Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Trump : un changement dans la bonne direction ?

Trump : un changement dans la bonne direction ?

Politiquement, par l’énorme coup de pied dans la fourmilière politique trop homogène qui dirige les Etats-Unis depuis trop longtemps, l’élection de Trump peut être considérée comme une révolte démocratique bienvenue et légitime. Mais alors qu’il va s’installer à la Maison Blanche dans quelques semaines, il faut bien se demander s’il apportera le changement désiré.

 

Sortie d’une impasse pour direction incertaine
 
Le duel politique de l’année 2016 aux Etats-Unis avait ceci de particulier que chaque candidat renforçait l’autre, l’un étant presque son anti-thèse : homme contre femme, novice politique contre la personne la plus préparée, discours provoquant et plus spontané contre éléments de communication précautionneusement préparés. Le rejet suscité par l’un renforçait l’autre, et inversement. Comme en 2007 en France, les citoyens se sont largement mobilisés contre celui qu’ils rejetaient le plus, même s’il faut aussi reconnaître, qu’il y avait aussi de vrais supporters de l’un, comme de l’autre. Et l’élection a été extrêmement serrée, puisqu’Hillary Clinton a gagné de peu le vote populaire, par 47,6% contre 47,5%.
 
Je persiste à penser que, malgré les grandes limites personnelles de Trump (faut-il être français pour être rétient à voir un futur président avoir été le héros d’une émission de télé-réalité, ou s’être donné en spectacle à un combat de catch ?) ce choix était bien meilleur que celui d’Hillary Clinton. Car la candidate démocrate, outre des aspects personnels questionnables, c’était plus de ce qui échoue depuis des décennies : l’interventionnisme extérieur, l’anarchie commerciale, la poursuite d’un manque de régulation. Seul bon point : la hausse du salaire minimum. Et ses idées sur le financement des études supérieures sont absolument effarantes, accentuant le mal au lieu de le soigner.
 
A contrario, plusieurs éléments du discours de Trump sont positifs. Comme le note Sapir, il pourrait être le premier président de la démondialisation. En effet, Il refuse le laisser-passer tant pour les produits, les capitaux et les personnes. Il a tenu des propos très forts contre les importations à bas coûts, qui pourraient ouvrir la voie à une relocalisation d’une partie des emplois perdus. Il affirme vouloir rapatrier les capitaux qui ont fui son pays et il est aussi opposé aux flux incontrôlés de personnes (d’où le mur à la frontière avec le Mexique). Et il propose une hausse du salaire minimum ainsi qu’un programme d’investissments publics dans les infrastructures. Enfin, son refus de l’aventurisme interventionniste à l’étranger, qui n’a engendré qu’un chaos d’où a surgi Daech, représente un véritable progrès.
 
Cependant, outre un caractère assez fantasque pour la fonction et la question de ses motivations, certaines de ses propositions posent problème. Michel Onfray a sévèrement fait de lui « la poupée gonflable du capital  ». Il faut dire qu’il propose une suppression de l’impôt sur les successions, une baisse de plus de moitié de l’impôt sur les sociétés et une baisse générale de l’impôt sur le revenu, qui profiterait aux plus riches. Son programme fiscal alimenterait fortement des inégalités qui n’en ont pas besoin. Bref, ce n’est pas parce qu’il horripile ceux qui nous horripilent qu’il faut perdre toute distance critique, d’autant plus que son pragmatisme pourrait le mener dans des directions imprévisibles.
 
 
L’élection de Donald Trump est une bonne nouvelle, tant sur le sens politique de rejet d’élites qui ont oublié les citoyens, que sur le fond, avec la remise en question de cette mondialisation anarchique. Cependant, le programme du président-élu risque d’accentuer encore fortement les inégalités et il est difficile de savoir quelle direction il fera prendre à sa présidence. Pour le meilleur, ou pour le pire ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • JC_Lavau JC_Lavau 14 novembre 23:22

    Scruter de près de qui il s’entoure.

    Roosevelt aussi avait fait des moulinets avec ses bras, avant de s’attacher de meilleurs conseillers économiques, des keynésiens.

    De plus Soros finance tout ce qu’il peut pour l’abattre avant janvier.

    • zygzornifle zygzornifle 15 novembre 11:55

      on verra s’il se couillemollise rapidement comme le font les nôtres .......


      • Alren Alren 15 novembre 17:37

        @zygzornifle

        Trump devra se confronter à des forces considérables dont la plus puissante de toutes : la force d’inertie.

        En particulier, l’expulsion des clandestins ne pourra pas se faire à l’échelle qu’il prévoit car ceux-ci bénéficieront de deux types de protection : celle des citoyens qui estimeront inhumaines ces expulsions de personnes résidant aux USA depuis plusieurs années et celle des employeurs cyniques qui utilisent ces clandestins pour peser à la baisse sur les salaires. Ces derniers auront les moyens d’obtenir le soutien des polices locales.

        Les cadeaux fiscaux aux plus riches entraîneront automatiquement davantage d’austérité et de misère pour ceux qui n’en bénéficieront pas et Trump deviendra rapidement très impopulaire.
        Ce qui permettra à l’etablishment de reprendre l’initiative contre lui et de bloquer toute sa politique, notamment étrangère.


      • ENZOLIGARK 16 novembre 03:33

        TANT QUE PARLE L’ ECONOMIE # [ Music / VIDEO by ....... ] ... , ...# ... et les ecoutes de la N$A - U$ - sponsorises par les israeliens ... ( Salamalaikoum  ! ... les blairOOOs ) . ... A FRANCIA UE$A FORA ... INDIPENDENZA SOLA SOLUZIONE per a CORSICA * ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès