Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Turquie-EU, qui sera la femme battue dans le couple ?

Turquie-EU, qui sera la femme battue dans le couple ?

La perspective de voir la Turquie rejoindre un jour l’Union européenne soulève de nombreuses interrogations au sein des populations et des élites politiques européennes et conduit l’Union à s’interroger sur ses frontières et sur son projet, dans ses dimensions géopolitiques, institutionnelles et économiques. Mais encore plus que le fond, c’est la forme actuelle de la relation Turquie-UE qui devrait faire réfléchir.

Depuis le début des négociations, à chaque fois, c’est le même processus qui s’est produit. C’est un processus peu novateur stratégiquement mais terriblement efficace face à la mélasse informe qu’est l’UE. La diplomatie turque s’arc-boute sur place, attendant patiemment que l’UE essaie tant bien que mal de mettre un peu de pression pour faire évoluer la position de la Turquie vers les principes de l’Europe. Mais depuis 1963, la Turquie connaît très bien l’Europe, elle sait que l’Europe sera toujours molle dans une négociation. Donc, toujours au dernier moment, la Turquie retourne la négociation à son profit, en sortant une proposition médiane qui est censée témoigner de sa bonne volonté.
« Les autorités turques ont présenté leur proposition à la dernière minute, alors que les ambassadeurs de l’UE débattaient déjà du nombre de chapitres de la négociation qui seraient suspendus si la Turquie continuait à refuser d’ouvrir ses ports et aéroports aux navires et aux avions chypriotes, comme elle s’y était pourtant engagée en signant le "protocole d’Ankara "(Reuters). »
Et chaque proposition est accompagnée de son lot de limitations posées par la Turquie. Ainsi « la Turquie aurait ouvert un port et un aéroport aux navires et avions chypriotes », indique la présidence finlandaise de l’UE le 7 décembre 2006. Pseudo-avancée, qui équivaut à une pseudo-volonté d’appliquer pleinement le protocole d’Ankara... Ce faisant, les Vingt-cinq se retrouvent coupés en deux. Comme toujours, les Anglais sont derrière la Turquie pour torpiller le couple franco-allemand.

L’avenir du couple tumultueux est-il de se marier ?
Demain, dans dix ans, dans vingt ans, la Turquie sera peut-être dans l’UE. Elle pèsera alors de tout son poids démographique, de 70 à 80 millions d’habitants, dans les décisions de l’UE. A la lumière de sa manière de négocier son entrée, il est aisé d’anticiper son rôle futur. Elle ne se contentera pas de rejoindre des positions de groupe d’intérêts communs, mais elle appliquera la même stratégie qu’actuellement. Rester sur place, en menaçant de tout bloquer, pour forcer les autres membres à se positionner sous son angle de vue. Dans cette position, toute ouverture infime, tout « grand pas inattendu », bien que scandaleux dans l’absolu, devient alors la solution faussement courageuse... Alors, tel un vieux couple grincheux, la Turquie et l’UE feraient bien de s’interroger dès à présent sérieusement sur leur relation amoureuse. Vivre pour aller dans la même direction, ou vivre en s’épuisant à renégocier au jour le jour une direction qui ne satisfait personne ? C’est leur intérêt commun. Comme dans la question de la pseudo-constitution européenne, c’est peut-être une nouvelle fois depuis la France qu’un vrai débat démocratique s’exprimera. En effet, plus près de nous temporellement, la campagne présidentielle sera certainement l’occasion de quelques escarmouches sur la question turque. Sarkozy dit et répète bien fort non à la Turquie dans l’UE, même si les critères de Copenhague sont remplis. Ségolène, qui se targue de si bien écouter les souhaits des Français, s’exprimera-t-elle un jour ?



Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Gargamel (---.---.80.230) 8 décembre 2006 14:46

    Que dire si ce n’est que le courage habitant nos élites politiques les pousse à demander un référendum à la veille de l’adhésion de la Turquie prévue pour dans 15 ans ?

    Que dire lorsque ces mêmes élites parlent de faire revenir les Français aux isoloirs pour les faire revoter le projet de constitution européenne et de recommencer tant que le résultat ne leur conviendra pas ?

    Que dire si ce n’est que les bonnes idées sont rarement reprises alors que les mauvaises reviennent sonner à votre porte à peine jetées par la fenêtre ?


    • Floruf (---.---.123.101) 8 décembre 2006 15:37

      ..une petite question , que va gagner l’UE avec l’adhésion de la Turquie en Europe ? J’ai l’impression que c’est l’Europe qui veut à tout prix la voir entrer dans ses rangs, normalement pour tout pays volontaire à l’adhésion, celui-çi doit se plier aux exigences de Bruxelles et là , j’ai l’impression que c’est les 25 qui doivent faire des concessions. C’est surprenant d’autant plus que je ne me trompe pas trop si je dis qu’en plus une grande majorité d’Européens ne souhaitent pas la voir integrer la communauté. Tout cela m’échappe un peu . smiley


      • Marc (---.---.31.231) 8 décembre 2006 16:16

        Cet article est délirant et totalement subjectif ! Il se base sur l’habituelle mais ridicule peur du Turc (ça sent le racisme) et sur le dégout d’une Europe qui fonctionne mal, c’est vrai, mais à qui la faute si ce n’est aux Européens qui n’y croient plus et qui préfèrent la paraliser totalement par un « non » au référendum plutôt que de l’améliorer ? Rien n’est dit sur les droits de la Turquie de voir les choses differemment, alors que l’on bénit toute réaction xénophobe de Chypre (sud), que l’on trouve normal que la France torpille les volontés de l’UE sous prétexte que l’on est le « moteur ». Comment justifier le droit de tout état européen à jouer son jeu et critiquer la Turquie de faire la meme chose ? C’est sur cette remarque qu’il me semble que l’article sent le souffre du racisme primaire. Sur ce dossier de Chypre, bien que comme TOUT autre pays, la Turquie ait aussi d’autres idées derriere la tete, sa volonté de faire régler le contentieux chypriote est bien plus honorable ou pour le moins positif que la décision de l’UE d’embourber ce difficile dossier en acceptant Chypre malgré leur « non » à la réunification et ainsi en laissant le Nord dans un sous développement qui ne pourra profiter qu’aux grecs chypriotes. De plus, la critique envers l’Angleterre est encore plus ridicule. Sous prétexte qu’elle a l’habitude de « torpiller » le couple Franco-Allemand, on l’accuse sur ce dossier en oubliant que l’Allemagne et la France étaient avant le referundum de vrais soutiens à l’entrée de la Turquie. L’Allemagne a changé de « camp » car elle a changé de gouvernants. La France a changé de camp parce que Chirac, le lache, a tourné sa veste en un jour. Une belle leçon de duplicité pour la Turquie qui n’aurait alors pas de quoi avoir honte d’essayer de l’appliquer. Trouver un article d’une telle pauvreté intellectuelle sur ce site m’attriste


        • Marc (---.---.31.231) 8 décembre 2006 16:33

          Cher Floruf, je vous propose de lire les nombreuses concessions déjà faites par la Turquie. Vous changerez alors certainement votre impression que l’UE en fait plus qu’elle. Au contraire, l’UE est partagée entre sa promesse de négociation (basée sur des critères économiques plus qu’interessant pour elle) et son envie de se débarasser de ce candidat génant (le nouvelle peur ambiante se focalise sur l’Islam et fait tourner la veste à nos élus), introduisant ainsi une liste toujours grandissante de conditions supplémentaires et partisanes. Il est bien triste que la France, l’allié commerciale et militaire de l’empire Ottoman pendant 400ans puis culturelle et démocratique de la république Turque soit à tel point ignorante de ce que certains membres de l’UE font subir à la Turquie. La Turquie est loin d’etre toute blanche et l’Europe ne doit pas concéder sur certains domaines humanitaires. Mais au lieu de cela, elle (certains de ses membres) se bat sur des domaines plus que fumeux : religion (l’islam est pourtant en Europe depuis quasiment sa création, demandez aux Espagnols...), géographie (Chypre est 100% en asie, la Turquie à 97% seulement...), historique (la culture ottomane est encore présente sur 25% du territoire européen et le lien avec l’Europe existe depuis 500ans), proces d’intention (les méchants turcs vont tout casser !),... Ce genre d’article est digne d’une propagande de dictature


        • bobby (---.---.53.140) 8 décembre 2006 18:42

          Lorsque que les gauchistes n’ont plus d’arguments, ils nous font à nouveau le coup du racisme, alors que la turquie formidable moteur économique devrait plutôt embrayer sur la construction d’un axe turco-arabe, plus à propos...


        • (---.---.193.124) 8 décembre 2006 18:56

          @Marc, qui comme moi est certainement déjà allé en Turquie et connait donc ce beau et grand pays :

          - un rappel : « Mais encore plus que le fond, c’est la forme actuelle de la relation Turquie-UE qui devrait faire réfléchir »... Et accessoirement aussi la forme démesurément virulente de tes commentaires. C’est une habitude, malheureusement trop coutumière, que d’écarter les arguments factuels en invoquant le grand « racisme ».

          - insulter quelqu’un à grands coups de « raciste » sans même avoir aperçu le bout de son nez, c’est charmant et très objectif en effet...

          - au stade actuel, les faits pèsent plus que les belles intentions, voilà pourquoi les déclarations des diplomates, c’est-à-dire la stratégie de la Turquie, sont un bon angle d’information sous lesquelles il faut voir l’évolution piteuse des négociations... il ne s’agissait donc pas ici de refaire une nième fois le débat sur le fond, mais de l’éclairer par la tournure des négociations actuelles... et je comprends que ça peut faire peur à certain. Je ne pense pas que ce fût le même scénario pour les nouveaux entrants déjà intégrés... Ne pas faire ce type de constat, et se complaire à se voiler mutuellement la face, coté UE et Turque, c’est bien trop facile et ne sert aucuns des intérêts respectifs.

          - la pauvreté intellectuelle : c’est certainement de considérer une vérité pragmatique dans un contexte donné, la position géographique de la Turquie dans la guerre froide, comme une vérité éternelle.

          - bien connaitre le fond de dossier Turc, puisque pour toi la tournure prise par les négociations est secondaire, cela ne te dispense pas pour autant de parler du génocide Arménien, chose que tu as très soigneusement évitée de faire...

          @ Ben et Bobby, merci pour le soutient smiley

          L’ancien


        • (---.---.71.169) 8 décembre 2006 22:16

          on s’en branle du « genocide armenien » , en plus c’est hors sujet.


        • Internaute (---.---.86.201) 9 décembre 2006 21:49

          Ca y est ! Au troisième commentaire ceux qui ne sont pas d’accord sont déjà accusés de racistes. C’est bien parti.

          Vive le racisme, vive la xénophobie et vive le peuple français, n’en déplaise aux bien-pensants.


        • atilbar (---.---.104.90) 10 décembre 2006 11:15

          la France n’est plus le « moteur » de quoi que ce soit en Europe. Si ce n’est le moteur d’une décadence deja annoncée en Europe.. l’avenir est celui des pays de l’Est, et de la Turquie, que cela plaise ou non..


        • seb59 (---.---.180.194) 8 décembre 2006 18:12

          Ah l’europe et la turquie ou comment vouloir elargir jusqu’à l’extreme.

          Votre article est interessant, et il a fait resurgir une question : Si l’adhesion de la turquie est tellement voulu par les europeens et les francais, pourquoi ne pas organiser un grand referendum ?

          Par peur de l’echec bien sur ! Un echec qui entacherait la credibilité de l’europe, de ses institutions et de ses dirigeants. Ces memes dirigeants qui s’acharnent avec force sur la « question turque » depuis si longtemps, poussés à cela par des reves de grandeur.


          • (---.---.155.19) 8 décembre 2006 20:55

            Cette manie que certains ont de parler de racisme immédiatement lorsque les propos ne plaisent pas, c’est devenu déplorable et malheureusement trop habituel sur les forums. La turquie a spolié, exterminé et humilié les chrétiens depuis des années et c’est elle qui veut nous faire la leçon sur le club chrétien européen alors qu’elle se fait la championne du club musulman avec une place de choix à l’organisation islamique mondiale et qu’elle est didirgée en ce moment même par l’AKP dont le leader est un notoire islamiste déjà condamné pour propos incitant à la haine raciale.


            • moos (---.---.43.243) 9 décembre 2006 12:20

              spolier, voler, les turc ? oui surement a la fin de l empire ottaman je te l accorde. et pourquoi et comment tout ce bon et beau monde a vecu durant des siecles sous l acharnement des turcs, sans oublier leurs langues leurs cultures et leurs religions ? au faite en Espagne y a plus de musulmans enfin je crois...


            • (---.---.71.169) 8 décembre 2006 22:23

              merci pour cette article ouvertement raciste anti-turc, big up à tout mes ami xenophobe qui remplisse le forum, rendez vous au meeting de de villier, le pen, maigret.


              • observeur (---.---.70.45) 9 décembre 2006 09:44

                Salut,

                Allez-y gaiement aux invectives parce que vous ne partagez pas les mêmes opinions sans rien con-naître à la situation.

                Gigantisme par création d’états unis, pourquoi et pour quel idéalisme ? Qui y a intérêts ? C’est probablement la premiére question a se poser et y répondre nécessite du courage.

                Quand tous les blocs seront réunis sous une même bannière, croyez-vous que la liberté individuelle sera respectée par les maîtres du pouvoir qui achètent tout, qui produisent la « monnaie » qui devrait kogiquement permettre l’échange pour vivre ?

                Jetez un coup d’oeil aux US un peu plus avancés que nous dans la situation. Ils ont été tellement endormis qu’ils arrivent tout juste à réaliser maintenant leur propre problème interne.

                Cet endormissement à été depuis la dernière guerre notre pain quotidien. Seulement et heureusement pour notre liberté, nous avons encore de la mémoire et de l’esprit critique et un certain atavisme qui sert de défense immunitaire. Alors, le NON à la constitution vous étonne ?

                La création de l’Europe dans le sens de communauté était un partage qui s’est fait récupérer par une autre idéologie totalitaire pour devenir l’Europe unie (Union Européenne). Comment est créé ce statut, coment est-il géré ? quelle légitimité des peuples ?quelle démocratie ? et l’on voudrait encore l’agrandir pour englober un pays non arabe, très capable de se gérer tout seul et d’un potentiel immense dont le gouvernent actuel pactise avec Israël pour atteindre l’Iran (?) ça ne vous interpelle pas ça ? pays dit musulman multi origines, multi confessions mais qui a traditionnellement toujours respecté dans la vie courante,toutes croyances et races( je ne parle pas des situations de guerres antiques ou la dernière de « république ») . Il y a moins de racisme chez eux qu’en Europe où l’on travaille psycologiquement les gens au racisme dans le but de créer des divisions. (diviser pour régner).

                La Turquie doit rentrer dans l’Europe, mais il faut la préparer. Ce voeux est celui des dirigeants, pas du peuple turc. Les turcs aiment l’Europe, étaient bien orientés à se joindre à l’Europe pour échanges commerciaux et amitié, mais les jeunes se réveillent à la réalité celle d’une puissance qui veut les absorber pour l’exploiter et non pour partager. Il ont une proportion de jeunesse qui inquiète par son potentiel d’intelligence et de réalisme et de réaction les gouvernants surannés qui veulent créer la monopolisation. Ceux là craignent un retournenement de direction de l’Europe avec ce pays jeune et épris de liberté. Aussi tergiversent-ils en attendant de trouver comment mettre la main sur ce pays en commençant à en limiter la puissance démocratique et démographique. Alors si le pays n’est pas très obéissant en matière de droit de l’homme, ce n’est pas pour déplaire à l’Europe. et de plus cela donne une raison de repousser cette fameuse entrée. Mais il faut savoir que La Turquie n’a aucun intérêt de rentrer dans l’Europe. Elle est courtisée depuis longtemps par les US, géopolitiquement, et son armée est très forte, il veut mieux l’avoir dans sa poche que de l’avoir contre soi. Le racisme et la religion ne tient pas chez eux. C’est chez nous que ces thèmes servent à la manipulation. Chercher l’intérêt des évènements sans notion d’idéologie religieuse ou culturelle lisse apparaître les vrais raisons de toutes les déstabilisations des pays. Les exactions de guerres, aucun pays ne peut se flatter d’angelisme. Les Hebreux et juifs par Israël ont allègrement tué et génocidé du chrétien. Les chrétiens ont été génocidés par les romains,à plusieurs époques et par les chrétiens eux mêmes.les arméniens par les turcs les indiens par les européens. Faut- !l faire les comptes ? Et le pourquoi des guerres, ne serait-ce pas plus important ? Toutes les guerres sont dans un but économique et de pouvoir.


                • moos (---.---.43.243) 9 décembre 2006 12:11

                  ah ? enfin quelqu un de lucide... je voulais simplement dire qu agiter la Turquie selon les clivages politiques et economiques mettait les europeens dans une situation de guignol au yeux des autres nations du monde et surtout des turcs. je suis turc et souvent en contact avec des amis la bas. ils sont de plus en plus sceptique sur leur desir de rejoindre l ue. oui pourquoi et comment faire confiance a des personnes qui changent constament d avis et de positions. l ue exige de la Turquie et ne tiens pas ses promesses et cela depuis bien avant l union douaniere avec la Turquie. alors que l on ne se trompe pas de bouc emissaire au debut de ce 21 eme siecle.


                  • (---.---.253.173) 9 décembre 2006 16:15

                    « face à la mélasse informe qu’est l’UE »

                    C’est peut être la seule bonne phrase de l’article car le véritable problème n’est pas la Turquie mais d’une façon plus générale l’élargissement de l’Europe.

                    Pourquoi elargir
                    - Pour devenir plus puissant face aux EU ? Faux ! l’élargissement nous affaiblit par la dilution des ressources et par la diminution de la volonté politique commune.
                    - Pour faire progresser notre niveau de vie Faux ! Ce qui influe, ce n’est pas la somme mais la moyenne.

                    Arrétons de rêver ! renforçons l’Europe actuelle avant tout.


                    • Helios (---.---.135.71) 10 décembre 2006 02:11

                      a la discussion sur la Turquie, il serait préférable de réflechir sur ce qu’est l’Europe, l’UE.

                      Mais au dela, j’ai toujours ce sentiment de manipulation chaque fois que quelqu’un me dit que les turcs sont culturellement proche de l’occident, sont ouvert a notre culture, pratique la liberté du culte etc.... Ils oublient une seule chose, c’est qu’on ne parle pas de Turcs, mais de la Turquie.

                      Celle ci en tant qu’etat, a des comportements qui n’ont rien a voir aavec le comportement des citoyens.

                      Revenons aux fondamentaux, si la Turquie est en Europe, l’Europe s’étend à la Syrie, l’Irak etc... et les kurdes sont les voisins des paysans du larzac. Il faut bien le dire.

                      Enfin, parler des turcs, comme des magrhébins tourne immediatement au racisme chez les coincés du corridor intellectuel, entendez par la la pensée unique. C’est d’ailleurs bizarre que ces gens qui sont si dogmatiques avec la diversité europeenne soient si arrangeant avec les autres cultures.


                      • Jésus (---.---.1.227) 10 décembre 2006 23:02

                        Eh oui. Cela paraît surprenant mais c’est vrai : pour y avoir habité, je peux vous dire que la majorité des Turcs ne veut pas adhérer à l’UE. La stratégie d’Erdogan est simple : on rentre si les conditions sont avantageuses. Jusqu’à présent elles le sont donc la Turquie suit. Mais un jour, la Turquie claquera la porte des négociations à cause de l’arrogance européenne. Les Turcs ont leur fierté, respectons-les.


                        • fredeti (---.---.27.127) 14 décembre 2006 19:03

                          Oui à l’amitié avec les turcs. Mais en dehors de l’UE, dans une entité avec les marocains, les libyens et Israéliéens etc...

                          Je ne veux pas partager ma voix d’électeur avec un ensemble de 70 millions d’habitants dont l’ensemble n’est pas européen même si il y a une teinte européenne sur l’ensemble.

                          Je rêve d’une Europe décentralisée mais avec une politique extérieure forte, s’appuyant sur une démocratie directe et compléte sur ce sujet.

                          L’adhésion de la Turquie est à l’inverse de ce projet.

                          Offrons une place d’honneur aux turcs près de l’UE, mais en dehors.

                          Merci de le faire comprendre diplomatiquement aux turcs. Mais c’est irréversible.

                          Je pense être dans l’avis général en France.


                        • allah (---.---.226.40) 15 décembre 2006 00:13

                          personnellement je ne pense pas que la turquie sera un jour dans l europe. cessons de nous faire peur : en temps que pays de culture musulmane la turquie est totalement étrangère aux valeurs démocratiques qui s apparentent pour elle a s adapter a vivre avec les martiens. ce qui va se passer c est que nos politicards veûles et lâches vont continuer a agiter la carotte et le bâton , tout en baissant alternativement leur pantalon devant le loup gris , jusqu a comprendre que c est peine perdue , et le bon sens populaire qui ne veut pas de cette alliance contre nature finira par triompher.


                          • pasa (---.---.132.150) 29 décembre 2006 15:31

                            connards ! vive la turquie !


                          • (---.---.229.236) 29 décembre 2006 15:38

                            Les Turcs ne sont pas assez civilisés pour rejoindre l’Europe.

                            D’accord pour des accord de partenaria, pour faire chier les arabes, mais rien de plus.


                          • moebius (---.---.59.39) 21 décembre 2006 21:59

                            Ségoléne royal ne s’éxprime pas, c’est le peuple français qui s’exprime à travers elle ainsi que les voix qu’entendait Jeanne D’Arc mais en moins féodale et dans une acceptation plus « participative » et il faudra sans doute que la Turquie fasse encore ses « preuves » disons d’ici 5 ou 6 ans.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès