Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tunisie : difficile d’apprendre la démocratie

Tunisie : difficile d’apprendre la démocratie

 Une route semée d’embuches. La Tunisie, ou plutôt le tunisien, aura du mal et mettra du temps pour s’installer dans la démocratie dont il n’arrive même pas, actuellement… et tout naturellement, à digérer convenablement les racines. 

 La multitude d’incidents, manifestations, déclarations inconscientes et comportements quotidiens aberrants, manipulations, grèves et discours niais qui font frissonner le pays depuis plus de quatre mois, sont là pour en témoigner. Ce petit peuple qui est pourtant le plus évolué du monde arabo-musulman, qui récemment a donné naissance au réveil d’une race après avoir réussi, voilà plus de cinquante ans, à battre en brèche certaines des certitudes religieuses (1), étale ainsi au grand jour les difficultés qu’aura le « printemps arabe » à fleurir rapidement là où il laboure les terres d’Afrique du Nord et du Proche Orient.

 Partout sur cette planète, l’Histoire, la grande, celle qui n’a cessé de ciseler l’Homme, l’a maintes fois démontré. On ne peut demander à un peuple soumis depuis toujours à des régimes autoritaires, pour ne pas dire dictatoriaux, d’ingurgiter du jour au lendemain les ingrédients de la liberté et de la citoyenneté. Et les peuples arabes sont dans ce cas. Depuis la nuit des temps.

 Sitôt débarrassés, par leurs révoltes, de leurs émirs, rois ou chefs de tribu, califes ou colonisateurs puis généraux et présidents félons, ces peuples, manquant de leaders charismatiques, se trouvent aujourd’hui dans l’impossibilité d’observer aussitôt les règles élémentaires du « vivre ensemble dans la cohésion ». Des règles qu’ils ignoraient tout comme l’ont ignoré leurs ancêtres les plus lointains.

 En effet, privés, depuis toujours, de toute instruction politique et même civique, abreuvés la plupart du temps d’une lecture surannée du Coran, surtout en zone rurale, leur statut social n’a jamais cessé, génération après génération, plongés qu’ils étaient dans la crainte de tout ce qui représentait le pouvoir central, de leur inculquer l’individualisme exacerbé associé à une débrouillardise primaire. 

 Une fois soulagés après des siècles de servilité, de la « peur du chef et de ses sbires », il est naturel qu’ils aient pris la décision de se « lâcher » en demandant tout et n’importe quoi. Ainsi, les tunisiens, du moins pour la frange la plus violente et la plus ignare d’entre eux, souvent galvanisée par des meneurs à la solde de l’ancien régime, ont confondu « La Liberté » avec la liberté de tout faire. Piller les magasins bien achalandés, symboles de la richesse, ou cambrioler et détériorer les maisons bourgeoises, autant de refuges des complices du tyran, selon elle.

 Pour les autres, liberté a été le synonyme de manifester pour des revendications, quelquefois justifiées, mais aussi pour des rumeurs et donc plonger dans l’affrontement avec les policiers, ou se diriger vers le corporatisme, bousculer les imams dans les mosquées où sont tenus des discours politiques d’un autre âge, mettre en cause la fidélité de l’armée sans laquelle ils n’existeraient pourtant pas, ou bien créer son propre parti politique, vierge de tout militant. Le tout accompli, là aussi, avec une certaine violence.

 Ils croient avoir appris de la démocratie, qui n’est pas encore mise sur rails, qu’elle leur donne aujourd’hui le droit de faire grève tous azimuts, de demander n’importe quoi.. et « son contraire », de construire n’importe où et n’importe comment, à la va vite avant que les édiles locaux ne puissent intervenir, d’installer des camelots et leur bimbeloterie ou marchands de quatre saisons avec leurs fruits et légumes, par centaines et dans toutes les villes, à même le sol, sur les trottoirs poussiéreux où s’étalent également, sous le soleil et en dehors de toute surveillance sanitaire, poissons et denrées périssables et mêmes …ordures ménagères jetées par des citadins désinvoltes.

 Certes, le gouvernement provisoire, en réactivant notamment les servi- ces de sécurité, juger ou poursuivre les « profiteurs d’antan », traquer les responsables de l’ancien parti du Président, essaie de réagir, de canaliser ces envies qui débouchent quelquefois sur un aspect de chienlit regrettable. Des envies qui risquent également d’entrainer un report des élections générales du 24 juillet destinées à doter, à court terme, le pays d’une nouvelle Constitution, et donc de retarder la cohésion dans le pays.

 De toute façon la campagne électorale n’est pas encore entrée définitivement dans sa phase dite de communication « apaisée ». La presque totalité de la soixantaine des partis nouvellement constitués, dont les membres sont actuellement les plus bruyants, ont d’ailleurs peu de chances d’exister à travers les élections. D’autant que certains d’entre eux sont susceptibles d’abriter d’anciens membres du RCD dissous, parti unique qui était à la solde de l’ex-président honni.

 Dans la soixantaine de formations reconnues on trouve quatre partis qui affichent leur « islamisme », la grande majorité des autres se disant d’essence « socialiste » ou « centriste de gauche ». Il faut enfin noter – une exception dans le monde arabo-musulman, la présence du Parti « Communisme-Marxisme-léninisme » de Hamma Hammami, vieux militant tunisien d’extrême gauche souvent incarcéré ou poursuivi par le passé.

 A ce jour seules deux entités semblent les mieux organisées : celle… des blogueurs grâce à qui est née la révolution, et celle du mouvement islamiste Ennhada, parti interdit sous Ben Ali et dont le leader Rached Ghannouchi, aujourd’hui entré au bercail, a vécu en exil pendant une vingtaine d’années. Toutes deux se sont affrontées récemment – avec vigueur mais sans violence excessive – dans la rue et à plusieurs reprises à travers le pays. En effet, par le volonté des « blogueurs » qui se sont mobilisés pour l’occasion, partout où le leader islamiste s’est déplacé pour tenir meeting, accompagné de gardes du corps barbus, il a été empêché de prendre la parole, y compris dans les mosquées, par des citadins avertis de ses déplacements par internet et parmi lesquels les femmes n’étaient pas les moins nombreuses ni les moins agressives.

 Un bon signe quand même de la part d’une Tunisie où fleurit, comme dans tout le pourtour méditerranéen, une tradition « du matriarcat » et où, depuis peu, par la volonté du pouvoir provisoire conduit par un octogénaire, ancien fidèle de Bourguiba, la parité entre hommes et femmes a été décrétée pour la prochaine Assemblée Constituante.

 

(1) En Tunisie, le premier Président, Habib Bourguiba qui avait fait voter très vite, il y a plus d’un demi-siècle, l’abrogation dans le pays de la polygamie et les droits de la femme, avait eu deux gestes restés célèbres et qui à l’époque avaient été largement diffusés et approuvés. Lors d’une visite de la Médina, à Tunis, il avait tout d’abord invité une femme venue à sa rencontre à se dévoiler le visage. Une seconde fois, au cours d’un discours télévisé en période de jeûne (le ramadan) il s’était abreuvé en disant « …devant vous je travaille et donc j’ai le droit de me désaltérer…tout comme ceux de mon pays qui travaillent et qui ont le droit de boire et de manger… »


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 14 mai 2011 10:01

    La démocratie est une funeste utopie. Les tunisiens ne tarderont pas à s’en rendre compte.


    Seule une oligarchie constituée de politiques, d’intellectuels et autres cultureux parviendront à imposer l’idéologie démocratique, à condition de s’accaparer médias, entreprises, écoles, et de formater les cerveaux des jeunes générations, de manière à tuer en eux tout élan vital, pour les enfermer dans une citoyenneté soumise, et dans un consumérisme mortifère.

    Les plus vaillants des tunisiens, ceux qui parviendront à échapper à cette massification mortelle seront pourchassés, dénigrés, calomniés, exécutés par la morale publique.

    Corruption, querelles politiques, désordres émailleront la vie tunisienne, au grand profit des spéculateurs, et pour le grand malheur des meilleurs, condamnés à la morosité et la frustration.

    La démocratie est un totalitarisme comme une autre. Totalitarisme de la majorité et de la médiocrité.

    L’exemple français le démontre chaque jour.

    • JL JL 14 mai 2011 10:11

      « La démocratie est un totalitarisme (...) de la majorité et de la médiocrité. » (Saint Mauxe)

      La démocratie non dévoyée est le contraire du totalistarisme.
      La loi du nombre est le seul contre pouvoir à la loi du plus fort.



    • Deneb Deneb 14 mai 2011 10:30

      « La loi du nombre est le seul contre pouvoir à la loi du plus fort. »

      Le pouvoir. L’appât suprême.

      Nous sommes bien Peut !


    • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 14 mai 2011 21:12

      La loi du nombre EST la loi du plus fort.


    • JL JL 15 mai 2011 09:48

      sanit Maxe,

      et qu’est-ce que vous proposez à la place ? Le tirage au sort ? La course à pied ? Le combat de gladiateurs ? Le plus ancien dans le grade le plus élevé ? Un concours de zézettes ?

      Je suis curieux d’apprendre !


    • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 15 mai 2011 18:43

      Un concours de zézettes ? Pourquoi pas !


    • EDDY 14 mai 2011 10:08

      merci Henri François

      les peuples colonisés subissent encore et toujours le poids de l’islamisation
      l’histoire, la culture, les mentalités sont imprégnées de cette idéologie.

      le printemps arabe est un choc des idées entre ceux qui s’accrochent à cette idéologie et ceux qui entendent vivre la démocratie
      la mondialisation et les NTIC invitent la jeunesse, en particulier, à bouger
      ce qu’elle fait avec plus ou moins de savoir faire mais avec enthousiasme.

      le printemps arabe est un choc des civilisations intra-muros
      un schisme 


      • Henri François 14 mai 2011 12:00

        Il est incontestable que la Démocratie n’est pas la panacée pour apprendre aux hommes à vivre ensemble, mais à l’heure actuelle elle demeure le moins mauvais des systèmes. Tout en restant fragile car...l’homme restera l’homme. C’est à dire un ndividualiste malgré tout.
        Je pense sincèrement que la Nature l’a crée ainsi et qu’il soit blanc, noir , jaune ou rouge et quelque soit sa religion, dés l’instant où, quittant la famille, puis la tribu - donc des petites communautés - il doit s’intégrer à la masse de la Nation son égoîsme ou son individualisme deviennent plus encombrants encore.
        Même l’Anarchie qui suppose une communauté n’obéissant pas à une hierarchie verticale mais horizontale compte tenu de la maturité, l’intelligence et l’honnêteté de chacun des individus qui la composent, ne serait pas viable, chacun étant qu’on le veuille ou non, génétiquement différent de son voisin et donc spécimen UNIQUE.


        • Lilia Marsali Lilia Marsali 14 mai 2011 21:45

          @ Henry François
          Avez-vous entendu parler d’un nouveau parti le PML Parti Maghrébin Libre avec à sa tête  Mohamed el Boussairi Bouebdelli dont la dissidence a été copieusement relatée  aujourd’hui dans notre champ médiatique français, du Canard enchaîné à Investigation ?
          Il se veut démocrate. Est-ce encore un leurre ? Fait-il parti de ces dissidents bureaucrates aux services des intérêts étasuniens ?


          • Raymond SAMUEL paconform 14 mai 2011 21:53

            Bonsoir,

            - La LIBERTE confondue avec la liberté de tout faire-

            Ce n’est pas le propre des Tunisiens, c’est aussi l’idéologie dominante en France où l’égoïsme est légitimé par le droit prétendu à la "liberté. La liberté de tout faire dans la vie personnelle et familiale (avorter par confort, livrer les enfants à des tiers, pratiquer l’adultère sans se soucier du conjoint, jeter le conjoint sans se soucier des enfants, abandonner les vieux etc...).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès