Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Turquie : le refus de l’intégrisme...

Turquie : le refus de l’intégrisme...

JPEG - 43.9 ko

L'intégrisme est à l'oeuvre dans nombre de pays : il revêt différentes formes : conservatisme musulman, ultra-libéralisme qui écrase et anéantit les peuples.

En Turquie, ces deux formes d'intégrismes se conjuguent et ont créé une situation explosive : les violents affrontements qui ont lieu depuis deux jours à Istanbul résultent d'une grogne générale contre le gouvernement islamo-conservateur du Premier ministre Erdogan.

Le gouvernement de l'AKP, parti conservateur est au pouvoir depuis une dizaine d'années en Turquie. 
 
Les manifestations ont commencé avec un projet d'aménagement de la place Taksim à Istanbul : il était prévu de démolir le parc Gezi, qui surplombe la place, pour y construire une caserne ottomane abritant un centre commercial et des résidences de luxe. On perçoit là un projet de rentabilisation d'un parc et une dérive de l'ultra-libéralisme qui n'hésite pas à sacrifier un cadre naturel pour des investissements coûteux, destinés à des gens riches.
 
JPEG - 200 ko
 
La restriction récente de la vente d'alcool, les gigantesques opérations immobilières qui ne prennent pas en compte les contestations des habitants, la pression sur les medias, le licenciement de nombreux journalistes opposants ont mis le feu aux poudres.
 
La répression des manifestations a été violente, il faut déplorer de nombreux blessés : une solidarité spontanée s'est aussitôt mise en place grâce aux réseaux sociaux et à internet. "S'il n'y avait pas les réseaux sociaux, on n'avait presque aucun moyen de s'informer. Ça montre à quel point le gouvernement exerce une pression sur les medias", estime Pinar, avocate. Il est difficile de connaître le nombre de victimes au cours de ces manifestations...
 
Le premier ministre est accusé d'autoritarisme : la violence des policiers à l'égard des manifestants risque d'embraser le conflit et la situation. 
 
Partout, le pouvoir économique fait fi de la volonté des peuples, partout le libéralisme économique fait des ravages... Il s'accompagne souvent de mesures qui ne tiennent pas compte du bonheur, du bien-être des citoyens... Quand la répression se fait violente, les peuples n'ont plus qu'une seule solution : se révolter...
 
L'intégrisme qu'il soit religieux ou économique constitue une plaie de nos sociétés : il vise à asservir les peuples, il use de la peur, de la répression pour s'imposer et régner en maître.
 
Nos pays ne sont pas épargnés par ce danger : si une certaine liberté existe en Europe, la crise est sans cesse invoquée pour justifier des mesures économiques qui vont à l'encontre de l'intérêt des peuples, de leur épanouissement, de leur bonheur.
JPEG - 53.2 ko

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


    • Et oui Rosemar ici et là à travers la planète et surtout parmi les nations dites - à tort souvent - comme faisant partie des « civilisations avancées », donc sous entendu riches, la grogne apparait puis la contestation violente éclate. Tout récemment encore simultanément avec le mouvement turc, des manifestations de « ras le bol » se sont déroulées en Allemagne, Portugal, Espagne, France et Italie et d’autres les ont précédées en Suède ce « magnifique » pays si souvent cité en exemple. Et tant que durera ce que vous appelez le libéralisme économique et que moi je travestirai de la formule « capitalisme sauvage » , les peuples auront à souffrir et à...manifester en vain. Vieille Europe comprise, Rosemar, où la soi disant liberté des peuples n’est qu’un leurre. 
    • Amicalement.

    • rosemar rosemar 3 juin 2013 18:52

      Bonsoir Henri


      j’ai vu que les allemands eux-mêmes se mettent à manifester contre les politiques d’austérité : c’est de bon augure : quoi qu’on dise de l’économie allemande et de sa prospérité, les Allemands en paient le prix fort et ne sont pas épargnés...

    • rosemar rosemar 3 juin 2013 18:57

      Bonsoir le pnume


      on ne leur donne pas de leçon, en effet : de toute façon, nos sociétés sont aussi victimes de l’intégrisme des banquiers et de l’argent...

    • rosemar rosemar 3 juin 2013 18:54

      Bonsoir A ctias...


      les Turcs sont des gens très accueillants : je garde moi aussi de mes séjours en Turquie d’excellents souvenirs...

    • mario mario 3 juin 2013 15:30

      l’otan a tout misé sur erdogan pour renverser assad. devant l’échec..il ont decidés de le virer par primtemps interposé .

      le prochain , serra tres pro occidental avec un zeste islamiste, juste histoire de ratisser large.


      • titi 3 juin 2013 16:37

        Haaaaaaaa !!!

        Il me semblait bien qu’il manquait quelque chose...

        C’est la faute au grand satan US !!!

        C’est pourtant une règle de grammaire simple sur AV : toute phrase commence par une majuscule et ce termine par « c’est la faute aux USA » (ou une tournure équivalente).


      • rosemar rosemar 3 juin 2013 18:59

        Bonsoir mario


        Je pense que là c’est le peuple turc qui manifeste sa colère : une colère bien justifiée....

      • mario mario 3 juin 2013 21:30

        bonsoir resemar

        oui sans doute c’est la colère du peuple. mais il y a le problème de la syrie dont tout le monde sait que le peuple turc est majoritairement contre erdogan et sa politique anti-syrienne via l’otan.

         

         

         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès