Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tunisie : Remaniement ministériel, les deux Ministres qui ont la priorité (...)

Tunisie : Remaniement ministériel, les deux Ministres qui ont la priorité au « DÉGAGE ! »

1. Preuve par six images qui ont largement circulé sur la toile

 

La moitié gauche de la première image (où il est écrit : "Sheraton") fait allusion aux malversations présumées dont est accusé Rafik Abdessalem (dit BouSheraton, Ministre Tunisien des Affaires Étrangères), affaire bien étrange qui a été baptisée "Le Sheratongate". Quant à la seconde image, elle fait allusion à une autre affaire, également, bien étrange, semble-t-il, d’après le Code de la Comptabilité Publique, qui est l’Affaire du Million de dollars viré par le Gouvernement Chinois, directement, sur un compte bancaire spécial au nom du Ministère Tunisien des Affaires Étrangères, et ce, sans passer par la Trésorerie Publique !

 

Une autre image, surprenante, qui s’est étalée dans tous les médias, nationaux et étrangers, où l’on aperçoit Rafik Abdessalem, le Chef de la Diplomatie Tunisienne, saluant, assis, notre Président de la République, Moncef Marzouki, et ce, le moins diplomatiquement, protocolairement et poliment possible, dans tous les cas, à l’antipode du respect des formes et des usages les plus élémentaires dans les relations humaines, sous les regards abasourdis de nos amis Chinois !

 

Et, pour terminer, en ce qui concerne Rafik Abdessalem, une Photo prise dans la nuit du 15 juillet 2012, où on le voit , dans une posture publique, certainement pas diplomatique, s’exposant au Parc des Expositions du Kram dans la banlieue nord de Tunis, chlekas enlevées, allongé sur le sol nu, se reposant après une séance mouvementée du 9ème Congrès du Parti Islamiste Tunisien Ennahdha au pouvoir. Pour les non avertis, " chleka " est un mot arabe qui signifie " savate " et le patronyme réel de Rafik Abdessalem est Bouchleka, terme que l’on peut traduire par " l’homme à la savate" !

 

Cette image exprime le fait que Moncef Ben Salem (dit BouInkilab, Ministre Tunisien de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Professeur des Universités auto-promu) est un partisan confirmé des Salafistes qui, par ailleurs, a affirmé publiquement, plus d’une fois, sa farouche opposition à l'émancipation de la femme et la fondation de la Tunisie en tant qu’État Civil (exception tunisienne dans le Monde Arabe, à savoir : la Sharia n’est pas la source obligée du Droit Tunisien) instituées par Habib Bourguiba. D’un autre côté, il a souvent exprimé son souhait de voir disparaitre des programmes scolaires les auteurs jugés, à sa convenance, "clochards", "idiots", … tels que les tunisiens Abou el Kacem Chebbi, Ali Douagi, et Tahar Haddad, et les français Charles Baudelaire et Arthur Rimbaud. Les trois auteurs tunisiens précités, qui ne sont pas du goût de Moncef Ben Salem, sont les principaux animateurs du groupe "Taht Essour", où l’on trouve côte à côte l’écrivain, le poète, le musicien, l’humoriste,…, groupe qui a induit,entre les deux guerres du siècle dernier, la plus formidable Renaissance Intellectuelle, Culturelle, Politique et des Droits de la Femme de notre Pays.

Quant à la traduction du slogan qui se trouve sur la Photo, c’est, cela va de soi :

" DÉGAGE..."

En outre, sur cette image [constituée de quatre Photos réelles (sans effet de Photoshop)], on aperçoit sur celle d’extrême droite, prise le 7 mars 2012, un salafiste (barbu en "calotte" débordante et qamis, genre de longue chemise ressemblant à une robe !), sur la terrasse d’un bâtiment de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba (FLAHM), qui vient de commettre le sacrilège de remplacer notre drapeau national, aux couleurs rouge et blanc, par le drapeau noir et blanc de son mouvement fondamentaliste. À sa droite, se tient une jeune fille (Khaoula Rachidi, elle, en jean et cheveux nus) qui, par la suite, a réussi, après avoir été violemment agressée par ledit salafiste, à arracher le drapeau fondamentaliste et remettre le drapeau national sur son mât ; acte héroïque qui confirme, encore une fois, que la mobilisation de la femme tunisienne va au-delà de son combat quotidien pour préserver ses acquis et qu’elle demeure, quoi qu’il arrive, le garde-fou principal de toutes les dérives. Khaoula Rachidi est devenue, depuis, une Icône nationale du patriotisme et de la bravoure.

 

Khaoula Rachidi

 

2. Pour aller plus loin avec Rafik Abdessalem

Nous devons à Rafik Abdessalem d’autres "faits d’armes" remarquables, sous formes de déclarations, parmi lesquelles on peut citer les quatre perles suivantes :

- “Des cadavres en état de décès” dans le large de Lampedusa ; Rafik Abdessalem se réjouit de ”l’absence ” de morts lors des événements de l’Ambassade Américaine à Tunis !

- Et, encore, Les Etats des Seychelles  ; “L’Ambassade de Tunisie à Palerme“ ; La longueur des côtes maritimes tunisiennes est égale à, environ, 500 km“, alors, qu’en réalité, elle est égale à, environ, trois fois plus ; Sur sa page Facebook, Rafik Abdessalem a indiqué se trouver dans “ la Capitale Turque Istanbulpour participer au Congrès des Amis de la Syrie : étonnant pour un Ministre des Affaires Étrangères !

- Sans oublier : “Le Gouvernement actuel est le plus grand dans l’histoire de la Tunisie“ !

- Et, pour terminer, la Cerise sur le gâteau : D’après Rafik Abdessalem, Al-Ǧah̩iz̩ (الجاحظ), écrivain et encyclopédiste arabe (776-867 après J.-C.), serait l’auteur d’un verset du Coran : époustouflant pour un Cadre Historique Supérieur Islamiste !, qui plus est, il fut, aux dires de son Curriculum Vitae officiel, chercheur visiteur au Centre des Recherches Islamiques à Oxford !

Sources de ce paragraphe :

http://www.mosaiquefm.net/index/a/ActuDetail/Element/19207-Rafik-Abdessalem-fait-encore-parler-de-lui.html

http://www.tunisienumerique.com/tunisie-rafik-abdessalem-etats-des-seychelles/157796

http://www.businessnews.com.tn/Rafik-Abdessalem-se-r%C4%86%C2%A9jouit-de-%C4%80%C2%AB-l%C4%80%E2%80%99absence-%C4%80%C2%BB-de-morts-lors-des-%C4%86%C2%A9v%C4%86%C2%A9nements-de-l%C4%80%E2%80%99ambassade-US,520,33995,3

http://www.tunisienumerique.com/des-ressortisants-tunisiens-au-qatar-donnent-une-lecon-magitrale-a-rafik-abdessalem/112966

 

3. Suite de la démonstration

Elle se trouve dans l’Article intitulé :

" Tunisie : Le Professeur BouInkilab et Monsieur BouSheraton seront-ils bientôt des ex-Ministres ? "

paru sur le Lien :

http://www.legrandsoir.info/tunisie-le-professeur-bouinkilab-et-monsieur-bousheraton-seront-ils-bientot-des-ex-ministres.html

 

Salah HORCHANI


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 15 janvier 2013 19:13

    Les mises à jour

    Des mises à jour régulières, décrivant l’actualité de Rafik Abdessalem et Moncef Ben Salem, sont contenues dans les Commentaires de l’Article intitulé :

    a. pour le premier, « Une Chanson @ S.E. Rafik Ben Abdessalem, Ministre Tunisien des Affaires Étrangères » , paru sur le Lien :

    http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/201212/une-chanson-se-rafik-ben-abdessalem-ministre-tunisien-des-affaires-e

    b. pour le second, « Procès de la honte : Démocrates Tunisiens, d’ici et d’ailleurs, à vos signatures ! », paru sur le Lien :

    http://blogs.mediapart.fr/blog/salah-horchani/151012/proces-de-la-honte-democrates-tunisiens-d-ici-et-d-ailleurs-vos-sign

    Salah HORCHANI


    • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 16 janvier 2013 14:45

      « Sans être un politologue averti, je pense que le licenciement de BouSheraton [Rafik Abdessalem] du Gouvernement, serait significatif et important, encore plus significatif et important, s’il était accompagné par celui de son collègue Le Professeur BouInkilab [Moncef Ben Salem]. Car, le licenciement de ces deux hauts cadres notoires d’Ennahdha (figures emblématiques de deux courants représentant, ensemble, la majorité de ce Mouvement, le dernier nommé se rapportant au courant salafiste) signifierait son affaiblissement. Cette perspective devrait être le point oméga des Modernistes pour les prochaines élections, avec, évidemment, comme priorité absolue, l’union de tous les courants démocratiques » :

      Extrait de :

      http://www.legrandsoir.info/tunisie-le-professeur-bouinkilab-et-monsieur-bousheraton-seront-ils-bientot-des-ex-ministres.html

      Salah HORCHANI


      • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 19 janvier 2013 14:44

        Même les alliés d’Ennahdha ne sont plus dupes !

        «  Mustapha Ben Jaafar et son parti Ettakatol [ allié , sans réel poids, d’Ennahdha dans la Toïka au pouvoir] laissent la voie ouverte à un ultime arrangement avec Ennahdha, mais précisent leurs exigences(…) Les autresexigences d’Ettakatol portent sur la désignation d’une personnalité indépendante à la tête du ministère de la Justice, le remplacement de l’actuel ministre de des Affaires étrangères, Rafik Ben Abdessalem, et l’évaluation objective de plus de 300 nominations décidées par Ennahdha à la tête d’entreprises publiques et de gouvernorats [ l’équivalent, en France, des Préfets] ainsi que dans l’administration et les grands corps de l’Etat  » .

        Source :

        http://www.leaders.com.tn/article/remaniement-les-vraies-exigences-d-ettakatol?id=10514

        Salah HORCHANI


        • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 20 janvier 2013 10:15

          Tunisie – Prise d’otages à Aïn Amenas : Marzouki met le MAE en « hors jeu »

          Il y avait bel et bien, au moins, un tunisien parmi les otages qui étaient retenus par les terroristes islamistes à Aïn Amenas dans le sud-est algérien.

          

          Au début, les médias algériens ont pourtant déclaré qu’il y avait des tunisiens parmi les travailleurs étrangers sur le site gazier attaqué par les membres d’AQMI.

          Mais le ministère tunisien des affaires étrangères a vite démenti l’information, en insistant sur le fait qu’il n’y avait aucun tunisien pris en otage, et qu’il a vérifié cela avec les services diplomatiques et consulaires tunisiens sur les lieux. D’ailleurs, le ministère en a profité pour annoncer qu’il a aussi coordonné avec ces mêmes services diplomatiques la localisation et le suivi des tunisiens travaillant sur les différents sites du sud algérien.

          Un bon point pour notre ministre des affaires étrangères, pour qui, cette « histoire » de prise d’otages permettait de prendre de la distance des bruits et chuchotements des couloirs feutrés des palaces et des relents des blanchisseries BCBG.

          Mais quelle ne fût la surprise des tunisiens, après avoir été tranquillisés par ces propos, d’apprendre que la présidence de la république a publié un communiqué pour démentir ces allégations, et pour confirmer qu’il y avait au moins un tunisien qui était otage sur le site d’Aïn Amenas, alors même que nos services « compétents » annonçaient le contraire.

          D’ailleurs, et comme pour donner plus de volume à la bourde du ministère, la présidence a publié l’identité de l’intéressé. C’est ainsi qu’on a appris qu’il s’agit d’un certain Rachid Naili, qui a été soustrait à ses ravisseurs par l’armée algérienne, il est arrivé, selon le communiqué, dans la nuit de vendredi à Alger.

          Ah bon ? Tant pis ! seraient tentés de dire ceux qui avaient pavoisé 24 heures durant qu’ils s’étaient assurés que tous les ressortissants tunisiens étaient sains et sauf. Il leur reste au moins le « mérite » de s’être assurés du sort des autres tunisiens sur les autres sites pétroliers du sud algérien. Auront-ils, au moins, réellement fait ça ? Rien n’est moins sûr, vu l’exemple d’Aïn Amenas !

          Sacré Marzouki, il a le chic de toujours se fourrer dans les affaires des départements qui ne devraient pas être de son autorité. Et puis, qu’est ce qu’ils ont ces algériens à coordonner avec la présidence tunisienne ? On ne leur a pas appris que la souveraineté du pays passait pas celle d’Ennahdha ?

          Source :

          http://www.tunisienumerique.com/tunisie-prise-dotages-a-ain-amenas-marzouki-met-le-mae-en-hors-jeu/161643

          Salah HORCHANI


          • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 20 janvier 2013 11:44

            Intervention au Mali : Monsieur Rafik Abdessalem ! Trop, c’est trop !

            Monsieur le Ministre, arrêtez, je vous en prie, de vous ridiculiser et de nous faire honte auprès de l’opinion publique internationale ! Qu’on vous dégage ou bien qu’on vous re-engage, je vous invite à méditer ce proverbe recensé dans le Dictionnaire de l’Académie Française depuis 1835 :

            « Il faut tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler ».

            -Le 15 janvier 2013, Rafik Abdessalema déclaré que « la Tunisie est contre cette intervention et estime que les problèmes africains doivent être résolus dans un cadre africain ».

            -Le 16 janvier 2013, après une rencontre avec l’Ambassadeur de France en Tunisie, Rafik Abdessalema déclaré que « la Tunisie comprend les raisons de l’opération militaire française déclenchée au Mali, qui a été faite selon la demande du président intérimaire malien », justifiant sa nouvelle position par « les réels dangers sécuritaires au Mali et notamment l’avancée de groupes armés vers Bamako ».

            Source :

            http://www.infosdujour.net/2013/01/mali-1.html

            Salah HORCHANI


            • HORCHANI Salah HORCHANI Salah 21 janvier 2013 18:52

              Rafik Abdessalem : « La Tunisie est contre toute intervention militaire française au Mali  » [c’était le 15 janvier 2013, avant qu’il discute, le 16 janvier 2013, du problème avec l’Ambassadeur de France en Tunisie ! Aussi, depuis le 16 janvier 2013, son point de vue a changé !, cf. ci-dessus !]

              Le ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem a exprimé hier 15 janvier 2013, à « Dar Edhiafa » à Carthage, le refus de la Tunisie de toute opération militaire non africaine sur le continent, faisant allusion à l’intervention militaire actuelle de la France contre les mouvements islamistes rebelles au Mali.

              M. Abdessalem a affirmé : « Nous considérons que les problèmes du Mali doivent être résolus au sein de l’Afrique. D’une manière générale, nous nous opposons à toute intervention étrangère ».

              A rappeler que la France a déployé 800 soldats au Mali depuis le début de son intervention militaire jeudi dernier. « Ce dispositif doit être porté progressivement à 2.500 hommes », a déclaré le ministre français de la Défense aux médias occidentaux, tout en ajoutant que « si l’opération est en train de bien marcher, la fin des combats est encore loin ».

              Source :

              http://www.businessnews.com.tn/Rafik-Abdessalem-La-Tunisie-est-contre-toute-intervention-militaire-fran%C3%83%C2%A7aise-au-Mali,520,35707,3

              Salah HORCHANI

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès