Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tunisie : et maintenant ?

Tunisie : et maintenant ?

« Halte au feu ! »

« Tous aux urnes ! » « Aux résultats ! » . Et « so what now ! » puisque pour certains, l’anglais devrait supplanter bientôt le français, langue imposée par le colonisateur et, de ce fait, corruptrice d’une identité qui trouve ses marques profondes dans l’arabe et surtout dans l’Islam. Tous les Tunisiens ne sont pas de cet avis, du moins sûrement pas en ce qui concerne le français, enseigné dès la seconde année de l’école primaire. La religion et surtout son instrumentalisation sont plus préoccupantes.

De l’amertume dans les effluves capiteux du jasmin.

219 morts, 510 blessés, bilan tragique certes, mais qui ne doit pas faire oublier le suprême sacrifice, comme un baptême ou un rite initiateur, du marchand ambulant Mohammed Bouazizi *qui s’est immolé par le feu pour protester contre la cruauté du régime autocratique en place, le 17 décembre 2010.

 Moins d’un mois plus tard le dictateur Ben Ali s’enfuyait en Arabie Saoudite. J. zéro pour la Tunisie nouvelle.

 Puis dimanche dernier, le premier épisode avec ces élections des députés à l’Assemblée Constituante(ANC). En dépit de quelques contestations, rares et peu significatives qui occasionneront un retard dans la publication officielle des résultats définitifs après examen des recours, les observateurs s’accordent à reconnaître aux électeurs une discipline, une dignité et même une patience exemplaires.

Les incidents violents de Sidi Bouzid d’où la révolution était partie (incendie de voitures, saccage du siège de Ennhada, le parti victorieux…) provoqués par l’invalidation de six listes de « La Pétition Populaire », considérées comme irrégulières, ont été le fait de l’opposition de ce parti. Son leader, le milliardaire Hachmi Haamdi est originaire de la région et suspecté d’accointance avec les « résidus » de l’ancien parti de Ben Ali, le RCD dissous. Les griefs sont à la vérité assez flous. Toutefois, le calme est revenu. Durablement ?

 En signe de protestation, le milliardaire a retiré les élus de ses listes qui ne pourront plus siéger, du moins au nom du parti.

L’optimisme raisonnable de Rhida ZGUIDANE.

Monsieur Zguidane, consul de Tunisie à Strasbourg, auquel nous oserons conférer en la circonstance, très exceptionnellement par respect pour sa qualité et son talent de diplomate, le titre d’ambassadeur, surtout pour sa charge particulière dans la capitale européenne, est le seul « officiel » tunisien qu’il nous ait été donné d’entendre dans une conférence de presse au Conseil de l’Europe. Le diplomate s’est montré optimiste sans feindre d’ignorer tous les risques et périls qui obèrent lourdement l’aspiration à la démocratie qu’il croit absolument sincère et irréversible. On vérifiera déjà le 9 novembre, date à laquelle l’ANC doit se réunir.

Pour expliquer le succès du parti Ennahda( plus de 40% des voix), il invoque le rejet de la classe politique en place depuis Bourguiba, le Néo-Destour et ses héritiers et bien sûr Ben Ali et sa clique.

Mais la raison qui lui parait la plus marquante, il faut la chercher dans les persécutions des opposants, surtout islamistes, de très nombreuses familles ayant été atteintes par ces exactions et sévices allant de l’exil, la torture, l’incarcération à l’élimination physique pure et simple. Se voulant rassurant face à l’accusation de certains observateurs qui voient dans la victoire du parti islamiste un « vote ultraconservateur », il ajoute qu’il s’agit d’un parti « islamiste modéré »qui, par la voix écoutée de son chef Rached Ghannouchi, promet le respect du pluralisme, favorisé par le scrutin proportionnel, quelque peu perturbé par l’atomisation des partis autorisés ( 105 au total).

Les droits de la personne seront respectés (croix de bois, croix de fer…) particulièrement ceux des femmes, sans infléchissement si ce n’est positif, par exemple sur l’égalité des salaires. Elles sont 49 élues parmi les 217 députés.

 Dans un environnement musulman et le respect des valeurs qu’il véhicule, toutes les croyances et même l’athéisme seront respectés. Une vraie démocratie quoi ! Et « tendant vers les valeurs universelles », ultime stade attendu de valeurs partagées définitivement par toute l’Humanité ? En clair, l’Islam est-il compatible avec cette ambition ? Oui, pense le diplomate, mais progressivement, pas à pas. Il reste en effet du chemin à parcourir, partout, même parfois parmi les 47 Etats du Conseil de l’Europe, où il s’exprime, respectueusement.

« Un laboratoire » dans un environnement politique complexe.

« La Constitution… prévoit la laïcité comme un concept garant des libertés individuelles fondamentales et la liberté religieuse qui est la liberté fondamentale » Trouvera-t-on cette belle formule dans la future constitution tunisienne ? Elle est en préambule de la constitution de la Turquie que la « majorité » élue et d’autres partenaires possibles considèrent comme un modèle tout en n’ignorant pas les différences d’Histoire et de statut actuel qui en résulte. S’en inspirer intelligemment pour instaurer une 4° voie, constituera le défi de l’ANC qui devra s’en acquitter dans l’année qui suit, le délai pouvant être prolongé d’une deuxième année. On pourra suivre attentivement les travaux.

Mais on s’intéressera surtout à la politique menée par le Gouvernement de Transition et ses succès ou ses échecs économiques qui conditionneront évidemment l’électorat dans ses choix dans la prochaine consultation. C’est là qu’est le véritable défi, le plus difficile à relever mais qui, en raison de la nécessité de ne déplaire ni aux Etats voisins ( Algérie,Lybie, Egypte…) ni aux pays pourvoyeurs de touristes et même d’aides directes.

La réaction du chef d’Ennahda par la voix de son responsable des affaires extérieures M.Samir Dilou en réponse à la déclaration de notre ministre des Affaires Etrangères est éloquente. Monsieur Juppé avait affirmé que les aides seraient conditionnées par les garanties de la démocratie. Monsieur Dilou lui a donné raison et promis que le parti était prêt à fournir ces assurances. Dont acte ! En raccourci : un gouvernement dominé par des islamistes modérés, ouvert à d’autres composantes d’une société largement sécularisée. Portables, facebook, twitter et autres sont vraisemblablement compatibles avec mosquées et minarets.

Antoine Spohr.

Article paru sur Mediapart. 

* Le Parlement européen a décerné, jeudi, le prestigieux Prix “Sakharov” pour la liberté de l’esprit au regretté Mohamed Bouazizi - honoré à titre posthume. 

Le Tunisien partage le prix avec la militante égyptienne Asma Mahfoudh, l’avocate syrienne Razan Zeitouneh, le dissident libyen Ahmed al-Zubair Ahmed al-Sanusi et le caricaturiste syrien Ali Farzat.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Justice larévolté Justice larévolté 1er novembre 2011 11:00

    Enfin un article qui mentionne la persécution, tortures, procès arbitraires des musulmans pratiquants sous Ben Ali, une raison qui peut expliquer en parti le vote pour Enhada. Ce qui a été fait à ces jeunes est ignoble et beaucoup sont ressortis avec des séquelles indélébiles.


    2. Enhada même si ils sont arrivés en tête n’ont pas la majorité à l’assemblée constituante pour autant et sont donc obligés de s’allier avec les autres partis politiques. Celui de Moncef Marzouki (2ème grand vainqueur) ne voyant pas d’objections à ce qu’ils travaillent ensemble pour élaborer les bases de cette nouvelle constitution. 

    Donc, avant de crier au loup, laissons le peuple tunisien et leurs élus faire ce qu’ils ont à faire et arrêtons d’écouter les pseudos émissions politiques comme mots croisés dont le présentateur avait un parti pris évident pour avoir invité deux femmes qui ne voulaient rien entendre à ce que disait le représentant d’Enhada et avait déjà leur point de vue de forger avant même qu’il ne parle. Et puis en quoi cette réalisatrice est-elle représentative du peuple tunisien ? Un grand bravo à Hubert Védrine pour son intervention dans cette émission.

    • BA 6 novembre 2011 13:44

      Samedi 5 novembre 2011 :

       

      Shimon Peres : une attaque contre l’Iran "de plus en plus vraisemblable".

       

      Le président israélien Shimon Peres a estimé samedi qu’"une attaque contre l’Iran« de la part d’Israël et d’autres pays est »de plus en plus vraisemblable".

       

      Israël a procédé jeudi 3 novembre à un vaste exercice de défense passive simulant une attaque de missiles conventionnels et non-conventionnels dans la région de Tel Aviv. L’Etat hébreu a en outre tiré mercredi avec succès un missile balistique doté d’un nouveau système de propulsion.

       

      Les médias israéliens ont également fait état d’un exercice mené ces derniers jours par 14 avions israéliens en Sardaigne en coopération avec l’aviation italienne pour s’entraîner à des missions "à longue distance" nécessitant notamment des ravitaillements en plein vol.

       

      L’Iran a pour sa part prévenu qu’il « punirait » Israël en cas d’attaque.

       

      http://www.romandie.com/news/n/Peres_une_attaque_contre_l_Iran_de_plus_en_p lus_vraisemblable061120111011.asp

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès