Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tuerie à Akihabara et peurs occidentales

Tuerie à Akihabara et peurs occidentales

Il y a quelques semaines, à Akihabara, la "ville électrique" de Tokyo, un individu renversait des passants traversant une avenue piétonne, avant de descendre de son camion et d’en poignarder une dizaine d’autres avec un couteau de chasse. Bien que traitée de façon relativement peu importante par les médias français en comparaison d’affaires similaires s’étant déroulées aux Etats-Unis, ce massacre a ressuscité sur certaines antennes, déjà échaudées par les nouvelles sur les dangers du téléphone portable, les méfaits du téléchargement et la réussite de la semaine sans écrans, les démons classiques des peurs occidentales.


Les jeux vidéo


Parmi les coupables aussitôt désignés par les médias français, comme ce fut le cas pour différents massacres ayant eu lieu aux Etats-Unis et de façon renforcée par la spécificité du lieu où s’est produit l’événement, on distingue l’univers des jeux vidéo, et, s’y rattachant ici, des mangas et dessins animés. De façon quasi unanime les interventions d’experts comme les réactions du public ne portent que sur une chose, la violence intrinsèque des jeux vidéo. Or, il ne peut s’agir ici que d’une méconnaissance fondamentale, mais néanmoins compréhensible du fait de sa particularité et de sa faible visibilité à l’étranger, de la sous-culture qui se forme à Akihabara.

En effet, les jeux vidéo, mangas et dessins animés dont sont les plus friands les otakus, individus peuplant Akihabara, sont au contraire excessivement non violents et tournés à l’excès vers l’affectivité. Ce genre particulier, également appelé moe en japonais, peut être interprété comme un complément virtuel pour des individus ressentant un certain manque en ce domaine du fait de leur incapacité souvent assez prononcée à communiquer et à se socialiser, aussi bien avec leurs camarades qu’avec leur famille. Ils évoquent ainsi très souvent des histoires d’amour, mais aussi d’affection familiale ou amicale, au détriment de tout autre type de récit. La première réaction d’un public non initié permet immédiatement d’établir une ressemblance entre ce type d’œuvres et les romans à l’eau de rose, bien que ceux-ci soient destinés, et c’est là une particularité japonaise, à un public masculin.

S’il reste toujours possible d’analyser le lien entre jeux vidéo et crimes violents, le lien sera cependant beaucoup moins intuitif dans ce cas qu’il ne peut l’être lorsque l’on prend pour exemple les jeux vidéo les plus en vogues aux Etats-Unis. La réaction à la société est plutôt celle de la fuite dans un doux cocon imaginaire que celle de la révolte violente ou du nihilisme destructeur.

Internet

La seconde cause évoquée est celle de la perturbation des rapports sociaux qui serait introduite par l’usage intensif d’internet. Une idée classique dans notre pays est que l’effet attractif d’internet et de nouveaux types de médias et de créations détournerait les jeunes d’une socialisation dans la « vie réelle », et aurait donc un effet néfaste.

Ainsi, les otakus sont vus simultanément comme des individus présentant un fort intérêt pour un sujet, habituellement les mangas, dessins animés et jeux vidéo, et comme présentant des difficultés de socialisation. Cependant, il existe au Japon de très nombreux sites internet d’échanges en communauté sur des sujets liés aux mangas, dessins animés et jeux vidéo, mais aussi d’immenses conventions dans la « vie réelle », comme le Comic Market (ou Comiket) qui réunit deux fois par an des centaines de cercles de création de mangas et autres associations d’amateurs de tout le pays, ce qui montre au contraire l’existence de réels espaces sociaux.

On peut donc donner une interprétation exactement inverse, et supposer que ces individus, parce qu’ils se socialisaient difficilement, se sont plongés de façon intense et profonde dans des activités concernant un sujet précis, comme par exemple mangas/dessins animés/jeux vidéo. Internet étant un des meilleurs moyens de recherche d’information, ils l’ont donc massivement assimilé et utilisé. Naturellement se sont donc formés des cercles d’échange d’informations, puis de création. La communication en ligne étant par nature limitée, ces groupes ont ensuite eu tendance à créer des échanges dans la « vie réelle », d’où le développement des conventions et autres points de rencontre.

Il est à noter que le même phénomène se produit en France, bien qu’à moindre échelle, autour des passionnés d’informatique ou de jeux vidéo, respectivement geeks et gamers, qui tendent à se grouper et à se rencontrer notamment autour d’événements. Comme au Japon, ces phénomènes tendent à la production de sous-cultures, faisant d’ailleurs souvent référence aux créations asiatiques ; la création de la chaîne NoLifeTV sur Free en est un exemple.

Les difficultés de socialisation des jeunes selon cette hypothèse seraient dus non pas à l’attractivité des nouvelles technologies ou de certains types de créations, mais, de façon beaucoup plus banale, au malaise social créé par les dysfonctionnements structurels de la société. Ces sujets, comme les problèmes liés à la pauvreté, aux difficultés familiales, aux conditions de travail et surtout à l’école, au système scolaire, et à l’insertion sociale qui est reliée à lui, sont d’ailleurs extensivement traités par le cinéma, les séries et l’animation japonaise.

Conclusion

Ainsi, en regardant l’affaire d’Akihabara au-delà du lieu en lequel elle s’est produite, on constate que le jeune homme en question estimait que sa vie ne valait pas la peine d’être vécue car, malgré le fait qu’il ait été un lycéen brillant, il n’avait pu intégrer une université suffisamment reconnue, et, une fois installé en ville, avait dû se contenter d’un travail subalterne. Il ne semblait pas par ailleurs utilisé les nouvelles technologies plus que la majorité de ses concitoyens.

La dénonciation des technologies peut donc se rapporter, comme celle de la polygamie, de l’intégration culturelle ou du trafic de drogue dans les banlieues, à une diversion des causes réelles et objectives des problèmes sociaux de nos sociétés et, ultimement, des antagonismes qui traversent notre monde.

Il serait donc bien temps de voir la technologie pour ce qu’elle est, c’est-à-dire non pas un facteur capable de créer ou de résoudre des problèmes sociaux fondamentaux, mais comme puissant révélateur des antagonismes en tant que terrain vierge sur lequel viennent s’exercer les luttes qu’ils entraînent.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • prijker 23 juin 2008 23:05

    Il serait donc bien temps de voir la technologie pour ce qu’elle est, c’est-à-dire non pas un facteur capable de créer ou de résoudre des problèmes sociaux fondamentaux, mais comme puissant révélateur des antagonismes en tant que terrain vierge sur lequel viennent s’exercer les luttes qu’ils entraînent.

    oui, je partage votre analyse, excellent.


    • yannick yannick 24 juin 2008 08:10

      Je me souviens également d’une théorie selon laquelle le prozac ( entre autres ) favorisait les comportements suicidaires et les passages à l’acte violents.

      En fait il suffit de taper prozac sur un moteur de recherche pour avoir des centaines d’anecdotes

       


      • jam4ever 24 juin 2008 09:13

        Une pression sociale énorme, des horraires de travail halucinant, de 12 a 15h par jour, pas de vacance ou peu (car socialement c’est mal vu de prendre l’intégralité des vacances auxquelles ont a le droit)

        Des salary men soumis a une pression constante et intense de la part de leur direction, absence de reconnaissance, des salaires insuffisant, des loyers ... Savoir que la surface maximum de son appartement ne depassera jamais le 20m² toutes sa vie (je parle de couple avec enfants par de célibataire ...).

        L’alcool, les jeux video, les mangas, internet, ne sont que le bouchon de la cocotte minute qui permet a l’humain de ne pas imploser. Mais voila a ce rythme dément certains craquent, et ce sera de plus en plus souvent et de pire en pire !

        C’est pourtant tellement plus simple d’accuser les jeux video et internet que de remettre en cause l’ensemble du systeme qui fait de l’humain un outil de production corvéable à souhait ! Le Japon a déja l’un des plus fort taux de suicide au monde, c’est normale qu’a terme le suicide devienne une forme d’expression avec un message, ce sera surement le seul moment de sa vie ou l’on aura une réelle attention de la par de la société.

         


        • Georges Yang 24 juin 2008 09:54

          Article très intéressant mais suscitant peu de réaction car ne caressant pas le lecteur dans le sens du poil, c’est-à-dire la dangerosité intrinsèque des jeux vidéo et des mangas. Cette autre interprétation devrait faire réfléchir les censeurs potentiels au nom du principe de précaution. Le versant affectif qui passionne les utilisateurs devrait plutôt être considéré comme un substitut à un manque que comme une déviance vers la criminalité


          • Patience Patience 24 juin 2008 12:23

            Y a pas beaucoup de kippa au Japon.

            Meme pas le bout du commencement d’une dans cette tuerie.

            Alors bof...


          • roOl roOl 24 juin 2008 11:39

            Encore des analyses de comptoirs par et pour des gens completement en marge des phenomenes dont ils parlent...

             

            Bref, de la merde...

             


            • french_car 2 juillet 2008 10:27

              @roOI
              Votre amabilité s’adresse à l’auteur de l’article ou à ceux qui ont répondu ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès