociaux.

                  Développée par Sanjiv Rai, fondateur de la startup indienne Genic.ai, MogIA analyse 20 millions de points de données issues des réseaux sociaux (comme Twitter et Facebook) et plateformes de partages (à l’image de Youtube) aux États-Unis afin de réaliser des prédictions, racontait CNBC dans un article consacré au sujet publié fin octobre. Créée en 2004, l’IA, dont le nom s’inspire du héros Mowgli (Le Livre de la Jungle de Rudyard Kipling) qui apprend de son environnement, a jusqu’ici parfaitement prédit le résultat des primaires démocrates et républicaines.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès