Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tsipras met au jour le rapport du capitalisme à la voix du peuple

Tsipras met au jour le rapport du capitalisme à la voix du peuple

On gagnerait à dégager de tout le brouhaha de commentaires ce qui fait actuellement le nœud de la situation de la Grèce dans l’Union Européenne dans sa dramaturgie épurée. Il faut débarrasser la situation de ce qui sature et interdit de la penser.

 

L’antagonisme dans sa simplicité est le suivant :

  • D’un côté, la Droite au service du Capital sous sa forme libérale et sous couvert de Démocratie comme étendard et caution morale. Les figures qui participent de ce pôle de l’antagonisme sont Angela Merkel, François Hollande… et plus largement les technocrates soucieux de défendre l’« intérêt global » du Capital. Cette Droite n’est pas malveillante : pétrie de bons principes, elle ne conçoit la question que sous l’angle économique supposé dépourvu de toute dimension politique. La générosité apparente des concessions et aides apportées à la Grèce ne doit pas attendrir. Žižek a bien repéré que prêter l’argent a surtout pour effet de maintenir le débiteur dans un état de subordination. Le processus est intrinsèquement aliénant et culpabilisant. Le principal souci du camps des créanciers est essentiellement conservateur : maintenir l'ordre des choses, en rendant éventuellement les inégalités moins brutales, moins visibles, plus digestes.

 

  • De l’autre côté, l’union de la Gauche grecque soutenue en intention par ceux en Europe qui prennent parti en faveur des victimes de l’austérité imposée avec autorité par l’« allié » (!) européen. Ici, l’enjeu est d’abord local : l’état d'extrême détresse du peuple grec. Si les attaques subies se formulent essentiellement en langue d’économistes et de créanciers, les réponses de Syriza tentent de s’élaborer sur un mode explicitement politique (non sans quelques tâtonnements ou maladresses).

 

Le mérite de Tsipras aura été de faire apparaître à nouveau les contradictions propres de l’idéologie dominante de l’UE : son arme aura été la parole politique et la démocratie. Les Grecs ont donc affirmé démocratiquement qu’ils n’acceptent pas le plan d’accord soumis par la commission européenne, la BCE et le FMI (telle était la question du referendum et Mélenchon et d’autres ont eu raison de souligner combien médias et politiques n’ont eu de cesse de déformer les termes de la question, voire de suggérer que la question ne serait pas même adressée au peuple). Les réactions de stupeur, d’étonnement, de panique, de la Droite à l’annonce du referendum devaient déjà nous mettre sur la piste… C’est donc à l’encontre de l’expression démocratique d’un peuple que des « accords » ont été trouvés, le pistolet sur la tempe (pour reprendre le mot de Tsipras), c’est-à-dire dans l’affamement d’un peuple et sous la forme de l’ultimatum. On réalise ainsi après-coup que l’acte politique de Tsipras réside moins dans le sondage d’opinions du peuple grec que dans la mise au jour du peu d’estime en quoi les technocrates européens tiennent la démocratie et la détresse d’un peuple. Tel est le gain de savoir : en régime de libéralisme économique, on veut bien de la démocratie (parlementaire) pour autant qu’elle se mette au pas des exigences du capital. Mettons le destin réservé au referendum grec en série avec le referendum français de 2005 contre le traité pour une Constitution européenne, avec les trois recours à la procédure « 49-3 » pour un forçage autoritaire de la loi Macron, ou encore avec les gouvernements techniques qui se succèdent en Italie - pour rappel : Matteo Renzi est Président du Conseil par nomination et non par élection démocratique. Chaque fois, une technocratie présumée apolitique et consensuelle impose des décisions économiques sous la rhétorique d'un pragmatisme de bon sens qui ont des implications politiques bien réelles.

Face aux pressions des créanciers, il est une attitude problématique qui consiste à négocier les moyens d’étalonner la dette, de l’annuler en partie, etc. C’est accepter de parler dans la langue du dominant (qui ne connaît que le chiffre et le dû) et dans des termes où le débiteur reste redevable. Un internaute propose un remboursement participatif de la dette grecque par les citoyens de l’UE. N'est-ce pas encore donner trop raison à la légitimité de cette dette ! Lorsque Mélenchon fait valoir que bien des pirouettes comptables pourraient résoudre la question de la dette grecque, c’est pour faire apparaître combien le problème est moins un problème technique qu’une Question politique. Si Tsipras cède finalement, c’est que l’accord se fait sous la forme menaçante du chantage. Tout porte à croire désormais que l’acte politique authentique laisse les technocrates qui nous gouvernent indifférents, ou bien perplexes quand ils ne paniquent pas. Ils ne savent plus que la politique est métier de parole plutôt que de chiffres et de communication. Se trahit un manque d’imagination politique, prisonniers qu’ils sont d’un fatalisme consistant à croire que l’idéologie de marché est l’ordre des choses, qu’il l’a toujours été, qu’il n’est pas possible d’en changer. (Pour le dire avec Engels, « Ce qui manque à tous ces messieurs, c’est la dialectique ») Leur soumission aux exigences cruelles du marché n’est pas sans évoquer le zèle religieux du fanatisé sacrifiant à d’obscures idoles.


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • alinea alinea 16 juillet 2015 17:12

    Mais, eux aussi font un acte politique ; cela s’appelle la dictature, de la ploutocratie, de la finance ou du marché, mais dictature quand même !
    Décider que l’UE marchera par consensus, est un acte politique ; décider que les travailleurs sont variables d’ajustement, c’est un acte politique. Et tout à l’avenant.
    Et qui peut croire ce qu’on veut nous faire accroire, que « nature » est souveraine et que chacun est renvoyé à sa « responsabilité » ?
    La propagande est politique, le mensonge, les magouilles et, bien sûr, l’impunité des uns, , l’impuissance des autres, le consentement bien involontaire de la plupart !


    • mario mario 16 juillet 2015 17:32

      @. «  »Si Tsipras cède finalement, c’est que l’accord se fait sous la forme menaçante du chantage. «  »
      pas d’accord du tout cher auteur, en effet, il avait la possibilité de démissionner !
      c’est donc bien une double trahison pour le peuple Grec
      1) la question correspondant au non au référendum ( 61%) etait bien «  » le refus de l’autérité"
      2) il n’etait donc pas mandaté pour signer la capitualion et l’humiliation de tout un peuple.
      finalement Tsipras, ce n’est pas le clone de hollande mais bel et bien l’identique de mélenchon c’est a dire un imposteur qui pense changer l’europe de l’interieur...... le bonjour de frau merkel cher ami ....


      • leypanou 16 juillet 2015 18:06

        " Tout porte à croire désormais que l’acte politique authentique laisse les technocrates qui nous gouvernent indifférents, ou bien perplexes quand ils ne paniquent pas. " : mieux vaut tard que jamais.

        D’où l’obligation de faire des choix judicieux quant aux méthodes à utiliser pour les combattre. Et ce n’est pas en prétendant vouloir rester dans l’euro à tout prix qu’on y arrivera.


        • bernard29 bernard29 16 juillet 2015 18:55

          Si la pression des allemands n’avait pas été entretenue par la France, en particulier, elle n’avait aucune chance d’aboutir, puisque l’Eurogroupe ne pouvait décider l’ exclusion d’un Etat. En laissant prospérer la proposition de « GREXIT temporaire » et le refus de négocier la dette, sans les dénoncer publiquement et fortement, la France a laissé seule la Grèce, avec la menace d’une asphyxie financière, contre les 18 autres pays. 

          Le choix présenté par l’Eurogroupe a la Grèce, n’était donc pas «  GRECEXIT ou sauvetage !! », mais « auto-exclusion de la Grèce, ou asservissement. ».

          Si Tsipras n’ acceptait pas l’accord, il y avait « défaut et asphyxie financière » puis donc sortie de l’Euro. 

          En signant cet accord « non viable », Tsipras envoie l’Eurogroupe dans ses contradictions qui vont devenir intenables à plus ou moins long terme. 


          • Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] 16 juillet 2015 22:46

            Qui c’est Mélenchon ?


            • Raoul-Henri Raoul-Henri 17 juillet 2015 02:11

              @Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL]
              Méchant !


            • Raoul-Henri Raoul-Henri 17 juillet 2015 02:23

              Un bon résumé de la situation pour ce qui est de l’apparent média.

              Il y a une perle tout de même, mais sans rapport direct avec le sujet : ;) « Matteo Renzi est Président du Conseil par nomination et non par élection démocratique. » J’ai retapé ici la fin de la phrase car elle apparaissait comme un lien après le copié-collé et...çà m’a fait tout drôle d’écrire cela :
               « élection démocratique ». Serait-ce une nouvelle marque d’élection ? :)


              • zygzornifle zygzornifle 17 juillet 2015 08:31

                il va finir collé 4H chez Démoniaqua Merkel .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

a.mary

a.mary
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès