Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tunisie, révolte mais pas encore... révolution

Tunisie, révolte mais pas encore... révolution

 Le peuple tunisien a réussi sa révolte, mais il n’a pas encore définitivement forgé sa révolution. Après avoir bouté hors de leur terre un régime honni, à la suite du sacrifice d’un jeune père de famille qui ne restera pas longtemps anonyme, les paysans, les chômeurs, étudiants et lycéens, les petits bourgeois et les employés de ce pays qui regarde l’Europe n’ont pas encore cueilli les fruits de leur engagement exemplaire. A cause de ceux qui s’agitent et s’agitent encore dans les rues, ici et là, et surtout par celle des grands bourgeois qui continuent de s’accrocher à des palais abandonnés par le tyran et sa bande.

 Il ne faut pas se leurrer. C’est uniquement le petit peuple, celui d’en bas, surgi de la Tunisie, profonde et donc oubliée, qui a mis le feu aux poudres ne craignant pas d’affronter les balles et la mort. La puissante Union Générale des Travailleurs Tunisiens (UGTT), les partis politiques dits d’opposition, justement ceux qui donnent de la voix aujourd’hui après vingt trois ans d’un lourd silence sinon de servilité, ne sont intervenus dans le mouvement que lorsque celui-ci s’était rapproché de Tunis, la capitale.

 Idem ou presque pour les notables du Rassemblement Constitutionnel Démocratique, le fameux RCD, la très riche et uniforme armada politique du pays, le bras ultra-puissant du potentat depuis toujours, truffé d’amitiés utiles parmi les dirigeants et députés français, et où de jeunes loups aux carrosses luxueux ont commencé à intriguer contre leur direction, uniquement lorsque les étudiants tunisois sont entrés dans la contestation violente et que le pouvoir était largement fragilisé. Ils contestaient d’autant plus vertement qu’ils avaient hésité à ce que leur parti ait à jouer un rôle central dans un plan qui devait, à l’automne 2013, après le retrait pour maladie du chef de l’Etat, conduire son épouse, la fameuse Leila Trabelsi (1), à une candidature féminine et triomphale à la présidence de la République, en 2014. Ils avaient oublié qu’eux-mêmes avaient contribué depuis deux à trois ans à la popularité de la première dame, notamment à travers les médias locaux et arabes. 

  Si vous ajoutez à cela, la résurgence des islamistes ainsi que le retour « triomphal » au pays, libéré par les autres, des militants expatriés qui osent annoncer, aussitôt et publiquement, leur prochaine candidature à la « présidence de la République », vous comprendrez le désarroi actuel des véritables acteurs de la révolte à qui la dignité et la liberté de parole et de manifestation pacifique ne suffit pas. Ce petit peuple qui a tant souffert du régime de Ben Ali et ses sbires, patient de nature, s’est mis une nouvelle fois à attendre. Sans être dupe toutefois.

 Ce petit peuple est complexe. Il est intelligent et inventif, c’est un fait mais voilà plus d’un demi-siècle qu’il étouffe dans un pays qui n’a de républicain que le qualificatif. Dès son indépendance, il n’a connu qu’un seul parti politique et que deux chefs ensorcelés par leur famille et celle de leur seconde épouse. Cet entourage malsain et vorace les ont conduit tous deux vers une sortie peu reluisante. Sans un sou pour le premier, un Habib Bourguiba subjugué en fin de règne par sa propre nièce et, au contraire, bien nanti pour le second, Ben Ali.

 Paisible et chaleureux, le tunisien est plus traditionnaliste que religieux. Il pratique le malikisme, l’une des quatre écoles du droit sunnite dans l’Islam, et fréquente la mosquée, le vendredi plutôt, tout comme le chrétien se rend à l’église le dimanche ou le juif à la synagogue le samedi. Depuis toujours il a fait preuve d’une grande tolérance religieuse. Le pays qui a conservé à Tunis synagogue et cathédrale, abrite à Djerba la Ghriba le plus vieil édifice religieux des juifs d’origine arabe, puis des sépharades, c'est-à-dire ceux exclus d’Espagne. En outre il est le plus accueillant vis-à-vis de ceux qui ont vécu chez lui ou qui sont originaires de son pays, à savoir les européens de souche maltaise, sicilienne ou française. 

 Il a le culte de la famille bien ancré en lui. Voilà des décennies que chez lui, même en rase campagne, il n’y a plus que deux enfants par couple, conséquence d’un planning familial mis en place par Habib Bourguiba. Les vieux ne sont jamais abandonnés à la solitude. Jusqu’à la fin, ils demeurent auprès de leur descendance, enfants et petits enfants compris. 

 Etant le plus instruit des peuples arabo-musulmans (encore un acquis de Bourguiba poursuivi il est vrai par son successeur), il est dans sa grande majorité ouvert sur le monde malgré la censure dont il a tant souffert. Il est imprégné de culture française et la langue de Molière est largement pratiquée chez lui, dès l’école primaire, comme dans les rues ou les bistrots, et au côté de l’arabe sur toutes les enseignes commerciales, panneaux publicitaires et poteaux indicateurs.

 Qu’attend-il donc ce peuple évolué et si peu belliqueux ? 

 Un nouvel Emir ou Calife, un Guide Religieux ? Surtout pas !!!

 Une démocratie à l’Occidentale avec sa myriade de nouveaux partis politiques ? Pas si sûr…

 Veut-il imiter ou innover ? Il l’ignore !...  

 Il sait par contre qu’il veillera à ne pas perdre la Liberté de parole et de contestation chèrement acquise au bout d’un demi-siècle de silence. Il veut être fier de pouvoir projeter son propre pays dans le concert des pays que l’on désigne comme libres. Il veut comme a dit ce jeune homme lors d’un tout récent reportage télévisé « …  être libre d’aller prier ou non, comme nous voulons être libres de boire l’apéro ou non… ». Il veut la liberté d’entreprendre et de lire ce qui lui plaît. Il ne veut plus croire en tous ces fantasmes médiatiques qui le font tour à tour dépendant de l’amerloque ou du « francaoui » et pourquoi pas du chef libyen qu’il déteste. Il s’est libéré tout seul et veut le demeurer sans l’aide politique de quiconque.

 En outre il sait fort bien qu’il lui faudra attendre encore plusieurs mois sinon un an ou un peu plus pour installer son petit pays devenu symbole, dans le pluralisme et surtout apprendre à être citoyen responsable et vigilant.

 Il a déjà commencé à apprendre. Il s’est débarrassé du parti unique, le RCD, et il a maintenu, çà et là, les comités de quartier chargés de veiller contre ceux qui voulaient détruire sa victoire.

  Il s’est juré de ne plus être trompé. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • jojo1 22 janvier 2011 04:50

    je partage toute à fait cette analyse mais que des situations difficiles attendent au peuple tunisien !!! curieux de voir l’opportunisme tant de la bourgeoisie en place, comme des intellectuels en exil et déjà candidats à des hautes fonctions ! pas facile pour ce peuple simple, généreux et cultivé mais si éprouvé par tant d’années d’épouvante et mépris !
    la transition jusqu’aux élections sera à observer de près et peut être pas si simple, vu la place occupé par les anciens du régime répressif et l’énormité de la tâche avant les vraies élections : - maintient d’une économie déjà peu profitable au grand nombre ! et aggravé par les difficiles solutions juridiques à trouver( vu la mainmise des fuyards maffieux ou en prison ! « propriétaires » de plus de 40% de l’économie du pays !!!)
    - contrôles financiers immédiats affectant toujours des intérêts d’une bourgeoisie qu’a bien profité du système et depuis si longtemps
    - reformes juridiques indispensables avant de rêver des élections libres et transparentes !!! (parti presque unique etc etc
    - protection des voisins pas si fréquentables que ça !! Libye, Algérie etc etc etc
    - changements du code électoral !!!
    bon courage, patience et réalisme est à souhaiter à ce peuple magnifique puisque le plus difficile reste à venir


    • Henri François 22 janvier 2011 10:03

      Mea Culpa.
      J’ai oublié une précision pourtant prévue dans l’article.
      J’ai oublié de dépeindre un aspect méconnu et abject de Leila Trabelsi et son clan, qui avaient confisqué dans le pays les retombée commerciales de la religion.
      Ils avaient en effet par le biais d’une agence de voyages acquis le MONOPOLE de tous les pélerinages à la Mecque desz citoyens. Si par hasard un quelcoque autre voyagiste se présentait sur ce marché lucratif il était automatiquement sanctionné par...le Ministère du tourisme qui allait jusqu’à lui supprimer sa licence.


      • val33 22 janvier 2011 11:23

        Cette prise de parole est tellement réaliste sur la tunisie que je ne peux m’empecher de dire réagir positivement à cette analyse.
        Soutenons ce pays et ce peuple qui a su prendre sa destinée en main sans leur donner de leçon, nous ne sommes pas les mieux placés.
        Courage au peuple Tunisien vous êtes sur la bonne voix ...


        • Fergus Fergus 22 janvier 2011 11:43

          Bonjour, Henri.

          Globalement d’accord avec votre analyse de la situation tunisienne et des développements envisageables.

          Pas d’accord en revanche avec le titre car c’est bel et bien d’une révolution qu’il s’agit, dès lors que les émeutes débouchent sur la chute d’un régime et la mise en place d’un autre, radicalement différent. Une révolution dont les conséquences démocratiques doivent, en Tunisie, être encore être confirmées dans les urnes, mais aussi dans les faits concernant la gestion administrative du pays.

          Ce qui ce qui se déroule en Tunisie est finalement assez proche de la révolution française de 1848 qui a déboulonné la Monarchie de Juillet pour laisser la place à la IIe République.


          • Henri François 22 janvier 2011 12:32

            J’ai choisi révolution car le pays ne s’est pas encore doté des structures qui abolissent une bonne fois pour toutes les institutions honnies.
            Le peuple a beaucoup de travail devant lui et nouveau signe de maturité, il en est conscient.. Il suffit de déambuler dans les rues et de partciper au sein de groupes à des discussions sur le présent du pays pour une bonne fois pour toutes convaincu de l’intelligence de ce jeune et petit peuple.
            Croyez moi il fait bon vivre dans une telle atmosphère.
            Amicalement 


          • ddacoudre ddacoudre 23 janvier 2011 21:16

            bonjour fergus

            il ne s’agit pas d’une révolution il n’y a pas de changement de régime ils sont dans un régime présidentiel d’un état de droit avec une organisation démocratique dont le président a usé et abusé par autocratie quasi absolu et a pratiqué la corruption et l’abus de droit, en fait il c’est comporté non comme un dictateur car il n’était pas élu a vie mais comme un tyran persécuteur et une épouse ploutocrate.http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=87673.

            si effectivement l’on peut comparer la mobilisation à la révolution de 1848, faute de changement de régime cela demeure une fronde ou une insurrection, ce qui n’empêchera pas de faire un nettoyage de leur constitution ni d’abroger un certain nombre de lois issus de l’état de droit dans lequel ils vivent. a mois qu’ils trouvent mieux que le régime parlementaire.

            cordialement.


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 janvier 2011 16:47

            «  »Il s’est débarrassé du parti unique, le RCD, et il a maintenu, çà et là, les comités de quartier chargés de veiller contre ceux qui voulaient détruire sa victoire.«  »

            Et quand la France aura t-elle le courage de faire sa révolution pour se débarrasser du parti totalitaire l’UMP ?

            Qui veut croire que la France pourra encore tromper les autres peuples en les entrainant vers l’anarchie ?

            N’ayant rien à dire à l’intérieur, tous les médias hexagonaux ne ruminent que les remous de la Tuinisie ! Mais occupez vous de vos SDF et laissez faire les autres peuples, vous n’êtes pas l’exemple à suivre !

            Mohammed MADJOUR.


            • val33 23 janvier 2011 11:34


              Un mot pour Mohammed Madjour.
              Je comprend votre haine de la France...
              Mais des remarques aussi peu constructives ne sont pas à l’ordre du jour.
              La Tunise ne demande pas à prendre en exemple la France ... personne ne l’a dit !
              La France est malade, mais c’est le problème de ces citoyens ... de toute façon ca ne va pas aller mieux quand on voit la montée de certains partis politique.

              Apportez votre energie à soutenir le peuple Tunisien sera plus positif que cracher sa haine de la France.

              Valérie DOMERGUE


            • OMAR 22 janvier 2011 19:52

              Omar 33

              Bonjour Henri.

              Pensez-vous que les tyrans, despotes et roitelets de service, qui se sont réunis dernierement en Egypte, ont incrit dans leur tablette, une aide quelconque pour le peuple tunisien ?
              Que nenni, c’est plutot, comment polluer cette odeur de jasmin, avant qu’elle n’atteigne leur pays.
              Et cet Occident qui se complait de ces partis nationalistes extrémistes, xénophobes et islamophobes, et qui n’attend qu’un islamiste au pouvoir, pour vouer aux gémonies, la Tunisie.
              Enfin, serieusement, Sarko acceptera-t-il une Tunisie qui n’appliquera pas ses directives ou orientations, comme le faisait scrupuleusement Ben Ali ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès