Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tunisie : vers la guerre civile ?

Tunisie : vers la guerre civile ?

De toutes les révolutions arabes, c’était peut-être celle qui portait le plus en elle les germes de la démocratie. La Tunisie replonge dans la crise après l’assassinat politique de, Chokri Belaïd, l’un des leaders de l’opposition laïque, mercredi 6 février. Preuve de l’effarement qui perturbe le pays aujourd’hui : le sentiment d’Amel Gendorbi, militant des droits de l’homme qui fut l’un des artisans de la transition après la chute de Ben Ali : « On n’a jamais vu cela dans toute l’histoire de ce petit pays, en tout cas depuis l’indépendance de 1956. On a connu des morts sous la torture, des morts suite à des affrontements, à des soulèvements, mais on n’a jamais connu l’assassinat politique. Jamais ». Alors, assassinat politique, crise de régime : la révolution du jasmin est-elle morte avec l’opposant laïc Chokri Belaïd ?

D’abord, rions doucement en repensant à ce que disaient journalistes mais aussi hauts responsables politiques comme Alain Juppé (à l’époque Ministre des Affaires Etrangères) à propos de l’islam modérée, travaillée sur la démocratie, la démocratie islamique. On voit là l’aveuglement volontaire des élites françaises il y a deux ans sur l’évolution de la Tunisie mais aussi d’autres pays du Maghreb. Il faut avant tout remettre en perspective la révolution et son atrocité : après tout, on a connu la révolution en France et on en connaît l’étalage de violence. Il est évident, donc, qu’une révolution est toujours violente, sanglante. Comme disait Marx, « la violence est la sage-femme de l’histoire », et on n’en disconvient nullement. Ce qu’il faut critiquer, ce sont, aujourd’hui, les lunettes roses que mettaient les élites françaises pour regarder les partis qui se réfèrent à l’islam.

Cette révolution ressemble d’ailleurs, plutôt, aux révolutions communistes. Le partage des rôles est, en effet, le même. Chez les communistes, était, d’un côté, le parti communiste, léniniste ; de l’autre, les gauchistes, qui faisaient les « pousse aux crimes », qui tuaient, etc… Le parti léniniste, à la fois, faisait semblant de calmer les excités et, en même temps, les protéger. Nous sommes ainsi dans la même répartition des tâches entre Ennahdha et les salafistes, lesquels font les mauvais coups et Ennahdah faisant semblant de les protéger. Un grand spécialiste de l’islam disait cette phrase : « l’islam est le communisme avec Dieu ». En politique aussi, remarque-t-on. Ce sont les mêmes méthodes, et les mêmes conséquences. Il est une volonté de prendre en main la société de façon totalitaire et de la mettre en coupes réglées, la dominer, l’exploiter. Il s’agit d’un projet, d’une logique politique, l’objectif étant « d’islamiser » la société. Reste que, ponctuellement, demeure un désir d’opposition et, de facto, de guerre civile.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Henri Diacono alias Henri François 14 février 2013 12:44
    • En tant que méditerranéen né en Tunisie et y demeurant, je trouve que votre titre donne une image archi-fausse du tunisien. Ce peuple n’a jamais été belliqueux et ne le sera jamais. . La révolte de sa jeunesse lui a toutefois donné l’envie - très forte - de s’émanciper à tout jamais de toute autocratie, qu’elle soit religieuse ou autre. I y aura certainement dans se rangs encore quelques accès de fièvre mais il arrivera à ses fins sans bain de sang.

    • tunisos 14 février 2013 14:40

      ...« .un des des leaders de l’opposition laïque... » Je sais bien que les tics de langage sont parfois plus forts que nous mais tout de même, on croirait entendre un journaliste plateau d’I télé ou de LCI avant un lancement de reportage sur les événements récents en Tunisie.
      Ce pays va mal, je vous le concède, mais ce qui pourrait commercer à lui faire un peu de bien, c’est de ne pas plaquer sur lui des modèles extérieurs. La notion de laïcité, vous le savez sans doute, est au fond très franco-française. En Tunisie, il n’y a de fait pas d’église ou de clergé classique donc la séparation n’a pas vraiment lieu d’être et j’ajoute que l’enseignement de la religion se fait dans le public. Évidemment je suppose que l’idée est de définir feu Chokri Belaid comme n’appartenant pas à un parti religieux,je pense du coup qu’on peut soit lui adjoindre le qualificatif de séculier ( et encore) soit tout simplement donner le nom de son parti, le Mouvement des patriotes démocrates ou dire qu’il était de gauche.
      Quant à parler de guerre civile, nous souhaitons tous que les tunisiens n’y succombent pas. Dans la tourmente économique actuelle et le fait que plusieurs secteurs soient en panne dont le très sensible tourisme sauf quelques noms du tourisme hôtelier http://www.yadis.com/ ou esthétique http://www.clinique-espoir-tunisie.com , il est urgent que les esprits s’apaisent et que la stabilité revienne. Celle-ci ne reviendra que si la constitution est enfin votée et que de nouvelles élections permettent de définir clairement l’orientation politique du pays.


      • almodis 14 février 2013 17:25

        entièrement daccord avec @tunisos....

        cessons de regarder avec des lunettes noires autant que roses , tout simplement ; respectons ces peuples en leur laissant le droit absolu de faire leurs propres expériences , fussent elles douloureuses et si nous voulons les « aider » , allons au devant des associations tunisiennes en France ou alors faisons un tourisme intelligent , même là bas le Woofing existe et la découverte du pays ne se limite pas à Djerba !


        • Henri Diacono alias Henri François 14 février 2013 19:45
          • Bien vu et bien dit Almodis.
          • La Tunisie qui par son peuple (ou du moins la quasi totalité de celui-ci), par sa géographie et sa culture millénaire est un pont entre l’Europe (en particulier la France et l’Italie) et l’Afrique. Ce même peuple a besoin qu’on l ’aide. Qu’on aille à sa rencontre, dans le tourisme principalement (la beauté de certains de ses sites pourtant méconnus sont exceptionnels).
          • En se montrant réceptif, attentif et humble à la fois. Le Tunisien a besoin qu’on l’écoute et non qu’on lui fasse la leçon « à l’occidentale ». Il a surtout besoin qu’on respecte sa façon de vivre (un art perdu depuis longtemps de l’autre côté de Mare Nostrum) et surtout sa religion, le malékisme la plus tolérante et la plus moderne des nombreuses mouvances de l’Islam.
          • Il a surtout besoin qu’on défile à ses côtés - sans aucune autre arme que la voix - pour l’aider à conquérir sa dignité et qui sait servir définitivement d’exemple à la totalité du monde arabophone et musulman.

        • .Mario-Bros. .Mario-Bros. 14 février 2013 17:31

          je préfère la guerre chez eux que chez moi sorry 



          chacun ça merde 

          • Henri Diacono alias Henri François 14 février 2013 19:59
            • Vous avez raison Mario Bos. A chacun sa merde. Et chez vous il doit y en avoir également. Peut-être même plus puante que celle des autres. Dans ce cas et dès aujourd’hui, ne croyez pas que comme par le passé,« l’arabe » du coin, (un tunisien peut-être) vienne nettoyer votre écurie nauséabonde.

          • pierrot pierrot 14 février 2013 18:40

            Je fais confiance au peuple tunisien et à ses traditions de tolérance et de modernisme pour éviter la guerre civile en créant une nouvelle république laïque et moderne, débarassée des organisations obscurantistes.


            • Jules Elysard Jules Elysard 15 février 2013 12:09

              Vous semblez avoir adopté l’analyse d’Eric Zemmour répétant depuis plusieurs mois : « L’islamisme, c’est le communisme plus dieu. »

              Il prétend d’ailleurs qu’il reprend cette formule à un auteur, mais il ne le cite jamais. Le connaissez-vous ?

              Pour ma part, je préfère mettre en avant l’analogie avec le fascisme, mais pas forcément dans le sens que lui a donné le ministre de l’Intérieur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès