Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile
  • Agoravox TV

Accueil du site > Actualités > International > Trump le détonateur

Trump le détonateur

Remarquable synthèse de la situation burlesque des présidentielles 2016 aux USA.

Une présentation en "coup de gueule" venant à point en confirmation des multiples analyses qui, de Zero Edge à Dedefensa, pointent du doigt l'incroyable pagaille politique qui sévit aux Etats-Unis et se répercute dangereusement sur la plupart de leurs initiatives diplomatiques autant que militaires.

Et qui surtout peut, d'une certaine manière nous réconforter en nous permettant de constater que nous ne sommes pas seuls, et qu'il y a un peuple pour qui, là-bas aussi, la coupe est pleine.

C'est pourquoi j'ai fait ressortir la conclusion en italique gras.

07/03/2016 Aux Etats-Unis, le succès dévastateur du trublion Trump commence à faire sérieusement paniquer l’establishment. A Paris, la même panique saisit la caste dirigeante qui se voit désormais conspuée voire insultée dès qu’elle ose quitter ses palais. De part et d’autre de l’Atlantique, la machine à enfumer est en train de serrer. Les « sans-dents » se rebiffent et refusent même de marcher à la culpabilité. Dans leurs courriers des lecteurs comme dans leurs talk-shows tapissés de sourires hargneux, les gardiens du prêt-à-penser contemporain sont eux aussi renvoyés dans les cordes et découvrent, effarés, qu’en toute logique plus personne ne les distinguent plus de leurs maîtres. Le rejet de la caste dirigeante et de son clergé médiatique est partout massif, global, sans nuances. Alors Trump ? Elvis ? Le Pen ou Astérix for Président ? Oui, « n’importe qui sauf vous », ose la plèbe. Après on verra bien.

Déconstruction
Petit retour sur l’imposture.
Durant des décennies, une sorte de « marxisme culturel » saupoudré de darwinisme économique a permis l’émergence d’une société libérale aussi inégalitaire qu’indécente.
La mécanique était bien huilée. Dans le Parti unique à deux têtes, le boulot de la gauche était de déconstruire le tissu social sous couvert de progrès sociétaux, de fabriquer un citoyen nomade atomisé, dressé à tout tolérer, tout accepter, tout aimer, à ne rien juger, rien condamner, réduit à la seule satisfaction compulsive de ses égoïsmes et de ses désirs.
Et ça a presque marché. Il aura suffi de profiter des vaches grasses pour le gaver, l’étourdir à coup de divertissements, de violence et de licence, de porno et de guerres aussi, de pain et de jeux donc, pour lui faire « aimer sa servitude ». Et pour satisfaire ses agaçantes aspirations verticales, on lui aura taillé une mac-religion sur mesures, flatteuse et pas chère, où il pouvait s’acheter, entre deux jouets technologiques nécessairement abrutissants, quelque supplément d’âme au grand bazar de l’humanisme libéral globalisé, lui permettant ici défendre le fox à poil dur, là des minorités de plus en plus improbables, là encore de défiler contre le Sida, le cancer ou l’herpès labial selon la mode, les trends, l’ennui du moment.
La droite, elle, était censée organiser l’exploitation efficace de cet homme nouveau enfin lobotomisé, enfin libéré donc, de tout et surtout de lui-même, cet homme mobile, servile, docile, asexué, plastique, malléable, corvéable et bien sûr jetable.
Et puis dans l’euphorie générale de la farce, on s’est vite aperçu que c’est la gauche, moins suspecte de conchier le peuple, qui pouvait le mieux rouler le prolo dans la farine libérale. Dont acte. Et pour calmer la grogne due à la trahison, il y avait toujours l’alternance. Tout allait donc bien dans « le meilleur des mondes ».

De Kim Jong-un au Chikungunya
Sauf qu’aux vaches grasses ont succédé les vaches maigres, puis les vaches rachitiques. D’abord sous la pression d’un capitalisme en mode turbo, pris de panique qu’il était de constater que la seule chose vraiment indépassable de son modèle était l’impasse et le chaos. L’autre mâchoire de la machine à appauvrir étant la voracité sans limites d’une hyper-classe désireuse de sauver ses meubles en teck, de se goinfrer de bonus le plus possible avant le grand effondrement.
L’internet aussi sera venu compliquer la donne, permettant à la société civile de s’émanciper, d’enfin pouvoir s’informer sans devoir ingurgiter la bouillie formatée des médias-menteurs du Système.
Alors bien sûr, dès les premiers hoquets de la machine, face aux premières mobilisations en réseau des indignés, le parti unique a rapidement tombé le masque et révélé son penchant naturel au totalitarisme, à coup de Patriot acts pondus à la chaîne de Washington à Paris, histoire de garder la main.


La gouvernance par la peur était en marche.
Et là, tout aura été bon : de la lutte contre un terrorisme manufacturé au besoin, jusqu’aux menaces tour à tour iranienne ou russe ou chinoise, en passant par le Chikungunya, Kim Jong-un ou le Zika qu’importe : en matière d’ingénierie sociale, c’est d’instiller le bon dosage de peur dans le tissu social qui compte, d’où qu’elle vienne. L’objectif est de créer la tension qui permet de raccourcir la laisse, de resserrer le garrot pour garder les manettes, permettre au Système de perdurer dans son être et, accessoirement, à l’hyper-classe de prolonger l’orgasme et d’en ingurgiter encore et encore, jusqu’à la nausée, en attendant la mère de toutes les bulles.

Emancipation.
Dans cette guerre implacable de domination des peuples, la dissidence a désormais ses héros : les Assange et autres Snowden qui ont fait le choix du sacrifice, qui ont renoncé à leur confort, à leurs privilèges, à leur famille, à leur vie (voir et revoir le film Citizenfour), pour dénoncer l’avènement de ce système totalitaire.
Ce faisant, ils nous ont d’ailleurs montré quel pouvait être en temps de paix, si l’on ose dire, le vrai visage de l’héroïsme. Un désintéressement, un don de soi pour l’Autre qui a quelque chose de sidérant sous nos latitudes. Il faut en effet remonter aux champs de ces batailles d’antan pour retrouver ici pareille bravoure, à une époque où principes et valeurs n’avaient pas encore été réduits à l’abstraction vaseuse de cet humanisme libéral globalisé donc, et pouvaient dès lors dignement s’incarner jusqu’au trépas.
Dans le silence complice de son clergé médiatique, le Système néolibéral s’est alors déchaîné, resserrant son étreinte jusqu’au stalinisme en s’acharnant contre ces lanceurs d’alertes pour bien faire savoir à tous que dans le so called monde libre, la liberté a ses lignes rouges, infranchissables.
Pourtant le sacrifice, lorsqu’il est noble et sert une cause juste, entre naturellement en résonnance avec le cœur des autres. Et de voir ces héros persécutés par les seules capitales du vertueux Occident, du vertueux monde-libre, aura absolument tout dit, et à tous, de la boue sous le vernis.
L’indignation a redoublé.
Mais le sentiment d’impuissance aussi.

L’éveil
Car la machine était lancée, lâchée. Elle s’est mise à vouloir « traiter ceux qui n’était pas Charlie », à rééduquer la populace déviante, à lui apprendre à penser à coups d’interdiction de manifs, de livres ou de spectacles ; à coups de surveillance globale, de lois d’exception ou d’urgence suspectes tant dans leurs fondements que dans leurs applications.
Avec pour valeur suprême de professer n’en avoir aucune sauf lorsqu'il s'agit de justifier des massacres ; avec pour seul crédo la croissance éternelle et pour seule religion l’hystérie numérique et l’abolition de l’homme, notre fameux monde-libre s’est ainsi mis à ressembler à l’univers des romans de Philipp K. Dick, où triomphe une technologie malveillante et intrusive au service d’un pouvoir inquisiteur et manipulateur qui conduit, dans l’ombre, des guerres obscures et sanglantes « pour notre bien ».
Avant lui Orwell et Huxley avait également perçu la menace de cette dérive totalitaire. Le premier dans la vision d’une société écrasée par la surveillance et le mensonge permanent, le deuxième par celle d’une société vaincue et « amoureuse de sa servitude ».
Tous trois seraient effarés de constater que notre indépassable société libérale est une subtile combinaison de tous leurs cauchemars : surveillance totale ; boucheries à l’extérieur, mensonges permanents à l’intérieur ; médias sous contrôle ; disparition de la vie privée ; contrôle de la pensée et guerre de tous contre tous.
Aujourd’hui la société civile, dont l’hyper-classe dominante ne célèbre le réveil que lorsque ses escroqueries fonctionnent, y voit pourtant plus clair. Tellement clair que le pouvoir est désormais contraint au terrorisme intellectuel et à la violence législative pour dominer, assurer ses arrières, pour continuer à se goinfrer, à augmenter ses marges, ses dividendes, pour faire de la graisse, encore et encore, pour ne rien céder, surtout pas à la lie, au peuple donc.

As usual, reducio ad Hitlerum
Ce rejet de la classe dirigeante et de son clergé médiatique, ce rejet du Système, ne pouvait que favoriser l’émergence d’électrons libres, de francs-tireurs. Et c’est là qu’aux Etats-Unis arrive un Trump avec ses énormes souliers. Ses outrances sur les Musulmans ou les Mexicains en font immédiatement une cible facile pour le clergé médiatique immédiatement mobilisé pour attaquer.
Et comme toujours, comme avec Khadafi, Poutine ou Bachar, c’est la vieille technique du reducio ad Hitlerum.
Officiellement pourtant, contrairement à Hillary Clinton, Trump s’engage à respecter l’accord avec les Iraniens ; contrairement à elle, il veut en finir avec les guerres extérieures de l’Empire ; contrairement à elle encore, il estime que les USA doivent retrouver une neutralité dans le conflit israélo-palestinien ; contrairement à Hillary Clinton toujours, il est prêt à tendre la main à Poutine.
Mais qu’importe. Les outrances du bonhomme sont une aubaine pour les tenants du Système alors même qu'en matière de racisme antimusulman, Bush et Obama auront fait bien pire en exterminant directement et indirectement plus d’un million et demi d’Irakiens, de Yéménites, le Libyens ou de Syriens. Et force est de constater qu’ils sont restés tout à fait fréquentables pour nos plumitifs-Système. Tout comme cette chère Hillary qui a largement soutenu toutes leurs boucheries et dont l’élection à la Présidence US en garantirait la poursuite.
C’est que le véritable crime de Trump est ailleurs. Il réside tout entier dans sa posture anti-Système, anti-establishment. Une posture qui trouve un écho phénoménal dans la population, d’où la panique complète de l’establishment washingtonien et la hargne de ses chiens de garde médiatiques.

Ceux qui votent Trump ne votent en réalité ni pour lui ni pour son programme, dont ils se moquent éperdument. Ils votent pour en finir avec le statuquo, en finir avec le Parti unique de l’escroquerie libérale éternelle et la perpétuation d’un Système qui conduit le monde, les sociétés et l’espèce humaine à la ruine.

Ceux qui votent Trump votent comme on déclenche un détonateur.
Après, on verra bien.

Mise en ligne par entrefilets.com, le 7 mars 2016


Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

66 réactions à cet article    


  • osorkon 5 15 mars 11:52

    Ce que nous devons craindre, ce n’est pas la « force » de Trump, mais sa faiblesse ! S’il s’installait à la Maison Blanche, il deviendrait très vite, face à la réalité, aussi humble qu’un bébé toutou ! L’homme qu’on voyait rouler les mécaniques se révélerait alors moins digne, moins décisif que Le Chapo !...


    • @osorkon 5

      TRUMP 1er sponsor de DAESH DU KLUKLUX CLAN ET DES MOUVEMENTS NAZIS !!!!!!!!!!!!


    • Duke77 Duke77 16 mars 22:26

      @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE
      Arrête de relayer des conneries l’histoire du KuKlux klan est une affaire montée de toutes pièces. La photo utilisée par la presse montre un noir sous le costume (regarde ses poignets) et le fait que Trump refuse de dire s’il connais ou non un chef de ce groupe c’est pareil que l’ancien pote Neo-nazis de Manuel Vals (pris en photo en sa compagnie dans les années 90), ça veut rien dire. On peut croiser la route d’un con fini et se faire prendre en photo avec, rien ne prouve qu’on était d’accord avec lui et que c’est devenu un ami…

      Bref, ton commentaire est aussi débile que l’image Trump que tu souhaites dénoncer...

    • @Duke77

      l ’enfoiré est :

       -TRUMP CHEF DU KUKLUXKLAN

       _ASSAD le tyran sanguinaire qui fait lacher des barils d’explosifs sur ecoles et hopitaux et massacrer un jeune de 14 ans qui a osé enregistré une chanson contre lui sur son portable

      ou les « pleutres » comme placé face de lune cosse beSson kouchner duke 77 QUI CHANGENT DE VESTES COMME DE CHAUSSETTES

       ?????????????????????????????????


    • @TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE

      + DAESH ET SES IMANS ET DJIHADISTES DROGUES ET FOUS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • @Super Aldo

      aldo la classe plutot la CRASSE ARRETE LA VINASSE A 14° pour faire descendre tes pillules bleu blanc rouge et cache ton tee shirt avec la croix gammée je sais en dessous tu as pire un poème allemand ARBEIT MACHT FREI fais traduire ces mots et un TATOUAGE « GOTT MIT UNS » PARMI tes copains bons aryens tu trouveras bien un traducteur de textes nazis offre toi aussi « MEIN KAMPF »


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 15 mars 12:45

      Trump, c’est le Eltsine américain !

      Un clown, une caricature.
      S’il était élu, il mettrait peut-être en selle l’équivalent de Poutine : un cadre de la CIA au physique de Rambo ?

      • Thucydide Thucydide 15 mars 13:00

        Trump n’est ni un clown, ni une caricature et encore moins l’analogue d’un ivrogne corrompu comme Eltsine.
        Passons sur votre appréciation de Poutine, l’actualité nous démontre depuis des années qu’elle est obsolète : repensez vos sources, elles ne m’ont pas l’air si sûres que cela....

        De toutes façons, l’important en l’occurrence n’est pas Trump mais bien l’engouement qu’il soulève car, dans un pays de cette puissance, un tel engouement a nécessairement du sens (soit dit en passant, un peu comme les indices de popularité de Poutine en Russie, qui ont pour nous beaucoup plus de sens que pour les Russes, ceux de François Hollande en France.


        • L'enfoiré L’enfoiré 15 mars 14:02

          @Thucydide,

           Bien d’accord.
           J’entendais encore ce matin, deux dames qui ont changé et qui sont passés du parti démocrate pour rejoindre Trump qui n’est pas vraiment dans la note républicaine.
           Les républicains sont des conservateurs souvent religieux comme ce n’est pas possible.
           N’oubliez surtout pas que l’on prête serment la main sur la Bible.
           Ce n’est pas qu’une habitude.
           Le Kroll de hier était assez explicite

        • izarn 15 mars 20:21

          @Thucydide
          Trump n’est nullement un icone, un gigolo comme JFK ou autre Obama...Dont on a vu les résutats nuls ou catastrophiques...C’est bien JFK qui a débuté la guerre du Viet-Nam ou je dis des conneries ?
          En fait, qui est-il ? (Trump pas l’érotomane connu)
          Malgrés la tonne de baratin sur lui, je n’ai pas encore pigé....
          Bravo les gars ! Bravo les analyses ! Trump a l’avantage de démontrer leur profonde nullité, leur néantitude, leur blabla soporifique diffusant des lapalissades imbéciles....Merci Trump, les plus clowns, ce n’est pas toi ! En face c’est bien pire ! smiley
          Les crétins systémiques ne voient pas que Trump ridiculise les « gens sérieux » du Système, et que c’est cela qui fait son succés...Ce n’est pas lui le ridicule, ce n’est pas de lui que les américains rient !
          Je suis mort de rire quand on traite de clown Trump ! Les autres cons n’on pas vu leur gueule de tristes charlots ? Sont-ils plus enviables ?
          Soporifique est le mot : de baratin de ces gens. Pour vous endormir !
          Comme disait Coluche, les milieux autorisés feraient mieux d’etre autorisé à fermer leur gueule !


        • cyberfurax 16 mars 12:58

          @izarn
          Bonjour,
          JFK a en effet mis en œuvre le plan quinquennal qu’il a trouvé à son arrivée, imaginé et financé par les « condors » (en un seul mot...) qui ont foutu la merde en Amerique du sud comme sur le reste de la planète. C’est probablemement ce qui lui a valu de prendre une cartouche


        • Massada Massada 15 mars 13:12

          Trump incarne surtout ce que la gauche déteste :


          Il veut baisser les impôts sur les entreprises et sur les classes moyennes. Les ménages gagnant moins de 50.000 dollars par an ne seraient pas imposés, tandis que les plus riches verraient en parallèle disparaître un certain nombre de niches fiscales.

          Il veut que l’Amérique ne soit pas submergée par des immigrants illégaux

          Il veut revoir les accords de libre échange entre les Etats-Unis et d’autres pays aux fins que ces accords soient équitables et non biaisés

          Il ne veut pas que les Etats-Unis s’engagent dans des aventures militaires extérieures longues, mais entend frapper les terroristes islamiques de façon décisive.

          Il entend inciter les entreprises américaines à créer des emplois aux Etats Unis en créant un climat plus propice. L’impôt sur les sociétés serait ramené à 15%


          En Europe, on le traite de fasciste alors que rien dans ses propos ne remet en cause la Constitution, le Bill of Rights, rien dans son programme ne va dans le sens d’une remise en question de la liberté de parole, de la liberté individuelle et des droits de propriété, ou dans le sens de la création d’une police politique.


          C’est un conservateur qui veut redonner de la grandeur à l’Amérique et cela dérange

          • agent ananas agent ananas 15 mars 13:48

            @Massada
            Veuillez vous rendre au bureau de la hasbarah le plus proche sur le champ pour « recadrage ».
            Vos propos ne sont pas en phase avec la ligne des ploutocrates sionistes. smiley


          • L'enfoiré L’enfoiré 15 mars 14:34

            @Massada,


             Désolé, mais il y a quelque chose qu’il ne faudrait pas faire : raisonner comme un Européen sur un problème américain.
             Un Américain pense dollars quand vous convertissez en euros qui le suit à la trace.
             Les entreprise européens voudraient bien les imiter pour attirer les entreprises américaines sur leur sol.
             On ne crache jamais dans la bonne soupe que ce soit à l’est ou à l’ouest.
             Si vous ne connaissez pas nos intérêts notionnels...
             Trump n’est pas un conservateur, du tout, mais c’est un Américain du style du feuilleton Dallas..
             « A pure one »... 
             Comment a t-il fait fortune dans l’immobilier ? Cela s’est la bonne question à se poser.
             On fait faillite aux States et on se relève en disant que c’était une mauvaise passe ou que c’était un moyen pour rebondir.
             En France, vous faites faillite et vous avez un nom de failli, et vous ne vous relevez que très... mais alors, très difficilement.
             Les autodidactes, on aime aux States.  

          • izarn 15 mars 20:27

            @Massada
            Bon la grandeur de l’Amérique, ca va merci, on a déja donné....


          • agent ananas agent ananas 15 mars 13:41

            En juin l’an dernier, Ralph Nader avait prévenu que si Trump caracolait encore en tête des sondages en septembre, le GOP se dirigeait probablement vers la catastrophe.
            Aujourd’hui sa popularité effraie l’establishment qui ne sait plus comment s’en débarrasser, ayant cru que le phénomène Trump ferait long feu.
            Il semblerait que Georges Soros a lancé ses troupes en ayant recours à la recette « regime change » avant l’heure.
            Ainsi, l’organisation MoveOn.org (financée par Georges Soros) se vante d’être derrière les manifestations anti-Trump de ces derniers jours. C’est ce qu’affirme Ilya Sheyman, président-directeur de MoveOn sur le website de l’organisation et a promis de perturber les futurs meetings de Trump pendant le reste de la campagne.


            • Passante Passante 15 mars 13:58

              @agent ananas



              à 3.30...
              ça vaut rien, mais on peut entendre,
              infiltration y’a eu, mais d’où ?
              attendons voir à qui ça profite,
              dayton met en scène the president avec un peu d’avance non ?
              très joli les bodyguards bondissants, la foule en délire... 
              must go on.

            • L'enfoiré L’enfoiré 15 mars 13:53

              Thucidyde,


               Vous avez tout compris.
               Et ce soir, on aura la réponse... Ce Super Tuesday sera un référendum « Pour ou contre Trump ». 
               « And the winner is... »
               Je suivrai l’affaire jusqu’en novembre dans « Trump-moi ça » .


              • L'enfoiré L’enfoiré 15 mars 13:55

                En lisant votre « à propos » qui dit « cruelle désillusion d’avoir mesuré jusqu’à quel point le cynisme le plus dur peut être officiellement maquillé en aide généreuse et secourable... »

                Je vois aussi que vous avez compris que l’enfer est souvent pavé de bonnes intentions. smiley

                • arthes arthes 15 mars 17:17

                  @Thucydide

                  J’approuve votre billet, je vous rejoins en tout , : vos constations, vos analyses et votre conclusion.

                  Je retiens le terme : Parti unique à deux têtes...Pour faire court et explicite, c’est pratique.

                  Bon, sinon, les américains, ils ont Trump...Les veinards, mais on a la chance qu’on se donne, nous comme anti système ou hors système, c’est Marine, elle a de la G. mais elle est moins marrante, fait moins dans l’outrance, reste sur la réserve, veut ménager la chèvre et le choux...Ce n’est pas franchement confort ...Et elle n’a pas beaucoup d’autonomie financière. Ensuite le FN reste dans l’esprit de beaucoup le FHaine...Et dans l’esprit d’autres une manière de forcer le destin, une sorte de révélateur ; genre : «  de toute manière on ne peux plus continuer comme ça, alors plutôt que de continuer à mourir à petit feu, explosons tout ce système hypocrite , pourri et avec le FN, on verra bien si c’est pire...Il y aura des émeutes ? Et bien elles arriveront plus tôt, voila tout, et nous verrons bien qui hurle » à l’émeute« , » 

                   Ensuite , possible que le FN n’y survive pas, possible alors que la France tombe dans le chaos, le parti à deux tête s’entredéchirant, chacun portant sur ses pairs la responsabilité de sa déchéance...Chacun voulant reconquérir le pouvoir...Tout cela couve, FN ou pas FN

                  A vrais dire, je ne vois personne en France, aucun être qui ait le sens du sacrifice pour son pays et le peuple, du désintéressement, qui sache demeurer insensible à l’amour du pouvoir, qui possède une claire vision élargie au monde juste et généreuse..Au lieu de belliqueuse, hypocrite et suicidaire. Qui ait le soucis de penser aux générations futures sur du long terme et qui ait à cœur de préserver l’environnement (pas seulement en apprenant à bien chier dans la sciure , le grand trip écolo/bobo).

                  Faut déjà acquérir ces qualités , cette liberté d’être, nous même, au moins ce marasme que nous vivons aurait un sens utile. 


                  • cyberfurax 16 mars 13:09

                    @arthes
                    Bonjour,
                    marine n’est pas anti système. Elle fait semblant de l’être, pour se distinguer des deux autres escrocs, mais comme elle a fait allégeance à Israel et au parti sioniste, comme son enfoiré de père de surcroit, je vous incite à modérer votre joie. Même ces cons ne sont pas une alternative. Votez pour les gens qui se déclarent ouvertement pour la sortie de l’europe et de l’OTAN, notamment parce que vous n’aimerez pas voir vos enfants partir faire une guerre qui ne nous concerne pas, et ça finira bien par arriver, avec leurs conneries


                  • arthes arthes 16 mars 19:02

                    @cyberfurax
                    Bonjour

                    Je ne suis pas particulièrement joyeuse puisque , et ce depuis quelques annees, de constats en constats je ne me fais guère d illusions, en France en tous les cas.
                    Je trouve tout de même les américains très drôles en ce moment, ça change , d habitude c est plus morose et celui, le seul qui m impressionne au bon sens du terme , c est Vladimir Poutine.

                    Voter Marine serait pour moi secouer le cocotier et faire tomber les masques, crever l abces parce que ce serait virer les inamovibles mais ça serait violent, j aime pas l idée d une disloquation du pays par guerre civile , pourtant avec les politiques actuelles, ce spectre se profile aussi.

                    Alors mon paradoxe est que jamais je ne me suis autant intéressée à l avenir et à la vie politique, économique et sociale de mon pays , et jamais je ne me suis sentie autant indifférente et étrangères à tous ceux qui postulent pour le diriger.

                    Et j ai du mal à capter , de ce que je lis ici, que l on puisse trouver nul des gens et voter encore pour eux, genre par défaut.

                  • izarn 15 mars 20:04

                    J’aime bien les universitaires qui votent Trump ;Ca me fait bien rigoler !


                    • Phalanx Phalanx 15 mars 20:11

                      Les électeurs ne sont pas stupides, et ils votent Trump qui n’est pas plus un clown que Clinton. Vous concluez votre textes sur les bases de l’analyse des médias mainstream ... comme pour vous excuser d’avoir dévier. 


                      Cela en dit long sur l’emprise psychologique de la propagande.

                      Les régimes totalitaires suivent toujours la même procédure : 

                      1/ Traiter son adversaire de clown (votre conclusion)
                      2/ Traiter son adversaire de fasciste, raciste, antisémites, homo/islamo/lesbophobe (autrefois, c’était les sorcières ou les hérétiques)
                      3/ Employer la violence (voir les récents meetings de Trump annulés à cause de chiens d’attaques gauchistes enragés. L’équivalent de antifa en France, ou des SA du NSDAP) et laisser la propagande en accuser son adversaire.

                      Oui, les élites monadialisées paniquent devant Trump, mais je pense qu’elles sauraont l’empecher d’arriver au pouvoir.

                      • Onecinikiou 16 mars 00:12

                        @Phalanx


                        Incroyable et sidérant de constater en effet comment les médias dominants occidentaux, aux USA mais aussi ici en France, font porter la responsabilité des violences dans les meetings de Trump à ceux qui en sont les victimes, c’est à dire Trump et ses partisans, et non à ses adversaires qui les fomentent et y participent. 

                        Le parti pris des merdias de mass, porte-voix des ploutocrates, est on ne peut plus clair, ce qui renforce un peu plus l’idée que Trump est un danger objectif pour les intérêts du Système de domination mondialiste financiaro-bancaire. 

                        Ceci est tout à fait orwellien, et en même temps si prévisible : l’oligarchie à tout à perdre, elle ne reculera devant rien même devant une annulation d’élection, c’est absolument certain. 

                      • Onecinikiou 16 mars 09:02

                        Je tiens à préciser que toute ressemblance avec des faits passée ici en France concernant un parti patriote et souverainiste (le seul de ces dernières décennies) n’est que pure coïncidence fortuite. 


                        L’inversion transfère fomentée par les ploutocrates et leurs zélateurs :


                      • JBL1960 JBL1960 16 mars 22:05

                        @Phalanx Oui, il ne fait pas de doute que les zélites ont fait leur choix, même s’ils sont capables de s’adapter en milieu hostile. Sur le saker francophone on peut lire à 3 mois de distance et pas par les mêmes auteurs 2 articles totalement similaires sur Killary, tenez je les ai réunie dans un même billet ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2015/12/17/what-else/ C’est pas encore pour ce coup-ci enfin espérons juste qu’on sera pas éparpillés façon puzzle avant de pouvoir tenter qque chose...


                      • Pierre JC Allard 15 mars 20:30

                        @ Oui sur tout .... et vous le dites bien. Ma seule reserve est que je ne vois pas Trump comme une singularité. mais comme un aboutissement incontournable. Coupez un tete de l’hydre et il en poussera deux. Trump ne parle pas de son programme : on ne s’intéresse qu’au changement. 


                        On peut transposer en France. Ce qui intéresse du FN, c’est qu’il enterrera .les cadavres du PS et de l’UMP. Apres, on verra...



                        • Thucydide Thucydide 15 mars 20:52

                          @pjc753avx
                          La seule chose que nous pourrions attendre de lui, c’est qu’il mette un terme à la soumission européenne. Une fois ça gagné, on verra... smiley


                        • Pierre JC Allard 15 mars 20:34

                          Pierre JC Allard


                          • goc goc 15 mars 21:55

                            attention je pense que tout le monde est en train de se faire enfumer en beauté :

                            Trump est l’équivalent de Bush et doit servir la même cause.
                            Il est équivalent de GWB par son niveau intellectuel et son incompétence totale en matière de politique
                            Et donc Trump sera choisi par le système pour servir, tout comme bush en 2001, de paravent pour les basses besognes, et les coups immondes organisés par les faucons américains et sionistes

                            car ne vous y trompez pas, ce sont toujours les neo-cons qui décident de tout, et surtout après le coups des russes en Syrie, il devient très clair que la seule idée fixe de ces gens-là est de faire la guerre au bloc Russie-Chine avant que ces derniers ne fassent s’écrouler l’empire US.

                            Bref, on peut déjà prédire la suite des événements : on aura une élection Clington/Trump avec victoire de ce dernier. Puis attentat majeur (je pense que ça devra tourner autour de Cuba), et par la suite au motif de représailles, nucléarisation de la Russie et/ou de la Chine.
                            Vous verrez qu’on montrera le Trump aussi abruti devant l’attentat que le bush lors du 11/09, puis se « reprendre » et ordonner la guerre totale.

                            Voila pourquoi le Trump est non seulement le candidat le plus sérieux pour jouer les soupapes de sécurité, face à la défiance des populations (tout comme la Lepen chez nous), mais surtout il devient nécessaire comme pigeon, aux faucons pour lancer leur guerre.


                            • Passante Passante 16 mars 08:33

                              @goc

                              plus c’est trash, plucebo :



                              pour le reste, snif, la 2e tour vient de tomber...
                              après la « mort » républicaine, clinton est bien la mort - plus certaine - des démocrates,
                              avec bernie qui se dissipe, c’est donc RIP USA (en tout cas d’hier)
                              sans parler de la masse de démocrates qui ne peuvent pas voir hilary 
                              et se reporteraient sur trump, nombreuses vidéos jouant les rapprochements trump/bernie...
                              mais les tensions sont énormes ;
                              et si l’on poursuit cette lecture en « mode 911 », il manque l’épisode pentagone,
                              ça viendra, c’est tellement prévisible.. que c’est chiant à la fin.




                            • Zolko Zolko 15 mars 22:15

                              « Ceux qui votent Trump votent comme on déclenche un détonateur. Après, on verra bien. »
                               
                              bien dit. Et je pense que c’est pareil pour beaucoup de votants du FN : tout sauf l’UMPS !


                              • diverna diverna 16 mars 00:08

                                J’arrive un peu tard mais je tenais à dire qu’en mélangeant tout vous faites la part belle à Trump. Ce gars là représente l’ancienne majorité blanche. Jusqu’à présent je ne vois qu’une seule issue au phénomène Trump : il fera gagner le camp Démocrates. Les républicains se sont tirés une balle dans le pied en l’acceptant dans leurs rangs. Donc, beaucoup de bruit pour rien.


                                • Fergus Fergus 16 mars 09:19

                                  Bonjour, diverna

                                  « une seule issue au phénomène Trump : il fera gagner le camp Démocrates. »

                                  C’est en effet devenu une quasi certitude depuis hier et la cuisante défaite de Sanders face à Clinton (les 5 états perdus).

                                  « beaucoup de bruit pour rien. »

                                  Sans doute pas, car le Parti républicain va sortir en lambeaux de ces primaires, et le Parti démocrate à peine mieux loti du fait de la frustration des pro-Sanders. Une réalité qui donnera peut-être naissance à l’émergence de nouvelles formations alternatives à un duo Républicains-Démocrates ancré dans le néo-libéralisme et soumis aux lobbies industriels et financiers.


                                • Zolko Zolko 16 mars 14:42

                                  @diverna
                                   
                                  « Ce gars là représente l’ancienne majorité blanche »
                                   
                                  ce racisme est vraiment fatigant : toujours tout voir à partir d’un seil point de vue : les noirs ou les blancs. Pour votre info, l’ex-candidat Ben Carson, républicain noir, neurochirurgien à la retraite, s’est rallié à Trump, et pourrait bien être son vice-président.
                                   
                                  Vous en direz quoi à ce moment là ?


                                • JBL1960 JBL1960 16 mars 00:11

                                  @ l’auteur Par ma part, et avec l’accord d’entrefilets, à qui je transmets toujours le résultat final de mes billets, si j’ai intégré son texte à la virgule prêt. Je n’en tire pas la même analyse. Je me permets de vous coller mon billet ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/03/08/potus2016-en-trumpette/ Et à la lecture du préambule et de la conclusion sans doute comprendrez-vous sur quelle ligne, imaginaire, je me place. Au plaisir de vous lire ; JBL


                                  • Thucydide Thucydide 16 mars 08:21

                                    @JBL1960
                                    Je connais votre site, je le visite régulièrement, et j’ai le regret de vous contredire : je suis complètement d’accord avec vous.
                                    J’adhère aux analyses du billet d’entrefilets (que j’ai aussi reproduit à la virgule près en soulignant sa conclusion), et je n’ai nulle part dit que je choisissais Trump. Je me borne à constater qu’il est là et que s’il est là, ce n’est pas par hasard, qu’il y a aux USA un peuple pour qui la coupe est pleine, et le montre en mettant en avant Sanders d’un côté, Trump de l’autre. Au point que les électeurs de Sanders préfèrerons voter Trump plutôt que Clinton

                                    Et je pense que Trump peut être paradoxalement une chance pour nous, en nous incitant par certaines de ses outrances à enfin nous dégager de la tutelle mortifère des USA (70 ans !).
                                    Si je suis « Thucydide » c’est tout simplement parce qu’au déclenchement de la 2ème guerre du Golf , j’ai été frappé par l’extraordinaire analogie dans tous les domaines (historique, économique, géopolitique, technologique, patriotique...) entre l’Athènes post-Périclès et les États-Unis d’après guerre.

                                    Pour moi, avec GW Bush et l’Irak, les USA ont fait le pas de trop, comme Athènes avec Syracuse.
                                    Et je ne suis pas trompé, nous voyons tous les jours qu’ils sont incapable de gérer le chaos provoqué autrement que par l’instauration frénétique de chaos supplémentaires.

                                    Et je reste persuadé que rien ne peut remplacer la cohésion sociale à l’échelle d’un peuple souverain.
                                    Et j’apprécie en conséquence le talent de Poutine et la force tranquille de son pays.
                                    Et j’attends avec intérêt de voir comment l’utopie Européenne va s’effondrer et à quel prix.
                                    Et je me demande si nous pourrons enfin nous libérer de ce carcan Gauche-Droite qui interdit de débattre intelligemment sur notre présent et notre avenir.


                                  • JBL1960 JBL1960 16 mars 22:17

                                    @Thucydide Merci de votre réponse. J’espère juste que vous n’avez pas de regret d’être d’accord avec moi sur ce point en tout cas. Vous ne trouvez pas décourageant d’avancer en permanence à contre-courant ? Souvent j’ai l’impression d’être un saumon (pour ne pas dire un thon, car je ne pense pas qu’il fasse la même chose) remontant sa rivière et luttant contre un fort contre-courant... C’est là que je me situe, mais je n’en suis qu’au début, malgré mon âge, je suis une novice, même si mes idées et ma réflexion s’affinent et se précisent. smiley


                                  • Thucydide Thucydide 17 mars 16:35

                                    @JBL1960
                                    Déjà face au Système, nous sommes loin d’être à contre-courant, nous sommes de plus en plus nombreux, de plus en plus entreprenants.

                                    2ème étape, mettre à la poubelle l’utopie européenne et là c’est beaucoup plus difficile, car cela suppose qu’aussitôt après avoir eu le courage et surtout la force de nous dégager de l’étreinte militaro-économique et monétaire États-unienne, il nous faudra gérer un renversement d’alliance en nous tournant vers la Russie, dans un esprit multilatéral c’est à dire par une coopération économique et culturelle paisible d’égal à égal.
                                    Vu l’état dans lequel nous allons nous retrouver, ce sera particulièrement difficile il suufit de voir comment ces derniers mois la coalition internationale autour des USA n’a pas fait le poids ni au plan politique, ni au plan diplomatique, ni au plan militaire.

                                    Vous êtes Européen ?
                                    Bienvenue dans le quart monde smiley

Ajouter une réaction


    Si vous avez un compte AgoraVox, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page (bouton «Connexion»)

    Vous pouvez vous inscrire ici pour en créer un.



FAIRE UN DON

:-) :-)) ;-) :-| :-/ :/-) :-( :-(( :-p :-O :->

(Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Attention : ce forum est un espace de débat civique et civilisé qui a pour but d'enrichir cet article. N'hésitez pas à signaler tout abus en cliquant sur le lien présent en bas de chaque commentaire pour nous indiquer tout contenu diffamatoire, injurieux, commercial, raciste... et qui sera supprimé dans les plus brefs délais.

Sachez également que des informations sur votre connexion (telle que votre adresse IP) seront mémorisées et partiellement affichées avec chaque commentaire posté

Si vous constatez un bug, contactez-nous.







Les thématiques de l'article


Palmarès